Archives par mot-clé : Bibliothèque numérique

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé.

Dans le camp des partisans de l’historicité de Glozel se rangent, parmi les plus connus, l’ethnologue A. van Gennep, l’historien et archéologue Salomon Reinach, conservateur en chef du Musée de Saint-Germain-en-Laye, l’épigraphiste Emile Espérandieu, conservateur des musées de Nîmes, le géologue Charles Depéret et le paléontologue Lucien Mayet de la faculté de Lyon, le linguiste Joseph Loth de la faculté de Rennes, l’anthropologue Antonio Mendès-Correa de Porto et dans une moindre mesure, l’historien antiquisant Camille Jullian et l’Abbé Breuil, préhistorien.

Les contempteurs de Glozel comptent dans leur rang les non moins éminents préhistoriens Denis Peyrony, conservateur du musée des Eyzies, Henri Begouën de la faculté de Toulouse, André Vayson de Pradenne et Louis Capitan, l’épigraphiste René Dussaud, conservateur au Louvre, le paléontologue Marcellin Boulle du Musée d’Histoire Naturelle de Paris…

Afin de trancher une bonne fois pour toute sur l’ancienneté et l’authenticité de Glozel, une commission internationale est constituée mais aussitôt accusée de partialité car les experts appelés à siéger dans cette commission sont choisis par les professeurs Capitan et Bégouën, antiglozéliens convaincus…

La campagne de fouilles, très médiatisée, entreprise en novembre 1927 à l’initiative de la commission tranche sans surprise en défaveur de l’authenticité de Glozel. L’expertise est aussitôt contestée par les pro-Glozel ; les esprits d’échauffent…

Fouilles à Glozel en 1928
Fouilles à Glozel en 1928

 

La justice s’en mêle

L’agitation autour de Glozel monte encore d’un cran quand Emile Fradin est publiquement accusé d’être un fraudeur. On lui reproche d’avoir gravé sur les briques les mystérieux signes alphabétiques.

Le jeune paysan contre-attaque en janvier 1928 et assigne en diffamation ses détracteurs, notamment l’épigraphiste René Dussaud. En février 28, la Société Préhistorique Française porte plainte contre X pour escroquerie. La ferme des Fradin et le petit musée Glozel qu’elle abrite sont perquisitionnés et saccagés par la maréchaussée ; des objets « glozéliens » sont saisis dans la foulée.

Suite à cette perquisition, un rapport de l’identité judiciaire est remis au juge qui instruit l’affaire qui conclut aussi à la falsification des tablettes. Ce rapport, jugé malhonnête et partisan, est réfuté point par point par le Dr. Morlet. Emile Fradin est malgré tout inculpé pour escroquerie en juin 1928.

Ces démêlés judiciaires n’empêchent pas le Dr. Morlet d’entreprendre, en avril, avec l’aide d’archéologues français et étrangers, de nouvelles fouilles qui se prononceront bien évidemment pour l’authenticité du site néolithique.

En juin 1931, une ordonnance de non-lieu est promulguée au bénéfice d’Emile Fradin. En revanche, ces détracteurs seront tous condamnés pour diffamation.

Progressivement, l’affaire de Glozel va déserter l’actualité ; la polémique entre ce qui reste des glozéliens et antiglozéliens se fait plus rare et moins passionnée ; le Dr Morlet cesse même ces fouilles en 1936.

En 1941, une nouvelle loi réglemente les fouilles archéologiques ; elles ne seront désormais plus possible sans l’aval des pouvoirs publics. Glozel sombre alors dans l’oubli.

Tablettes gravée de signes « glozéliens »
Tablettes gravée de signes « glozéliens »

 

Nouvelles analyses et nouvelles fouilles

A partir du milieu des années 70, l’intérêt pour Glozel renait ; des scientifiques français et surtout étrangers reviennent sans a priori vers Glozel avec de nouvelles techniques d’analyse des objets (datation par thermoluminescence, carbone 14, spectrographie…). Les analyses concluent à une datation très disparate des objets qui semble courir de la préhistoire à l’époque moderne ! Ces résultats inattendus ne permettent pas d’éclaircir totalement les mystères de Glozel…

Sous la pression des élus locaux et à la demande du Ministère de la Culture, de nouvelles fouilles démarrent en 1983 sur le site de Glozel. Jusqu’en 1990, la jeune garde de l’archéologie française va essayer de démêler définitivement l’écheveau glozélien. Le rapport du ministère, paru partiellement en 1995, ne laisse plus planer le doute : aucune trace d’un quelconque gisement préhistorique. L’occupation de Glozel est principalement médiévale même si on y trouve aussi quelques artéfacts datés de l’Age du fer et des contrefaçons manifestes. Glozel ne serait qu’une fiction !

Tête de femme sculptée sur un os
Tête de femme sculptée sur un os

Glozel toujours vivant

En dépit de ce démenti scientifique, les partisans de l’authenticité de Glozel ne désarment pas. Des colloques sont régulièrement organisés autour de Glozel ; des livres et des articles continuent de paraitre à ce sujet.

Cependant, plus « l’affaire Glozel » sort, avec le temps, du champ scientifique, plus elle investit ; notamment sur le Net, les sphères du paranormal, de l’ésotérisme, voire du complotisme ; il suffit de taper Glozel sur un moteur de recherche pour tomber sur une foule de sites dont certains plus fantaisistes les uns que les autres… Voir webographie ci-après.

Alors Glozel ? Enorme supercherie archéologique ou authentique nécropole gallo-romaine ? Vestige d’une civilisation extraterrestre disparue ou four verrier médiéval ? Incroyable découverte d’amateurs en butte à l’hostilité du monde académique sûr de sa vérité scientifique ?

Près de 3000 pièces (poteries à masque figurant des yeux ouverts, briques avec empreintes de mains, idoles bisexuées, tablettes avec des signes « alphabétiques », objets en os et en pierre taillée, galets gravés, ossements humains et animaux…) ont été, quand même, exhumées à Glozel ! D’où viennent-elles ? Qui les a fabriquées et dans quel but ?

Et que penser des fameux signes glozéliens ? Alphabétiques, syllabiques, idéographiques ? Est-ce une des plus anciennes traces de langage humain ou l’alphabet des Atlantes ? Le saurons-nous un jour… Emile Fradin, un des principaux acteurs de la controverse, est décédé centenaire en 2010 emportant avec lui le secret de Glozel, si secret il y a…

Afin de vous faire une idée plus précise de cette passionnante et rocambolesque histoire, nous avons mis à votre disposition une bibliothèque numérique de documents en texte intégral en lien avec l’affaire Glozel. Une grande partie de ces ressources, mis en ligne dans le cadre du projet 1000 tirés-à-part Reinach, proviennent des « archives » de l’archéologue Salomon Reinach qui fut un partisan de l’authenticité du site de Glozel. D’autres documents, glanés çà et là sur le Net, complètent cette base bibliographique en libre accès.

La base de données sur Glozel s’est récemment enrichie d’un grand nombre de coupures de presse issues de journaux tels que « Le temps », « le Progrès de Lyon », « le Progrès de l’Allier », « le Moniteur », « le Journal des Débats », « l’Avenir du Plateau », « le Journal de Genève »… qui illustrent l’importance qu’avait pris cette affaire dans l’opinion publique française et étrangère  des années 20.

A noter que ces articles de presse mis en ligne proviennent, en grande partie, des archives du Laboratoire de Géologie de Lyon (Site UCB Lyon 1). Avec leur aimable autorisation.

Lien vers la bibliographie sur Glozel ICI

 

Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes
Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes

 Lien vers la webographie sur Glozel ICI

 

Bonne lecture

Idole bisexuée
Idole bisexuée

 

Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

DIGIMOM, le site de consultation d’ouvrages numérisés en accès libre de la bibliothèque de la MOM s’est enrichi, en 2013, de treize nouveaux volumes. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu des ouvrages mis en ligne. Ces monographies sont consultables en mode image ou téléchargeables au format PDF intégrant la recherche en texte intégral.

 

imagePlanche tirée du traité des arts céramiques d’A. Brongniart.

  Continuer la lecture de Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

1500 tirés-à-part issus des collections « Salomon Reinach » de la MOM numérisés

Ce projet, porté par le service « Bibliothèque » et la plateforme « Banque d’images et données textuelles », a pour objet la dématérialisation (gestion, numérisation, documentation et mise en ligne) de documents patrimoniaux issus du don de la Bibliothèque Salomon Reinach, libres de droits, localisés à la bibliothèque de la MOM. Ces documents sont constitués d’extraits et de tirés-à-part de revues scientifiques internationales, de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, reliés dans des volumes appelés du terme générique « tirés-à-part ».

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Contexte

Le don de Madame Reinach à l’Université de Lyon (1937) a doté la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée d’un important fonds d’étude sur l’antiquité classique comprenant de nombreux ouvrages (intégrés au catalogue de la bibliothèque de la MOM ) et de volumes reliés de tirés-à-part, actuellement en cours de numérisation.

Salomon Reinach

Les frères Reinach (Joseph, Salomon et Théodore) représentent l’élite intellectuelle et politique de la fin du XIXe siècle. Salomon Reinach, deuxième de cette fratrie, est né en 1858 à Saint-Germain-en-Laye et mort en 1932 à Boulogne-sur-Seine.

Grand érudit de la charnière XIXe-XXe siècle, il s’intéressa aux nombreux domaines que couvrent la science, l’art, et l’histoire. Il fut professeur à l’école du Louvre, archéologue, historien des religions, philologue. Il fut également membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et co-directeur de la Revue Archéologique.

Il séjourna trois années en Grèce, mena des fouilles en collaboration avec de nombreux archéologues de l’époque. Salomon Reinach ne cessa d’écrire, de publier des articles, des courriers scientifiques dans la « Gazette des Beaux-arts » ou encore le « Bulletin de correspondance hellénique ». Sa production intellectuelle fut grande : son œuvre recense près de 80 volumes et plus de 7000 articles.

Les tirés-à-parts de la bibliothèque Salomon Reinach

Le fonds des tirés-à-part de la bibliothèque S. Reinach (637 volumes reliés, soit plus de 6500 articles) présente une grande diversité quant au contenu. Ces publications internationales, écrites par des archéologues, des historiens, des épigraphistes et autres savants du XIXème siècle, adressées à Salomon Reinach, traitaient principalement d’archéologie et d’histoire ancienne mais aussi de littérature, d’éducation, de médecine, de droit législatif ou encore de politique. L’hétérogénéité de ce fonds témoigne d’une époque où la culture encyclopédique (scientifique, littéraire et politique) était encore la règle.

Ces tirés-à-part, sélectionnés et reliés par l’archéologue, sont également le reflet des relations personnelles qu’entretenait Salomon Reinach avec des savants du monde entier. Ils constituent, par ailleurs, une documentation très utile aujourd’hui pour qui travaillerait sur des problématiques liées à l’Antiquité classique car issue de revues internationales difficiles d’accès, dispersées voire oubliées. Cette documentation intéressera aussi ceux qui étudient l’histoire des sciences humaines, l’histoire des mentalités…

Objectifs

La numérisation des tirés-à-part Salomon Reinach c’est :

  • La signalisation des tirés-à-part, actuellement absents du catalogue informatisé de la bibliothèque.
  • La conservation : créer un support de substitution et permettre la consultation de documents fragiles, améliorer la conservation, disposer d’une qualité qui devrait satisfaire les utilisateurs et qui ne demande pas de faire appel à la consultation de l’original, sauf demande exceptionnelle.
  • La diffusion et consultation à distance : mise en ligne sur Internet pour toucher un public plus vaste et gagner du temps dans la recherche.
  • La valorisation de la bibliothèque, du fonds Salomon Reinach, de la collection de tirés-à-part mal connue.
  • Le public visé est : les spécialistes, les universitaires et les étudiants.

Méthodes

La chaîne de dématérialisation c’est :

La préparation matérielle et documentation initiale

Cette étape consiste à décrire de façon fine (page à page) les fascicules à numériser. Elle devra en particulier permettre d’identifier tous les tirés-à-part constituant un fascicule et/ou d’identifier les pages nécessitant un traitement particulier. Cette étape est particulièrement sensible puisque les données qui en sont issues sont utilisées pour : piloter l’étape de numérisation / amorcer la gestion de la qualité / documenter les champs d’identification de l’article (Auteur / Titre / Date / etc…) afin de constituer la « table des matières virtuelle » du fascicule.

La production

L’étape de production couvre tous les traitements réalisés par la plateforme technologique, de la prise en charge des fascicules à numériser, dès que la documentation initiale est terminée, jusqu’à la mise à disposition des images numérisées sur le réseau Internet.

Numériser: ensemble des traitements permettant la mise à disposition des ressources numériques (images et textes associés) notamment traitements et amélioration d’image, contrôle qualité, cohérence et complétude des données numérisées, OCR.

