Archives par mot-clé : libre accès

Politiques des revues pour l’auto-archivage

Rendre accessible votre article sur HAL : quelles versions, quelles conditions ?

Le CNRS et les Universités incitent de plus en plus les chercheurs à déposer leurs articles en archives ouvertes. Ils s’appuient sur la Loi pour une République Numérique (LRN), qui autorise le chercheur à mettre à disposition son manuscrit accepté pour publication quelle que soit la politique de diffusion de l’éditeur et sa nationalité, dès publication si l’article est lui même accessible en ligne ou sinon, 12 mois suivant la date de publication (en SHS). Pour rappel, le schéma ci-dessous présente les différentes versions d’une publication et leurs conditions de dépôt.

3 versions d'article pour les politiques d'auto-archivage

Il est donc important de conserver le manuscrit auteur accepté (MAA ou Postprint), c’est à dire la version revue par les pairs avant mise en page de l’éditeur, afin de pouvoir déposer la publication selon la loi. En effet, la version de l’éditeur peut être déposée dans HAL, seulement si l’article est publié en Open Access sous licence Creative Commons (CC), ou si vous avez obtenu l’autorisation de l’éditeur.

En 2020, Juliette Royère a commencé à récolter ces politiques pour les revues dans lesquelles les chercheurs des laboratoires de la MOM publient (elle en parlait ici). Le tableau joint à la fin de ce billet est le fruit de son travail et de la mise à jour d’Amélie Descollonges en juin 2022.

Cette liste de 228 revues passées à la loupe, provient des références des articles des chercheurs des laboratoires de la MOM signalées sur l’archive ouverte HAL. 

Le tableau indique pour les 3 versions de l’article (voir le schéma ci-dessus) la politique de la revue pour le dépôt dans HAL et renseigne le style de référence requis par la revue (la feuille de style Zotero ou les consignes aux auteurs pour rédiger les références bibliographiques). Les données proviennent de différentes sources (indiquées sur le tableau) :

  • La plateforme Sherpa Romeo, qui recense les politiques éditoriales des revues (avec traduction en français des politiques sur Mir@bel et déclaration par les éditeurs français sur Mir@bel pour alimentation sur S/R) mais c’est encore loin d’être exhaustif,
  • Les sites web des revues,
  • Un questionnaire envoyé aux éditeurs en mars 2020.

Certaines lignes ou cellules sont restées vides, faute d’informations suffisantes.  Vous trouverez également dans ce tableau le lien cliquable sur le titre de la revue vers la plateforme Mir@bel qui signale les accès en ligne disponibles, car nous avons renseigné l’ensemble de ces revues sur Mir@bel.

Ce tableau pourra être amené à évoluer. N’hésitez pas à nous faire part d’erreurs ou de changements dont vous auriez connaissance et à nous demander l’ajout d’une revue manquante.

PDF à télécharger : Tableau des politiques de 228 revues vis à vis de l’auto-archivage (mise à jour octobre 2022, contact pour demande de mise à jour : bibliothequearobasemompointfr).

Négocier un avenant et stratégie de non cession des droits

Si vous constatez que le dépôt sur HAL de l’article n’est pas autorisé dès publication dans la revue où vous vouliez publier, vous pouvez appliquer la stratégie de non cession (=conservation) des droits en ajoutant un paragraphe à ce propos dès la soumission de votre article et en ajoutant la mention “CC-By 4.0” à toutes les versions successives de votre manuscrit. Cette stratégie permet de mettre en libre accès immédiat vos productions scientifiques jusqu’à la dernière version acceptée pour publication par l’éditeur (le MAA mais pas le pdf éditeur !) quel que soit le modèle de diffusion de la revue et quel que soit sa politique d’auto-archivage. Cette stratégie est recommandée par l’ANR et la commission européenne, qui demandent que tous les articles issus des projets qu’elles financent soient disponibles en accès ouvert et sous licence libre dès leur date de publication (la LRN ne suffit donc pas).  Le Comité pour la Science Ouverte (COSO) a rédigé un guide pratique pour vous aider à mettre en œuvre simplement cette stratégie

Il vous est également possible de négocier un avenant rétrospectivement à votre publication, de nombreux modèles existent, voici une page explicative sur le site science ouverte de couperin.

