Archives par mot-clé : Fouilles archéologiques

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île.

Les particularités de l’écriture à Paphos

Les inscriptions qui apparaissent au cours du VIIIe s. av. J.-C. à Paphos possèdent des particularités qui distinguent l’écriture qui s’est développée dans cette région de celle en usage dans le reste de Chypre. On parle de « syllabaire paphien » (caractéristique de la région de Paphos) et de « syllabaire commun » (utilisé dans le reste de l’île).

L’exemple présenté ci-dessous montre que l’écriture paphienne se caractérise par des formes particulières de syllabogrammes ainsi que par la direction dextroverse (de gauche à droite) de l’écriture.

Variante commune

Variante paphienne

Mot pa-si-le-o-se (βασιλῆος « roi ») dans deux variantes du syllabaire chypriote.

La région paphienne a livré une documentation abondante. Plus de 300 inscriptions y ont en effet été découvertes (beaucoup plus que dans les autres régions de l’île). Ce riche matériel épigraphique a permis d’effectuer une analyse des signes détaillée qui a démontré l’existence de trois types de syllabaire paphien, qui se succèdent dans le temps.

Le paphien « ancien »

Le paphien « ancien » se caractérise par une graphie déconnectée des signes qui sont très profondément gravés.

Dédicace royale en paphien « ancien » (d’après Masson, Mitford 1986 [voir bibliographie ci-dessous], pl. III)

La direction dextroverse de l’écriture est majoritaire, même si le nombre de textes écrits de droite à gauche est non négligeable. Le paphien « ancien » est attesté entre le VIIIe et le Ve s. av. J.-C.

La majorité des inscriptions en paphien « ancien » provient de deux sites : Rantidi (un sanctuaire rural de la région de Paphos) et la colline de Marcello (à Palaepaphos). Il s’agit majoritairement de dédicaces qui livrent une grande variété d’anthroponymes, dont un bon nombre de femmes dans le corpus de Rantidi, ce qui indique une fréquentation féminine du sanctuaire. Parmi le vocabulaire, on note l’apparition du mot ἶνις (« fils »), rare dans les sources grecques (où il paraît réservé au registre poétique), mais qui semble le terme officiel pour désigner à Chypre, en particulier à Paphos, le fils d’un roi.

Le paphien « moyen »

Après la révolte ionienne de 498 av. J.-C., on observe certains changements dans le syllabaire paphien, notamment dans le dessin des signes. La graphie déconnectée typique de la période précédente devient très rare. De plus, la direction dextroverse est désormais prépondérante. Ces changements de la graphie permettent de définir le paphien « moyen », attesté entre le Ve et la première moitié du IVe s. av. J.-C. Des inscriptions syllabiques, laissées par des Paphiens voyageant hors de leur île, sont attestées. Un corpus de graffites en syllabaire paphien « moyen » provient de Karnak en Égypte : ils ont été gravés sur les murs d’un temple égyptien par des mercenaires.

Graffite en paphien « moyen » sur le mur d’un temple de Karnak.
(d’après O. Masson, « Les graffites chypriotes alphabétiques et syllabiques », dans Cl. Traunecker, Fr. Le Saout, O. Masson, La chapelle d’Achôris à Karnak II, Paris, 1981, pl. IV)

Le Paphien « récent »

Enfin, des changements importants apparaissent sous le règne de Nicoclès, le dernier roi paphien. Au cours du dernier quart du IVe s. av. J.-C., on observe en effet l’émergence de nouvelles formes pour plusieurs signes. De plus, l’ancienne graphie déconnectée (en usage pour le paphien « ancien ») est à nouveau employée, avec de nouvelles variantes, dans les dédicaces royales.

Dédicace royale de Nicoclès.
(Masson, Mitford 1986 [voir bibliographie ci-dessous], pl. XXV)
La titulature royale du IVe s. av. J.-C. comporte plusieurs éléments prouvant que les derniers monarques voulaient s’inscrire dans la longue tradition royale et religieuse paphienne. L’implication de Nicoclès dans le domaine religieux s’exprime notamment par la mise en exergue de son titre de « prêtre de la Wanassa » (la « Maîtresse », c’est-à-dire la grande déesse de Paphos, connue ensuite sous le nom d’Aphrodite), une fonction héréditaire de la dynastie ancestrale des Kinyrades (ces rois locaux antérieurs à l’arrivée des Grecs). Il est possible que Nicoclès ait sciemment élaboré un style archaïsant dans ses documents officiels, à la fois dans le vocabulaire et dans la graphie, afin d’inscrire son règne dans la légitimité d’une longue tradition, à une époque où la royauté chyprioté était menacée par les ambitions d’Alexandre le Grand et de ses successeurs.

L’écriture paphienne, un marqueur d’identité

La singularité de l’écriture paphienne permet d’analyser les relations entre les royaumes chypriotes ainsi que d’identifier la présence de Paphiens en Méditerranée.

Au cours de l’époque chypro-archaïque (VIIIe-VIe s. av. J.-C.), le syllabaire paphien était également utilisé à Kourion (ville située au sud-ouest de l’île), ce qui témoigne des relations étroites entre ces deux royaumes. De plus, plusieurs objets précieux mentionnant des rois paphiens ont été découverts à Kourion (dans des circonstances, certes, obscures). Ces éléments amènent à réfléchir sur le statut politique de Kourion à cette époque et sur le rôle des monarques paphiens (royaume autonome ? soumis à l’autorité du voisin paphien ?).

Bracelet d’Etewandros, roi de Paphos, provenant de Kourion (copie).
© The Metropolitan Museum of Art

Les inscriptions découvertes hors de Chypre documentent les voyages de Paphiens : en Égypte, en Phénicie, en Cilicie et en Italie. Ces textes sont majoritairement rédigés en paphien « moyen ».

Les inscriptions en syllabaire paphien trouvées hors de Chypre

L’écriture de Paphos est demeurée différente de la variante commune du syllabaire jusqu’à la fin de son existence. De plus, le syllabaire paphien a fait preuve d’une belle résistance à l’épreuve de l’histoire. Parmi un ensemble de sceaux datant du IIe s. av. J.-C. découverts à Paphos, certains portaient encore des signes syllabiques, environ deux siècles après la disparition de ce système d’écriture. C’était donc un trait profondément enraciné dans la culture paphienne.

Indications bibliographiques (pour une bibliographie plus large voir l’article 1)

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Le dialecte grec ancien de Chypre, Berlin, 2010.

Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques. Recueil critique et commenté, Études Chypriotes 1, 2e édition, Paris, 1983.

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, T.B. Mitford, Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos, Ausgrabungen in Alt-Paphos 4, Constance, 1986.

T.B. Mitford, O. Masson, The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos 2, Constance, 1983.

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos.

Le site de Nea Paphos est classé à l’inventaire du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980.

Outre les fouilles d’urgence conduites par le Département des Antiquités (nombreuses en raison du fort développement touristique de la zone), les sites de Palae- et Nea Paphos ont été et sont explorés par de nombreuses missions, chypriotes et étrangères (australienne, britannique, italienne, polonaises, suisse-allemande…).
Deux missions françaises se sont succédées à Paphos : la première, dirigée par J. Bérard, a porté dans les années 1950 sur une nécropole antique à Ktima (au nord-est de Nea Paphos) ; la seconde, dirigée par Cl. Balandier, poursuit ses travaux sur la colline de Fabrika, également à Nea Paphos.

Les pionniers

La mission de Vogüé recopie, en 1862, quelques inscriptions
chypro-syllabiques sur les deux sites, en particulier celles qui ornent deux hypogées. Au cours de la décennie suivante, deux membres de l’École française d’Athènes, M. Beaudouin et Ed. Pottier parcourent l’île. Le second consacrera un article aux « hypogées doriques de Nea-Paphos » (accessible en ligne sur Persée , et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment) qu’il date du VIe s., alors qu’il s’agit de la nécropole hellénistique de
type alexandrin aujourd’hui connue sous la nom de « Tombeaux des rois »…

Vue de l’un des hypogées hellénistiques dits « Tombeaux des Rois » à Kato Paphos
© photo A. Malecos

C’est encore l’épigraphie qui attira à Chypre un nouveau membre de l’École française d’Athènes, H. Seyrig, en 1924. Il publie quelques bases de statues d’époque impériale du sanctuaire d’Aphrodite à l’Ancienne-Paphos (article accessible en ligne sur Persée et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment).
Mais c’est dans l’est de l’île, à Enkomi, qu’à partir de 1946 une première mission française, dirigée par Cl. Schaeffer, fait des fouilles. Elle sera suivie, après l’indépendance, par d’autres missions françaises.

La mission Jean Bérard (1952-1955)

Le monde mycénien et le retour des héros de la guerre de Troie attirent J. Bérard à Chypre. Une légende faisait en effet de Paphos une ville fondée par l’Arcadien Agapénor. Au cours d’une première campagne, en 1952, il explore Kato Paphos, où il ne met au jour aucun vestige antérieur au Ve s. av. J.-C. Il fait ensuite des fouilles,
au cours de trois autres campagnes, sur le plateau rocheux d’Iskender, au nord de la ville moderne de Ktima, au-dessus de Nea Paphos. Là, en effet, des tranchées antiaériennes creusées pendant la guerre avaient fait découvrir plusieurs vases géométriques.

J. Bérard et J. Deshayes (3e et 4e en partant de la gauche), à Kato Paphos
© photo archives Jean Bérard

Pourtant, les attentes furent déçues : J. Bérard, assisté de J. Deshayes, fouilla une dizaine de tombes à chambre creusées dans le rocher, datées du Xe au IIe s. av. J.-C. Rien de mycénien, donc, mais la preuve que le site était occupé dès l’Âge du Fer, avant que le siège de la capitale ne soit transféré de l’Ancienne à la Nouvelle-Paphos. La publication (réalisée par J. Deshayes après la mort accidentelle de Bérard en 1957), issue d’une fouille minutieuse, contient en outre des observations importantes qui renseignent sur les pratiques funéraires chypriotes.

Une partie des objets découverts par la mission française à Ktima est arrivée au Musée du Louvre, où ils sont toujours conservés : ce sont les derniers à avoir rejoint un musée français, avant l’abrogation de la loi sur le partage des antiquités.

La Mission archéologique française à Paphos (MafaP, depuis 2008)

Une mission française dirigée par Cl. Balandier (Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International / Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse) effectue des fouilles depuis 2008 à Nea Paphos, sur la colline de Fabrika, au nord-est de la ville antique. L’exploration, toujours en cours, a révélé l’existence de carrières (exploitées à l’époque hellénistique), celle d’une maison romaine aux murs décorés d’enduits peints, ainsi que divers aménagements rupestres (dont certains probablement cultuels), au-dessus du théâtre que fouille une mission australienne de l’Université de Sydney.

