Existe-t-il un islam des Lumières ? L’Islam à l’épreuve des Lumières

Face à la montée de l’islamisme et de ses dérives violentes comme le terrorisme, des intellectuels de culture islamique ont jugé nécessaire de lui opposer un discours alternatif. Les partisans de cette notion tentent de concilier deux tendances, en apparence opposées : celle des rationalistes qui trouve ses fondements dans le courant mut‘azilite, dit rationaliste ; et  celle des mystiques, incarné par le courant soufi. Pour M.  Chebel, son principal promoteur cet « autre islam » trouve ses fondements dans un verset coranique (24 : 35) qui symbolise la divinité : « nûr  ‘ala nur » (lumière sur lumière). Lumière est également un nom donné au Coran. Les idées-forces que charrie l’islam des lumières peuvent se résumer par l’abolition de la loi divine , la promotion de la raison et de la spiritualité et enfin la mise en valeur d’une « éthique pacifique »[1].Dans une perspective moderne, les dérivations d’anwar et de tanwir renvoient à l’époque des Lumières de la civilisation occidentale (XVIII e siècle). D’après l’islamologue belgo-marocain Ali Belhaj[2], Hasan Hanafi (penseur égyptien) aurait été le premier à défendre un islam qui tente de concilier la Tradition et les apports de la modernité. Aux yeux de Belhadj cette démarche s’apparente à celle des philosophes des Lumières, toutes proportions gardées afin de ne pas de tomber dans l’anachronisme. Ce projet d’édification d’un islam éclairé a été prolongé par un autre intellectuel/penseur,  lui aussi égyptien : Nasr Hâmid Abu Zayd[3]. Le travail de ce dernier consiste à appliquer aux sources fondamentales islamiques la méthode « critique littéraire » ; il a rencontré une vive opposition auprès des ulémas et des islamistes. Venons-en maintenant au contexte français. Le philosophe marocain Allal Sinaceur aurait forgé ce concept en s’inspirant de l’éminent islamologue Jacques Berque en parlant de « Coran des lumières » dans le sens d’une « révélation comprise dans les limites de ce que la Raison peut comprendre »[4]. Berque exprimera sa volonté de voir émerger un « islam des lumières comme pensée moderne » afin de contrecarrer l’islamisme. Cependant l’auteur qui a le plus œuvré pour la promotion de cette notion est certainement Malek Chebel.  Cette idée qui consiste à proposer un islam éclairé, critique envers la Tradition et qui privilégie les aspects brillants et raffinés de la civilisation a été défendue par Chebel à travers une série d’ouvrages qui traitent notamment de la sexualité, dès le début des années 80, et du raffinement qui s’étalent sur 40 ans. Et par-là, mettant en évidence une société de l’esthétique par opposition à une société de l’éthique. En 2004 avec son Manifeste de l’islam des lumières dans lequel il présente une réforme de l’islam à travers un programme en 27 propositions qui permettrait l’avènement de cet « autre islam ». Pour que cet objectif soit atteint une démocratisation et une sécularisation des sociétés islamiques seront nécessaires. Contrairement à Arkoun qui vise à remettre en cause l’historicité du Coran, Chebel préfère une lecture réformée du texte sacré. Paradoxalement Arkoun dont la méthode déconstructiviste pourrait tout à fait correspondre aux objectifs de l’islam des lumières est demeuré sceptique à l’égard de ce concept. Pour lui, invoquer les « lumières » relèverait de l’anachronisme, notamment celle qui fait coïncider la période de la Nahda renaissance arabe avec les Lumières européennes (XVIII siècle). Parmi les représentants de cet islam, on peut citer les travaux de vulgarisation de Rachid Benzine[5] qui a codirigé la collection « islam des Lumières » chez Albin Michel, dans laquelle on trouve soit des traductions d’œuvres de penseurs réformistes[6], soit une présentation de leur pensée. On peut également signaler une approche de l’ « islam des lumières » à travers un prisme essentiellement spirituel avec A.  Bidar ou Eric Geoffroy[7], un universitaire soufi. Ce dernier fait la promotion d’un islam intérieur comme rempart à celui des islamistes et des juristes qui insistent sur le formalisme (la lettre). En revanche, Geoffroy prend ses distances avec l’héritage des lumières qui accorde une place trop importante, à ses yeux, à la raison instrumentale.

Le pari politique/La récupération politique

A travers un discours, consacré à la lutte contre le « séparatisme », le président Emmanuel Macron a repris à son compte l’expression « islam des lumières » que doit bâtir la République avec les forces dynamiques/acteurs de l’islam de France. L’idée étant d’émanciper l’islam de l’influence des pays étrangers et des islamistes. Cette approche gallicane qui consiste à vouloir modeler un islam à la française est très mal perçue par de nombreux fidèles notamment les conservateurs qui craignent une ingérence du politique dans la pratique religieuse. Aussi peut-on se demander si les acteurs de cet « islam libéral » ne visent pas à plaire aux décideurs politiques, afin d’avoir une reconnaissance institutionnelle à défaut de trouver un ancrage auprès des musulmans pratiquants, qui perçoivent cet islam éclairé comme une sécularisation imposée et par l’Etat et par l’ultra-modernisme. Jusqu’à présent cet islam tarde à se populariser, car il reste dans l’incapacité à repenser les normes juridiques et peine à mobiliser face à un islam déjà accaparé par les institutions étrangères ou les islamistes. Les ambassadeurs de cet islam libéral n’ont pas de légitimité auprès d’un public de croyants, qui est lui-même divisé en multiples courants. De surcroît, son caractère flou ou hétéroclite ne permet pas de dégager un programme clair qui s’enracine dans l’héritage de la tradition musulmane qu’elle soit juridiques ou spirituelle (absence d’une théologie nouvelle et d’une herméneutique du Coran). Son grand défi demeure/réside en la capacité à franchir ces obstacles et sa réappropriation par des musulmans éclairés, mais issus de la sphère islamique que cet islam peut s’enraciner.


[1] Chebel (Malek). Manifeste pour un islam des Lumières : 27 propositions pour réformer l’Islam, Hachette, Paris, 2004. https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=484397

[2] Belhaj (Abdessamad). L’autre islam, L’Harmattan, Paris, 2021. https://rechercher.bibliotheque-diderot.fr/discovery/search?query=lds07,contains,262419602&tab=Everything&search_scope=MyInst_and_CI&vid=33ENSL_INST:33ENSL_INST&offset=0

[3] Abu Zayd (Nasr). Critique du discours religieux, Actes sud, Arles,1999. https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=455505

[4] https://theconversation.com/le-difficile-chemin-vers-lislam-des-lumieres-148490

[5] https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=472610

[6] https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=473898

Issam Ghedab

https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=473041

[7] https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=484805

Ateliers Doc’, saison 13

Nous vous remercions pour votre participation à notre enquête sur vos besoins en formation doc. Après dépouillement des réponses, un nouveau programme sur mesure vous a été concocté. Bonne rentrée à toutes et à tous. Au plaisir de vous revoir lors des ateliers.

ATELIERS DOC DE LA MOM : INSCRIPTION EN LIGNE

 

Zotero Initiation :

Une bibliographie propre et formatée en quelques clics avec Zotero

Jeudi 23 novembre 10h-12h, MOM salle visioconférence (7 rue Raulin, 4e étage)

Cet atelier vous aidera à optimiser la gestion de votre bibliographie à partir de Zotero. Grace à ce logiciel libre, vous collecterez en un clic vos références et vous pourrez les éditer en deux clics sous forme de citation ou de bibliographie. 

 

  HALunch

Jeudi 7 décembre 12h30-14h, Hall de la Bibliothèque (5 rue Raulin, rdc)
Jeudi 21 mars 12h30-14h, MOM Hall de la Bibliothèque (5 rue   Raulin, rdc)

Vos publications sont-elles signalées et disponibles sur la plateforme HAL ? Vous vous demandez si vous pouvez déposer le texte intégral sur HAL ? Comment voir vos publications HAL dans votre RIBAC (chercheurs cnrs) ? Comment exporter en quelques clics vos publications saisies sur HAL pour votre rapport d’activité (publications mais aussi communications dans un congrès, articles de blog etc.) ?
Si vous souhaitez avancer sur ces questions, venez nous rejoindre pour le café avec votre ordinateur et votre sandwich.

 

Zotero avancé : votre Zotero à la loupe

Lundi 11 décembre 13h-15h, MOM salle visioconférence (7 rue Raulin, 4e étage)

Vous maitrisez déjà la collecte de références via Zotero. Afin d’optimiser toutes les fonctionnalités de Zotero, nous vous présenterons l’utilisation des feuilles de style et leur modification légère, le partage de références via la gestion de groupe, ainsi que les différents modes de sauvegarde de vos données sur Zotero.

 

HAL, La totale
Mardi 16 janvier 14h-16h, MOM salle visioconférence (7 rue Raulin, 4e étage)

On vous dira tout sur les fonctionnalités de HAL qui vous sont indispensables. Vous prendrez connaissance des nouveautés de la plateforme et des problèmes juridiques auxquelles vous pouvez être confrontés, …

 

Comment accéder à un maximum de documentation en ligne ?
Lundi 22 janvier 13h-15h, MOM salle visioconférence (7 rue Raulin, 4e étage)

Que l’on soit étudiant, enseignant, chercheur, de Lyon 2 ou du CNRS, un accès à des ressources scientifiques (payantes ou en libre accès) vous est proposé via différentes plateformes. Venez découvrir ces plateformes et les différentes ressources auxquelles vous aurez accès depuis chez vous.