Pour en savoir plus :
CCSD. « Questions juridiques », HAL Documentation. <URL: https://doc.archives-ouvertes.fr/questions-juridiques/>.
Comité pour la science ouverte (CoSo), 2020. « Je publie, quels sont mes droits ? », octobre 2020 <URL: https://www.ouvrirlascience.fr/je-publie-quels-sont-mes-droits>.
Comité pour la science ouverte (CoSo), 2022. « Mettre en œuvre la stratégie de non-cession des droits sur les publications scientifiques » <URL: https://www.ouvrirlascience.fr/mettre-en-oeuvre-la-strategie-de-non-cession-des-droits-sur-les-publications-scientifiques>.
Couperin. « Négocier un avenant – Science ouverte France », <URL: https://scienceouverte.couperin.org/negocier-un-avenant/>.

Analyser le paysage éditorial des revues en sciences de l’Antiquité : une noble mission de stage

Bonjour à tous !

Vous me connaissez peut-être si vous errez dans les couloirs du bâtiment de recherche de la MOM ou si votre jour favori pour emprunter des livres à la bibliothèque est le mercredi. Arrivée à la mi-avril à la MOM, je vois les journées se raccourcir et mon stage se terminer. Ces 4 mois au sein de la bibliothèque sont passés à toute vitesse. J’ai plongé dans l’univers des périodiques et des politiques de publication, à l’instar de ma prédécesseur Juliette Royère. Peut-être avez-vous eu l’occasion de lire ses billets ? Pour ma part, son expérience m’a donné envie d’effectuer mon stage à la bibliothèque, d’autant plus que mes cours de licence d’histoire de l’art et d’archéologie me manquaient. C’est donc avec plaisir que j’ai lu qu’on cherchait quelqu’un pour prendre sa suite.

Alignement des planètes extraordinairement favorable, les missions de stage tournaient autour des revues du Plan de Conservation Partagée (PCP)[1] des sciences de l’Antiquité. Je sortais justement d’un projet qui comparait les revues physiques des PCP avec les collections numérisées de Persée. J’étais donc lancée dans cette nouvelle étude !

Lors de mes premières semaines de stage, j’ai fait la connaissance de l’équipe bienveillante de la bibliothèque. J’ai pu satisfaire ma curiosité en découvrant tous les aspects des métiers en bibliothèque et prendre mes marques dans les locaux labyrinthiques. Une fois familière avec mon environnement, j’ai hérité de l’énorme travail de Juliette. Elle avait mené l’enquête pour réunir les politiques éditoriales des revues scientifiques dans lesquelles vous publiez. Le tableau créé avait pour but de vous aider à déposer vos travaux en libre accès sur HAL selon les consignes de votre éditeur. Réalisé il y a 3 ans, ce document avait besoin d’être un peu rafraîchi pour sa future publication.

Dans le même temps, j’ai découvert le site qui occuperait mes journées, Mir@bel ! Pour ceux qui ne connaitraient pas cet outil, il s’agit d’une plateforme de signalement des accès en ligne pour les revues scientifiques. Mon rôle était de saisir les revues de la bibliothèque et leurs métadonnées : titres, éditeurs, dates de parution, langues, périodicité et surtout accès en ligne. Il faut alors partir à la pêche aux informations et éviter les pièges de l’homonymie…

Ces deux tâches en apparence indépendantes sont en fait liées. Avancer sur l’une, c’est aussi développer l’autre. Signaler des accès dans Mir@bel, c’est vous offrir un accès facilité et immédiat aux articles et informations scientifiques nécessaires à la recherche. Mettre à jour et diffuser les politiques de publication des éditeurs, c’est vous aider à participer au mieux à cette circulation internationale du savoir.

Mais on peut aller plus loin dans l’étude du paysage éditorial en archéologie et sciences de l’Antiquité. Une analyse plus ambitieuse serait de cartographier les pratiques éditoriales par rapport aux disciplines, aux pays ou à la science ouverte. Connaitre le paysage éditorial dans sa discipline permet d’établir une stratégie de publication avec toutes les cartes en main !

