Archives de catégorie : Ressources en ligne

Nouveaux ouvrages numérisés sur DIGIMOM en 2018

DIGIMOM, la bibliothèque numérique de la MOM s’est enrichie en 2018 de 24 nouveaux volumes téléchargeables à l’envie. Vous trouverez ci-dessous un résumé des documents (des monographies, des atlas et quelques cartes) récemment mis en ligne au format pdf.

Formae orbis antiqui : 36 karten mit kritischem text und quellenangabe / Henrici Kiepert ; bearbeitet und herausgegeben von Richard Kiepert . – Berlin : Dietrich Reimer (Ernst Vohsen), 1912.
Cet ouvrage est considéré comme le chef d’œuvre d’Heinrich Kiepert (1818-1899), célèbre géographe et cartographe allemand, pionnier de la cartographie historique de l’Antiquité. Cette compilation de cartes accompagnées de textes explicatifs en allemand est l’accomplissement de son projet de cartographier l’ensemble du monde antique à partir des sources historiques et archéologiques à sa disposition. Cet atlas original et longtemps inégalé contient en réalité 25 cartes (un certain nombre de cartes prévues n’ont jamais été publiées) éditées par Heinrich Kiepert et son fils, Richard Kiepert (1846-1915), cartographe lui aussi, qui a poursuivi le projet après la mort de son géniteur.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1272&limit=0

Olympia : die ergebnisse der von dem Deutschen Reich veranstalteten ausgrabung. Karten und pläne. Bildwerke von Olympia in Stein und Thon / herausgegeben von Ernst Curtius und Friedrich Adler. – Berlin : Verlag von A. Ascher & Co, 1897.
Cet atlas archéologique compile deux cartes, 10 plans et deux photographies du site d’Olympie établis à partir des premières fouilles systématiques d’envergure entreprises entre 1875 et 1881, pour le compte du gouvernement allemand, par, notamment les deux éditeurs scientifiques de l’ouvrage, l’archéologue Ernst Curtius (1814-1896) et l’architecte Friedrich Adler (1827-1908).
Cet ouvrage fait partie d’un ensemble de cinq volumes consacrés aux fouilles d’Olympie.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1271&limit=0

Atlas de géographie économique de Syrie et du Liban : historique de l’influence française en Orient, géographie physique, richesses naturelles / par Z. Khanzadian et L. de Bertalot. – Paris, 1926. – Gr. : ill. en noir et en coul. ; in-fol. Texte en 85 p., 67 carte.
Contient : 1, Historique de l’influence française en Orient, Géographie physique, Richesses naturelles / par Z. Khanzadian ; 2, Commerce, Industrie / par L. de Bertalot.
Cet Atlas comprend, outre un important texte de présentation géographique et économique, 44 cartes historiques, en héliogravure ou en couleurs, des reproductions de cartes anciennes, et 23 cartes politiques et économiques, dessinées par l’auteur, le capitaine de corvette Zadig Khanzadian (1884 – 19..), ingénieur hydrographe de la marine française et inspecteur de la Marine Ottomane. Il fut nommé membre de la délégation arménienne à la conférence de paix de 1920.
Cet ouvrage aborde la géographie historique de la Syrie et du Liban depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes. Il nous renseigne sur la situation économique, sur l’état des voies de communication, sur l’agriculture, sur le mouvement des ports syro-libanais et notamment sur le port de Beyrouth.
De Bertalot, rédacteur de la seconde partie de l’atlas en est aussi l’éditeur.
Ce travail commencé en 1912 fait suite à un Atlas sur la Turquie publié en 1924, et précède un atlas de la Palestine de 1932.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1268&limit=0

Plan de Paris actuel. – Echelle : 1:100 000. – Paris : Maison Logerot : J. Gaultier Sr., 1882. – 1 carte : en coul. ; 77 x 60 cm pliée in-8°.
Un joli plan du Paris de 1882, tout en couleur, mais sans les lignes de métro et de RER…
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1267&limit=0

Atlas de géographie physique, politique et historique : adopté par l’université à l’usage des lycées et des maisons d’éducation pour suivre les cours de géographie et d’histoire / par Delamarche ; revu et augmenté par Grosselin. – Nouvelle édition. – Paris : Librairie géographique de Émile Bertaux, 1868. – 1 atlas ([10] f.- [45] f. de pl.) : ill., cartes en coul. ; 34 cm.
Afin de mieux justifier la constante faveur dont il jouit dans les lycées et les divers établissements d’éducation français, le cartographe Augustin Grosselin (1800-1878), qui a pris la suite dans cette entreprise de Félix Delamarche (1780-1835), a apporté, pour cette édition, de notables améliorations à ce classique des atlas éducatifs.
Désireux de satisfaire aux programmes d’enseignement, et dirigés d’ailleurs par les conseils éclairés de plusieurs professeurs de l’Université, l’auteur a entrepris de corriger une grande partie des cartes et refait entièrement celles de l’Allemagne et de l’Italie.
Remarquable par son exactitude et sa netteté, la division moderne de l’atlas traite, avec un soin extrême toutes les particularités de l’ordre physique. A cette géographie moderne se rattache une carte des races humaines et une carte ethnographique très détaillées.
En ce qui concerne la géographie du Moyen âge et de l’Antiquité, la diversité des cartes jette un jour nouveau et répand un attrait tout particulier sur les différentes époques historiques.
Les cartes historiques ont toutes été l’objet d’une étude approfondie et les renseignements qu’elles fournissent sont puisés aux meilleures sources.
L’avantage de ces cartes est de mettre sous les yeux des jeunes gens la France à différentes époques, d’indiquer ses agrandissements successifs et les moyens pacifiques ou violents qui ont contribué à son développement.
Une grande carte physique et politique de la France contemporaine, d’un format double, a été pour cette édition ajoutée à notre Atlas. Les parties orographiques et hydrographiques y sont très soignées. Les tracés des chemins’ de fer et des canaux s’y présentent sans confusion ; on y trouvera également les divisions ecclésiastiques et les divisions militaires, ainsi que tous les lieux historiques.
L’atlas propose donc 4 pages pour la cosmographie générale, 29 cartes en 14 planches pour la Géographie Ancienne, 33 cartes en 12 planches pour la Géographie du Moyen-Age, et 37 cartes en 23 planches.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1266&limit=0

Atlas pour servir à l’Histoire grecque de E. Curtius / par A. Bouché-Leclercq. – Paris : Ernest Leroux éd., 1883. – VIII-118 p. – XXI cartes : ill. en noir et en coul. ; 25 cm.
Le présent Atlas -qui ne contient en réalité qu’une vingtaine de cartes- de l’historien de l’Antiquité gréco-romaine Auguste Bouché-Leclercq (1842-1923) n’est pas un résumé de l’Histoire grecque de l’historien et archéologue allemand Ernst Curtius (1814-1896), directeur des fouilles d’Olympie. Il a été composé en rassemblant les informations complémentaires qui lui ont paru les plus utiles à ceux qui souhaiteraient se lancer dans la lecture de l’œuvre monumentale en 6 vol. de Curtius, traduite d’ailleurs en français entre 1880 et 1885 par Bouché-Leclercq.
La partie mythographique est un résumé des premiers chapitres de l’Histoire de la Grèce de l’historien anglais Georg Grote (1794-1871).
Ce recueil n’est ni une œuvre originale, ni une compilation sans critique. On ne trouvera ici que des indications sommaires, mais l’auteur a pris soin de signaler à ceux qui ne s’en contenteraient pas, les ouvrages spéciaux où ils pourront trouver une satisfaction plus ample à leur curiosité que l’ouvrage souhaite surtout éveiller.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1263&limit=0

Atlas von Athen / im Auftrage des Kaiserlich deutschen archäologischen Instituts ; hrsg. Von E. Curtis und J. A. Kaupert. – Berlin : D. Reimer, 1878. – 35 p.-XII f. de pl. : ill. ; 39 cm.
Cet ouvrage – qui compte une douzaine de cartes – conçu par l’historien Ernst Curtius (1814-1896), et le cartographe Johann August Kaupert (1822-1899) est le résultat d’une série de missions entreprises à Athènes et dans ses environs entre 1875 et 1878.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1262&limit=0

An Atlas of ancient Egypt with complete index, geographical and historical notes, biblical references, etc. – London : Offices of the Egypt Exploration Fund, 1894. – XI-22p. : 8 cartes h.t. coul ; 29 cm.
Cet atlas historique (8 cartes) édité à l’initiative de l’Egypt Exploration Fund propose un état synthétique des connaissances sur l’Egypte (et des pays limitrophes) antique, époque pharaonique comprise, à destination des amateurs éclairés. On y trouve également une carte de l’Egypte de la fin du XIXe siècle.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1261&limit=0

Algérie et Tunisie 1885. – Paris : Association française pour l’avancement des sciences, [ca 1885]. – ; 20 cm.
Une bien belle carte au 1 :800000e de l’Algérie et de la Tunisie à l’initiative du service géographique du Ministère de la Guerre.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1258&limit=0

L’Ancien art serbe : les églises / Millet, Gabriel. – Paris : De Boccard, 1919. – 208 p. : ill. en noir. photogr. ; 33 cm.
Dans ce luxueux volume, admirablement illustré, Gabriel Millet (1867-1953) étudie avec sa maestria coutumière l’architecture ecclésiastique de l’ancienne Serbie. Durant trois cents ans, du XIIe au XIVe siècle, les Serbes dominèrent l’ouest de la péninsule des Balkans et ils y fondèrent un empire qu’enrichit le commerce et où fleurirent les œuvres de la civilisation. Plus tard, sous l’oppression turque, ils refluèrent vers le nord et peuplèrent le sud de la plaine hongroise. Placés entre les Latins et les Grecs, ils subirent dans l’ancienne Dalmatie l’influence de Venise, dans la région du Vardar celle de Constantinople, et adoptèrent d’un côté le style lombard, de l’autre le style byzantin. Mais dans la Serbie propre, ils surent combiner avec goût les deux traditions et créer des types architecturaux qui leur furent propres. Montrer dans le détail l’originalité de cette combinaison, indiquer comment un peuple qui a beaucoup construit, a modifié les modèles dont son éclectisme s’inspirait, et faire valoir ainsi son mérite artistique, telle est la tâche ardue dont M. Millet s’est acquitté avec une aisance lucide servie par une vaste érudition.
La série des églises que reproduisent les belles planches de son volume et dont un commentaire substantiel analyse les éléments, apportera à beaucoup de lecteurs une révélation et apprendra quels maîtres architectes produisit une nation dont nous avons coutume d’apprécier surtout les qualités guerrières.
(Cumont F. In : Revue belge de philologie et d’histoire, tome 1, fasc. 3, 1922. pp. 561-562).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1260&limit=0

Histoire de la céramique grecque / par Olivier Rayet et Maxime Collignon. – Paris : G. Decaux, 1888. – XVII-420 p.-16 f. de pl. : ill. en noir et en coul. ; 30 cm.
Cet excellent ouvrage, commencé il y a plusieurs années par le regretté Olivier Ravet (1847-1887), a été terminé, après sa mort prématurée, par un de ses amis, qui est aussi un archéologue très érudit, un juge délicat et, ce qui ne gâte rien, un très bon écrivain. L’objet du livre est, suivant les propres termes de M. Collignon (1849-1917), « l’histoire de la technique et du style des vases grecs ». (On voit que le mot Céramique est pris ici dans un sens assez restreint, qui exclut notamment les figurines de terre cuite). Les auteurs passent d’abord en revue les premiers produits, parfois anthropomorphes, de la poterie hellénique, ces vases de la Troade, exhumés par Schliemann, et dont la plupart sont faits à la main.
Viennent ensuite les vases de Théra et leurs similaires à Rhodes, à Mycènes et ailleurs, avec leur ornementation surtout végétale. A ceux-ci succèdent les vases, dits cariens ou ioniens, d’Athènes, de Chypre et d’autres lieux, remarquables par une décoration géométrique qui dérive des ouvrages de vannerie. L’imitation orientale ne commence à se faire sentir sérieusement qu’au VIIe siècle, par l’intermédiaire de la Phénicie et de la Lydie : alors apparaissent les divinités et les animaux symboliques, l’ornementation florale exotique, tous les éléments du style dit asiatique, dont Corinthe fut le principal atelier et dont les produits se déversèrent, sur l’Étrurie, où se créèrent peut-être des fabriques locales.
Au VIe siècle, la décoration conventionnelle cède la place à la véritable peinture sur vases : c’est la céramique à fond rouge et à figures noires, et un peu plus tard la céramique à fond noir et à figures rouges. Athènes est désormais le centre de la céramique, comme de tous les autres arts, et celle-ci, affranchie de l’imitation orientale, produit des chefs-d’œuvre, souvent signés par leurs auteurs, les Euphronios, les Sosias, les Brygos, etc.
Des séries parallèles, moins riches, mais non moins intéressantes, sont les admirables lécythes blancs, les amphores panathénaïques, les vases à dorure, à polychromie, à reliefs’. La décadence commence dès la fin du IVe siècle, avec les produits nombreux, parfois énormes et brillants, mais d’une facilité un peu vulgaire, qui caractérisent la fabrique de Tarente. A l’époque romaine, le goût achève de se corrompre : la poterie imite le métal ; elle abuse de la ronde-bosse, et se contente le plus souvent de reliefs imprimés au moule, qui suppriment la personnalité de l’artiste. C’est la poterie dite samienne, mais en réalité romaine, industrielle plutôt qu’artistique. […]
(In: Revue des Études Grecques, tome 1, fascicule 3,1888. pp. 342-343).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1270&limit=0

La caverne de Font-de-Gaume aux Eyzies, Dordogne / par Denis Peyrony, Louis Capitan. – Monaco : Impr. Chêne, 1910. – 1 vol. (VIII-271 p.-65 p. de pl.) : fig. ; 37 cm – (Peintures et gravures murales des cavernes paléolithiques).
Après avoir rappelé les conditions de la découverte et de l’étude patiente des dessins· qui ornent ses parois, sa situation géographique et sa constitution géologique, Denis Peyrony (1869-1954) et Louis Capitan (1854-1929) passent en revue l’histoire de la grotte de Font-de-Gaume telle que le sol et les parois la révèlent. La grotte fut d’abord un repaire d’ours des cavernes, dont les os pétrissent le sol, et dont les griffes ont lacéré les parois ; elle fut ensuite fréquentée par des humains, dès une époque probablement antérieure au Moustérien, sûrement durant l’Aurignacien, le Solutréen et le Magdalénien, qui, tous, sont représentés par des silex et des os travaillés.
Parmi les objets recueillis, les préhistoriens attacheront une attention soutenue à certains silex, dont l’usure particulière dénote qu’ils ont servi à inciser les parois, et à des fragments d’ocre utilisés par les peintres. Ces derniers, façonnés de diverses manières, seront rapprochés de ceux, très abondants, recueillis dans la grotte voisine des Eyzies, et d’autres analogues venant de gisements plus ou moins synchroniques.
Les auteurs étudieront les causes qui ont pu déterminer, même en dehors d’une intention humaine, la localisation apparente des décorations pariétales dans des corridors profonds et spécialement la corrosion des parois par la rosée de condensation de la vapeur d’eau de l’atmosphère.
Puis viendra une description précise de toutes les figures déchiffrées, dans leur ordre de distribution sur les parois. Une fois décrit l’ensemble des dessins, les auteurs exposeront leurs hésitations quant à la classification chronologique de ces œuvres disparates appartenant à l’âge du Renne, quant aux faits précis de superposition qui peuvent servir de base à cette répartition dans le temps, et enfin à l’idée qu’ils se sont faits de l’évolution artistique et de la transformation graduelle de la technique des artistes.
Certains groupes de figures seront l’occasion de paragraphes successifs sur les dessins de Mammouth, de Rhinocéros, de Carnassiers (Ours exceptés), de Renne, de Cerf, de l’Elan, des Bœufs et du Bison, non seulement dans la caverne de Font-de-Gaume mais aussi dans l’art pariétal contemporain.
Une catégorie de dessins a aussi particulièrement attiré l’attention des auteurs ; il s’agit des figures de huttes, ou signes tectiformes que les préhistoriens compareront à l’architecture primitive de nombreux peuples indépendants les uns des autres.
Enfin le dernier chapitre contiendra le bilan des images relevées dans la caverne, et un exposé de la succession des faunes figurées par chacune des techniques qui ont régné, dans la suite des temps quaternaires, parmi les peintres de parois.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1269&limit=0

Musée de Lyon : inscriptions antiques. Tome premier / par A.Allmer et P.Dissard . – Lyon : Delaroche, 1888. – 461 p. ; 28 cm.
La publication, décidée en 1886 par le conseil municipal de cette ville, fut commencée en 1888, et conduite avec une active rapidité. Le premier volume contient les inscriptions relatives aux empereurs ou à des personnes de la famille impériale, aux fonctions sénatoriales, équestres ou inférieures, enfin à l’armée. Dans le second sont rassemblées les inscriptions religieuses et municipales ; celles qui concernent les corporations lyonnaises sont spécialement instructives. Les inscriptions funéraires sont regroupées dans le troisième volume. L’épigraphie chrétienne et l’épigraphie doliaire sont l’objet du quatrième. Le cinquième contient, avec les additions et corrections requises, des tables précieuses, qui faciliteront l’usage du recueil.
Cet ouvrage est définitif. Il dénote, chez les deux auteurs, une conscience scrupuleuse, une science impeccable. Les antiquités lyonnaises n’ont pas de secret pour M. Allmer : ses deux volumes sur Trion possèdent une réputation méritée. Ses connaissances épigraphiques sont d’une sûreté parfaite et d’une rare étendue : elles étaient attestées, déjà, par ses Inscriptions de Vienne et par la revue qu’il rédige. Dans les commentaires dont il fait suivre chaque inscription, son érudition se prodigue avec une complaisance copieuse ; il n’est pas un détail du texte que M. Allmer laisse inexpliqué. La façon même dont il a conçu ce commentaire désigne spécialement son livre à l’attention des étudiants : le Corpus, les recueils d’Orelli, Wilmanns et Dessau, risquent fort d’être des grimoires pour un lecteur peu familier avec les éléments de l’épigraphie ; un ignorant, au contraire, peut se confier à M. Allmer; c’est un excellent guide, dont la compagnie pourrait suppléer, sans trop de désavantage, à un cours pratique de déchiffrement….
(In : Mélanges d’archéologie et d’histoire, tome 13, 1893. pp. 372-374).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1259&limit=0

Mission archéologique en Arabie (mars-mai 1907) de Jérusalem au Hedjaz (Médain-Saleh) / Par les RR. PP. Jaussen et Savignac. – Paris : E. Leroux, 1909. – 508 p.-XXXIV p.de pl. : ill. ; 29 cm – (Publications de la Société Française des Fouilles Archéologiques ; 2).
En 1907, les PP. R. Savignac (1874-1951) et A. Jaussen (1871-1962 obtiennent une mission, de la Société Française des Fouilles Archéologiques, pour se rendre dans les régions de Madâ’in Sâlih, Taymâ’ et al-‘Ulâ. Les deux chercheurs disposent d’avantages par rapport à leurs prédécesseurs : l’équipement photographique et la construction du chemin de fer du Hijâz reliant Damas à Médine. Grâce à la photographie qui permet d’avoir les premiers clichés des vestiges de la région, le monde savant prend connaissance des monuments de Taymâ’, de Madâ’in Sâlih et d’al-‘Ulâ, jusqu’alors connus seulement par des croquis.
Au printemps 1907, les deux chercheurs se mettent en route. Des problèmes empêchent le bon déroulement de leur mission, et seule Madâ’in Sâlih est visitée et étudiée. Ils relèvent des inscriptions nabatéennes et des graffites dédanites et thamoudéens.[…]
Les résultats de cette première mission sont publiés en 1909 dans le premier volume de Mission Archéologique en Arabie. Le texte de ce volume, comme du suivant d’ailleurs, est divisé en quatre parties : itinéraire, épigraphie, archéologie et ethnologie. Le traitement de la documentation épigraphique est complet. Les auteurs donnent une description du texte et du lieu de provenance, les mesures du texte, la bibliographie (si le texte est connu) et la traduction avec une analyse. Les inscriptions nabatéennes sont publiées avec la photographie de leurs estampages. Pour les graffites dédanites, seule la copie est fournie, mais des estampages (aujourd’hui à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et à l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem) ont été pris par A. Jaussen et R. Savignac. […]
(Saba Farès-Drappeau, In : Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée ; http://journals.openedition.org/remmm/2681).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1255&limit=0

Mission archéologique en Arabie. II/1. El-‘Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk : texte / Par les RR. PP. Jaussen et Savignac. – Paris : P. Geuthner, 1914. – 690 p. : ill. ; 29 cm – (Publications de la Société Française des Fouilles Archéologiques).
Au printemps de 1909 et de 1910, les deux savants mènent deux expéditions à al-‘Ulâ et Madâ’in Sâlih. Arrivés de Damas à al-‘Ulâ, ils relèvent des inscriptions dans le village, dans les jardins de Minshiyya, puis étudient celles qui couvrent la paroi de la montagne derrière la gare jusqu’à Khirbat al-Khurayba et Wâdâ Mu‘tadil. Ils suivent la chaîne de montagne, vers le nord, jusqu’à Madâ’in Sâlih. Les résultats sont d’une valeur inestimable, tant pour l’épigraphie que pour les descriptions des sites. Au total, avec les inscriptions publiées dans le premier volume, nous disposons de 392 inscriptions nabatéennes, 213 minéennes, 383 dédanites appelées « lihyanites » par les auteurs, 761 graffittes « thamoudéens », 8 inscriptions hébraïques, 21 inscriptions grecques et 3 inscriptions latines. Parmi les inscriptions dédanites figurent celles qui ont été relevées par les précédents voyageurs. […]
Les résultats sont publiés, en 1914, dans le deuxième volume de Mission Archéologique en Arabie. Ce volume est riche en renseignements archéologiques et épigraphiques. L’atlas publié avec le deuxième volume est particulièrement riche en planches : cartes des itinéraires, photographies des monuments et des inscriptions, photographies des estampages et copies en fac-similé des inscriptions. […]
(Saba Farès-Drappeau, In : Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée ; http://journals.openedition.org/remmm/2681).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1256&limit=0

Attic vase paintings in the Museum of Fine Arts, Boston. Part I. Plates I-XXX / by L. D. Caskey ; with the co-operation of J. D. Beazley. – London Boston : Oxford university press : Museum of Fine Arts, 1931. – [1] f.-XXX f. de pl. : ill. en noir ; 60 cm.
Attic vase paintings in the Museum of Fine Arts, Boston. Part II. Plates XXXI-LXIV / by J. D. Beazley ; with drawings by Suzanne E. Chapman, L. D. Caskey, and F. Anderson. – London Boston : Oxford university press : Museum of Fine Arts, 1954. – [33] f. de pl. : ill. en noir ; 60 cm.
Attic vase paintings in the Museum of Fine Arts, Boston. Part III. Plates LXV-CVI / by J. D. Beazley ; with drawings by Suzanne E. Chapman. – Boston : Museum of Fine Arts, 1963. – [41] f. de pl. : ill. en noir ; 60 cm.
Ces trois volumes de planches, publiés entre 1931 et 1954, par l’archéologue américain Lacey D. Caskey (1880-1944) et l’historien de l’art et archéologue britannique John D. Beazley (1885-1970), recensent les plus beaux exemplaires de céramiques attiques (reproduites à leur taille réelle) de la collection de poteries grecques antiques du Musée des beaux-Arts de Boston.
Les auteurs ont privilégié les vases à figures rouges, style très en vogue à Athènes entre les VIe et Ve av. J.-C. parce qu’ils constituaient l’essentiel de la collection.
Le volume de texte qui complète les volumes de planches sera bientôt numérisé et mis en ligne.
Vol. 1 : http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1254&limit=0
Vol. 2 : http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1245&limit=0
Vol. 3 : http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1253&limit=0

Monuments de l’Athos, relevés avec le concours de l’Armée française d’Orient et de l’école Française d’Athènes. 1. Les peintures : album de 264 planches / publiés avec une introduction et un catalogue par Gabriel Millet. – Paris : E. Leroux, 1927. – 1 vol. (74 p.-264 p.) : ill. ; 38 cm – (Monuments de l’art byzantin ; 5).
G. Millet, qui avait déjà rapporté de l’Athos des études importantes en 1894 et 1898, y a été chargé d’une mission pendant l’occupation des monastères par l’armée française en 1918. Pendant 18 mois, de 1918 à 1920 et en trois campagnes il a étudié toutes les œuvres d’art ainsi qu’une partie des archives et il a fait prendre par des photographes des milliers de clichés. Il a réuni ainsi un ensemble de matériaux d’une importance considérable et dont un grand nombre était inconnu ou inédit. La publication de ces richesses sera une œuvre de longue haleine et l’on peut se féliciter qu’il ait commencé par un groupe tout à fait précieux de monuments, celui des peintures murales qui couvrent les églises d’une ornementation exubérante et constituent des ensembles iconographiques d’une richesse incomparable.
Des nécessités diverses l’ont obligé à publier d’abord un magnifique album de 264 planches où sont reproduites les plus belles peintures. Le texte, qui devait primitivement être joint à l’album, sera publié plus tard. […]
Dans une introduction tout à fait précise M. Millet indique les grandes lignes de sa publication, ainsi que le vocabulaire archéologique qui convient aux églises de l’Athos. Les planches de son album donnent une idée d’ensemble du développement de la peinture au Mont Athos :
I.Période ancienne, mosaïques de Vatopédi. — II. École dite macédonienne dont le décor pictural s’adapte heureusement aux divisions architecturales et qui datent du XIVe siècle (Protaton, Chilandar, Vatopédi). — III. École Crétoise inspirée de la peinture d’icônes. Elle forme la partie la plus importante des peintures de l’Athos et s’étend du début du XVIe à la fin du XVIIe siècle. La plupart des œuvres sont bien datées. — IV. Quelques œuvres du XVIIIe siècle qui représentent un mouvement jusqu’ici mal étudié. On ne peut que féliciter M. Millet des résultats magnifiques qu’il a rapportés de sa mission et souhaiter de lui voir achever bientôt une œuvre si importante pour l’histoire de l’art.
(Bréhier Louis, In : Journal des savants, Novembre 1927. pp. 419-420).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1252&limit=0

La Presqu’île du Sinaï : étude de géographie et d’histoire / Raymond Weill. – Paris : Librairie Honoré Champion, 1908. – 1 vol. (IX-380 p.- [4] f. de dépl.) : ill. ; 26 cm – (Bibliothèque de l’Ecole des hautes études. IVe section, Sciences historiques et philologiques ; 171).
R. Weill amené à s’occuper du Sinaï par ses recherches égyptologiques, s’est passionné pour l’histoire de la péninsule. Ayant accompagné M. FI. Pétries dans la campagne organisée en 1904-1905 par l’Egypt Exploration Fund, il profita de son séjour pour étudier avec soin la topographie de la partie occidentale du massif montagneux. Mais ce ne sont pas seulement ses notes et ses relevés que publie l’auteur : il les a fondus dans un travail très vaste et très documenté qui s’étend à toutes les parties jusqu’ici explorées de la région sinaïtique.
La géologie, la géographie physique et la géographie historique y sont traitées avec ampleur.
[…]. Son livre est donc, comme il le présente, un excellent résumé historique et, sur quelques points particuliers, une nouvelle contribution géographique.
(Chabot Jean-Baptiste, In : Journal des savants. 8 année, Août 1910. p. 376).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1251&limit=0

Griechische und etruskische Trinkschalen des königlichen Museums zu Berlin = Coupes grecques et étrusques du Musée royal de Berlin / Hrsg. von Eduard Gerhard . – Berlin : G. Reimer, 1841. – VI-32 p.- [19] f. de pl. dont dépl. : ill. en noir et en coul. ; 52 cm.
La recherche des monuments antiques, grâce aux travaux des savants, sort chaque jour de plus en plus de la sphère du dilettantisme ; elle s’élève et se consolide comme science, les monuments se multiplient, et déjà un fort grand nombre de morceaux, jadis précieux dans leurs moindres parties, n’ont plus qu’un intérêt d’ensemble et pour ainsi dire qu’une seule voix dans la grande réunion des témoignages matériels qui nous sont apportés sur la vie des anciens. Cela doit faire sentir la nécessité de moins détailler pour réunir davantage. C’est ce qu’a fait M. Gerhard pour les vases et les miroirs étrusques, dont il a publié deux collections en format in-4°, composées de planches et d’explications archéologiques. Cependant ce mode de publication oblige à diminuer les proportions et offre des inconvénients pour les objets importants. M. Gerhard l’a senti, et il s’est réservé de publier à part, en format in-folio, tout ce qui serait hors ligne ou demanderait trop de sacrifices à l’égard de la reproduction. Le présent ouvrage est une de ces exceptions. Les petites proportions du format in-4° ne convenaient pas aux coupes antiques dont les figures fort achevées auraient tout perdu à n’être copiées qu’approximativement ; – aussi les planches font-elles de cet ouvrage un des plus riches en ce genre qui aient été publiés dans ces derniers temps. Ces planches sont précédées, comme dans le recueil étrusque, des notices archéologiques pour lesquelles les renvois et les citations sont rejetés dans les notes.
(In : Revue de bibliographie analytique ou compte rendu des ouvrages scientifiques et de haute littérature, publiés en France et à l’étranger, Année 1841, Tome deuxième. – p. 245.).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1250&limit=0

The Golden Age of Classic Christian Art / By Jean Paul Richter and A. Cameron Taylor. – Londres : Duckworth, 1904. – XVIII-427 p.- 52 p. de pl. : planches ; 34 cm.
La construction de la basilique de Sainte-Marie-Majeure à Rome est généralement attribuée au pape Libère (352-366) et les mosaïques qui la décorent au pape Xyste (432-440) sur la foi d’une inscription disparue dont on possède des copies. Ces mosaïques, qui décorent la nef et l’arc, sont en très mauvais état ; elles ont été mal restaurées à plusieurs reprises et publiées d’une façon toute conventionnelle ; sur place, il est très difficile de les étudier. Les auteurs du beau livre que nous annonçons ont eu d’abord le grand mérite d’examiner très attentivement les mosaïques de Sainte-Marie Majeure, à l’aide de lunettes d’approche et d’échafaudages ils ont fait effort pour distinguer les parties anciennes des restaurations et, grâce au concours d’un excellent artiste, ont pu faire reproduire en couleurs les restes originaux avec une perfection impossible à surpasser.[…]
Comme, d’autre part, il y a des motifs de croire que la basilique de Sainte-Marie- Majeure a d’abord porté le nom d’un riche particulier, Sicininus, M. Richter et Mlle Taylor se sont arrêtés à la solution suivante, qui excitera sans doute la surprise, provoquera des contradictions, mais semble fortement étayée par des arguments divers. Pendant la seconde moitié du second siècle, alors que l’église de Rome jouit d’une longue paix, un riche chrétien a construit une basilique privée qu’il a fait orner de peintures peut être traduites plus tard en mosaïques qui étaient l’œuvre d’artistes formés à l’école gréco-romaine du Haut-Empire.
[…] Toutefois, il est plus naturel d’admettre que les mosaïques de Sainte-Marie-Majeure sont les monuments d’un art chrétien qui se développa au IIe siècle, dont on peut chercher la source à Alexandrie, à Antioche ou ailleurs, mais dont l’activité s’est principalement exercée à Rome, où le besoin s’en faisait sentir. Les papes Libère et Xyste n’ont été que les restaurateurs de la basilique qui, de privée, est devenue publique ce serait, aujourd’hui, le plus ancien sanctuaire de la chrétienté […].
(Reinach, Salomon. In : Revue archéologique, 01/07/1905, p.185-186.).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1249&limit=0

Traité d’épigraphie grecque. Précédé d’un essai sur les inscriptions grecques / par Salomon Reinach / par C. T. Newton. – Paris : E. Leroux, 1885. – XLIV-560 p. : ill. ; 25 cm.
Le traité d’épigraphie grecque de S. Reinach a, comme son Manuel de philologie classique, le mérite de faire époque en France : c’est le premier traité d’épigraphie grecque qui soit dû à un savant français. […].
Le livre de S. Reinach comprend, à vrai dire, trois parties de très inégale valeur· : ·1° la traduction de trois long articles de Newton sur les inscriptions grecques (p. 1 à 174) ; 2° une sorte d’introduction ·générale en trois chapitres : Histoire de l’alphabet grec – Particularités orthographiques et grammaticales des inscriptions – Des inscriptions en général (p. 174-335) ;3°ce que nous appellerions volontiers un manuel des·inscriptions grecques, une sorte de guide à l’usage de ceux: qui veulent ·voyager dans les Corpus ou recueils d’inscriptions {p. 335-553).[…]
(Haussoulier, B.- In : revue critique d’histoire et de littérature, Vol.22, n°1, 01/01/1888, p.243-251).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1247&limit=0

L’Habitation byzantine : recherches sur l’architecture civile des Byzantins et son influence en Europe ; suivi de Les anciennes maisons de Constantinople / Général L. de Beylé. – Grenoble Paris : H. Falque et F. Perrin : E. Leroux, 1903. – XV-218 p.- [77] p. de pl. et IX-27 p.-11 p. de pl. : ill. en noir ; 34 cm.
[…] L’auteur a su, à l’aide de ces documents épars, composer une œuvre susceptible sans doute de nombreuses additions, mais où les corrections seront rares, tant les principes généraux en sont solidement posés. Avant tout, et pour appuyer son exposition, M. de Beylié donne quelques détails sur l’habitation civile de l’empire romain, d’où est issue en partie la maison byzantine. Il étudie ensuite l’architecture civile de Byzance, d’abord dans ses rapports avec Rome et la Syrie, puis en elle-même depuis la fondation de Constantinople jusqu’à la fin de l’empire d’Orient, enfin dans son rayonnement au dehors, dans l’Italie méridionale, à Venise, en Russie. Son enquête sur l’aspect extérieur une fois achevée, l’auteur nous introduit à l’intérieur d’une maison byzantine et nous en montre la décoration et le mobilier, et spécialement la disposition des portes. « En somme, conclut-il, la maison byzantine, à en juger par les exemples que nous en avons donnés, ne différait pas beaucoup, comme extérieur tout au moins, de la maison moderne du bassin de la Méditerranée (p. 201) ».[…]
S’il n’a pas réussi à découvrir des spécimens absolument authentiques de maisons byzantines dans le fatras des quartiers modernes, l’infatigable explorateur qu’est M. de Beylié aura du moins sauvé de l’oubli, grâce aux nombreuses illustrations qu’il en donne, les seuls monuments un peu anciens de Constantinople où se reconnaissent encore les vestiges de l’époque antérieure. Il aura aussi montré qu’en dehors de ce qu’il a vu il n’y a guère espoir de trouver autre chose, du moins à Constantinople. […]
Ajoutez à ce mérite, qui n’est pas mince, l’abondance vraiment luxueuse de l’illustration grâce à laquelle les archéologues de cabinet pourront, sans sortir de chez eux, visiter la plupart des monuments subsistants de l’architecture civile des Byzantins. […]
(Petit L. In : Échos d’Orient, tome 6, n°42, 1903. pp. 341-342)
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1246&limit=0

Organiser sa recherche de job en archéologie

Vous êtes étudiants, doctorants et vous êtes à la recherche d’un job dans des filières archéologiques ou culturelles. Cet article est pour vous.

Pour commencer, quel type de poste cherchez-vous ? Où trouvez-vous des offres d’emploi ? Dans une période de recrutement limité, comment saisir toutes les opportunités ?

 

 Vous souhaitez travailler au service de la communauté, de l’état ou d’une collectivité territoriale : Bienvenue dans le service public !

 La fonction publique se divise en deux grands ensembles :  la fonction publique territoriale et la fonction publique d’Etat. Sur le schéma suivant, vous trouverez des liens où vous pourrez rechercher des offres d’emplois : Un job Archeo au Service de tous

 Ces offres d’emploi concerneront des vacations, CDD, CDI, postes de fonctionnaires. Ces institutions proposent également des offres de stages.

Dans la fonction publique d’état l’offre concernera  :

  • des post-doctorats
  • des emplois d’attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER)
  • des emplois contractuels
  • des concours pour devenir enseignant (maître de conférence), chercheur, ingénieurs et techniciens de recherche (ITA/ITRF bap D) avec un statut de fonctionnaire titulaire

Dans la fonction publique territoriale, l’offre sera associée à la filière culturelle et impliquera, pour les postes de fonctionnaires titulaires, de se présenter à des concours d’attaché culturel, conservateur du patrimoine, etc. La fonction publique territoriale recrute également sur contrat court.

 

Pour être à l’affut de chaque offre d’emploi, utilisez des outils de veille !

Vous pouvez utiliser des outils de veille comme Inoreader, Netvibes, Scoop-it afin de vous créer une page qui ressemblera à un journal de petites annonces spécialisées sur vos centres d’intérêts.

Vous pouvez également suivre les informations d’instituts ou de groupes spécialisés en archéologie qui diffusent notamment des offres d’emplois, de stages, post-doctorats… (archéologie.be, INRAP, EFA, des laboratoires…) via un compte facebook ou twitter.

 

Mettez votre CV en ligne, et faites-vous connaître via des réseaux sociaux professionnels !

 Linkedin, Viadéo, sont des réseaux sociaux professionnels où vous pouvez vous créer un compte, mettre en ligne votre CV et exposer vos projets. Peu d’offres d’emploi sont proposées dans le domaine de l’archéologie. Toutefois, vous y trouverez les parcours de nombreux chercheurs. Vous pourrez suivre leurs actualités et surtout faire connaître votre projet professionnel.

Academia, Research gate, sont des réseaux sociaux académiques (ou de chercheurs) où la communauté scientifique peut diffuser ses publications et faire connaître ses travaux de recherche. On n’y trouve pas d’offre d’emploi a priori mais ces réseaux sont très utilisés par la communauté universitaire, en particulier Academia pour les enseignants et chercheurs en Sciences Humaines et Sociales. Research Gate est d’avantage utilisé par les spécialistes des sciences de la nature, notamment la géologie.

 

Gérez vos envois de CV et devenez un enragé de la recherche d’emploi

 Cela semble évident et logique, mais vous devez impérativement vous organiser pour gérer vos candidatures spontanées ou vos réponses à des offres d’emploi.

Un simple tableau Excel, avec les rubriques adéquates, fera l’affaire (colonnes : institut/entreprise, recruteur, candidature spontanées /n° de l’annonce date de réponses, date relances, commentaires, résultats /réponses + ou -…)

De nombreuses candidatures spontanées vous permettront de faire circuler votre CV. Sachez que nombreux recrutements s’effectuent sans qu’il y ait d’offres d’emplois diffusées, à partir des candidatures envoyés spontanément. Chaque lettre de motivation doit être adaptée au recruteur à lequel vous l’envoyez.

 

Suivez l’actualité de votre domaine, tout en suivant toutes les opportunités

Les rencontres informelles lors de séminaires, colloques vous permettront également de vous faire connaître et de tisser des liens avec la communauté scientifique ou culturelle.

Sur la plateforme Calenda, vous accéderez à une partie du calendrier des manifestations en archéologie.

Des listes de diffusion vous donneront des informations sur l’organisation de manifestations, des offres d’emploi, des nouveautés dans le domaine de l’archéologie :

Agade agade@listserv.unc.edu : Diffusion international pour des job et post doc … et diffusion d’information sur les mondes anciens (colloque, appel à contribution, dernières parutions…)

EEF ‎eef@mailman.yale.edu  : Egyptologists Electronic Forum, liste de diffusion spécialisée en egyptolgie

 

Quelques liens où vous trouverez des offres d’emplois spécialisées sur la thématique de l’archéologie ou sur le domaine culturel (musées,…) :

Instituts publics ou privés

INRAP Institut Nat. de recherches archéologiques préventives

INP  Institut national du patrimoine

Ecole du Louvres

Musées

Musée du Louvre

Réseau Paris Musées

Sociétés privés

Archeodunum : Société suisse d’investigations archéologiques

Eveha : Bureau privé d’études archéologiques en France (14 agence en France)

Associations et sociétés savantes

Société préhistorique française

APAHAU : Blog, Association des professeurs d’archéologie, histoire de l’art en Universités

Plateformes pour de la recherche d’emploi :

Academia (blog) : Vise à rendre accessibles les informations touchant à l’évaluation, l’emploi et le recrutement des jeunes enseignant-e-s chercheur-se-s en sciences humaines et sociales.

Archéojob – Emploi en archéologie : Blog présentant des offres d’emploi archeo

Musées emplois : Offres d’emploi et de stages dans l’Univers des musées et des établissements artistiques et patrimoniaux.

Archeologia.be – Emploi :  Réseau conçu pour proposer des outils à destination des étudiants, professionnels, passionnés d’archéologie (voir aussi leur page Facebook)

British Archaeological Jobs and Ressources, BAJR : Portail anglais d’emploi archeo

Archaeology Jobs Search :  Portail international d’emploi dans le monde de la recherche et des universités

Profil Culture : Site d’emploi spécialisé dans les métiers de la culture

Job Culture : Site dédié à l’emploi culturel

Imagine ton futur :  Site d’emploi généraliste

Academic, Research, and Science Job : Site international d’emplois académiques

Egyptologists Electronic Forum :  Lettre d’info. d’égyptologues

Ministères des affaires étrangères, postes à l’étranger

Pôle Emploi : Recherche possible avec les codes emplois suivants : ROME : K2401 = Recherche en sciences de l’homme et de la société ROME : K1602= Gestion de patrimoine culturel

 

 

 

 

 

 

 

 

Virtualise ton prof…

Oh la belle provocation ! Et pour cause, les MOOC sont à l’honneur de ce billet. Les MOOC, quèsaco ? MOOC pour Massive Open Online Course, ce sont des cours diffusés en ligne gratuitement. Généralement, ils prennent la forme de vidéos explicatives mettant en scène un enseignant, quelques documents pdf, des bibliographies, des forums et des systèmes d’évaluation sous forme de quizz – et oui, on a numérisé le prof ! Mis à part la correction des copies qui s’est volatilisée, quels avantages trouve-t-on à ces nouvelles pratiques, me direz-vous ?

Ces cours sont accessibles à tous gratuitement, peu importe son niveau d’étude, et peuvent être suivis à toute heure de la journée. Pour une somme modique, il est possible d’obtenir une attestation de réussite à faire valoir sur son cv ou auprès de son employeur dans le cadre d’une évolution professionnelle – au même titre qu’une formation continue.

Evidemment – évidemment ! – ils ne remplacent pas un cursus universitaire et encore moins les échanges de vive voix avec un expert du domaine enseigné. Toutefois, ils permettent une première approche d’un sujet et peuvent être un point de départ non négligeable pour un nouveau projet dans le cadre d’une formation continue, ou pour une véritable reprise d’études dans d’autres cas.

Et pour les curieux simplement, les fonctionnalités interactives telles que les forums et les quizz – plutôt ludiques  – permettent d’engager un minimum d’investissement personnel  dans la prise de connaissance, voire la réflexion autour d’un sujet. Si le livre et la lecture sur un temps long  sont une base nécessaire au déploiement de la pensée – de l’étudiant comme de l’auteur, le MOOC permet de faire le point de ce que l’on en a retenu, et ouvre éventuellement les portes pour un échange plus soutenu avec d’autres étudiants et les enseignants qui voudront bien se plier à l’exercice.

A mi-chemin entre le livre et le cours en présentiel, le MOOC ne se substitue à aucun des deux. Dans certain cas, il est possible de l’envisager comme un documentaire vidéo en plusieurs épisodes, parfois en live, et enrichis de fonctionnalités interactives. Il peut éventuellement compléter un cours en présentiel.

Pour vous faire votre propre idée sur ce qui existe actuellement sur les domaines de compétences de la MOM, voici une « petite » sélection de MOOC qui pourraient vous intéresser. Pour un usage personnel, il en existe bien d’autres sur des sujets extrêmement variés de l’astronomie à la couture en passant par le développement d’une politique publique.

 Sommaire

Continuer la lecture de Virtualise ton prof…

Une blogosphère autour de la MOM

Avec ce billet, nous vous proposons de découvrir des blogs scientifiques – autrement nommés carnets de recherche – récemment mis en ligne et abordant le domaine de l’archéologie et des mondes anciens. D’avis que la blogosphère et l’édition d’un carnet de recherche tient en partie son intérêt des échanges résultant des billets publiés, nous espérons qu’en naviguant ici et là, vous trouverez de quoi débattre, argumenter, contredire et surtout développer les idées ébauchées en échangeant entre carnetiers.

Si vous souhaitez ouvrir un blog, en lien avec votre groupe de recherche, vos missions archéologiques, votre laboratoire, etc. plusieurs plateformes vous proposent des outils ergonomiques, de type WordPress. Le CLEO / OpenEdition a développé sa plateforme Hypothèses afin de recueillir un ensemble de Carnets de recherche.

Des formations à WordPress pour Hypothèses sont disponibles toute l’année : Calendrier des formations

L’avantage du blog par rapport au site web institutionnel ou à la publication scientifique soumise à un comité de lecture est qu’il vous permet d’adapter votre style d’écriture à un public plus large, de soulever des discussions et d’engager des débats, et vous apporte une certaine souplesse dans l’élaboration de vos arguments scientifiques. Le blog ou carnet de recherche peut être utilisé comme un espace public de réflexion scientifique mise à l’écrit ou en image. Libre à chacun d’y concocter à sa guise les hypothèses qu’il pourra développer et préciser ensuite dans des publications revues par ses pairs. L’affichage chronologique des billets de blogs et la diffusion de ces billets dans les divers canaux de communication web présentent l’avantage de maintenir un lien régulier avec les membres de votre communauté scientifique et d’ouvrir la réflexion et l’accès à la connaissance scientifique à tout un chacun.

Suivre l’actualité ou les derniers articles de tous ces blogs n’est pas évident. Pour gérer cette masse d’information, n’hésitez pas vous abonner à des alertes, notamment sur hypotheses.org. Vous pouvez également souscrire à des flux et les organiser dans des gestionnaires/agrégateurs de flux (Inoreader, Netvibes).

Retrouver la liste des carnets de recherche de la MOM sur http://www.mom.fr/

Maintenant, place aux blogs !

Sommaire 

Quelques atlas numériques de l’Antiquité sur le Net

Le web est devenu une déclinaison évidente pour de nombreux projets scientifiques notamment ceux à caractère géographique. La présentation et la diffusion des résultats s’en trouvent dès lors facilitées et élargies.

La cartographie en ligne a suivi ce mouvement de démocratisation du savoir d’où le développement récent, dans de nombreuses disciplines, de projets ambitieux d’atlas numériques, de répertoires de lieux et de portails cartographiques à destination d’un large public.

Nous vous proposons ici une sélection, non exhaustive, d’atlas archéologiques et historiques centrés, Maison de l’Orient et de la Méditerranée oblige, sur les temps anciens. Ces atlas nous ont semblé pertinents pour celles et ceux qui travaillent sur ces époques et ces problématiques.

DAAHL : The Digital Archaeological Atlas of the Holy Land

DAAHL est un projet international qui propose un atlas archéologique en ligne de la « Terre-Sainte » (Palestine, Israël, Jordanie, Syrie, Sinaï, Liban, Égypte…).

Des dizaines de milliers de sites archéologiques sont enregistrés dans la base de données du projet. Les sites répertoriés, de la préhistoire au début du XXe siècle – peuvent être accompagnés de cartes, de textes, de photographies ou d’objets archéologiques.

Cette application web est le premier acte d’un projet plus ambitieux qui vise à une cartographie complète des sites archéologiques de la Méditerranée (Mediterranean Archaeological Network – MedArchNet).

Le site DAAHL propose plusieurs possibilités d’accès à l’information archéologique et à la visualisation des sites archéologiques :

Empires : visualisation dynamique des zones géographiques occupées par les différentes dynasties (une vingtaine prédéfinies) qui ont peuplé la « Terre-Sainte » au cours des siècles.
La zone délimitant « l’empire » s’affiche sur une carte satellite de la région avec possibilité de zoomer et de jouer sur le type de présentation (plan, image Google Maps, relief…).
Un texte de présentation historique, avec des illustrations, accompagne la carte de la dynastie choisie.

Archaeological Periods : On peut accéder aux 17000 sites de la base de données du projet par grandes périodes archéologiques (une soixantaine), du paléolithique inférieur à l’époque ottomane.
Une application permet l’animation des sites aux cours des différentes époques. Un texte d’introduction à la « période » accompagne la carte de l’époque sélectionnée.

Shishak’s Campaign : reconstitution animée, à l’aide d’images de Google Earth, de la campagne militaire du pharaon Sheshonq 1er (945-924 av.JC) au Levant.

PEF Maps : superposition d’anciennes cartes de la Palestine Exploration Fund (1870-1880) avec des images de Google Maps pour une présentation interactive des sites archéologiques de la région concernée.

Search Database : interrogation de la base de données par nom de site, par période, par type de site…. Présentation finale des résultats sur une image Google Maps enrichi d’une fiche informative sur le site. Il est aussi possible de visualiser le ou les sites trouvés sur « Google Earth » par l’intermédiaire d’un fichier « .kml » généré lors de la recherche.

Spatial Search : à partir d’une carte Google Maps, possibilité de délimiter, à partir de points, une large zone de recherche des sites archéologiques de DAAHL. L’affichage des résultats se fait sur l’application Google Earth ; cette dernière option ne semble pas fonctionner correctement.

Make Maps : Comme son nom l’indique, vous avez la possibilité de concevoir des cartes personnalisées à partir de périodes chronologiques, de types ou caractéristiques de sites. Le résultat apparait alors sur la carte interactive. Les sites sont matérialisés par des cercles plus ou moins importants, et ce, en fonction du nombre de sites référencés dans la zone. Il se peut que vous deviez zoomer sur plusieurs niveaux pour localiser un lieu précis dans une région très dense en sites archéologiques. Le nom du site apparait quand on glisse le curseur sur le point. Possibilité de copier la carte ainsi conçue à des fins d’illustration.

Site Preservation : deux films en lien la préservation des sites archéologiques.

DARMC : Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization

Le « DARMC », atlas historique développé par une équipe de chercheurs et d’étudiants de l’Université d’Harvard, propose une représentation cartographique, temporelle et interactive des civilisations des mondes antiques et médiévaux (de l’Empire romain au 16ème siècle).

Les concepteurs du projet ont d’abord matérialisé les informations contenues dans le « Barrington Atlas of Greek and Roman World ». Par la suite, la base de données du DARMC s’est enrichie de nouvelles données puisées à d’autres sources bibliographiques qui ont permis d’élever l’atlas à un plus haut degré de précision et d’élargir les zones et les époques couvertes.
Le DARMC collabore d’ailleurs étroitement avec Pleiades, le répertoire des sites antiques.

La grande variété des données entrées dans la base permet la production de cartes spécifiques, originales et modifiables à l’envi. Il suffit, dans l’onglet « Maps », de sélectionner des critères prédéfinis de types chronologiques (époque romaine, médiévale…), historiques (dynasties, épopée viking, expansion musulmane, royaumes européens, Reconquista, croisades, grande peste…), thématiques (voies de communications, centres urbains, peuplement, diffusion des ordres religieux, ligues commerçantes…) et/ou géographiques (Europe, France, Eurasie, Orient…).

On peut croiser les critères, zoomer sur la carte des résultats ou la déplacer dans les limites de la page web.

Il est aussi possible de saisir directement un nom de lieu (en haut à gauche de la carte) à afficher sur le planisphère. Dans la barre d’outils au dessus de la carte, on peut sélectionner le fond de carte (relief, routes…) et ainsi se fabriquer des cartes personnelles à imprimer.

L’atlas DARMC compte s’ouvrir sur l’Afrique et la Chine.

Corona Atlas of the Middle East

Cet atlas archéologique en ligne du Moyen-Orient (et des régions avoisinantes), conçu par l’University of Arkansas, a été élaboré à partir de photographies satellites, noir et blanc, prises entre 1960 et 1972 par la mission CORONA de surveillance des zones à risque à l’époque de la guerre froide.

Les photographies (188000 d’après les concepteurs du projet) utilisées pour réaliser cet atlas constituent une source d’informations importante pour les archéologues qui travaillent sur les évolutions des sites et des vestiges archéologiques de cette région.
En effet, le développement urbain, les conflits, l’intensification de l’agriculture, la construction de voies de communication et de réseaux d’irrigation ont modifié ou fait disparaitre, ces dernières décennies, des lieux tels qu’ils existaient jusqu’au début des années 70.
Ce projet permet donc de répertorier rétrospectivement des sites perdus, voire d’en découvrir ou d’en redécouvrir d’autres, aujourd’hui, peu ou mal documentés.

Quand on lance l’atlas, les contours en rouge représentent les zones couvertes par des images CORONA. Au fur et à mesure que l’on zoome, les images CORONA proprement dites et les sites archéologiques deviennent visibles.

On accède aux photographies satellites des sites référencés dans la base de données du projet via le menu « Tools » en haut à gauche du fond de carte.
Une fois le site archéologique sélectionné, l’image satellite correspondante s’affiche en gris. Le curseur de transparence en bas de la fenêtre de visualisation offre la possibilité, pour une même zone, de passer d’une époque (les années 60-70), en gris, à l’autre (aujourd’hui) et de percevoir ainsi les évolutions de l’endroit. Quand la carte s’affiche en couleur, c’est qu’il s’agit d’une image « Google Maps » récente de la région. On peut changer l’aspect du fond de carte récent (image satellite, carte routière…).

En général, plusieurs photographies CORONA sont liées aux sites. Elles correspondent aux différents passages, au cours des années, du satellite sur la zone. Dans le menu « Map Contents« , en haut à gauche, pour une zone donnée, on peut modifier l’affichage de l’image en sélectionnant/désélectionnant les différentes calques photographiques CORONA mis à contribution. On a aussi la possibilité de télécharger la ou les cartes contenant le site recherché.

D’autres critères permettent d’affiner la recherche ou de modifier l’affichage et la présentation des cartes. On peut aussi zoomer sur les cartes et calculer la distance entre deux points sur une carte.

ArchAtlas: Archaeological Atlas Project

ArchAtlas est un projet de cartographie sur le web de sites archéologiques proposé par le « Department of Archaeology » de l’Université de Sheiffied (UK).

Les sites archéologiques référencés (environ 200 pour l’instant) concernent la préhistoire et le début des époques protohistoriques. Les régions privilégiées sont la Méditerranée orientale, le Proche-Orient ancien, l’Asie centrale ; A noter quelques sites en Amérique et en Asie orientale…

La localisation des sites contenus dans le répertoire OpenAtlas se fait par l’intermédiaire soit d’un atlas interactif ou soit d’un moteur de recherche interne, si on connaît le nom du site recherché. Chaque notice de site contient une photo satellite de la zone, un planisphère avec la localisation dudit site et éventuellement un renvoi à un article de la revue numérique « ArchAtlas Journal » où il est mentionné.
Certains sites bénéficient d’une présentation plus élaborée (série de photos satellites, images en 3D ou panorama).

Tous les sites archéologiques contenus dans OpenAtlas peuvent être visualisés directement sur Google Earth (fichier .kml) ou Worldwind à condition d’avoir installé, au préalable, les applications nécessaires. On a alors la possibilité de faire le lien, à partir du globe virtuel, avec la notice informative du site dans OpenAtlas et éventuellement avec un article de la revue numérique « ArchAtlas Journal ».

Les articles de « ArchAtlas Journal » traitent, peu ou prou, de problématiques éditorialisées par les concepteurs du site (diffusion de l’agriculture, routes et échanges commerciaux, développement de l’urbanisme et technique de visualisation des données archéologiques) ; les articles sont richement illustrés avec des images satellites, cartes en 3D, schémas, données issues de la télédétection et des SIG appliqués à l’archéologie…
Cette revue numérique accueille aussi des articles issus d’interventions données lors d’ateliers organisés par le département d’archéologie de l’université de Sheffield.

La base de données s’enrichit régulièrement en nouveaux sites archéologiques récupérés à partir d’autres atlas en ligne (ASPRO, TAY, BMSAG…).

ArchAtlas a aussi en projet une cartographie chronologique et culturelle des sites archéologiques référencés dans son répertoire. Cela dit, ce site ne semble pas faire l’objet de mise à jour régulières…

Antiquity à-la-carte

Nous avons affaire ici à une application web interactive de cartographie du Monde antique qui permet la conception et l’édition de cartes personnalisées en fonction de critères prédéfinis.

Ce projet a été conçu par « l’Ancient World Mappinp Center » de « l’University of North Carolina at Chapel Hill».

Une fois l’application lancée, l’écran d’élaboration et de visualisation des cartes se décompose en trois parties :
En haut, des outils pour interagir avec l’atlas… Au centre, le fond de carte interactif ; sur le panneau à droite, les critères de recherche d’un lieu, les paramètres de personnalisation de la carte (calques, critères géographiques, légendes…) ; quand on clique sur le bouton de recherche « Search for Features« , un autre panneau avec les critères de recherche (nom de lieu, type de lieu, époque) apparait
Chaque partie de l’écran est modulable pour donner plus de place à la carte.

Les résultats de la recherche apparaissent dans la zone « Results ». Il suffit de double-cliquer sur une occurrence pour qu’elle apparaisse sur la carte centrale. Sur la carte, on peut afficher plusieurs lieux en même temps.

On peut aussi modifier l’aspect de la carte en intervenant sur les menus au-dessus de celle-ci. Avec « Labels », on change la langue (anglais, grec, latin) des noms de lieux. Avec « Time Period(s) », on fait varier les époques chronologiques (Archaic, Classical, Hellenistic, Roman, Late) liées aux sites. Avec « Tools », on peut mesurer la distance entre des localités, les déplacer, en créer de nouvelles, tracer des itinéraires ou de larges zones circonscrites et, enfin, sauvegarder la carte sur laquelle on travaille sous forme d’URL.

L’application propose également l’export de la carte aux formats « .json » (lu par les logiciels de SIG) et « .kml » (visualisable sur Google Earth).

A noter que l’affichage de la carte, lors d’un zoom, d’une modification des paramètres ou d’un repositionnement, peut être un peu lent…

ORBIS : The Stanford Geospatial Network Model of the Roman World

Ce site interactif, développé par la « Stanford University, (US) » permet une simulation cartographique des déplacements entre cités établis à partir des principales voies de communication (réseau routier, routes maritimes, fleuves et rivières navigables) de l’Empire romain (1er-2ème siècles ap. J.C.) pris dans sa plus grande acceptation (Méditerranée, Mer noire, Asie mineure, littoral atlantique…).

Grâce aux nombreuses informations historiques entrées dans la base de données (632 sites, 301 ports, plus de 84000 km de réseau routier, 28000 km de rivières et de canaux navigables…) , une attention toute particulière a été donnée à la durée et aux coûts des voyages, fortement tributaires des contraintes géographiques. Cette simulation tient aussi compte des saisons, des modes et moyens de transports de l’époque.

Lorsqu’on lance l’application, elle ouvre sur une page composée de quatre parties :

Au centre, un fond de carte, « zoomable » et repositionnable, sur lequel figurent déjà les principales agglomérations urbaines et voies de communication terrestres de l’Empire romain.

A gauche, le panneau de composition de la « feuille de route » (points de départ et d’arrivée, saison du voyage, outil de calcul de l’itinéraire) et de sélection des modalités de l’expédition (rapidité, coût, type de trajet, modes et moyens de transport…). Avec l’onglet « Network », vous pouvez calculer la distance, le temps ou les dépenses à destination ou en provenance d’un site vers tous les autres sites du réseau et créer des cartes avec ces résultats. Avec l’onglet « Flow », à partir d’un site précis, on obtient un diagramme de flux qui regroupe les trajectoires calculées à destination ou en provenance de ce lieu. La popularité des flux de circulation est indiquée par l’épaisseur du segment dans le diagramme.

En bas de la page, un bandeau affiche le détail des principales étapes du voyage. Ces informations (durée du voyage, saison, kilométrage, coût…) sous forme de graphiques sont une reprise de celles notées dans la fenêtre « Calculated Route » qui apparaissent aussi sur la carte à chaque nouvelle composition d’itinéraire. On cliquant sur les points de l’itinéraire, on interagit avec les graphiques.

A droite, une zone de paramétrage du fond de carte (affichage des routes, des villes, reset de la carte, historique des itinéraires…). On peut également y télécharger les itinéraires que l’utilisateur a élaborés aux formats  « .sgv », « .csv »…

Toutes les zones de paramétrages sont possiblement escamotables afin d’obtenir un fond de carte en plein écran.

Le site propose également une galerie de cartes et des cartogrammes, un peu compliqués à lire pour le profane, sur les ratio coût/distance/mode de transport des échanges entre les grandes métropoles de l’Empire romain (Rome, Constantinople, Antioche…).

Articles de la revue en ligne M@ppemonde sur le site ORBIS :

https://mappemonde-archive.mgm.fr/num34/internet/int12201.html

https://mappemonde-archive.mgm.fr/num36/internet/int12401.html

PLEIADES

Il ne s’agit pas là d’un atlas à proprement parler mais plutôt d’un répertoire toponymique historique, en accès libre, principalement centré sur le monde gréco-romain antique. Il est développé par l’Institute for the Study of the Ancient World (New-York University) et the Ancient World Mapping Center (UNC Chapel Hill).

Ce répertoire – plus de 35 000 lieux antiques référencés – a été, au départ du projet, élaboré à partir des données du « Barrington Atlas of the Greek and Roman World ». Il s’enrichit régulièrement de nouvelles données géographiques provenant d’autres atlas numériques disponibles sur le Web.

A partir d’une page d’interrogation principale, on consulte la base de données (privilégiez la forme anglo-saxonne du nom de lieu). Une liste des items correspondant à la requête s’affiche et l’on peut alors choisir le lieu recherché (région, toponyme, localité, zone géographique, site archéologique, route, rivière, montagne…).

Chaque lieu pointe vers une notice, plus ou moins détaillée, avec une carte Google Maps (plan ou image satellite), des références bibliographiques, une mention du type de lieu, éventuellement les différents noms sous lesquels le lieu a été connu à travers les époques, parfois des photos liées au lieu (hébergées par flickr), quelquefois des liens vers d’autres lieux référencés dans PLEIADES…

La notice propose également des possibilités d’exportation et de présentation des données sous différents formats (Atom, Json, Turtle , KML…) lisibles par des applications appropriées.

A noter aussi qu’il s’agit là d’un projet collaboratif. Après s’être inscrites, les personnes intéressées peuvent s’impliquer dans l’enrichissement du site par l’ajout d’informations géographiques, bibliographiques, historiques ou de liens vers des ressources extérieures.

Au fil de nouvelles collaborations, le site compte élargir son horizon géographique et chronologique en intégrant dans son inventaire de nouvelles localisations antiques en relation avec le Proche-Orient ancien, l’Europe celtique, le monde byzantin….

Old Maps Online

Il ne s’agit pas là non plus d’un atlas mais plutôt un portail qui répertorie les cartes « anciennes » numérisées conservées dans des collections partout dans le monde. Il propose aussi un accès direct à ces cartes.

Le projet a été créé suite à une collaboration entre le « Great Britain Historical GIS Project » de l’University of Porthmouth (UK) et Klokan Technologies GmbH, une entreprise suisse.

On peut rechercher un site référencé sur une carte en saisissant directement un nom de lieu dans la zone de recherche en haut de la page ou en cliquant sur « Find a Place » au centre de la page. Il est aussi possible de préciser sa recherche en utilisant les curseurs de la règle chronologique « Timeline » afin de restreindre les résultats en fonction de la date de publication des cartes.

Les résultats des requêtes sont matérialisés, sur la droite de la page, par des vignettes de cartes qui font le lien vers le ou les sites Web qui possèdent les documents numérisés. Les modalités de visualisation ou de téléchargement éventuel des cartes sont propres aux sites hôtes.

Le portail « Old Maps Online » ne contient pas de carte.

Nous venons de survoler les fonctionnalités de ces quelques projets d’atlas numériques qui se recoupent d’ailleurs parfois sur bien des aspects (à quand l’atlas unique des sites archéologiques de la Méditerranée antique, par exemple ?). Chacun d’entre eux mériterait qu’on s’y attarde plus longtemps afin de mieux maitriser toutes ses potentialités. A vous de jouer…

Pour un recensement plus complet des projets cartographiques et numériques, en accès libre, de l’Antiquité, voir l’article « Roundup of Resources on Ancient Geography » sur le Blog AWOL – The Ancient World Online.

FOCUS : Des outils pour la recherche scientifique

Valoriser ses données de recherche ? Trouver des partenaires ?  Editer un texte en TEI ? Il est parfois compliqué d’identifier les outils adaptés à vos projets. Au cours d’une veille effectuée sur différentes listes de diffusion ces derniers mois, nous en avons repérés quelques-uns qui pourraient vous être utiles. Cette liste est évidemment loin d’être exhaustive.

Trouver les acteurs de la recherche travaillant sur vos thématiques

ScanR est un moteur de recherche des acteurs publics et privés de la recherche scientifique française. Il recense près de 35 000 laboratoires et institutions décrits et caractérisés en fonction de leurs thématiques de recherche, leur emplacement géographique, leur rattachement à une école doctorale, leurs projets de recherche, etc.
Cet outil nous semble notamment intéressant pour les jeunes diplômés en recherche d’emploi : 937 résultats répondent au mot-clé « archéologie ». Alors, vous ne saviez pas où postuler ?

Organiser un projet de recherche, rassembler et diffuser ses informations

Fruits d’une collaboration entre l’Association of Research Libraries (ARL) et le  Center for Open Science (COS), la plateforme OpenScience Framework et le portail Share permettent de rassembler, de sécuriser et de retrouver toute la documentation (publications, pré-prints, données de recherche, plan de gestion des données, comptes-rendus de réunion, etc. ) relative  à un même projet de recherche de son  élaboration à l’archivage des documents.
Pour rechercher des données ou des publications publiques sur Share, suivez ce lien  : https://share.osf.io/
Pour réaliser le suivi de vos propres projets de recherche sur OpenScience Framework, c’est par ici : https://osf.io/

Sciencesconf.org est une plateforme web proposée par le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD). Elle s’adresse aux organisateurs de colloques, workshops ou réunions scientifiques.
Cette plateforme multi-langue et configurable facilite les différentes étapes de déroulement d’une conférence depuis la réception des communications jusqu’à l’édition automatique des actes en passant par la relecture et la programmation des thématiques.

Organisez votre conférence  à cette adresse :
https://www.sciencesconf.org/ Continuer la lecture de FOCUS : Des outils pour la recherche scientifique

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé. Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Glozel

Amour et sexualité en islam : une bibliographie

Image_1

Rigueur morale, pudibonderie, misogynie, machisme, conformisme social, conservatisme politique, fondamentalisme religieux, violence, le tout plus ou moins institutionnalisé par les Etats, voilà ce que l’on retient malheureusement des sociétés musulmanes contemporaines.
Il n’est donc pas inutile de rappeler la place que cette civilisation a accordée jadis aux questions de l’amour et de la sexualité par le biais notamment de sa littérature courtoise et érotique. Cette riche et ancienne tradition (arabe, persane, turque…) vouait un culte au corps, à la satisfaction des désirs, à la jouissance, au souci de soi, certes le plus souvent dans le strict cadre des recommandations coraniques mais avec une liberté de ton sans égale à l’époque.
On pense bien sûr aux Milles et une nuits, aux traités sur l’amour d’Umar Ibn Abî Rabi’a (644-719), d’Abû Nawas (757-815), d’al-Jahîz (776-867), d’Ibn Hazm (994-1063), d’Ibn `Arabî (1165-1240), d’al-Jawziyya (1292-1350), aux traités d’érotologie du moyen-âge tardif… Tout un art du plaisir a marqué la culture arabo-musulmane médiévale et pré-moderne.
Afin de faire le point et d’analyser (et pourquoi pas faire revivre) cet art d’aimer (homosexualité comprise) qui a été progressivement marginalisé et semble-t-il évincé du champ socio-culturel islamique contemporain, nous vous proposons une bibliographie thématique non-exhaustive d’ouvrages et d’articles français et étrangers dont une grande partie d’entre eux est localisée à la bibliothèque de la MOM.
Cette bibliographie est découpée, pour des raisons pratiques, en trois parties. La première partie propose une sélection d’ouvrages et d’articles ayant une approche historico-littéraire de la sexualité en islam : anthologies de textes érotiques, traités d’érotologie, études historiques des pratiques sexuelles…
La deuxième partie présente des références bibliographiques qui abordent la thématique de manière plus « sociologique » et contemporaine.
La dernière partie met en évidence quelques références qui proposent une lecture plus psychologique de l’éros islamique.
Les références bibliographiques sont parfois accompagnées de la cote MOM de l’ouvrage (en vert) et/ou d’un ou plusieurs liens vers des ressources Internet (compte rendu de l’ouvrage, article de presse, interview, consultation en ligne…).

La bibliographie est ici :

Amour et sexualité en islam

Rendez-vous à la table ronde « Publier en Libre Accès », Lyon, 17 octobre

je_soutiens_petitDans le cadre de la septième édition de la semaine internationale du Libre Accès « Open Access Week », les Universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et la Bibliothèque Diderot organisent à Lyon une table ronde sur la thématique suivante : « Publier en Libre Accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ? »

Cette table ronde qui aura lieu dans la salle des colloques à l’Université Lumière Lyon 2 au 18, quai Claude Bernard  de 9 h à 12 h 30 sera animée par Eric Verdeil, chercheur au CNRS et bien connu des inconditionnels du libre accès.

Les doctorants et jeunes chercheurs sont particulièrement attendus car cette année, le thème de l’édition au niveau international est «  Generation Open ».

Depuis quelques années déjà, « l’open access » est incontestablement un mouvement en marche et pourtant méconnu de certains qui se posent encore des questions. Des acteurs du monde des Archives Ouvertes en France seront présents comme le CCSD qui dévoilera les secrets des nouvelles fonctionnalités de la dernière version de Hal, l’INRIA qui parlera du lancement des épi-journaux. L’Université de Grenoble nous présentera son expérience de portail HAL, le vice-président Recherche de l’Université de Lyon 3 abordera les enjeux et opportunités du libre accès pour un établissement scientifique et universitaire. Des chercheurs venant d’horizons divers et adeptes de l’open access feront des retours d’expérience sur leurs pratiques.

oa1Dès l’après-midi et toute la semaine suivante, des ateliers d’initiation au dépôt dans HAL seront proposés par les organisateurs de cette table ronde.

A l’issue de cette journée où la communauté scientifique lyonnaise partagera ses connaissances et ses expériences, les novices en la matière en sauront plus sur les bénéfices du libre accès. La Bibliothèque de la MOM est partenaire de cette journée et espère contribuer ainsi à la promotion du libre accès.

Pour ceux qui ne pourraient assister à la journée, vous la retrouverez sur You Tube

Geneviève Peyres

Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

DIGIMOM, le site de consultation d’ouvrages numérisés en accès libre de la bibliothèque de la MOM s’est enrichi, en 2013, de treize nouveaux volumes. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu des ouvrages mis en ligne. Ces monographies sont consultables en mode image ou téléchargeables au format PDF intégrant la recherche en texte intégral.

 

imagePlanche tirée du traité des arts céramiques d’A. Brongniart.

  Continuer la lecture de Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (V)

Violences en Syrie, Égypte, Tunisie, Libye… Immobilisme politique ailleurs. Trois ans après le début des bouleversements politiques qui ont secoué le Moyen-Orient, le « Printemps arabe » semble se transformer progressivement en hiver long et rigoureux.

Une partie de la société civile arabe était descendue dans la rue pour réclamer une démocratisation des sociétés arabes. Mais à la lumière des derniers événements, les effets de cette mobilisation populaire sans précédent peuvent paraitre aujourd’hui quelque peu décevants, pour ne pas dire décourageants.

Après des décennies de pouvoir autoritaire, de spoliation des biens communs, de pauvreté endémique, de mobilité sociale bloquée, d’absence de contre-pouvoir démocratique structuré et de subversion fondamentaliste, comment peut-il en être autrement ?

Alors évolution, stagnation ou régression des « révolutions arabes » ? Afin de se faire une idée plus précise sur cette transition politique inachevée, la bibliothèque de la MOM vous propose un nouveau (voir les autres billets sur la même thématique ici, , là-bas et encore par ici) retour bibliographique sur trois ans d’analyses de spécialistes en lien avec le « Printemps arabe » à travers une sélection en langue française d’ouvrages et de numéros spéciaux de revues.

Info_box_collage_for_mena_Arabic_protests

2011

Revues :

ContreTemps, n° 11 : Révolutions arabes.- Syllepse, 2011.- ISBN 978-2-84950-315-7.

Ce numéro est consacré aux révolutions tunisienne et égyptienne et à leur propagation dans les pays arabes voisins, Libye, Jordanie, Yémen, Bahreïn et Algérie. Les besoins de réinventer des formes politiques permettant l’installation durable de la liberté sont évoqués.

Lignes, n°36 : Monde arabe : rêves, révoltes, révolutions.- Nouvelles éditions Lignes, 2011.- ISBN 978-2-35526-087-2.

Consacré aux soulèvements politiques survenus dans le monde arabe depuis janvier 2011, ce numéro étudie la situation pays par pays pour mieux saisir les points communs et mesurer les possibilités de démocratisation. Les contributions, rédigées par les acteurs de ces mouvements, analysent en outre le rôle de la communauté internationale.

Mondes, n°8 : Espoirs et défis des révolutions arabes.- Grasset, 2011.- ISBN 978-2-246-78628-3.

Ce dossier réunit des analyses et des témoignages qui reviennent sur les révolutions de pays arabes et s’interrogent sur les perspectives et défis qui attendent les pays de la région et la communauté internationale. Il présente aussi les efforts entrepris pour accompagner les transitions avec les cas de la Tunisie, de la Russie soviétique et de la zone méditerranéenne.

Ouvrages :

Amin, Samir / Le monde arabe dans la longue durée : le printemps arabe ?- Temps des cerises, 2011.- ISBN 978-2-84109-894-1.

Samir Amin, économiste marxiste franco-égyptien, est étroitement lié aux mouvements de lutte dans le tiers-monde. Figure intellectuelle du monde arabe, il a assisté aux mouvements des peuples qui se sont multipliés au début de l’année dans cette partie du monde, en particulier en Egypte. Dans ce livre, il analyse le mouvement, ses potentialités mais aussi les dangers de récupération qu’il court.
BAB DS63.14. A57 2011

Basbous, Antoine / Le tsunami arabe.- Fayard, 2011.- ISBN 978-2-213-66620-4.

Réflexion sur les conséquences géopolitiques, sociales et économiques des révoltes ayant éclaté en 2011 dans les pays arabes, sur la viabilité des processus de démocratisation enclenchés, sur l’attitude de l’Iran, la Turquie et Israël face à ces événements…

Béchir-Ayari, Michaël & Geisser, Vincent / Renaissances arabes : 7 questions clés sur des révolutions en marche.- Ed. de l’Atelier, 2011.- ISBN 978-2-7082-4173-2.

En s’attachant à décrire les traits spécifiques du soulèvement des peuples arabes, deux spécialistes de cette région en analysent les causes profondes : l’alliance du despotisme et des politiques libérales d’ajustement structurel n’a pas résisté à trois écueils, l’absence de liberté, le chômage et la corruption. Ils montrent que les impacts du mouvement débordent les frontières du monde arabe.
BAB DS63.14. B4 2011
Compte rendu : http://remmm.revues.org/7365

Ben Hammouda, Hakim / A quoi rêve un oriental ? De nouvelles modernités pour les printemps arabes.- Ed. du Cygne, 2011.-ISBN 978-2849242506.

Les bouleversements survenus au sein des pays arabes ont profondément modifié tous les domaines de la vie politique, économique et sociale. Considérant que les printemps arabes ont ouvert la voie à la construction de nouveaux systèmes démocratiques et à une plus grande participation citoyenne, l’auteur propose des pistes de réflexion pour de nouveaux fondements philosophiques et politiques.
BAB DS63.14. B4 2011.

Boussois, Sébastien (Dir.) / Le Moyen-Orient à l’aube du printemps arabe : sociétés sous tension.- Ed. du Cygne, 2011.- ISBN 978-2-84924-247-6.

Ensemble de textes de chercheurs spécialistes du Moyen-Orient qui reviennent sur la situation actuelle des pays qui ont renversé leurs dirigeants lors du printemps arabe et ceux qui sont en période de tension comme la Libye ou la Syrie. Plusieurs thématiques sont développées afin de porter un regard global sur cette phase de changements.

Dakhlia, Jocelyne / Tunisie, le pays sans bruit. Actes Sud, 2011.- ISBN 978-2-330-00122-3.

Une réflexion sur la révolution tunisienne de 2010, à travers une analyse du contexte dans lequel le pays se trouvait au moment de son déclenchement et ses premiers développements politiques.
BAB DT266.7. D3 2011
Compte rendu : remmm.revues.org/7564

Peterson, Michel (Dir.) / Les Printemps arabes.- Mémoire d’encrier, 2011.- ISBN 978-2-923713-67-0.

Les auteurs viennent de tous les horizons et de tous les milieux. Cet ouvrage aura l’avantage de rompre avec les poncifs, en établissant simplement les faits, les expériences du vécu afin que résonne la raison arabe.
Compte rendu : http://brock.scholarsportal.info/journals/voixplurielles/article/download/596/605

2012

Revues :

Afrique du Nord, Moyen-Orient, 2012-2013 : printemps arabes, trajectoires variées, incertitudes persistantes.- Éd. 2012-2013. – Paris : la Documentation française, 2012.- ISBN 978-2-11-008816-1.

Recueil d’études sur le « printemps arabe », ses causes et ses suites. Après des réflexions générales touchant à l’ensemble de la région arabo-musulmane, les auteurs examinent l’une après l’autre la situation des Etats suivants : Libye, Syrie, les pays du golfe Persique, le Yémen, Israël, le Maroc.
BAB DS63.1. A44 2012

Compte rendu :
https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-219.htm

Alternatives Sud, n° 2 (2012) : Le printemps arabe : un premier bilan : points de vue du Sud.- Syllepse, 2012.- ISBN 978-2-84950-346-1.

Les premiers bilans des révolutions démocratiques de 2011 dans les pays arabes sont établis ici. Mais ces événements s’inscrivent dans des processus longs dont les promesses et les risques sont également évalués

Pouvoirs, n°143, 2012 : Printemps & révolutions arabes: un renouveau pour la séparation des pouvoirs ?.- Seuil, 2012.

La théorie de la séparation des pouvoirs, dans son sens originel de non concentration, semble retrouver une utilité théorique et pratique au cœur des Printemps arabes. Toutefois, si un désir d’organisation différenciée et démocratique du pouvoir est tangible notamment en Égypte, en Tunisie et au Maroc, les volontés populaires ne sont pas toutes et instantanément traduites juridiquement et constitutionnellement. On y perçoit davantage des séparations floues ou performatives ainsi que des concentrations au moins provisoires des pouvoirs

Riveneuve Continents, n° 14 : Printemps arabes : le souffle et les mots.- Riveneuve, 2012.-ISBN 978-2-36013-084-9.

Le fait d’écrire sur le printemps arabe de 2011 permet-il de mieux le comprendre ? C’est ce que tente de savoir la revue en explorant la place de la littérature des espaces méditerranéens et orientaux, ses mots, son rôle dans sa relation aux changements actuels de ces territoires.

Tumultes, n° 38-39 : Le Moyen-Orient en mouvement.- Kimé, 2012.- ISBN 978-2-84174-590-6.

Contributions sur les soulèvements populaires qui se sont multipliés au Moyen-Orient. Elles mènent une analyse de fond prenant en compte la durée et mettant l’accent sur les changements sociaux et politiques qui les ont affectés. Elles mettent en évidence l’affirmation des sociétés civiles, la constance des mouvements ouvriers et paysans et la visibilité croissante d’acteurs plus nouveaux.

Ouvrages :

Abidi, Hasni / Où va le monde arabe ? Les enjeux de sa transition.- Ed. Erick Bonnier, 2012.- ISBN 978-2-36760-006-2.

Après des années de pouvoir, les régimes totalitaires de Tunisie, d’Egypte et de Libye ont capitulé devant une pression populaire. Cet essai interroge le devenir de ce printemps arabe et montre la nécessité de construire un projet politique de transition capable de satisfaire le désir de rupture des populations tout en convainquant celles-ci que les réformes doivent s’installer dans la durée.

Benhabib, Djemila / Des femmes au printemps.- VLB Editeur, 2012. –ISBN 978-2-89649-440-8.

Au printemps 2012, Djemila Benhabib a vécu au rythme du Caire et de Tunis. Avec la curiosité et la passion qu’on lui connaît, elle s’est imprégnée du quotidien et des préoccupations des habitants des deux capitales pour mieux dépeindre l’histoire en marche, celle de deux grands pays que de courageuses insurrections populaires ont débarrassés de leurs dictateurs. Au cœur du combat pour l’avènement de véritables démocraties dans le monde arabe et musulman, deux batailles décisives sont en cours : l’une pour la liberté des femmes, et l’autre, pour la séparation des pouvoirs politique et religieux. En Tunisie comme en Égypte, les victoires électorales de l’islamisme politique mettent en effet en grave péril des acquis laïques et progressistes obtenus de haute lutte par le passé.

Ben Hammouda, Hakim / Tunisie : économie politique d’une révolution.- de Boeck, 2012. ISBN 978-2804166335.

Présentation des tenants et des aboutissants des événements qui ont bouleversé la Tunisie, de l’immolation de Mohamed Bouazizi en décembre 2010 jusqu’au départ du président Ben Ali en janvier 2011 et à ses conséquences.
BAB DT266.7. B4 2012

Bensalah, Mounir / Réseaux sociaux et révolutions arabes ?-Michalon, 2012.-ISBN 978-2-84186-668-7.

Description du monde d’Internet dans le monde arabe depuis ses débuts à aujourd’hui et analyse des changements politiques, économiques, sociaux et culturels qu’il a provoqués. Militant et blogueur marocain, l’auteur passe en revue l’évolution de la situation depuis les évènements postélectoraux de 2009 en Iran jusqu’aux révolutions dans les pays arabes. Avec une large part consacrée au Maroc.

Brahimi El-Mili, Naoufel / Le printemps arabe : une manipulation ?- Max Milo, 2012.- ISBN 978-2-315-00374-7.

Face à la spontanéité apparente des révoltes qui ont animé le monde arabe en 2011, l’auteur oppose la théorie de la manipulation. Il implique la chaîne qatarie Al-Jazeera ainsi que les Etats-Unis, désignant l’islamisme radical comme ultime bénéficiaire de ces bouleversements.

Chapuis, Julie (Dir.) / Le Moyen-Orient en marche : perspectives croisées.- Ed. du Cygne, 2012.- ISBN 978-2-84924-268-1.

Depuis le soulèvement du peuple tunisien durant l’hiver 2010-2011, des mouvements de protestation contre les régimes autoritaires s’élèvent dans les pays arabes, montrant que le peuple est un acteur politique, économique et social. Les contributions réunies proposent des études de cas abordant ce phénomène dans ses aspects juridiques, historiques, politiques, économiques et sociaux.
Compte rendu : http://revolutionsociale2011.blogspot.fr/2012/03/le-moyen-orient-en-marche-perspectives.html

Denecé, Eric (Dir) / La face cachée des révolutions arabes.- Ellipses, 2012.- ISBN 978-2-7298-7875-7.

Chercheurs, journalistes et philosophes offrent des points de vue et des perspectives permettant la compréhension des mouvements de contestation qui ont secoué les pays arabes à partir de l’hiver 2011.

Djalili, Mohammad-Reza & Kellner, Thierry / L’Iran et la Turquie face au printemps arabe : vers une nouvelle rivalité stratégique au Moyen-Orient ?- GRIP, 2012.-ISBN 978-2-87291-034-2.

Etude de la politique menée par ces deux pays face aux bouleversements survenus dans le monde arabe depuis le début de l’année 2011, avec une analyse comparative éclaircissant les particularités de chacun d’eux et une analyse de leurs relations bilatérales.

Estival, Jean-Pierre / L’Europe face au printemps arabe : de l’espoir à l’inquiétude.- L’Harmattan, 2012.- ISBN 978-2-296-96607-9.

Analyse des événements politiques qu’ont connus les pays d’Afrique du Nord, du Proche Orient et du Moyen Orient depuis 2010, leurs conséquences géostratégiques et économiques. Diagnostic du sentiment dominant en Europe quant à l’avenir des droits de l’homme et des principes démocratiques.

Galabov, A. & Sayah, J. (Dirs) /Participations et citoyennetés depuis le printemps arabe.- L’Harmattan, 2012.- ISBN 978-2-336-00399-3.

Le printemps arabe est associé à l’usage par la jeunesse des nouveaux moyens de communication, notamment les réseaux sociaux comme instrument pour exprimer la révolte. Un regard sur le rôle des TIC dans les pays du monde arabe.

Guetta, Bernard / L’an I des révolutions arabes.- Belin, 2012.- ISBN 978-2-7011-6295-9.

L’auteur propose un recueil de ses chroniques géopolitiques, revenant sur les événements révolutionnaires qui ont marqué l’année 2011 dans le monde arabe, avec une analyse des enjeux.

Gonzalez-Quijano, Yves / Arabités numériques : le printemps du Web arabe.- Sindbad, 2012.-ISBN 978-2-330-01317-2.

Cet essai montre en quoi le monde arabe s’est emparé d’Internet et dans quelle mesure les blogueurs, dans leur diversité politique et idéologique, ainsi que les réseaux sociaux, ont contribué à déclencher un mouvement de révolte à l’échelle de tout un continent.

Guidère, Mathieu / Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ?- Autrement, 2012.- ISBN 978-2-7467-3206-3.

Synthèse de la situation politique, économique et sociale des 22 pays de la Ligue arabe, pour comprendre les tenants et les aboutissants du Printemps arabe.
REF AC25.A78. G8 2012

Compte rendu :
http://lectures.revues.org/8625 & http://framespa.revues.org/1522

Guidère, Mathieu / Le printemps islamiste : démocratie et charia.- Ellipses, 2012. –ISBN 978-2729873578.

Ce guide dresse un bilan des bouleversements apportés par le printemps arabe en fournissant un éclairage sur la nouvelle donne géopolitique. Il propose un panorama des partis et forces islamiques dans chacun des pays et donne des repères pour en comprendre les enjeux.
BAB  BP173.7. G8 2012

Guidère, Mathieu / Le choc des révolutions arabes : de l’Algérie au Yémen, 22 pays sous tension.- Autrement, 2012.- ISBN 978-2-7467-3282-7.

Cette analyse présente la situation politique et les rapports de force nationaux, régionaux et internationaux dans les 22 pays de la Ligue arabe, après les révolutions arabes de 2011.
BAB DS63.18. G8 2011

Lanier, Valérie & Porteilla, Raphaël / Les révoltes arabes contre l’humiliation : processus et acteurs.- Ed. du Cygne, 2012.-ISBN 978-2-84924-282-7.

Analyse des révoltes arabes et leur impact sur le bassin méditerranéen. Ce document propose des éclairages sur les révolutions ayant eu lieu dans différents pays : Maroc, Tunisie, Egypte, Libye, Syrie, Israël et Palestine.

Lledo, Jean-Pierre / Révolution démocratique dans le monde arabe : ah ! Si c’était vrai…- Armand Colin, 2012.-ISBN 978-2-200-27515-0.

Ce témoignage d’un intellectuel engagé donne à voir les obstacles auxquels toute velléité démocratique du monde arabe ne manquera pas de se heurter et s’interroge sur le devenir politique de ces pays. Il dénonce notamment le poids du fanatisme et du conservatisme religieux, obstacles, selon lui, à tout progrès dans le monde arabe.

Manifeste du dégagisme : révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui : dégageons ! – maelstrÖm reEvolution, 2012.- ISBN 978-2-87505-087-8

Ce manifeste fournit une analyse du Printemps arabe et expose la théorie du « dégagisme ». Né de l’expérience tunisienne et de son caractère inédit, le « dégagisme » consiste à déloger le détenteur du pouvoir sans pour autant vouloir prendre sa place. Ces contributions invitent à relire l’histoire des révolutions à la lumière de ce concept.

Mikaïl, Barah / Une nécessaire relecture du Printemps arabe.- Ed. du Cygne, 2012.-ISBN 978-2-84924-283-4.

Analyse des répercussions des révoltes dans les différents pays arabes depuis 2010 sur la stabilité potentielle de la région : mouvements migratoires, stabilité des pouvoirs en place, tiraillements idéologiques, accroissement des tensions communautaires.

Moniquet, Claude / Printemps arabe, printemps pourri.- Encre d’Orient, 2012.-ISBN 978-2-36243-053-4.

Ce document met en lumière les personnalités qui ont confisqué la révolte de la jeunesse arabe pour imposer un ordre nouveau et rétrograde. D’enquêtes en révélations, il décrypte le jeu trouble de ceux qui ont profité de la crise pour faire avancer leur agenda extrémiste avec la complicité tacite des gouvernements occidentaux et en démontre les conséquences : violence, pauvreté, etc

Regourd, Serge & Hamdouni, Saïd /Les régimes arabes dans la tourmente : révolutions, communications et réactions internationales.- Publisud, 2012.- ISBN 978-2-36291-027-2

Contributions issues d’un colloque tenu en novembre 2011 et consacré aux régimes arabes secoués par la contestation et la rupture avec la gérontocratie inhérente aux régimes politiques en cause. Des dictatures sont tombées, d’autres se maintiennent, des régimes évoluent… Les premières élections laissent se dessiner un croissant islamique de Rabat au Caire.

Steuer, Clément & Beauchard, Jean-Baptiste & Vandenheede, Elisabeth / Le Moyen-Orient un an après : entre révolution, révolte et stagnation. Editions du Cygne, 2012.- ISBN 978-2-84924-274-2

Un an après le printemps arabe, ces trois études analysent les cas de la Tunisie, de l’Egypte et de l’Arabie saoudite pour mettre en évidence les similitudes et différences et montrer les conséquences que les événements eurent à l’échelle régionale. Elles éclairent les perspectives pour les années à venir.

Tamzali, Wassyla (Dir.) / Histoires minuscules des révolutions arabes.- Editions Chèvre feuille étoilée, 2012.- ISBN 978-2-914467-80-3.

Au travers de plus de 30 textes, des auteurs originaires du Maghreb et du Moyen-Orient racontent les événements qui ont ébranlé le monde arabe et leur genèse. Imaginaire et témoignages livrent une compréhension nouvelle de ces révolutions.
Compte rendu :
http://hommesmigrations.revues.org/1967

Tannous, Manon-Nour (Coord.) / Le monde face aux révolutions arabes : analyses et réactions des puissances régionales et mondiales. – Ed. du Cygne, 2012.-ISBN 978-2-84924-278-0.

Un examen approfondi des réactions et des visions des Etats qui ne sont pas acteurs directs face aux bouleversements du monde arabe.

2013

Revues :

Afrique du Nord, Moyen-Orient, 2013-2014 : la double recomposition.- Documentation française, 2013.- ISBN 978-2-11-009242-7.

Recueil d’études sur le Printemps arabe, ses causes et ses suites. Après des réflexions générales touchant à l’ensemble de la région arabo-musulmane, les auteurs examinent l’une après l’autre la situation des Etats suivants : Libye, Syrie, les pays du golfe Persique, le Yémen, Israël, le Maroc.

Les Cahiers de l’Orient, n° 109 : Révolutions arabes, suite sans fin…-Les Cahiers de l’Orient, 2013.

Contributions sur la continuité des révolutions arabes et sur les conséquences envers les femmes arabes.

Hala Kodmani « L’implication du Qatar dans les révolutions arabes : stratégie d’influence ou OPA ? », Confluences Méditerranée 1/2013 (N° 84), p. 77-85. 

Comme dans les autres domaines où il investit, le Qatar a trouvé dans les révolutions arabes une formidable occasion de déborder ses étroites frontières pour se projeter sur la scène internationale. Si le maximum de visibilité était l’objectif principal de l’implication de l’Emirat, on peut estimer qu’il est largement réalisé. Mais son soutien privilégié aux mouvements islamistes aiguise les critiques tandis que l’effectivité de son influence reste discutable dans des dynamiques très mouvantes.
URL : www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2013-1-page-77.htm.

Pouvoirs, n°145, 2013 : Le Maroc et le printemps arabe.- Seuil, 2013

Le Maroc sort de son moyen âge, mais il le fait dans la lenteur et la confusion. L’ancien modèle de société, fait de conservatisme féodal, d’autoritarisme patriarcal, de prédation et de rente, de répression et de corruption, est condamné par les mutations sociologiques, économiques, politiques et technologiques. Mais il cède difficilement devant les inerties politiques et sociales dues, notamment, à l’éviction, la répression, la corruption et la décrédibilisation des élites menées par le palais depuis l’indépendance, ainsi qu’à la crainte de déstabilisation (islamiste, militaire, sécessionniste…). Ainsi, les espaces de libéralisation récemment concédés permettent un jeu politique plus fluide, plus transparent et mieux sanctionné par la volonté populaire. Mais les élites au pouvoir et celles capables de peser à moyen terme grâce au suffrage populaire sont très largement prisonnières de la logique autoritariste, paternaliste, clientéliste et rentière, ce qui empêchera probablement l’éclosion d’une véritable démocratie active pour une ou plusieurs décennies, le temps que la relève se cristallise et que les us démocratiques s’imposent

Recherches internationales, n° 94 : Temps couvert pour les printemps arabes.- Association P. Langevin, 2013.ISBN 978-2-917541-34-0.

Les printemps arabes affrontent les dérives autoritaires des nouveaux pouvoirs et la montée des violences qui les accompagne. Deux ans après les révolutions arabes, les Frères musulmans se sont affirmés, souvent accompagnés par les salafistes qui rejettent le cadre électoral et qui veulent prendre le pouvoir par la violence.

Revue méditerranéenne de droit public, n° 2 : Droits des femmes & révolutions arabes : actes du colloque du Mans, 29 juin 2012.- Editions l’Epitoge, 2013.- ISBN 978-2-9541188-4-0.

Recueil de contributions sur le bilan juridique et social des révolutions du Printemps arabe concernant l’évolution des droits civils et politiques des femmes, ainsi que l’effectivité actuelle de ces droits.

Ouvrages :

Abû Sulaymân, Abdulhamîd /Manifeste contre le despotisme et la corruption : le printemps arabe et l’impératif de réforme.- L’Harmattan, 2013.-ISBN 978-2-343-01219-3.

Plaidoyer en faveur de la démocratisation des pays musulmans dans le sillage du Printemps arabe. Partant d’une interprétation libérale du Coran, partisan de la concertation démocratique, de l’indépendance des institutions et d’une réforme de la pensée islamique, l’auteur entend lutter contre l’autoritarisme et la corruption qui polluent la vie politique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Achcar, Gilbert / Le peuple veut : une exploration radicale du soulèvement arabe.- Actes Sud, 2013.-ISBN 978-2-330-01435-3.

Une analyse de fond des conditions économiques, sociales, politiques et idéologiques qui ont permis les soulèvements populaires du printemps arabe, et qui ont déterminé les formes particulières qu’ils ont revêtues dans chaque pays.

Allal, Amir & Pierret, Thomas (Dirs) / Au cœur des révoltes arabes : devenir révolutionnaires.- Armand Colin, 2013.- ISBN 978-2-200-28555-5.

A partir d’une série d’études de cas qui restituent l’élan révolutionnaire, ses causes et ses conséquences, cet ouvrage analyse les révolutions arabes, du point de vue de la science politique et de la sociologie des mobilisations.
BAB DS63.14. A8 2013

Compte rendu : http://halqa.hypotheses.org/1040

Aswany, Alaa El- / Chroniques de la révolution égyptienne.- Actes Sud, 2013.- ISBN 978-2-330-01799-6.

Observateur et acteur engagé dans les bouleversements du printemps arabe, l’auteur propose un état des lieux de la situation en Egypte à travers un ensemble de chroniques rédigées avant, pendant et immédiatement après la révolution égyptienne de 2011.

Daghmi, Fathallah & Toumi, Farid & Amsidder, Abderrahmane (Dirs) / Les médias font-ils les révolutions ? : Regards critiques sur les soulèvements arabes.- L’Harmattan, 2013.- ISBN 978-2-343-00072-5.

Recueil de contributions analysant comment les technologies d’information et de communication travaillent le tissu social en favorisant la mobilisation sociale et politique. Elles apportent un éclairage sur les révoltes arabes à partir de la définition de diverses problématiques communicationnelles. Au-delà de ce cadre, cette recherche permet de mieux penser les autres mouvements sociaux.

Dot-Pouillard, Nicolas / Tunisie, la révolution et ses passés.- L’harmattan, 2013.- ISBN 978-2-343-00481-5.

Cet ouvrage replace le printemps arabe inauguré en Tunisie dans l’histoire du pays en mettant en avant trois aspects fondamentaux : l’héritage politique, la question religieuse et identitaire, et la coupure géographique et sociale de la Tunisie.

Gardelle, Linda (Dir) / Un printemps arabe ? Géopolitiques de Brest (2012).- l’Harmattan, 2013.-ISBN 978-2-343-00870-7.

Contributions abordant la question avec une profondeur historique et confrontant les points de vue d’historiens, de géographes et de politologues spécialistes de ces régions du monde

Kepel, Gilles / Passion arabe : journal, 2011-2013.- Gallimard, 2013. ISBN 978-2-07-014077-0.

Afin de comprendre les événements du Printemps arabe, G. Kepel a parcouru les pays du Moyen-Orient (Israël, Egypte, Tunisie, Lybie, Turquie, etc.) entre le printemps 2011 et l’automne 2012, à la rencontre des populations. Ecrits au jour le jour durant ce périple, ces carnets mêlent l’humeur vagabonde du randonneur à l’œil acéré du chroniqueur, au savoir de l’orientaliste et à la plume de l’écrivain.
BAB DS63.14. K4 2013

Laacher, Smaïn / Insurrections arabes : utopie révolutionnaire et impensé démocratique.- Buchet Chastel, 2013.- ISBN 978-2-283-02569-7.

L’auteur analyse les soulèvements populaires qui ont secoué le Maghreb et la Tunisie afin de montrer qu’au-delà de ce que l’on a appelé révolution, la question de l’instauration d’une véritable démocratie reste impensée.

Prou, Michel / De la guerre civile en Libye au printemps islamique arabe : … où l’odeur du jasmin se mêle à celle de la poudre.- L’Harmattan, 2013.-ISBN 978-2-336-00658-1.

L’auteur étudie dans un premier temps la situation politique en Libye, puis il étend sa réflexion aux Etats arabes, actuellement marqués par la montée d’un islamisme radical et des guerres civiles.

Vernochet, Jean-Michel / De la révolution à la guerre : printemps et automnes arabes : journal de guerres qui n’osent pas dire leur nom.- Infini, 2013.- ISBN 978-2-918011-35-4.

Dénonçant un traitement médiatique simpliste et tronqué des révoltes et des révolutions au Maghreb et au Moyen-Orient en 2011 et 2012, l’auteur présente une autre lecture des événements en mettant en avant les rapports de puissance et les manœuvres géopolitiques à l’œuvre en coulisse, impliquant les Etats-Unis, l’Iran, la Russie, la France, Israël et les monarchies du Golfe.

Le voile islamique en France : une bibliographie

L’actuel gouvernement souhaiterait rouvrir le débat sur la laïcité après l’annulation du licenciement d’une employée voilée qui travaillait dans une crèche associative. Par là même, une nouvelle loi sur les signes religieux ostentatoires dans les entreprises privées, ou du moins celles ayant des relations avec du public ou remplissant des missions d’intérêt général, est déjà réclamée par certaines personnalités.

La « laïcité à la française », promulguée en 1905, prévoyait que seuls les fonctionnaires et les agents des services publiques étaient astreints à une obligation de neutralité politique et religieuse. Mais l’émergence des revendications de certains musulmans souhaitant manifester leur foi au grand jour a provoqué, en France, de nombreuses polémiques autour de l’idée de laïcité et de la place des religions (surtout l’islam) dans l’espace public.

En effet, cela fait vingt-cinq ans que les affaires de signes religieux ostentatoires, surtout concernant le port du « voile islamique », agitent la société française. On se souvient de l’affaire des trois collégiennes voilées de Creil en 1989. A l’époque, le Conseil d’Etat avait jugé que le port du voile n’était pas incompatible avec la laïcité.

En 2004, à la suite des travaux (Vol.1 & Vol.2 du rapport des auditions) de la Commission Stasi*, était votée une loi qui interdisait le port de signes religieux ostensibles dans les établissements scolaires du secondaire (voile, kippa, grandes croix…). Les signes discrets étaient tolérés.

En 2011, la loi dite « sur la burqa » qui interdisait toute dissimulation (voile intégral, port de cagoule et de masques) du visage dans l’espace public était promulguée.

Alors pourquoi une nouvelle loi sur le voile ? Volonté de réaffirmer les principes fédérateurs de la laïcité mis à mal par les communautarismes diviseurs ? Stigmatisation de minorités qu’on ne veut pas voir ? Racisme déguisé ? Dramatisation politicienne à visées démagogique et électoraliste ?…

Vous trouverez, ci-après, une bibliographie non exhaustive d’ouvrages qui témoigne de la place significative qu’occupent depuis plus d’une vingtaine d’années, les relations entre laïcité, islam et société française dans le champ des sciences humaines et sociales. Cette recension vous aidera peut-être à mieux cerner cette problématique qui ne cesse de faire controverse.

La plupart de ces ouvrages sont consultables à la bibliothèque de la Maison de l’Orient dans le fonds BAB. Les ouvrages sont classés par ordre chronologique de parution.

* Rapport au Président De La République remis le 11 décembre 2003 : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000725/0000.pdf

Bibliographie :

L’Islam dans la République : Rapport au Premier ministre / Haut Conseil à l’Intégration. – Paris : La Documentation Française , 2001. – 204 p.- ( Collection des rapports officiels ).- ISBN 2-11-004771-2
Après avoir présenté les principes de la loi de 1905 sur la liberté religieuse et la séparation des Eglises et de l’Etat, le rapport présente la diversité des communautés musulmanes en France et ses représentations (associations diverses, fédérations nationales). Puis une partie est consacrée à l’analyse des obstacles à l’exercice du culte, l’alimentation, la vie à l’école et le statut personnel. Enfin une dernière partie regroupe les propositions du Haut conseil à l’intégration.
BAB BP65.F7. I74 2001
URL : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/014000017/0000.pdf

Laïcité dans la fonction publique : de la définition du principe à son application pratique : actes du séminaire, 8 et 9 décembre 2011, CNAM  / Haut conseil à l’intégration.- La Documentation française, 2012.- 156 p.- (débats).- ISBN 978-2-11-009016-4
Réflexions sur l’importance de la formation au principe de laïcité des personnels des fonctions publiques françaises.
URL : http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/actes_du_colloque_laicite.pdf

Pour une pédagogie de la laïcité à l’école / Haut conseil à l’intégration ; Abdennour Bidar ; préface Vincent Peillon.- La Documentation Française, 2013.- 141 p.- (Débats).- ISBN 978-2-11-009215-1.
A la fois support de formation intellectuelle et boîte à outils pratique, le guide aide les personnels de l’Education nationale à réfléchir sur la formation à la laïcité dans la vie scolaire, dans l’enseignement du français ou de la philosophie, dans l’enseignement des sciences humaines et enfin dans l’enseignement des sciences de la vie et de la terre.
URL : http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/Pedagogie_de_la_laicite-web.pdf

Etre musulman en France : associations, militants et mosquées / Jocelyne Cesari. – Paris Aix-en-Provence : Karthala : IREMAM, 1994. – 368 p. – (Hommes et sociétés).- ISBN 2-86537-501-3.
La multiplication des mosquées, le phénomène beur, la question des banlieues, autant d’événements qui contribuent à placer l’immigration au cœur du débat politique français. Afin de dépasser les préjugés et les passions qui nourrissent ce débat, l’auteur présente une analyse des comportements de ces nouveaux citoyens issus de l’immigration maghrébine.
BAB BP65.F7. C4 1994

Marianne et le prophète : l’islam dans la France laïque / Soheib Bencheikh . – Paris : Grasset, 1998. – 282 p. – ISBN 2-246-53871-8.
Universitaire francophone et homme de foi, le mufti de Marseille s’interroge sur la laïcité. Plutôt qu’un refus de la religion, il y voit une volonté positive de liberté intérieure et cherche à comprendre comment un islam modéré peut être accepté en France.
BAB BP65.F7. B4 1998

L’Islam des banlieues : les prédicateurs musulmans : nouveaux travailleurs sociaux ? / Dounia Bouzar. – Paris : Syros, 2001. – 181 p.- (Alternatives sociales).- ISBN 2-8414-6990-5.
Les prédicateurs musulmans réussissent là où les travailleurs sociaux ont échoué. Comment expliquer ce phénomène ? Qu’est-ce qui séduit tant ces jeunes dans ce discours religieux ? Faut-il y voir un danger ? Selon D. Bouzar, l’entrée dans l’islam permet de vivre pleinement le double lien avec la famille et la société occidentale.
BAB BP65.F7. B6 2001

La République et l’islam : entre crainte et aveuglement / Jeanne-Hélène Kaltenbach et Michèle Tribalat . – Paris : Gallimard , 2002. – 338 p.- ISBN 2-07-076247-5.
Le « modèle français d’intégration », qui va de pair avec un code de nationalité, est entré en crise sous l’effet de plusieurs phénomènes convergents : exaltation des droits de l’individu et des différences, multiculturalisme et communautarisme, etc. Cette crise s’est surtout manifestée dans les rapports de la République avec l’Islam.
BAB BP65.F7. K3 2002

La France des mosquées / Xavier Ternisien . – Paris : Albin Michel , 2002. – 283 p. – ISBN 2-226-13468-9.
Ce livre propose une analyse de la multiplicité de l’islam, seconde religion française, à la lumière des différentes enquêtes sociologiques et au travers de ses figures les plus marquantes.
BAB BP65.F7. T4 2002

L’Une voilée, l’autre pas / Dounia Bouzar, Saïda Kada . – Paris : Albin Michel, 2003. – 213 p. – ISBN 2-226-13805-6.
Etude sur la signification du port du foulard en France et sur sa perception par les non-musulmans et les musulmans. Pour les premiers, il traduit un refus d’intégration alors que pour les seconds il ne remet pas en question leur identité française. Des témoignages de musulmanes et musulmans permettent de montrer que porter le voile et être française n’est pas contradictoire.
BAB BP65.F7. B6 2003

Le Voile, que cache-t-il ? / sous la direction de Alain Houziaux ; Jean Baubérot, Dounia Bouzar, Jacqueline Costa-Lascoux, Alain Houziaux. – Paris : Ed. de l’Atelier, 2004. – 119 p. – (Questions de vie ).- ISBN 2-7082-3771-3.
Après les controverses sur le port des signes religieux à l’école en France, au moment de l’entrée en application de la loi lors de la rentrée scolaire 2004, trois acteurs du débat, dont deux membres de la commission pour la laïcité, font le point. Comment peut-on conjuguer laïcité et pluralité religieuse aujourd’hui au sein de la société française ?
BAB BP65.F7. B3 2004

« Monsieur islam n’existe pas » : pour une désislamisation des débats / Dounia Bouzar . – Paris : Hachette Littératures, 2001. – 218 p. – ISBN 2-01-235884-5.
Ce livre expose le résultat d’une enquête menée auprès de 12 associations musulmanes permettant de définir les diverses manières de vivre l’islam quand on est français. A travers les propos recueillis, il apparaît que certains pratiquants relisent le Coran afin d’exister en tant que musulmans français dans une société laïque.
BAB BP65.F7. B6 2004

L’Islam, la République et le monde / Alain Gresh . – Paris : Fayard , 2004. – 439 p. – ISBN 2-213-61750-3.
Analyse le phénomène de l’islam politique ainsi que la peur de l’Occident face à la menace de l’islamisme. En France, cette peur se ressent d’autant plus que le pays entretient des relations particulières avec ses anciennes colonies.
BAB BP65.F7. G7 2004

L’Islam en France / sous la dir. de Yves Charles Zarka ; [avec la collaboration] de Sylvie Taussig et Cynthia Fleury . – Paris : Presses universitaires de France , 2004. – 733 p.- ( Cités. Philosophie, Politique, Histoire ).- ISBN 2-13-053723-5.
Essais, entretiens et témoignages à propos de la religion musulmane en France, du Conseil français du culte musulman, des rapports de l’islam avec les valeurs républicaines, de sa médiatisation, de la place des femmes dans l’islam, des pratiques religieuses musulmanes… Y.C. Zarka dénonce, dans son introduction, l’esprit de conquête qui anime, selon lui, l’islam.
BAB BP65.F7. I74 2004

Ça suffit ! / Dounia Bouzar. – Paris : Denoël, 2005. – 124 p. – (Indigne).- ISBN 2-207-25720-7.
Critique des représentants politiques, qui ont tendance à islamiser les problèmes sociaux et qui, ce faisant, imitent les islamistes qu’ils prétendent combattre. L’auteure est favorable à la reconnaissance de l’identité musulmane, mais dénonce la tendance à enfermer les Français de confession musulmane dans leur facette religieuse.
BAB BP65.F7. B6 2005

L’Islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005 / Thomas Deltombe . – Paris : La Découverte, 2005. – 383 p. – ISBN 2-7071-4672-2.
L’auteur, journaliste indépendant, analyse les processus œuvrant à la construction d’un islam dangereux, en France, à travers les médias. Il décrypte les journaux télévisés et les émissions consacrées à l’islam. De la révolution iranienne aux suites du 11 septembre, en passant par la « marche des Beurs » ou l’affaire du foulard, il montre comment le petit écran construit un islam imaginaire.
BAB BP65.F7. D4 2005

La Politisation du voile : L’affaire en France, en Europe et dans le monde arabe / sous la dir. de Françoise Lorcerie . – Paris : L’Harmattan , 2005. – 263 p.- ISBN 2-7475-7887-9.
Des spécialistes du monde arabe, turc et de l’islam en Europe traitent de la question du voile islamique et de la promulgation de la loi du 15 mars 2004. Après l’examen des enjeux et des acteurs de cette polémique en France, les auteurs analysent son impact à l’étranger (en Belgique, en Algérie, en Turquie, etc.).
BAB BP65.F7. P6 2005

La France et ses musulmans : un siècle de politique musulmane : 1895-2005 / Sadek Sellam . – Paris : Fayard , 2006. – 392 p.- ISBN 2-213-62854-8.
L’auteur s’inscrit en faux contre ceux qui présentent des faits liés à l’islam (terrorisme, port du voile, implantations de mosquées) comme autant d’obstacles à l’assimilation des immigrés. Selon lui, seul un retour sur les cent ans de politique musulmane française donne un éclairage pour comprendre les difficultés rencontrées par les instances officielles de France avec l’islam.
BAB BP65.F7. S4 2006

Histoire de l’islam et des musulmans en France : du Moyen Age à nos jours / sous la direction de Mohammed Akroun ; préface de Jacques Le Goff . – Paris : Albin Michel , 2006. – XXVII-1217-[16] p. de pl.- ISBN 2-226-17503-2.
Synthèse sur les relations entre Français et musulmans, depuis la bataille de Poitiers jusqu’aux rapports franco-algériens depuis la fin de la guerre d’Algérie, en passant par l’apport des sciences arabes, les Capitulations de 1673, les regards sur l’islam au temps des Lumières, l’orientalisme savant du XIXe… La 4e partie, sur la période contemporaine, fait une large place aux aspects culturels.
BAB BP65.F7. H51 2006

L’islam dans la cité : dialogue avec les jeunes musulmans français / sous la dir. de Philippe Yacine Demaison . – Paris : Albin Michel , 2006. – 280 p.- ISBN 2-226-17256-4.
Constatant que les rapports entre la France, sa jeunesse et l’islam restent à penser, des personnalités ont choisi de dialoguer avec de jeunes musulmans membres des Scouts musulmans de France, mouvement qui oeuvre pour un développement humaniste et spirituel et prêche la tolérance. Ces échanges abordent la pratique religieuse, la politique internationale, la vie quotidienne des cités…
BAB BP65.F7. I742 2006

Marianne et Allah : les politiques français face à la question musulmane / Vincent Geisser et Aziz Zemouri . – Paris : La Découverte , 2007. – 297 p.- ( Cahiers libres ).- ISBN 978-2-7071-4961-9.
Enquête retraçant la gestation républicaine de la communauté musulmane depuis la fin des années 1980 montrant que le communautarisme musulman, unanimement dénoncé aujourd’hui, est moins le produit d’un activisme islamique que celui des hommes politiques.
BAB BP65.F7. G4 2007

Les musulmans en France : courants, institutions, communautés : un état des lieux / Bernard Godard, Sylvie Taussig . – Paris : Robert Laffont , 2007. – 454 p.- ISBN 978-2-221-10473-6.
Menée à partir de statistiques officielles, cette enquête sociologique permet d’appréhender non pas un islam, mais plusieurs islams de France qui se font face, s’épaulent ou se concurrencent. Une radioscopie qui surprend par sa richesse humaine, la diversité de ses courants, mais aussi de ses oppositions internes, souvent tranchées.
BAB BP65.F7. G6 2007

L’islam, un recours pour les jeunes / Nathalie Kakpo . – Paris : Presses de Sciences Po, cop. 2007. – 197 p.- ( Sociétés en mouvement ).- ISBN 978-2-7246-1017-8.
En analysant le rapport à l’islam des enfants d’immigrés turcs et maghrébins, l’auteur affirme qu’il faut non pas observer les évolutions politiques des pays musulmans, mais plutôt le parcours des garçons et des filles au sein de la société française : l’orientation scolaire des garçons, la réussite scolaire des filles, leurs revendications religieuses dans l’espace public.
BAB BP65.F7. K3 2007

Intégrer l’islam : la France et ses musulmans, enjeux et réussites / Jonathan Laurence, Justin Vaïsse ; traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Marc Dreyfus ; préface d’Olivier Roy . – Paris : O. Jacob , 2007. – 388 p.- ISBN 978-2-7381-1900-1.
Portrait des musulmans de France dont la majorité provient des anciennes colonies d’Afrique du Nord. Les auteurs proposent un état des lieux de leur intégration en France et des politiques suivies par l’Etat.
BAB BP65.F7. L3 2007

Entre islam et démocratie : parcours de jeunes Français d’aujourd’hui / Mahnaz Shirali ; livre publié sous l’égide de Dominique Schnapper . – Paris : A. Colin , 2007. – 255 p. ; 23 cm.- ISBN 978-2-200-35101-4.
L’attirance pour l’islam radical de jeunes marginalisés, pas nécessairement de tradition musulmane, est un phénomène dont on n’a pas encore pris toute la mesure. Une approche purement « sociale » risque de méconnaître la réelle dimension spirituelle du phénomène, qui n’en reste pas moins une forme de rejet de la démocratie et de la modernité.
BP65.F7. S48 2007

Penser l’islam dans la laïcité : les musulmans de France et la République / Franck Frégosi . – Paris : Fayard , 2008. – 496 p.- ( Les dieux dans la Cité ).- ISBN 978-2-213-62149-4.
Essai sur l’islam dans la société contemporaine française, laïque et pluraliste, et sur l’évolution religieuse et sociale des musulmans en France.
BAB BP65.F7. F71 2008

Le Maire et la mosquée : islam et laïcité en Ile de France / Françoise Duthu. – Paris : L’Harmattan , 2008. – 257 p. -( Logiques Sociales ).- ISBN 978-2-296-06894-0.
A travers une analyse des relations entre les maires et leurs administrés de confession musulmane, l’auteur s’interroge sur la manière dont ces interactions débouchent sur la mise en place d’un système d’action accompagnant la mise en œuvre d’une politique publique.
BAB BP65.F7. D8 2008

Le Fait musulman à Montpellier : entre réalités sociologiques et enjeux politiques / Lydie Fournier ; préface de Franck Frégosi ; avant-propos de Michel Miaille . – Paris : Dalloz , 2008. – XVII-348 p.- ( Nouvelle bibliothèque de thèses. Science politique ; 12).-ISBN 978-2-247-08133-2.
Cette thèse de science politique fait le pari de comprendre les logiques de proximité à l’œuvre dans les rapports qu’entretiennent les acteurs islamiques et les institutions locales à travers le cas particulier d’une municipalité importante.
BAB BP65.F7. F6 2008

Le Voile en procès / Numéro coordonné par Claire de Galembert. – Paris : LGDJ, 2008. – 304 p.- N° spécial de « Droit et société : revue internationale de théorie du droit et de sociologie juridique », vol.68, 2008.- ISBN 978-2-275-02790-6.
Au sommaire notamment : La loi sur le voile : une entreprise politique (F. Lorcerie) ; Le principe de pluralisme face à la question du voile islamique en Belgique (H. Dumont, X. Delgrange) ; Production discursive et fabrication juridique : le foulard de l’enseignante en Allemagne (S. Amir-Moazami) ; Derrière le voile : analyse d’un réseau dialogique égyptien (E. Klaus et al.).
BAB BP65.F7. V6 2008

Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ? / Dounia et Lylia Bouzar.- Paris : Albin Michel, 2009.- 215 p.- ISBN 978-2-226-19324-7.
Cet ouvrage aborde la question de la pratique de l’islam au travail. Des exemples illustrent bien la confusion qui règne dans les entreprises alors que les règles du droit donnent des pistes précises qui pourraient simplifier la situation.
BAB BP65.F7. B6 2009

Imams de France : Jean-François Mondot. – Paris : Stock , 2009. – [355] p.-[8] p. de pl.-( Les documents).- ISBN 978-2-234-06000-5.
L’auteur a rencontré une douzaine d’imams de France, choisis en variant les milieux d’appartenance, les origines nationales, les lieux d’exercice, les âges, les formations intellectuelles, etc. Il donne de chacun de ces imams un portrait incisif et vivant, et propose une image de l’islam dans sa réalité quotidienne en France.
BAB BP65.F7. M6 2009

La République ou la burqa : les services publics face à l’islam manipulé / Dounia et Lylia Bouzar. – Paris : Albin Michel, 2010. – 199 p. – ISBN 978-2-226-19599-9.
Il s’agit là d’une enquête des anthropologues du fait religieux sur l’islam radical en France et sur les dysfonctionnements de la laïcité et sur les atteintes à la neutralité idéologique et religieuse de l’Etat qu’il révèle.
BAB BP65.F7. B6 2010

Nous sommes français et musulmans : enquête / textes, Vincent Geisser ; photographies, France Keyser ; légendes, Stéphanie Marteau . – Paris : Autrement , 2010. – 175 p. : ill.- ISBN 978-2-7467-1392-5.
En mêlant textes et photographies, cet ouvrage veut s’attaquer aux préjugés et clichés liés à l’islam en France et en donner une nouvelle image. Il est structuré en huit thématiques : musulmans acteurs de la vie républicaine, musulmans engagés dans l’armée ou la police, les femmes, la féminité et le féminisme, le sport et l’islam, l’enjeu économique du halal, les fêtes religieuses…
BAB BP65.F7. N6 2010

Banlieue de la République : société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil / Gilles Kepel ; avec la collaboration de Leyla Arslan et Sarah Zouheir, la participation de Mohamed-Ali Adraoui, Dilek Yankaya et Antoine Jardin . – Paris : Gallimard , 2012. – 530 p.- ISBN 978-2-07-013682-7.
Cette enquête, réalisée durant le Ramadan de 2010 dans la zone de Clichy/Montfermeil, analyse la façon dont s’imbriquent les variables comme la relégation et l’enclavement spatial, les problèmes de l’éducation et de l’emploi, de la sécurité, pour générer une émeute qui s’est répandue dans l’ensemble du pays. Il étudie notamment la façon dont la référence à l’islam a pénétré l’espace social.
BAB BP65.F7. K4 2011

L’islam à la française : enquête / John R. Bowen ; traduit de l’anglais (USA) par Frédéric Sarter . – Paris : Steinkis , 2011. – 1 vol. (382 p.).- ISBN 979-10-90090-04-0.
L’auteur ne s’intéresse pas aux musulmans prônant un islam réservé, ni aux musulmans proches des mouvements extrémistes, mais à l’entre-deux, ceux qui vivent l’islamité à la française et qui vivent leur religion tout en respectant un environnement laïc.
BAB BP65.F7. B6 2011

Quatre-vingt-treize : essai / Gilles Kepel . – Paris : Gallimard , 2012. – 322 p.- ISBN 978-2-07-013432-8.
Les banlieues sont l’un des principaux enjeux du débat politique français. Elles représentent à la fois la cristallisation des peurs d’une société inquiète face à des classes considérées comme dangereuses et la mauvaise conscience de celle-ci d’avoir laissé se développer des zones d’exclusion en marge de sa prospérité. Synthèse sur l’ensemble de ces débats et les questions qu’ils soulèvent.
BAB BP65.F7. K4 2012

Dévoilements : du hijab à la burqa : les dessous d’une obsession française / Pierre Tévanian . – Paris : Libertalia , 2012. – 151 p.- ISBN 978-2-918059-23-3.
Cette étude interroge le processus de dévoilement forcé institué par les instances politiques depuis dix ans. Elle énonce les propositions successives, de la loi anti-burqa au débat sur la laïcité, et montre en quoi les cheveux des femmes musulmanes sont devenus un enjeu politique majeur.
BAB BP65.F7. T4 2012

Voile intégral en France : sociologie d’un paradoxe  / Maryam Borghée ; préface de Michel Wievorka.- Paris : Michalon, 2012.- 253 p.-ISBN 978-2-84186-658-8.
Fondée sur une enquête menée auprès d’une trentaine de femmes portant le voile intégral, des converties pour la plupart, cette étude s’intéresse à cette question du voile qui renvoie à celle de la compatibilité l’islam avec les valeurs de la République. L’objectif est de faire mieux connaître et mieux comprendre ce sujet, très médiatisé mais en réalité mal connu.
BAB BP65.F7. B6 2012

Contacts, échanges et stratégies à la lisière septentrionale du Proche-Orient médiéval (Bibliographie)

Dans le cadre des conférences du cycle des « Voyages des Savoirs 2013-2013 » organisées par le GREMMO, l’archéologue Marie-Odile Rousset (CNRS, GREMMO, Lyon), spécialiste de l’urbanisme, de l’occupation du sol et de la céramique islamique au Proche-Orient médiéval, a donné, jeudi 4 avril 2013, une conférence sur les « contacts, échanges et stratégies à la lisière septentrionale du Proche-Orient médiéval ».

Résumé de la conférence :

Au début de l’époque islamique, c’est l’ensemble de la région au contact avec l’empire byzantin, entre la Méditerranée et l’Euphrate, qui joue le rôle de frontière. Les fortifications érigées dans cette zone de marches ou à l’intérieur du territoire sous domination islamique restent encore très méconnues. Alors que certaines d’entre elles apparaissent dans les textes médiévaux, peu ont été identifiées sur le terrain et rares sont celles qui ont fait l’objet d’une étude archéologique. Cette communication présentera l’état des lieux de la recherche et l’apport de récentes découvertes archéologiques dans ce domaine.

Bibliographie :

La plupart des ouvrages proposés ici sont disponibles à la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée notamment dans le fonds BAB (1er étage).

Ouvrages :

Borrut, Antoine / Entre mémoire et pouvoir : l’espace syrien sous les derniers Omeyyades et les premiers Abbassides (v. 72-193/692-809).-Brill: Leiden, 2011.
BAB DS94.95. B6 2011

Cobb, Paul M. / White Banners: Contention in ‘Abbâsid Syria, 750-880. – Albany: State University of New York Press, 2001.
BAB DS97.3. C6 2001

Kaegi, Walter E. / Byzantium and the Early Islamic Conquests. – Cambridge University Press, 1992.
BAB DF553. K3 1992

Ibn Saddad & Edde-Terrasse Anne-Marie [Ed.] / Description de la Syrie du nord. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1984.
BAB DS94. I2614 1984

Articles :

Bonner, Michael / The Naming of the Frontier: ‘Awāsim, Thughūr, and the Arab Geographers in : Bulletin of the School of Oriental and African Studies, vol.57, n°1, 1994, p.17-24.

Borrut, Antoine / Architecture des espaces portuaires et réseaux défensifs du littoral syro-palestinien dans les sources arabes (7e-11e siècles) in : Archéologie Islamique, 11, 2001, p. 21-46.
PER

Bosworth, Clifford E. / Byzantium and the Arabs: War and Peace between two world civilizations in : JOAS, 1991, vol. 3-4, p.1-23.
Article aussi publié dans : The Arabs, Byzantium and Iran : Studies in Early Islamic History and Culture / C.E. Bosworth . – Variorum , 1996. – (Collected Studies Series; CS 529).
BAB DS38.3. B6 1996

Bosworth, Clifford E. / Byzantium and the Syrian Frontier in the Early Abbasid Period, p.54-62, in : Bilād al-Shām During the Abbasid Period : Proceedings of the Fifth International Conference on the History of Bilād al-Shām 4-8 March 1990 / M.A. Al-Bakhit, R. Schick.- Amman, 1991.
Article aussi publié dans : The Arabs, Byzantium and Iran : Studies in Early Islamic History and Culture / C.E. Bosworth . – Variorum , 1996. – (Collected Studies Series; CS 529).
BAB DS38.3. B6 1996

Genequand, Denis / Umayyad castles: the Shift from late Antique Military Architecture to early Islamic Palatial Building, p. 3-25 in : Muslim Military Architecture in Greater Syria : From the Coming of Islam to the Ottoman Period / Hugh Kennedy (Ed.).-.Leiden : Brill, 2006.
BAB NA1489.6. M8 2006

Geyer, Bernard & Rousset, Marie-Odile / Déterminants géoarchéologiques du peuplement rural dans les Marges arides de Syrie du Nord aux VIIe-IXe siècles, p. 77-92 & p. 369-374 in : Le Proche-Orient de Justinien aux Abbassides : Peuplement et dynamiques spatiales / A. Borrut, M. Debié, A. Papaconstantinou, D. Pieri, J.-P. Sodini (Eds).- Brepols, 2011.- (Bibliothèque d’Antiquité tardive ; 19).
BAB DS56. P7 2011

Northedge, Alastair/ Umayyad and Abbasid Urban Fortifications in the Near East, p. 39-64 in : Die Grenzen Der Welt: Arabica Et Iranica Ad Honorem Heinz Gaube / L. Korn, E. Orthmann and F. Schwarz (Eds). – Reichert, 2008.
BAB DS36.8. G7 2008

Rousset, Marie-Odile / Chalcis/Qinnasrin: from Hellenistic city to the jund capital of North Syria, p. 551-567 in : Proceedings of the 7th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 12-16 April 2010, the British Museum and UCL, London. Vol. 2, Ancient and Modern Issues in cultural heritage: Colour & Light in architecture, art & material culture, Islamic archaeology/ edited by Roger Matthews and John Curtis .- Harrassowitz, 2012.
AOR DS44.3. ICAANE. 7

Tate, George / Frontière et peuplement en Syrie du nord et en haute Mésopotamie entre le IVe et le XIe siècle, p.151-159 in : Castrum 4 : Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen-Age. – Ecole Française de Rome ; Casa de Velázquez, 1992.
BAB DE94. C3 1992

Thèses :

Eger, A. / The spaces between the teeth: environment, settlement, and interaction on the islamic-byzantine frontier. – PhD, University of Chicago, 2008.
URL : http://oi.uchicago.edu/pdf/eger_dissertation.pdf

Masarwa, Yumna / From a Word of God to Archaeological Monuments: A Historical-Archaeological Study of the Umayyad ribāṭs of Palestine. – PhD, Princeton University, 2006.
(Non publié)

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (IV)

choc

BIBLIOGRAPHIE COMPLÉMENTAIRE

Numéros spéciaux de revues

« Les révoltes arabes, un an après », Esprit 2011/12 (Décembre)
Sommaire https://www.cairn.info/revue-esprit-2011-12.htm.

« Les printemps arabes et le monde », Raison Présente, n° 182, 2eme trimestre 2012, Nouvelles Editions Rationalistes.
Sommaire : http://lectures.revues.org/8853

« Printemps arabe et démocratie », Questions internationales, n° 53, janvier-février 2012, La Documentation Française.
Sommaire : http://lectures.revues.org/7481

« Lectures thématiques », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Les soulèvements arabes dans les revues francophones ; Bibliographie « Printemps arabe »
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-915.htm.

L’Egypte entame sa longue marche / coordonné par Tewfick Aclimandos et Laure Guirguis . – Paris : Cahiers de L’ORIENT, 2012. – In : Les Cahiers de l’Orient, revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et islamique ; n° 10
Périodiques MOM

Les soulèvements arabes : entre espoirs et désenchantements / coordonné par Hadjar Aouardji . – Paris : Cahiers de L’ORIENT, 2012. – In : Les Cahiers de l’Orient, revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et islamique ; n° 107
Périodiques MOM

Le Printemps arabe : un premier bilan / Points de vue du Sud coordonnés par Bichara KHADER. – Paris Louvain-la-Neuve : Syllepse : Centre Tricontinental, 2012. – 208 p. ; 22 cm.- ISBN 978-2-84950-346-1. – N° de la revue « Alternative Sud », Vol.19, 2012/2
BAB DS63.14. P7 2012

Med.2011 : annuaire IEMed. de la Méditerranée.- Barcelone : Institut Européen de la Méditerranée, 2011
Les révoltes et les protestations dans les pays arabes, avec leurs multiples conséquences (de la réforme à la guerre  civile) ont déterminé l’agenda méditerranéen récent. Et également celui de l’Annuaire IEMed de la Méditerranée : les évènements ont contraint à redéfinir les questions clés de l’Annuaire, non seulement parce qu’il leur a été consacré une section à part entière, mais aussi parce qu’ils ont influencé en grande partie le reste des articles. Aussi ce chapitre consacré à la nouvelle situation dans le monde arabe comprend-t-il aussi bien des articles sur ces évènements dans le monde arabe que sur les pays les plus représentatifs des protestations : la Tunisie et l’Égypte.
BAB DE100. M41 2011
http://www.iemed.org/publicacions/historic-de-publicacions/anuari-de-la-mediterrania/sumaris/anuari-iemed-de-la-mediterrania-2011-fr?set_language=fr

Med.2012 : annuaire IEMed. de la Méditerranée.- Barcelone : Institut Européen de la Méditerranée, 2012
Le Printemps arabe est analysé en profondeur dans cette nouvelle édition de l’annuaire : les transitions démocratiques dans le monde arabe, les défis de la nouvelle gouvernance économique de ces pays, l’émergence de la Turquie comme nouveau pouvoir régional, les perspectives des politiques euro-méditerranéennes dans ce nouveau contexte ainsi que le réveil et la mobilisation de la société civile arabe, sujet auquel est dédié le dossier principal de l’Annuaire.
BAB DE100. M41 2012
http://www.iemed.org/publicacions/historic-de-publicacions/anuari-de-la-mediterrania/sumaris/anuari-iemed-de-la-mediterrania-2012-fr?set_language=fr

Ouvrages

Le Monde arabe dans la longue durée : le « printemps » arabe ? / Samir AMIN. – Paris : Le Temps des CERISES, 2011. – 251 p. ; 20 cm.- ISBN 978-2-84109-894-1
BAB DS63.14. A57 2011

Renaissances arabes : 7 questions clés sur des révolutions en marche / Michaël Béchir Ayari, Vincent GEISSER. – Ivry-sur-Seine : Ed. de L’ATELIER, 2011. – 159 p. ; 22 cm.- ISBN 978-2-7082-4173-2
BAB DS63.14. B4 2011
Compte-rendu de l’ouvrage : http://remmm.revues.org/7365

Jamil Sayah, Anthoniy Galabov (dir.), Participations et citoyennetés depuis le printemps arabe, Paris, L’Harmattan, coll. « Local & Global », 2012, 232 p., ISBN : 978-2-336-00399-3.
Le Printemps arabe induit un dialogue des révoltes, un rapprochement possible avec la globalisation numérique. Les populations investissent médias et réseaux sociaux, qui semblent jouer un rôle incontournable. Les moyens de communication ne font certes pas les révolutions, mais ils interdisent les black-out comme les désinformations officielles. Le problème n’est pas de savoir si l’internet sert ou non la démocratie, il s’agit de comprendre comment son appropriation et ses usages constituent ou complète l’exercice de la citoyenneté.

Mathieu Guidère, Le choc des révolutions arabes. De l’Algérie au Yémen, 22 pays sous tension, Paris, Editions Autrement, coll. « Frontières », 2012, 263 p., 1ère ed., 2011, ISBN : 9782746732827.
Les révolutions arabes en ce début de XXIe siècle sont historiques, car elles chamboulent la donne géopolitique régionale et internationale. Personne en Occident ne s’attendait à un tel bouleversement, surtout en un temps aussi rapide et pour des régimes jugés jusque-là stables et durables – et ce en raison d’un manque total de discernement de la réalité sur l’autre rive de la Méditerranée. La surprise a donc été à la mesure de la méconnaissance de ce monde arabe, vu et jugé suivant des grilles de lecture occidentales qui masquent la spécificité et la dynamique des peuples et des sociétés d’en face.
Partant d’une analyse de la situation interne dans chaque pays, ce livre propose un éclairage inédit sur le nouveau monde arabe qui se construit sous nos yeux. L’auteur, spécialiste de veille pour prévenir le terrorisme, est le mieux placé pour expliquer les forces réelles et agissantes de ces différents pays – 22 au total – et offre des clés d’une prospective géopolitique pertinente et passionnante.
BAB DS63.18. G8 2011
Compte-rendu de l’ouvrage : http://www.lesclesdumoyenorient.com/Mathieu-Guidere-Le-choc-des.htm

Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ? / Mathieu Guidère ; avec la collaboration de Lynne Franjié ; cartographie Claire Levasseur. – Paris : Autrement, 2012. – 96 p. : ill. en coul., cartes ; 25 cm – (Atlas/Monde ).- ISBN 978-2-7467-3206-3
REF AC25.A78. G8 2012
Compte-rendu de l’ouvrage : http://lectures.revues.org/8625

Mathieu Guidère, Les cocus de la révolution. Voyage au cœur du Printemps arabe, Paris, Editions Autrement, coll. « Haut et fort », 2013, 157 p., ISBN : 978-2-7467-3412-8.
« Il y a beaucoup de déçus de la révolution, en particulier tous ceux qui ont été les premiers à manifester, à braver les balles de la police et à affronter la répression dans la rue. » Parti à la rencontre des acteurs et témoins d’une révolution pas comme les autres, deux ans après la chute de Ben Ali, Mathieu Guidère a traversé sept pays du monde arabe, du Maroc à la Syrie, en passant par l’Égypte et la Libye. Fort de sa double culture, ce spécialiste de géopolitique et arabisant hors pair décrypte les espoirs déçus, les préjugés et les malentendus à l’œuvre de part et d’autre de la Méditerranée.
BAB DS63.14. G8 2013

Carnets de recherche

Rumor : Recherches urbaines au Moyen-Orient… et ailleurs, Blog d’Eric Verdeil
http://rumor.hypotheses.org/tag/revolutions-arabes

Les carnets de l’Ifpo : La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient
http://ifpo.hypotheses.org/tag/printemps-arabe
http://ifpo.hypotheses.org/tag/revolution

Le carnet de l’IRMC
http://irmc.hypotheses.org/tag/revolution

Culture et politique arabes, le blog d’Yves Gonzalez-Quijano, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient.
http://cpa.hypotheses.org/tag/revolution
http:.14//cpa.hypotheses.org/tag/printemps-arabe

L’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT), Blog de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) d’Istanbul
http://ovipot.hypotheses.org/tag/printemps-arabe

Mouvements Sociaux, Carnet du RT21 de l’Association Française de Sociologie
Séance de séminaire “Le Printemps arabe et la place des émotions dans les mouvements sociaux” – Présentation, 20 avril 2012
http://mvtsociaux.hypotheses.org/180
http://mvtsociaux.hypotheses.org/187
http://mvtsociaux.hypotheses.org/196

The politics of religion / Les politiques du religieux…, Blog de Loïc Le Pape
http://politicsofreligion.hypotheses.org/tag/revolution

HCTC : Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Blog de Kmar Bendana
http://hctc.hypotheses.org/tag/transition

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (III)

printemps arabe_1

Le « Printemps arabe » vu de :

 

TURQUIE

2011

Nilüfer Göle « La Turquie, le Printemps arabe et la Post-Européanité », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Dans cet article, l’auteure interroge les raisons d’émergence de la Turquie comme une référence, un exemple, voire même un modèle pour les pays gagnés par le Printemps arabe. Le nouveau rôle géopolitique de la Turquie est ici décrit comme un processus d’émancipation par rapport aux politiques occidentales et d’affirmation en tant qu’acteur régional. La visibilité de la Turquie au Moyen-Orient est due à cette légitimité désormais acquise. Sa singularité vient de sa capacité démocratique à incorporer le référent islamique. L’exemplarité de la Turquie signifie le décentrement de l’Europe comme le foyer exclusif de l’imaginaire démocratique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-47.htm. 

Alican Tayla « Un nouveau paradigme pour la Turquie ? », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
La Turquie répond à certains fondamentaux définis par l’AKP depuis son arrivée au pouvoir en 2002. Cela étant dit, les évolutions du « printemps arabe » ont aussi mis en perspective la nécessité pour la diplomatie turque de développer une réponse adéquate à ces événements. L’auteur, après nous avoir rappelé les dilemmes qui ont pu parfois s’imposer à la Turquie devant les bouleversements de son voisinage, en vient à un constat lucide : la diplomatie du pays, aussi évolutive ait-elle pu être, a aussi répondu à bien des limites dans ses tentatives d’adaptation.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-57.htm

Asiye Öztürk et Fatma Varli « La Turquie et le « printemps arabe » : ébullition ou tarissement de la « source d’inspiration » ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La posture d’Ankara ; Répercussions des développements au Proche-Orient sur le rôle de la Turquie.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-459.htm.

ISRAEL

2011

Pierre Berthelot « Israël face aux révoltes arabes : raidissement ou ouvertures ? », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Les récentes révoltes arabes ont surpris l’ensemble de la communauté internationale et Israël, qui, bien qu’en principe extrêmement bien informé des évolutions de ses voisins, n’a pas davantage pu ou su anticiper ces bouleversements. La question qui est maintenant posée est celle de l’attitude qu’adoptera l’Etat hébreu, acteur incontournable de toute perspective de paix ou de stabilité régionale, car de celui-ci peut dépendre en partie le sort de ces révolutions. Il semble que trois types de réactions soient possibles de sa part, bien que toutes prévisions en ce sens restent plus qu’incertaines, ne serait-ce que parce qu’Israël souhaite conserver ce qui a constitué un de ses atouts majeurs au cours des dernières décennies : l’effet de surprise. La première hypothèse, c’est que l’on assiste à un raidissement voire à une fuite en avant de la coalition ultranationaliste qui montrerait ainsi aux nouveaux régimes sa détermination et pourrait aussi profiter de l’affaiblissement de certains alliés de l’Iran pour attaquer ses sites nucléaires et accélérer la colonisation. A l’inverse, Tel-Aviv pourrait accompagner positivement les évènements actuels en en devenant un acteur à part entière, via la relance de négociations aboutissant à l’émergence d’un authentique Etat palestinien (avant qu’il ne soit proclamé unilatéralement) ce qui favoriserait l’émergence d’un climat régional pacifié. Enfin, on peut également supposer que face au tumulte observé, la prudence ne l’emporte et que le statu quo, plus confortable à court terme, ne soit finalement privilégié alors qu’Israël a toujours une certaine difficulté à savoir s’il doit se réjouir ou s’inquiéter de cette déferlante démocratique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-139.htm. 

Avi Shlaim « Israël, les États-Unis et le printemps arabe », Mouvements 2/2011 (n° 66)
N’est-ce pas un paradoxe qu’Israël, « la seule démocratie du Moyen-Orient », ait fait preuve d’autant de méfiance à l’égard du printemps arabe qui balaye un à un les dictateurs de la région ? Le saut dans l’inconnu que représente le processus de démocratisation dans le monde arabe ne questionne pas uniquement les intérêts stratégiques d’Israël et de son allié et protecteur américain, mais aussi les impératifs de stabilité qui guident ses relations de voisinage ; plus largement, il met en cause le regard que les dirigeants israéliens comme l’opinion publique israélienne portent sur les peuples arabes et l’environnement culturel et politique dans lequel, à leur corps défendant, ils s’inscrivent géographiquement.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-135.htm. 

Denis Charbit « Le printemps arabe vu d’Israël : le doute contre l’espoir », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-111.htm. 

Amotz Asa-El « En attendant la révolution », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Ailleurs dans le monde arabe, le tableau est encore plus noir ; Israël voit les choses en gris
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-35.htm.

Daniel de Lichana « Entretien avec Dan Shueftan », Outre-Terre 3/2011 (n° 29), p. 101-106.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-101.htm. 

2012

Ilan Greilsammer « Israël face au « printemps arabe » », Politique étrangère 1/2012  (Printemps)
En Israël, pays qui ne manque pas d’experts du monde arabe, les révolutions de 2011 n’ont pas été anticipées. Si la population de l’État juif se réjouit de la chute de tyrans qui étaient, à des degrés divers, anti-israéliens, elle est néanmoins inquiète de l’instabilité provoquée par les soulèvements populaires et par la montée en puissance des islamistes. Cette situation agitée profite à Benjamin Netanyahou, la population israélienne ne souhaitant pas changer de capitaine en pleine tempête.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-123.htm.

EUROPE

2011

Pierre Beckouche « Quand le printemps arabe redessine la Méditerranée », Annales de géographie 5/2011 (n° 681)
Le « choc des civilisations » n’aura pas lieu ; Les limites de l’action méditerranéenne de l’Europe ; Géopolitique v. géoéconomie, continents v. région ; La nouvelle carte Méditerranéenne vue à travers les relations Tunisie-Union européenne.
www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-5-page-554.htm. 

Jean-Yves Moisseron « Après les révolutions arabes : changer de paradigme dans le partenariat euro-méditerranéen », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Face aux changements dans le monde arabe, il est nécessaire de refonder le partenariat euro-méditerranéen et de changer de paradigme. Un bilan objectif du processus de Barcelone depuis 1995 s’impose pour redéfinir une stratégie qui ne pourra être que l’expression d’une volonté bipartite exprimée par des gouvernements représentatifs. La tâche est d’autant plus difficile que la rive sud a exprimé plusieurs fois une fatigue institutionnelle devant l’empilage des projets européens (Processus de Barcelone, Nouvelle Politique de Voisinage, Union pour la Méditerranée). Il est temps de refonder ce partenariat en mettant l’accent sur la culture et en abandonnant le référentiel méditerranéen qui se révèle peu mobilisateur au sud. Il faut aussi faire preuve d’ambition et, pourquoi ne pas, reconsidérer les avantages d’une perspective d’adhésion de la Tunisie dans l’Union Européenne.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-153.htm. 

Richard Youngs « L’Union européenne : de la munificence à la géostratégie », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Avec les évolutions du « Printemps arabe », l’approche par l’Union européenne de cette région n’a pas manqué d’être soulignée. L’auteur revient sur cet aspect, en démontrant que, n’ayant pas été à la hauteur de ses moyens jusqu’à peu, la diplomatie européenne prend toujours le risque de manquer le tournant des évolutions arabes. Or, entre une présence perçue comme encombrante par les pays arabes et un retrait distant, un juste milieu existe, qui permettrait à l’UE de consacrer sa présence dans la région tout en développant des ressorts favorables à l’évolution de celle-ci.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-27.htm. 

Isabel Schäfer « Les politiques euro-méditerranéennes à la lumière du printemps arabe », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Dès le lancement du Processus de Barcelone en 1995, le Partenariat euro-méditerranéen s’était donné comme objectif de réduire le fossé politique, économique et culturel entre les deux rives de la Méditerranée. Quinze ans plus tard, du haut de la « forteresse Europe », nous regardons interloqués les sociétés arabes se soulever et s’emparer d’une souveraineté longtemps confisquée, mais sans recourir à notre aide et presque malgré nous, trop occupés que nous étions à nous barricader contre clandestins et terroristes. Cet aveuglement trouve son origine dans l’échec d’un projet original que les politiques n’ont pourtant pas su ni voulu faire fructifier.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-117.htm.

Luis Martinez « Le printemps arabe, une surprise pour l’Europe », Projet 3/2011 (n° 322)
L’Union européenne, aveuglée par le spectre islamiste et incapable de discerner le formidable élan démocratique qui couvait, voit sa crédibilité entamée dans le monde arabe. Mais le vent de révolte lui donne une chance historique de renouer avec ses valeurs en soutenant les transitions. Pour peu qu’elle surmonte sa frilosité.
www.cairn.info/revue-projet-2011-3-page-5.htm.

Alfonso Giordano « Mutations géopolitiques dans le monde arabe et relations euro- méditerranéennes », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Harmonie ou dissonances ? Complexité méditerranéenne ; Démographie euro-méditerranéenne : distribution spatiale, transition, fécondité et espérance de vie des populations ; Urbanisation, éducation et femmes : les trois facteurs vraiment révolutionnaires en matière de comportement démographique (et pas seulement) ; Le passé (et le futur ?) De la population ancré(s) dans la pyramide des âges ; Offre nombreuse et rare (voire inexistante) demande en termes de marché du travail ; géo-économie des nouvelles générations dans les pays arabes de la méditerranée ; Conclusions surprise finale ? Auguste comte avait-il tort ?
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-51.htm.

Giuseppe Terranova « Méditerranée : géographie des nouveaux flux migratoires », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Italie-Libye : alerte ? Fausse alerte ? ; Tunisie et crise humanitaire ; Tunisie Italie : le noyau de l’immigration clandestine ; politiques migratoires nationales ou européennes ?
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-71.htm.

Michael Ledeen « Les responsabilités de l’Occident », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-85.htm.

Stephen Blank « Pourquoi les Russes étaient-ils contre l’intervention ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-89.htm.

2012

Frédéric Charillon « Occident/monde arabe : une nouvelle donne géopolitique », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
Les soulèvements dans le monde arabe en 2011 n’ont pas été anticipés par les pays occidentaux. Ces derniers doivent maintenant analyser les bouleversements qui ont eu lieu, en comprendre les causes et les conséquences. En se livrant à des exercices de prospective, au sujet notamment de l’évolution possible des mouvements islamistes, ils pourront adopter une nouvelle diplomatie qui leur permettra de renouer pleinement avec le monde arabe.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-135.htm.

Sébastien Abis « Europe et Méditerranée : se souvenir du futur », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Des dynamiques géopolitiques inédites ; Hypothèses de scénario pour la coopération en Méditerranée : L’embarras et l’éclatement, La peur et le repli, La relance et l’efficience
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-121.htm.

 

FRANCE

2011

Hayat Lydia Younga « La Révolution arabe de 2011 : à la recherche du sens perdu…. », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Dans les médias français ou chez des spécialistes reconnus, les révoltes en cours dans le monde arabe font l’objet d’analyses qui ont du mal à s’abstraire d’un certain européo-centrisme ou bien de référents historiques trop peu opérants comme le référent islamiste. Bien que porteurs de nouveauté, ces révoltes s’inscrivent dans la longue généalogie des mouvements politiques et sociaux. Il n’est qu’à reconsidérer les slogans repris par les foules en mouvement pour prendre la mesure de cet ancrage historique. Le présent politique choisit sa mémoire du passé. Il nous faut la regarder pour comprendre le mouvement à l’œuvre.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-51.htm.

Hakim Ben Hammouda « L’orientalisme et les révolutions tunisienne et égyptienne : pourquoi ne l’ont-ils pas aimée la révolution ? », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Les révolutions en cours dans le monde arabe ont été à l’origine d’un important débat sur l’attitude des intellectuels occidentaux. La timidité de leurs réactions au moment des épisodes tunisien et égyptien a suscité des interrogations et des questionnements. L’objectif de cette contribution est de comprendre les raisons du peu d’empressement de ces intellectuels à apporter un franc soutien aux peuples arabes comme ils l’ont fait lors de la chute du mur de Berlin ou de la guerre dans l’ex-Yougoslavie.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-63.htm.

Philippe Boulanger « Le positionnement géostratégique de la France dans le golfe Arabo-Persique : la base interarmées d’Abu Dhabi », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Le renforcement du système de défense émirien dans le golfe ; La défense des intérêts français dans le golfe et le renforcement de la coopération franco-émirienne ; Une base de soutien devenue opérationnelle
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-531.htm.

Barah Mikaïl « La France et les mutations arabes », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79), p. 37-46.
La France s’est longtemps caractérisée par une forme de « pragmatisme » dans son approche des affaires du Moyen-Orient. Or, le « Printemps arabe » a souligné tour à tour les contradictions de la diplomatie française puis ses tentatives de rattrapage. L’auteur souligne ici les contours de cette attitude, avant de se demander si, en encourageant des opérations militaires en Libye, la France a effectivement trouvé les conditions pour un renforcement de sa diplomatie.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-37.htm.

Karim Émile Bitar « Les intellectuels français et le printemps arabe », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
La hantise de l’islamisme, le mythe du rempart et la religion comme sésame explicatif universel ; Traditions démocratiques enfouies ; Frilosité dans le soutien aux révolutions proportionnelle à la ferveur dans le soutien à la guerre d’Irak ; Universalité de l’aspiration démocratique : « Les Arabes sont comme nous et nous sommes comme les Arabes » (Edgar Morin)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-141.htm.

Didier Billion et Farida Belkacem « Une politique extérieure de la France à la peine… mais réactive », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Malaise, chuchotements et turbulences au sein de la politique extérieure française ; Les lignes de force de la politique extérieure initiée par Nicolas Sarkozy : Contradictions et promesses non tenues, Le clash des civilisations, Un discours biaisé sur le monde arabe, Une politique étrangère à la peine ; Un sursaut… contradictoire
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-149.htm.

 

ETATS-UNIS

2011

Anna Raymond Viden « Les États-Unis et le Printemps arabe », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Le « Printemps arabe » a coïncidé avec les termes de l’Administration démocrate du président Barack Obama. Cela étant dit, après son discours du Caire, qui se voulait ouvert et pragmatique, et à un moment où les intérêts américains au Moyen-Orient sont en jeu, le chef d’Etat américain a dû parfois reconsidérer ses jugements. L’auteure nous rappelle ici quels sont les termes de ces repositionnements, avant de nous rappeler ce que pensent les communautés universitaire et stratégique de leur pays dans la région.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-13.htm.

Pierre Thénard « L’administration Obama à la manœuvre », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Quelle gestion du printemps arabe ? ; Quelle préparation au printemps arabe ? ; Quelle vision pour le printemps arabe ? ; La diplomatie en lieu et place d’une stratégie pour le printemps arabe
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-131.htm.

Philip S. Golub « Les États-Unis face aux révolutions démocratiques arabes », Mouvements2/2011 (n° 66)
Dans un discours important prononcé au Caire le 4 juin 2009, Barack Obama tendait la main au monde arabo-islamique en appelant à mettre un terme « au cycle de suspicion et de discorde » entre les États-Unis et les sociétés plurielles islamiques. Soulignant que les tensions du présent « étaient enracinées dans des forces historiques » telles que le colonialisme et la guerre froide, il en appelait à un « effort soutenu d’écoute (…) et de respect mutuel ». Aujourd’hui, les États-Unis, puissance externe dominante au Moyen-Orient et dans le Golfe depuis 1945, tentent de s’adapter aux révolutions démocratiques arabes afin de préserver leurs positions. Or l’héritage est lourd et les révolutions ébranlent l’ordre régional américain.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-127.htm.

Mansouria Mokhefi « Washington face aux révolutions arabes », Politique étrangère 3/2011 (Automne)
L’arrivée au pouvoir de Barack Obama avait suscité beaucoup d’espoirs dans les pays arabes, après les deux mandats de George W. Bush, marqués notamment par la guerre en Irak. Surprise par l’ampleur et par la rapidité des révolutions de 2011, l’Administration Obama a réagi au cas par cas, de façon pragmatique et conformément aux intérêts américains. À l’espoir a succédé la désillusion, et le président américain est aujourd’hui très impopulaire dans le monde arabe.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2011-3-page-631.htm.

à suivre…