Sauvegarder : préservation sur l’espace de stockage temporaire, des données courantes de traitement (bruts de scan + fichiers OCR). Ces données sont accessibles notamment par des robots assurant un retraitement des informations. Transfert, à l’issue du processus, de l’information vers un espace de stockage cumulatif pour l’opération en vue de son archivage ultérieur.

La validation éditoriale

Cette étape consiste à faire un bilan global et une analyse qualitative du travail de documentation et de production en vue de leur validation. Le responsable du corpus dispose d’un outil permettant de vérifier, corriger et valider les différents types d’information :

  • documentation des unités bibliographiques.
  • traitement des demandes de « renumérisation » de pages éventuellement problématiques.

Lorsque chacun de ces aspects est entériné, une validation globale est accordée au traitement de chaque fascicule. Cette validation vaut « bon pour diffusion » sur le portail.

Diffusion Web & archivage

La mise en ligne est effective depuis le 26 octobre 2012; les travaux en cours concernent la diffusion par le protocole OAI pour le moissonnage et la plateforme d’archivage locale. Ultérieurement, une liaison avec le futur catalogue de la bibliothèque (Koha) de la bibliothèque de la MOM sera effectuée.

Matériel et moyens humains dédiés au projet

Matériel informatique utilisé dans l’opération : deux stations d’acquisition, 1 scanner Recto / Verso Futjitsu fi-6770, 1 scanner « patrimonial » OS 1400, 2 stations pour le traitement d’image et l’OCR, 1 NAS de production. Le matériel a été acquis sur les budgets de l’USR.

La première phase du projet a mobilisé une stagiaire qui, pendant un mois, a lancé la documentation des tirés-à-part. Un vacataire a été ensuite embauché pendant cinq mois (300 tirés-à-part/mois) pour finaliser la documentation du corpus des tirés-à-part sélectionnés, pour les numériser, effectuer les traitements d’images et l’OCR.

Une vacataire a récemment été recrutée pour poursuivre la documentation et la numérisation des recueils de tirés-à-part « moyen » format restants (environ 300) et commencer le traitement des « petits » formats.

Toute la partie technique (numérisation, traitements, validation technique) est pilotée par la plateforme « Banque d’images et données textuelles ». Les aspects documentaires (sélection et préparation du corpus, suivi de la documentation, validation éditoriale…) sont gérés par le service « Bibliothèque ».

Réalisation

Sur les 6500 tirés-à-part « S. Reinach » recensés, 1500 (54000 pages) ont été, pour l’instant, documentés, numérisés, traités, validés et mis en ligne. Les articles sont consultables au format « pdf » et librement téléchargeables et imprimables.

Ce qu’il reste à faire

Les recueils de tirés-à-part « S. Reinach » qui restent à traiter, environ 500 (près de 5000 articles), sont de petits formats et par conséquent difficilement manipulables et numérisables en l’état. Nous ne sommes pas, pour l’instant, équipés d’un périphérique capable de traiter ce type de documents qui assurerait un rendement compatible avec une numérisation quantitativement satisfaisante.

Par ailleurs, des améliorations seront entreprises au niveau de l’interface de recherche afin de le rendre notamment plus ergonomique et plus performant. Un accès aux articles par thèmes est aussi envisagé.

Contacts

Patrick Desfarges & Franck Capisano

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Merci à ceux qui ont participé et qui participent à ce projet :

Véronique Lacroix, Maryam Zahmoul, Aline Langlois, Gaspard Vernay, Rachelle Moutamalle, Wei Huangfu.

Bibliothécaires, étiez-vous aux JABES 2012 ?

Les journées de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) 19-20 juin 2012.

Durant ces deux jours, l’ABES a présenté ses nouveaux services et ses dernières applications :

le portail des thèses françaises

les licences nationales

– la refonte du site web de l’ABES,…etc.

Continuer la lecture de Bibliothécaires, étiez-vous aux JABES 2012 ?

DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM

Afin de répondre à sa mission de diffusion et de partage du savoir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée met à la disposition du grand public ainsi que d’un public plus averti de professionnels et de spécialistes, un site de consultation d’ouvrages numérisés, consultables en mode image ou téléchargeables en format PDF intégrant la recherche en texte intégral. Continuer la lecture de DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM