Archives de catégorie : Nos focus

concerne les billets thématiques sur un sujet donné hors événement, bibliographie, webographie, billet invité (en gros les inclassables)

Courant d’air : Science ouverte, accès ouvert, données ouvertes…

Quoi de neuf ?

Un plan national pour la science ouverte a été présenté par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, le 4 juillet 2018, à la rencontre annuelle de la ligue européenne de bibliothèques de recherche (LIBER)
Ce plan se décline en 3 axes :

  • Généraliser l’accès ouvert aux publications (rendre obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres)
  • Structurer et ouvrir les données de la recherche (rendre obligatoire la diffusion ouverte des données de recherche)
  • S’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Un budget sera alloué à la création d’un fonds pour la science ouverte : 5,4M€ la première année et 3,4M€ la deuxième année.

Cet engagement pour l’ouverture des données de la recherche est réaffirmé par l’ANR dans son plan d’action 2019 en appelant les coordinateurs de projets à considérer la question des données de la recherche au moment du montage et tout au long du projet :

  • déposer les publications, consécutives aux projets financés, dans une archive ouverte (HAL par exemple)
  • associer un plan de gestion des données (DMP) aux projets financés à partir de 2019

De plus la commission européenne obligera le libre accès aux publications des recherches financées dans le cadre Horizon 2020 et dans certains cas l’accès libre aux données de la recherche.

Source sur le portail de la commission européenne

Vous trouverez toutes les informations spécifiques à la mise en œuvre de ce libre accès sur le portail français Horizon 2020 et pour accompagner les équipes de recherche qui soumettent un projet dans le cadre d’Horizon 2020, l’Inist-CNRS propose une série de tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche.

Sciences, données… :

Par « science ouverte », on entend une volonté de rendre les données de la recherche et ses résultats accessibles et réutilisables le plus librement possible.

« Nous n’avons rien à craindre d’être lus partout dans le monde et par tous — collègues, associations et syndicats, décideurs publics, entreprises, citoyens — afin que nos recherches, longuement et soigneusement bâties, puissent éclairer, informer et questionner »

Didier Torny, Directeur Adjoint Scientifique de l’INSHS, extrait de l’edito de la lettre d’information de l’INSHS n°55

FAIR data / 5 stars data

Le cœur de la science, ce sont les données, et pour aller vers une science ouverte, il faut tendre vers des données et des métadonnées ‘FAIR’ et ‘5 étoiles’.

Les principes FAIR comme Facilement trouvable ou Favoriser la découverte (Findable), Accessible, Interopérable et Réutilisable (Reusable)  ont été définis pour rendre les données scientifiques réutilisables. Chaque principe se décline en un ensemble de caractéristiques, que Le centre national australien des données schématise ainsi :

Source : Australian National Data Service – Training

Sur cette page, l’Institut National de la Recherche en Agronomie présente chaque principe avec ses caractéristiques, les recommandations pour mettre en œuvre chaque principe et les questions à se poser lors de la rédaction d’un plan de gestion de données.

S’orienter vers la science ouverte c’est aussi tendre vers des données 5 étoiles – des données ouvertes et liées. Selon la proposition de Tim Berners-Lee (inventeur du web), cela signifie * déposer ses données sur le web avec une licence ouverte, peu importe le format (OL), ** les publier en tant que données structurées (RE), *** dans un format ouvert et non propriétaire (OF), **** désignées avec des identifiants uniques pérennes (URI) pour qu’on puisse faire référence à vos données et enfin, *****que vos données soient liées à d’autres données pour y ajouter du contexte (LOD : Linked Open Data). C’est finalement faire ce que l’on appelle du web sémantique.

Source et informations sur le site 5 stardata

Toutefois, rendre accessible ses données et les déposer demande un gros travail de gestion et de préparation des données. De plus, selon vos droits, certaines données ne pourront être rendues accessibles. La checklist proposée ici vous permettra de balayer l’essentiel des points de vigilance. Ce questionnaire en ligne : Système expert d’aide à la decision pour diffuser les données de la recherche de M. Andro, N. Morcrette, et N. Gandon pourra aussi vous aider à identifier si vous avez le droit de diffuser vos données.

Plan de gestion de données

Pour accompagner les équipes de recherche dans l’élaboration et la rédaction d’un plan de gestion de données (Data Management Plan), étape qui sera de plus en plus demandée par vos financeurs et obligatoire pour la soumission d’un projet H2020, l’INIST-CNRS propose l’outil collaboratif DMP OPIDoR (disponible en version française ou anglaise). Nous vous recommandons chaudement les tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche et sur le plan de gestion de données.

S’auto-former

Nous vous conseillons la plate-forme d’auto-formation DoRANum, à destination des chercheurs, qui regorge de fiches thématiques et courtes vidéos très didactiques sur les données et métadonnées, de l’archivage au partage, en passant par les aspects juridiques et éthiques…

Et par chez nous ?

Concernant le dépôt des publications dans une archive ouverte, nous vous rappelons que nous organisons régulièrement à la bibliothèque des HALunch qui seront l’occasion de se retrouver pour un temps convivial de (re) découverte de la plate-forme d’autoarchivage HAL et de ses services et pour vous accompagner dans le dépôt de vos publications. Le prochain aura lieu le 18 octobre 2018. Pour plus d’infos et pour vous inscrire, suivez le lien.

La Collection HAL de la MOM compte au 20 septembre 3254 notices mais seulement 18% contiennent le texte intégral (616 documents). On vous rappelle sur cet article  Pourquoi déposer dans HAL.


Vous pouvez noter dans vos agendas : la matinée du 18 octobre à Lyon qui sera consacrée à la science ouverte dans le cadre de la semaine internationale du libre-accès. Le thème retenu cette année est « Bibliothèque et Chercheurs : la science ouverte en commun ».

L’ensemble des bibliothèques de l’Université de Lyon (dont la bibliothèque de la MOM) s’associent pour vous proposer cette matinée de conférences et d’ateliers dans les locaux de la MILC. Le programme et les modalités d’inscription se trouvent ici.


A qui s’adresser ?

N’hésitez pas à vous adresser aux personnes ressources de votre structure pour en savoir plus : informaticiens, documentalistes, bibliothécaires… Ils sont là pour vous accompagner.

Début 2018, l’axe stratégique « données de la recherche, de l’acquisition à l’archivage » a vu le jour à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, les responsables sont Julien Aliquot (HiSoMa) et Bruno Morandière (FR3747, PSIR).

Une liste de discussion a été mise en place par et pour le personnel de la MOM afin d’échanger et discuter sur le sujet des données : abonnez-vous à dataMOM_at_mom.fr

Pour un projet spécifique vous pouvez vous adresser :

Illustration du bandeau issue de l’appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé. Continuer la lecture de Retour sur l’affaire Glozel

L’égyptologie dans les musées français en 2013

Le début de l’égyptologie, par des scientifiques ou érudits français, remonte au XVIIIe siècle avec les expéditions de Bonaparte qui aboutiront à la rédaction des Descriptions de l’Egypte. Au XIXe siècle, nombreux égyptologues se succèdent dans des fouilles archéologiques dont Auguste Mariette, Jean-François Champollion, Gaston Maspero, Emile Prisse d’Avenes, Victor Loret et tant d’autres.

 

De leurs différentes fouilles, les musées français ont hérité des objets archéologiques datés de l’époque pré-pharaonique à l’antiquité. Dans les objets les plus courants, nous pouvons trouver des statues, statuettes, sarcophages, momies, stèles, amulettes, poteries,… Dans les objets les plus insolites, nous pouvons trouver la momie d’un chat ou des petits objets en faïence bleu, déposés près des momies et accompagnant les rites funéraires.

