Archives par mot-clé : stage

Stage à la MOM : bilan

Bonjour à tous ! Mon stage se termine, et il est temps de vous montrer le résultat de ces quatre mois de travail. Je vous avais déjà présenté mes tâches dans deux précédents billets de blog : ma mission de stage était principalement d’établir une liste des politiques de diffusion de différentes revues scientifiques, afin de faciliter la mise en ligne sur HAL des travaux des chercheurs et enseignants-chercheurs de la MOM.

Il a d’abord fallu prendre connaissance des revues dans lesquelles vous publiez, et de votre utilisation de HAL : vous avez été plus 101 à nous répondre via notre questionnaire en ligne, merci beaucoup ! Nous avons pu agrandir notre liste de revues à interroger, et surtout, nous avons pu établir que vous êtes déjà nombreux à déposer vos travaux en intégralité sur HAL :

Enfin, il est apparu que pour ceux qui n’utilisent pas ou peu HAL, les principaux obstacles sont le manque de temps et de connaissances quant aux politiques de diffusion de leurs éditeurs scientifiques : qu’à cela ne tienne, c’est la raison d’être de mon travail, vous faciliter la vie !

J’ai constitué un fichier Excel pour faire une liste de toutes les revues demandées et de leurs politiques de diffusion : je suis arrivée à un total de 225 revues, auxquelles se sont rajoutées toutes celles de 2 maisons d’éditions (Ausonius et Mergoil). Ensuite, j’ai élaboré avec l’aide de ma tutrice deux questionnaires Google Forms, l’un en anglais et l’autre en français, afin de recueillir plus facilement les réponses des éditeurs. Chercher à tous les contacter n’a pas été une mince affaire : certains n’ont pas laissé de contacts visibles ou fonctionnels, d’autres ne nous ont pas encore répondu. Cependant pas d’inquiétude, le fichier continuera à évoluer après mon départ grâce au travail de ma tutrice de stage Marie Chebance !

Au moment où j’écris ces lignes, 58 revues nous ont répondu (52 par les questionnaires, les autres par mail) ; nous avons également pu établir les politiques de diffusion de plusieurs autres revues, notamment celles de la maison Elsevier qui dispose d’une page spéciale pour connaître les embargo en fonction des titres. Il nous reste donc 154 revues à contacter pour confirmer ou compléter nos informations actuelles, et j’ai bon espoir qu’avec le déconfinement, les échanges seront plus rapides. N’hésitez donc pas à contacter la bibliothèque de la MOM pour avoir plus de renseignements !

Voici quelques graphiques pour vous donner une idée de nos premiers (et encourageants) résultats, avec les informations glanées sur Internet et les réponses aux questionnaires

Nous pouvons voir ici que environ la moitié des éditeurs n’accepte pas le dépôt des travaux déjà publiés… ce qui signifie aussi que l’autre moitié l’accepte, avec parfois des conditions ou des embargos. Rien d’insurmontable donc !

Ce second graphique montre que les éditeurs sont plus favorables au dépôt du postprint : moins d’un quart n’accepte pas le dépôt sur HAL. La majorité impose un embargo, mais presque un tiers des éditeurs permettent que votre manuscrit corrigé soit immédiatement mis sur HAL. Concernant la question des embargos, il faut préciser qu’en France, avec la loi pour une République Numérique (art.30) qui s’applique depuis octobre 2016 à tout écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié sur fonds publics et publié dans un périodique paraissant au moins une fois par an, l’embargo ne peut excéder 12 mois en SHS (Sciences Humaines et Sociales). Ainsi le dépôt non autorisé ou avec un embargo de plus de 12 mois réclamé par certains éditeurs pour la version postprint peuvent être ignorés. Vous pouvez consulter la page des questions juridiques sur la documentation de HAL pour plus d’informations.

Graphe : réponse des éditeurs vis à vis du dépôt du manuscrit non corrigé (preprint) sur Hal

Et enfin, la plupart des éditeurs acceptent que le preprint soit immédiatement déposé sur HAL. Comme vous pouvez le voir, les périodes d’embargo varient selon le type de version de votre travail que vous souhaitez déposer. Je tiens à insister ici sur le fait que ces résultats ne sont pas définitifs : ils sont donnés à titre indicatif, pour vous donner une idée des informations que nous collectons pour vous.  

Quand bien même une grande partie de mon stage s’est déroulé en télétravail, j’ai beaucoup apprécié ces quatre mois qui m’ont permis d’expérimenter tous les travaux à faire au sein d’une bibliothèque : accueil du public, rangement, catalogage, équipement et puces RFID, mais aussi des travaux plus pointus et spécifiques comme la recherche d’informations techniques pour la constitution d’une photothèque. C’est aussi pendant ce stage que j’ai pu profiter de la bibliothèque du personnel, qui regorge d’informations sur le métier de bibliothécaire, jusque dans les aspects les plus insoupçonnés. Si avec ça je n’ai pas le concours ! 

Je tiens à remercier toute l’équipe de la bibliothèque de la MOM pour sa bienveillance et son écoute, grâce à eux je me suis très vite sentie à l’aise et j’ai énormément appris ! Je remercie en particulier Nina et ma tutrice Marie pour leur grande gentillesse et leur disponibilité, elles m’ont beaucoup aidée pour le travail sur les politiques éditoriales. Merci également à Véronique qui m’a conseillée sur les photothèques, et à Magali pour m’avoir permis de partager mon expérience sur ce blog ! 

Ma mission de stage : aider les chercheurs à déposer sur HAL

Dans un précédent billet de blog, je vous avais présenté mon parcours et comment se déroulait mon stage à la bibliothèque de la MOM, malgré le télétravail. Cependant, je n’ai évoqué que rapidement ma principale mission de stage, or elle concerne directement les chercheurs et enseignants chercheurs de la MOM !

Tel qu’il a été défini dans ma convention de stage, mon travail est d’élaborer une base Continuer la lecture de Ma mission de stage : aider les chercheurs à déposer sur HAL

Stage à la MOM et télétravail, c’est possible !

Etudiante en deuxième année de master Culture de l’Ecrit et de l’Image à l’ENSSIB, amoureuse des bibliothèques devant l’éternel et future bibliothécaire et écrivaine quoi qu’il m’en coûte, c’était une évidence pour moi que de faire mon stage de 4 mois dans l’univers des livres et de leur valorisation. Il faut dire que j’ai le parcours type de la littéraire : bac L, trois ans en prépa Chartes au lycée Henri IV à baigner dans l’univers merveilleux des concours, puis une bifurcation vers le master de l’ENSSIB, l’école des bibliothécaires par excellence.

Le choix de la MOM peut sembler bizarre si on s’attarde Continuer la lecture de Stage à la MOM et télétravail, c’est possible !

Un stage à la MOM

Un stage à la MOM, on se dit d’abord que ce n’est qu’un espoir lorsqu’on n’a pas fait d’étude en lien avec l’Histoire ou l’Archéologie mais qu’on demande tout de même à y regarder de plus près.

Un stage à la MOM, on se dit ensuite que c’est une aubaine lorsqu’on vous reçoit en entretien et qu’on accepte avec le sourire de vous lier un temps à l’aventure.

Un stage à la MOM, c’est d’abord rentrer dans une bibliothèque d’exception et des laboratoires de recherche dans lesquels gravitent des projets tout aussi divers que les personnes qui les portent, tous liés par le besoin d’en savoir plus et de participer d’une petite pierre supplémentaire à l’édifice de la connaissance.

Un stage à la MOM, c’est ensuite rencontrer une équipe bienveillante et soudée dans les différentes tâches qui lui incombent, petite mécanique humaine aux rouages bien huilés.

Un stage à la MOM, c’est la découverte des métiers qui nourrissent les laboratoires et la bibliothèque depuis la fouille jusqu’aux archives et aux rayons, en passant par les souvent oubliés du public mais non moins nécessaires coordinateurs, informaticiens et médiateurs.

Un stage à la MOM, c’est ensuite comprendre comment toutes ces activités s’imbriquent pour un but commun et permettent à tous de bénéficier d’un trésor intellectuel sans cesse en évolution.

Un stage à la MOM, c’est d’abord la surprise de la quantité de temps peu commune que les gens sont prêts à vous accorder et de la générosité des réponses qui vous sont données.

Un stage à la MOM, c’est ensuite de la gratitude envers l’accueil qui vous a été fait. De la simple gratitude pour des gens qui vous ont accueilli avec autant de simplicité.

Un stage à la MOM, c’est enfin une expérience qui ne sera pas oubliée, et qu’un jour c’est sûr l’odeur des livres ne manquera pas de rappeler.

RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE RÉCOLEMENT DU FONDS PHG ET LES COMPÉTENCES QUE CELA M’A AMENÉ À DÉVELOPPER

Ce stage d’un mois a été effectué dans le cadre de ma formation à l’Université de Bourgogne à l’IUT Information-Communication. Curieux d’histoire et conseillé par un ami en 2ème année de master d’archéologie, j’ai postulé à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux et ai pu ensuite réaliser cette expérience.

Travaillant 35 heures par semaines sous la direction d’Emmanuelle Piredda (bibliothécaire responsable du fonds d’histoire classique), et de Nina Mitamona (bibliothécaire responsable du fonds d’égyptologie), j’ai pu effectuer le récolement du fonds PHG (géoarchéologie, méthodologie de l’archéologie, préhistoire) ainsi que la mise à jour de la signalétique des rayons de ce fonds.

Ces activités m’ont ainsi permis Continuer la lecture de RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE RÉCOLEMENT DU FONDS PHG ET LES COMPÉTENCES QUE CELA M’A AMENÉ À DÉVELOPPER

Retour d’expérience sur le désherbage du fonds d’archéologie orientale (AOR) et le catalogage d’un fonds sur le commerce de l’Asie à l’Antiquité

Après deux années de master à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), j’ai décidé de tenter les concours des bibliothèques et d’enrichir mon expérience professionnelle dans le monde des bibliothèques. C’est dans ce contexte que j’ai trouvé un stage de six mois à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, à raison de deux jours de stage par semaine d’octobre 2018 à mars 2019 sous la direction de Nina Mitamona, bibliothécaire responsable du fonds d’égyptologie et de Véronique Faure, bibliothécaire responsable du fonds ancien et du fonds d’archéologie orientale.

Grâce à mes connaissances en matière de catalogage et de traitement des collections, plusieurs missions m’ont été attribuées : le désherbage du fonds d’archéologie orientale, le catalogage du fonds J.-F. Salles – un fonds portant sur l’Asie dans l’Antiquité – et une mission d’accueil du public chaque vendredi après-midi. En ce qui concerne la première mission, l’enjeu principal a été de déterminer, avec la responsable du fonds d’Archéologie Orientale, des critères pour désherber les ouvrages de ce même fonds afin de faire de la place dans les rayonnages lors de nouvelles acquisitions. Rapidement, nous avons décidé de laisser en libre-accès tous les livres concernant les fouilles archéologiques car ils sont très consultés. Les trois critères retenus pour le désherbage ont donc été les suivants :

  • Tous les ouvrages antérieurs à 1950 (hors fouilles archéologiques)
  • Tous les ouvrages anciens jamais empruntés
  • Tous les ouvrages en langues rares, c’est-à-dire autres que le français, l’anglais, l’allemand, le grec et l’italien.

Pour se faire, j’ai réalisé un tableur Excel afin de répertorier les ouvrages à retirer des rayonnages. Ensuite, et de manière à guider les lecteurs, j’ai changé leur statut dans les notices d’exemplaires, avant de les équiper et de les mettre en réserve. En ce qui concerne la seconde mission, elle consistait à cataloguer un don d’ouvrages versé à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée par un chercheur spécialiste des routes commerciales du Golfe persique, de l’Océan indien et du monde grec, Jean-François Salles. Il s’agissait, en outre, de cataloguer tous les exemplaires dans le logiciel « Koha » au format UNIMARC et de les répartir dans des fonds préexistants afin de les intégrer aux collections de la bibliothèque. Néanmoins, cette tâche s’est avérée complexe car la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ne dispose pas de fonds spécialisé dédié à cette zone géographique.

Enfin, la dernière mission qui m’a été conférée concernait l’accueil du public chaque vendredi après-midi. Cette activité consistait essentiellement à accueillir les lecteurs, à les renseigner, à gérer les prêts et les retours, à effectuer des inscriptions, à ranger les livres utilisés durant la semaine selon leur cote et leur préfixe. A fortiori, cette mission m’a permis de me familiariser avec les publics de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (chercheurs, étudiants, doctorants), de me former à la Library of Congress Classification (LCC) – le système de classification utilisé à la Mom – et de mieux cerner les besoins des usagers qui viennent consulter des documents en bibliothèque universitaire spécialisée.

Anne-Charlotte Pivot

Mon CV sur LinkedIn

Stage de découverte professionnelle à la MOM

Étudiante en linguistique, j’ai réfléchi à mon projet professionnel. Un stage à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux m’a permis de découvrir les multiples aspects d’une bibliothèque de recherche. Tout de suite j’ai été séduite par les lieux, l’enthousiasme du personnel et l’ambiance calme qui invite à la concentration.

De multiples missions et leur apport

Le stage a débuté avec une présentation générale du fonctionnement, des services fournis par la bibliothèque et la rencontre avec l’ensemble du personnel. J’ai eu la chance de participer à la vie du service tout en travaillant sur une variété des tâches :

  • Les réunions hebdomadaires

J’ai assisté aux réunions générales, mais aussi aux réunions d’organisation des évènements. A cette occasionj’ai pu collecter des informations concernant la manière dont le personnel coordonne son activité et son budget. Ces réunions sont l’occasion d’échanger des informations entre les services.

  • Saisie des doubles dans Greco

J’ai effectué l’enregistrement des livres en double du domaine d’Egyptologie et Monde Arabe dans le logiciel Greco.

  • Révision des textes en anglais

Pour mieux présenter l’identité de la bibliothèque ainsi que les services proposés dans une langue étrangère, j’ai aidé à la traduction des brochures en anglais.

  • L’ensemble du circuit du livre

Il m’a ainsi été possible d’assister à la réception, catalogage, équipement et mise en circulation des ouvrages. Des informations concernant la couverture des livres, le matériel utilisé, des fournitures nécessaires et techniques adéquates m’ont été données. J’ai pu les appliquer.

  • Participation à l’accueil de public

Une autre tâche confiée a été d’assister à l’accueil du public, au renseignement bibliographique et retour des documents dans diverses sections.

La richesse de cet environnement et la grande disponibilité à mon égard dupersonnel m’ont permis de comprendre l’organisation et le fonctionnement d’une bibliothèquespécialisée.
Je tiens à remercier toute l’équipe pour tout le temps qu’ils m’ont consacré etpour les informations partagées si généreusement. Je tiens à remercier Mme.Mitamona qui a encadré mon stage, pour la confiance qu’elle m’a accordée etl’autonomie dont j’ai disposé tout au long de ces deux semaines.

Georgiana CIORDAS

Documentation et numérisation d’un corpus de six cent tirés-à-part

Pour compléter ma préparation aux concours des bibliothèques, j’ai effectué un stage volontaire de deux mois à la bibliothèque de la MOM. J’étais chargée d’alimenter la base en ligne « 1000 tirés-à-part Salomon Reinach » (http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/).

Cette plateforme permet à tout internaute de consulter et de télécharger des documents issus du don de la bibliothèque de Salomon Reinach, en 1937. Elle comprend les tirés-à-parts possédés par l’archéologue, c’est-à-dire des articles de revue ou des chapitres d’ouvrage ayant fait l’objet d’une réimpression isolée. La bibliothèque en possède environ sept mille en réserve ; certains sont reliés ensemble pour former des volumes, d’autres sont isolés. Quatre mille d’entre eux sont déjà accessibles sur le site.

J’ai travaillé sur les tirés-à-part isolés. Ce sont des documents fragiles, généralement imprimés entre 1820 et 1930, constitués de quelques feuilles de papier friable hasardeusement reliées entre elles. Les lecteurs ne peuvent donc pas les consulter directement : d’où l’intérêt de numériser cette collection cachée de la bibliothèque.

Ces documents sont classés, en réserve, par ordre alphabétique d’auteur. Le début de l’alphabet avait déjà été numérisé à mon arrivée : je me suis donc chargée de la fin, de J comme Jacobsthal à Z comme Zielinski, soit plus de six cent tirés-à-part.

Le traitement a lieu en deux temps :

1) La description bibliographique, effectuée sur un logiciel interne créé à la MOM. Elle consiste à identifier le document et à renseigner le titre, l’auteur, l’éditeur, la date et le lieu de publication, et à retrouver, si nécessaire et si possible, la source de l’article. J’y ajoute les éléments de description matérielle (langue, format, pagination, code barre et planches éventuelles). Cette étape s’achève par une indexation à l’aide d’une liste à plat évolutive, qui permet aux lecteurs d’effectuer une recherche par thème.

2) La numérisation, qui consiste à scanner les documents puis à traiter les fichiers numériques, notamment en les passant à l’OCR, puis à les mettre en ligne.

Ce travail m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences en matière de traitement de document, de recherche documentaire, de dématérialisation et de stratégie de valorisation. Il permet aux bibliothécaires d’avoir un inventaire à jour et un accès facilité aux tirés-à-parts en réserve ; mais il est surtout utile aux usagers et, plus généralement, aux curieux et chercheurs de toute espèce. La plateforme offre en effet une visibilité à des documents rares (il était fréquent qu’ils ne soient pas catalogués dans le SUDOC), et permet à n’importe qui de les télécharger librement sous format PDF.

*

Ce travail était tout aussi intéressant pour ma formation universitaire en philosophie. Cette immersion dans les coulisses du savoir encyclopédique de Salomon Reinach a été l’occasion d’accumuler les connaissances insolites, fun facts, mystères archéologiques et autres punchlines de polémique intellectuelle épistolaire, pour l’heure répertoriées dans un cahier. Ce n’est pas pour rien que les Reinach étaient surnommés les frères J.S.T. (Je Sais Tout) : l’ensemble des tirés-à-part de la bibliothèque du puîné constitue un témoin de la culture érudite de la fin du XIXe et du début du XXe. J’ai découvert un contenu très varié, dans plus d’une dizaine de langues différentes (des langues européennes au latin et au grec en passant par du russe). On trouvera ici un florilège d’extraits représentatifs avec les liens vers les articles :

 

– Dans la catégorie « Art Grec », Roger Marx propose, en 1907, un parallélisme entre la carrière de Loïe Fuller et les représentations de la danse dans les arts figuratifs grecs.
Roger Marx, Une rénovatrice de la danse (Miss Loïe Fuller), Paris, Bibliothèque du Musée, 1907.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150674/MOM_TP_150674_0001/PDF/MOM_TP_150674_0001.pdf

« Danseuses de Pompéi », in Roger Marx, Une rénovatrice de la danse (Miss Loïe Fuller), Paris, Bibliothèque du Musée, 1907.

Quant à Franz Studniczka, il rend compte de manière détaillée, en 1922, de la restauration du groupe de marbre Artemis sauvant la jeune fille Iphigénie, actuellement conservé à la glyptotèque Ny Carlsberg de Copenhague.
Franz Studniczka, Artemis og Ifigeneia : En marmorgruppe i Glyptoteket, Copenhague, 1922 (en danois).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151490/MOM_TP_151490_0001/PDF/MOM_TP_151490_0001.pdf

« Artemis-Ifigenia-Gruppen », Franz Studniczka, Artemis og Ifigeneia : En marmorgruppe i Glyptoteket, Copenhague, 1922.

– Dans la catégorie « Chiffons », Nikodim Kondakov étudie la fonction, à la fois militaire et d’apparat, des vêtements des étrangers à la cour byzantine.
N. P. Kondarov, « Les costumes orientaux à la cour byzantine », Byzantion, revue internationale des études byzantines, tome 1, 1924.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150071/MOM_TP_150071_0001/PDF/MOM_TP_150071_0001.pdf

N. P. Kondarov, « Les costumes orientaux à la cour byzantine », Byzantion, revue internationale des études byzantines, tome 1, 1924.

– Dans la catégorie « Vases Antiques », Augusto Negrioli expose les vases peints et les figurines en terre cuite découvertes dans un cimetière étrusque, dans la région de Bologne.
Augusto Negrioli, « Comacchio, vasto sepolcreto etrusco scoperto in Valle Trebba : relazione provvisoria delle campagne di scavo del 1924 e del 1925 », Notizie degli Scavi, n° 7, 8 et 9, 1924 (en italien).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150135/MOM_TP_150135_0001/PDF/MOM_TP_150135_0001.pdf

« Figurine in bronzo e rhyton in terracotta », Augusto Negrioli, « Comacchio, vasto sepolcreto etrusco scoperto in Valle Trebba : relazione provvisoria delle campagne di scavo del 1924 e del 1925 », Notizie degli Scavi, n° 7, 8 et 9, 1924.

– Dans la catégorie « Littérature », Georg Karo revient sur les récits d’Hérodote, Strabon et Elien à propos d’une courtisane grecque vivant en Egypte, Rhodope. Il rappelle entre autres qu’elle serait à l’origine du conte de Cendrillon : un aigle lui aurait volé sa sandale pendant qu’elle était au bain pour la déposer aux pieds du pharaon qui promit d’épouser sa propriétaire.
Georg Karo, « Die Spiesse der Rhodopis », Journal international d’archéologie numismatique, tome 10, 1907 (en allemand).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150019/MOM_TP_150019_0001/PDF/MOM_TP_150019_0001.pdf

– Dans la catégorie « Mystères archéologiques », A. Rowe s’intéresse à l’énigmatique disque de Phaistos, découvert en 1908 à Crète et couvert de hiéroglyphes en spirale. Il suggère une origine chypriote au disque et à ses inscriptions.
A. Rowe, « The Phaestos Disk : its Cypriote origin », Transactions of the Royal Society of South Australia, vol.  43, 1919 (en anglais).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151477/MOM_TP_151477_0001/PDF/MOM_TP_151477_0001.pdf

A. Rowe, « The Phaestos Disk : its Cypriote origin », Transactions of the Royal Society of South Australia, vol. 43, 1919.

– Dans la catégorie « Octopodes », et pour surfer sur la vogue littéraire du poulpe, M. L. Siret, après s’être intéressé à la stylisation du motif du poulpe dans l’art mycénien, étudie la signification et les représentations des remous de l’eau. Il en conclut que le succès du motif de la pieuvre tient à ce que, comme les mouvements de l’eau, il est une image du mouvement de la vie et de l’univers.
M. L. Siret, « Origine et signification du décor spiralé », 15. Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, 4. Session de l’Institut International d’Anthropologie, 1931.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151512/MOM_TP_151512_0001/PDF/MOM_TP_151512_0001.pdf

– Dans la catégorie « Polémique d’érudits », on appréciera le différent entre Edmond Saglio (archéologue) et Emile Soldi (sculpteur et graveur), qui mettent leur art de la rhétorique au service du conflit qui les oppose dans la réalisation d’un article sur la ciselure antique. Un « buzz » fin-de-siècle…
Edmond Saglio, Réponse à un libelle intitulé « L’article Caelatura du dictionnaire des antiquités grecques et romaines, signé par M. E. Saglio », Paris, Hachette & Cie, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151033/MOM_TP_151033_0001/PDF/MOM_TP_151033_0001.pdf
Emile Soldi, Les erreurs d’un érudit : Lettre à M. E. Saglio, Paris, Ernest Leroux, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151474/MOM_TP_151474_0001/PDF/MOM_TP_151474_0001.pdf

– Dans la catégorie « Meilleur titre », on nommera Encore un objet énigmatique, d’Adrien Guébhard, extrait du Bulletin de la Société Préhistorique Française. Tout est dans l’adverbe !
Adrien Guébhard, « Encore un objet énigmatique », Bulletin de la société préhistorique française, tome 8, 1911.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150810/MOM_TP_150810_0001/PDF/MOM_TP_150810_0001.pdf

Adrien Guébhard, « Encore un objet énigmatique », Bulletin de la société préhistorique française, tome 8, 1911.

– Dans la catégorie « Meilleur Incipit », on citera sans hésitation les premières lignes de l’ouvrage de René Robine, pour le léger instant de désarroi qu’elles peuvent susciter chez le lecteur.
René Robine, Contribution à l’étude de la méthode de percussion métallique et d’auscultation combinées, Paris, Vigot Frères, 1919.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151030/MOM_TP_151030_0001/PDF/MOM_TP_151030_0001.pdf

René Robine, Contribution à l’étude de la méthode de percussion métallique et d’auscultation combinées, Paris, Vigot Frères, 1919.

– On terminera enfin sur une catégorie créative : « Défi d’écriture estival », qui vous est proposée par S. G. Mercati. A l’instar de Macaire Caloritès, nous vous mettons au défi de rédiger, à votre tour et sur la plage, « un acrostiche alphabétique sur la vanité de la vie en 24 distiques politiques »…
S. G. Mercati, « Macaire Caloritès et Constantin Anagnostes », Revue de l’Orient chrétien, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150832/MOM_TP_150832_0001/PDF/MOM_TP_150832_0001.pdf

*

Quelques missions annexes m’ont également été confiées : je me suis occupée de l’accueil des usagers, des opérations de prêt et de retour, du rangement des ouvrages, et j’ai traité un fond de thèses reçues, en 2018, par la bibliothèque. Pour valoriser le label CollEx obtenu par la bibliothèque, j’ai catalogué une quinzaine de thèses sur Chypre en Unimarc, je les ai indexées avec le Thésaurus Pactols, puis je leur ai attribué une cote LCC. L’accueil chaleureux des bibliothécaires m’a également permis de clarifier des points de culture professionnelle sur lesquels j’avais de nombreuses questions, notamment pour ce qui relève de la transition bibliographique. Je les remercie de tout cœur !

Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Mon stage s’est déroulé sur l’année universitaire 2016/2017 de novembre à juillet mais avec la fréquence particulière d’un jour par semaine. Cela a ses avantages et ses contraintes. Pour les contraintes, tout naturellement, cela demande une organisation différente et une tâche où je puisse être autonome : cela a été tout trouvé (et j’en ai été plus que ravie !) : c’était le moment d’effectuer, pour la première fois depuis 10 ans, le récolement du fonds BAB.
Pour les avantages, cela m’a permis de vivre un cycle complet d’une année à la bibliothèque : la période des budgets, des acquisitions, les réunions avec les chercheurs pour le choix de nouvelles acquisitions ou encore les (fameux !) travaux d’été, notamment l’étiquetage ou ré-étiquetage des ouvrages en Réserve. J’ai également fait quelques permanences au temps de la fermeture du 5 rue Raulin (un temps heureusement révolu !), mais aussi du catalogage, de l’équipement : un panorama assez complet du métier de bibliothécaire et c’était le but.
Mais ma mission principale a donc été Continuer la lecture de Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Récolement, accueil, désherbage : deux mois d’immersion et de minutie

Dans le cadre de ma première année de Master Information-Documentation suivi à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il se déroulait en deux temps : trois semaines fin 2017 puis cinq semaines de début février à mars.

La première partie de mon stage a consisté à réaliser un récolement du fonds ACL (archéologie classique), c’est-à-dire à en faire l’inventaire, en comparant le fonds théorique (un fichier tableur contenant l’ensemble des ouvrages ACL en libre-accès classés par cote, obtenu par une requête adressée au catalogue) et le fonds réel. Cela a permis de relever les ouvrages manquants (indiqués sur le fichier mais absents du rayon), mais aussi de remarquer des erreurs de cote, d’enregistrement dans le catalogue ou encore de rangement physique et ainsi de les corriger. Un récolement qui a permis de vérifier la présence ou l’absence de plus de 11 000 documents. Les résultats sont plutôt positifs puisque seuls 56 ouvrages sont manquants, soit un pourcentage de 0,5%.

La deuxième activité réalisée dans ce stage a été de participer au désherbage du fonds AOR (archéologie et histoire orientale), dans une optique de faire de la place dans les rayons et donc d’accueillir de nouvelles acquisitions. Cela impliquait de décider des critères qui permettent d’enlever des ouvrages du libre-accès pour les mettre en réserve.

Ainsi, nous avons décidé d’enlever :

  • les doubles (systématiquement)
  • les ouvrages écrits dans une langue plus rare que les 5 langues les plus communes du fonds (français, anglais, allemand, grec, italien)
  • les ouvrages parus avant 1950, sauf s’il s’agit de fouilles ou s’ils sont tout simplement très consultés et parfois empruntés. Mais enlever les ouvrages anciens du libre-accès était important afin de protéger ces documents qui pour certains ne sont pas en très bon état.

Comme pour le récolement, des requêtes adressées au logiciel de catalogage ont permis d’obtenir un fichier tableur sur lequel travailler afin de repérer rapidement les documents à traiter.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. Par cette activité, j’ai pu découvrir le public de chercheurs et d’étudiants venant travailler à la bibliothèque et me familiariser avec les tâches telle que les procédures d’inscription, la gestion des prêts et des retours, ou encore me perdre dans les rayons sombres des différentes réserves afin de satisfaire l’étudiant ou le chercheur ayant besoin d’un ouvrage hors du libre-accès. Enfin, il serait malvenu de ne pas citer l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages déposés par le public sur les chariots des différents étages.

Marius Faure-Brac
Mon CV sur LinkedIn