« Exèdre à la coquille » au sud de la colline de Fabrika.
Fouilles françaises (MafaP)
(d’après Cl. Balandier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 35, 2015, p. 169, fig. 4)

Il faut enfin mentionner le rôle joué par des épigraphistes français dans l’étude et l’édition de corpus d’inscriptions paphiennes (lire le prochain article qui sera publié ici, sur l’écriture chypro-syllabique écrit par Agnieszka Halczuk). O. Masson a publié, en collaboration avec T.B. Mitford, les inscriptions syllabiques du sanctuaire de Rantidi et celles de Kouklia/Palaepaphos (les deux volumes ont paru dans la collection Ausgrabungen in Alt-Paphos, respectivement vol. 2, 1983, et 4, 1986). J.-B. Cayla a consacré sa thèse aux inscriptions alphabétiques : l’ouvrage paraîtra cette année aux Editions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Base de statue de Palaepaphos
© photo J.-B. Cayla

Indications bibliographiques (pour une bibliographie des 3 articles sur Paphos voir ici)

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Paphos, à Chypre, capitale européenne de la culture en 2017

Chypre fait partie des domaines d’excellences de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditérranée – Jean Pouilloux.

A l’occasion de la sélection de la ville de Paphos, sur l’île de Chypre, comme capitale européenne de la culture 2017, il nous est apparu intéressant de vous parler de cette ville, des fouilles…

Nous vous proposons 3 articles qui paraîtront sous forme de feuilletons .

Le menu est le suivant :

Commençons par situer Chypre :

1 – Situation géographique de Chypre (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Puis Paphos :

2- Situation de Paphos sur l’ile (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Les éléments exceptionnels qui y ont été découverts lui ont valu d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1980 (Pour un descriptif complet du dossier sur Paphos).

Petite explication de texte avant de commencer à s’intéresser  plus particulièrement  à Paphos…

Le label « ville européenne de la culture » puis « capitale européenne de la culture » existe depuis 1985, à l’initiative de Mélina Mercouri, alors Ministre grecque de la Culture, dans le cadre du Conseil européen. Le projet s’articule notamment autour de la mise en exergue de la qualité du dynamisme culturel des villes européennes.

Chaque année 2 villes sont sélectionnées au sein de l’Europe.

Il y aura eu 56 villes depuis Athènes en 1985 jusqu’à Aarhus au Danemark et Paphos à Chypre cette année. Le programme est déterminé jusqu’en 2021.

Les villes élaborent des programmes censés refléter leur culture en utilisant toutes les forme artistiques à leur disposition.

Aarhus a choisi comme thème central « Rethink » (Repenser). La ville danoise veut montrer comment les arts, la culture et la création en général peuvent nous aider à repenser et façonner nos modèles comportementaux de base tant au niveau social, culturel qu’économique, et à trouver des solutions aux défis communs.

A Paphos, il s’agit de « Lier les continents, créer des ponts entre les cultures ». Ce thème s’inspire largement de la situation géographique de Paphos, ancienne capitale de l’île, bordée par la mer et qui constitue un lien entre l’Est et l’Ouest.

On peut noter que la ville ouvrira régulièrement, pour l’occasion, ses sites archéologiques en plein air.

Ainsi, le parc archéologique de Paphos (Αρχαιολογικό Πάρκο Πάφου), bordé par la mer au sud et à l’ouest, s’étend sur 106 ha. Le lieu est réputé pour ses mosaïques, pour l’essentiel datées de la période romaine. Le parc abrite aussi d’importants monuments de la période hellénistique, ainsi que des vestiges byzantins. Le site fait l’objet de fouille depuis 1962.

Bien sûr, il faut déjà pouvoir être sur place, mais on peut espérer que des vidéos, des animations seront rediffusées et accessibles au plus grand nombre. Nous vous tiendrons au courant, donc suivez-nous, suivez-les!

Nous vous proposons maintenant une petite bibliographie à partir des documents de la bibliothèque de la MOM, ainsi que des documents accessibles en ligne

Ouvrages hors séries ou publications suivies de fouilles


Antiquities Department of the Republic of Cyprus

A brief history and description of new Paphos
Nicosia : Department of Antiquities, 1967
AOR DS54.95.P36. A34 1967

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Daszewski, Wiktor Andrzej
Dionysos der Erlöser : griechische Mythen im spätantiken Cypern
Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1985.- (Trierer Beiträge zur Altertumskunde, 2)
AOR DS54.95.P36. D3 1985

Daszewski, Wiktor Andrzej ; Michaelides, Demetrios
Guide des mosaïques de Paphos
[Nicosie] : Fondation culturelle de la banque de Chypre, 1989.- (Collection de guides)
AOR DS54.95.P36. D3 1989

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Getty conservation institute (Los Angeles, Calif.). Éditeur scientifique
The Conservation of the Orpheus mosaic at Paphos, Cyprus
[Marina del Rey, CA] : The Getty Conservation Institute , 1991
AOR DS54.95.P36. C6 1991

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Kyrieleis, Helmut ; Deutsches Archäologisches institut
Hellennistische Herrscherporträts auf Siegelabdrücken aus Paphos : (Paphos IV B)
Wiesbaden : Reichert verl., 2015.- (Archäologische Forschungen ;34)
AOR DS54.95.P36. K88 2015

Meyza, Henryk ; Zych, Iwona
Nea Paphos : 50 years of Polish Excavations 1965-2015 : publication on the occasion of the commemorative exhibition at the Cyprus museum in Nicosia 25 may-30 november 2015
Nicosia : Embassy of the republic of Polan in Nicosia ; Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw, 2015
AOR DS54.95.P36. N4 2015

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Ouvrages dans une série ou publication suivie de fouilles sur Paphos

Nea Paphos :


Sztetyllo, Zofia

Les timbres céramiques (1965-1973)
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1976.
(Nea Paphos ; 1)
AOR DS54.95.P36. N3.1

Daszewski, Wiktor Andrzej
La Mosaïque de Thésée. Etudes sur les mosaïques avec représentations du labyrinthe, de Thésée et du Minotaure
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1977.
(Nea Paphos ; 2)
AOR DS54.95.P36. N3.2

Mlynarczyk, Jolenta
Nea Paphos in the hellenistic period
Varsovie : Editions géologiques , 1990.- (Nea Paphos ; 3)
AOR DS54.95.P36. N3.3

Sztetyllo, Zofia
Pottery stamps, 1975-1989
Varsovie : Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des sciences , 1991.- (Nea Paphos ; 4)
AOR DS54.95.P36. N3.4

Meyza, Henryk
Cypriot red slip ware : studies on a Roman Levantine ware
Varsovie : Centre d’Archéologie Méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 2007
(Nea Paphos ; 5)
AOR DS54.95.P36. N3.5

Sztetyllo, Zofia
Nea Paphos. VI, Pottery stamps from Nea Paphos (excavations in 1990-2006)
Warsaw : warsaw University Press, 2010.- (Polish Archaeology in the Mediterranean Monograph Series;2)
AOR DS54.95.P36. N3.6 2010

Paphos :

Nicolaou, Ino ; Morkholm, Otto
Paphos. Volume 1, A Ptolemaic Coin Hoard
Nicosie : Department of Antiquities, Cyprus , 1976
AOR DS54.95.P36. P3.1

Nicolaou, Ino
Paphos. Volume 2, The coins from the house of Dionysos, appendix, the coins from A. the Odeion B. the gymnasion C. the Asklepieion
Nicosia : The department of Antiquities, Cyprus , 1990
AOR DS54.95.P36. P3.2

Hayes, Johnn Walker
Paphos. Vol.3, The Hellenistic and Roman pottery
Nicosia : Department of antiquities , 1991
AOR DS54.95.P36. P3.3

Nicolaou, Ino
Paphos. 5, The stamped amphora handles from the house of Dionysos
Nicosia : Republic of Cyprus, Department of antiquities , 2005
AOR DS54.95.P36. P3.5

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Markus
Le dialecte grec ancien de Chypre. Tome I et II
Berlin : W. de Gruyter, 2010
AOR P1040. E46 2010

Masson, Olivier
Les inscriptions chypriotes syllabiques : recueil critique et commenté.-  [Nouvelle éd.]
Paris : E. de Boccard , 1983.- (Etudes chypriotes; 1)
AOR P1040. M3 1983

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1986
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 4)
AOR DS54.95.P33. A8.4

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1983
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 2)
AOR DS54.95.P33. A8.2

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Documents accessibles en ligne :

Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal Première campagne 23 avril- 14 mai 2014 et 16 Septembre- 10 octobre 2014 sur la colline de Fabrika (au Nord-Est de la ville antique).. [Re-search Report] UMR 8210 AnHiMA/ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2014.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISEÀ PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal sur la colline de Fabrika au Nord-Est de la ville antique de Nea Paphos. 2e campagne 25 mai-27 juin 2015. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2015.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal à Paphos, colline de Fabrika. Bilan de la 3e campagne
de fouilles 23 mai-23 juin 2016. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé.

Dans le camp des partisans de l’historicité de Glozel se rangent, parmi les plus connus, l’ethnologue A. van Gennep, l’historien et archéologue Salomon Reinach, conservateur en chef du Musée de Saint-Germain-en-Laye, l’épigraphiste Emile Espérandieu, conservateur des musées de Nîmes, le géologue Charles Depéret et le paléontologue Lucien Mayet de la faculté de Lyon, le linguiste Joseph Loth de la faculté de Rennes, l’anthropologue Antonio Mendès-Correa de Porto et dans une moindre mesure, l’historien antiquisant Camille Jullian et l’Abbé Breuil, préhistorien.

Les contempteurs de Glozel comptent dans leur rang les non moins éminents préhistoriens Denis Peyrony, conservateur du musée des Eyzies, Henri Begouën de la faculté de Toulouse, André Vayson de Pradenne et Louis Capitan, l’épigraphiste René Dussaud, conservateur au Louvre, le paléontologue Marcellin Boulle du Musée d’Histoire Naturelle de Paris…

Afin de trancher une bonne fois pour toute sur l’ancienneté et l’authenticité de Glozel, une commission internationale est constituée mais aussitôt accusée de partialité car les experts appelés à siéger dans cette commission sont choisis par les professeurs Capitan et Bégouën, antiglozéliens convaincus…

La campagne de fouilles, très médiatisée, entreprise en novembre 1927 à l’initiative de la commission tranche sans surprise en défaveur de l’authenticité de Glozel. L’expertise est aussitôt contestée par les pro-Glozel ; les esprits d’échauffent…

Fouilles à Glozel en 1928
Fouilles à Glozel en 1928

 

La justice s’en mêle

L’agitation autour de Glozel monte encore d’un cran quand Emile Fradin est publiquement accusé d’être un fraudeur. On lui reproche d’avoir gravé sur les briques les mystérieux signes alphabétiques.

Le jeune paysan contre-attaque en janvier 1928 et assigne en diffamation ses détracteurs, notamment l’épigraphiste René Dussaud. En février 28, la Société Préhistorique Française porte plainte contre X pour escroquerie. La ferme des Fradin et le petit musée Glozel qu’elle abrite sont perquisitionnés et saccagés par la maréchaussée ; des objets « glozéliens » sont saisis dans la foulée.

Suite à cette perquisition, un rapport de l’identité judiciaire est remis au juge qui instruit l’affaire qui conclut aussi à la falsification des tablettes. Ce rapport, jugé malhonnête et partisan, est réfuté point par point par le Dr. Morlet. Emile Fradin est malgré tout inculpé pour escroquerie en juin 1928.

Ces démêlés judiciaires n’empêchent pas le Dr. Morlet d’entreprendre, en avril, avec l’aide d’archéologues français et étrangers, de nouvelles fouilles qui se prononceront bien évidemment pour l’authenticité du site néolithique.

En juin 1931, une ordonnance de non-lieu est promulguée au bénéfice d’Emile Fradin. En revanche, ces détracteurs seront tous condamnés pour diffamation.

Progressivement, l’affaire de Glozel va déserter l’actualité ; la polémique entre ce qui reste des glozéliens et antiglozéliens se fait plus rare et moins passionnée ; le Dr Morlet cesse même ces fouilles en 1936.

En 1941, une nouvelle loi réglemente les fouilles archéologiques ; elles ne seront désormais plus possible sans l’aval des pouvoirs publics. Glozel sombre alors dans l’oubli.

Tablettes gravée de signes « glozéliens »
Tablettes gravée de signes « glozéliens »

 

Nouvelles analyses et nouvelles fouilles

A partir du milieu des années 70, l’intérêt pour Glozel renait ; des scientifiques français et surtout étrangers reviennent sans a priori vers Glozel avec de nouvelles techniques d’analyse des objets (datation par thermoluminescence, carbone 14, spectrographie…). Les analyses concluent à une datation très disparate des objets qui semble courir de la préhistoire à l’époque moderne ! Ces résultats inattendus ne permettent pas d’éclaircir totalement les mystères de Glozel…

Sous la pression des élus locaux et à la demande du Ministère de la Culture, de nouvelles fouilles démarrent en 1983 sur le site de Glozel. Jusqu’en 1990, la jeune garde de l’archéologie française va essayer de démêler définitivement l’écheveau glozélien. Le rapport du ministère, paru partiellement en 1995, ne laisse plus planer le doute : aucune trace d’un quelconque gisement préhistorique. L’occupation de Glozel est principalement médiévale même si on y trouve aussi quelques artéfacts datés de l’Age du fer et des contrefaçons manifestes. Glozel ne serait qu’une fiction !

Tête de femme sculptée sur un os
Tête de femme sculptée sur un os

Glozel toujours vivant

En dépit de ce démenti scientifique, les partisans de l’authenticité de Glozel ne désarment pas. Des colloques sont régulièrement organisés autour de Glozel ; des livres et des articles continuent de paraitre à ce sujet.

Cependant, plus « l’affaire Glozel » sort, avec le temps, du champ scientifique, plus elle investit ; notamment sur le Net, les sphères du paranormal, de l’ésotérisme, voire du complotisme ; il suffit de taper Glozel sur un moteur de recherche pour tomber sur une foule de sites dont certains plus fantaisistes les uns que les autres… Voir webographie ci-après.

Alors Glozel ? Enorme supercherie archéologique ou authentique nécropole gallo-romaine ? Vestige d’une civilisation extraterrestre disparue ou four verrier médiéval ? Incroyable découverte d’amateurs en butte à l’hostilité du monde académique sûr de sa vérité scientifique ?

Près de 3000 pièces (poteries à masque figurant des yeux ouverts, briques avec empreintes de mains, idoles bisexuées, tablettes avec des signes « alphabétiques », objets en os et en pierre taillée, galets gravés, ossements humains et animaux…) ont été, quand même, exhumées à Glozel ! D’où viennent-elles ? Qui les a fabriquées et dans quel but ?

Et que penser des fameux signes glozéliens ? Alphabétiques, syllabiques, idéographiques ? Est-ce une des plus anciennes traces de langage humain ou l’alphabet des Atlantes ? Le saurons-nous un jour… Emile Fradin, un des principaux acteurs de la controverse, est décédé centenaire en 2010 emportant avec lui le secret de Glozel, si secret il y a…

Afin de vous faire une idée plus précise de cette passionnante et rocambolesque histoire, nous avons mis à votre disposition une bibliothèque numérique de documents en texte intégral en lien avec l’affaire Glozel. Une grande partie de ces ressources, mis en ligne dans le cadre du projet 1000 tirés-à-part Reinach, proviennent des « archives » de l’archéologue Salomon Reinach qui fut un partisan de l’authenticité du site de Glozel. D’autres documents, glanés çà et là sur le Net, complètent cette base bibliographique en libre accès.

La base de données sur Glozel s’est récemment enrichie d’un grand nombre de coupures de presse issues de journaux tels que « Le temps », « le Progrès de Lyon », « le Progrès de l’Allier », « le Moniteur », « le Journal des Débats », « l’Avenir du Plateau », « le Journal de Genève »… qui illustrent l’importance qu’avait pris cette affaire dans l’opinion publique française et étrangère  des années 20.

A noter que ces articles de presse mis en ligne proviennent, en grande partie, des archives du Laboratoire de Géologie de Lyon (Site UCB Lyon 1). Avec leur aimable autorisation.

Lien vers la bibliographie sur Glozel ICI

 

Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes
Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes

 Lien vers la webographie sur Glozel ICI

 

Bonne lecture

Idole bisexuée
Idole bisexuée

 

Aux origines du théâtre gallo-romain : l’édifice d’assemblée de Corent

Le 9 janvier 2013, dans le cadre du cycle de conférences Jean Pouilloux, Matthieu Poux viendra nous présenter les dernières découvertes de la campagne de fouilles qu’il mène depuis presque 12 ans sur le site de Corent dans le Puy-de-Dôme.

Matthieu Poux est un archéologue du laboratoire de recherche Archéométrie et Archéologie de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.  Il est également professeur d’archéologie romaine et gallo-romaine à l’Université Lyon 2. Vous retrouverez une partie de ses publications librement accessibles, téléchargeables en pdf, sur la plateforme Academia.edu.

Le site archéologique de Corent est situé sur un plateau volcanique, à 18 km de Clermont-Ferrand, vierge de toute construction humaine. Sous les champs cultivés, les fouilles ont pu mettre au jour des vestiges d’une ville gauloise : un sanctuaire, une place de marché, des habitations… et dernièrement un édifice d’assemblée.

Si vous souhaitez vous immerger dans l’ambiance de cette ancienne cité,  vous pouvez d’ores et déjà consulter le site internet des fouilles de Corent : http://www.luern.fr/.

Vous y trouverez plusieurs reconstitutions en 3D de ce que pouvait être la vie quotidienne du peuple arverne avant l’arrivée des romains.

Pour compléter votre visite, je vous propose également d’écouter l’intervention de Matthieu Poux, invité d’honneur du Salon Noir sur France Culture le 19 octobre 2011 :

 

Pour les plus classiques d’entre vous, et afin de préparer au mieux cette conférence, il vous est encore possible de consulter et/ou télécharger notre bibliographie sélective :

 Accéder à la bibliographie

Vous trouverez les ouvrages concernés sur le présentoir à l’accueil de la bibliothèque.

Au plaisir de vous y croiser,

Magali Lugnot

Wadi al-Jarf : Un port égyptien de l’ancien Empire sur la mer Rouge

Un port de l’ancien Empire sur la mer Rouge : Wadi al-Jarf (IVe dynastie, Egypte), par Pierre Tallet, Conférence du Cycle Jean Pouilloux, Histoire et Archéologie (Mercredi 19 décembre 2012 – 18h, Université Lyon 2)

 A l’occasion de la conférence de Pierre Tallet, nous nous sommes documentés sur le port de Wadi al-Jarf. Cette fouille étant très récente, nous avons trouvé que très peu de documents publiés sur ce site. Les articles à venir des archéologues vont donc être inédits et très intéressants. En attendant ces parutions et la conférence de Pierre Tallet, voici donc quelques petits éléments pour découvrir ce site.

 

se trouve Wadi al-Jarf et comment a-t-on découvert ce port ?

Wadi al-Jarf se situe sur la côte occidentale du golfe de Suez, au pied du monastère de Saint-Paul, à environ 100 km au sud d’Ayn Soukhna (cf carte)

En 1832, John Garner Wilkinson fit une première description des vestiges de ce site en mentionnant la présence de grandes habitations et de nombreuses galeries. Entre 1954 et1956, le site fut ensuite exploré par Frédéric Bisset et René Chabot-Morissot, pilotes du canal de Suez. Leurs différents travaux ont permis de localiser plus précisément le site.

A partir de 2011, une première mission archéologique est crée. Elle est codirigée par El-Sayed Mahfouz, maître de conférences à l’Université d’Assiout, et Pierre Tallet, maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne.

http://www.ifao.egnet.net/archeologie/


 

Qui est Pierre Tallet ?

Pierre Tallet est agrégé d’histoire et docteur en égyptologie. Il a réalisé ses études à l’Ecole normale supérieure, ainsi qu’à l’Université de la Sorbonne. Depuis 2005, il est Maître de conférences à l’Université Paris IV- Sorbonne.

Ses différentes missions archéologiques en Egypte se sont déroulées dans les oasis du Sinaï à Dakhla et à Bahariya, ainsi qu’à Karnak, Deir el-Médineh, et dans les nécropoles thébaines. Par ailleurs, il est membre de la mission archéologique d’Ayn Soukhna (Golfe du Suez), et directeur de la mission d’étude menée conjointement par l’IFAO et la Sorbonne au Sud-Sinaï.

Il fut récompensé en 2004 par le Prix Louis de Clercq (Académie des Inscriptions et Belles Lettres), et en 2009 par le Prix Max Serres (Académie des Inscriptions et Belles Lettres). Pierre Tallet est également président de la Société Française d’Egyptologie.

 
Bibliographie autour de la conférence proposée par la Bibliothèque de la MOM


A propos de Wadi al-Jarf

  • P. Tallet, E. Mahfouz, The Red Sea in pharaonic times: Recent discoveries along the Red Sea Coast. Proceedings of the Colloquium held in Cairo/Ayn Soukhna 11th–12th January 2009, IFAO, en cours de publication
  • P. Tallet, G. Marouard, D. Laisney, Un port de la IVe dynastie au Ouadi el-Jarf (mer Rouge), Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, n°112, en cours de publication
  • P. Tallet, Ayn Sukhna and Wadi el-Jarf : Two newly discovered pharaonic harbours on the Suez Gulf British Museum Studies in Ancient Egypt and Sudan, n°18,  2012, p. 147–68 ; http://www.britishmuseum.org/PDF/Tallet.pdf
  • P. Tallet, Les Égyptiens et le littoral de la mer Rouge à l’époque pharaonique, Comptes-rendus des séances de l’année – Académie des inscriptions et belles-lettres , fasc. 2, 2009, p.687–719.

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  • G. Lacaze, L. Camino, Mémoires de Suez : François Bissey et René Chabot-Morisseau à la découverte du désert oriental d’Égypte (1945–1956), ed. Société d’égyptologie de Pau, 2008

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT73.M3.D7. L3 2008

  • F. Bissey,  Vestige d’un port ancien dans le golfe de Suez,  Bulletin de la Société d’Études Historiques et Géographiques de l’Isthme de Suez, 5, 1954, p.266
  • J. G. Wilkinson, Note on a part of the Eastern Desert of Upper Egypt, Journal of the Royal Geographical Society, n° 2, 1832, p.28–34.

D’autres sites archéologiques de la Mer Rouge

  • M. Abd el-raziq, G. Castel, P. Tallet, Ayn Soukhna II : les ateliers métallurgiques du Moyen Empire, IFAO, 2011

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. EGY.FIFAO 66

  • K.A. Bard, R. Fattovich, Harbour of the pharaohs to the land of Punt : Archaeological investigations at Mersa / Wadi Gawasis, Egypt 2001–2005, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale » , 2007

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT73.M3.D7. B37 2007

  • Les égyptiens et la mer Rouge, Egypte, Afrique & orient, n°41, mars 2006

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  • G. Mumford, Tell Ras Budran (site 345) : Defining Egypt’s eastern frontier and mining operations in South Sinai during the late Old Kingdom (early EBIV/MB1),  Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 342, 2006, p.13–67.

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  • M. Abd el-raziq, G. Castel, P. Tallet , Les Inscriptions d’Ayn Soukhna, IFAO, 2002

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. EGY.MIFAO 122

  • E. Edel, Beiträge zu den ägyptischen Sinaiinschriften, Nachrichten der Akademie der Wissenschaften in Gottigen, n°1/6, 1983, p.158-163
  • A.M. Sayed, Discovery of the site of the 12th Dynasty port at Wadi Gawasis on the Red Sea shore, Revue d’égyptologie, 29, 1977, p.140–78.

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  •  H. Gardiner, T. E. Peet and J. Cerny, The inscriptions of Sinai II, ed. Egypt Exploration Society, 1955

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. GB.EM 45

  • H. Gardiner, T. E. Peet and J. Cerny, The inscriptions of Sinai I, ed. Egypt Exploration Society, 1952

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. GB.EM 36

Nina Mitamona

Souvenirs et impressions apolloniates

A l’occasion de la conférence « Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie »,  J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de partager ci-dessous quelques souvenirs sur son expérience à Apollonia :

« La mission épigraphique et archéologique française en Albanie a été fondée par Pierre Cabanes, professeur émérite de l’université de Paris X Nanterre,  en 1992 juste après l’effondrement du régime hoxhiste et l’entrée du pays des aigles dans l’ère démocratique.  En 1994, j’ai pu rejoindre son équipe et j’ai eu l’honneur de conduire les premières fouilles franco-albanaises sur le site d’Apollonia. Ce fut le début d’une grande aventure humaine autant que scientifique, aventure qui s’enrichit encore d’année en année.  Ce n’était pas la première fois que des Français fouillaient à Apollonia puisque le chartiste Léon Rey entre les deux guerres, à l’époque du roi Zog, avait dégagé les premiers vestiges de la cité. Mais c’était la première fois qu’une véritable collaboration scientifique permettait à l’Institut archéologique de Tirana de mener des fouilles d’envergure et d’intégrer pleinement la communauté scientifique internationale. D’autres missions étrangères ont suivi, l’Italie, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Grèce, plus récemment l’Allemagne et la Pologne, mais la France peut s’honorer d’avoir été la première, et qu’il me soit permis d’avoir ici une pensée pour P. Cabanes qui a bien voulu me confier la direction de la Mission en 1999 lorsqu’il décida de prendre sa retraite. La fouille a vu passer beaucoup d’étudiantes et d’étudiants  albanais accueillis ensuite en France pour un DEA puis une thèse ; ils assurent maintenant  le renouvellement de la génération de chercheurs arrivés à la retraite. Mon premier étudiant en thèse, Altin,  fut l’un d’eux et il est aujourd’hui l’un des principaux responsables de l’équipe albanaise d’Apollonia.

Depuis 1994, le pays a connu une évolution qu’il est difficile d’imaginer. Il fallait alors plus de quatre heures pour parcourir les 120 km séparant le petit aéroport de Rinas au nord de Tirana, du site d’Apollonia qui n’était accessible que par une piste en terre battue. On avait alors le temps de compter les innombrables bunkers qui bordaient les routes,  indestructibles sentinelles d’un désert des Tartares , censées arrêter une illusoire  invasion qui n’avait pour but que de maintenir un peuple fier de ses origines sous le joug  du dictateur, et la route appartenait encore aux charrettes tirées par des ânes venus d’un autre temps. Aujourd’hui l’aéroport Mère Theresa n’a rien à envier aux plus modernes des aéroports  européens, et à peine deux heures suffisent pour rejoindre le site ; les bunkers ont peu à peu disparu sous l’assaut des enfants récupérant la ferraille pour gagner quelques leks, et ont laissé la place à des stations-services et des hôtels restaurants ; les « benz » ont largement remplacé les ânes, et quelques grosses cylindrées aux vitres fumées témoignent de l’arrogance des nouveaux riches  et de l’existence d’une économie parallèle.

Les trois premières années, jusqu’à la construction de la maison de fouille inaugurée en 1996, furent difficiles mais riches d’émotions et de souvenirs : le vieux monastère désaffecté qui abritait la mission n’avait aucun confort : la cuisinière accroupie s’efforçait de cuire les plats sur des petits réchauds à pétrole ; l’eau peu potable était amenée du village par un char à bœufs qui ne pouvait assurer que trois rotations par jour ; les douches étaient froides et rares, et on était condamné à boire du vin ; l’électricité était balbutiante, et par les pluies d’orage il fallait disposer savamment les lits pour rester au sec. Et pourtant on était heureux d’être ensemble et  le banquet de fin de fouilles avec les chants polyphoniques des ouvriers dans le cloitre du monastère donnait le sentiment qu’Apollonia, pourtant abandonnée à la fin du IVe siècle, n’avait cessé de vivre. Je voudrais ici rendre hommage à tous les ouvriers de Pojani et des villages environnants qui d’année en année sont devenus d’excellents fouilleurs, et surtout ont compris, en hommes simples mais sages,  l’importance de leur patrimoine. Ce sont eux qui en 1997, année de la guerre civile dans le pays,   parfois au péril de leur vie, se sont opposés aux bandes mafieuses qui voulaient piller le site. Aujourd’hui certains sont morts ou affaiblis par l’âge,  mais les fils prennent la suite des pères, quand ils ne doivent pas partir en Italie ou en Grèce pour assurer la vie de leur famille.

Aujourd’hui la maison de fouilles dispose de tout le confort moderne ; congélateur, douches chaudes, télévision, internet. Il ne manque que le chauffage l’hiver ou la climatisation l’été ! Les ouvriers n’arrivent plus à pied, avec ce pas lent du paysan attaché à sa terre, mais en mobylette ou en voiture. Je ne suis pas sûr qu’on y ait gagné en convivialité. Les plus beaux moments restent cependant la contemplation des soleils couchants depuis la terrasse de la maison ouvrant sur l’Adriatique, tandis que la silhouette de l’unique colonne du temple de Shtyllas marquant l’emplacement du port, s’estompe peu à peu dans le crépuscule, ou, couché sur le sol pour y trouver un peu de fraicheur,  la contemplation de la voie lactée d’une extraordinaire luminosité dans le silence d’une nuit traversé seulement par le cri du vieil hibou qui a élu demeure dans les combles de la maison. Malheureusement bientôt une autoroute va déchirer la plaine à quelques centaines de mètres du site ;  le grondement sourd des véhicules couvrira le cri du hibou, et la lumière des phares obscurcira la clarté des étoiles. C’est sans doute le prix à payer pour parachever le développement économique du pays et son entrée dans l’Europe, mais il me plait de rêver que cela n’arrivera qu’au terme des quelques années qui me séparent de la retraite. »

Jean-Luc Lamboley

Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie

Le 21 novembre 2012, le cycle des conférences Jean Pouilloux accueille Jean-Luc Lamboley, professeur d’histoire et d’archéologie des mondes anciens à l’Université Lyon 2, rattaché au laboratoire HiSoMA, et directeur de la Mission épigraphique et archéologique française en Albanie.

Vous trouverez sur Theses.fr, l’ensemble des thèses qu’il a encadrées, et les jurys auxquels il a participés. Deux thèses retiennent notre attention sur la thématique que nous abordons aujourd’hui, je vous les mentionne ci-dessous :

A l’occasion de cette conférence, J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de nous présenter ses impressions sur son expérience à Apollonia. Je lui laisse la plume le temps d’un article plutôt savoureux :

Souvenirs et impressions apolloniates

De plus, j’ai effectué pour vous une sélection de ressources sur la question, complétée par J.-L. Lamboley.

Pour commencer, Il existe plusieurs cités grecques portant le nom d’Apollonia. Il est donc intéressant de resituer géographiquement Apollonia d’Illyrie, en Albanie :

Aller directement sur Google Map

Pour continuer sur notre lancée, je vous conseille de consulter les Carnets d’Archéologie du Ministère des Affaires Etrangères ou simplement la page Wikipedia sur Apollonia d’Illyrie. J’en profite, d’ailleurs, pour inciter tout chercheur ou spécialiste du site d’Apollonia à alimenter cette page, d’abord pour le bien commun, ensuite parce que Wikipedia est extrêmement bien référencé et peut vous permettre de valoriser vos articles et autres travaux de recherches (cf. les liens externes en bas de chaque page Wikipedia).

A ces quelques ressources généralistes, j’ajoute un lien vers un article du blog de l’Association Bonne Pioche sur l’expérience de fouilles d’un étudiant à Apollonia.

Pour approfondir encore la question, de manière plus orthodoxe, je vous propose de consulter notre  bibliographie en ligne sur le site web de la MOM, ou disponible en format papier à la bibliothèque.

Vous y trouverez des références documentaires pour tous les goûts : des articles de la revue Archéologia en français aux articles et ouvrages scientifiques plus poussés en français, anglais ou  italien.

Accéder à la bibliographie

Je vous joins ci-dessous les quelques ressources spécialisées accessibles en ligne :

Quelques thèses et mémoires consultés le 20 novembre 2012 sur le site de l’OhioLINK ETD Center :

Bonne lecture et surtout bonne conférence !

(N’hésitez à  nous faire part de vos retours sur la question en commentaires de cet article)

Magali Lugnot