La dernière mission de stage que je vais vous présenter ouvre la voie à ce projet de grande ampleur. L’objectif était de valoriser les données de Mir@bel grâce aux compétences acquises lors de ma formation en Humanités Numériques à l’ENSSIB. La richesse et la qualité de ces données, résultats du temps investi par les partenaires[2] à saisir des revues, ont grandement facilité mon travail statistique.

Concrètement, comment extraire les données pour mener à bien l’analyse ? Jérémie Léonard a la réponse ! En tant que responsable des échanges de métadonnées pour Mir@bel, il connaissait bien l’API du site et m’a aidé à l’apprivoiser. Cette méthode a un avantage : les données sont mises à jour à chaque relance de la requête. On pourrait donc extraire à nouveau les données du site dans quelques mois sans rien modifier.

Pour traiter les données un fois récupérées, j’ai utilisé le langage de code que je maitrise le mieux, Python. Après quelques tâtonnements avec la structure des données, j’ai pu faire quelques analyses simples sur le petit corpus des revues du tableau des politiques. Combien sont dans Mir@bel ? Lesquelles n’ont pas d’accès ? Combien de revues sont dans le DOAJ ou ERIH PLUS ? Ces deux sigles peuvent vous intéresser ! Ils sont une marque de qualité pour les revues indexés dans leur base. Le Directory of Open Access Journals (notice du DOAJ pour la Revue Archéologique du Centre de la France) examine des revues évaluées par des pairs et en libre accès, tandis que le European Reference Index for the Humanities (notice d’ERIH PLUS pour La Revue numismatique) comprend toutes les revues scientifiques qui remplissent certaines conditions de qualité et de transparence, en libre accès ou non.

Ces questions se sont complexifiées par le croisement des informations. Combien y-a-t-il de chaque type d’éditeur du corpus pour un pays ? Quelle est la politique de publication la plus répandue pour tel type d’éditeur ou telle thématique ? Autant de questions qui trouvent leur réponse dans l’étude des données et des visualisations efficaces !

Amélie Descollonges

 

 

[1] Les Plans de Conservation Partagée organisent la répartition nationale de la conservation des collections de périodiques imprimés entre bibliothèques. Ils permettent réunir et compléter les collections dans un seul lieu et d’améliorer l’accès pour les usagers, tout en libérant de l’espace pour de nouvelles acquisitions.

[2] Dont votre bibliothèque fait partie !

Crédit photo : Image par storyset sur Freepik

A vos marques… Prêts… Déposez !

Cette année est proposé le 1er HALathon national, du 24 mai au 11 juin 2021, par le club des utilisateurs de l’archive ouverte HAL (CasuHAL), auquel l’ensemble de la communauté scientifique est invitée à participer pour faire exploser le taux de dépôt en texte intégral dans l’archive ouverte HAL.

Cet évènement est l’occasion de vous rappeler les bases et quelques recommandations pour déposer du texte intégral dans HAL.

L’argumentaire

Tout d’abord s’il faut encore vous convaincre, voici les 7 bonnes raisons de déposer dans l’archive ouverte HAL, à lire sur le site Open access de l’Université Rennes 1 par Laurent Jonchère :

  1. Elargir la visibilité de mes travaux scientifiques
  2. Augmenter l’impact scientifique de mes travaux
  3. Une saisie unique pour mes rapports
  4. Bénéficier de services à haute valeur ajoutée
  5. Apporter une protection juridique à mes travaux
  6. Garantir la pérennité des fichiers et des accès
  7. Garantir un accès libre et gratuit à la recherche

Et pour continuer, les 10 idées reçues et objections entendues sur HAL, toujours sur les pages Open Access de Laurent Jonchère :

  1. Déposer, ça prend trop de temps !
  2. Les éditeurs sont contre
  3. Je préfère déposer dans ResearchGate ou Academia.edu
  4. HAL n’a pas de visibilité internationale
  5. J’ai déjà accès à toute la littérature scientifique
  6. Tout est accessible via SciHub
  7. Les contenus déposés ne sont pas évalués
  8. L’accès ouvert fragilise les éditeurs et les revues
  9. La confidentialité de mes recherches est menacée
  10. Mes articles risquent d’être plagiés

Obligations et précautions à prendre

Avant le dépôt du texte intégral :

