Archives par mot-clé : Science ouverte

Escape Game : le BA-BA

Cet été à la MOM, nous vous invitons à participer à notre Escape Game thématique sur les Sciences Ouvertes. Plus tôt nous avons présenté les grandes lignes de cette thématique, et même s’il est démocratisé en France depuis une dizaine d’années, le concept d’Escape Game ne vous est peut-être pas encore familier. 

En français « jeu d’évasion » ce genre de jeu a connu ses premières parties au Japon et est vite devenu populaire en Asie, où de nombreuses salles ont vu le jour. Inspirées des jeux vidéo du même nom, il fut adapté en jeu de rôle grandeur nature où les joueurs se retrouvent réellement prisonniers d’un lieu dont ils essayent de s’échapper. Coincés dans une salle, les joueurs doivent fouiller l’endroit pour découvrir des énigmes et des indices, réussir à les élucider pour obtenir la clef de leur liberté. Tel un jeu de société mais sans plateau de jeu et dans un espace plus vaste avec une mise en scène plus importante. Ces parties sont en temps limité (en général une heure) et poussent les joueurs à travailler en équipe et à faire travailler leurs méninges en immersion dans un décor à thème. Enquête de meurtre, ambiance film d’horreur ou décor de sous-marin militaire, toute les inspirations sont possibles. 

Depuis les débuts de la ludification de l’enseignement, on a pu découvrir aussi des « Serious Games » dont le but est de faire apprendre par le jeu. C’est dans ce cadre que nous proposons notre Escape Game aux chercheurs et lecteurs de la Maison de l’Orient ce 1er Juillet. En effet les énigmes et puzzles que vous aurez à résoudre en temps limité seront là pour tester vos connaissances et peut être même vous apprendre de nouvelles choses sur les Sciences Ouvertes. 

Si vous souhaitez participer rien de plus simple, remplissez ce formulaire d’inscription et choisissez le créneau horaire qui vous convient le mieux. Vous pouvez vous inscrire seul, dans ce cas vous serez mis aléatoirement avec d’autres joueurs pour constituer une équipe. Sinon vous pouvez former un groupe de joueurs (entre 3 et 5 personnes) et vous inscrire ensemble. N’oubliez de trouver un nom d’équipe qui saura faire trembler votre concurrence ! Des récompenses attendent les joueurs qui finissent la partie avec le meilleur chrono, alors aiguisez vos méninges.

Pour avoir un avant-goût de ce qui vous attend, vous pouvez tester “  Journey to Open Science ” sur votre ordinateur, un escape game sous forme de jeu vidéo sur le thème des publications ouvertes. 

Au plaisir de vous voir nombreux le 1er Juillet 2022 à la bibliothèque de la MOM

Marion Chassin

Escape MOM Science Ouverte

En Juillet à la MOM apparaîtra un étrange message dans une des salles de la bibliothèque… Et il vous est destiné ! Ce sera à vous de le visionner et de le comprendre afin de pouvoir agir en conséquence. Ce message qui débutera notre incroyable Escape Game développé par HappyKits est là pour implémenter la thématique du jeu, un enjeu de taille pour tous : La Science Ouverte.

Mais la science ouverte c’est quoi ?
La science ouverte se définit par la diffusion sans entraves des publications et données de la recherche. C’est un mouvement qui vise à pourvoir un accès gratuit et sans contraintes à la recherche scientifique pour tous·tes. En effet, avant l’apparition des publications scientifiques, l’accès au savoir était restreint et réservé à certaines élites. Étant dans un âge de la communication quasi instantanée, il devient indispensable de rendre le savoir accessible au plus grand nombre.

Pourquoi ouvrir la science ?
Ce mouvement présente de nombreux enjeux et pas que pour les chercheurs ! Pour tous les citoyens, bénéficier de ce genre d’accès à la recherche peut permettre de se réapproprier la science et de ne plus voir ça comme quelque chose de lointain et inaccessible. C’est même au delà de ça, une obligation de restitution auprès des citoyens de données publiques de la recherche.

Pour les chercheurs, doctorants et tout scientifique cherchant à se faire publier, l’ouverture de la science représente un nouveau moyen d’être évalué plus justement par ses pairs mais aussi de lutter contre le plagiat en protégeant ses droits d’auteurs et étant maître de la diffusion de ses travaux et du processus de publication qu’ils se réapproprient.
Pour aller plus loin, le site ouvrirlascience.fr guide les chercheurs sur l’intérêt du partage des données de la recherche.

La recherche bénéficie aussi grandement de ce mouvement, les archives ouvertes recensent les travaux de recherche en accès libre et en permettent ainsi la pérennité et augmentent considérablement leur durée de vie. La recherche est plus visible et s’en voit donc d’autant plus valorisée. L’accès ouvert aux recherches est un outil de taille pour les autres chercheurs qui peuvent mettre à profit les travaux déjà publiés et assurer une reproductibilité des résultats. Ce genre d’initiative incite donc la collaboration entre chercheurs et la facilite d’autant plus.

Cependant ce genre de transition est loin d’être simple et rapide, il nécessite de trouver un modèle économique durable et un moyen fiable d’évaluer les recherches.

Quels sont les enjeux de la publication ?
Pour parvenir à publier des recherches de manière ouverte, plusieurs critères entrent en jeu. Évidemment la gratuité et l’accès immédiat pour tous sont au cœur des priorités. Mais il est aussi important, par exemple, de considérer comment changer l’évaluation de la recherche et des articles scientifiques en évitant de tomber dans le biais du facteur d’impact (Impact factor IF) des revues qui mesure le nombre de citations des articles de celle-ci. Ainsi l’Appel de Paris, présenté en février 2022 aux journées européennes de la SO, convie les agences de financement de la recherche et organismes de recherche à réformer le système actuel d’évaluation de la recherche. Pour améliorer la visibilité d’une revue et de ses articles scientifiques, il existe plusieurs alternatives et il faut aussi repenser les moyens de financement des revues.

Les modes de publication :
Voie Verte : Cette voie de publication permet une diffusion des publications en auto-archivage des auteurs dans une archive ouverte telle que HAL en France ou OpenAire à l’échelle européenne. Cela permet un archivage pérenne de la recherche et les chercheurs conservent entièrement leurs droits d’auteurs. Si l’article est publié chez un éditeur en parallèle, la Loi pour une République Numérique permet aux auteurs d’auto-archiver la version finale acceptée pour publication  12 mois après publication pour les SHS

Il demeurent cependant certains obstacles : une méconnaissance de cette diffusion chez les chercheurs mais aussi le manque de temps qui les empêche de déposer leur travaux dans les archives. Sans réelle évaluation des publications, cela produit aussi une certaine incertitude sur la validité scientifique des travaux.

Voie Dorée : Cette voie de publication de revues en accès libre fonctionne sur un modèle de financement en amont. A partir de là, il y a plusieurs possibilités de financement, par exemple le crowdfunding (financement participatif) ou bien par moyens de subventions versées par des institutions, des fondations ou organismes de recherches.
Le Freemium est un autre modèle qui offre un accès libre aux documents et ne fait payer que des services complémentaires tels que des statistiques ou des format PDF ou Epub. C’est ce modèle qu’utilise la plateforme OpenEdition.
On peut aussi passer par le modèle “auteur-payeur”, ainsi au lieu du lecteur c’est l’auteur de l’article et son institution qui paie les frais APC (Article processing charges) et permettent la diffusion libre de l’article. Il faut cependant faire attention aux dérives de ce modèle de financement, certains éditeurs cherchent le profit et proposent des tarifs trop élevés tandis que d’autres, appelés ‘’éditeurs prédateurs” font payer des auteurs sans leur fournir aucune expertise sur leurs travaux.
Trouver des revues en accès ouvert via le répertoire international de la DOAJ .

Voie Diamant : Considérée comme une variante de la voie dorée, le modèle de la voie diamant permet de publier en accès ouvert et gratuit des revues scientifiques. Celles-ci sont financées par des institutions ou organisations à but non lucratif. Cela rend les articles gratuits autant pour les lecteurs que pour les auteurs qui, eux, conservent leurs droits d’auteurs grâce à la licence Creative Commons.
Exemple de la revue Frontière-s publié par la MOM

Quel est le rôle des bibliothèques dans tout ça ?

Les bibliothèques soutiennent depuis longtemps l’accès ouvert aux publications et données de la recherche, le principe même des bibliothèques étant de rendre accessible autant d’ouvrages que possible de manière gratuite et pour tous. Les personnels de bibliothèque se mobilisent pour se former aux sciences ouvertes pour en retour sensibiliser les chercheurs à cette problématique. En gérant et alimentant des archives ouvertes ainsi que des entrepôts de données, les bibliothèques se placent comme acteurs pour la science ouverte !

De notre côté, parmi les actions de la bibliothèque nous participons notamment à la sensibilisation du public aux enjeux de la science ouverte. Que ce soit à travers des formations telles que les Atelier Doc’ pour inciter les chercheurs à déposer leurs travaux dans HAL, ou bien de manière ludique à travers notre future Escape Game sur la thématique des sciences ouvertes. Nous vous attendons donc de pied ferme pour découvrir ce sujet à travers de folles énigmes !

A très bientôt,

Marion Chassin

Courant d’OAir : de la brise au mistral

L’enquête lancée par Couperin (consortium regroupant universités et organismes de recherche français sur les questions des publications électroniques) à propos des pratiques de publication scientifique et d’open access, à laquelle tous les « publiants » sont invités à répondre jusqu’au 8 mars, nous incite à compléter notre précédent billet courant d’air.

Dans ce dernier billet sur la science ouverte, nous évoquions le Plan national pour la science ouverte présenté en juillet 2018 par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, puis le plan d’action 2019 de l’agence nationale de la recherche (ANR) mais nous n’avions pas mentionné que l’ANR est aussi devenue membre de cOAlition S et signataire du Plan S en 2018.

Coordonnée par Science Europe et soutenue par la Commission Européenne et le Conseil Européen de la Recherche (ERC), cOAlition S comprend actuellement 13 agences nationales européennes de financement de la recherche qui ont accepté de mettre en application les 10 principes du plan S pour accélérer la transition vers le libre accès complet et immédiat aux publications scientifiques

Les 10 principes, traduits ici

En bref, dès janvier 2020, le plan S propose 2 voies, pour toute publication qui résulte de recherches financées par les membres de cOAlition S :

Dans tous les cas, la diffusion devra se faire sous licence ouverte, de préférence Creative Commons CC BY

Les 10 principes s’appliquent à tous les types de publications savantes, mais il est entendu que la date du 1er janvier 2020 pour atteindre le libre accès pour les monographies et les livres peut être dépassée.

En outre, cOAlition S soutient et compte mettre en oeuvre les recommandations de la déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA)

Qui dit en résumé : [La recherche doit être évaluée selon ses mérites propres plutôt que sur la base de la notoriété de la revue (type facteur d’impact) dans laquelle les résultats de recherche sont publiés]

Le Comité français pour la Science ouverte, créé suite au plan national pour la science ouverte, a récemment formulé des préconisations pour chacun des 10 points en vue de la mise en œuvre du plan S par l’ANR. Recommandant notamment qu’il est indispensable d’envisager, outre les 2 voies indiquées plus haut, le développement d’autres voies plus innovantes, sans se focaliser sur l’hypothèse des APC (frais de publication pour un article).

Voici par exemple, le projet français Peer Community in (PCI), orienté pour le moment biologie (mais qui devrait s’ouvrir à d’autres communautés scientifiques), qui a pour but de créer des communautés spécifiques de chercheurs capables d’évaluer gratuitement dans leur champ disciplinaire des pré-prints. Soutenus par des sociétés savantes et des universités, de nombreux journaux ont déclaré leur intérêt aux PCI et les instances d’évaluation (ANR, HCERES, …) soutiennent également cette démarche.

De plus le comité a émis quelques points de vigilance  pour certains points discutables et imprécis du guide d’implémentation du plan S : comme la prise en compte des disciplines, le phasage de mise en œuvre du plan ou les licences.

Science Power

Toutes ces orientations et ces mesures devraient avoir à terme un impact dans le paysage de l’édition scientifique et les critères d’évaluation et ainsi sur vos pratiques en tant que publiant… c’est à vous de jouer.

Courant d’air : Science ouverte, accès ouvert, données ouvertes…

Quoi de neuf ?

Un plan national pour la science ouverte a été présenté par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, le 4 juillet 2018, à la rencontre annuelle de la ligue européenne de bibliothèques de recherche (LIBER)
Ce plan se décline en 3 axes :

  • Généraliser l’accès ouvert aux publications (rendre obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres)
  • Structurer et ouvrir les données de la recherche (rendre obligatoire la diffusion ouverte des données de recherche)
  • S’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Un budget sera alloué à la création d’un fonds pour la science ouverte : 5,4M€ la première année et 3,4M€ la deuxième année.

Cet engagement pour l’ouverture des données de la recherche est réaffirmé par l’ANR dans son plan d’action 2019 en appelant les coordinateurs de projets à considérer la question des données de la recherche au moment du montage et tout au long du projet :

  • déposer les publications, consécutives aux projets financés, dans une archive ouverte (HAL par exemple)
  • associer un plan de gestion des données (DMP) aux projets financés à partir de 2019

De plus la commission européenne obligera le libre accès aux publications des recherches financées dans le cadre Horizon 2020 et dans certains cas l’accès libre aux données de la recherche.

Source sur le portail de la commission européenne

Vous trouverez toutes les informations spécifiques à la mise en œuvre de ce libre accès sur le portail français Horizon 2020 et pour accompagner les équipes de recherche qui soumettent un projet dans le cadre d’Horizon 2020, l’Inist-CNRS propose une série de tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche.

Sciences, données… :

Par « science ouverte », on entend une volonté de rendre les données de la recherche et ses résultats accessibles et réutilisables le plus librement possible.

« Nous n’avons rien à craindre d’être lus partout dans le monde et par tous — collègues, associations et syndicats, décideurs publics, entreprises, citoyens — afin que nos recherches, longuement et soigneusement bâties, puissent éclairer, informer et questionner »

Didier Torny, Directeur Adjoint Scientifique de l’INSHS, extrait de l’edito de la lettre d’information de l’INSHS n°55

FAIR data / 5 stars data

Le cœur de la science, ce sont les données, et pour aller vers une science ouverte, il faut tendre vers des données et des métadonnées ‘FAIR’ et ‘5 étoiles’.

Les principes FAIR comme Facilement trouvable ou Favoriser la découverte (Findable), Accessible, Interopérable et Réutilisable (Reusable)  ont été définis pour rendre les données scientifiques réutilisables. Chaque principe se décline en un ensemble de caractéristiques, que Le centre national australien des données schématise ainsi :

Source : Australian National Data Service – Training

Sur cette page, l’Institut National de la Recherche en Agronomie présente chaque principe avec ses caractéristiques, les recommandations pour mettre en œuvre chaque principe et les questions à se poser lors de la rédaction d’un plan de gestion de données.

S’orienter vers la science ouverte c’est aussi tendre vers des données 5 étoiles – des données ouvertes et liées. Selon la proposition de Tim Berners-Lee (inventeur du web), cela signifie * déposer ses données sur le web avec une licence ouverte, peu importe le format (OL), ** les publier en tant que données structurées (RE), *** dans un format ouvert et non propriétaire (OF), **** désignées avec des identifiants uniques pérennes (URI) pour qu’on puisse faire référence à vos données et enfin, *****que vos données soient liées à d’autres données pour y ajouter du contexte (LOD : Linked Open Data). C’est finalement faire ce que l’on appelle du web sémantique.

Source et informations sur le site 5 stardata


Toutefois, rendre accessible ses données et les déposer demande un gros travail de gestion et de préparation des données. De plus, selon vos droits, certaines données ne pourront être rendues accessibles. La checklist proposée ici vous permettra de balayer l’essentiel des points de vigilance. Ce questionnaire en ligne : Système expert d’aide à la decision pour diffuser les données de la recherche de M. Andro, N. Morcrette, et N. Gandon pourra aussi vous aider à identifier si vous avez le droit de diffuser vos données.

Plan de gestion de données

Pour accompagner les équipes de recherche dans l’élaboration et la rédaction d’un plan de gestion de données (Data Management Plan), étape qui sera de plus en plus demandée par vos financeurs et obligatoire pour la soumission d’un projet H2020, l’INIST-CNRS propose l’outil collaboratif DMP OPIDoR (disponible en version française ou anglaise). Nous vous recommandons chaudement les tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche et sur le plan de gestion de données.

S’auto-former

Nous vous conseillons la plate-forme d’auto-formation DoRANum, à destination des chercheurs, qui regorge de fiches thématiques et courtes vidéos très didactiques sur les données et métadonnées, de l’archivage au partage, en passant par les aspects juridiques et éthiques…

Et par chez nous ?

Concernant le dépôt des publications dans une archive ouverte, nous vous rappelons que nous organisons régulièrement à la bibliothèque des HALunch qui seront l’occasion de se retrouver pour un temps convivial de (re) découverte de la plate-forme d’autoarchivage HAL et de ses services et pour vous accompagner dans le dépôt de vos publications. Le prochain aura lieu le 18 octobre 2018. Pour plus d’infos et pour vous inscrire, suivez le lien.

La Collection HAL de la MOM compte au 20 septembre 3254 notices mais seulement 18% contiennent le texte intégral (616 documents). On vous rappelle sur cet article  Pourquoi déposer dans HAL.


Vous pouvez noter dans vos agendas : la matinée du 18 octobre à Lyon qui sera consacrée à la science ouverte dans le cadre de la semaine internationale du libre-accès. Le thème retenu cette année est « Bibliothèque et Chercheurs : la science ouverte en commun ».

L’ensemble des bibliothèques de l’Université de Lyon (dont la bibliothèque de la MOM) s’associent pour vous proposer cette matinée de conférences et d’ateliers dans les locaux de la MILC. Le programme et les modalités d’inscription se trouvent ici.


A qui s’adresser ?

N’hésitez pas à vous adresser aux personnes ressources de votre structure pour en savoir plus : informaticiens, documentalistes, bibliothécaires… Ils sont là pour vous accompagner.

Début 2018, l’axe stratégique “données de la recherche, de l’acquisition à l’archivage” a vu le jour à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, les responsables sont Julien Aliquot (HiSoMa) et Bruno Morandière (FR3747, PSIR).

Une liste de discussion a été mise en place par et pour le personnel de la MOM afin d’échanger et discuter sur le sujet des données : abonnez-vous à dataMOM_at_mom.fr

Pour un projet spécifique vous pouvez vous adresser :

Illustration du bandeau issue de l’appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité