Archives de catégorie : Nos invités

Documentation et numérisation d’un corpus de six cent tirés-à-part

Pour compléter ma préparation aux concours des bibliothèques, j’ai effectué un stage volontaire de deux mois à la bibliothèque de la MOM. J’étais chargée d’alimenter la base en ligne « 1000 tirés-à-part Salomon Reinach » (http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/).

Cette plateforme permet à tout internaute de consulter et de télécharger des documents issus du don de la bibliothèque de Salomon Reinach, en 1937. Elle comprend les tirés-à-parts possédés par l’archéologue, c’est-à-dire des articles de revue ou des chapitres d’ouvrage ayant fait l’objet d’une réimpression isolée. La bibliothèque en possède environ sept mille en réserve ; certains sont reliés ensemble pour former des volumes, d’autres sont isolés. Quatre mille d’entre eux sont déjà accessibles sur le site.

J’ai travaillé sur les tirés-à-part isolés. Ce sont des documents fragiles, généralement imprimés entre 1820 et 1930, constitués de quelques feuilles de papier friable hasardeusement reliées entre elles. Les lecteurs ne peuvent donc pas les consulter directement : d’où l’intérêt de numériser cette collection cachée de la bibliothèque.

Ces documents sont classés, en réserve, par ordre alphabétique d’auteur. Le début de l’alphabet avait déjà été numérisé à mon arrivée : je me suis donc chargée de la fin, de J comme Jacobsthal à Z comme Zielinski, soit plus de six cent tirés-à-part.

Le traitement a lieu en deux temps :

1) La description bibliographique, effectuée sur un logiciel interne créé à la MOM. Elle consiste à identifier le document et à renseigner le titre, l’auteur, l’éditeur, la date et le lieu de publication, et à retrouver, si nécessaire et si possible, la source de l’article. J’y ajoute les éléments de description matérielle (langue, format, pagination, code barre et planches éventuelles). Cette étape s’achève par une indexation à l’aide d’une liste à plat évolutive, qui permet aux lecteurs d’effectuer une recherche par thème.

2) La numérisation, qui consiste à scanner les documents puis à traiter les fichiers numériques, notamment en les passant à l’OCR, puis à les mettre en ligne.

Ce travail m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences en matière de traitement de document, de recherche documentaire, de dématérialisation et de stratégie de valorisation. Il permet aux bibliothécaires d’avoir un inventaire à jour et un accès facilité aux tirés-à-parts en réserve ; mais il est surtout utile aux usagers et, plus généralement, aux curieux et chercheurs de toute espèce. La plateforme offre en effet une visibilité à des documents rares (il était fréquent qu’ils ne soient pas catalogués dans le SUDOC), et permet à n’importe qui de les télécharger librement sous format PDF.

*

Ce travail était tout aussi intéressant pour ma formation universitaire en philosophie. Cette immersion dans les coulisses du savoir encyclopédique de Salomon Reinach a été l’occasion d’accumuler les connaissances insolites, fun facts, mystères archéologiques et autres punchlines de polémique intellectuelle épistolaire, pour l’heure répertoriées dans un cahier. Ce n’est pas pour rien que les Reinach étaient surnommés les frères J.S.T. (Je Sais Tout) : l’ensemble des tirés-à-part de la bibliothèque du puîné constitue un témoin de la culture érudite de la fin du XIXe et du début du XXe. J’ai découvert un contenu très varié, dans plus d’une dizaine de langues différentes (des langues européennes au latin et au grec en passant par du russe). On trouvera ici un florilège d’extraits représentatifs avec les liens vers les articles :

 

– Dans la catégorie « Art Grec », Roger Marx propose, en 1907, un parallélisme entre la carrière de Loïe Fuller et les représentations de la danse dans les arts figuratifs grecs.
Roger Marx, Une rénovatrice de la danse (Miss Loïe Fuller), Paris, Bibliothèque du Musée, 1907.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150674/MOM_TP_150674_0001/PDF/MOM_TP_150674_0001.pdf

« Danseuses de Pompéi », in Roger Marx, Une rénovatrice de la danse (Miss Loïe Fuller), Paris, Bibliothèque du Musée, 1907.

Quant à Franz Studniczka, il rend compte de manière détaillée, en 1922, de la restauration du groupe de marbre Artemis sauvant la jeune fille Iphigénie, actuellement conservé à la glyptotèque Ny Carlsberg de Copenhague.
Franz Studniczka, Artemis og Ifigeneia : En marmorgruppe i Glyptoteket, Copenhague, 1922 (en danois).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151490/MOM_TP_151490_0001/PDF/MOM_TP_151490_0001.pdf

« Artemis-Ifigenia-Gruppen », Franz Studniczka, Artemis og Ifigeneia : En marmorgruppe i Glyptoteket, Copenhague, 1922.

– Dans la catégorie « Chiffons », Nikodim Kondakov étudie la fonction, à la fois militaire et d’apparat, des vêtements des étrangers à la cour byzantine.
N. P. Kondarov, « Les costumes orientaux à la cour byzantine », Byzantion, revue internationale des études byzantines, tome 1, 1924.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150071/MOM_TP_150071_0001/PDF/MOM_TP_150071_0001.pdf

N. P. Kondarov, « Les costumes orientaux à la cour byzantine », Byzantion, revue internationale des études byzantines, tome 1, 1924.