  • S’assurer que le document n’ait pas déjà été déposé (même seulement une notice=référence, dans ce cas il faudra ajouter le texte intégral à la référence, et ne pas refaire un dépôt)
  • Respecter les règles de la propriété intellectuelle :
    • S’assurer de l’accord des co-auteurs (cela permet aussi d’éviter des doublons)
    • S’il s’agit d’un document/ article publié ou soumis, vous devez avoir l’autorisation de l’éditeur, ou vérifier la politique de l’éditeur sur Sherpa Romeo. (Toutes les revues scientifiques ne sont pas présentes dans S/R)

Nota bene : il n’y a pas de retrait possible du texte intégral déposé (vous pourrez par contre déposer une nouvelle version si vous le souhaitez)

Se pose ensuite la question de la version du texte à déposer et de vos droits d’auto-archivage vis-à-vis des dites versions.

Les différentes versions et vos droits

 

D’après Schéma de Mathieu Saby, Université de Nice Sophia-Antipolis. CC By

 

En fonction de ces versions, voici vos droits ou obligations :

Nota bene : Nous vous rappelons que ce n’est pas parce que vous avez un accès gratuit au texte intégral sur le site de l’éditeur que vous avez les droits pour déposer ce texte dans HAL. Cf l’article de blog du CCSD : Accès gratuit ne veut pas dire libre accès. 

Loi République Numérique

Vous pouvez donc grâce à la loi pour une République numérique (LRN) en vigueur depuis octobre 2016, déposer la version acceptée de vos articles scientifiques 12 mois après publication (pour les SHS et 6 mois pour les STM).

C’est donc cette version post-print “auteur” (selon la dénomination de HAL lors du dépôt) que vous pouvez, sans vérification auprès de l’éditeur, déposer sur HAL dès publication en ajoutant un embargo pour respecter ces 12 mois.

Pour retrouver cette version acceptée (= final draft / post-print) : voici une procédure d’aide Direct2AAM chez certains grands éditeurs Elsevier, Springer, Wiley, Nature… Sinon, demandez à vos co-auteur-e-s qui l’auront peut-être conservé.

En dehors de la loi LRN

Voici quelques politiques d’éditeurs recensés par HAL pour vos droits vis-à-vis du dépôt de chapitre d’ouvrage.

Concrètement lors du dépôt dans HAL

Il faut afficher la vue détaillée pour ajouter des métadonnées au fichier déposé (la version déposée, le format, l’embargo…)

-> Voici comment préciser l’information sur la version du fichier déposé :

-> Et comment préciser un embargo, le fichier sera archivé mais non visible avant cet embargo passé, seul la notice sera visible:

Alors : à vos marques, prêt, déposez !

Comment savoir si vos publications sont accessibles à tous ?

Faites le test avec Dissem.in : https://dissem.in/

Dissemin collecte ses données de diverses sources (crossref.org, BASE, Sherpa/romeo, Zotero) et évalue si une publication donnée est librement disponible. Une fois identifié avec ORCID, Dissemin permet de déposer sur HAL (renseigner son nom d’utilisateur hal) ou sur Zenodo.

Vous pouvez aussi (merci à CasuHAL) identifiez les notices sans fichier joint dans HAL. Il vous suffit d’insérer dans cette adresse url sous forme de requête, votre IdHAL [à la place de VOTREIDHAL] (le plus souvent = chaîne de caractère “prenom-nom”) : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=%2A&authIdHal_s=VOTREIDHAL&submitType_s=notice+OR+annex

Nous restons bien-sûr à votre disposition pour vous accompagner dans ces dépôts : hal@mom.fr

Et nous vous rappelons que nous organisons régulièrement des ateliers sur HAL cf. Nos formations et tutoriels (les quelques diapos présentées ici sont issues des ateliers HAL organisés par Claire Giguet et Marie Chebance).

Accéder à la science pendant le confinement

Ajout du 2 avril 2020 : Trismégistos est dorénavant accessible sur le portail de l’université avec vos identifiants Lyon 2 habituels.
Pour mémoire, Trismégistos est une base de données qui répertorie de la documentation archéologique et papyrologique sur l’Égypte antique. Elle rassemble à la fois des données, prosopographiques, géographiques, onomastiques etc.

Ajout du 31 mars 2020 : Vous trouverez sur le site Couperin.org, un recensement collaboratif et régulièrement mis à jour des facilités offertes par les éditeurs et des ressources mises à disposition pour la communauté scientifique.

Ajout du 27 mars 2020 : 
A titre exceptionnel et de manière temporaire, la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne (BIS) et la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC) donne l’accès grâcieux, sur inscription, à leurs ressources électroniques : 
Site la de BIS :
http://www.biu.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique461 

Site de la BULAC : 
https://www.bulac.fr/fermeture-accompagnementa-distance/la-bulac-a-distance/ 

logo libre acces temporaire

De nombreux éditeurs ou portails de revues annoncent une ouverture temporaire des accès à leur contenus, durant la période de fermeture universitaire et de confinement.

Sont désormais accessibles entre autres : Continuer la lecture de Accéder à la science pendant le confinement

Courant d’OAir : de la brise au mistral

L’enquête lancée par Couperin (consortium regroupant universités et organismes de recherche français sur les questions des publications électroniques) à propos des pratiques de publication scientifique et d’open access, à laquelle tous les « publiants » sont invités à répondre jusqu’au 8 mars, nous incite à compléter notre précédent billet courant d’air.

Dans ce dernier billet sur la science ouverte, nous évoquions le Plan national pour la science ouverte présenté en juillet 2018 par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, puis le plan d’action 2019 de l’agence nationale de la recherche (ANR) mais nous n’avions pas mentionné que l’ANR est aussi devenue membre de cOAlition S et signataire du Plan S en 2018.

Coordonnée par Science Europe et soutenue par la Commission Européenne et le Conseil Européen de la Recherche (ERC), cOAlition S comprend actuellement 13 agences nationales européennes de financement de la recherche qui ont accepté de mettre en application les 10 principes du plan S pour accélérer la transition vers le libre accès complet et immédiat aux publications scientifiques

Les 10 principes, traduits ici

En bref, dès janvier 2020, le plan S propose 2 voies, pour toute publication qui résulte de recherches financées par les membres de cOAlition S :

Dans tous les cas, la diffusion devra se faire sous licence ouverte, de préférence Creative Commons CC BY

Les 10 principes s’appliquent à tous les types de publications savantes, mais il est entendu que la date du 1er janvier 2020 pour atteindre le libre accès pour les monographies et les livres peut être dépassée.

En outre, cOAlition S soutient et compte mettre en oeuvre les recommandations de la déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA)

Qui dit en résumé : [La recherche doit être évaluée selon ses mérites propres plutôt que sur la base de la notoriété de la revue (type facteur d’impact) dans laquelle les résultats de recherche sont publiés]

Le Comité français pour la Science ouverte, créé suite au plan national pour la science ouverte, a récemment formulé des préconisations pour chacun des 10 points en vue de la mise en œuvre du plan S par l’ANR. Recommandant notamment qu’il est indispensable d’envisager, outre les 2 voies indiquées plus haut, le développement d’autres voies plus innovantes, sans se focaliser sur l’hypothèse des APC (frais de publication pour un article).

Voici par exemple, le projet français Peer Community in (PCI), orienté pour le moment biologie (mais qui devrait s’ouvrir à d’autres communautés scientifiques), qui a pour but de créer des communautés spécifiques de chercheurs capables d’évaluer gratuitement dans leur champ disciplinaire des pré-prints. Soutenus par des sociétés savantes et des universités, de nombreux journaux ont déclaré leur intérêt aux PCI et les instances d’évaluation (ANR, HCERES, …) soutiennent également cette démarche.

De plus le comité a émis quelques points de vigilance  pour certains points discutables et imprécis du guide d’implémentation du plan S : comme la prise en compte des disciplines, le phasage de mise en œuvre du plan ou les licences.

Science Power

Toutes ces orientations et ces mesures devraient avoir à terme un impact dans le paysage de l’édition scientifique et les critères d’évaluation et ainsi sur vos pratiques en tant que publiant… c’est à vous de jouer.

Courant d’air : Science ouverte, accès ouvert, données ouvertes…

Quoi de neuf ?

