Archives par mot-clé : islam

Le Coran, entre tradition et hyper-criticisme

Face à l’intérêt croissant, depuis une vingtaine d’années, pour les études coranologiques se traduisant par de multiples publications et séminaires, il nous a paru opportun de rédiger un article de vulgarisation sur l’histoire du Coran destiné au blog de la bibliothèque bien qu’il ne soit pas facile de traiter d’un sujet aussi complexe en l’espace de quelques lignes.

INTRODUCTION

Le Coran (al-Qur’ân en arabe), qui a pour signification étymologique récitation, a vu son sens évoluer en celui de lecture à haute voix, suite à son passage de l’oral à l’écrit. Dans le cadre de la révélation islamique, il désigne les messages adressés par Dieu, souvent par l’entremise de l’ange Gabriel au cours de différentes circonstances, à Muhammad (570-632). Le Coran soutient l’idée d’un archétype divin (lawḥ al maḥfūẓ – la Table préservée) qui contiendrait toutes les révélations reçues au cours de l’histoire – de l’humanité – par tous les messagers. En tant que réceptacle spirituel de la révélation, Muhammad acquiert de facto le titre de messager de Dieu (rasūl) ainsi que celui de Sceau des prophètes.
Selon la tradition musulmane la révélation a duré 23 ans (12 années durant la présence à La Mecque de Muhammad et 11 ans à Médine). D’où la tentative des exégètes et des coranologues de déterminer la périodicité de sourates (chapitres) et ‘ayāt (sing. ‘āya/versets).
Le Coran comporte environ 6236 versets et est divisé en 114 chapitres (sourates), globalement classés par ordre décroissant Pour ce qui est du contenu on peut noter la forte présence de quelques thèmes majeurs. L’unicité de Dieu (Allāh) et son corollaire la réfutation du polythéisme y occupent une place cardinale. L’homme et la nature y sont largement évoqués à travers la création. Les récits des prophètes bibliques sont rapportés avec l’idée d’appeler les humains à faire le bien. Enfin on trouve des éléments eschatologiques et une description de l’Au-delà, ultime récompense de ceux qui auront suivi scrupuleusement les commandements divins. Contrairement à une idée répandue, le caractère normatif reste marginal avec seulement 5 % des versets. Pour traiter de cette brève histoire du Coran, nous allons, dans un premier temps présenter la version proposée par l’historiographie traditionnelle sunnite qui est majoritaire tout en évoquant la vision de l’importante minorité chiite avant de nous intéresser, dans un second temps, à la lecture critique.

Le Coran vu par l’historiographie islamique

L’histoire du Coran présentée par les autorités savantes musulmanes repose sur différentes sources scripturaires. On trouve : – le Hadith qui rapporte les propos et actions du Prophète et de son entourage notamment dans le Ṣaḥīḥ de Bukhārī (8 e. s)1 – La Sīra2 qui relate la vie du Prophète (Ibn Hisham 831) – Les Maghāzī (description de ses campagnes militaires) – des ouvrages d’histoires (Tārīkh al-Madina d’Ibn Shabba3 ) ou encore, mais plus tardifs, des livres qui traitent directement du Coran comme al Itqan de Suyūtī4 (16 e. s.). Ces sources diverses nous apprennent que la collecte et la mise par écrit du Coran se sont effectuées en plusieurs étapes. Elles ont débuté du vivant même du Prophète (entre 610 et 632), tout le long de la révélation. Dicté par un être surnaturel (l’archange Gabriel) au Prophète ce dernier aurait transmis le Coran à ses compagnons qui l’ont mémorisé et fixé sur des supports hétéroclites (ossements, peaux, feuilles…). Le texte n’existait donc pas sous une forme matérielle (livre relié) du vivant du Prophète Ensuite le choix de consigner le texte sacré dans un codex aurait été l’initiative d’Abū Bakr (premier calife – 632/634), sur le conseil de son successeur ʿUmar (deuxième calife – 634/644). La conservation du texte est enfin finalisée par une commission, dirigée par Zayd Ibn Thābit (scribe officiel du prophète) et mise en place par ʿUthmān (3e calife- 644/650). La décision de mettre par écrit le texte aurait été motivée par au moins deux événements : la bataille d ‘Aqrabāʾ (début 633) qui aurait décimé plusieurs compagnons « mémorisateurs » du Coran (au moins 70) et des conflits liés à des divergences de lectures qui opposaient les musulmans et menaçaient leur unité. Une équipe, sous la férule de Zayd, est alors chargée de collecter tous les versets transcrits sur divers supports, afin de les préserver de l’oubli. La tradition parle alors de vulgate « rasm al-‘uthmānī » (graphie ʿuthmānienne) basée sur l’arabe de la tribu des Quraysh, en l’occurrence celle du Prophète. Notons que certains compagnons (ʿAlī et Ibn Masʿūd) avaient leur copie personnelle du Coran, qui pouvait présenter quelques divergences avec celle de ce qui allait devenir la vulgate ʿuthmānienne. Une fois ce codex établi, des copies (5 à 7 selon les versions) en sont envoyées dans différentes cités de l’empire avec ordre de détruire toute autre version qui pouvait circuler. L’idée de fond est que le texte que nous possédons aujourd’hui n’aurait pas subi de variations depuis l’époque de ʿUthmān, du moins dans son squelette consonantique (rasm)). On fait également jouer un rôle au 4e et dernier calife dit bien-guidé, ʿAlī Ibn Abī Ṭālib (650-661), en lui attribuant la mise en place des règles grammaticales du Coran. Cette volonté d’uniformiser le texte malgré la persistance de variantes ne fut pas sans résistance notamment de la part de compagnons du Prophète comme Ubayy, Ibn Masʾūd ou ʿAlī Ibn Abī Ṭālib. Les partisans de ce dernier allèrent même jusqu’à accuser Uthman d’avoir supprimé des passages favorables à ʿAlī et à sa famille. Ces contestataires politico-religieux donneront plus tard naissance à l’autre grand courant de l’islam, appelé chiisme (shīʿa). Des affidés de ce courant affirmaient que le Coran était à l’origine trois fois plus volumineux. Cette présentation est contestée, en partie, voire totalement, par certains chercheurs (historiens, archéologues, philologues, etc.). Durant l’apostolat du Prophète, ses opposants l’accusèrent d’avoir écrit le Coran mais l’apologétique islamique a développé l’idée d’un prophète analphabète en s’appuyant – entre autre – sur un verset du Coran qui le qualifie d’illettré (verset 48, sourate 29). Aujourd’hui cette thèse est battue en brèche même par des auteurs musulmans sans pour autant signifier que Muhammad serait l’auteur du Coran. Le statut du Coran allait faire l’objet d’âpres débats entre ceux qui le considéraient comme étant la parole de Dieu et le courant mu’tazilite – dit rationaliste – qui lui attribuait un caractère certes sacré mais créé. Les traditionnalistes, quant à eux, développèrent tout un genre littéraire (naẓm al-Qur’ān) censé défendre l’insupérabilité(iʿjāz) du texte notamment à travers son inimitabilité linguistique ainsi que la supériorité de son éloquence rhétorique.