– Dans la catégorie « Vases Antiques », Augusto Negrioli expose les vases peints et les figurines en terre cuite découvertes dans un cimetière étrusque, dans la région de Bologne.
Augusto Negrioli, « Comacchio, vasto sepolcreto etrusco scoperto in Valle Trebba : relazione provvisoria delle campagne di scavo del 1924 e del 1925 », Notizie degli Scavi, n° 7, 8 et 9, 1924 (en italien).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150135/MOM_TP_150135_0001/PDF/MOM_TP_150135_0001.pdf

« Figurine in bronzo e rhyton in terracotta », Augusto Negrioli, « Comacchio, vasto sepolcreto etrusco scoperto in Valle Trebba : relazione provvisoria delle campagne di scavo del 1924 e del 1925 », Notizie degli Scavi, n° 7, 8 et 9, 1924.

– Dans la catégorie « Littérature », Georg Karo revient sur les récits d’Hérodote, Strabon et Elien à propos d’une courtisane grecque vivant en Egypte, Rhodope. Il rappelle entre autres qu’elle serait à l’origine du conte de Cendrillon : un aigle lui aurait volé sa sandale pendant qu’elle était au bain pour la déposer aux pieds du pharaon qui promit d’épouser sa propriétaire.
Georg Karo, « Die Spiesse der Rhodopis », Journal international d’archéologie numismatique, tome 10, 1907 (en allemand).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150019/MOM_TP_150019_0001/PDF/MOM_TP_150019_0001.pdf

– Dans la catégorie « Mystères archéologiques », A. Rowe s’intéresse à l’énigmatique disque de Phaistos, découvert en 1908 à Crète et couvert de hiéroglyphes en spirale. Il suggère une origine chypriote au disque et à ses inscriptions.
A. Rowe, « The Phaestos Disk : its Cypriote origin », Transactions of the Royal Society of South Australia, vol.  43, 1919 (en anglais).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151477/MOM_TP_151477_0001/PDF/MOM_TP_151477_0001.pdf

A. Rowe, « The Phaestos Disk : its Cypriote origin », Transactions of the Royal Society of South Australia, vol. 43, 1919.

– Dans la catégorie « Octopodes », et pour surfer sur la vogue littéraire du poulpe, M. L. Siret, après s’être intéressé à la stylisation du motif du poulpe dans l’art mycénien, étudie la signification et les représentations des remous de l’eau. Il en conclut que le succès du motif de la pieuvre tient à ce que, comme les mouvements de l’eau, il est une image du mouvement de la vie et de l’univers.
M. L. Siret, « Origine et signification du décor spiralé », 15. Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, 4. Session de l’Institut International d’Anthropologie, 1931.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151512/MOM_TP_151512_0001/PDF/MOM_TP_151512_0001.pdf

– Dans la catégorie « Polémique d’érudits », on appréciera le différent entre Edmond Saglio (archéologue) et Emile Soldi (sculpteur et graveur), qui mettent leur art de la rhétorique au service du conflit qui les oppose dans la réalisation d’un article sur la ciselure antique. Un « buzz » fin-de-siècle…
Edmond Saglio, Réponse à un libelle intitulé « L’article Caelatura du dictionnaire des antiquités grecques et romaines, signé par M. E. Saglio », Paris, Hachette & Cie, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151033/MOM_TP_151033_0001/PDF/MOM_TP_151033_0001.pdf
Emile Soldi, Les erreurs d’un érudit : Lettre à M. E. Saglio, Paris, Ernest Leroux, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151474/MOM_TP_151474_0001/PDF/MOM_TP_151474_0001.pdf

– Dans la catégorie « Meilleur titre », on nommera Encore un objet énigmatique, d’Adrien Guébhard, extrait du Bulletin de la Société Préhistorique Française. Tout est dans l’adverbe !
Adrien Guébhard, « Encore un objet énigmatique », Bulletin de la société préhistorique française, tome 8, 1911.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150810/MOM_TP_150810_0001/PDF/MOM_TP_150810_0001.pdf

Adrien Guébhard, « Encore un objet énigmatique », Bulletin de la société préhistorique française, tome 8, 1911.

– Dans la catégorie « Meilleur Incipit », on citera sans hésitation les premières lignes de l’ouvrage de René Robine, pour le léger instant de désarroi qu’elles peuvent susciter chez le lecteur.
René Robine, Contribution à l’étude de la méthode de percussion métallique et d’auscultation combinées, Paris, Vigot Frères, 1919.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151030/MOM_TP_151030_0001/PDF/MOM_TP_151030_0001.pdf

René Robine, Contribution à l’étude de la méthode de percussion métallique et d’auscultation combinées, Paris, Vigot Frères, 1919.

– On terminera enfin sur une catégorie créative : « Défi d’écriture estival », qui vous est proposée par S. G. Mercati. A l’instar de Macaire Caloritès, nous vous mettons au défi de rédiger, à votre tour et sur la plage, « un acrostiche alphabétique sur la vanité de la vie en 24 distiques politiques »…
S. G. Mercati, « Macaire Caloritès et Constantin Anagnostes », Revue de l’Orient chrétien, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150832/MOM_TP_150832_0001/PDF/MOM_TP_150832_0001.pdf

*

Quelques missions annexes m’ont également été confiées : je me suis occupée de l’accueil des usagers, des opérations de prêt et de retour, du rangement des ouvrages, et j’ai traité un fond de thèses reçues, en 2018, par la bibliothèque. Pour valoriser le label CollEx obtenu par la bibliothèque, j’ai catalogué une quinzaine de thèses sur Chypre en Unimarc, je les ai indexées avec le Thésaurus Pactols, puis je leur ai attribué une cote LCC. L’accueil chaleureux des bibliothécaires m’a également permis de clarifier des points de culture professionnelle sur lesquels j’avais de nombreuses questions, notamment pour ce qui relève de la transition bibliographique. Je les remercie de tout cœur !

Un REX sur le désherbage d’un fonds scientifique provenant d’un don de la bibliothèque Salomon Reinach

Dans le cadre de ma première année de Master Sciences de l’information et des bibliothèques suivi à l’Université Claude Bernard Lyon 1-ENSSIB, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il s’est déroulé en trois temps : une semaine à la fin du mois de mai, ensuite tout le mois de juin, et enfin 3 semaines au mois de juillet.

La bibliothèque possède une collection des ouvrages provenant d’un don de l’historien et archéologue Salomon Reinach (1858-1932). Ma mission principale correspond à effectuer un désherbage de ce fonds assez riche.
Le fonds était déjà trié en cinq grandes thématiques : Littérature, extrême Orient, Egyptologie, Catalogue et références.
Le désherbage de ce fonds scientifique et ancien a été réalisé en deux étapes.
La première étape de mon stage a consisté à effectuer des tris à l’aide des filtres fixés :

• Un premier tri des ouvrages pour déterminer ceux qui ont des “EX-LIBRIS” ou non, afin d’identifier les ouvrages provenant ou non du Don de Mme Reinach.
Pour les ouvrages qui n’ont pas d’ “EX-LIBRIS”, j’ai procédé en identifiant les sujets qu’ils traitent pour voir s’ils pourront rentrer éventuellement dans les fonds de la bibliothèque. Dans le cas contraire, je les propose en tant que dons pour d’autres bibliothèques en utilisant ZOTERO.

• Un deuxième tri des doubles ; si les ouvrages existent déjà dans le SIGB KOHA de la bibliothèque.
Ces deux types de tris essentiels m’ont beaucoup aidée pour pouvoir me lancer dans la deuxième activité du stage, le traitement intellectuel des documents :

Catalogage
• Description du document : rédaction d’une notice bibliographique, attribution d’une cote

Indexation

• Transcription en langage documentaire des sujets ou thématiques se fait à l’aide des listes de descripteurs Pactols.

Exemplarisation

• Saisie des caractéristiques spécifiques de l’exemplaire (N° inventaire, cote, Localisation, Code-Barres…)

J’ai aussi effectué la numérisation d’un ouvrage rare qui a pour origine la bibliothèque Salomon Reinach et intégré ensuite dans le fonds RAP (Rare Ancien Précieux) de la bibliothèque.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. A travers cette mission, j’ai pu découvrir les besoins du public qui est assez diversifié : étudiants, chercheurs ou même des externes qui viennent travailler à la bibliothèque et consulter ses fonds assez riches. Aussi, j’ai pu exercer différentes activités à l’accueil tels que la gestion des prêts et des retours, l’inscription de nouveaux lecteurs, ou encore aller chercher des ouvrages hors libre-accès situés dans les réserves de la bibliothèque pour satisfaire les besoins des lecteurs. Enfin, il ne faut pas oublier l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages consultés et déposés par les lecteurs sur les chariots des différents étages de la bibliothèque.

Les archives de la MOM : un trésor inexploité

État des lieux
Archives salle Thessalie © Laure Bézard

À mon arrivée au sein de la  Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM), je me suis aperçue que, même si quelques travaux sur les archives avaient été réalisés par des stagiaires au cours des années, du fait de l’absence d’un poste permanent d’archiviste au sein de la structure, ces travaux n’avaient pas été suivis. Nous avions donc trois états des lieux datant de 1997, 2003 et 2008, c’est-à-dire 10 ans avant mon arrivée et de nombreux changements avaient eu lieu durant ce laps de temps : déplacement des archives, archives ayant suivi le chercheur dans ses affectations, nouvelles missions… De plus, les conditions de conservation et de consultation étaient loin d’être optimales. En effet, il n’était pas rare de trouver du vrac, des boites à archives posées par terre à proximité de radiateurs ou des plans calques posés au sommet des étagères. Par ailleurs, les archives étaient conservées dans les bureaux des chercheurs mais il n’y avait pas de local dédié. Ce constat ayant été fait par la direction de la MOM, ma mission consistait à réaliser un inventaire de l’ensemble de ces archives, travail d’une ampleur considérable. La première action a donc consisté à définir un périmètre de travail en accord avec la responsable du service des archives de la Maison d’Archéologie et d’Ethnologie de Nanterre et, par ailleurs, archiviste reconnue par ses pairs : Élisabeth Bellon. Continuer la lecture de Les archives de la MOM : un trésor inexploité

Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Mon stage s’est déroulé sur l’année universitaire 2016/2017 de novembre à juillet mais avec la fréquence particulière d’un jour par semaine. Cela a ses avantages et ses contraintes. Pour les contraintes, tout naturellement, cela demande une organisation différente et une tâche où je puisse être autonome : cela a été tout trouvé (et j’en ai été plus que ravie !) : c’était le moment d’effectuer, pour la première fois depuis 10 ans, le récolement du fonds BAB.
Pour les avantages, cela m’a permis de vivre un cycle complet d’une année à la bibliothèque : la période des budgets, des acquisitions, les réunions avec les chercheurs pour le choix de nouvelles acquisitions ou encore les (fameux !) travaux d’été, notamment l’étiquetage ou ré-étiquetage des ouvrages en Réserve. J’ai également fait quelques permanences au temps de la fermeture du 5 rue Raulin (un temps heureusement révolu !), mais aussi du catalogage, de l’équipement : un panorama assez complet du métier de bibliothécaire et c’était le but.
Mais ma mission principale a donc été Continuer la lecture de Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Récolement, accueil, désherbage : deux mois d’immersion et de minutie

Dans le cadre de ma première année de Master Information-Documentation suivi à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il se déroulait en deux temps : trois semaines fin 2017 puis cinq semaines de début février à mars.

La première partie de mon stage a consisté à réaliser un récolement du fonds ACL (archéologie classique), c’est-à-dire à en faire l’inventaire, en comparant le fonds théorique (un fichier tableur contenant l’ensemble des ouvrages ACL en libre-accès classés par cote, obtenu par une requête adressée au catalogue) et le fonds réel. Cela a permis de relever les ouvrages manquants (indiqués sur le fichier mais absents du rayon), mais aussi de remarquer des erreurs de cote, d’enregistrement dans le catalogue ou encore de rangement physique et ainsi de les corriger. Un récolement qui a permis de vérifier la présence ou l’absence de plus de 11 000 documents. Les résultats sont plutôt positifs puisque seuls 56 ouvrages sont manquants, soit un pourcentage de 0,5%.

La deuxième activité réalisée dans ce stage a été de participer au désherbage du fonds AOR (archéologie et histoire orientale), dans une optique de faire de la place dans les rayons et donc d’accueillir de nouvelles acquisitions. Cela impliquait de décider des critères qui permettent d’enlever des ouvrages du libre-accès pour les mettre en réserve.

Ainsi, nous avons décidé d’enlever :

  • les doubles (systématiquement)
  • les ouvrages écrits dans une langue plus rare que les 5 langues les plus communes du fonds (français, anglais, allemand, grec, italien)
  • les ouvrages parus avant 1950, sauf s’il s’agit de fouilles ou s’ils sont tout simplement très consultés et parfois empruntés. Mais enlever les ouvrages anciens du libre-accès était important afin de protéger ces documents qui pour certains ne sont pas en très bon état.

Comme pour le récolement, des requêtes adressées au logiciel de catalogage ont permis d’obtenir un fichier tableur sur lequel travailler afin de repérer rapidement les documents à traiter.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. Par cette activité, j’ai pu découvrir le public de chercheurs et d’étudiants venant travailler à la bibliothèque et me familiariser avec les tâches telle que les procédures d’inscription, la gestion des prêts et des retours, ou encore me perdre dans les rayons sombres des différentes réserves afin de satisfaire l’étudiant ou le chercheur ayant besoin d’un ouvrage hors du libre-accès. Enfin, il serait malvenu de ne pas citer l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages déposés par le public sur les chariots des différents étages.

Marius Faure-Brac
Mon CV sur LinkedIn

La collection des Universités de France dite « Collection Budé » : un incontournable des études classiques

En préambule, afin d’éclairer les lecteurs, précisons la signification des différents noms utilisés pour citer la collection :

  • le nom de la collection : Collection des Universités de France
    (C.U.F. en abrégé), dite Collection Budé car elle a été fondée par l’association Guillaume Budé, association créée en juillet 1917.

Son origine : de la légende à la réalité

Cette collection est née de l’esprit du linguiste Joseph Vendryès qui, lors de la première guerre mondiale voulait emporter avec lui l’Iliade d’Homère.
Or, à cette époque, seules les éditions allemandes publiaient une édition critique de cette oeuvre, ce qui aurait pu poser problème dans les tranchées.
C’est grâce à cette constatation qu’est née l’association Guillaume Budé du nom d’un grand philologue du XVIème siècle. Sa mission principale consiste à proposer des éditions scientifiques et critiques de tous les textes de l’Antiquité jusqu’au 6ème siècle de notre ère.

Les ouvrages bénéficient d’un code couleur:
jaune pour les grecs et rouge pour les latins,

Série grecque de la C.U.F. ©Les Belles Lettres

et d’un emblème :
la chouette d’Athéna pour les grecs et la louve de Romulus et Remus pour les latins, ce qui permet de les différencier du premier coup d’oeil.

Série latine de la C.U.F. ©Les Belles Lettres

La collection est également reconnaissable à son papier : un velin crème de Guyenne de 80g fabriqué spécialement pour elle.
En 1920, paraissent les deux premiers ouvrages de la collection : l’Hippias mineur de Platon en grec et le De natura de Lucrèce en latin. Continuer la lecture de La collection des Universités de France dite « Collection Budé » : un incontournable des études classiques

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île. Continuer la lecture de Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos. Continuer la lecture de Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

A la découverte des archives Reinach

 

Un silence étourdissant… voilà ce qu’on ressentait à chaque instant.  Chaque mouvement, dans cette ambiance sombre et étouffante, était une prise de risque.

Dès qu’un nouveau document était découvert, nous soulevions l’immémoriale poussière qui le recouvrait. Elle attaquait nos  voies
respiratoires, noircissait nos mains, nos visages et les lieux.
L’objet était examiné, ouvert, puis il était enregistré…
Non, je n’ai pas participé à la découverte du potentiel tombeau
de Néfertiti. C’était bien mieux. J’ai fait le récolement des archives Reinach qui ont accompagné le versement de la bibliothèque du chercheur à l’Université de Lyon en 1935 et qui sont aujourd’hui dans le bureau de Véronique, gardienne de la mémoire des Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 - Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach - Mariage de don Théodore Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 – Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach – Mariage de don Théodore Reinach.
Reste que ce fonds a
une véritable valeur
au sein de la bibliothèque de la
Maison de l’Orient et de la Méditerranée.
Le but de ma mission
était donc de lui donner une cohérence pour
qu’il puisse être un jour communiqué et utilisé par des chercheurs ou des lecteurs travaillant autour des Reinach ou traitant l’un des multiples sujets qu’ils ont étudiés pendant leurs carrières respectives. Ce n’est pas pour rien qu’ils étaient surnommés les «frères Je – Sais- Tout» et les archives nous en donnent une autre preuve. On retrouve un cahier de musique de Théodore, une pièce de théâtre écrite par Salomon et divers dessins et croquis exécutés par les trois frères.
Il est très difficile de leur attribuer une spécialité précise.

Les dizaines de carnets de cours qui sont conservés à la bibliothèque montrent que c’est au cours de leur éducation qu’ils ont développé

Figure 2 : 1 MOM 15 - Hercule et Omphale - Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz - Première page de la saynète
Figure 2 : 1 MOM 15 – Hercule et Omphale – Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz – Première page de la saynète
cette diversité d’intérêts et de connaissance : paléographie, mathématiques, physique et
chimie, littérature classique et
médiévale, droit etc…
La difficulté était de récoler, enregistrer, tous ces carnets puis d’envisager et prévoir un classement structurant pour le fonds au milieu de cette diversité d’actions et de sujets, sans le dénaturer. J’ai donc pris
un par un les carnets, pour les dépoussiérer –un archiviste maîtrise le chiffon microfibre mieux que quiconque (et ce n’est pas pour ça qu’il n’y en a pas chez moi, au contraire, ça me permet de rester dans l’ambiance) – puis en faire l’analyse,
c’est-à-dire établir le sujet de ce carnet, dans quel contexte il a été écrit. Pour cela il faut essayer de faire un tri rapide dans les informations contenues.

L’objectif du travail d’archivage n’est pas de connaître le document dans son intégralité –cela prendrait beaucoup trop de temps, mais

Figure 3 : 1 MOM 12 - Indexation de revues, salomon Reinach.
Figure 3 : 1 MOM 12 – Indexation de revues, salomon Reinach.temps, mais de dégager les données les plus importantes
de dégager les données les plus importantes pour le décrire et donc pour qu’il soit facilement consultable une fois le travail terminé. Enfin on lui donne un numéro sur une jolie bandelette – de papier, les momies ce n’est pas mon domaine.
Cette analyse a ainsi permis de dégager des grands domaines dans lesquels classer les archives. Il y avait beaucoup de carnets de notes de cours, des manuscrits inédits, des productions autour de ses voyages pour des fouilles archéologiques.
Ces différentes actions ont défini le cadre de classement qui correspondait aux différents moments de la vie des Reinach et surtout de Salomon.
L’acte d’archiver, et donc d’enregistrer les archives, se caractérise par l’attribution d’une cote à chaque objet pour qu’il soit identifié, il a plusieurs buts. D’abord il ne faut pas oublier que le document est lié à son producteur et donc au contexte de production. L’archiviste doit en tenir compte et le rendre dans son travail : l’instrument de recherche, qui est un des points les plus importants dans la mission. Cet « outil » permet en effet de présenter physiquement le travail mené sur le fonds et de lui donner la cohérence physique. Il peut ensuite être facilement utilisé par les chercheurs. L’instrument devient en lui-même un document d’archives lié au fonds et à son histoire mais aussi lié à la bibliothèque.
Mais ce travail ne signifie pas la fin de la mission de l’archiviste, au contraire la partie la plus importante se situe à ce point. On ne fait pas un instrument de recherche pour le simple fait d’enregistrer les documents et en faire ensuite des « archives mortes » qui se recouvrent de nouveau de poussière – oui, mais la poussière du XXIe siècle, ça change tout !  Le but est qu’elles soient utilisables et pour ça il faut que les documents comme l’instrument puissent être communiqués.
Pour le fonds en question, les archives permettent d’ aborder plusieurs points : l’érudition de chercheurs intégrés dans leur société, les liens avec les intellectuels qu’ils ont pu côtoyer, la façon dont s’est fait l’apprentissage des trois frères Reinach.
Dans les documents propres à Salomon, on peut distinguer deux   typologies d’archives majeures :
  • les documents à caractère scientifique : on a retrouvé plusieurs manuscrits inédits de la main de Salomon Reinach, qui n’ont jamais été publiés. Avec ces archives, on est au coeur du réseau intellectuel dans lequel il s’est impliqué, avec toutes ses notes de cours, la documentation qu’il a établi pour ses recherches et leur résultat.
  • Les documents personnels : dans le fonds de la bibliothèque, ils sont très rares: un recueil de correspondance – ce qui est quand même plus classe qu’une conversation Facebook – des carnets de croquis, et surtout le journal de son voyage à bord du
    Latouche -Tréville.
Ses archives ne vont pas nous en apprendre beaucoup sur Salomon
l’homme, mais peuvent nous éclairer sur Salomon l’érudit et chercheur, sur sa façon de travailler, d’annoter ce qu’il lisait, de commenter, et de dessiner. C’était un homme de classements et d’index, les faits avaient une grande importance pour lui.
Salomon, mais aussi  ses frères, étaient engagés dans la société, notamment au cours de l’Affaire Dreyfus. Salomon s’est moins impliqué que son frère Joseph dans la défense du Capitaine, mais on retrouve parmi les archives conservées à la Bibliothèque des essais, de sa main, à propos de l’Affaire.
 Tout au long de la première Guerre Mondiale, Salomon a
Figuer 4 : 1 MOM 30 - Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.
Figuer 4 : 1 MOM 30 – Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.

également compilé tous les actes de guerre et toutes les informations qu’il trouvait en lisant des journaux de différents pays.

Entre 1914 et 1919, il a ainsi rédigé 14 carnets de Chronologie de la Guerre remplis au jour le jour de chaque épisode qui était relaté. Il faut s’imaginer le temps que cela lui a pris pour faire un dépouillement quotidien de l’actualité. Ses carnets ont même été publiés au fur et à mesure, au cours du conflit.
Le but est d’en faire des «archives vivantes» étudiées, et valorisées au sein de la bibliothèque de la MOM,
et même en dehors. On retrouve des archives de Salomon Reinach
dans de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur. Le but est donc que les fonds ne soient pas isolés les uns des autres, même s’ils le sont physiquement. Il faut avoir conscience qu’il y a eu un éclatement de ses archives à cause de sa carrière en elle-même
puisqu’il a officié dans diverses institutions qui ont conservé ses documents. Puis à sa mort, ses papiers ont été dispersés au gré des versements, des legs et dons dans plusieurs universités.
L’objectif du répertoire qui a été établi au terme de ma mission est d’être consulté, d’être un «instrument de recherche» au sens propre, et donc un outil pour lier intellectuellement tous les fonds, mais aussi pour faire connaître les archives de Salomon Reinach au grand
public.
À terme, l’étude de ses manuscrits inédits pourrait être vraiment
intéressante sur ce point et pourquoi pas permettre de discuter de l’intérêt d’une publication de certains.
Figure 5 : 1 MOM 188 - Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Figure 5 : 1 MOM 188 – Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Corentin Durand

SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

La Mission de Salamine a fêté en 2015 ses 50 ans, ce qui  a donné lieu à une exposition dans les murs de la MOM avant qu’elle ne parte à Chypre,  ainsi qu’à des conférences. La mission compte de nombreuses archives qu’elle a voulu préserver et en faciliter l’utilisation. Il nous est apparu à la bibliothèque, sensibilisés à ce genre de préoccupation, qu’un article sur ce travail pourrait vous intéresser. Sabine Fourrier, responsable de la Mission depuis 2008 a bien voulu se livrer à cet exercice. Je vous laisse donc apprécier son texte ci-dessous.

Continuer la lecture de SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

Drôles de stagiaires!

Ces derniers temps, vous avez peut-être croisé à la MOM une bibliothécaire coincée, un archéologue paumé et un pharaon ressuscité d’entre les morts…

Nous sommes en réalité trois stagiaires venus des lointaines montagnes de l’Isère pour un projet de réorganisation du fonds de périodiques.

Il y a tout d’abord « Maxenkhaton » qui s’occupe de la réserve n°6. Il recense les exemplaires et les trésors de cette salle obscure pleine de poussière … et de bestioles dans les murs !

Puis vient « Simon Jones » chargé du métrage des rayons du 5e étage. Attention : son mètre est un véritable fouet !

Une lecture originale!
Une lecture originale!

Enfin il y a « Lydie-Blanc-sec » qui déménage sur son ordinateur. Avec elle rien ne passe à la trappe, et tous les liens de vos périodiques préférés seront sur Koha.

Mais surtout … nous tenons à remercier l’ensemble du personnel de la bibliothèque pour tous les bons moments, et les bons conseils. Vous les connaissez peut-être, il y a :

  • Nina et son sourire chaleureux, même dans les caves de la MOM
  • Marie, la championne du récolement
  • Geneviève, la coordinatrice des pique-niques
  • Véronique, la spécialiste des Reinach
  • Manue et ses chaussons à la rhubarbe
  • Franck et sa French touch
  • Magali et son lama royal de Colombie
  • Hugues, le Sherlock Holmes des périodiques perdus
  • Bruno, le grand artiste, qui a su transformer une cruche en martien
  • Issam et ses conseils pour l’équipement des livres
  • Eve la secrétaire des échanges aux longs cheveux bruns
L'oiseau chypriote
L’oiseau chypriote

Les catalogues des ventes numismatiques, de précieux outils de recherche

Dans le cadre d’une thèse consacrée à une « approche numismatique du début de la crise du IIIe siècle (238-253 ap. J.-C.) », Thomas Bardin, doctorant du laboratoire Hisoma, s’est interrogé sur la pertinence de son corpus monétaire. Pour constituer  celui-ci, il a choisi de ne pas se limiter aux fonds muséaux ou archéologiques mais s’attèle également aux collections privées. Pour ce faire, les catalogues de ventes en numismatique forment des ressources précieuses. Il a bien voulu nous expliquer ici sa démarche et, de surcroit, pour faciliter la tâche de ceux qui le suivront dans ce type de recherche, il a effectué un recensement des catalogues conservés à la bibliothèque du CEROR, et ceux  disponibles à la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Ces fonds documentaires rassemblés comptent près de 750 catalogues datant des années 1970 jusqu’à nos jours. Les catalogues en libre accès à la bibliothèque du CEROR, estimés à 300 exemplaires environ, ont été donnés par Michel Debidour, historien et archéologue, enseignant à l’Université Lyon 3. Les quelques 450 exemplaires réunis dans les réserves de la bibliothèque de la MOM ont été collectés au fil des ans et des donations ponctuelles des chercheurs. Des maisons de vente spécialisées, telle la Numismatik Lanz Müchen, transmettent régulièrement, chaque année, leur catalogue de vente à la bibliothèque. Ces différentes acquisitions ont contribué, et contribuent encore aujourd’hui, au développement d’une collection qui gagne en cohérence.

Cet article est également publié sur le carnet de recherche de Thomas Bardin, Moneta :  http://moneta.hypotheses.org/

 

Une source historique de premier ordre :

C’est en quelque sorte la partie immergée du réservoir d’antiquités et de monnaies circulant dans le monde depuis des décennies. Antiquités et monnaies anciennes ont toujours été des objets de collection intéressant les amateurs privés, du fait de leur esthétique d’une part, et de leur abondance relative d’autre part.  Ignorer les monnaies de collection privées au seul profit des collections publiques serait un choix pratique valable, mais un non sens scientifique. Un corpus de recherche exhaustif ne peut pas s’arrêter aux seuls fonds muséaux ou archéologiques de caractère public. Une grande partie du matériel se trouve dans des mains privées, et n’est accessible au chercheur qu’en de très brefs instants : son passage en vente publique, qui fait généralement l’objet d’un catalogue et donc d’une description, parfois l’unique occasion de « capter » l’objet pour la recherche, avant sa disparition définitive ou cyclique (les monnaies en or romaines réapparaissent par exemple régulièrement en vente au fil des générations). Le rassemblement des catalogues des grandes maisons de ventes permet ainsi d’archiver tout ce matériel paru dans les ventes publiques, souvent très bien illustré, décrit et expertisé.1

Cet usage historique des ventes s’applique essentiellement à la recherche de fonds visant l’établissement de typologies : il s’agit de mettre en évidence toutes les variétés d’un monnayage, de chercher les curiosités et raretés, de les identifier et les mettre en série. Il s’agit d’une démarche bien différente de l’étude des monnaies de fouilles : il n’est d’abord pas possible d’examiner en main propre le matériel décrit, et ensuite il s’agit de pièces de bonne conservation recherchées par les collectionneurs pour leur valeur esthétique et historique, ainsi que leur rareté. Il s’agit donc d’un matériel bien différent des monnaies de fouilles exhumées quotidiennement et révélant généralement des monnayages courants déjà abondamment documentés.

L’étude précise de portions de monnayages, au-delà de l’identification des types, s’intéresse aux quantifications d’une part, mais également à  la recherche de liaisons de coins entre les monnaies, marque de contemporanéité entre celles-ci afin de mettre en évidence la structure des émissions monétaires étudiées : dans ce cas, un maximum d’exemplaires examinés est souhaitable. Or aucune collection publique ne dispose de collection exhaustive pour ces monnayages : c’est pourquoi l’enquête numismatique doit s’étendre chaque fois que cela est possible et utile, aux collections et ventes privées. Il existe par exemple au moins autant de monnaies d’or décrites dans ces catalogues que dans l’ensemble des collections publiques réunies, et pour la plupart non publiées.

Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2 : Le corpus : son contour, ses limites et sa cohérence, 2014, à paraître.
Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2, 2014, à paraître.

Une collection inédite en région.

Ces ouvrages ou livrets sont d’abord des catalogues marchands. De fait, leur présence au sein des bibliothèques ne va pas de soi. Pour cette raison, le chercheur ne dispose que des bibliothèques spécialisées attachées aux départements de monnaies et médailles des musées, ou bien des collections privées – on ferme la boucle – des vendeurs et numismates indépendants. Seule la bibliothèque du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France a entrepris un archivage systématique des ventes numismatiques internationales et nationales en France. La consultation de certains catalogues est également possible au Médaillier de Lyon : mais il s’agit en grande partie de catalogues adressés à titre privé au conservateur par les marchands, et non d’un fonds appartenant à l’institution. La documentation reste donc éclatée et lacunaire, et pour cette raison ignorée ou délaissée. Les fonds actuellement conservés à la bibliothèque de la MOM et à la bibliothèque du CEROR représentent près de 800 ventes de monnaies grecques et romaines, parmi lesquelles figurent des maisons prestigieuses de référence, constituant une archive inédite en région, désormais accessible au plus grand nombre. Une partie des séries incomplètement conservées se trouve par ailleurs accessible en ligne via des moteurs de recherches spécialisés dans la compilation de ces ventes en ligne ou directement via les archives en ligne de grandes maisons de vente.

Aureus de Gordien III paru chez Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, Auktion 73, 17.05.2004, lot 830 puis de nouveau dans Auction 76, 17.10.2005, lot 607. 3e exemplaire connu pour ce type. © 2010-2014 mcsearch.info

 

 

  1. François de callatay, « Un problème de documentation en numismatique antique : les catalogues de ventes », Histoire et Mesures, 5.3-4, 1990, p. 259-269 []

Souvenirs et impressions apolloniates

A l’occasion de la conférence « Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie »,  J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de partager ci-dessous quelques souvenirs sur son expérience à Apollonia :

« La mission épigraphique et archéologique française en Albanie a été fondée par Pierre Cabanes, professeur émérite de l’université de Paris X Nanterre,  en 1992 juste après l’effondrement du régime hoxhiste et l’entrée du pays des aigles dans l’ère démocratique.  En 1994, j’ai pu rejoindre son équipe et j’ai eu l’honneur de conduire les premières fouilles franco-albanaises sur le site d’Apollonia. Ce fut le début d’une grande aventure humaine autant que scientifique, aventure qui s’enrichit encore d’année en année.  Ce n’était pas la première fois que des Français fouillaient à Apollonia puisque le chartiste Léon Rey entre les deux guerres, à l’époque du roi Zog, avait dégagé les premiers vestiges de la cité. Mais c’était la première fois qu’une véritable collaboration scientifique permettait à l’Institut archéologique de Tirana de mener des fouilles d’envergure et d’intégrer pleinement la communauté scientifique internationale. D’autres missions étrangères ont suivi, l’Italie, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Grèce, plus récemment l’Allemagne et la Pologne, mais la France peut s’honorer d’avoir été la première, et qu’il me soit permis d’avoir ici une pensée pour P. Cabanes qui a bien voulu me confier la direction de la Mission en 1999 lorsqu’il décida de prendre sa retraite. La fouille a vu passer beaucoup d’étudiantes et d’étudiants  albanais accueillis ensuite en France pour un DEA puis une thèse ; ils assurent maintenant  le renouvellement de la génération de chercheurs arrivés à la retraite. Mon premier étudiant en thèse, Altin,  fut l’un d’eux et il est aujourd’hui l’un des principaux responsables de l’équipe albanaise d’Apollonia.

Depuis 1994, le pays a connu une évolution qu’il est difficile d’imaginer. Il fallait alors plus de quatre heures pour parcourir les 120 km séparant le petit aéroport de Rinas au nord de Tirana, du site d’Apollonia qui n’était accessible que par une piste en terre battue. On avait alors le temps de compter les innombrables bunkers qui bordaient les routes,  indestructibles sentinelles d’un désert des Tartares , censées arrêter une illusoire  invasion qui n’avait pour but que de maintenir un peuple fier de ses origines sous le joug  du dictateur, et la route appartenait encore aux charrettes tirées par des ânes venus d’un autre temps. Aujourd’hui l’aéroport Mère Theresa n’a rien à envier aux plus modernes des aéroports  européens, et à peine deux heures suffisent pour rejoindre le site ; les bunkers ont peu à peu disparu sous l’assaut des enfants récupérant la ferraille pour gagner quelques leks, et ont laissé la place à des stations-services et des hôtels restaurants ; les « benz » ont largement remplacé les ânes, et quelques grosses cylindrées aux vitres fumées témoignent de l’arrogance des nouveaux riches  et de l’existence d’une économie parallèle.

Les trois premières années, jusqu’à la construction de la maison de fouille inaugurée en 1996, furent difficiles mais riches d’émotions et de souvenirs : le vieux monastère désaffecté qui abritait la mission n’avait aucun confort : la cuisinière accroupie s’efforçait de cuire les plats sur des petits réchauds à pétrole ; l’eau peu potable était amenée du village par un char à bœufs qui ne pouvait assurer que trois rotations par jour ; les douches étaient froides et rares, et on était condamné à boire du vin ; l’électricité était balbutiante, et par les pluies d’orage il fallait disposer savamment les lits pour rester au sec. Et pourtant on était heureux d’être ensemble et  le banquet de fin de fouilles avec les chants polyphoniques des ouvriers dans le cloitre du monastère donnait le sentiment qu’Apollonia, pourtant abandonnée à la fin du IVe siècle, n’avait cessé de vivre. Je voudrais ici rendre hommage à tous les ouvriers de Pojani et des villages environnants qui d’année en année sont devenus d’excellents fouilleurs, et surtout ont compris, en hommes simples mais sages,  l’importance de leur patrimoine. Ce sont eux qui en 1997, année de la guerre civile dans le pays,   parfois au péril de leur vie, se sont opposés aux bandes mafieuses qui voulaient piller le site. Aujourd’hui certains sont morts ou affaiblis par l’âge,  mais les fils prennent la suite des pères, quand ils ne doivent pas partir en Italie ou en Grèce pour assurer la vie de leur famille.

Aujourd’hui la maison de fouilles dispose de tout le confort moderne ; congélateur, douches chaudes, télévision, internet. Il ne manque que le chauffage l’hiver ou la climatisation l’été ! Les ouvriers n’arrivent plus à pied, avec ce pas lent du paysan attaché à sa terre, mais en mobylette ou en voiture. Je ne suis pas sûr qu’on y ait gagné en convivialité. Les plus beaux moments restent cependant la contemplation des soleils couchants depuis la terrasse de la maison ouvrant sur l’Adriatique, tandis que la silhouette de l’unique colonne du temple de Shtyllas marquant l’emplacement du port, s’estompe peu à peu dans le crépuscule, ou, couché sur le sol pour y trouver un peu de fraicheur,  la contemplation de la voie lactée d’une extraordinaire luminosité dans le silence d’une nuit traversé seulement par le cri du vieil hibou qui a élu demeure dans les combles de la maison. Malheureusement bientôt une autoroute va déchirer la plaine à quelques centaines de mètres du site ;  le grondement sourd des véhicules couvrira le cri du hibou, et la lumière des phares obscurcira la clarté des étoiles. C’est sans doute le prix à payer pour parachever le développement économique du pays et son entrée dans l’Europe, mais il me plait de rêver que cela n’arrivera qu’au terme des quelques années qui me séparent de la retraite. »

Jean-Luc Lamboley

Mise en valeur de la bibliothèque Victor Loret

Photo : Magali Mathey

Victor Loret (1859-1946) fait partie des premiers égyptologues français, dans la lignée de Jean-François Champollion. Archéologue, il est à l’origine de la découverte des tombes royales de Thoutmosis III et d’Amenhotep II.

Continuer la lecture de Mise en valeur de la bibliothèque Victor Loret