Un plan national pour la science ouverte a été présenté par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, le 4 juillet 2018, à la rencontre annuelle de la ligue européenne de bibliothèques de recherche (LIBER)
Ce plan se décline en 3 axes :

  • Généraliser l’accès ouvert aux publications (rendre obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres)
  • Structurer et ouvrir les données de la recherche (rendre obligatoire la diffusion ouverte des données de recherche)
  • S’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Un budget sera alloué à la création d’un fonds pour la science ouverte : 5,4M€ la première année et 3,4M€ la deuxième année.

Cet engagement pour l’ouverture des données de la recherche est réaffirmé par l’ANR dans son plan d’action 2019 en appelant les coordinateurs de projets à considérer la question des données de la recherche au moment du montage et tout au long du projet :

  • déposer les publications, consécutives aux projets financés, dans une archive ouverte (HAL par exemple)
  • associer un plan de gestion des données (DMP) aux projets financés à partir de 2019

De plus la commission européenne obligera le libre accès aux publications des recherches financées dans le cadre Horizon 2020 et dans certains cas l’accès libre aux données de la recherche.

Source sur le portail de la commission européenne

Vous trouverez toutes les informations spécifiques à la mise en œuvre de ce libre accès sur le portail français Horizon 2020 et pour accompagner les équipes de recherche qui soumettent un projet dans le cadre d’Horizon 2020, l’Inist-CNRS propose une série de tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche.

Sciences, données… :

Par « science ouverte », on entend une volonté de rendre les données de la recherche et ses résultats accessibles et réutilisables le plus librement possible.

« Nous n’avons rien à craindre d’être lus partout dans le monde et par tous — collègues, associations et syndicats, décideurs publics, entreprises, citoyens — afin que nos recherches, longuement et soigneusement bâties, puissent éclairer, informer et questionner »

Didier Torny, Directeur Adjoint Scientifique de l’INSHS, extrait de l’edito de la lettre d’information de l’INSHS n°55

FAIR data / 5 stars data

Le cœur de la science, ce sont les données, et pour aller vers une science ouverte, il faut tendre vers des données et des métadonnées ‘FAIR’ et ‘5 étoiles’.

Les principes FAIR comme Facilement trouvable ou Favoriser la découverte (Findable), Accessible, Interopérable et Réutilisable (Reusable)  ont été définis pour rendre les données scientifiques réutilisables. Chaque principe se décline en un ensemble de caractéristiques, que Le centre national australien des données schématise ainsi :

Source : Australian National Data Service – Training

Sur cette page, l’Institut National de la Recherche en Agronomie présente chaque principe avec ses caractéristiques, les recommandations pour mettre en œuvre chaque principe et les questions à se poser lors de la rédaction d’un plan de gestion de données.

S’orienter vers la science ouverte c’est aussi tendre vers des données 5 étoiles – des données ouvertes et liées. Selon la proposition de Tim Berners-Lee (inventeur du web), cela signifie * déposer ses données sur le web avec une licence ouverte, peu importe le format (OL), ** les publier en tant que données structurées (RE), *** dans un format ouvert et non propriétaire (OF), **** désignées avec des identifiants uniques pérennes (URI) pour qu’on puisse faire référence à vos données et enfin, *****que vos données soient liées à d’autres données pour y ajouter du contexte (LOD : Linked Open Data). C’est finalement faire ce que l’on appelle du web sémantique.

Source et informations sur le site 5 stardata


Toutefois, rendre accessible ses données et les déposer demande un gros travail de gestion et de préparation des données. De plus, selon vos droits, certaines données ne pourront être rendues accessibles. La checklist proposée ici vous permettra de balayer l’essentiel des points de vigilance. Ce questionnaire en ligne : Système expert d’aide à la decision pour diffuser les données de la recherche de M. Andro, N. Morcrette, et N. Gandon pourra aussi vous aider à identifier si vous avez le droit de diffuser vos données.

Plan de gestion de données

Pour accompagner les équipes de recherche dans l’élaboration et la rédaction d’un plan de gestion de données (Data Management Plan), étape qui sera de plus en plus demandée par vos financeurs et obligatoire pour la soumission d’un projet H2020, l’INIST-CNRS propose l’outil collaboratif DMP OPIDoR (disponible en version française ou anglaise). Nous vous recommandons chaudement les tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche et sur le plan de gestion de données.