 

Figurine d'hippopotame, © 2005 Musée du Louvre / Georges Poncet
Figurine d’hippopotame, © 2005 Musée du Louvre / Georges Poncet

 

Les fouilles et études actuelles par des instituts français continuent à alimenter les données de la recherche dans ce domaine. Parmi les instituts les plus connus, nous pouvons citer l’Institut français d’archéologie orientale (Le Caire), l’Institut d’égyptologie du Collège de France (Paris), l’Institut d’égyptologie François Daumas (Montpellier), l’Institut de papyrologie et d’égyptologie (Strasbourg) , l’Institut de papyrologie et d’égyptologie (Lille), l’Institut Victor Loret (Lyon),…

 

Des dons et des achats ont également permis d’accroitre les collections des musées français.

 

Le musée français le plus emblématique en matière d’égyptologie reste Le Louvre, dont le département des Antiquités égyptiennes fut créé le 15 mai 1826 par ordonnance de Charles X. Le premier conservateur de ce département sera Jean-François Champollion, père de l’égyptologie et déchiffreur des hiéroglyphes.

 Statue du  « scribe accroupi », ©Musée du LouvreStatue du « scribe accroupi », ©Musée du Louvre

 

De nombreux musées archéologiques en province présentent dans leurs collections permanentes, ou lors d’expositions temporaires des chefs d’œuvres de l’art égyptien ou des objets du quotidien. Ci-dessous une magnifique cuiller servant à la préparation de fard pour les yeux :

 

Cuiller à fard en forme d’oryx, Os, Musée des Beaux-Arts de Lyon
Cuiller à fard en forme d’oryx, Os, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

Nous vous proposons aujourd’hui  une cartographie des musées en France possédant des collections en égyptologie (liste non exhaustive et en cours de construction)

 

Carte 

 Expositions en cours ou à venir :

 

Musée du Louvre, Paris : L’art du contour-le dessin dans l’Égypte ancienne, jusqu’au 22 juillet 2013

 

Institut du monde arabe (IMA), Paris : Le théorème de Néfertiti. Itinéraire de l’œuvre d’art : la création des icônes, jusqu’au 08 septembre 2013.

 

Hôtel-Dieu, Le Puy-en-Velay : Pèlerinage au temps des Égyptiens : rendre visite aux dieux (L’Égypte pharaonique. Trésors cachés du Louvre), du 06 juillet au 11 novembre 2013.

 

 

 

Quelques exemples de catalogues d’exposition présents à la bibliothèque de la MOM :

 

 Un Jour j’achetai une momie, Emile Guimet et l’Egypte antique : exposition, Musée des Beaux-Arts de Lyon, 30 mars – 2 juillet 2012 / sous la direction de Geneviève Galliano . – Paris Lyon : Hazan : Musée des Beaux-Arts de Lyon, 2012

Cote : EGY N5353.F7. L882 2012

 

Le Crépuscule des pharaons : chefs-d’œuvre des dernières dynasties égyptiennes / Musée Jacquemart-André . – Bruxelles : Fonds Mercator, 2012

Cote : EGY N5353.F7. P3 2012

 

Fastueuse Egypte : Catalogue de l’exposition tenue au Musée Calvet à Avignon de juin à novembre 2011 / sous la direction d’Odile Cavalier . – Paris : Hazan, 2011

Cote : EGY N5353.F7.A95 2011

 

 

Quelques exemples de catalogues de musées présents à la bibliothèque de la MOM :


L’Egypte au Musée des Confluences : de la palette à fard au sarcophage / ouvrage collectif : Deirdre Emmons, Merel Eyckerman, Jean-Claude Goyon…. – Milan : Silvana, 2010

Cote :  EGY N5350.F7. L88 2010

 

Objets d’Egypte : des rives du Nil aux bords de Seine / sous la direction de Guillemette Andreu ; textes de Guillemette Andreu, Michel Baud, Florence Calament, Elisabeth David, Elisabeth Delange, Geneviève Pierrat-Bonnefois, Marie-Hélène Rutschowscaya ; avec la collaboration de l’Institut français d’archéologie orientale . – Paris : Musée du Louvre : Le Passage, 2009

Cote EGY N5350.F7. P32 2009

 

Nina Mitamona