ANYSTYLE pour ZOTERO : Convertissez votre bibliographie aujourd’hui et gagnez du temps demain!

https://anystyle.io/

formations-bib@mom.fr

http://www.mom.fr/bibliotheques/bibliotheque-de-la-mom/formations-et-tutoriels

Références :
Pour plus d’informations, consultez cette fiche technique réalisée par le SCD de Tours : http://www. univ-tours.fr/acces-rapide/importer-dans-zotero-une-bibliographie-ecrite-sous-word-423356.kjsp

Création graphique inspirée de l’univers visuel de Bioshock ©2KGames

Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Mon stage s’est déroulé sur l’année universitaire 2016/2017 de novembre à juillet mais avec la fréquence particulière d’un jour par semaine. Cela a ses avantages et ses contraintes. Pour les contraintes, tout naturellement, cela demande une organisation différente et une tâche où je puisse être autonome : cela a été tout trouvé (et j’en ai été plus que ravie !) : c’était le moment d’effectuer, pour la première fois depuis 10 ans, le récolement du fonds BAB.
Pour les avantages, cela m’a permis de vivre un cycle complet d’une année à la bibliothèque : la période des budgets, des acquisitions, les réunions avec les chercheurs pour le choix de nouvelles acquisitions ou encore les (fameux !) travaux d’été, notamment l’étiquetage ou ré-étiquetage des ouvrages en Réserve. J’ai également fait quelques permanences au temps de la fermeture du 5 rue Raulin (un temps heureusement révolu !), mais aussi du catalogage, de l’équipement : un panorama assez complet du métier de bibliothécaire et c’était le but.
Mais ma mission principale a donc été Continuer la lecture de Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Récolement, accueil, désherbage : deux mois d’immersion et de minutie

Dans le cadre de ma première année de Master Information-Documentation suivi à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il se déroulait en deux temps : trois semaines fin 2017 puis cinq semaines de début février à mars.

La première partie de mon stage a consisté à réaliser un récolement du fonds ACL (archéologie classique), c’est-à-dire à en faire l’inventaire, en comparant le fonds théorique (un fichier tableur contenant l’ensemble des ouvrages ACL en libre-accès classés par cote, obtenu par une requête adressée au catalogue) et le fonds réel. Cela a permis de relever les ouvrages manquants (indiqués sur le fichier mais absents du rayon), mais aussi de remarquer des erreurs de cote, d’enregistrement dans le catalogue ou encore de rangement physique et ainsi de les corriger. Un récolement qui a permis de vérifier la présence ou l’absence de plus de 11 000 documents. Les résultats sont plutôt positifs puisque seuls 56 ouvrages sont manquants, soit un pourcentage de 0,5%.

La deuxième activité réalisée dans ce stage a été de participer au désherbage du fonds AOR (archéologie et histoire orientale), dans une optique de faire de la place dans les rayons et donc d’accueillir de nouvelles acquisitions. Cela impliquait de décider des critères qui permettent d’enlever des ouvrages du libre-accès pour les mettre en réserve.

Ainsi, nous avons décidé d’enlever :

  • les doubles (systématiquement)
  • les ouvrages écrits dans une langue plus rare que les 5 langues les plus communes du fonds (français, anglais, allemand, grec, italien)
  • les ouvrages parus avant 1950, sauf s’il s’agit de fouilles ou s’ils sont tout simplement très consultés et parfois empruntés. Mais enlever les ouvrages anciens du libre-accès était important afin de protéger ces documents qui pour certains ne sont pas en très bon état.

Comme pour le récolement, des requêtes adressées au logiciel de catalogage ont permis d’obtenir un fichier tableur sur lequel travailler afin de repérer rapidement les documents à traiter.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. Par cette activité, j’ai pu découvrir le public de chercheurs et d’étudiants venant travailler à la bibliothèque et me familiariser avec les tâches telle que les procédures d’inscription, la gestion des prêts et des retours, ou encore me perdre dans les rayons sombres des différentes réserves afin de satisfaire l’étudiant ou le chercheur ayant besoin d’un ouvrage hors du libre-accès. Enfin, il serait malvenu de ne pas citer l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages déposés par le public sur les chariots des différents étages.

Marius Faure-Brac
Mon CV sur LinkedIn

Organiser sa recherche de job en archéologie

Vous êtes étudiants, doctorants et vous êtes à la recherche d’un job dans des filières archéologiques ou culturelles. Cet article est pour vous.

Pour commencer, quel type de poste cherchez-vous ? Où trouvez-vous des offres d’emploi ? Dans une période de recrutement limité, comment saisir toutes les opportunités ?

 

 Vous souhaitez travailler au service de la communauté, de l’état ou d’une collectivité territoriale : Bienvenue dans le service public !

 La fonction publique se divise en deux grands ensembles :  la fonction publique territoriale et la fonction publique d’Etat. Sur le schéma suivant, vous trouverez des liens où vous pourrez rechercher des offres d’emplois : Un job Archeo au Service de tous

 Ces offres d’emploi concerneront des vacations, CDD, CDI, postes de fonctionnaires. Ces institutions proposent également des offres de stages.

Dans la fonction publique d’état l’offre concernera  :

  • des post-doctorats
  • des emplois d’attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER)
  • des emplois contractuels
  • des concours pour devenir enseignant (maître de conférence), chercheur, ingénieurs et techniciens de recherche (ITA/ITRF bap D) avec un statut de fonctionnaire titulaire

Dans la fonction publique territoriale, l’offre sera associée à la filière culturelle et impliquera, pour les postes de fonctionnaires titulaires, de se présenter à des concours d’attaché culturel, conservateur du patrimoine, etc. La fonction publique territoriale recrute également sur contrat court.

 

Pour être à l’affut de chaque offre d’emploi, utilisez des outils de veille !

Vous pouvez utiliser des outils de veille comme Inoreader, Netvibes, Scoop-it afin de vous créer une page qui ressemblera à un journal de petites annonces spécialisées sur vos centres d’intérêts.

Vous pouvez également suivre les informations d’instituts ou de groupes spécialisés en archéologie qui diffusent notamment des offres d’emplois, de stages, post-doctorats… (archéologie.be, INRAP, EFA, des laboratoires…) via un compte facebook ou twitter.

 

Mettez votre CV en ligne, et faites-vous connaître via des réseaux sociaux professionnels !

 Linkedin, Viadéo, sont des réseaux sociaux professionnels où vous pouvez vous créer un compte, mettre en ligne votre CV et exposer vos projets. Peu d’offres d’emploi sont proposées dans le domaine de l’archéologie. Toutefois, vous y trouverez les parcours de nombreux chercheurs. Vous pourrez suivre leurs actualités et surtout faire connaître votre projet professionnel.

Academia, Research gate, sont des réseaux sociaux académiques (ou de chercheurs) où la communauté scientifique peut diffuser ses publications et faire connaître ses travaux de recherche. On n’y trouve pas d’offre d’emploi a priori mais ces réseaux sont très utilisés par la communauté universitaire, en particulier Academia pour les enseignants et chercheurs en Sciences Humaines et Sociales. Research Gate est d’avantage utilisé par les spécialistes des sciences de la nature, notamment la géologie.

 

Gérez vos envois de CV et devenez un enragé de la recherche d’emploi

 Cela semble évident et logique, mais vous devez impérativement vous organiser pour gérer vos candidatures spontanées ou vos réponses à des offres d’emploi.

Un simple tableau Excel, avec les rubriques adéquates, fera l’affaire (colonnes : institut/entreprise, recruteur, candidature spontanées /n° de l’annonce date de réponses, date relances, commentaires, résultats /réponses + ou -…)

De nombreuses candidatures spontanées vous permettront de faire circuler votre CV. Sachez que nombreux recrutements s’effectuent sans qu’il y ait d’offres d’emplois diffusées, à partir des candidatures envoyés spontanément. Chaque lettre de motivation doit être adaptée au recruteur à lequel vous l’envoyez.

 

Suivez l’actualité de votre domaine, tout en suivant toutes les opportunités

Les rencontres informelles lors de séminaires, colloques vous permettront également de vous faire connaître et de tisser des liens avec la communauté scientifique ou culturelle.

Sur la plateforme Calenda, vous accéderez à une partie du calendrier des manifestations en archéologie.

Des listes de diffusion vous donneront des informations sur l’organisation de manifestations, des offres d’emploi, des nouveautés dans le domaine de l’archéologie :

Agade agade@listserv.unc.edu : Diffusion international pour des job et post doc … et diffusion d’information sur les mondes anciens (colloque, appel à contribution, dernières parutions…)

EEF ‎eef@mailman.yale.edu  : Egyptologists Electronic Forum, liste de diffusion spécialisée en egyptolgie

 

Quelques liens où vous trouverez des offres d’emplois spécialisées sur la thématique de l’archéologie ou sur le domaine culturel (musées,…) :

Instituts publics ou privés

INRAP Institut Nat. de recherches archéologiques préventives

INP  Institut national du patrimoine

Ecole du Louvres

Musées

Musée du Louvre

Réseau Paris Musées

Sociétés privés

Archeodunum : Société suisse d’investigations archéologiques

Eveha : Bureau privé d’études archéologiques en France (14 agence en France)

Associations et sociétés savantes

Société préhistorique française

APAHAU : Blog, Association des professeurs d’archéologie, histoire de l’art en Universités

Plateformes pour de la recherche d’emploi :

Academia (blog) : Vise à rendre accessibles les informations touchant à l’évaluation, l’emploi et le recrutement des jeunes enseignant-e-s chercheur-se-s en sciences humaines et sociales.

Archéojob – Emploi en archéologie : Blog présentant des offres d’emploi archeo

Musées emplois : Offres d’emploi et de stages dans l’Univers des musées et des établissements artistiques et patrimoniaux.

Archeologia.be – Emploi :  Réseau conçu pour proposer des outils à destination des étudiants, professionnels, passionnés d’archéologie (voir aussi leur page Facebook)

British Archaeological Jobs and Ressources, BAJR : Portail anglais d’emploi archeo

Archaeology Jobs Search :  Portail international d’emploi dans le monde de la recherche et des universités

Profil Culture : Site d’emploi spécialisé dans les métiers de la culture

Job Culture : Site dédié à l’emploi culturel

Imagine ton futur :  Site d’emploi généraliste

Academic, Research, and Science Job : Site international d’emplois académiques

Egyptologists Electronic Forum :  Lettre d’info. d’égyptologues

Ministères des affaires étrangères, postes à l’étranger

Pôle Emploi : Recherche possible avec les codes emplois suivants : ROME : K2401 = Recherche en sciences de l’homme et de la société ROME : K1602= Gestion de patrimoine culturel

 

 

 

 

 

 

 

 

Virtualise ton prof…

Oh la belle provocation ! Et pour cause, les MOOC sont à l’honneur de ce billet. Les MOOC, quèsaco ? MOOC pour Massive Open Online Course, ce sont des cours diffusés en ligne gratuitement. Généralement, ils prennent la forme de vidéos explicatives mettant en scène un enseignant, quelques documents pdf, des bibliographies, des forums et des systèmes d’évaluation sous forme de quizz – et oui, on a numérisé le prof ! Mis à part la correction des copies qui s’est volatilisée, quels avantages trouve-t-on à ces nouvelles pratiques, me direz-vous ?

Ces cours sont accessibles à tous gratuitement, peu importe son niveau d’étude, et peuvent être suivis à toute heure de la journée. Pour une somme modique, il est possible d’obtenir une attestation de réussite à faire valoir sur son cv ou auprès de son employeur dans le cadre d’une évolution professionnelle – au même titre qu’une formation continue.

Evidemment – évidemment ! – ils ne remplacent pas un cursus universitaire et encore moins les échanges de vive voix avec un expert du domaine enseigné. Toutefois, ils permettent une première approche d’un sujet et peuvent être un point de départ non négligeable pour un nouveau projet dans le cadre d’une formation continue, ou pour une véritable reprise d’études dans d’autres cas.

Et pour les curieux simplement, les fonctionnalités interactives telles que les forums et les quizz – plutôt ludiques  – permettent d’engager un minimum d’investissement personnel  dans la prise de connaissance, voire la réflexion autour d’un sujet. Si le livre et la lecture sur un temps long  sont une base nécessaire au déploiement de la pensée – de l’étudiant comme de l’auteur, le MOOC permet de faire le point de ce que l’on en a retenu, et ouvre éventuellement les portes pour un échange plus soutenu avec d’autres étudiants et les enseignants qui voudront bien se plier à l’exercice.

A mi-chemin entre le livre et le cours en présentiel, le MOOC ne se substitue à aucun des deux. Dans certain cas, il est possible de l’envisager comme un documentaire vidéo en plusieurs épisodes, parfois en live, et enrichis de fonctionnalités interactives. Il peut éventuellement compléter un cours en présentiel.

Pour vous faire votre propre idée sur ce qui existe actuellement sur les domaines de compétences de la MOM, voici une « petite » sélection de MOOC qui pourraient vous intéresser. Pour un usage personnel, il en existe bien d’autres sur des sujets extrêmement variés de l’astronomie à la couture en passant par le développement d’une politique publique.

 Sommaire

Continuer la lecture de Virtualise ton prof…

Une blogosphère autour de la MOM

Avec ce billet, nous vous proposons de découvrir des blogs scientifiques – autrement nommés carnets de recherche – récemment mis en ligne et abordant le domaine de l’archéologie et des mondes anciens. D’avis que la blogosphère et l’édition d’un carnet de recherche tient en partie son intérêt des échanges résultant des billets publiés, nous espérons qu’en naviguant ici et là, vous trouverez de quoi débattre, argumenter, contredire et surtout développer les idées ébauchées en échangeant entre carnetiers.

Si vous souhaitez ouvrir un blog, en lien avec votre groupe de recherche, vos missions archéologiques, votre laboratoire, etc. plusieurs plateformes vous proposent des outils ergonomiques, de type WordPress. Le CLEO / OpenEdition a développé sa plateforme Hypothèses afin de recueillir un ensemble de Carnets de recherche.

Des formations à WordPress pour Hypothèses sont disponibles toute l’année : Calendrier des formations

L’avantage du blog par rapport au site web institutionnel ou à la publication scientifique soumise à un comité de lecture est qu’il vous permet d’adapter votre style d’écriture à un public plus large, de soulever des discussions et d’engager des débats, et vous apporte une certaine souplesse dans l’élaboration de vos arguments scientifiques. Le blog ou carnet de recherche peut être utilisé comme un espace public de réflexion scientifique mise à l’écrit ou en image. Libre à chacun d’y concocter à sa guise les hypothèses qu’il pourra développer et préciser ensuite dans des publications revues par ses pairs. L’affichage chronologique des billets de blogs et la diffusion de ces billets dans les divers canaux de communication web présentent l’avantage de maintenir un lien régulier avec les membres de votre communauté scientifique et d’ouvrir la réflexion et l’accès à la connaissance scientifique à tout un chacun.

Suivre l’actualité ou les derniers articles de tous ces blogs n’est pas évident. Pour gérer cette masse d’information, n’hésitez pas vous abonner à des alertes, notamment sur hypotheses.org. Vous pouvez également souscrire à des flux et les organiser dans des gestionnaires/agrégateurs de flux (Inoreader, Netvibes).

Retrouver la liste des carnets de recherche de la MOM sur http://www.mom.fr/

Maintenant, place aux blogs !

Sommaire 

HAL-o ??

Nommée d’après l’intelligence artificielle supercalculateur de la saga  de l’Odyssée de l’espace et détournée en Hyper Article en Ligne, HAL est une archive ouverte créée en 2001 (clin d’œil au film) par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) du CNRS, permettant à toute la communauté de l’Enseignement supérieur et de la recherche française et des laboratoires publics ou privés, de déposer leurs articles, manuscrits et thèses (TEL) dans une base à accès ouvert. L’accès aux données est libre, mais pas nécessairement leur utilisation ou réutilisation.

Même si l’objectif 1er de cette archive ouverte est de fournir du texte intégral pour tous, HAL permet également le signalement d’une publication (=notice/référence) sans le dépôt du texte intégral (=document), ce qui permet aux chercheurs, laboratoires et instituts de recenser l’ensemble de leurs publications sur une même plate-forme.

Il existe donc plusieurs niveaux de déclinaisons de cette plate-forme :

Continuer la lecture de HAL-o ??

HAL and beyond…

Pourquoi promouvoir l’accès universel à la recherche plutôt que les multinationales de l’édition ?

Pour un accès universel, immédiat et gratuit aux résultats de la recherche

 

Circuit de l’édition scientifique privé traditionnel (modèle lecteur-payeur)

La recherche est financée en grande partie par des fonds publics, les chercheurs rédigent des documents sans contrepartie financière supplémentaire et évaluent gratuitement la production de leurs pairs. Parallèlement les bibliothèques et instituts payent de plus en plus cher pour accéder à cette documentation publiée par des éditeurs privés, obligeant quelque fois le désabonnement à des revues scientifiques sous forme papier comme électronique.

Le dépôt dans l’archive ouverte HAL ou la publication en libre accès est par conséquent un acte citoyen de partage.

Pour une meilleure visibilité

Les archives ouvertes (pas seulement HAL) sont moissonnées par les moteurs de recherche. La majorité des études sur les travaux en Open Access concluent à un impact positif de l’Open Access sur le taux de citations. Etude de 2016 : Research impact of paywalled versus open access papers par Archambault, É., Côté, G., Struck, B., and Voorons, M.

Pour un accès à long terme

HAL vous garantit la pérennité du stockage des fichiers déposés (via le CINES) et de l’accès (lien pérenne) à ces données.

Et pour…

Une réduction des délais de diffusion, une paternité des résultats assurée (horodatage), un suivi et une vitrine de la production scientifique d’une structure, d’un laboratoire… Continuer la lecture de HAL and beyond…

Quelques atlas numériques de l’Antiquité sur le Net

Le web est devenu une déclinaison évidente pour de nombreux projets scientifiques notamment ceux à caractère géographique. La présentation et la diffusion des résultats s’en trouvent dès lors facilitées et élargies.

La cartographie en ligne a suivi ce mouvement de démocratisation du savoir d’où le développement récent, dans de nombreuses disciplines, de projets ambitieux d’atlas numériques, de répertoires de lieux et de portails cartographiques à destination d’un large public.

Nous vous proposons ici une sélection, non exhaustive, d’atlas archéologiques et historiques centrés, Maison de l’Orient et de la Méditerranée oblige, sur les temps anciens. Ces atlas nous ont semblé pertinents pour celles et ceux qui travaillent sur ces époques et ces problématiques.

DAAHL : The Digital Archaeological Atlas of the Holy Land

DAAHL est un projet international qui propose un atlas archéologique en ligne de la « Terre-Sainte » (Palestine, Israël, Jordanie, Syrie, Sinaï, Liban, Égypte…).

Des dizaines de milliers de sites archéologiques sont enregistrés dans la base de données du projet. Les sites répertoriés, de la préhistoire au début du XXe siècle – peuvent être accompagnés de cartes, de textes, de photographies ou d’objets archéologiques.

Cette application web est le premier acte d’un projet plus ambitieux qui vise à une cartographie complète des sites archéologiques de la Méditerranée (Mediterranean Archaeological Network – MedArchNet).

Le site DAAHL propose plusieurs possibilités d’accès à l’information archéologique et à la visualisation des sites archéologiques :

Empires : visualisation dynamique des zones géographiques occupées par les différentes dynasties (une vingtaine prédéfinies) qui ont peuplé la « Terre-Sainte » au cours des siècles.
La zone délimitant « l’empire » s’affiche sur une carte satellite de la région avec possibilité de zoomer et de jouer sur le type de présentation (plan, image Google Maps, relief…).
Un texte de présentation historique, avec des illustrations, accompagne la carte de la dynastie choisie.

Archaeological Periods : On peut accéder aux 17000 sites de la base de données du projet par grandes périodes archéologiques (une soixantaine), du paléolithique inférieur à l’époque ottomane.
Une application permet l’animation des sites aux cours des différentes époques. Un texte d’introduction à la « période » accompagne la carte de l’époque sélectionnée.

Shishak’s Campaign : reconstitution animée, à l’aide d’images de Google Earth, de la campagne militaire du pharaon Sheshonq 1er (945-924 av.JC) au Levant.

PEF Maps : superposition d’anciennes cartes de la Palestine Exploration Fund (1870-1880) avec des images de Google Maps pour une présentation interactive des sites archéologiques de la région concernée.

Search Database : interrogation de la base de données par nom de site, par période, par type de site…. Présentation finale des résultats sur une image Google Maps enrichi d’une fiche informative sur le site. Il est aussi possible de visualiser le ou les sites trouvés sur « Google Earth » par l’intermédiaire d’un fichier « .kml » généré lors de la recherche.

Spatial Search : à partir d’une carte Google Maps, possibilité de délimiter, à partir de points, une large zone de recherche des sites archéologiques de DAAHL. L’affichage des résultats se fait sur l’application Google Earth ; cette dernière option ne semble pas fonctionner correctement.

Make Maps : Comme son nom l’indique, vous avez la possibilité de concevoir des cartes personnalisées à partir de périodes chronologiques, de types ou caractéristiques de sites. Le résultat apparait alors sur la carte interactive. Les sites sont matérialisés par des cercles plus ou moins importants, et ce, en fonction du nombre de sites référencés dans la zone. Il se peut que vous deviez zoomer sur plusieurs niveaux pour localiser un lieu précis dans une région très dense en sites archéologiques. Le nom du site apparait quand on glisse le curseur sur le point. Possibilité de copier la carte ainsi conçue à des fins d’illustration.

Site Preservation : deux films en lien la préservation des sites archéologiques.

DARMC : Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization

Le « DARMC », atlas historique développé par une équipe de chercheurs et d’étudiants de l’Université d’Harvard, propose une représentation cartographique, temporelle et interactive des civilisations des mondes antiques et médiévaux (de l’Empire romain au 16ème siècle).

Les concepteurs du projet ont d’abord matérialisé les informations contenues dans le « Barrington Atlas of Greek and Roman World ». Par la suite, la base de données du DARMC s’est enrichie de nouvelles données puisées à d’autres sources bibliographiques qui ont permis d’élever l’atlas à un plus haut degré de précision et d’élargir les zones et les époques couvertes.
Le DARMC collabore d’ailleurs étroitement avec Pleiades, le répertoire des sites antiques.

La grande variété des données entrées dans la base permet la production de cartes spécifiques, originales et modifiables à l’envi. Il suffit, dans l’onglet « Maps », de sélectionner des critères prédéfinis de types chronologiques (époque romaine, médiévale…), historiques (dynasties, épopée viking, expansion musulmane, royaumes européens, Reconquista, croisades, grande peste…), thématiques (voies de communications, centres urbains, peuplement, diffusion des ordres religieux, ligues commerçantes…) et/ou géographiques (Europe, France, Eurasie, Orient…).

On peut croiser les critères, zoomer sur la carte des résultats ou la déplacer dans les limites de la page web.

Il est aussi possible de saisir directement un nom de lieu (en haut à gauche de la carte) à afficher sur le planisphère. Dans la barre d’outils au dessus de la carte, on peut sélectionner le fond de carte (relief, routes…) et ainsi se fabriquer des cartes personnelles à imprimer.

L’atlas DARMC compte s’ouvrir sur l’Afrique et la Chine.

Corona Atlas of the Middle East

Cet atlas archéologique en ligne du Moyen-Orient (et des régions avoisinantes), conçu par l’University of Arkansas, a été élaboré à partir de photographies satellites, noir et blanc, prises entre 1960 et 1972 par la mission CORONA de surveillance des zones à risque à l’époque de la guerre froide.