S’auto-former

Nous vous conseillons la plate-forme d’auto-formation DoRANum, à destination des chercheurs, qui regorge de fiches thématiques et courtes vidéos très didactiques sur les données et métadonnées, de l’archivage au partage, en passant par les aspects juridiques et éthiques…

Et par chez nous ?

Concernant le dépôt des publications dans une archive ouverte, nous vous rappelons que nous organisons régulièrement à la bibliothèque des HALunch qui seront l’occasion de se retrouver pour un temps convivial de (re) découverte de la plate-forme d’autoarchivage HAL et de ses services et pour vous accompagner dans le dépôt de vos publications. Le prochain aura lieu le 18 octobre 2018. Pour plus d’infos et pour vous inscrire, suivez le lien.

La Collection HAL de la MOM compte au 20 septembre 3254 notices mais seulement 18% contiennent le texte intégral (616 documents). On vous rappelle sur cet article  Pourquoi déposer dans HAL.


Vous pouvez noter dans vos agendas : la matinée du 18 octobre à Lyon qui sera consacrée à la science ouverte dans le cadre de la semaine internationale du libre-accès. Le thème retenu cette année est « Bibliothèque et Chercheurs : la science ouverte en commun ».

L’ensemble des bibliothèques de l’Université de Lyon (dont la bibliothèque de la MOM) s’associent pour vous proposer cette matinée de conférences et d’ateliers dans les locaux de la MILC. Le programme et les modalités d’inscription se trouvent ici.


A qui s’adresser ?

N’hésitez pas à vous adresser aux personnes ressources de votre structure pour en savoir plus : informaticiens, documentalistes, bibliothécaires… Ils sont là pour vous accompagner.

Début 2018, l’axe stratégique “données de la recherche, de l’acquisition à l’archivage” a vu le jour à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, les responsables sont Julien Aliquot (HiSoMa) et Bruno Morandière (FR3747, PSIR).

Une liste de discussion a été mise en place par et pour le personnel de la MOM afin d’échanger et discuter sur le sujet des données : abonnez-vous à dataMOM_at_mom.fr

Pour un projet spécifique vous pouvez vous adresser :

Illustration du bandeau issue de l’appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité

HAL-o ??

Nommée d’après l’intelligence artificielle supercalculateur de la saga  de l’Odyssée de l’espace et détournée en Hyper Article en Ligne, HAL est une archive ouverte créée en 2001 (clin d’œil au film) par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) du CNRS, permettant à toute la communauté de l’Enseignement supérieur et de la recherche française et des laboratoires publics ou privés, de déposer leurs articles, manuscrits et thèses (TEL) dans une base à accès ouvert. L’accès aux données est libre, mais pas nécessairement leur utilisation ou réutilisation.

Même si l’objectif 1er de cette archive ouverte est de fournir du texte intégral pour tous, HAL permet également le signalement d’une publication (=notice/référence) sans le dépôt du texte intégral (=document), ce qui permet aux chercheurs, laboratoires et instituts de recenser l’ensemble de leurs publications sur une même plate-forme.

Il existe donc plusieurs niveaux de déclinaisons de cette plate-forme :

Continuer la lecture de HAL-o ??

HAL and beyond…

Pourquoi promouvoir l’accès universel à la recherche plutôt que les multinationales de l’édition ?

Pour un accès universel, immédiat et gratuit aux résultats de la recherche

 

Circuit de l’édition scientifique privé traditionnel (modèle lecteur-payeur)

La recherche est financée en grande partie par des fonds publics, les chercheurs rédigent des documents sans contrepartie financière supplémentaire et évaluent gratuitement la production de leurs pairs. Parallèlement les bibliothèques et instituts payent de plus en plus cher pour accéder à cette documentation publiée par des éditeurs privés, obligeant quelque fois le désabonnement à des revues scientifiques sous forme papier comme électronique.

Le dépôt dans l’archive ouverte HAL ou la publication en libre accès est par conséquent un acte citoyen de partage.

Pour une meilleure visibilité

Les archives ouvertes (pas seulement HAL) sont moissonnées par les moteurs de recherche. La majorité des études sur les travaux en Open Access concluent à un impact positif de l’Open Access sur le taux de citations. Etude de 2016 : Research impact of paywalled versus open access papers par Archambault, É., Côté, G., Struck, B., and Voorons, M.

Pour un accès à long terme

HAL vous garantit la pérennité du stockage des fichiers déposés (via le CINES) et de l’accès (lien pérenne) à ces données.

Et pour…

Une réduction des délais de diffusion, une paternité des résultats assurée (horodatage), un suivi et une vitrine de la production scientifique d’une structure, d’un laboratoire… Continuer la lecture de HAL and beyond…

Ça déménage pendant les vacances !

Comme bien souvent la période estivale est l’occasion pour vos bibliothécaires de remuer quelques meubles et faire quelques arrangements dans les rayons : refonte de la signalétique, ajout d’étagères, etc. L’été caniculaire reste la meilleure période pour tenter de repousser les limites du bâtiment et gagner quelques mètres linéaires sans trop perturber nos chers lecteurs.

bibli 2
© Loïca Piredda

Cette année encore nous n’avons pas chômé. Tri des ouvrages en doubles stockés dans la si mystérieuse réserve 2 – on raconte que Salomon Reinach lui-même y aurait caché son coffre-fort – , inventaire minutieux des périodiques par nos « drôles de stagiaires », il semblerait même qu’un nouvel espace de conservation des documents se préparerait au 6ème étage… Bref les rumeurs vont bon train ! Mais qu’en est-il précisément ?

Outre les anciens mémoires et thèses des étudiants ayant fréquenté nos lieux depuis des décennies, la réserve 2 abrite (abritait jusqu’il y a peu) de nombreux doubles d’ouvrages issus des différents fonds documentaires à l’origine de l’actuelle Bibliothèque de la Maison de l’Orient de la Méditerranée. Ces livres de renoms étaient essentiellement conservés afin d’alimenter notre service des échanges – dont Nina nous parlait dans ce précédent article. Au fil des ans, ces « doubles » ont quitté nos locaux pour alimenter d’autres centres de documentation français et étrangers. Certains sont restés, leur contenu ayant largement été diffusé de par le monde, encombrant manifestement nos espaces de plus en plus restreints par l’afflux des nouvelles publications scientifiques. Le choix a donc été fait de trier ces ouvrages : les plus rares sont toujours conservés, quant aux autres, la rumeur court qu’ils viendront bientôt agrémenter les tables d’une braderie telle que la Maison de l’Orient n’en a jamais vu !

bibli 3
© Loïca Piredda

Et cet espace gagné, me direz-vous, qu’en fait-on ? Il sera bien rapidement comblé. Non pas par vos thèses et mémoires dorénavant disponibles en version numérique sur l’intranet de l’Université Lyon 2, sur les plateformes DUMAS (pour vos mémoires) ou theses.fr (pour vos productions doctorales), mais d’avantage par d’anciens numéros de périodiques, actuellement disponibles au 5ème étage de nos locaux. Soigneusement sélectionnés afin de limiter au maximum les éventuels désagréments, 100 mètres linéaires de revues scientifiques seront déplacés en réserve 2 où vous pourrez les consulter sur demande. L’espace libéré en libre accès accueillera les nouveaux numéros des 420 abonnements en cours à la MOM.

Le « grand chambardement » ne s’arrête pas là. Vous l’avez sans doute constaté, nos rayonnages sont saturés à tous les étages (ou presque). Pour y remédier, deux nouvelles étagères sont venues compléter les espaces du 1er étage pour le fonds sur les mondes arabo-byzantins (BAB) et un nouvel espace d’accueil des collections est également prévu à l’étage professionnel (6ème). Ce dernier ne sera accessible qu’aux personnels de la bibliothèque, au même titre que les réserves. Ces 24 nouvelles étagères accueilleront bientôt des ouvrages anciens et/ou peu consultés retirés des collections en libre accès.

bibli 1
© Loïca Piredda

Enfin un peu d’espace libre sur nos tablettes ! Les nouvelles publications devraient trouver leur place en rayon… mais pour combien de temps encore ?