 

Gérer vos photos avec Tropy

Mardi 13 février 14h-16h, MOM salle visioconférence (7 rue Raulin, 4e étage)

Tropy est un gestionnaire de photos d’archives, qui vous permettra d’organiser des corpus iconographiques. Petit frère de Zotero, ce logiciel ergonomique répondra aux besoins de tous ceux qui travaillent sur des matériaux issus de fonds d’archives, musées, terrains de fouille, etc., et qui prennent quantités de clichés.

Politiques des revues pour l’auto-archivage

Rendre accessible votre article sur HAL : quelles versions, quelles conditions ?

Le CNRS et les Universités incitent de plus en plus les chercheurs à déposer leurs articles en archives ouvertes. Ils s’appuient sur la Loi pour une République Numérique (LRN), qui autorise le chercheur à mettre à disposition son manuscrit accepté pour publication quelle que soit la politique de diffusion de l’éditeur et sa nationalité, dès publication si l’article est lui même accessible en ligne ou sinon, 12 mois suivant la date de publication (en SHS). Pour rappel, le schéma ci-dessous présente les différentes versions d’une publication et leurs conditions de dépôt.

3 versions d'article pour les politiques d'auto-archivage

Il est donc important de conserver le manuscrit auteur accepté (MAA ou Postprint), c’est à dire la version revue par les pairs avant mise en page de l’éditeur, afin de pouvoir déposer la publication selon la loi. En effet, la version de l’éditeur peut être déposée dans HAL, seulement si l’article est publié en Open Access sous licence Creative Commons (CC), ou si vous avez obtenu l’autorisation de l’éditeur.

En 2020, Juliette Royère a commencé à récolter ces politiques pour les revues dans lesquelles les chercheurs des laboratoires de la MOM publient (elle en parlait ici). Le tableau joint à la fin de ce billet est le fruit de son travail et de la mise à jour d’Amélie Descollonges en juin 2022.

Cette liste de 228 revues passées à la loupe, provient des références des articles des chercheurs des laboratoires de la MOM signalées sur l’archive ouverte HAL. 

Le tableau indique pour les 3 versions de l’article (voir le schéma ci-dessus) la politique de la revue pour le dépôt dans HAL et renseigne le style de référence requis par la revue (la feuille de style Zotero ou les consignes aux auteurs pour rédiger les références bibliographiques). Les données proviennent de différentes sources (indiquées sur le tableau) :

  • La plateforme Sherpa Romeo, qui recense les politiques éditoriales des revues (avec traduction en français des politiques sur Mir@bel et déclaration par les éditeurs français sur Mir@bel pour alimentation sur S/R) mais c’est encore loin d’être exhaustif,
  • Les sites web des revues,
  • Un questionnaire envoyé aux éditeurs en mars 2020.

Certaines lignes ou cellules sont restées vides, faute d’informations suffisantes.  Vous trouverez également dans ce tableau le lien cliquable sur le titre de la revue vers la plateforme Mir@bel qui signale les accès en ligne disponibles, car nous avons renseigné l’ensemble de ces revues sur Mir@bel.

Ce tableau pourra être amené à évoluer. N’hésitez pas à nous faire part d’erreurs ou de changements dont vous auriez connaissance et à nous demander l’ajout d’une revue manquante.

PDF à télécharger : Tableau des politiques de 228 revues vis à vis de l’auto-archivage (mise à jour octobre 2022, contact pour demande de mise à jour : bibliothequearobasemompointfr).

Négocier un avenant et stratégie de non cession des droits

Si vous constatez que le dépôt sur HAL de l’article n’est pas autorisé dès publication dans la revue où vous vouliez publier, vous pouvez appliquer la stratégie de non cession (=conservation) des droits en ajoutant un paragraphe à ce propos dès la soumission de votre article et en ajoutant la mention “CC-By 4.0” à toutes les versions successives de votre manuscrit. Cette stratégie permet de mettre en libre accès immédiat vos productions scientifiques jusqu’à la dernière version acceptée pour publication par l’éditeur (le MAA mais pas le pdf éditeur !) quel que soit le modèle de diffusion de la revue et quel que soit sa politique d’auto-archivage. Cette stratégie est recommandée par l’ANR et la commission européenne, qui demandent que tous les articles issus des projets qu’elles financent soient disponibles en accès ouvert et sous licence libre dès leur date de publication (la LRN ne suffit donc pas).  Le Comité pour la Science Ouverte (COSO) a rédigé un guide pratique pour vous aider à mettre en œuvre simplement cette stratégie

Il vous est également possible de négocier un avenant rétrospectivement à votre publication, de nombreux modèles existent, voici une page explicative sur le site science ouverte de couperin.

Pour en savoir plus :
CCSD. « Questions juridiques », HAL Documentation. <URL: https://doc.archives-ouvertes.fr/questions-juridiques/>.
Comité pour la science ouverte (CoSo), 2020. « Je publie, quels sont mes droits ? », octobre 2020 <URL: https://www.ouvrirlascience.fr/je-publie-quels-sont-mes-droits>.
Comité pour la science ouverte (CoSo), 2022. « Mettre en œuvre la stratégie de non-cession des droits sur les publications scientifiques » <URL: https://www.ouvrirlascience.fr/mettre-en-oeuvre-la-strategie-de-non-cession-des-droits-sur-les-publications-scientifiques>.
Couperin. « Négocier un avenant – Science ouverte France », <URL: https://scienceouverte.couperin.org/negocier-un-avenant/>.

Qui dit Octobre dit Open Access Week !

 
 
L’Open Access Week arrive à grand pas ! Du 24 au 28 Octobre c’est une semaine internationale dédiée à la sensibilisation à l’accès ouvert dans le domaine de la publication scientifique. 
 
Ici à la MOM, et en partenariat avec la MSH Lyon St Etienne, nous vous convions le jeudi 27 Octobre à partir de 10h dans le grand hall de la MOM, à nous rejoindre pour une matinée ludique autour d’un café et de viennoiseries. Venez tester vos connaissances sur l’évolution des publications scientifiques et les différentes problématiques de l’accès ouvert tout en vous amusant. 
 
Des bons cadeaux seront à gagner et à utiliser sur le stand de la bibliothèque de la MOM lors de la Grande Braderie des 9 et 10 novembre (Palais Hirsch).
 
A partir de 12h et autour d’une collation, ce sera au tour de la HAL Dépôt Party où vous êtes conviés à venir déposer toutes vos publications dans HAL, en compagnie de vos documentalistes qui pourront vous aider et répondre à toutes vos questions.
 

PROGRAMME DETAILLE
MOM, rdc, 5 rue Raulin
JEUDI 27 OCOTOBRE
 

A partir de 10h : Salon de la Science Ouverte

Café,  croissants

  • Bingo de la Sciences Ouvertes
  • Faut pas s’en FAIR sur les données de la recherche 
  • Le Jeu de l’OA

 

A partir de 12h : HAL Dépôt Party

Collation

Prévoyez un moment pour venir déposer toutes vos publications dans HAL. Vos documentalistes profiteront de cet instant pour vous parler de la stratégie de non cession des droits ou  comment donner libre accès à vos publications en appliquant la stratégie de conservation (=non cession) des droits quel que soit le modèle de diffusion de la revue (ou politique d’auto-archivage) dans laquelle vous publiez.

Le guide pratique que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, via le Comité pour la Science Ouverte (COSO), a rédigé sur la stratégie de non cession des droits vous indique la procédure à suivre.

L’équipe des Ateliers Doc’ 
William Chassin, Marie Chebance, Claire Giguet, Maeva Huillier et Nina Mitamona

En route pour la Braderie

Comme vous le savez peut-être déjà, se tiendra au Palais Hirsch (hall du Grand Amphi  à Lyon 2), les mercredi 9 et jeudi 10 novembre, la Grande Braderie.

Les Presses Universitaires de Lyon 2 (PUL) et MOM Éditions auront chacun un stand et vous proposeront leurs ouvrages à prix réduits.

La bibliothèque de la MOM participera également à cet évènement ! Pour certain.e.s, vous avez peut-être en mémoire la précédente édition qui fut un succès.

Cette année, le prix de chaque volume vendu par la bibliothèque sera de 1€ (merci d’apporter de la monnaie).

Environ 3000 ouvrages et des fascicules de revues vous seront proposés.

Il n’y aura pas de réservation ! SAUF, sauf pour les bénévoles qui nous aideront à transporter et à installer tous les cartons de livres (bibliothèque et MOM Éditions), le Mardi 8 novembre de 14h à 16h.

Vous pouvez vous inscrire auprès de bibiotheque@mom.fr

Merci par avance pour votre aide !

Les ouvrages que nous proposerons sont des doubles des collections de la bibliothèque, que nous avons obtenus suite à des dons. Nos institutions partenaires ont déjà pris les documents qu’ils souhaitaient.

Nous ne sommes ni libraires, ni bouquinistes ; c’est pourquoi nous avons fait le choix de vous proposer ces ouvrages scientifiques pour un prix symbolique.

Au plaisir de vous retrouver nombreux, autour de beaux et de bons ouvrages

Analyser le paysage éditorial des revues en sciences de l’Antiquité : une noble mission de stage

Bonjour à tous !

Vous me connaissez peut-être si vous errez dans les couloirs du bâtiment de recherche de la MOM ou si votre jour favori pour emprunter des livres à la bibliothèque est le mercredi. Arrivée à la mi-avril à la MOM, je vois les journées se raccourcir et mon stage se terminer. Ces 4 mois au sein de la bibliothèque sont passés à toute vitesse. J’ai plongé dans l’univers des périodiques et des politiques de publication, à l’instar de ma prédécesseur Juliette Royère. Peut-être avez-vous eu l’occasion de lire ses billets ? Pour ma part, son expérience m’a donné envie d’effectuer mon stage à la bibliothèque, d’autant plus que mes cours de licence d’histoire de l’art et d’archéologie me manquaient. C’est donc avec plaisir que j’ai lu qu’on cherchait quelqu’un pour prendre sa suite.

Alignement des planètes extraordinairement favorable, les missions de stage tournaient autour des revues du Plan de Conservation Partagée (PCP)[1] des sciences de l’Antiquité. Je sortais justement d’un projet qui comparait les revues physiques des PCP avec les collections numérisées de Persée. J’étais donc lancée dans cette nouvelle étude !

Lors de mes premières semaines de stage, j’ai fait la connaissance de l’équipe bienveillante de la bibliothèque. J’ai pu satisfaire ma curiosité en découvrant tous les aspects des métiers en bibliothèque et prendre mes marques dans les locaux labyrinthiques. Une fois familière avec mon environnement, j’ai hérité de l’énorme travail de Juliette. Elle avait mené l’enquête pour réunir les politiques éditoriales des revues scientifiques dans lesquelles vous publiez. Le tableau créé avait pour but de vous aider à déposer vos travaux en libre accès sur HAL selon les consignes de votre éditeur. Réalisé il y a 3 ans, ce document avait besoin d’être un peu rafraîchi pour sa future publication.

Dans le même temps, j’ai découvert le site qui occuperait mes journées, Mir@bel ! Pour ceux qui ne connaitraient pas cet outil, il s’agit d’une plateforme de signalement des accès en ligne pour les revues scientifiques. Mon rôle était de saisir les revues de la bibliothèque et leurs métadonnées : titres, éditeurs, dates de parution, langues, périodicité et surtout accès en ligne. Il faut alors partir à la pêche aux informations et éviter les pièges de l’homonymie…

Ces deux tâches en apparence indépendantes sont en fait liées. Avancer sur l’une, c’est aussi développer l’autre. Signaler des accès dans Mir@bel, c’est vous offrir un accès facilité et immédiat aux articles et informations scientifiques nécessaires à la recherche. Mettre à jour et diffuser les politiques de publication des éditeurs, c’est vous aider à participer au mieux à cette circulation internationale du savoir.

Mais on peut aller plus loin dans l’étude du paysage éditorial en archéologie et sciences de l’Antiquité. Une analyse plus ambitieuse serait de cartographier les pratiques éditoriales par rapport aux disciplines, aux pays ou à la science ouverte. Connaitre le paysage éditorial dans sa discipline permet d’établir une stratégie de publication avec toutes les cartes en main !

La dernière mission de stage que je vais vous présenter ouvre la voie à ce projet de grande ampleur. L’objectif était de valoriser les données de Mir@bel grâce aux compétences acquises lors de ma formation en Humanités Numériques à l’ENSSIB. La richesse et la qualité de ces données, résultats du temps investi par les partenaires[2] à saisir des revues, ont grandement facilité mon travail statistique.

Concrètement, comment extraire les données pour mener à bien l’analyse ? Jérémie Léonard a la réponse ! En tant que responsable des échanges de métadonnées pour Mir@bel, il connaissait bien l’API du site et m’a aidé à l’apprivoiser. Cette méthode a un avantage : les données sont mises à jour à chaque relance de la requête. On pourrait donc extraire à nouveau les données du site dans quelques mois sans rien modifier.

Pour traiter les données un fois récupérées, j’ai utilisé le langage de code que je maitrise le mieux, Python. Après quelques tâtonnements avec la structure des données, j’ai pu faire quelques analyses simples sur le petit corpus des revues du tableau des politiques. Combien sont dans Mir@bel ? Lesquelles n’ont pas d’accès ? Combien de revues sont dans le DOAJ ou ERIH PLUS ? Ces deux sigles peuvent vous intéresser ! Ils sont une marque de qualité pour les revues indexés dans leur base. Le Directory of Open Access Journals (notice du DOAJ pour la Revue Archéologique du Centre de la France) examine des revues évaluées par des pairs et en libre accès, tandis que le European Reference Index for the Humanities (notice d’ERIH PLUS pour La Revue numismatique) comprend toutes les revues scientifiques qui remplissent certaines conditions de qualité et de transparence, en libre accès ou non.

Ces questions se sont complexifiées par le croisement des informations. Combien y-a-t-il de chaque type d’éditeur du corpus pour un pays ? Quelle est la politique de publication la plus répandue pour tel type d’éditeur ou telle thématique ? Autant de questions qui trouvent leur réponse dans l’étude des données et des visualisations efficaces !

Amélie Descollonges

 

 

[1] Les Plans de Conservation Partagée organisent la répartition nationale de la conservation des collections de périodiques imprimés entre bibliothèques. Ils permettent réunir et compléter les collections dans un seul lieu et d’améliorer l’accès pour les usagers, tout en libérant de l’espace pour de nouvelles acquisitions.

[2] Dont votre bibliothèque fait partie !

Crédit photo : Image par storyset sur Freepik

Visite de la bibliothèque : Ici, pour vous accueillir presque comme à la maison

La Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) propose à l’ensemble de la communauté universitaire des espaces de travail calmes et spacieux.

Dans ce cadre agréable, vous trouverez une documentation inédite dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire des mondes anciens et de la littérature classique.

Après quelques années de fermeture dues au COVID et à d’intenses travaux, nous sommes heureux de vous accueillir dans ce lieu qui vous est dédié.

Afin de maîtriser de manière pleine et entière toutes les fonctionnalités de cet outil, vous pouvez participer à l’une des visites de la bibliothèque de la MOM, où nous vous dévoilerons :

  • Des locaux et une répartition thématique des collections
  • Des services, à volonté
  • Un catalogue, Frantiquement vôtre
  • Des accès à des ressources en ligne, pour ne jamais manquer de documentation

En français, ou en anglais, notre équipe vous attend.

Inscription en ligne

Durée : 1h

Départ de la visite : rez-de-chaussée de la bibliothèque, 5 rue Raulin, Lyon

Contact : formations-bib@mom.fr

Escape Game : le BA-BA

Cet été à la MOM, nous vous invitons à participer à notre Escape Game thématique sur les Sciences Ouvertes. Plus tôt nous avons présenté les grandes lignes de cette thématique, et même s’il est démocratisé en France depuis une dizaine d’années, le concept d’Escape Game ne vous est peut-être pas encore familier. 

En français « jeu d’évasion » ce genre de jeu a connu ses premières parties au Japon et est vite devenu populaire en Asie, où de nombreuses salles ont vu le jour. Inspirées des jeux vidéo du même nom, il fut adapté en jeu de rôle grandeur nature où les joueurs se retrouvent réellement prisonniers d’un lieu dont ils essayent de s’échapper. Coincés dans une salle, les joueurs doivent fouiller l’endroit pour découvrir des énigmes et des indices, réussir à les élucider pour obtenir la clef de leur liberté. Tel un jeu de société mais sans plateau de jeu et dans un espace plus vaste avec une mise en scène plus importante. Ces parties sont en temps limité (en général une heure) et poussent les joueurs à travailler en équipe et à faire travailler leurs méninges en immersion dans un décor à thème. Enquête de meurtre, ambiance film d’horreur ou décor de sous-marin militaire, toute les inspirations sont possibles. 

Depuis les débuts de la ludification de l’enseignement, on a pu découvrir aussi des « Serious Games » dont le but est de faire apprendre par le jeu. C’est dans ce cadre que nous proposons notre Escape Game aux chercheurs et lecteurs de la Maison de l’Orient ce 1er Juillet. En effet les énigmes et puzzles que vous aurez à résoudre en temps limité seront là pour tester vos connaissances et peut être même vous apprendre de nouvelles choses sur les Sciences Ouvertes. 

Si vous souhaitez participer rien de plus simple, remplissez ce formulaire d’inscription et choisissez le créneau horaire qui vous convient le mieux. Vous pouvez vous inscrire seul, dans ce cas vous serez mis aléatoirement avec d’autres joueurs pour constituer une équipe. Sinon vous pouvez former un groupe de joueurs (entre 3 et 5 personnes) et vous inscrire ensemble. N’oubliez de trouver un nom d’équipe qui saura faire trembler votre concurrence ! Des récompenses attendent les joueurs qui finissent la partie avec le meilleur chrono, alors aiguisez vos méninges.

Pour avoir un avant-goût de ce qui vous attend, vous pouvez tester “  Journey to Open Science ” sur votre ordinateur, un escape game sous forme de jeu vidéo sur le thème des publications ouvertes. 

Au plaisir de vous voir nombreux le 1er Juillet 2022 à la bibliothèque de la MOM

William Chassin

Un fonds patrimonial à la bibliothèque

Nous inaugurons ici une série de billets présentant une partie de la bibliothèque qui ne vous est pas familière car inaccessible : le fonds patrimonial, anciennement dénommé fonds ancien.
Ce changement d’appellation n’est pas le fruit du hasard mais bien une volonté d’affirmer ses spécificités. Tout comme les autres domaines de la bibliothèque ce fonds a un “Préfixe” qui l’identifie : RAP = “Rares, Anciens, Précieux” qui rend compte de la diversité qui le constitue, et avec lequel l’appellation “Fonds Patrimonial” sera plus en adéquation.
La dénomination “Fonds ancien” ne peut rendre compte de la variété des éléments conservés dans une bibliothèque car elle est trop restrictive : un fonds ancien désigne des éléments définis par une antériorité, encadrés par des dates.
Or, il est de notoriété publique que les bibliothèques ont de tous temps été les récipiendaires de “matières” et “matériaux” très diversifiés.
Lieux de rassemblement, de conservation et de diffusion de la connaissance, mémoire de nos sociétés, les bibliothèques ont été choisies pour recevoir des dons, legs en plus des acquisitions plus courantes qu’elles effectuent; ce qui les a amené à gérer des éléments divers mais émanant d’une même personne ou structure.

Les bibliothèques publiques ont un double ancrage sur la conservation et l’éducation par la lecture. Pour différentes raisons le deuxième a longtemps été privilégié, et l’introduction des bibliothèques dans le Code du Patrimoine est récente. Le livre III du code du patrimoine s’applique aux bibliothèques territoriales (Bibliothèques Municipales et Bibliothèques Départementales) et aux bibliothèques de l’Etat relevant du ministère de la Culture ; il ne s’applique pas aux autres bibliothèques publiques (ni aux Bibliothèques Universitaires, qui relèvent du code de l’Education, ni aux bibliothèques de services d’archives), ni aux bibliothèques privées.

En nous référant aux définitions, aux rapports officiels et aux lois ou décrets, nous pouvons définir une typologie des documents conservés. La Charte des bibliothèques adoptée par le Conseil supérieur des bibliothèques le 7 novembre 1991 donne les définitions suivantes :

  • Par document ancien, on entend tout document de plus de cent ans d’âge. Par document rare, on entend tout document qui ne se trouve dans aucune autre bibliothèque proche ou apparentée, ou pour une bibliothèque spécialisée tout document qui entre dans sa spécialité. Le caractère précieux d’un document doit être, indépendamment de sa rareté, apprécié en fonction de sa valeur vénale, culturelle ou scientifique, en particulier pour les documents d’intérêt local ou ceux qui entrent dans la spécialité d’une bibliothèque spécialisée.
  • un document imprimé patrimonial est un document que l’on conserve ou bien un document récent que l’on acquiert dans la perspective de le conserver.
  • Par document on entend non seulement les unités bibliographiques mais des collections dont la valeur globale peut être sans rapport avec celle de chacun des éléments qui la composent. Il faut entendre aussi le document dans sa particularité dont la valeur peut être sans rapport avec celle des autres exemplaires connus.

Un document peut être rare ou précieux en fonction de critères concernant aussi bien le « contenu que le contenant » : reliure particulière, document ayant appartenu à un personnage célèbre, document portant un ex-libris, livre-objet, collection iconographique, collection thématique, leg ou don conservés par la bibliothèque dans leur intégralité pour respecter l’intégrité du don. Il peut s’agir d’exemplaires uniques ou très peu diffusés – comme les manuscrits, les dessins originaux … , les imprimés avec une spécificité comme un ex-libris, un ex-dono qui permettent de retracer l’histoire de ce livre et de ses possesseurs, livres-objets, la bibliophilie contemporaine, les collections iconographiques qu’il s’agisse d’estampes, gravures, photographies, cartes ou plans, médailles commémoratives -, ces listes ne sauraient être exhaustives.

Pour finir, revenons sur la création de ce fonds patrimonial.
L’ actuelle bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux est héritée des bibliothèques rattachées aux instituts de recherche qui composent ou ont été une composante de la MOM.
Chaque institut avait sa propre bibliothèque, et c’est au moment où il a été décidé de regrouper toutes ces bibliothèques, non seulement dans un seul bâtiment mais en refondant les collections afin de leur donner une cohérence et une cohésion d’ensemble, que le fonds patrimonial est né.
Les documents patrimoniaux ont été extraits de ces bibliothèques en fonction de critères de dates, de rareté  et en introduisant la notion de conservation comme élément primordial. Ainsi, une salle a été dédiée à ces documents en respectant les conditions de conservation prescrites telles que l’indice UV, la température et l’hygrométrie. Du matériel spécifique a été, et est toujours, utilisé car on ne saurait appliquer les mêmes protections sur une couverture actuelle que sur une reliure cuir ou parchemin. Ainsi le cuir est un matériau “vivant”, qui doit respirer et être entretenu selon des recommandations normées. (cf. sur ce point les prescriptions de la BNF : https://www.bnf.fr/sites/default/files/2018-11/entretien_cuir.pdf )
Il existe de nombreuses règles et recommandations qui encadrent les interventions, et nous utilisons les services d’une restauratrice quand les interventions ne peuvent être réalisées en interne.

Nous vous présenterons certains des documents que nous conservons  et les donateurs dans de futurs billets.

 

Les journées Frantiq 2022

Nous nous sommes rendus du 5 au 7 avril aux Journées annuelles du réseau Frantiq, qui se tenaient cette année à Besançon. Nous remercions les membres de l’ISTA Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, pour leur accueil chaleureux. Ce moment très attendu des documentalistes, est un temps important de travail, d’échanges et de moments conviviaux.

Université de Franche-Comté
CC Ludovic Godard

 

Au programme de 2022 :

  • Allocutions de Philippe Barral (directeur de la MSHE) et d’Antonio Gonzales (directeur de l’ISTA).
  • Bilan et actualités du réseau, par Véronique Humbert (directrice de Frantiq) : Appel à candidature pour s’investir dans les groupes de travail, bilan budgétaire, perspectives.
  • Présentation des nouveautés d’Open Theso et du thésaurus Pactols, par Miled Rousset (directeur technique de Frantiq) et Blandine Nouvel (animatrice du groupe Pactols).
  • Présentation du projet d’alignement des autorités avec la base IDRef de l’ABES, par Anais Mauriceau (Animatrice du groupe FLEN) et François Mistral (ABES).
  • Présentation de la maquette du futur catalogue Frantiq, avec l’outil VuFind, par Frédéric Demians (Société TAMIL).
  • Réunion des groupes de travail : Pactols, FLEN (Formats et normes de catalogage), Revues, Archives.
  • Moments de convivialité : Visite de la Citadelle de Besançon, du laboratoire ISTA et visite de la Domus.
doc. Université de Franche-Comté, Maison des Etudiants

 

Qu’est-ce que le réseau Frantiq ?

Frantiq (Groupement de Service CNRS – GDS 3387) fédère une quarantaine de bibliothèques et centres de documentations, issus des unités CNRS, du Ministère de la Culture, des collectivités territoriales. Ce réseau thématique, spécialisé dans les sciences de l’antiquité et de l’archéologie, propose des outils communs : le catalogue collectif, le thésaurus PACTOLS.

Les services proposés par le réseau Frantiq.

A travers les différents groupes de travail, Les journées Frantiq sont l’occasion d’avoir un aperçu des projets en cours de réalisation. Nous vous proposons ici, d’en dresser un bref inventaire à la Prévert :

Le Catalogue Frantiq propose actuellement une recherche de documents sur l’ensemble du réseau. Les usagers des bibliothèques ont également accès à un Compte lecteurs, leur permettant de visualiser leurs recherches, leurs prêts, mais également d’effectuer des suggestions d’achat. Une nouvelle version du catalogue devrait voir le jour fin 2022. Une interrogation sur de multiples ressources pourra alors se faire à partir du catalogue Frantiq : Recherche fédérée sur OpenEdition, Persée, HAL, Digimom, 1000 tirés-à-part Salomon Reinach, les rapports de fouille de Bretagne ….

ABES

Afin de permettre dans un futur proche une interopérabilité ou une interconnexion à d’autres réservoirs de données, le projet d’alignement des autorités auteurs avec la base ID Ref vient d’être initié avec l’Agence de bibliographie de l’Enseignement Supérieure (ABES). Nous nous félicitons de ce nouveau partenariat. C’est un chantier important pour tous les catalogueurs du réseau.

Le Dépouillement de revues a enrichi considérablement le catalogue. Articles et chapitres sont ainsi mieux identifiés par les lecteurs, lors de leurs recherches dans le catalogue. Le groupe Revues poursuit ce chantier colossal.

Afin d’optimiser les finances publiques et de gagner de la place, les bibliothèques s’investissent dans un Plan de Conservation Partagée (PCP) sur le thème de l’Antiquité. Les chercheurs sont ainsi assurés de trouver au sein du réseau toutes les revues dont ils ont besoins. Un service de Prêt-entre-bibliothèques (PEB) très réactif, permet d’obtenir rapidement le scan d’un article.

Localiser une revue dans une des bibliothèques est indispensable aux chercheurs. Mais identifier cette revue en ligne est encore mieux. Cela est maintenant possible grâce à l’outil Mir@bel auquel Frantiq participe activement. Plus de 400 revues numériques en archéologie sont à ce jour signalées dans cet outil. Voici un exemple des informations issues de Mir@bel que vous trouverez dans le catalogue Frantiq : Exemple Revue Gallia

Frantiq coordonne certaines labellisations de collection d’excellence CollEx. En 2018, deux CollEx ont ainsi été attribués au réseau : Egypte ancienne (archéologie et histoire), Archéologie en France. Grâce à une cartographie nationale en cours d’élaboration, ces CollEx permettront une meilleure visibilité des collections, mais également une ouverture pour répondre à des Appels à projet, notamment ceux proposés par le GIS Persée.

L’enrichissement des collections, et leurs singularités, provient également d’une tradition de dons et d’échanges de documents entre les établissements. Ces échanges s’effectuent également avec des établissements nationaux et internationaux. La documentation ainsi acquise est souvent inédite et indisponible via les circuits commerciaux.

Le Logiciel de gestion de thésaurus Open Theso, réalisé à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, a permis la réalisation du thésaurus PACTOLS. Un thésaurus utilisé dans de nombreuses plateformes proposant des ressources en ligne. Ces deux outils sont au premier plan dans le cadre de projets de gestion et d’ouverture de données de la recherche. Ainsi, de nombreuses présentations ont été réalisées lors de journées ou colloques nationaux et internationaux.

 

Grâce à ses Cafés Frantiq, des formations et des moments d’échanges sont proposées tout au long de l’année. C’est un partage d’expériences régulier, qui aide les petites équipes à se sentir moins isolées dans leur travail.

Les prochaines Journées Frantiq se tiendront en 2023 à Montpellier. Elles seront organisées par le laboratoire ASM Archéologie des Société Méditerranéennes. D’ici là, vous aurez le plaisir de découvrir le nouveau catalogue Frantiq et les actualités du réseau via un compte twitter en cours d’ouverture.

 

Escape MOM Science Ouverte

En Juillet à la MOM apparaîtra un étrange message dans une des salles de la bibliothèque… Et il vous est destiné ! Ce sera à vous de le visionner et de le comprendre afin de pouvoir agir en conséquence. Ce message qui débutera notre incroyable Escape Game développé par HappyKits est là pour implémenter la thématique du jeu, un enjeu de taille pour tous : La Science Ouverte.

Mais la science ouverte c’est quoi ?
La science ouverte se définit par la diffusion sans entraves des publications et données de la recherche. C’est un mouvement qui vise à pourvoir un accès gratuit et sans contraintes à la recherche scientifique pour tous·tes. En effet, avant l’apparition des publications scientifiques, l’accès au savoir était restreint et réservé à certaines élites. Étant dans un âge de la communication quasi instantanée, il devient indispensable de rendre le savoir accessible au plus grand nombre.

Pourquoi ouvrir la science ?
Ce mouvement présente de nombreux enjeux et pas que pour les chercheurs ! Pour tous les citoyens, bénéficier de ce genre d’accès à la recherche peut permettre de se réapproprier la science et de ne plus voir ça comme quelque chose de lointain et inaccessible. C’est même au delà de ça, une obligation de restitution auprès des citoyens de données publiques de la recherche.

Pour les chercheurs, doctorants et tout scientifique cherchant à se faire publier, l’ouverture de la science représente un nouveau moyen d’être évalué plus justement par ses pairs mais aussi de lutter contre le plagiat en protégeant ses droits d’auteurs et étant maître de la diffusion de ses travaux et du processus de publication qu’ils se réapproprient.
Pour aller plus loin, le site ouvrirlascience.fr guide les chercheurs sur l’intérêt du partage des données de la recherche.

La recherche bénéficie aussi grandement de ce mouvement, les archives ouvertes recensent les travaux de recherche en accès libre et en permettent ainsi la pérennité et augmentent considérablement leur durée de vie. La recherche est plus visible et s’en voit donc d’autant plus valorisée. L’accès ouvert aux recherches est un outil de taille pour les autres chercheurs qui peuvent mettre à profit les travaux déjà publiés et assurer une reproductibilité des résultats. Ce genre d’initiative incite donc la collaboration entre chercheurs et la facilite d’autant plus.

Cependant ce genre de transition est loin d’être simple et rapide, il nécessite de trouver un modèle économique durable et un moyen fiable d’évaluer les recherches.

Quels sont les enjeux de la publication ?
Pour parvenir à publier des recherches de manière ouverte, plusieurs critères entrent en jeu. Évidemment la gratuité et l’accès immédiat pour tous sont au cœur des priorités. Mais il est aussi important, par exemple, de considérer comment changer l’évaluation de la recherche et des articles scientifiques en évitant de tomber dans le biais du facteur d’impact (Impact factor IF) des revues qui mesure le nombre de citations des articles de celle-ci. Ainsi l’Appel de Paris, présenté en février 2022 aux journées européennes de la SO, convie les agences de financement de la recherche et organismes de recherche à réformer le système actuel d’évaluation de la recherche. Pour améliorer la visibilité d’une revue et de ses articles scientifiques, il existe plusieurs alternatives et il faut aussi repenser les moyens de financement des revues.

Les modes de publication :
Voie Verte : Cette voie de publication permet une diffusion des publications en auto-archivage des auteurs dans une archive ouverte telle que HAL en France ou OpenAire à l’échelle européenne. Cela permet un archivage pérenne de la recherche et les chercheurs conservent entièrement leurs droits d’auteurs. Si l’article est publié chez un éditeur en parallèle, la Loi pour une République Numérique permet aux auteurs d’auto-archiver la version finale acceptée pour publication  12 mois après publication pour les SHS

Il demeurent cependant certains obstacles : une méconnaissance de cette diffusion chez les chercheurs mais aussi le manque de temps qui les empêche de déposer leur travaux dans les archives. Sans réelle évaluation des publications, cela produit aussi une certaine incertitude sur la validité scientifique des travaux.

Voie Dorée : Cette voie de publication de revues en accès libre fonctionne sur un modèle de financement en amont. A partir de là, il y a plusieurs possibilités de financement, par exemple le crowdfunding (financement participatif) ou bien par moyens de subventions versées par des institutions, des fondations ou organismes de recherches.
Le Freemium est un autre modèle qui offre un accès libre aux documents et ne fait payer que des services complémentaires tels que des statistiques ou des format PDF ou Epub. C’est ce modèle qu’utilise la plateforme OpenEdition.
On peut aussi passer par le modèle “auteur-payeur”, ainsi au lieu du lecteur c’est l’auteur de l’article et son institution qui paie les frais APC (Article processing charges) et permettent la diffusion libre de l’article. Il faut cependant faire attention aux dérives de ce modèle de financement, certains éditeurs cherchent le profit et proposent des tarifs trop élevés tandis que d’autres, appelés ‘’éditeurs prédateurs” font payer des auteurs sans leur fournir aucune expertise sur leurs travaux.
Trouver des revues en accès ouvert via le répertoire international de la DOAJ .

Voie Diamant : Considérée comme une variante de la voie dorée, le modèle de la voie diamant permet de publier en accès ouvert et gratuit des revues scientifiques. Celles-ci sont financées par des institutions ou organisations à but non lucratif. Cela rend les articles gratuits autant pour les lecteurs que pour les auteurs qui, eux, conservent leurs droits d’auteurs grâce à la licence Creative Commons.
Exemple de la revue Frontière-s publié par la MOM

Quel est le rôle des bibliothèques dans tout ça ?

Les bibliothèques soutiennent depuis longtemps l’accès ouvert aux publications et données de la recherche, le principe même des bibliothèques étant de rendre accessible autant d’ouvrages que possible de manière gratuite et pour tous. Les personnels de bibliothèque se mobilisent pour se former aux sciences ouvertes pour en retour sensibiliser les chercheurs à cette problématique. En gérant et alimentant des archives ouvertes ainsi que des entrepôts de données, les bibliothèques se placent comme acteurs pour la science ouverte !

De notre côté, parmi les actions de la bibliothèque nous participons notamment à la sensibilisation du public aux enjeux de la science ouverte. Que ce soit à travers des formations telles que les Atelier Doc’ pour inciter les chercheurs à déposer leurs travaux dans HAL, ou bien de manière ludique à travers notre future Escape Game sur la thématique des sciences ouvertes. Nous vous attendons donc de pied ferme pour découvrir ce sujet à travers de folles énigmes !

A très bientôt,

William Chassin

Du coté des réserves de la bibliothèque

Une des conséquences des travaux du Plan Campus au CRDA et à la MOM aura été, pour la bibliothèque, la réorganisation de ses réserves dans lesquelles sont stockés les ouvrages anciens, ceux désherbés ou en double, les travaux universitaires ainsi que les périodiques en double ou désherbés.

La réserve des livres anciens, rares et précieux déplacée

Autrefois localisée dans la partie nord du 4e étage (TXT), la légendaire réserve des livres anciens (RAP) a été déplacée (pour cause de création d’un espace d’attente sécurisé – EAS- au même endroit) au 6e étage du CRDA dans une salle qui était déjà une réserve (RSV6) équipée d’une climatisation. C’est important pour la bonne conservation des ouvrages anciens.
Les livres anciens qui avaient été externalisés pendant les travaux ont intégré cette réserve à la mi-mars. Ils sont de nouveaux disponibles.

La nouvelle réserve des livres anciens


Outre l’EAS, une nouvelle salle de lecture a été créée à la place l’ancienne réserve RAP ce qui nous permet d’accroitre les possibilités d’expansion du fonds TXT. Cette nouvelle salle a d’ailleurs été équipées de nouveaux mobiliers.

Une nouvelle salle de lecture en TXT

Création d’une nouvelle réserve au RDC du CRDA

Afin de libérer de la place dans la réserve 6 pour accueillir les livres anciens, il a fallu trouver un lieu pour stocker les ouvrages qui s’y trouvaient auparavant (en substance, les livres désherbés des fonds HCL, ACL, AOC, AOR…).
Nous les avons donc déplacés dans la salle IR07 au RDC du CRDA qui fut dans des temps anciens une salle de séminaire, très froide en hiver. Cette pièce a été rebaptisée la réserve 0 (RSV 0).
Les livres qui s’y trouvent avaient été retirés du libre-accès pour gagner quelques mètres linéaires dans les salles de lectures. Ils sont bien-sûr consultables sur demande à l’accueil du 3e.
Cette réserve a été aménagée avec les anciennes étagères du fonds RAP.

Une nouvelle réserve au RDC

Transformation de la réserve 2 de la MOM.

La réserve du 2e étage de la MOM (RSV 2) où nous rangeons les travaux universitaires, les périodiques en doubles ou désherbés et d’autres type de documents avaient été vidées et la documentation externalisées pour permettre les travaux du Plan Campus à la MOM.
Lors du démontage des rayonnages de cette pièce, au préalable de leur déménagement, un certain nombre d’entre eux avaient été détériorés. Pour compenser cette perte, l’Université Lyon 2 a décidé d’équiper l’endroit avec des étagères sur-mesure qui courent tout au long des murs disponibles.
La partie centrale de la réserve devra aussi être aménagée avec du mobilier fourni par Lyon 2. L’équipement complet de cette salle est nécessaire si l’on veut pouvoir y installer tous les ouvrages externalisés lors des travaux.
Le retour de la documentation dans la RSV 2 est programmée début mai 2022. En espérant qu’elle soit d’ici là complètement équipée.

De bien beaux rayonnages dans la réserve 2


En résumé, les travaux du Plan Campus au CRDA et à la MOM auront donc donné lieu au déplacement de la réserve des livres anciens (RSV6), à la création d’une nouvelle au RDC du CRDA (RSV 0) et au réaménagement d’une autre (RSV2).
Cela écrit, à peine réorganisées, ces réserves sont déjà pleines !

Les biographies de Muhammad, prophète et fondateur de l’islam

Dans le cadre du renouvellement des études savantes sur les débuts de l’islam qui a donné lieu, à partir des années 90, à la parution de nombreuses publications scientifiques, il nous a paru opportun d’apporter notre modeste contribution à la mise en valeur de ces recherches avec l’élaboration, dans un premier temps, d’une bibliographie analytique sur LA personnalité incontournable de la religion islamique, le prophète Muhammad.

Ainsi, dans les collections « Islamologie » du fonds BAB, plusieurs rayonnages sont actuellement consacrés à Muhammad (communément appelé Mahomet), le fondateur de la religion musulmane, personnage historique dont le prénom est universellement connu mais dont la vie et l’œuvre restent largement ignorées, notamment chez les non-musulmans .

Dans ce billet, afin d’en valoriser la visibilité, nous nous attellerons à référencer l’ensemble des publications monographiques, françaises et étrangères, qui portent sur cette thématique et que possède la bibliothèque de la MOM (ou pas encore).

Chaque référence sera suivie d’un cours résumé et complétée le cas échéant de liens vers des ressources en ligne (recensions, texte intégral…). Cette bibliographie thématique est classée en plusieurs rubriques (Contexte, Biographies, Entourage, Postérité de Muhammad, Sources et historiographies) qui s’enrichiront au fil des futures acquisitions dont le but aussi est de combler les quelques lacunes du fonds.

Ce travail de recension, à destination d’un lectorat novice mais curieux, pourrait être un point d’entrée à la production scientifique française et étrangère autour de cette figure inévitable et controversée de l’histoire des religions.

Version en pdf Biographies_Muhammad

CONTEXTE

Vie et société au temps de Mahomet / Wahib Atallah . – Gollion (Suisse) : Infolio , 2019 . – 1 vol. (238 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm.- ISBN 9782884749787.

BAB DS38.1. A76 2019

La Mecque, VIIe siècle : Comment vivait-on, que faisait-on, que pensait-on au temps et au pays de Mahomet ? Voici un tableau documenté et coloré du monde dans lequel est né l’Islam. La vie quotidienne, les moeurs et croyances, les lois, le commerce et la guerre, les relations entre tribus, entre maîtres et esclaves, entre hommes et femmes : une société nous est restituée dans toute sa complexité et vit sous nos yeux à travers une série d’anecdotes tirées de la Tradition. Wahib Atallah, professeur honoraire à l’Université de Nancy, arabisant, helléniste et historien, s’est intéressé aux divinités orientales de la Grèce, au panthéon préislamique de l’Arabie et à l’environnement de l’Islam naissant. Il a donné en français la première édition complète de la “Biographie de Mahomet” d’Ibn Hichâm.


Le Seigneur des tribus : l’islam de Mahomet / Jacqueline Chabbi ; préface d’André Caquot . – Paris : Noêsis , 1997 . – 1 vol. (726 p.) ; 23 cm.- ISBN 2911606132

BAB BP75.13. C48 1997

L’islam contemporain, religion mondiale, présente sur les cinq continents, se réclame souvent de son passé. Mais quels furent ses débuts ? Comment est apparu le Coran ? Dans quel monde ? À qui s’est-il d’abord adressé ?
C’est à ces questions que répond Jacqueline Chabbi dans une enquête à la fois anthropologique et linguistique, historique et sociale sans précédent. Pour la première fois, le texte est replacé dans son contexte. Il est lu en regard des sources arabes qui l’ont représenté. Il est lu en regard des territoires, paysages, peuples, institutions, pratiques religieuses, politiques, culturelles, au sein desquels il a émergé. Il est lu en regard de la façon dont il a été initialement perçu et reçu.
C’est donc à découvrir, à travers l’anthropologie et l’histoire, un islam premier, singulièrement méconnu, que s’attache le présent ouvrage. Treize ans ont passé depuis l’édition initiale de ce livre sans que les hypothèses qui y sont formulées sur « l’islam de Mahomet » aient été démenties. (Electre)

Recensions

Continuer la lecture de Les biographies de Muhammad, prophète et fondateur de l’islam

Ateliers Doc’ : le retour

Voici le programme des Ateliers Doc’ de la MOM organisés jusqu’à l’été prochain. Certaines de ces formations ne seront plus proposées lors de la prochaine rentrée. L’équipe des Ateliers Doc’ vous prépare pour l’automne un programme inédit.

En attendant, vous pouvez vous assurer en 2022 que toutes vos publications soient valorisées dans HAL, et que vos photos et vos références bibliographiques soient réutilisables grâce à Tropy et Zotero.

A vous, maître des données et de la recherche scientifique, nous souhaitons vous lancer un défi : le vendredi 1er juillet, venez participer à l’Escape MOM, l’escape game des Sciences Ouvertes.

 

Une bibliographie propre et formatée en quelques clics avec Zotero

Mardi 29 mars 10h-12h, MOM salle visioconférence (entrée 86 rue Pasteur, 4e étage)

Inscription en ligne

Cet atelier vous aidera à optimiser la gestion de votre bibliographie à partir de Zotero. Grace à ce logiciel libre, vous collecterez en un clic vos références et vous pourrez les éditer en deux clics sous forme de citation ou de bibliographie. 

 

Zotero à la loupe

Lundi 11 avril 13h30-15h30, MOM salle visioconférence (entrée 86 rue Pasteur, 4e étage)

Inscription en ligne

Vous maitrisez déjà la collecte de références via Zotero. Afin d’optimiser toutes les fonctionnalités de Zotero, nous vous présenterons l’utilisation des feuilles de style et leur modification légère, le partage de références via la gestion de groupe, ainsi que les différents modes de sauvegarde de vos données sur Zotero.

 

Venez saisir vos publications dans HAL

Lundi 2 mai 13h-15h, MOM salle visioconférence (entrée 86 rue Pasteur, 4e étage)

Inscription en ligne

Vos publications sont-elles signalées et disponibles sur la plateforme HAL ? Vous vous demandez si vous pouvez déposer le texte intégral sur HAL et quelle version ?  Vous ne trouvez pas le temps de déposer vos publications sur HAL ? Venez nous rejoindre avec votre ordinateur le lundi 2 mai entre 13h et 15h dans la salle visioconf de la MOM.

13h-13h30 : présentation de HAL, de la saisie d’une publication, création de l’idHAL et lien avec votre Orcid

13h30-15h : temps libre pour vos questions et la saisie de vos publications (vous pouvez nous rejoindre à 13h30)

 

Gérer vos photos avec Tropy

Jeudi 2 juin 10h-12h, MOM salle visioconférence (entrée 86 rue Pasteur, 4e étage)

Inscription en ligne

Tropy est un gestionnaire de photos d’archives, qui vous permettra d’organiser des corpus iconographiques. Petit frère de Zotero, ce logiciel ergonomique répondra aux besoins de tous ceux qui travaillent sur des matériaux issus de fonds d’archives, musées, terrains de fouille, etc., et qui prennent quantités de clichés.

 

Comment accéder à un maximum de documentation en ligne ?

Lundi 13 juin 13h30-15h30, MOM salle visioconférence (entrée 86 rue Pasteur, 4e étage)

Inscription en ligne

Que l’on soit étudiant, enseignant, chercheur, de Lyon 2 ou du CNRS, un accès à des ressources scientifiques (payantes) vous est proposé via différentes plateformes. Venez découvrir ces plateformes et les différentes ressources auxquelles vous aurez accès depuis chez vous.

 

Escape MOM

L’Escape game des Sciences Ouvertes

Vendredi 1er juillet

Inscription à venir

Participez à l’aventure des Sciences ouvertes en venant à bout de nombreuses énigmes et échappez-vous de la bibliothèque en moins d’une heure.

Le hadith, deuxième source du droit en islam

Signifiant une information d’ordre général, ce terme en est venu à désigner ce  qui se rapporte aux paroles, actions et approbations tacites du Prophète de l’islam (son silence devant des paroles et les actions de son entourage équivaut à son consentement) transmis par son entourage (famille et compagnons), aussi bien dans un contexte privé que public[i]. Rassemblés puis consignés dans des corpus, cette tradition prophétique deviendra la deuxième source du droit en islam, après le Coran. Ce dernier confère au hadith une autorité juridique où il est vivement recommandé aux croyants de prendre le Prophète comme modèle. Ex ( S. 7 : V. 150). Le hadith servira à établir la sunna qui constituera une des sources fondamentales du droit islamique. La Sunna[ii]  désigne le mode de vie du Prophète, qu’il incombe aux musulmans de suivre, c’est-à-dire sa tradition en tant qu’être inspiré par Dieu. Elle prolonge et explicite le Coran bien qu’étant de nature différente au niveau de la révélation. Néanmoins, hadith et sunna finiront, avec le temps, par revêtir la même signification. Il convient de distinguer également le hadith de la la sīra qui est une description chronologique de la vie quotidienne de Muhammad dans ses moindres détails (ses paroles y sont rarement mentionnées contrairement au hadith). Autre différence à relever entre le hadith et la sīra réside dans la chaine de transmission qui n’était pas toujours estimée fiable quant aux évènements rapportés.

 

Revenons maintenant au hadith en lui-même. Il se compose de deux parties. Il y a le contenu appelé matn, pl. mutūn  qui décrit en général une situation et il y a la chaine de transmission (isnād pl. asānīd) composée des rapporteurs des faits et paroles prophétiques. Il convient de signaler une subtilité dans le hadith. La plupart sont appelés prophétiques (hadith nabawī) mais il existe une catégorie plus rare appelée qudusī  (saint) ou rabbānī (divin). Contrairement au nabawī, le hadith qudusī  est d’inspiration divine. Comme pour le Coran c’est Allah qui « parle » mais la formulation est propre au Prophète. Autrement dit le fond est divin tandis que la forme est d’ordre prophétique (humaine) contrairement au Coran dont et la forme et le fond émanent de Dieu. Une autre distinction fondamentale entre Coran et hadith qudusī  est que ce dernier n’a pas de caractère sacré et ne peut servir de récitation lors de la liturgie (prière). Son statut se situe à mi-chemin entre le hadith prophétique et le Coran. N’étant pas forcément authentique, sa non-reconnaissance par un musulman ne remet pas en cause son statut de croyant. Enfin hormis l’école ẓāhirite une large majorité au sein du sunnisme soutien le fait que le hadith ne peut abroger le Coran alors que l’inverse est vrai.

 

Constitution des recueils de hadith.

Quand on remonte aux débuts de l’histoire de la mise par écrit du hadith on trouve certains acteurs qui ont contribué à la rédaction du Coran. Zayd Ibn Thābit et ‘Abd ‘Allah Ibn Masʿūd (scribes du Prophète) auraient mémorisé les paroles de Mohammed. Ordre avait été donné, du vivant du Prophète, de ne pas les mettre par écrit afin, dit-on, d’éviter toute confusion avec le Coran. L’enseignement oral du hadith fut privilégié dans un premier temps, ce qui n’a pas empêché sa mise par écrits à usage personnel (aḥīfa  p. uuf ) circulant parfois de maîtres à disciples sous forme de notes de cours et de support pour la mémoire. Il faudra attendre le règne de ‘Umar II (Umar b. ‘Abd al-ʿAzīz) pour voir émerger une entreprise de mise par écrit du hadith. Cette mission est confiée, notamment, à l’érudit Ibn S̲h̲ihāb al- Zuhrī (m .742 )- personnage clé dans la transmission- qui devait rassembler par écrit les paroles du Prophète. Dans un premier temps, peu d’importance était accordée à la chaine de transmission. Il s’agissait de collecter un matériau brut qui se rapporte de près ou de loin au Prophète[iii]. Cependant face à l’inflation des hadiths, propagés par les conteurs et les partisans des différentes tendances théologiques et groupes politico-religieux, qui faisaient passer leurs idées en les attribuant à Muhammad, la réaction n’allait pas se faire attendre. Le premier livre qui nous est parvenu est al-Muwaṭṭaʾ [iv] de l’imam Mālik b. Anas (m. 795) (éponyme de l’une des quatre écoles juridiques – le mālikisme). Bien que contenant des hadiths, ce recueil est aussi un ouvrage juridique (fiqh). Mais c’est  al-Buk̲h̲ārī (m. 870)[v] qui va donner ses lettres de noblesses à la science du hadith, discipline qui atteint son apogée sous son impulsion. Son œuvre maîtresse al-Saḥīḥ est considérée comme le recueil de traditions le plus authentique (aṣaḥḥ). Après avoir collecté plus de 600 000 dits attribués au Prophète il aurait mis plus de 16 années à les étudier (notamment la validité de la chaine de transmission – critique externe) pour n’en retenir au final que 7397 dont 2602 uniqats.  Son œuvre fait partie de la catégorie des Sunan, à savoir dont le classement des hadiths obéit à un ordre thématique. Cette classification est à distinguer d’une autre tout aussi importante dite Musnad.

Le Musnad désigne un type d’ouvrage de hadiths organisés selon le nom des premières rapporteurs, compagnons et épouses du Prophète. L’ordre des rapporteurs bien qu’alphabétique tient compte du rang du rapporteur (la durée et le sérieux de la relation entretenue avec le Prophète). Avec al-Buk̲h̲ārī  une autre discipline s’enracine dans les sciences du hadith. Il s’agit de ʿilm al-rid̲j̲āl (science des Autorités) dont l’objet consiste à passer au crible les différents maillons de la chaîne afin d’évaluer leur crédibilité. Sont pris en compte la conduite morale, le caractère, la religiosité, la qualité de la mémoire, le parti pris ou non pour un clan, etc… de chaque autorité. Toutes ces données étaient recoupées avec d’autres témoignages qui pouvaient soit confirmer soit infirmer la transmission d’un rapporteur. Cela avait une incidence sur le degré d’authenticité du hadith. La critique du hadith a développé une discipline avec une terminologie détaillée propre afin d’identifier le degré d’authenticité du hadit (altéré, apocryphe, incomplet, douteux, étrange, faible, vague, inventé, etc…). En somme cette catégorisation peut se résumer en trois grands ensembles : aḥīḥ (sain), ḥasan (bon) et aʿīf (faible)[vi]. Cette critique s’appuyait sur un genre littéraire historico-biographique qui recensait les notices des rapporteurs. Parmi les livres dédiés à cette critique citons le livre majeur des classes/générations d’Ibn Sa’d[vii] (m. 845) (Kitāb ṭabaḳat al-kabīra) qui répertorie pas moins de 4200 notices biographiques. Ce genre d’outil permet de valider ou de récuser des rapporteurs qui peuvent aussi être des faussaires. Il convient de préciser que l’écrit et l’oral n’ont cessé de cohabiter dans l’enseignement du hadith (ou du Coran) : jusqu’à nos jours les hadiths sont transmis oralement.

Il existe deux modes de transmissions des hadiths. Soit rapportés littéralement mot à mot (bi-l-lafẓ) ou bien par le sens (bi-l-maʿ nā). Quand deux hadith de valeur égale se contredisent, on essaie d’en déterminer la chronologie afin que le plus récent abroge le plus ancien. On peut citer l’ouvrage du polygraphe Ibn Qutayba (Kitāb al-Mukhtalif al-hadith)[viii]. L’ensemble des hadiths serviront à alimenter d’autres disciplines tels que le fikh (droit) et le tafsīr (exégèse coranique).

 

Du côté des chiites.

Le chiisme duodécimain, courant minoritaire le plus important, se démarque nettement du courant orthodoxe majoritaire, dit sunnisme, au niveau de la constitution de la chaine de transmission. Celle-ci doit impérativement inclure les douze imams – descendants du Prophète via ʿĀlī, époux de sa fille  Fatima. Ils sont appelés les quatorze infaillibles. Le plus célèbre ouvrage reconnu chez les duodécimains est Al-Kāfī d’Al-Kulaynī (m. 941). La validité de la chaîne de transmission n’a pas la même importance que pour les sunnites. On trouve de nombreux hadiths sunnites intégrés dans les ouvrages de hadiths chiites.

 

Critique dite scientifique du hadith.

C’est sous l’impulsion de deux chercheurs, I Goldziher[ix] puis J. Schacht[x] (qui s’est surtout intéressé à la formation du droit musulman) que se constitue la critique académique (scientifique) du hadith. Pour ces spécialistes la masse des hadiths nous renseigne plus sur la société de l’époque à laquelle ils ont été rédigés (un siècle et demi à deux siècles après les événements) que sur les faits qu’ils sont supposés relater.

Goldizher fait partie des premiers orientalistes à rejeter en bloc l’authenticité du hadith. Partant du constat que bon nombre font l’apologie de groupes religieux, ethniques ou de clan politiques et que beaucoup se contredisent, outre les anachronismes qu’ils peuvent contenir, ainsi que  des aspects miraculeux. Il arrive à la conclusion, sans appel, que l’ensemble des hadiths ont été forgés a posteriori dans la mesure où – sous couvert de hadith – chacun pouvait justifier une idée ou diffuser son opinion. Du côté français,  A.L. De Prémare[xi] reprend à son compte le scepticisme vis-à-vis de l’ensemble du matériel du hadith. Cette approche radicale dite hypercritique a été nuancée par les travaux de H. Motzki[xii] et de G.H.A. Juynboll[xiii]. Ce dernier arrive, en partie, au même constat que les traditionnistes (al-mūḥadditūn) à savoir qu’un hadith rapporté par des voies multiples (mutawātir) ne peut être inventé (forgé), notamment ceux qui comportent des rapporteurs communs (common link). L’idée générale étant que des rapporteurs de régions différentes ne pouvaient s’accorder pour inventer la même histoire, même si elle est formulée de façon différente. De plus, les premiers rapporteurs (Compagnons et épouses du Prophète) figuraient dans la plupart des chaînes. Ces critiques en Occident finiront par influencer, du moins en partie, certains auteurs musulmans contemporains, notamment les adeptes du réformisme qui accordent une place importante à la raison. Naquit alors un courant qui contestait la valeur du hadith en tant que sources fiables et sa prétention à réguler le quotidien des musulmans (Ahl al-urʾān ou les coranistes). Les tenants de cette approche concentrent leur critique sur le contenu des propos (critique interne) contrairement à la méthodologie des traditionnistes. Bien que reconnaissant le grand effort de travail critique des autorités antérieures – qui ont traqué les hadiths suspects, invérifiables ou purement inventés, les coranistes n’accordent qu’une importance secondaire au hadith par rapport au Coran. Les réformistes réclament une exigence d’authenticité et préconisent aujourd’hui une approche fondée sur les acquis des sciences sociales et de l’outil informatique pour trier les vraies des fausses paroles prêtées au Prophète.

 

CONCLUSION

C’est suite à un long processus de codification que les recueils de hadiths comme le Saḥīḥ de Buk̲h̲ārī  se verront dotés d’une légitimité encore valable de nos jours partout dans le monde musulman sunnite majoritaire. Afin de répondre à une nécessité ressentie par les fidèles, et pour faire face à une inflation de paroles attribuées au Prophète, des savants décidèrent de fixer par écrit, avec les soutiens du pouvoir, après un laborieux travail d’enquête bâtie principalement sur une méthode de critique des transmetteurs. La fiabilité d’un rapporteur ne garantit pas la crédibilité de ses propos, et inversement, le message d’un hadith peut être valable sans que son rapporteur soit intègre. D’autres importants recueils de hadith jouissent d’une grande réputation chez les sunnites : Le Saḥīḥ de Muslim ( m. 875) – élève de Buk̲h̲ārī – et les quatre Sunan (tradition) : al-Nasāʾī (m. 915), Abū Dāwud ( m. 889), al-Tirmiḏī (m. 869) et Ibn Mād̲j̲a (m. 887).

 

Le rejet total de cette mine d’informations (réelles ou fictives) que représentent les hadiths ainsi que celle des sources apparentées (biographie, histoire) qui reposent sur le même mode de transmission, rendrait impossible toute écriture de l’histoire des débuts de l’islam et de la vie du Prophète. Afin de palier à cette lacune un courant dit hyper critique – pour lequel l’histoire officielle islamique est le fruit d’un long processus de réécriture – propose une nouvelle approche. Porté en France par M.-A. Amir-Moezzi[xiv] et G. Dye ce courant « révisionniste » tend à privilégier les sources non islamiques ou chiite de l’époque afin de proposer une « histoire alternative » à la version sunnite. Cependant, cette approche connaît des limites au regard non seulement de la rareté des documents externes mais aussi du point de vue du caractère idéologique pro-chrétien ou pro-chiite. Des voix s’élèvent à travers tout le monde musulman qui appellent à une étude critique afin de discerner le bon grain de l’ivraie. Cependant ces appels semblent rester lettre morte pour le moment au sein des autorités religieuses.

SOURCES

Sur le plan bibliographique on peut constater l’absence de production scientifique, du moins en français. Nous n’avons trouvé qu’un seul ouvrage traduit de l’anglais qui aborde le sujet : Brown (Jonathan). Le hadith, l’héritage du Prophète Muhammad, des origines à nos jours, Paris, Ed. Tasnime, 2019, 485 p. BAB BP 136. B7 2019 traduction de : Hadith, Muhammad’s legacy in the medieval and modern world, Oxford, Oneworld, 2009. BAB BP136. B7 2009

 Contrairement au Coran, le hadith n’a fait jusqu’à présent l’objet d’aucun ouvrage synthétique ou critique tandis que l’on trouve de nombreuses études en anglais.

 

[i] Soua (K), « ḤADĪTH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/hadit

 

Robson, J., “Ḥadīt̲h̲”, in: Encyclopédie de l’Islam. Consulted online on 27 January 2022 <http://dx.doi.org.bibelec.univ-lyon2.fr/10.1163/9789004206106_eifo_COM_0248>

 

[ii] Juynboll, G.H.A. and Brown, D.W., “Sunna”, in: Encyclopédie de l’Islam. Consulted online on 27 January 2022 <http://dx.doi.org.bibelec.univ-lyon2.fr/10.1163/9789004206106_eifo_COM_1123>

 

[iii] Merad (Ali), La Tradition musulmane. Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2001, URL : https://www-cairn-info.acces.bibliotheque-diderot.fr/–.htm

BAB BP136. M4 2001

Schoeler (Gregor). Ecrire et transmettre dans les débuts de l’islam, Paris, PUF, (Islamiques), 2002, 171 p.

BAB DS3638. S48 2002

 

[iv] Mâlik. Al-Muwatta’ : synthèse pratique de l’enseignement islamique, Beyrouth, Albourq, 2004 , 836 p.

BAB KBP320.M35. M3 2004

 

[v] Robson, J., “al-Buk̲h̲ārī”, in: Encyclopédie de l’Islam. Consulted online on 27 January 2022 http://dx.doi.org.bibelec.univ-lyon2.fr/10.1163/9789004206106_eifo_SIM_1510

El-Bokhâri (trad. Par Houdas et Marçais). Les traditions islamiques, Paris, Maisonneuve, 1984, 4 vol. (2700 p.)

BAB BP135.A124. B8 1984

 

[vi] At-Tahhan (Mahmoud.). Précis des sciences du hadith, Paris, Alqalam, 2014, 294 p.

BAB BP135.66. T3 2014

‘Itr(Nur al Din). Lexique des termes techniques de la science du hadith, Damas, MLA, 1977, 133 p.

BAB BP135.2. I74 1977

 

[vii] Ibn Sa’d. Tabaqat al Kubra, Dar Kutub al almiya, Beyrut, 1990-1991, 9 vol,  3600 p.

BAB BP136.48. I34 1990-1991

 

[viii] Ibn Qutayba (trad. par G. Lecomte). Le traité des divergences du hadith, Damas, Institut français de Damas, 1962, 461 p.

https://books.openedition.org/ifpo/6387

 

[ix] Goldziher (Ignaz), trad. par Bercher (Léon). Etudes sur la tradition islamique, Paris, Maisonneuve,1984, 355 p.

BAB BP135. G6 1984

 

[x] Schacht (Joseph). Introduction au droit musulman, Paris, Maisonneuve, 1983, 250 p.

BAB KMC90. S36 1983

 

[xi] Prémare (Alfred-Louis de). Les fondations de l’islam, Seuil, Paris, 2002, 544 p.

BAB DS38.12. P7 2002

 

[xii] Motzki (Harald). Hadith : origins and developements, Aldershot, Ashgate, 2004, 360 p.

BAB DS35.6. F6 Vol. 28

 

[xiii] Juynboll (Gautier). Muslim tradition, Cambridge ; Cambrige University Press, 2008, 273 p.

BAB BP136. J8 2008

 

[xiv] De Smet (Daniel) et Amir-Moezzi (Mohammad Ali). Controverses sur les écritures canoniques de l’islam, Paris, Ed. du Cerf, 2014, 435 p.

BAB BP130.4. C6 2014

 

 

 

Carnet de la bibliothèque de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search