Archives de catégorie : Zoom sur nos collections

Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Mon stage s’est déroulé sur l’année universitaire 2016/2017 de novembre à juillet mais avec la fréquence particulière d’un jour par semaine. Cela a ses avantages et ses contraintes. Pour les contraintes, tout naturellement, cela demande une organisation différente et une tâche où je puisse être autonome : cela a été tout trouvé (et j’en ai été plus que ravie !) : c’était le moment d’effectuer, pour la première fois depuis 10 ans, le récolement du fonds BAB.
Pour les avantages, cela m’a permis de vivre un cycle complet d’une année à la bibliothèque : la période des budgets, des acquisitions, les réunions avec les chercheurs pour le choix de nouvelles acquisitions ou encore les (fameux !) travaux d’été, notamment l’étiquetage ou ré-étiquetage des ouvrages en Réserve. J’ai également fait quelques permanences au temps de la fermeture du 5 rue Raulin (un temps heureusement révolu !), mais aussi du catalogage, de l’équipement : un panorama assez complet du métier de bibliothécaire et c’était le but.
Mais ma mission principale a donc été Continuer la lecture de Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Récolement, accueil, désherbage : deux mois d’immersion et de minutie

Dans le cadre de ma première année de Master Information-Documentation suivi à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il se déroulait en deux temps : trois semaines fin 2017 puis cinq semaines de début février à mars.

La première partie de mon stage a consisté à réaliser un récolement du fonds ACL (archéologie classique), c’est-à-dire à en faire l’inventaire, en comparant le fonds théorique (un fichier tableur contenant l’ensemble des ouvrages ACL en libre-accès classés par cote, obtenu par une requête adressée au catalogue) et le fonds réel. Cela a permis de relever les ouvrages manquants (indiqués sur le fichier mais absents du rayon), mais aussi de remarquer des erreurs de cote, d’enregistrement dans le catalogue ou encore de rangement physique et ainsi de les corriger. Un récolement qui a permis de vérifier la présence ou l’absence de plus de 11 000 documents. Les résultats sont plutôt positifs puisque seuls 56 ouvrages sont manquants, soit un pourcentage de 0,5%.

La deuxième activité réalisée dans ce stage a été de participer au désherbage du fonds AOR (archéologie et histoire orientale), dans une optique de faire de la place dans les rayons et donc d’accueillir de nouvelles acquisitions. Cela impliquait de décider des critères qui permettent d’enlever des ouvrages du libre-accès pour les mettre en réserve.

Ainsi, nous avons décidé d’enlever :

  • les doubles (systématiquement)
  • les ouvrages écrits dans une langue plus rare que les 5 langues les plus communes du fonds (français, anglais, allemand, grec, italien)
  • les ouvrages parus avant 1950, sauf s’il s’agit de fouilles ou s’ils sont tout simplement très consultés et parfois empruntés. Mais enlever les ouvrages anciens du libre-accès était important afin de protéger ces documents qui pour certains ne sont pas en très bon état.

Comme pour le récolement, des requêtes adressées au logiciel de catalogage ont permis d’obtenir un fichier tableur sur lequel travailler afin de repérer rapidement les documents à traiter.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. Par cette activité, j’ai pu découvrir le public de chercheurs et d’étudiants venant travailler à la bibliothèque et me familiariser avec les tâches telle que les procédures d’inscription, la gestion des prêts et des retours, ou encore me perdre dans les rayons sombres des différentes réserves afin de satisfaire l’étudiant ou le chercheur ayant besoin d’un ouvrage hors du libre-accès. Enfin, il serait malvenu de ne pas citer l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages déposés par le public sur les chariots des différents étages.

Marius Faure-Brac
Mon CV sur LinkedIn

La collection des Universités de France dite « Collection Budé » : un incontournable des études classiques

En préambule, afin d’éclairer les lecteurs, précisons la signification des différents noms utilisés pour citer la collection :

  • le nom de la collection : Collection des Universités de France
    (C.U.F. en abrégé), dite Collection Budé car elle a été fondée par l’association Guillaume Budé, association créée en juillet 1917.

Son origine : de la légende à la réalité

Cette collection est née de l’esprit du linguiste Joseph Vendryès qui, lors de la première guerre mondiale voulait emporter avec lui l’Iliade d’Homère.
Or, à cette époque, seules les éditions allemandes publiaient une édition critique de cette oeuvre, ce qui aurait pu poser problème dans les tranchées.
C’est grâce à cette constatation qu’est née l’association Guillaume Budé du nom d’un grand philologue du XVIème siècle. Sa mission principale consiste à proposer des éditions scientifiques et critiques de tous les textes de l’Antiquité jusqu’au 6ème siècle de notre ère.

Les ouvrages bénéficient d’un code couleur:
jaune pour les grecs et rouge pour les latins,

Série grecque de la C.U.F. ©Les Belles Lettres

et d’un emblème :
la chouette d’Athéna pour les grecs et la louve de Romulus et Remus pour les latins, ce qui permet de les différencier du premier coup d’oeil.

Série latine de la C.U.F. ©Les Belles Lettres

La collection est également reconnaissable à son papier : un velin crème de Guyenne de 80g fabriqué spécialement pour elle.
En 1920, paraissent les deux premiers ouvrages de la collection : l’Hippias mineur de Platon en grec et le De natura de Lucrèce en latin. Continuer la lecture de La collection des Universités de France dite « Collection Budé » : un incontournable des études classiques

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île. Continuer la lecture de Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos. Continuer la lecture de Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Paphos, à Chypre, capitale européenne de la culture en 2017

Chypre fait partie des domaines d’excellences de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditérranée – Jean Pouilloux.

A l’occasion de la sélection de la ville de Paphos, sur l’île de Chypre, comme capitale européenne de la culture 2017, il nous est apparu intéressant de vous parler de cette ville, des fouilles…

Nous vous proposons 3 articles qui paraîtront sous forme de feuilletons .

Le menu est le suivant :

Commençons par situer Chypre :

1 – Situation géographique de Chypre (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Puis Paphos :

2- Situation de Paphos sur l’ile (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Les éléments exceptionnels qui y ont été découverts lui ont valu d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1980 (Pour un descriptif complet du dossier sur Paphos).

Petite explication de texte avant de commencer à s’intéresser  plus particulièrement  à Paphos…

Le label « ville européenne de la culture » puis « capitale européenne de la culture » existe depuis 1985, à l’initiative de Mélina Mercouri, alors Ministre grecque de la Culture, dans le cadre du Conseil européen. Le projet s’articule notamment autour de la mise en exergue de la qualité du dynamisme culturel des villes européennes.

Chaque année 2 villes sont sélectionnées au sein de l’Europe.

Il y aura eu 56 villes depuis Athènes en 1985 jusqu’à Aarhus au Danemark et Paphos à Chypre cette année. Le programme est déterminé jusqu’en 2021.

Les villes élaborent des programmes censés refléter leur culture en utilisant toutes les forme artistiques à leur disposition.

Aarhus a choisi comme thème central « Rethink » (Repenser). La ville danoise veut montrer comment les arts, la culture et la création en général peuvent nous aider à repenser et façonner nos modèles comportementaux de base tant au niveau social, culturel qu’économique, et à trouver des solutions aux défis communs.

A Paphos, il s’agit de « Lier les continents, créer des ponts entre les cultures ». Ce thème s’inspire largement de la situation géographique de Paphos, ancienne capitale de l’île, bordée par la mer et qui constitue un lien entre l’Est et l’Ouest.

On peut noter que la ville ouvrira régulièrement, pour l’occasion, ses sites archéologiques en plein air.

Ainsi, le parc archéologique de Paphos (Αρχαιολογικό Πάρκο Πάφου), bordé par la mer au sud et à l’ouest, s’étend sur 106 ha. Le lieu est réputé pour ses mosaïques, pour l’essentiel datées de la période romaine. Le parc abrite aussi d’importants monuments de la période hellénistique, ainsi que des vestiges byzantins. Le site fait l’objet de fouille depuis 1962.

Bien sûr, il faut déjà pouvoir être sur place, mais on peut espérer que des vidéos, des animations seront rediffusées et accessibles au plus grand nombre. Nous vous tiendrons au courant, donc suivez-nous, suivez-les!

Nous vous proposons maintenant une petite bibliographie à partir des documents de la bibliothèque de la MOM, ainsi que des documents accessibles en ligne

Ouvrages hors séries ou publications suivies de fouilles


Antiquities Department of the Republic of Cyprus

A brief history and description of new Paphos
Nicosia : Department of Antiquities, 1967
AOR DS54.95.P36. A34 1967

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Daszewski, Wiktor Andrzej
Dionysos der Erlöser : griechische Mythen im spätantiken Cypern
Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1985.- (Trierer Beiträge zur Altertumskunde, 2)
AOR DS54.95.P36. D3 1985

Daszewski, Wiktor Andrzej ; Michaelides, Demetrios
Guide des mosaïques de Paphos
[Nicosie] : Fondation culturelle de la banque de Chypre, 1989.- (Collection de guides)
AOR DS54.95.P36. D3 1989

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Getty conservation institute (Los Angeles, Calif.). Éditeur scientifique
The Conservation of the Orpheus mosaic at Paphos, Cyprus
[Marina del Rey, CA] : The Getty Conservation Institute , 1991
AOR DS54.95.P36. C6 1991

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Kyrieleis, Helmut ; Deutsches Archäologisches institut
Hellennistische Herrscherporträts auf Siegelabdrücken aus Paphos : (Paphos IV B)
Wiesbaden : Reichert verl., 2015.- (Archäologische Forschungen ;34)
AOR DS54.95.P36. K88 2015

Meyza, Henryk ; Zych, Iwona
Nea Paphos : 50 years of Polish Excavations 1965-2015 : publication on the occasion of the commemorative exhibition at the Cyprus museum in Nicosia 25 may-30 november 2015
Nicosia : Embassy of the republic of Polan in Nicosia ; Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw, 2015
AOR DS54.95.P36. N4 2015

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Ouvrages dans une série ou publication suivie de fouilles sur Paphos

Nea Paphos :


Sztetyllo, Zofia

Les timbres céramiques (1965-1973)
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1976.
(Nea Paphos ; 1)
AOR DS54.95.P36. N3.1

Daszewski, Wiktor Andrzej
La Mosaïque de Thésée. Etudes sur les mosaïques avec représentations du labyrinthe, de Thésée et du Minotaure
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1977.
(Nea Paphos ; 2)
AOR DS54.95.P36. N3.2

Mlynarczyk, Jolenta
Nea Paphos in the hellenistic period
Varsovie : Editions géologiques , 1990.- (Nea Paphos ; 3)
AOR DS54.95.P36. N3.3

Sztetyllo, Zofia
Pottery stamps, 1975-1989
Varsovie : Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des sciences , 1991.- (Nea Paphos ; 4)
AOR DS54.95.P36. N3.4

Meyza, Henryk
Cypriot red slip ware : studies on a Roman Levantine ware
Varsovie : Centre d’Archéologie Méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 2007
(Nea Paphos ; 5)
AOR DS54.95.P36. N3.5

Sztetyllo, Zofia
Nea Paphos. VI, Pottery stamps from Nea Paphos (excavations in 1990-2006)
Warsaw : warsaw University Press, 2010.- (Polish Archaeology in the Mediterranean Monograph Series;2)
AOR DS54.95.P36. N3.6 2010

Paphos :

Nicolaou, Ino ; Morkholm, Otto
Paphos. Volume 1, A Ptolemaic Coin Hoard
Nicosie : Department of Antiquities, Cyprus , 1976
AOR DS54.95.P36. P3.1

Nicolaou, Ino
Paphos. Volume 2, The coins from the house of Dionysos, appendix, the coins from A. the Odeion B. the gymnasion C. the Asklepieion
Nicosia : The department of Antiquities, Cyprus , 1990
AOR DS54.95.P36. P3.2

Hayes, Johnn Walker
Paphos. Vol.3, The Hellenistic and Roman pottery
Nicosia : Department of antiquities , 1991
AOR DS54.95.P36. P3.3

Nicolaou, Ino
Paphos. 5, The stamped amphora handles from the house of Dionysos
Nicosia : Republic of Cyprus, Department of antiquities , 2005
AOR DS54.95.P36. P3.5

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Markus
Le dialecte grec ancien de Chypre. Tome I et II
Berlin : W. de Gruyter, 2010
AOR P1040. E46 2010

Masson, Olivier
Les inscriptions chypriotes syllabiques : recueil critique et commenté.-  [Nouvelle éd.]
Paris : E. de Boccard , 1983.- (Etudes chypriotes; 1)
AOR P1040. M3 1983

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1986
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 4)
AOR DS54.95.P33. A8.4

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1983
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 2)
AOR DS54.95.P33. A8.2

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Documents accessibles en ligne :

Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal Première campagne 23 avril- 14 mai 2014 et 16 Septembre- 10 octobre 2014 sur la colline de Fabrika (au Nord-Est de la ville antique).. [Re-search Report] UMR 8210 AnHiMA/ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2014.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISEÀ PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal sur la colline de Fabrika au Nord-Est de la ville antique de Nea Paphos. 2e campagne 25 mai-27 juin 2015. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2015.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal à Paphos, colline de Fabrika. Bilan de la 3e campagne
de fouilles 23 mai-23 juin 2016. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé. Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Glozel

A la découverte des archives Reinach

 

Un silence étourdissant… voilà ce qu’on ressentait à chaque instant.  Chaque mouvement, dans cette ambiance sombre et étouffante, était une prise de risque.

Dès qu’un nouveau document était découvert, nous soulevions l’immémoriale poussière qui le recouvrait. Elle attaquait nos  voies
respiratoires, noircissait nos mains, nos visages et les lieux.
L’objet était examiné, ouvert, puis il était enregistré…
Non, je n’ai pas participé à la découverte du potentiel tombeau
de Néfertiti. C’était bien mieux. J’ai fait le récolement des archives Reinach qui ont accompagné le versement de la bibliothèque du chercheur à l’Université de Lyon en 1935 et qui sont aujourd’hui dans le bureau de Véronique, gardienne de la mémoire des Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 - Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach - Mariage de don Théodore Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 – Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach – Mariage de don Théodore Reinach.
Reste que ce fonds a
une véritable valeur
au sein de la bibliothèque de la
Maison de l’Orient et de la Méditerranée.
Le but de ma mission
était donc de lui donner une cohérence pour
qu’il puisse être un jour communiqué et utilisé par des chercheurs ou des lecteurs travaillant autour des Reinach ou traitant l’un des multiples sujets qu’ils ont étudiés pendant leurs carrières respectives. Ce n’est pas pour rien qu’ils étaient surnommés les «frères Je – Sais- Tout» et les archives nous en donnent une autre preuve. On retrouve un cahier de musique de Théodore, une pièce de théâtre écrite par Salomon et divers dessins et croquis exécutés par les trois frères.
Il est très difficile de leur attribuer une spécialité précise.

Les dizaines de carnets de cours qui sont conservés à la bibliothèque montrent que c’est au cours de leur éducation qu’ils ont développé

Figure 2 : 1 MOM 15 - Hercule et Omphale - Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz - Première page de la saynète
Figure 2 : 1 MOM 15 – Hercule et Omphale – Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz – Première page de la saynète
cette diversité d’intérêts et de connaissance : paléographie, mathématiques, physique et
chimie, littérature classique et
médiévale, droit etc…
La difficulté était de récoler, enregistrer, tous ces carnets puis d’envisager et prévoir un classement structurant pour le fonds au milieu de cette diversité d’actions et de sujets, sans le dénaturer. J’ai donc pris
un par un les carnets, pour les dépoussiérer –un archiviste maîtrise le chiffon microfibre mieux que quiconque (et ce n’est pas pour ça qu’il n’y en a pas chez moi, au contraire, ça me permet de rester dans l’ambiance) – puis en faire l’analyse,
c’est-à-dire établir le sujet de ce carnet, dans quel contexte il a été écrit. Pour cela il faut essayer de faire un tri rapide dans les informations contenues.

L’objectif du travail d’archivage n’est pas de connaître le document dans son intégralité –cela prendrait beaucoup trop de temps, mais

Figure 3 : 1 MOM 12 - Indexation de revues, salomon Reinach.
Figure 3 : 1 MOM 12 – Indexation de revues, salomon Reinach.temps, mais de dégager les données les plus importantes
de dégager les données les plus importantes pour le décrire et donc pour qu’il soit facilement consultable une fois le travail terminé. Enfin on lui donne un numéro sur une jolie bandelette – de papier, les momies ce n’est pas mon domaine.
Cette analyse a ainsi permis de dégager des grands domaines dans lesquels classer les archives. Il y avait beaucoup de carnets de notes de cours, des manuscrits inédits, des productions autour de ses voyages pour des fouilles archéologiques.
Ces différentes actions ont défini le cadre de classement qui correspondait aux différents moments de la vie des Reinach et surtout de Salomon.
L’acte d’archiver, et donc d’enregistrer les archives, se caractérise par l’attribution d’une cote à chaque objet pour qu’il soit identifié, il a plusieurs buts. D’abord il ne faut pas oublier que le document est lié à son producteur et donc au contexte de production. L’archiviste doit en tenir compte et le rendre dans son travail : l’instrument de recherche, qui est un des points les plus importants dans la mission. Cet « outil » permet en effet de présenter physiquement le travail mené sur le fonds et de lui donner la cohérence physique. Il peut ensuite être facilement utilisé par les chercheurs. L’instrument devient en lui-même un document d’archives lié au fonds et à son histoire mais aussi lié à la bibliothèque.
Mais ce travail ne signifie pas la fin de la mission de l’archiviste, au contraire la partie la plus importante se situe à ce point. On ne fait pas un instrument de recherche pour le simple fait d’enregistrer les documents et en faire ensuite des « archives mortes » qui se recouvrent de nouveau de poussière – oui, mais la poussière du XXIe siècle, ça change tout !  Le but est qu’elles soient utilisables et pour ça il faut que les documents comme l’instrument puissent être communiqués.
Pour le fonds en question, les archives permettent d’ aborder plusieurs points : l’érudition de chercheurs intégrés dans leur société, les liens avec les intellectuels qu’ils ont pu côtoyer, la façon dont s’est fait l’apprentissage des trois frères Reinach.
Dans les documents propres à Salomon, on peut distinguer deux   typologies d’archives majeures :
  • les documents à caractère scientifique : on a retrouvé plusieurs manuscrits inédits de la main de Salomon Reinach, qui n’ont jamais été publiés. Avec ces archives, on est au coeur du réseau intellectuel dans lequel il s’est impliqué, avec toutes ses notes de cours, la documentation qu’il a établi pour ses recherches et leur résultat.
  • Les documents personnels : dans le fonds de la bibliothèque, ils sont très rares: un recueil de correspondance – ce qui est quand même plus classe qu’une conversation Facebook – des carnets de croquis, et surtout le journal de son voyage à bord du
    Latouche -Tréville.
Ses archives ne vont pas nous en apprendre beaucoup sur Salomon
l’homme, mais peuvent nous éclairer sur Salomon l’érudit et chercheur, sur sa façon de travailler, d’annoter ce qu’il lisait, de commenter, et de dessiner. C’était un homme de classements et d’index, les faits avaient une grande importance pour lui.
Salomon, mais aussi  ses frères, étaient engagés dans la société, notamment au cours de l’Affaire Dreyfus. Salomon s’est moins impliqué que son frère Joseph dans la défense du Capitaine, mais on retrouve parmi les archives conservées à la Bibliothèque des essais, de sa main, à propos de l’Affaire.
 Tout au long de la première Guerre Mondiale, Salomon a
Figuer 4 : 1 MOM 30 - Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.
Figuer 4 : 1 MOM 30 – Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.

également compilé tous les actes de guerre et toutes les informations qu’il trouvait en lisant des journaux de différents pays.

Entre 1914 et 1919, il a ainsi rédigé 14 carnets de Chronologie de la Guerre remplis au jour le jour de chaque épisode qui était relaté. Il faut s’imaginer le temps que cela lui a pris pour faire un dépouillement quotidien de l’actualité. Ses carnets ont même été publiés au fur et à mesure, au cours du conflit.
Le but est d’en faire des «archives vivantes» étudiées, et valorisées au sein de la bibliothèque de la MOM,
et même en dehors. On retrouve des archives de Salomon Reinach
dans de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur. Le but est donc que les fonds ne soient pas isolés les uns des autres, même s’ils le sont physiquement. Il faut avoir conscience qu’il y a eu un éclatement de ses archives à cause de sa carrière en elle-même
puisqu’il a officié dans diverses institutions qui ont conservé ses documents. Puis à sa mort, ses papiers ont été dispersés au gré des versements, des legs et dons dans plusieurs universités.
L’objectif du répertoire qui a été établi au terme de ma mission est d’être consulté, d’être un «instrument de recherche» au sens propre, et donc un outil pour lier intellectuellement tous les fonds, mais aussi pour faire connaître les archives de Salomon Reinach au grand
public.
À terme, l’étude de ses manuscrits inédits pourrait être vraiment
intéressante sur ce point et pourquoi pas permettre de discuter de l’intérêt d’une publication de certains.
Figure 5 : 1 MOM 188 - Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Figure 5 : 1 MOM 188 – Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Corentin Durand

Retour sur la braderie de la MOM

Chers lecteurs,

Nous tenons à vous remercier d’être venus si nombreux à la bibliothèque de la MOM à l’occasion de notre braderie. Plus de 400 entrées ont été comptabilisées.

pendant 2

 

 

 

 

 

Nous souhaitons également remercier nos collègues de la MOM venus nous aider pour mettre en place tous ces documents.

Des livres, de la poussière et de la sueur

Cette braderie est le fruit d’un travail colossal de tri, de désherbage, de manutention, de réflexions et de doutes.

Un seul constat, notre bibliothèque arrive aujourd’hui à saturation de ses espaces. Afin de continuer à vous proposer une offre de documents riche, variée, spécialisée, il nous fallait libérer de la place.

Nous avons donc trouvé une solution à travers l’histoire de la bibliothèque. Celle-ci fut construite en 1995 pour rassembler en son sein cinq bibliothèques de laboratoires. De cette fusion résultait une réserve remplie de doubles.

Depuis des années, nous proposons ces doubles à des Instituts, des Musées, des bibliothèques pour des échanges, des dons,….

Certains ouvrages se sont envolés pour Milan, d’autres on rejoint Dakar par la mer, certains ont gagné les étagères de l’Institut d’Archéologie de Varsovie via un réseau de chercheurs motorisés.De nombreuses revues n’ont pas pu trouver preneur du fait de frais de transport trop exorbitants.

Que pouvions-nous faire des documents restants ?

Inutilisés, abimés, défraichis scientifiquement ou physiquement, la benne s’ouvrait à eux.Il nous a semblé évident d’offrir une deuxième vie à tous ces documents sur les étagères de vos propres bibliothèques, de votre salon, de votre chambre.

Une braderie en bibliothèque, un choix assumé

Parce que nous ne sommes pas des bouquinistes,

Parce que nous ne sommes pas des libraires en activité sur e-bay,

Parce qu’en tant que service public, nous n’avons pas vocation à créer un marché parallèle du livre,

Nous avons choisi de vous offrir ces documents pour un prix symbolique.

Quelques chiffres

preparation-2

 

 

 

 

 

Plus de 6000 volumes ont été proposés à la vente

Plus de 2000 volumes ont été vendus

Plus de 2000 volumes ont été donnés

Environ 2000 volumes n’ont pas trouvé de preneur, et sont partis au recyclage

Que faire de l’argent ainsi récolté ?

Avec les sommes ainsi obtenues, nous souhaitons acquérir de nouveaux équipements qui amélioreraient votre quotidien à la bibliothèque de la MOM. Le budget étant tout de même limité, il nous faut à présent réfléchir et choisir.

Vous pouvez nous faire part de vos besoins, de vos idées,…N’hésitez pas à ajouter un commentaire à la fin de cet article

Merci à vous

L’équipe de la bibliothèque

 

La grande braderie de la MOM

Les 26, 27, 28 janvier 2016, La Bibliothèque et le service des Publications se sont associées pour vous offrir cette première braderie.

La bibliothèque de la MOM ouvrira ses portes (au 5 rue Raulin) pour une vente exceptionnelle d’ouvrages et de revues, issus de ses réserves.

Le prix de vente unique, pour chaque volume, est fixé à 2€.

Le service des publications de la MOM vous proposera un déstockage de ses titres, à prix variables.

Le paiement par chèque est fortement recommandé, et sera obligatoire à partir de 10 euros d’achat. Le cas échéant, merci de prévoir de la petite monnaie.

Que chiner à la braderie de la MOM ?

Les documents proposés par la bibliothèque seront des ouvrages et des revues que la bibliothèque possède en plusieurs exemplaires.

L’ensemble des documents concernera donc l’archéologie, l’histoire et les civilisations de la Méditerranée, du Proche et du Moyen-Orient, de la préhistoire à nos jours.

Ces documents d’occasion sont de bonne qualité scientifique de niveau étudiant à chercheur.

Horaires

Mardi 26 janvier : 10h-17h

Mercredi 27 janvier : 10h-17h

Jeudi 28 janvier  : 10h-15h

Accès

Hall de la bibliothèque, 5 rue Raulin, Lyon

Pendant les 3 jours de la Braderie l’entrée pour les lecteurs de la bibliothèque se fera également par le 5 rue Raulin.

La bibliothèque est fermée le lundi 25 janvier pour effectuer la mise en place des documents.

 Affiche Braderie MOM 2016

Amour et sexualité en islam : une bibliographie

Image_1

Rigueur morale, pudibonderie, misogynie, machisme, conformisme social, conservatisme politique, fondamentalisme religieux, violence, le tout plus ou moins institutionnalisé par les Etats, voilà ce que l’on retient malheureusement des sociétés musulmanes contemporaines.
Il n’est donc pas inutile de rappeler la place que cette civilisation a accordée jadis aux questions de l’amour et de la sexualité par le biais notamment de sa littérature courtoise et érotique. Cette riche et ancienne tradition (arabe, persane, turque…) vouait un culte au corps, à la satisfaction des désirs, à la jouissance, au souci de soi, certes le plus souvent dans le strict cadre des recommandations coraniques mais avec une liberté de ton sans égale à l’époque.
On pense bien sûr aux Milles et une nuits, aux traités sur l’amour d’Umar Ibn Abî Rabi’a (644-719), d’Abû Nawas (757-815), d’al-Jahîz (776-867), d’Ibn Hazm (994-1063), d’Ibn `Arabî (1165-1240), d’al-Jawziyya (1292-1350), aux traités d’érotologie du moyen-âge tardif… Tout un art du plaisir a marqué la culture arabo-musulmane médiévale et pré-moderne.
Afin de faire le point et d’analyser (et pourquoi pas faire revivre) cet art d’aimer (homosexualité comprise) qui a été progressivement marginalisé et semble-t-il évincé du champ socio-culturel islamique contemporain, nous vous proposons une bibliographie thématique non-exhaustive d’ouvrages et d’articles français et étrangers dont une grande partie d’entre eux est localisée à la bibliothèque de la MOM.
Cette bibliographie est découpée, pour des raisons pratiques, en trois parties. La première partie propose une sélection d’ouvrages et d’articles ayant une approche historico-littéraire de la sexualité en islam : anthologies de textes érotiques, traités d’érotologie, études historiques des pratiques sexuelles…
La deuxième partie présente des références bibliographiques qui abordent la thématique de manière plus « sociologique » et contemporaine.
La dernière partie met en évidence quelques références qui proposent une lecture plus psychologique de l’éros islamique.
Les références bibliographiques sont parfois accompagnées de la cote MOM de l’ouvrage (en vert) et/ou d’un ou plusieurs liens vers des ressources Internet (compte rendu de l’ouvrage, article de presse, interview, consultation en ligne…).

La bibliographie est ici :

Amour et sexualité en islam

Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

DIGIMOM, le site de consultation d’ouvrages numérisés en accès libre de la bibliothèque de la MOM s’est enrichi, en 2013, de treize nouveaux volumes. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu des ouvrages mis en ligne. Ces monographies sont consultables en mode image ou téléchargeables au format PDF intégrant la recherche en texte intégral.

 

imagePlanche tirée du traité des arts céramiques d’A. Brongniart.

  Continuer la lecture de Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

Les catalogues des ventes numismatiques, de précieux outils de recherche

Dans le cadre d’une thèse consacrée à une « approche numismatique du début de la crise du IIIe siècle (238-253 ap. J.-C.) », Thomas Bardin, doctorant du laboratoire Hisoma, s’est interrogé sur la pertinence de son corpus monétaire. Pour constituer  celui-ci, il a choisi de ne pas se limiter aux fonds muséaux ou archéologiques mais s’attèle également aux collections privées. Pour ce faire, les catalogues de ventes en numismatique forment des ressources précieuses. Il a bien voulu nous expliquer ici sa démarche et, de surcroit, pour faciliter la tâche de ceux qui le suivront dans ce type de recherche, il a effectué un recensement des catalogues conservés à la bibliothèque du CEROR, et ceux  disponibles à la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Ces fonds documentaires rassemblés comptent près de 750 catalogues datant des années 1970 jusqu’à nos jours. Les catalogues en libre accès à la bibliothèque du CEROR, estimés à 300 exemplaires environ, ont été donnés par Michel Debidour, historien et archéologue, enseignant à l’Université Lyon 3. Les quelques 450 exemplaires réunis dans les réserves de la bibliothèque de la MOM ont été collectés au fil des ans et des donations ponctuelles des chercheurs. Des maisons de vente spécialisées, telle la Numismatik Lanz Müchen, transmettent régulièrement, chaque année, leur catalogue de vente à la bibliothèque. Ces différentes acquisitions ont contribué, et contribuent encore aujourd’hui, au développement d’une collection qui gagne en cohérence.

Cet article est également publié sur le carnet de recherche de Thomas Bardin, Moneta :  http://moneta.hypotheses.org/

 

Une source historique de premier ordre :

C’est en quelque sorte la partie immergée du réservoir d’antiquités et de monnaies circulant dans le monde depuis des décennies. Antiquités et monnaies anciennes ont toujours été des objets de collection intéressant les amateurs privés, du fait de leur esthétique d’une part, et de leur abondance relative d’autre part.  Ignorer les monnaies de collection privées au seul profit des collections publiques serait un choix pratique valable, mais un non sens scientifique. Un corpus de recherche exhaustif ne peut pas s’arrêter aux seuls fonds muséaux ou archéologiques de caractère public. Une grande partie du matériel se trouve dans des mains privées, et n’est accessible au chercheur qu’en de très brefs instants : son passage en vente publique, qui fait généralement l’objet d’un catalogue et donc d’une description, parfois l’unique occasion de « capter » l’objet pour la recherche, avant sa disparition définitive ou cyclique (les monnaies en or romaines réapparaissent par exemple régulièrement en vente au fil des générations). Le rassemblement des catalogues des grandes maisons de ventes permet ainsi d’archiver tout ce matériel paru dans les ventes publiques, souvent très bien illustré, décrit et expertisé.1

Cet usage historique des ventes s’applique essentiellement à la recherche de fonds visant l’établissement de typologies : il s’agit de mettre en évidence toutes les variétés d’un monnayage, de chercher les curiosités et raretés, de les identifier et les mettre en série. Il s’agit d’une démarche bien différente de l’étude des monnaies de fouilles : il n’est d’abord pas possible d’examiner en main propre le matériel décrit, et ensuite il s’agit de pièces de bonne conservation recherchées par les collectionneurs pour leur valeur esthétique et historique, ainsi que leur rareté. Il s’agit donc d’un matériel bien différent des monnaies de fouilles exhumées quotidiennement et révélant généralement des monnayages courants déjà abondamment documentés.

L’étude précise de portions de monnayages, au-delà de l’identification des types, s’intéresse aux quantifications d’une part, mais également à  la recherche de liaisons de coins entre les monnaies, marque de contemporanéité entre celles-ci afin de mettre en évidence la structure des émissions monétaires étudiées : dans ce cas, un maximum d’exemplaires examinés est souhaitable. Or aucune collection publique ne dispose de collection exhaustive pour ces monnayages : c’est pourquoi l’enquête numismatique doit s’étendre chaque fois que cela est possible et utile, aux collections et ventes privées. Il existe par exemple au moins autant de monnaies d’or décrites dans ces catalogues que dans l’ensemble des collections publiques réunies, et pour la plupart non publiées.

Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2 : Le corpus : son contour, ses limites et sa cohérence, 2014, à paraître.
Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2, 2014, à paraître.

Une collection inédite en région.

Ces ouvrages ou livrets sont d’abord des catalogues marchands. De fait, leur présence au sein des bibliothèques ne va pas de soi. Pour cette raison, le chercheur ne dispose que des bibliothèques spécialisées attachées aux départements de monnaies et médailles des musées, ou bien des collections privées – on ferme la boucle – des vendeurs et numismates indépendants. Seule la bibliothèque du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France a entrepris un archivage systématique des ventes numismatiques internationales et nationales en France. La consultation de certains catalogues est également possible au Médaillier de Lyon : mais il s’agit en grande partie de catalogues adressés à titre privé au conservateur par les marchands, et non d’un fonds appartenant à l’institution. La documentation reste donc éclatée et lacunaire, et pour cette raison ignorée ou délaissée. Les fonds actuellement conservés à la bibliothèque de la MOM et à la bibliothèque du CEROR représentent près de 800 ventes de monnaies grecques et romaines, parmi lesquelles figurent des maisons prestigieuses de référence, constituant une archive inédite en région, désormais accessible au plus grand nombre. Une partie des séries incomplètement conservées se trouve par ailleurs accessible en ligne via des moteurs de recherches spécialisés dans la compilation de ces ventes en ligne ou directement via les archives en ligne de grandes maisons de vente.

Aureus de Gordien III paru chez Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, Auktion 73, 17.05.2004, lot 830 puis de nouveau dans Auction 76, 17.10.2005, lot 607. 3e exemplaire connu pour ce type. © 2010-2014 mcsearch.info

 

 

  1. François de callatay, « Un problème de documentation en numismatique antique : les catalogues de ventes », Histoire et Mesures, 5.3-4, 1990, p. 259-269 []

L’égyptologie dans les musées français en 2013

Le début de l’égyptologie, par des scientifiques ou érudits français, remonte au XVIIIe siècle avec les expéditions de Bonaparte qui aboutiront à la rédaction des Descriptions de l’Egypte. Au XIXe siècle, nombreux égyptologues se succèdent dans des fouilles archéologiques dont Auguste Mariette, Jean-François Champollion, Gaston Maspero, Emile Prisse d’Avenes, Victor Loret et tant d’autres.

 

De leurs différentes fouilles, les musées français ont hérité des objets archéologiques datés de l’époque pré-pharaonique à l’antiquité. Dans les objets les plus courants, nous pouvons trouver des statues, statuettes, sarcophages, momies, stèles, amulettes, poteries,… Dans les objets les plus insolites, nous pouvons trouver la momie d’un chat ou des petits objets en faïence bleu, déposés près des momies et accompagnant les rites funéraires.

 

Figurine d'hippopotame, © 2005 Musée du Louvre / Georges Poncet
Figurine d’hippopotame, © 2005 Musée du Louvre / Georges Poncet

 

Les fouilles et études actuelles par des instituts français continuent à alimenter les données de la recherche dans ce domaine. Parmi les instituts les plus connus, nous pouvons citer l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire), l’Institut d’égyptologie du Collège de France (Paris), l’Institut d’égyptologie François Daumas (Montpellier), l’Institut de papyrologie et d’égyptologie (Strasbourg) , l’Institut de papyrologie et d’égyptologie (Lille), l’Institut Victor Loret (Lyon),…

 

Des dons et des achats ont également permis d’accroitre les collections des musées français.

 

Le musée français le plus emblématique en matière d’égyptologie reste Le Louvre, dont le département des Antiquités égyptiennes fut créé le 15 mai 1826 par ordonnance de Charles X. Le premier conservateur de ce département sera Jean-François Champollion, père de l’égyptologie et déchiffreur des hiéroglyphes.

 Statue du  « scribe accroupi », ©Musée du LouvreStatue du « scribe accroupi », ©Musée du Louvre

 

De nombreux musées archéologiques en province présentent dans leurs collections permanentes, ou lors d’expositions temporaires des chefs d’œuvres de l’art égyptien ou des objets du quotidien. Ci-dessous une magnifique cuiller servant à la préparation de fard pour les yeux :

 

Cuiller à fard en forme d’oryx, Os, Musée des Beaux-Arts de Lyon
Cuiller à fard en forme d’oryx, Os, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

Nous vous proposons aujourd’hui  une cartographie des musées en France possédant des collections en égyptologie (liste non exhaustive et en cours de construction)

 

Carte 

 Expositions en cours ou à venir :

 

Musée du Louvre, Paris : L’art du contour-le dessin dans l’Égypte ancienne, jusqu’au 22 juillet 2013

 

Institut du monde arabe (IMA), Paris : Le théorème de Néfertiti. Itinéraire de l’œuvre d’art : la création des icônes, jusqu’au 08 septembre 2013.

 

Hôtel-Dieu, Le Puy-en-Velay : Pèlerinage au temps des Égyptiens : rendre visite aux dieux (L’Égypte pharaonique. Trésors cachés du Louvre), du 06 juillet au 11 novembre 2013.

 

 

 

Quelques exemples de catalogues d’exposition présents à la bibliothèque de la MOM :

 

 Un Jour j’achetai une momie, Emile Guimet et l’Egypte antique : exposition, Musée des Beaux-Arts de Lyon, 30 mars – 2 juillet 2012 / sous la direction de Geneviève Galliano . – Paris Lyon : Hazan : Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2012

Cote : EGY N5353.F7. L882 2012

 

Le Crépuscule des pharaons : chefs-d’œuvre des dernières dynasties égyptiennes / Musée Jacquemart-André . – Bruxelles : Fonds Mercator, 2012

Cote : EGY N5353.F7. P3 2012

 

Fastueuse Egypte : Catalogue de l’exposition tenue au Musée Calvet à Avignon de juin à novembre 2011 / sous la direction d’Odile Cavalier . – Paris : Hazan, 2011

Cote : EGY N5353.F7.A95 2011

 

 

Quelques exemples de catalogues de musées présents à la bibliothèque de la MOM :


L’Egypte au Musée des Confluences : de la palette à fard au sarcophage / ouvrage collectif : Deirdre Emmons, Merel Eyckerman, Jean-Claude Goyon…. – Milan : Silvana, 2010

Cote :  EGY N5350.F7. L88 2010

 

Objets d’Egypte : des rives du Nil aux bords de Seine / sous la direction de Guillemette Andreu ; textes de Guillemette Andreu, Michel Baud, Florence Calament, Elisabeth David, Elisabeth Delange, Geneviève Pierrat-Bonnefois, Marie-Hélène Rutschowscaya ; avec la collaboration de l’Institut français d’archéologie orientale . – Paris : Musée du Louvre : Le Passage, 2009

Cote EGY N5350.F7. P32 2009

 

Nina Mitamona

La vie rêvée d’un livre à la MOM

Bonjour,

En période de concours littéraire à la bibliothèque,  j’ai voulu vous en dire plus sur moi….

Je suis un livre pris au hasard parmi mes 72 000 voisins de rayonnage et je vais vous raconter mon histoire. Je sais bien que d’habitude, ce sont toutes sortes d’histoires qui vous sont racontées : l’histoire d’un chantier de fouille, l’histoire de l’écriture, l’histoire Grecque avec un grand G (eh oui j’oubliais, nous sommes dans une bibliothèque d’archéologie classique). Mais aujourd’hui, je me lance, j’ai décidé de faire la Une de ce billet et de vous raconter ma petite vie ou en d’autres termes mon voyage pour arriver jusqu’à vous…

Au départ bien sûr, il y a eu un chercheur qui a pensé à réunir toutes ses idées sur une feuille blanche ou sur une page d’ordinateur. Puis, de mots en pensées, de phrases en concepts, d’illustrations en commentaires, j’ai été pensé, élaboré, bref je suis né…. Il a fallu ensuite que le chercheur trouve un éditeur (ah le grand mot est lâché) et que celui-ci me donne un aspect éditorial de quelques pages à plusieurs volumes, qu’il m’illustre plus ou moins, qu’il choisisse avec soin ma page de couverture. Si j’ai la chance de passer entre les mains d’un chercheur au fait de l’édition libre, c’est encore mieux car je deviens un objet vivant  en quelques clics.

Je vous passe les détails du travail de la documentaliste qui a eu vent de ma petite existence par sa veille documentaire ou qui a été prévenue de ma naissance par un chercheur. Cette même documentaliste a inscrit mon titre sur une liste de suggestions qu’elle a ensuite proposées à une commission d’achats. Là j’ai tremblé dans mon coin, allais-je faire partie de la grande aventure ?

J’ai été choisi parmi d’autres propositions, puis une commande est partie jusque chez un fournisseur où j’attendais dans une réserve sombre que quelqu’un me libère au grand jour. J’ai fait un voyage dans un carton plus ou moins protégé et me voilà arrivant sur le bureau de ma documentaliste préférée qui m’a accueilli avec un grand sourire. J’ai eu droit à un premier traitement de faveur avec un beau tampon estampillé « Bibliothèque de la MOM ». J’ai même eu l’honneur d’avoir un code barre flambant neuf sur ma page de couverture. La facture me concernant a été vérifiée en bonne et due forme puis transmise aux collègues de la comptabilité. J’ai rejoint alors les bureaux de notre équipe de joyeux magasiniers où, je suis restée quelques jours sur une étagère avec d’autres livres en attente de traitement.

 Heureusement pour moi, j’avais un titre attrayant et un magasinier a eu envie d’en savoir plus. Il faut dire qu’avec un titre comme « Guess who’s coming to dinner », ça aiguise l’appétit du savoir. Le magasinier m’a préparé pour ma longue vie à la MOM et m’a traité avec beaucoup de soin et d’attention. Il a même mis un antivol au cas où quelqu’un aurait eu envie de me faire découvrir d’autres horizons. J’ai ensuite rejoint le bureau de mes amies bibliothécaires après que le magasinier ait finit son travail de catalogage. Vous savez ils emploient des noms barbares pour dire tout simplement qu’ils me décrivent physiquement. Il s’agit ni plus ni moins de décrire mon identité avec mon nom, mon prénom, ma date de naissance, ma taille, est-ce que j’ai des photos, etc…

J’ai de nouveau eu l’impression d’être quelqu’un d’important quand la documentaliste a trouvé les mots clefs adéquats pour me mettre en valeur dans le catalogue de la bibliothèqueCertains mots clefs sont porteurs de poésie, voire de raffinement (pays imaginaire, plaisir, rêve, beauté), j’ai eu de la chance, j’ai échappé à « prytanie, poliorcétique ou encore homo rudolfensis », au fait vous les connaissez, vous, ces mots ? 

Je suis retourné chez les magasiniers pour qu’ils me mettent une cote définie par le bibliothécaire afin de me donner un environnement scientifique et géographique  dans la bibliothèque.

Photo G. Peyres, 2012

Ils m’ont aussi décoré d’un préfixe qui selon la couleur vous indique à quel étage j’habite. C’est comme à la Cité Radieuse à Marseille. Le Corbusier a inventé tout un codage de couleurs par étage, grande classe du coup !!!

Ma documentaliste préférée  m’a mis en avant sur le présentoir des nouveautés du fonds qu’elle gère et là vous me repérez, me découvrez (« ah super il est arrivé », j’entends dire), vous annoncez mon arrivée à la MOM par les réseaux sociaux (« t’as vu que le bouquin que tu voulais est là ? ») et puis vous pensez que ma vie va s’arrêter là ? Eh bien non, après quelques jours sous les feux des projecteurs, on m’installe définitivement entre deux autres livres sur un des rayons de la bibliothèque. Après, ma vie ne dépend que de vous, si vous me lisez, me faîtes connaître, me critiquer, m’abimez (dans ce cas je pars en opération médicale chez le relieur). Je peux aussi finir Dématérialisé, vous voyez ce que je veux dire ?

 

Interview du livre par Geneviève Peyres