Une autre lecture, celle des islamologues

Pour souligner les lacunes des sources islamiques, les chercheurs ont mis en contraste les récits contradictoires de la recension du texte véhiculée par la tradition ainsi que les insuffisances graphiques de la langue arabe (sans voyelles ni signes diacritiques) ; les règles de la langue n’étaient pas encore stabilisées à l’époque de ‘Uthmān. Des éléments montrent aussi que des copies divergentes étaient encore en circulation au moins jusqu’au 10è s. On peut ramener à deux courants l’approche critique des sources islamiques qui relatent l’histoire du Coran.

  1. Un courant dit hypercritique ou sceptique qui remet en cause l’historicité et l’authenticité de la tradition. Ses partisans soulignent le décalage chronologique qui existe entre les événements relatés et leur mise par écrit (rédigés un à trois siècles après). S’ajoute à cela la dimension partisane des auteurs (pro-omeyyades, anti-chiites). Au sein de cette école une approche linguistique tente de « désarabiser » le texte en lui trouvant des origines araméennes ou syriaques5.
    Il convient de préciser que cette approche a été quelque peu mise à mal par la découverte de manuscrits (Sanʿāʾ, Birmingham) qui plaident pour une fixation assez rapide du Coran.
  2. Une autre tendance ne rejette pas la production islamique et considère que le texte a été mis par écrit rapidement après la révélation allant du vivant du prophète pour certains ou sous le califat de ‘Uthmān pour d’autres. Les partisans de cette école sont d’avis qu’une grande partie des matériaux présents dans les œuvres tardives figuraient déjà contenus dans des ouvrages antérieurs (sources) bien qu’ils aient été probablement soumis à un processus de réécriture.

Quoi qu’il en soit, ces deux courants s’accordent sur le caractère défectueux de l’arabe à cette époque dite archaïque ne permettant pas de distinguer des consonnes selon leur position dans le mot. Cette particularité qui consiste à devoir vocaliser le texte de différentes façons génère une multitude de lectures appelées variantes – qirā’āt (fixées à 80). Est également contestée l’origine de l’arabe coranique qui serait celui de la tribu des Quraych (celle à laquelle appartenait le Prophète). Pour les linguistes, il s’agit probablement d’une langue médiane comprise par l’ensemble des tribus (koinè). Deux réformes importantes contribueront à stabiliser le texte celle du gouverneur d’Iraq, al-Hajjāj (m. 714) qui permet la vocalisation et la diacritisation et celle d’Ibn Mujāhid (m. 936) qui réduit le nombre de lectures en se basant sur un ductus unique.

Si pour la tradition islamique le Coran a été fidèlement mémorisé et mis par écrit assez tôt (entre 632, mort du Prophète, et 656, fin du califat de ‘Uthmān) ; il n’en est pas de même pour les tenants de la démarche hypercritique. Ces derniers mettent en avant la dimension historique de la rédaction du texte et ses remaniements qui se seraient étalés sur plus d’un siècle. Autre élément non négligeable est l’instabilité des règles linguistiques ainsi que l’absence de vocalisation des textes d’origine. L’orthodoxie reconnait qu’il existe des variantes de lectures mais pas de texte. Or la tradition, elle-même, rapporte que le Prophète a validé des variantes de textes en recourant à la synonymie.
Face à ces récits qui légitiment une transmission orale et écrite fidèle et intangible, les orientalistes ont adopté diverses attitudes allant de l’acceptation de la version islamique – comme T. Nöldeke6 – à son rejet total considérant comme étant impossible d’en valider l’historicité. On peut citer J. Wansbrough7  comme un des représentants de ce courant. Il existe évidemment une approche médiane consistant à prendre en considération les récits qui semblent probables.
Pour les chercheurs français Claude Gilliot8 et A.-L. de Prémare9 , le Coran est le fruit d’un travail collectif avec une participation des scribes allant au-delà de la simple écriture rapportée par Muhammad.
Pour ce qui est de la chronologie, Gustav Weill fut le premier à en proposer une différente de celle des musulmans en 1833-34 en se basant sur des indices relatifs à certains évènements et aux changements de styles. Nöldeke avait entamé le travail, mais en reprenant grosso-modo la classification islamique. On peut également citer Richard Bell10 en tant qu’arabisant pionner dans ce domaine. Les adversaires de cette approche chronologique avancent l’idée que deux styles différents ne reflètent pas forcément deux temporalités distinctes, cela peut concerner, plutôt, deux préoccupations différentes.

CONCLUSION

Si une présentation du livre fondateur de l’islam au sein du référentiel musulman qui conduit à dire que le Coran a été mémorisé et mis par écrit assez tôt est validée par certains spécialistes, il n’en est pas de même pour les chercheurs qui suivent une méthode historico-critique. Quoiqu’il en soit, le débat est loin d’être tranché malgré les avancées de la recherche. Il convient de signaler pour clore cet article les lectures nouvelles du texte proposées par des intellectuels issus de la culture islamique. Le pakistanais Falzul Rahman11 – de formation religieuse – arrive à la conclusion que le Coran est à la fois parole divine et prophétique. Notons aussi le remarquable travail codicologique à travers une thèse du franco-marocain Hasan Chahdi12 qui démontre que le Coran ne s’est pas transmis littéralement mais à travers le sens. Quant au franco-algérien Arkoun13, il propose de désacraliser le texte en le soumettant aux mêmes règles appliquées à n’importe quel texte profane, et ce, en mobilisant les apports des différentes sciences sociales. Néanmoins bien que stimulantes ces lectures novatrices ne trouvent pas pour le moment d’adeptes dans les sociétés islamiques.

Issam Ghedab documentaliste MOM – Université Lyon 2/CNRS.

Manuscrit de Sanʿāʾ
Ouvrages consultés

Blachère (Régis). Introduction au Coran, Paris, Maisonneuve et Larose, 1977
BAB BP130. B55 1977

Berque (Jacques). Relire le Coran, Paris, Albin Michel, 1993
BAB BP130.6. B4 1993

Micheau (Françoise). Les débuts de l’islam, Paris, Téraèdre, 2012, chap. 4
BAB BP38.12. M5 2012

Déroche (François). Le Coran, une histoire plurielle, Paris, Seuil, 2019
BAB BP131. D4 2019

Amir-Moezzi (M.-A.) et Dye (Guillaume) et al. Le Coran des historiens, Cerf, 2019. Vol. 1 : études sur le contexte et la genèse du Coran) et vol. 3 : Bibliographie
BAB BP130. C6 2009

Amir-Moezzi (M.-A.) sous la dir. de. Dictionnaire du Coran, Paris, Robert Laffont, 2007
REF AC25.B62. D51 2007

Blachère (Régis) et Gilliot (Claude). Coran (article), Encyclopaedia Universalis
Bibliothèque électronique BU Lyon 2 : http://www.universalis-edu.com.bibelec.univ-lyon2.fr/encyclopedie/coran/

Welch (A-.T-) et Paret (Rudy). Al-Kur’an (article), Encyclopédie de l’islam, 2ème éd.
Bibliothèque électronique BU Lyon 2 : https://referenceworks-brillonline-com.bibelec.univ-lyon2.fr/entries/encyclopedie-de-l-islam/al-kuran-COM_0543?s.num=0&s.f.s2_parent=s.f.book.encyclopedie-de-l-islam&s.q=kuran

  1. Boukhari (trad. par Houdas et Marçais). Les traditions islamiques, Maisonneuve, 1984, 5 vol. BAB BP135.A124. B8 1984 []
  2. Ibn Ishaq. La vie du prophète Muhammad. Al Bouraq, 2014 []
  3. Ibn Shabba. Tarikh al madina,[s.l.], [s.d.] 297.2 SAB BU Chevreul []
  4. Suyuti (trad. M. Lagarde). Le parfait manuel des sciences coraniques, Leiden, Brill, 2018, 2 vol. BAB BP130. S8 2018 []
  5. Luxenberg (Luxenberg). The Syro-Aramaic Reading of the Koran, Berlin, H. Schiler, 2007 BAB BP131.13. L8 2007 []
  6. Nöldeke (Theodor). Geschichte des Qorâns, Göttingen, Dieterich, 1860 MSH Nanterre D.340/526 NOLD []
  7. Wansbrough (John). Quranic studies, New York, Prometheus Books,2004 BAB BP130.45. W3 2004 []
  8. Gilliot (Claude). Origines et fixation du texte coranique, Etudes, 2008 https://www.cairn.info/revue-etudes-2008-12-page-643.htm []
  9. Prémare(A.L de). Aux origines du Coran, Paris, Téraèdre, 2004 BAB BP130. P7 2004 []
  10. Bell (Richard). Introduction to the Qur’an, Edinburg, University press, 1970 BAB BP131. B4 1970 []
  11. Filali-Ansary (Abdou). Réformer l’islam, Paris, La Découverte, 2003 (chap. 13) BAB BP173.7. F5 2003 []
  12. Chahdi (Hassan). « Le paradoxe de la transmission des qira’at », Journal of Qur’anic Studies, 19.3, 2017, p. 103-133 Accès BIU Denis Diderot : https://cas.ens-lyon.fr/ Résumé de la thèse de l’auteur : https://www.theses.fr/2016EPHE4055 []
  13. Arkoun (Mohamed). Lectures du Coran, Paris, Albin Michel, 2016 BAB BP130. A7 2016 []

Les biographies de Muhammad, prophète et fondateur de l’islam

Dans le cadre du renouvellement des études savantes sur les débuts de l’islam qui a donné lieu, à partir des années 90, à la parution de nombreuses publications scientifiques, il nous a paru opportun d’apporter notre modeste contribution à la mise en valeur de ces recherches avec l’élaboration, dans un premier temps, d’une bibliographie analytique sur LA personnalité incontournable de la religion islamique, le prophète Muhammad.

Ainsi, dans les collections « Islamologie » du fonds BAB, plusieurs rayonnages sont actuellement consacrés à Muhammad (communément appelé Mahomet), le fondateur de la religion musulmane, personnage historique dont le prénom est universellement connu mais dont la vie et l’œuvre restent largement ignorées, notamment chez les non-musulmans .

Dans ce billet, afin d’en valoriser la visibilité, nous nous attellerons à référencer l’ensemble des publications monographiques, françaises et étrangères, qui portent sur cette thématique et que possède la bibliothèque de la MOM (ou pas encore).

Chaque référence sera suivie d’un cours résumé et complétée le cas échéant de liens vers des ressources en ligne (recensions, texte intégral…). Cette bibliographie thématique est classée en plusieurs rubriques (Contexte, Biographies, Entourage, Postérité de Muhammad, Sources et historiographies) qui s’enrichiront au fil des futures acquisitions dont le but aussi est de combler les quelques lacunes du fonds.

Ce travail de recension, à destination d’un lectorat novice mais curieux, pourrait être un point d’entrée à la production scientifique française et étrangère autour de cette figure inévitable et controversée de l’histoire des religions.

Version en pdf Biographies_Muhammad

CONTEXTE

Vie et société au temps de Mahomet / Wahib Atallah . – Gollion (Suisse) : Infolio , 2019 . – 1 vol. (238 p.) : couv. ill. en coul. ; 22 cm.- ISBN 9782884749787.

BAB DS38.1. A76 2019

La Mecque, VIIe siècle : Comment vivait-on, que faisait-on, que pensait-on au temps et au pays de Mahomet ? Voici un tableau documenté et coloré du monde dans lequel est né l’Islam. La vie quotidienne, les moeurs et croyances, les lois, le commerce et la guerre, les relations entre tribus, entre maîtres et esclaves, entre hommes et femmes : une société nous est restituée dans toute sa complexité et vit sous nos yeux à travers une série d’anecdotes tirées de la Tradition. Wahib Atallah, professeur honoraire à l’Université de Nancy, arabisant, helléniste et historien, s’est intéressé aux divinités orientales de la Grèce, au panthéon préislamique de l’Arabie et à l’environnement de l’Islam naissant. Il a donné en français la première édition complète de la “Biographie de Mahomet” d’Ibn Hichâm.


Le Seigneur des tribus : l’islam de Mahomet / Jacqueline Chabbi ; préface d’André Caquot . – Paris : Noêsis , 1997 . – 1 vol. (726 p.) ; 23 cm.- ISBN 2911606132

BAB BP75.13. C48 1997

L’islam contemporain, religion mondiale, présente sur les cinq continents, se réclame souvent de son passé. Mais quels furent ses débuts ? Comment est apparu le Coran ? Dans quel monde ? À qui s’est-il d’abord adressé ?
C’est à ces questions que répond Jacqueline Chabbi dans une enquête à la fois anthropologique et linguistique, historique et sociale sans précédent. Pour la première fois, le texte est replacé dans son contexte. Il est lu en regard des sources arabes qui l’ont représenté. Il est lu en regard des territoires, paysages, peuples, institutions, pratiques religieuses, politiques, culturelles, au sein desquels il a émergé. Il est lu en regard de la façon dont il a été initialement perçu et reçu.
C’est donc à découvrir, à travers l’anthropologie et l’histoire, un islam premier, singulièrement méconnu, que s’attache le présent ouvrage. Treize ans ont passé depuis l’édition initiale de ce livre sans que les hypothèses qui y sont formulées sur « l’islam de Mahomet » aient été démenties. (Electre)

Recensions

Continuer la lecture de Les biographies de Muhammad, prophète et fondateur de l’islam

Amour et sexualité en islam : une bibliographie

Image_1

Rigueur morale, pudibonderie, misogynie, machisme, conformisme social, conservatisme politique, fondamentalisme religieux, violence, le tout plus ou moins institutionnalisé par les Etats, voilà ce que l’on retient malheureusement des sociétés musulmanes contemporaines.
Il n’est donc pas inutile de rappeler la place que cette civilisation a accordée jadis aux questions de l’amour et de la sexualité par le biais notamment de sa littérature courtoise et érotique. Cette riche et ancienne tradition (arabe, persane, turque…) vouait un culte au corps, à la satisfaction des désirs, à la jouissance, au souci de soi, certes le plus souvent dans le strict cadre des recommandations coraniques mais avec une liberté de ton sans égale à l’époque.
On pense bien sûr aux Milles et une nuits, aux traités sur l’amour d’Umar Ibn Abî Rabi’a (644-719), d’Abû Nawas (757-815), d’al-Jahîz (776-867), d’Ibn Hazm (994-1063), d’Ibn `Arabî (1165-1240), d’al-Jawziyya (1292-1350), aux traités d’érotologie du moyen-âge tardif… Tout un art du plaisir a marqué la culture arabo-musulmane médiévale et pré-moderne.
Afin de faire le point et d’analyser (et pourquoi pas faire revivre) cet art d’aimer (homosexualité comprise) qui a été progressivement marginalisé et semble-t-il évincé du champ socio-culturel islamique contemporain, nous vous proposons une bibliographie thématique non-exhaustive d’ouvrages et d’articles français et étrangers dont une grande partie d’entre eux est localisée à la bibliothèque de la MOM.
Cette bibliographie est découpée, pour des raisons pratiques, en trois parties. La première partie propose une sélection d’ouvrages et d’articles ayant une approche historico-littéraire de la sexualité en islam : anthologies de textes érotiques, traités d’érotologie, études historiques des pratiques sexuelles…
La deuxième partie présente des références bibliographiques qui abordent la thématique de manière plus « sociologique » et contemporaine.
La dernière partie met en évidence quelques références qui proposent une lecture plus psychologique de l’éros islamique.
Les références bibliographiques sont parfois accompagnées de la cote MOM de l’ouvrage (en vert) et/ou d’un ou plusieurs liens vers des ressources Internet (compte rendu de l’ouvrage, article de presse, interview, consultation en ligne…).

La bibliographie est ici :

Amour et sexualité en islam

Le voile islamique en France : une bibliographie

L’actuel gouvernement souhaiterait rouvrir le débat sur la laïcité après l’annulation du licenciement d’une employée voilée qui travaillait dans une crèche associative. Par là même, une nouvelle loi sur les signes religieux ostentatoires dans les entreprises privées, ou du moins celles ayant des relations avec du public ou remplissant des missions d’intérêt général, est déjà réclamée par certaines personnalités.

La « laïcité à la française », promulguée en 1905, prévoyait que seuls les fonctionnaires et les agents des services publiques étaient astreints à une obligation de neutralité politique et religieuse. Mais l’émergence des revendications de certains musulmans souhaitant manifester leur foi au grand jour a provoqué, en France, de nombreuses polémiques autour de l’idée de laïcité et de la place des religions (surtout l’islam) dans l’espace public.

En effet, cela fait vingt-cinq ans que les affaires de signes religieux ostentatoires, surtout concernant le port du « voile islamique », agitent la société française. On se souvient de l’affaire des trois collégiennes voilées de Creil en 1989. A l’époque, le Conseil d’Etat avait jugé que le port du voile n’était pas incompatible avec la laïcité.

En 2004, à la suite des travaux (Vol.1 & Vol.2 du rapport des auditions) de la Commission Stasi*, était votée une loi qui interdisait le port de signes religieux ostensibles dans les établissements scolaires du secondaire (voile, kippa, grandes croix…). Les signes discrets étaient tolérés.

En 2011, la loi dite « sur la burqa » qui interdisait toute dissimulation (voile intégral, port de cagoule et de masques) du visage dans l’espace public était promulguée.

Alors pourquoi une nouvelle loi sur le voile ? Volonté de réaffirmer les principes fédérateurs de la laïcité mis à mal par les communautarismes diviseurs ? Stigmatisation de minorités qu’on ne veut pas voir ? Racisme déguisé ? Dramatisation politicienne à visées démagogique et électoraliste ?…

Vous trouverez, ci-après, une bibliographie non exhaustive d’ouvrages qui témoigne de la place significative qu’occupent depuis plus d’une vingtaine d’années, les relations entre laïcité, islam et société française dans le champ des sciences humaines et sociales. Cette recension vous aidera peut-être à mieux cerner cette problématique qui ne cesse de faire controverse.

La plupart de ces ouvrages sont consultables à la bibliothèque de la Maison de l’Orient dans le fonds BAB. Les ouvrages sont classés par ordre chronologique de parution.

* Rapport au Président De La République remis le 11 décembre 2003 : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000725/0000.pdf

Bibliographie :

L’Islam dans la République : Rapport au Premier ministre / Haut Conseil à l’Intégration. – Paris : La Documentation Française , 2001. – 204 p.- ( Collection des rapports officiels ).- ISBN 2-11-004771-2
Après avoir présenté les principes de la loi de 1905 sur la liberté religieuse et la séparation des Eglises et de l’Etat, le rapport présente la diversité des communautés musulmanes en France et ses représentations (associations diverses, fédérations nationales). Puis une partie est consacrée à l’analyse des obstacles à l’exercice du culte, l’alimentation, la vie à l’école et le statut personnel. Enfin une dernière partie regroupe les propositions du Haut conseil à l’intégration.
BAB BP65.F7. I74 2001
URL : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/014000017/0000.pdf

Laïcité dans la fonction publique : de la définition du principe à son application pratique : actes du séminaire, 8 et 9 décembre 2011, CNAM  / Haut conseil à l’intégration.- La Documentation française, 2012.- 156 p.- (débats).- ISBN 978-2-11-009016-4
Réflexions sur l’importance de la formation au principe de laïcité des personnels des fonctions publiques françaises.
URL : http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/actes_du_colloque_laicite.pdf

Pour une pédagogie de la laïcité à l’école / Haut conseil à l’intégration ; Abdennour Bidar ; préface Vincent Peillon.- La Documentation Française, 2013.- 141 p.- (Débats).- ISBN 978-2-11-009215-1.
A la fois support de formation intellectuelle et boîte à outils pratique, le guide aide les personnels de l’Education nationale à réfléchir sur la formation à la laïcité dans la vie scolaire, dans l’enseignement du français ou de la philosophie, dans l’enseignement des sciences humaines et enfin dans l’enseignement des sciences de la vie et de la terre.
URL : http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/Pedagogie_de_la_laicite-web.pdf

Etre musulman en France : associations, militants et mosquées / Jocelyne Cesari. – Paris Aix-en-Provence : Karthala : IREMAM, 1994. – 368 p. – (Hommes et sociétés).- ISBN 2-86537-501-3.
La multiplication des mosquées, le phénomène beur, la question des banlieues, autant d’événements qui contribuent à placer l’immigration au cœur du débat politique français. Afin de dépasser les préjugés et les passions qui nourrissent ce débat, l’auteur présente une analyse des comportements de ces nouveaux citoyens issus de l’immigration maghrébine.
BAB BP65.F7. C4 1994

Marianne et le prophète : l’islam dans la France laïque / Soheib Bencheikh . – Paris : Grasset, 1998. – 282 p. – ISBN 2-246-53871-8.
Universitaire francophone et homme de foi, le mufti de Marseille s’interroge sur la laïcité. Plutôt qu’un refus de la religion, il y voit une volonté positive de liberté intérieure et cherche à comprendre comment un islam modéré peut être accepté en France.
BAB BP65.F7. B4 1998

L’Islam des banlieues : les prédicateurs musulmans : nouveaux travailleurs sociaux ? / Dounia Bouzar. – Paris : Syros, 2001. – 181 p.- (Alternatives sociales).- ISBN 2-8414-6990-5.
Les prédicateurs musulmans réussissent là où les travailleurs sociaux ont échoué. Comment expliquer ce phénomène ? Qu’est-ce qui séduit tant ces jeunes dans ce discours religieux ? Faut-il y voir un danger ? Selon D. Bouzar, l’entrée dans l’islam permet de vivre pleinement le double lien avec la famille et la société occidentale.
BAB BP65.F7. B6 2001

La République et l’islam : entre crainte et aveuglement / Jeanne-Hélène Kaltenbach et Michèle Tribalat . – Paris : Gallimard , 2002. – 338 p.- ISBN 2-07-076247-5.
Le “modèle français d’intégration”, qui va de pair avec un code de nationalité, est entré en crise sous l’effet de plusieurs phénomènes convergents : exaltation des droits de l’individu et des différences, multiculturalisme et communautarisme, etc. Cette crise s’est surtout manifestée dans les rapports de la République avec l’Islam.
BAB BP65.F7. K3 2002

La France des mosquées / Xavier Ternisien . – Paris : Albin Michel , 2002. – 283 p. – ISBN 2-226-13468-9.
Ce livre propose une analyse de la multiplicité de l’islam, seconde religion française, à la lumière des différentes enquêtes sociologiques et au travers de ses figures les plus marquantes.
BAB BP65.F7. T4 2002

L’Une voilée, l’autre pas / Dounia Bouzar, Saïda Kada . – Paris : Albin Michel, 2003. – 213 p. – ISBN 2-226-13805-6.
Etude sur la signification du port du foulard en France et sur sa perception par les non-musulmans et les musulmans. Pour les premiers, il traduit un refus d’intégration alors que pour les seconds il ne remet pas en question leur identité française. Des témoignages de musulmanes et musulmans permettent de montrer que porter le voile et être française n’est pas contradictoire.
BAB BP65.F7. B6 2003

Le Voile, que cache-t-il ? / sous la direction de Alain Houziaux ; Jean Baubérot, Dounia Bouzar, Jacqueline Costa-Lascoux, Alain Houziaux. – Paris : Ed. de l’Atelier, 2004. – 119 p. – (Questions de vie ).- ISBN 2-7082-3771-3.
Après les controverses sur le port des signes religieux à l’école en France, au moment de l’entrée en application de la loi lors de la rentrée scolaire 2004, trois acteurs du débat, dont deux membres de la commission pour la laïcité, font le point. Comment peut-on conjuguer laïcité et pluralité religieuse aujourd’hui au sein de la société française ?
BAB BP65.F7. B3 2004

“Monsieur islam n’existe pas” : pour une désislamisation des débats / Dounia Bouzar . – Paris : Hachette Littératures, 2001. – 218 p. – ISBN 2-01-235884-5.
Ce livre expose le résultat d’une enquête menée auprès de 12 associations musulmanes permettant de définir les diverses manières de vivre l’islam quand on est français. A travers les propos recueillis, il apparaît que certains pratiquants relisent le Coran afin d’exister en tant que musulmans français dans une société laïque.
BAB BP65.F7. B6 2004

L’Islam, la République et le monde / Alain Gresh . – Paris : Fayard , 2004. – 439 p. – ISBN 2-213-61750-3.
Analyse le phénomène de l’islam politique ainsi que la peur de l’Occident face à la menace de l’islamisme. En France, cette peur se ressent d’autant plus que le pays entretient des relations particulières avec ses anciennes colonies.
BAB BP65.F7. G7 2004

L’Islam en France / sous la dir. de Yves Charles Zarka ; [avec la collaboration] de Sylvie Taussig et Cynthia Fleury . – Paris : Presses universitaires de France , 2004. – 733 p.- ( Cités. Philosophie, Politique, Histoire ).- ISBN 2-13-053723-5.
Essais, entretiens et témoignages à propos de la religion musulmane en France, du Conseil français du culte musulman, des rapports de l’islam avec les valeurs républicaines, de sa médiatisation, de la place des femmes dans l’islam, des pratiques religieuses musulmanes… Y.C. Zarka dénonce, dans son introduction, l’esprit de conquête qui anime, selon lui, l’islam.
BAB BP65.F7. I74 2004

Ça suffit ! / Dounia Bouzar. – Paris : Denoël, 2005. – 124 p. – (Indigne).- ISBN 2-207-25720-7.
Critique des représentants politiques, qui ont tendance à islamiser les problèmes sociaux et qui, ce faisant, imitent les islamistes qu’ils prétendent combattre. L’auteure est favorable à la reconnaissance de l’identité musulmane, mais dénonce la tendance à enfermer les Français de confession musulmane dans leur facette religieuse.
BAB BP65.F7. B6 2005

L’Islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005 / Thomas Deltombe . – Paris : La Découverte, 2005. – 383 p. – ISBN 2-7071-4672-2.
L’auteur, journaliste indépendant, analyse les processus œuvrant à la construction d’un islam dangereux, en France, à travers les médias. Il décrypte les journaux télévisés et les émissions consacrées à l’islam. De la révolution iranienne aux suites du 11 septembre, en passant par la “marche des Beurs” ou l’affaire du foulard, il montre comment le petit écran construit un islam imaginaire.
BAB BP65.F7. D4 2005

La Politisation du voile : L’affaire en France, en Europe et dans le monde arabe / sous la dir. de Françoise Lorcerie . – Paris : L’Harmattan , 2005. – 263 p.- ISBN 2-7475-7887-9.
Des spécialistes du monde arabe, turc et de l’islam en Europe traitent de la question du voile islamique et de la promulgation de la loi du 15 mars 2004. Après l’examen des enjeux et des acteurs de cette polémique en France, les auteurs analysent son impact à l’étranger (en Belgique, en Algérie, en Turquie, etc.).
BAB BP65.F7. P6 2005

La France et ses musulmans : un siècle de politique musulmane : 1895-2005 / Sadek Sellam . – Paris : Fayard , 2006. – 392 p.- ISBN 2-213-62854-8.
L’auteur s’inscrit en faux contre ceux qui présentent des faits liés à l’islam (terrorisme, port du voile, implantations de mosquées) comme autant d’obstacles à l’assimilation des immigrés. Selon lui, seul un retour sur les cent ans de politique musulmane française donne un éclairage pour comprendre les difficultés rencontrées par les instances officielles de France avec l’islam.
BAB BP65.F7. S4 2006

Histoire de l’islam et des musulmans en France : du Moyen Age à nos jours / sous la direction de Mohammed Akroun ; préface de Jacques Le Goff . – Paris : Albin Michel , 2006. – XXVII-1217-[16] p. de pl.- ISBN 2-226-17503-2.
Synthèse sur les relations entre Français et musulmans, depuis la bataille de Poitiers jusqu’aux rapports franco-algériens depuis la fin de la guerre d’Algérie, en passant par l’apport des sciences arabes, les Capitulations de 1673, les regards sur l’islam au temps des Lumières, l’orientalisme savant du XIXe… La 4e partie, sur la période contemporaine, fait une large place aux aspects culturels.
BAB BP65.F7. H51 2006

L’islam dans la cité : dialogue avec les jeunes musulmans français / sous la dir. de Philippe Yacine Demaison . – Paris : Albin Michel , 2006. – 280 p.- ISBN 2-226-17256-4.
Constatant que les rapports entre la France, sa jeunesse et l’islam restent à penser, des personnalités ont choisi de dialoguer avec de jeunes musulmans membres des Scouts musulmans de France, mouvement qui oeuvre pour un développement humaniste et spirituel et prêche la tolérance. Ces échanges abordent la pratique religieuse, la politique internationale, la vie quotidienne des cités…
BAB BP65.F7. I742 2006

Marianne et Allah : les politiques français face à la question musulmane / Vincent Geisser et Aziz Zemouri . – Paris : La Découverte , 2007. – 297 p.- ( Cahiers libres ).- ISBN 978-2-7071-4961-9.
Enquête retraçant la gestation républicaine de la communauté musulmane depuis la fin des années 1980 montrant que le communautarisme musulman, unanimement dénoncé aujourd’hui, est moins le produit d’un activisme islamique que celui des hommes politiques.
BAB BP65.F7. G4 2007

Les musulmans en France : courants, institutions, communautés : un état des lieux / Bernard Godard, Sylvie Taussig . – Paris : Robert Laffont , 2007. – 454 p.- ISBN 978-2-221-10473-6.
Menée à partir de statistiques officielles, cette enquête sociologique permet d’appréhender non pas un islam, mais plusieurs islams de France qui se font face, s’épaulent ou se concurrencent. Une radioscopie qui surprend par sa richesse humaine, la diversité de ses courants, mais aussi de ses oppositions internes, souvent tranchées.
BAB BP65.F7. G6 2007

L’islam, un recours pour les jeunes / Nathalie Kakpo . – Paris : Presses de Sciences Po, cop. 2007. – 197 p.- ( Sociétés en mouvement ).- ISBN 978-2-7246-1017-8.
En analysant le rapport à l’islam des enfants d’immigrés turcs et maghrébins, l’auteur affirme qu’il faut non pas observer les évolutions politiques des pays musulmans, mais plutôt le parcours des garçons et des filles au sein de la société française : l’orientation scolaire des garçons, la réussite scolaire des filles, leurs revendications religieuses dans l’espace public.
BAB BP65.F7. K3 2007

Intégrer l’islam : la France et ses musulmans, enjeux et réussites / Jonathan Laurence, Justin Vaïsse ; traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Marc Dreyfus ; préface d’Olivier Roy . – Paris : O. Jacob , 2007. – 388 p.- ISBN 978-2-7381-1900-1.
Portrait des musulmans de France dont la majorité provient des anciennes colonies d’Afrique du Nord. Les auteurs proposent un état des lieux de leur intégration en France et des politiques suivies par l’Etat.
BAB BP65.F7. L3 2007

Entre islam et démocratie : parcours de jeunes Français d’aujourd’hui / Mahnaz Shirali ; livre publié sous l’égide de Dominique Schnapper . – Paris : A. Colin , 2007. – 255 p. ; 23 cm.- ISBN 978-2-200-35101-4.
L’attirance pour l’islam radical de jeunes marginalisés, pas nécessairement de tradition musulmane, est un phénomène dont on n’a pas encore pris toute la mesure. Une approche purement “sociale” risque de méconnaître la réelle dimension spirituelle du phénomène, qui n’en reste pas moins une forme de rejet de la démocratie et de la modernité.
BP65.F7. S48 2007

Penser l’islam dans la laïcité : les musulmans de France et la République / Franck Frégosi . – Paris : Fayard , 2008. – 496 p.- ( Les dieux dans la Cité ).- ISBN 978-2-213-62149-4.
Essai sur l’islam dans la société contemporaine française, laïque et pluraliste, et sur l’évolution religieuse et sociale des musulmans en France.
BAB BP65.F7. F71 2008

Le Maire et la mosquée : islam et laïcité en Ile de France / Françoise Duthu. – Paris : L’Harmattan , 2008. – 257 p. -( Logiques Sociales ).- ISBN 978-2-296-06894-0.
A travers une analyse des relations entre les maires et leurs administrés de confession musulmane, l’auteur s’interroge sur la manière dont ces interactions débouchent sur la mise en place d’un système d’action accompagnant la mise en œuvre d’une politique publique.
BAB BP65.F7. D8 2008

Le Fait musulman à Montpellier : entre réalités sociologiques et enjeux politiques / Lydie Fournier ; préface de Franck Frégosi ; avant-propos de Michel Miaille . – Paris : Dalloz , 2008. – XVII-348 p.- ( Nouvelle bibliothèque de thèses. Science politique ; 12).-ISBN 978-2-247-08133-2.
Cette thèse de science politique fait le pari de comprendre les logiques de proximité à l’œuvre dans les rapports qu’entretiennent les acteurs islamiques et les institutions locales à travers le cas particulier d’une municipalité importante.
BAB BP65.F7. F6 2008

Le Voile en procès / Numéro coordonné par Claire de Galembert. – Paris : LGDJ, 2008. – 304 p.- N° spécial de “Droit et société : revue internationale de théorie du droit et de sociologie juridique”, vol.68, 2008.- ISBN 978-2-275-02790-6.
Au sommaire notamment : La loi sur le voile : une entreprise politique (F. Lorcerie) ; Le principe de pluralisme face à la question du voile islamique en Belgique (H. Dumont, X. Delgrange) ; Production discursive et fabrication juridique : le foulard de l’enseignante en Allemagne (S. Amir-Moazami) ; Derrière le voile : analyse d’un réseau dialogique égyptien (E. Klaus et al.).
BAB BP65.F7. V6 2008

Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ? / Dounia et Lylia Bouzar.- Paris : Albin Michel, 2009.- 215 p.- ISBN 978-2-226-19324-7.
Cet ouvrage aborde la question de la pratique de l’islam au travail. Des exemples illustrent bien la confusion qui règne dans les entreprises alors que les règles du droit donnent des pistes précises qui pourraient simplifier la situation.
BAB BP65.F7. B6 2009

Imams de France : Jean-François Mondot. – Paris : Stock , 2009. – [355] p.-[8] p. de pl.-( Les documents).- ISBN 978-2-234-06000-5.
L’auteur a rencontré une douzaine d’imams de France, choisis en variant les milieux d’appartenance, les origines nationales, les lieux d’exercice, les âges, les formations intellectuelles, etc. Il donne de chacun de ces imams un portrait incisif et vivant, et propose une image de l’islam dans sa réalité quotidienne en France.
BAB BP65.F7. M6 2009

La République ou la burqa : les services publics face à l’islam manipulé / Dounia et Lylia Bouzar. – Paris : Albin Michel, 2010. – 199 p. – ISBN 978-2-226-19599-9.
Il s’agit là d’une enquête des anthropologues du fait religieux sur l’islam radical en France et sur les dysfonctionnements de la laïcité et sur les atteintes à la neutralité idéologique et religieuse de l’Etat qu’il révèle.
BAB BP65.F7. B6 2010

Nous sommes français et musulmans : enquête / textes, Vincent Geisser ; photographies, France Keyser ; légendes, Stéphanie Marteau . – Paris : Autrement , 2010. – 175 p. : ill.- ISBN 978-2-7467-1392-5.
En mêlant textes et photographies, cet ouvrage veut s’attaquer aux préjugés et clichés liés à l’islam en France et en donner une nouvelle image. Il est structuré en huit thématiques : musulmans acteurs de la vie républicaine, musulmans engagés dans l’armée ou la police, les femmes, la féminité et le féminisme, le sport et l’islam, l’enjeu économique du halal, les fêtes religieuses…
BAB BP65.F7. N6 2010

Banlieue de la République : société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil / Gilles Kepel ; avec la collaboration de Leyla Arslan et Sarah Zouheir, la participation de Mohamed-Ali Adraoui, Dilek Yankaya et Antoine Jardin . – Paris : Gallimard , 2012. – 530 p.- ISBN 978-2-07-013682-7.
Cette enquête, réalisée durant le Ramadan de 2010 dans la zone de Clichy/Montfermeil, analyse la façon dont s’imbriquent les variables comme la relégation et l’enclavement spatial, les problèmes de l’éducation et de l’emploi, de la sécurité, pour générer une émeute qui s’est répandue dans l’ensemble du pays. Il étudie notamment la façon dont la référence à l’islam a pénétré l’espace social.
BAB BP65.F7. K4 2011

L’islam à la française : enquête / John R. Bowen ; traduit de l’anglais (USA) par Frédéric Sarter . – Paris : Steinkis , 2011. – 1 vol. (382 p.).- ISBN 979-10-90090-04-0.
L’auteur ne s’intéresse pas aux musulmans prônant un islam réservé, ni aux musulmans proches des mouvements extrémistes, mais à l’entre-deux, ceux qui vivent l’islamité à la française et qui vivent leur religion tout en respectant un environnement laïc.
BAB BP65.F7. B6 2011

Quatre-vingt-treize : essai / Gilles Kepel . – Paris : Gallimard , 2012. – 322 p.- ISBN 978-2-07-013432-8.
Les banlieues sont l’un des principaux enjeux du débat politique français. Elles représentent à la fois la cristallisation des peurs d’une société inquiète face à des classes considérées comme dangereuses et la mauvaise conscience de celle-ci d’avoir laissé se développer des zones d’exclusion en marge de sa prospérité. Synthèse sur l’ensemble de ces débats et les questions qu’ils soulèvent.
BAB BP65.F7. K4 2012

Dévoilements : du hijab à la burqa : les dessous d’une obsession française / Pierre Tévanian . – Paris : Libertalia , 2012. – 151 p.- ISBN 978-2-918059-23-3.
Cette étude interroge le processus de dévoilement forcé institué par les instances politiques depuis dix ans. Elle énonce les propositions successives, de la loi anti-burqa au débat sur la laïcité, et montre en quoi les cheveux des femmes musulmanes sont devenus un enjeu politique majeur.
BAB BP65.F7. T4 2012

Voile intégral en France : sociologie d’un paradoxe  / Maryam Borghée ; préface de Michel Wievorka.- Paris : Michalon, 2012.- 253 p.-ISBN 978-2-84186-658-8.
Fondée sur une enquête menée auprès d’une trentaine de femmes portant le voile intégral, des converties pour la plupart, cette étude s’intéresse à cette question du voile qui renvoie à celle de la compatibilité l’islam avec les valeurs de la République. L’objectif est de faire mieux connaître et mieux comprendre ce sujet, très médiatisé mais en réalité mal connu.
BAB BP65.F7. B6 2012