Les photographies (188000 d’après les concepteurs du projet) utilisées pour réaliser cet atlas constituent une source d’informations importante pour les archéologues qui travaillent sur les évolutions des sites et des vestiges archéologiques de cette région.
En effet, le développement urbain, les conflits, l’intensification de l’agriculture, la construction de voies de communication et de réseaux d’irrigation ont modifié ou fait disparaitre, ces dernières décennies, des lieux tels qu’ils existaient jusqu’au début des années 70.
Ce projet permet donc de répertorier rétrospectivement des sites perdus, voire d’en découvrir ou d’en redécouvrir d’autres, aujourd’hui, peu ou mal documentés.

Quand on lance l’atlas, les contours en rouge représentent les zones couvertes par des images CORONA. Au fur et à mesure que l’on zoome, les images CORONA proprement dites et les sites archéologiques deviennent visibles.

On accède aux photographies satellites des sites référencés dans la base de données du projet via le menu « Tools » en haut à gauche du fond de carte.
Une fois le site archéologique sélectionné, l’image satellite correspondante s’affiche en gris. Le curseur de transparence en bas de la fenêtre de visualisation offre la possibilité, pour une même zone, de passer d’une époque (les années 60-70), en gris, à l’autre (aujourd’hui) et de percevoir ainsi les évolutions de l’endroit. Quand la carte s’affiche en couleur, c’est qu’il s’agit d’une image « Google Maps » récente de la région. On peut changer l’aspect du fond de carte récent (image satellite, carte routière…).

En général, plusieurs photographies CORONA sont liées aux sites. Elles correspondent aux différents passages, au cours des années, du satellite sur la zone. Dans le menu « Map Contents« , en haut à gauche, pour une zone donnée, on peut modifier l’affichage de l’image en sélectionnant/désélectionnant les différentes calques photographiques CORONA mis à contribution. On a aussi la possibilité de télécharger la ou les cartes contenant le site recherché.

D’autres critères permettent d’affiner la recherche ou de modifier l’affichage et la présentation des cartes. On peut aussi zoomer sur les cartes et calculer la distance entre deux points sur une carte.

ArchAtlas: Archaeological Atlas Project

ArchAtlas est un projet de cartographie sur le web de sites archéologiques proposé par le « Department of Archaeology » de l’Université de Sheiffied (UK).

Les sites archéologiques référencés (environ 200 pour l’instant) concernent la préhistoire et le début des époques protohistoriques. Les régions privilégiées sont la Méditerranée orientale, le Proche-Orient ancien, l’Asie centrale ; A noter quelques sites en Amérique et en Asie orientale…

La localisation des sites contenus dans le répertoire OpenAtlas se fait par l’intermédiaire soit d’un atlas interactif ou soit d’un moteur de recherche interne, si on connaît le nom du site recherché. Chaque notice de site contient une photo satellite de la zone, un planisphère avec la localisation dudit site et éventuellement un renvoi à un article de la revue numérique « ArchAtlas Journal » où il est mentionné.
Certains sites bénéficient d’une présentation plus élaborée (série de photos satellites, images en 3D ou panorama).

Tous les sites archéologiques contenus dans OpenAtlas peuvent être visualisés directement sur Google Earth (fichier .kml) ou Worldwind à condition d’avoir installé, au préalable, les applications nécessaires. On a alors la possibilité de faire le lien, à partir du globe virtuel, avec la notice informative du site dans OpenAtlas et éventuellement avec un article de la revue numérique « ArchAtlas Journal ».

Les articles de « ArchAtlas Journal » traitent, peu ou prou, de problématiques éditorialisées par les concepteurs du site (diffusion de l’agriculture, routes et échanges commerciaux, développement de l’urbanisme et technique de visualisation des données archéologiques) ; les articles sont richement illustrés avec des images satellites, cartes en 3D, schémas, données issues de la télédétection et des SIG appliqués à l’archéologie…
Cette revue numérique accueille aussi des articles issus d’interventions données lors d’ateliers organisés par le département d’archéologie de l’université de Sheffield.

La base de données s’enrichit régulièrement en nouveaux sites archéologiques récupérés à partir d’autres atlas en ligne (ASPRO, TAY, BMSAG…).

ArchAtlas a aussi en projet une cartographie chronologique et culturelle des sites archéologiques référencés dans son répertoire. Cela dit, ce site ne semble pas faire l’objet de mise à jour régulières…

Antiquity à-la-carte

Nous avons affaire ici à une application web interactive de cartographie du Monde antique qui permet la conception et l’édition de cartes personnalisées en fonction de critères prédéfinis.

Ce projet a été conçu par « l’Ancient World Mappinp Center » de « l’University of North Carolina at Chapel Hill».

Une fois l’application lancée, l’écran d’élaboration et de visualisation des cartes se décompose en trois parties :
En haut, des outils pour interagir avec l’atlas… Au centre, le fond de carte interactif ; sur le panneau à droite, les critères de recherche d’un lieu, les paramètres de personnalisation de la carte (calques, critères géographiques, légendes…) ; quand on clique sur le bouton de recherche « Search for Features« , un autre panneau avec les critères de recherche (nom de lieu, type de lieu, époque) apparait
Chaque partie de l’écran est modulable pour donner plus de place à la carte.

Les résultats de la recherche apparaissent dans la zone « Results ». Il suffit de double-cliquer sur une occurrence pour qu’elle apparaisse sur la carte centrale. Sur la carte, on peut afficher plusieurs lieux en même temps.

On peut aussi modifier l’aspect de la carte en intervenant sur les menus au-dessus de celle-ci. Avec « Labels », on change la langue (anglais, grec, latin) des noms de lieux. Avec « Time Period(s) », on fait varier les époques chronologiques (Archaic, Classical, Hellenistic, Roman, Late) liées aux sites. Avec « Tools », on peut mesurer la distance entre des localités, les déplacer, en créer de nouvelles, tracer des itinéraires ou de larges zones circonscrites et, enfin, sauvegarder la carte sur laquelle on travaille sous forme d’URL.

L’application propose également l’export de la carte aux formats « .json » (lu par les logiciels de SIG) et « .kml » (visualisable sur Google Earth).

A noter que l’affichage de la carte, lors d’un zoom, d’une modification des paramètres ou d’un repositionnement, peut être un peu lent…

ORBIS : The Stanford Geospatial Network Model of the Roman World

Ce site interactif, développé par la « Stanford University, (US) » permet une simulation cartographique des déplacements entre cités établis à partir des principales voies de communication (réseau routier, routes maritimes, fleuves et rivières navigables) de l’Empire romain (1er-2ème siècles ap. J.C.) pris dans sa plus grande acceptation (Méditerranée, Mer noire, Asie mineure, littoral atlantique…).

Grâce aux nombreuses informations historiques entrées dans la base de données (632 sites, 301 ports, plus de 84000 km de réseau routier, 28000 km de rivières et de canaux navigables…) , une attention toute particulière a été donnée à la durée et aux coûts des voyages, fortement tributaires des contraintes géographiques. Cette simulation tient aussi compte des saisons, des modes et moyens de transports de l’époque.

Lorsqu’on lance l’application, elle ouvre sur une page composée de quatre parties :

Au centre, un fond de carte, « zoomable » et repositionnable, sur lequel figurent déjà les principales agglomérations urbaines et voies de communication terrestres de l’Empire romain.

A gauche, le panneau de composition de la « feuille de route » (points de départ et d’arrivée, saison du voyage, outil de calcul de l’itinéraire) et de sélection des modalités de l’expédition (rapidité, coût, type de trajet, modes et moyens de transport…). Avec l’onglet « Network », vous pouvez calculer la distance, le temps ou les dépenses à destination ou en provenance d’un site vers tous les autres sites du réseau et créer des cartes avec ces résultats. Avec l’onglet « Flow », à partir d’un site précis, on obtient un diagramme de flux qui regroupe les trajectoires calculées à destination ou en provenance de ce lieu. La popularité des flux de circulation est indiquée par l’épaisseur du segment dans le diagramme.

En bas de la page, un bandeau affiche le détail des principales étapes du voyage. Ces informations (durée du voyage, saison, kilométrage, coût…) sous forme de graphiques sont une reprise de celles notées dans la fenêtre « Calculated Route » qui apparaissent aussi sur la carte à chaque nouvelle composition d’itinéraire. On cliquant sur les points de l’itinéraire, on interagit avec les graphiques.

A droite, une zone de paramétrage du fond de carte (affichage des routes, des villes, reset de la carte, historique des itinéraires…). On peut également y télécharger les itinéraires que l’utilisateur a élaborés aux formats  « .sgv », « .csv »…

Toutes les zones de paramétrages sont possiblement escamotables afin d’obtenir un fond de carte en plein écran.

Le site propose également une galerie de cartes et des cartogrammes, un peu compliqués à lire pour le profane, sur les ratio coût/distance/mode de transport des échanges entre les grandes métropoles de l’Empire romain (Rome, Constantinople, Antioche…).

Articles de la revue en ligne M@ppemonde sur le site ORBIS :

https://mappemonde-archive.mgm.fr/num34/internet/int12201.html

https://mappemonde-archive.mgm.fr/num36/internet/int12401.html

PLEIADES

Il ne s’agit pas là d’un atlas à proprement parler mais plutôt d’un répertoire toponymique historique, en accès libre, principalement centré sur le monde gréco-romain antique. Il est développé par l’Institute for the Study of the Ancient World (New-York University) et the Ancient World Mapping Center (UNC Chapel Hill).

Ce répertoire – plus de 35 000 lieux antiques référencés – a été, au départ du projet, élaboré à partir des données du « Barrington Atlas of the Greek and Roman World ». Il s’enrichit régulièrement de nouvelles données géographiques provenant d’autres atlas numériques disponibles sur le Web.

A partir d’une page d’interrogation principale, on consulte la base de données (privilégiez la forme anglo-saxonne du nom de lieu). Une liste des items correspondant à la requête s’affiche et l’on peut alors choisir le lieu recherché (région, toponyme, localité, zone géographique, site archéologique, route, rivière, montagne…).

Chaque lieu pointe vers une notice, plus ou moins détaillée, avec une carte Google Maps (plan ou image satellite), des références bibliographiques, une mention du type de lieu, éventuellement les différents noms sous lesquels le lieu a été connu à travers les époques, parfois des photos liées au lieu (hébergées par flickr), quelquefois des liens vers d’autres lieux référencés dans PLEIADES…

La notice propose également des possibilités d’exportation et de présentation des données sous différents formats (Atom, Json, Turtle , KML…) lisibles par des applications appropriées.

A noter aussi qu’il s’agit là d’un projet collaboratif. Après s’être inscrites, les personnes intéressées peuvent s’impliquer dans l’enrichissement du site par l’ajout d’informations géographiques, bibliographiques, historiques ou de liens vers des ressources extérieures.

Au fil de nouvelles collaborations, le site compte élargir son horizon géographique et chronologique en intégrant dans son inventaire de nouvelles localisations antiques en relation avec le Proche-Orient ancien, l’Europe celtique, le monde byzantin….

Old Maps Online

Il ne s’agit pas là non plus d’un atlas mais plutôt un portail qui répertorie les cartes « anciennes » numérisées conservées dans des collections partout dans le monde. Il propose aussi un accès direct à ces cartes.

Le projet a été créé suite à une collaboration entre le « Great Britain Historical GIS Project » de l’University of Porthmouth (UK) et Klokan Technologies GmbH, une entreprise suisse.

On peut rechercher un site référencé sur une carte en saisissant directement un nom de lieu dans la zone de recherche en haut de la page ou en cliquant sur « Find a Place » au centre de la page. Il est aussi possible de préciser sa recherche en utilisant les curseurs de la règle chronologique « Timeline » afin de restreindre les résultats en fonction de la date de publication des cartes.

Les résultats des requêtes sont matérialisés, sur la droite de la page, par des vignettes de cartes qui font le lien vers le ou les sites Web qui possèdent les documents numérisés. Les modalités de visualisation ou de téléchargement éventuel des cartes sont propres aux sites hôtes.

Le portail « Old Maps Online » ne contient pas de carte.

Nous venons de survoler les fonctionnalités de ces quelques projets d’atlas numériques qui se recoupent d’ailleurs parfois sur bien des aspects (à quand l’atlas unique des sites archéologiques de la Méditerranée antique, par exemple ?). Chacun d’entre eux mériterait qu’on s’y attarde plus longtemps afin de mieux maitriser toutes ses potentialités. A vous de jouer…

Pour un recensement plus complet des projets cartographiques et numériques, en accès libre, de l’Antiquité, voir l’article « Roundup of Resources on Ancient Geography » sur le Blog AWOL – The Ancient World Online.

La collection des Universités de France dite « Collection Budé » : un incontournable des études classiques

En préambule, afin d’éclairer les lecteurs, précisons la signification des différents noms utilisés pour citer la collection :

  • le nom de la collection : Collection des Universités de France
    (C.U.F. en abrégé), dite Collection Budé car elle a été fondée par l’association Guillaume Budé, association créée en juillet 1917.

Son origine : de la légende à la réalité

Cette collection est née de l’esprit du linguiste Joseph Vendryès qui, lors de la première guerre mondiale voulait emporter avec lui l’Iliade d’Homère.
Or, à cette époque, seules les éditions allemandes publiaient une édition critique de cette oeuvre, ce qui aurait pu poser problème dans les tranchées.
C’est grâce à cette constatation qu’est née l’association Guillaume Budé du nom d’un grand philologue du XVIème siècle. Sa mission principale consiste à proposer des éditions scientifiques et critiques de tous les textes de l’Antiquité jusqu’au 6ème siècle de notre ère.

Les ouvrages bénéficient d’un code couleur:
jaune pour les grecs et rouge pour les latins,

Série grecque de la C.U.F. ©Les Belles Lettres

et d’un emblème :
la chouette d’Athéna pour les grecs et la louve de Romulus et Remus pour les latins, ce qui permet de les différencier du premier coup d’oeil.

Série latine de la C.U.F. ©Les Belles Lettres

La collection est également reconnaissable à son papier : un velin crème de Guyenne de 80g fabriqué spécialement pour elle.
En 1920, paraissent les deux premiers ouvrages de la collection : l’Hippias mineur de Platon en grec et le De natura de Lucrèce en latin. Continuer la lecture de La collection des Universités de France dite « Collection Budé » : un incontournable des études classiques

Des outils pour la recherche scientifique

Valoriser ses données de recherche ? Trouver des partenaires ?  Editer un texte en TEI ? Il est parfois compliqué d’identifier les outils adaptés à vos projets. Au cours d’une veille effectuée sur différentes listes de diffusion ces derniers mois, nous en avons repérés quelques-uns qui pourraient vous être utiles. Cette liste est évidemment loin d’être exhaustive.

Trouver les acteurs de la recherche travaillant sur vos thématiques

ScanR est un moteur de recherche des acteurs publics et privés de la recherche scientifique française. Il recense près de 35 000 laboratoires et institutions décrits et caractérisés en fonction de leurs thématiques de recherche, leur emplacement géographique, leur rattachement à une école doctorale, leurs projets de recherche, etc.
Cet outil nous semble notamment intéressant pour les jeunes diplômés en recherche d’emploi : 937 résultats répondent au mot-clé « archéologie ». Alors, vous ne saviez pas où postuler ?

Organiser un projet de recherche, rassembler et diffuser ses informations

Fruits d’une collaboration entre l’Association of Research Libraries (ARL) et le  Center for Open Science (COS), la plateforme OpenScience Framework et le portail Share permettent de rassembler, de sécuriser et de retrouver toute la documentation (publications, pré-prints, données de recherche, plan de gestion des données, comptes-rendus de réunion, etc. ) relative  à un même projet de recherche de son  élaboration à l’archivage des documents.
Pour rechercher des données ou des publications publiques sur Share, suivez ce lien  : https://share.osf.io/
Pour réaliser le suivi de vos propres projets de recherche sur OpenScience Framework, c’est par ici : https://osf.io/

Sciencesconf.org est une plateforme web proposée par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD). Elle s’adresse aux organisateurs de colloques, workshops ou réunions scientifiques.
Cette plateforme multi-langue et configurable facilite les différentes étapes de déroulement d’une conférence depuis la réception des communications jusqu’à l’édition automatique des actes en passant par la relecture et la programmation des thématiques.

Organisez votre conférence  à cette adresse :
https://www.sciencesconf.org/ Continuer la lecture de Des outils pour la recherche scientifique

Comment accéder à des revues et des ouvrages payants via votre institution ?

Vous souhaitez vous documenter efficacement : Rechercher et accéder à de la documentation 24h/24h, 7j/7 et depuis n’importe où …

Google Schoolar vous affiche déjà de nombreux résultats sur des sites proposant de la documentation scientifique en accès libre (open access) 

Mais comment accéder à ces sites d’éditeurs ou ces plateformes payantes ?           

 

Si vous êtres membres de l’Université Lyon 2 (étudiants, enseignants, chercheurs, personnels BIATOSS, tutelle de laboratoire Lyon 2…) :

Accédez aux ressources payantes à partir du site internet des BU de l’Université Lyon 2

Identifiants : Ceux que vous utilisez pour le bureau virtuel, votre messagerie Lyon 2

 

 

Si votre établissement est membre de l’Université de Lyon-St Etienne (Lyon 2, Lyon 3, ENS, CNRS…) :

Accédez aux ressources payantes à partir du site internet de la Bibliothèque Diderot de Lyon

Identifiants : fournis lors de votre 1ere inscription à la bibliothèque

 

Si vous êtes membres d’un laboratoire CNRS (personnels, chercheurs, tutelle de laboratoire CNRS) :

Accédez aux ressources payantes à partir de la plateforme BibCNRS

Identifiants : Ceux que vous utilisez pour les applications CNRS (Simbad, Sirhus), ou demander votre identifiant Janus

 

L’offre de ces institutions est souvent complémentaire. Votre statut d’étudiant ou de chercheur vous permet d’accéder aux ressources payées par deux ou voire trois de ces établissements. Il vous faudra parfois naviguer d’un établissement à l’autre.

Quelques astuces peuvent vous faire gagner du temps. Par exemple, vous pouvez paramétrer Google Scholar pour obtenir le signalement des articles accessibles via ces établissements (tutoriel).

La meilleure garantie que nous ayons pour un accès pérenne à la documentation, à la diffusion du savoir, est de souscrire au mouvement du libre accès, de l’Open Acess. Chers chercheurs, doctorants, vous avez dès aujourd’hui la possibilité de faire connaitre votre travail et de participer à ce mouvement de l’Open Access en déposant vos articles sur HAL.

Pour vous perfectionner dans vos pratiques documentaires, les bibliothécaires et documentalistes de la MOM, vous proposent un format court et pratique de formations : les Ateliers Doc de la MOM.

Nouvelle année, nouveau programme des Ateliers Doc de la MOM

Pour ce 2ème semestre, les bibliothécaires et documentalistes de la MOM vous proposent des formations qui ont fait leur succès (en toute modestie) et une offre qui se diversifie encore soit dans le service offert (du SAV ?!)  soit dans de nouvelles explorations à découvrir ci-dessous.

Une bibliographie propre et formatée en quelques clics avec Zotero.

Cet atelier vous permettra d’optimiser la gestion de votre bibliographie à partir de Zotero. Grâce à ce logiciel libre, vous collecterez en un clic vos références et vous pourrez les éditer en deux clics sous forme de citation ou de bibliographie.

Lieu : MOM, salle de visioconférence

Séance n°1 : jeudi 25 janvier 14h-16h : inscription en ligne
Séance n°2 : mardi 20 mars 14h-16h : inscription en ligne

 

Zotero à la loupe
Vous maitrisez déjà la collecte de références via Zotero. Afin d’optimiser toutes les fonctionnalités de Zotero, nous vous présenterons l’utilisation des feuilles de style et leur modification légère, le partage de références via la gestion de groupe, ainsi que les différents modes de sauvegarde de vos données sur Zotero.

Lieu : MOM, salle de visioconférence

Séance n° 1 : jeudi 8 février 10h-12h : inscription en ligne
Séance n° 2 : jeudi 29 mars 14h-16h : inscription en ligne

 

   Le SAV de Zotero
Vous êtes face à certaines interrogations dans votre usage de Zotero : Comment modifier un élément d’une feuille de style, comment importer une bibliographie Word sous Zotero, comment monter un projet collectif à partir de Zotero, comment gérer certains bugs,…
Lors de cet atelier, vous serez reçus par l’un·e des bibliothécaires/documentalistes de la MOM qui essaiera d’apporter une réponse à votre question.

Lieu : MOM, salle de visioconférence

Séance n°1 : jeudi 8 mars 11h-13h : inscription en ligne
Séance n° 2 : jeudi 5 avril 13h-15h : inscription en ligne

 

Organiser sa recherche de job en archéologie
A partir de l’outil Inoreader, vous pourrez lors de cet atelier créer votre veille et être informé des dernières offres d’emploi dans le domaine de l’archéologie. Nous vous présenterons différentes ressources où vous pourrez trouver des annonces de jobs liées à des musées, des laboratoires, des bibliothèques, des instituts de recherche,…

Lieu : MOM, salle de visioconférence

 Séance : mardi 27 février 14h-16h : inscription en ligne

 

  Tout savoir sur BibCNRS
Venez découvrir BibCNRS, ainsi que toutes les options accessibles. A partir de cette plateforme vous pourrez, de chez vous, de votre bureau, accéder à des articles, des ouvrages 24h/24, 7j/7.

Lieu : MOM, salle visioconférence

Séance : jeudi 1er mars – 10h-12h : inscription en ligne

 

 Valoriser votre profil et vos publications sur Internet
Vous souhaitez améliorer votre visibilité professionnelle sur Internet ? Cet atelier vous prodiguera des conseils et des pistes afin de perfectionner votre identité numérique de doctorant ou de chercheur.

Lieu : Quai du Rhône, MILC salle 409

 Séance : ANNULE

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île. Continuer la lecture de Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

Où travailler en bibliothèque cet été ?

Avec la saison estivale, les bibliothèques lyonnaises ferment les unes après les autres et la bibliothèque de la MOM ne fait pas exception. Le 21 juillet prochain nos portes resteront closes jusqu’en septembre.

Toutefois, nous vous avons listé ci-dessous quelques bibliothèques spécialisées en archéologie ou généralistes qui vous accueilleront avec plaisir en juillet et août à Lyon.

La Bibliothèque du Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière est ouverte tout l’été.
Accès :
Se présenter à l’accueil du musée
17 rue Cléberg 69005 LYON

Horaires :
mardi et jeudi : 14h-17h
mercredi et vendredi : 11h-12h30/14h-17h
Les infos pratiques sont ici.

Le Centre de documentation du Service Régional d’Archéologie de Lyon est accessible tous le mois d’août sur rendez-vous.

Le Grenier d’abondance
6, quai Saint-Vincent
69283 Lyon cedex 01
Contact : Jean-Pierre Sevilla
Coordonnées disponibles en suivant ce lien.

La Bibliothèque Municipale de la Part-Dieu est ouverte tout l’été.
30 boulevard Vivier-Merle
69431 Lyon Cedex 03

Les bibliothèques municipales d’arrondissement sont également ouvertes tout l’été sauf la semaine du 15 août.
Toutes les informations utiles sont disponibles à cette adresse.

Les Archives Municipales de Lyon sont ouvertes de  13h à 17h en été.
1 place des Archives
69002 Lyon
Les détail sont ici.

 

Toute l’équipe de la bibliothèque vous souhaite de bonnes vacances, bon courage aux plus studieux d’entre vous, et merci à celles et ceux qui vous accueilleront dans leur locaux cet été !

Carnet de la bibliothèque de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée