Archives de catégorie : Le coin des bibliothécaires

La Doc des Pros (2)

Il y a bien longtemps que je ne vous ai tenu au courant des acquisitions concernant notre Documentation Professionnelle.
Il est temps d’y remédier! Vous trouverez ici les ouvrages acquis fin 2015, ils rendent compte de nos préoccupations diverses.

Conarbretribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication / par Bernard Miège, INA Editions 2015.-(Médias histoire)
L’Info-Comm. est plus complexe qu’on peut le penser d’un premier abord. Plurielle dans les démarches, critique et sociétale dans les sujets, objet de connaissance, toujours discutée et remise en cause. Une plongée dans ce domaine décrié ou porté aux nues.

Couv-ArtFaireRecherchesL’Art de faire des recherches et de partager l’information : pratiques et techniques de veille et de curation sur internet / Jérôme Deiss aux Editions Fyp, 2015.-(Entreprendre)

 

Information pléthorique sur internet devenant problématique !
Qui ne s’est pas retrouvé confronté à cette masse mouvante, désorganisée que sont les résultats d’une veille? Savoir chercher, utiliser et partager est tout un art. Ce guide ou manuel est présenté avec une progression dans les chapitres allant des définitions à la
diffusion en passant par les techniques, outils. C’est un bon outil de prise de conscience de la nécessité d’organiser les recherches, la veille.

2011-BAO22 Mener l’enquête : guide des études de publics en bibliothèque / sous la dir. de C. Evans.-  (Boite à outils; 22) aux éditions de l’ENSSIB  

 

 

Un oubli, pour ce livre publié en 2011!
Les enquêtes sont nécessaires pour connaitre les publics qui fréquentent nos bibliothèques, leurs attentes notamment concernant de nouveaux services, leurs satisfactions sur l’existant.    L’ouvrage se veut un guide des bonnes pratiques et des méthodologies.

Big data, open dataBig data, Open data : quelles valeurs? Quels enjeux? : Actes du colloque «Document numérique et société», Rabat, 2015 / Sous la dir. de E. Broudoux et G. Chartron.- De Boeck supérieur, cop.2015.- (Information & stratégie)

 

Les big data, littéralement les grosses données, est une expression anglophone utilisée pour désigner des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données    ou de gestion de l’information. … L’ouverture des données (open data) représente à la fois  un mouvement, une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables. Elle s’inscrit dans une tendance qui considère l’information publique comme un bien commun (tel que défini par Elinor Ostrom) dont la diffusion est d’intérêt public et général. (Wikipedia)

bao33_couv_catalogueConstruire des pratiques participatives dans les bibliothèques / saous la dir. de Raphaëlle Bats , aux éditions de l’ENSSIB, 2015.- (La boite à outils; 33)

Bibliobox, crowdsourcing, empowerment, partages des savoirs…
Définitions, nouvelles terminologies explicitées, retours d’expériences. La démarché participative s’explique, s’exporte et s’importe, surtout elle se développe. Pour bien en comprendre les objectifs et les enjeux, ce livre est organisé en 3 parties : Repenser la bibliothèque ensemble, Partager les savoirs et Décider ensemble.
Le sujet vous intéresse? N’oubliez pas le n° 83 de mars 2016 de Bibliothèque(s) «Pratiques participatives».

TEIWhat is the Text Encoding Initiative ? : how to add intelligent markup to digital resources / Lou Burnard.- Open edition press, 2014.- (Encyclopédie numérique)

Mais oui, qu’est-ce que la TEI??Tout, tout vous saurez tout sur la TEI en lisant cet ouvrage, pour peu que vous lisiez très bien l’anglais et que vous ayez un minimum de connaissances informatiques et en XML..

couverture-bao31_cover_1Ouvrir plus, ouvrir mieux : un défi pour les bibliothèques / Sous la dir. de G. Perrin.- Presses de l’Enssib, cop.2014.-(La Boite à outils; 31)

Vaste question s’il en est, source de polémiques, d’effets d’annonces et de création de commissions chargées d’étudier le sujet! Ce volume réunit 15 professionnels spécialisés dans les domaines   éducatif, social et culturel.

imageBibliothèques d’aujourd’hui : à la conquête de nouveaux espaces / Sous la direction de M.-F. Bisbrouck.- Nouvelle édition.- Ed. du Cercle de la Librairie, cop.2014.- 1 vol. + 1CD-ROM.- (Collection Bibliothèques)

Une nouvelle édition revue et augmentée sur l’architecture, l’évolution des espaces pensés pour les bibliothèques et leurs publics. Plus de services et/ou des services différents, diversification des activités, supports documentaires en évolution, utilisation des espaces, conception et construction…vous trouverez tout celà dans ce livre illustré qui fait la part belle aux bâtiments dans lesquels nous travaillons.

17_outilswebcouvseule_1Les outils multimédias du web : communiquer efficacement sur le web / X. Delengaigne,
F. Gontier.- 2° édition, chez CFPJ Editions 2015

 

 

Une présentation claire, simple et précise d’outils comme le blog, twitter mais aussi pour le son , la photo…L’intérêt principal à mon sens repose sur une explication très claire du «pour quoi» et du «comment», avec un pas à pas dans l’appropriation de ces outils. L’idée de cet ouvrage étant venue à partir de questions posées lors de sessions de formations aux CFPJ.

info-comDictionnaire d’initiation à l’info-com / L. Corroy, J. Gonnet.- 2° édition.-Vuibert, 2008
Dans cet ouvrage vous ne trouverez pas seulement des définitions, étymologie, antonymes mais aussi des textes détaillés donnant à lire un historique du mot, du courant de pensée; une bibliographie et des «prolongements» pour chaque terme. Très complet, cet ouvrage saura vous aider à plus d’un titre.

220px-Jacob_Spon Histoire et civilisation du livre : revue internationale. 2 / Réd. en chef F. Barbier.-               Librairie Droz, 2006

 

Dans ce n° : «Lyon et les livres» dossier éd. sous la dir. de D. Varry, «Etudes d’histoire du livre», et «Livres, travaux et rencontres» rubrique publiée sous la dir. de Claire Lesage.
Question subsidiaire : qui est représenté dans ce médaillon?

1001 vies du livreLes 1001 vies des livres / E. Dussert, E. Walbecq.- Vuibert, cop.2014

 

Que peuvent bien raconter deux bibliothécaires? En nous plaçant sous les auspices des Contes des Mille et une nuits et de Jorge Luis Borges, de Charles Nodier et d’Alfred de Musset (…) il paraît assuré que nous ne tordrons pas le cou à votre première impressions : ce sont bien des histoires de bibliothécaires que nous raconterons ici. Des récits saugrenus, édifiants, des anecdotes curieuses ou bien tragiques, et parfois mortelles, de celles qui ne peuvent survenir que dans la vie d’un écrivain -grandiose ou raté-, d’un bibliomane ou bien «d’un professionnel de la profession» pour reprendre cette figure moqueuse imaginée par Boris Vian, et qui ressemble comme un frère au garçon de café de Jean-Paul Sartre. (Introduction)

Peabody, baltimoreBibliothèques : une histoire mondiale / J. W. P. Campbell, W. Pryce.- Citadelles & Mazenod, cop.2013.

A voir, lire,regarder, savourer, déguster. On pourrait ne s’arrêter qu’aux images, de toute beauté, mais ce serait passer à côté des textes qui vous en apprendront beaucoup sur ces magnifiques bibliothèques.

cvt_La-cote-400_9970


La cote 400 / S. Divry.- 10/18, cop.2010

Elle rêve d’être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Bienvenue dans les névroses d’une femme invisible. Bienvenue à la bibliothèque municipale, temple du savoir où se croisent étudiants, chômeurs, retraités, chacun dans son univers. Jusqu’au jour où, pour cette quinquagénaire esseulée et soumise aux lois de la classification de Dewey, ce bel ordre finisse par se fissurer…(4° de couv.).

Pour certains lecteurs le personnage est aigri, psycho-rigide du classement,et ce livre n’est qu’un long verbiage navrant et lourd; pour d’autres étude d’un personnage présenté avec beaucoup d’humour, touchant dans sa solitude. A vous de lire !

Véronique Faure

Journée d’étude IST – InSHS

logoist-shs

Le 21 novembre dernier une partie du personnel d’accompagnement de la recherche de la MOM était à Paris afin de participer à la journée nationale de la BAP F de l’InSHS. Cette journée d’étude avait pour vocation de rassembler l’ensemble des professionnels de la documentation, de l’édition et de la communication, travaillant au sein des unités de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dans ce cadre, les activités mises en œuvre à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ont servi d’exemples pour illustrer la manière dont les professionnels de l’information scientifique et technique (IST) travaillent en étroite collaboration avec les chercheurs.

Le programme, le compte-rendu et les supports de présentation des intervenants sont disponibles sur le site des correspondants IST-SHS : http://corist-shs.cnrs.fr/journeeBAPF2014

La MOM était à l’IFLA !

Mais l’IFLA, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques. Elle est le porte-parole au niveau mondial des intérêts de notre profession et regroupe à ce jour plus de 1500 membres (associations, institutions et individus) provenant de 150 pays du monde entier.

Chaque année, l’IFLA organise un congrès international rassemblant des professionnels de tout pays et de tout type d’institution. Cette année, ce congrès a eu lieu à Lyon à la Cité Internationale du 15 au 22 août. Il avait pour thématique : « Libraries, Citizens, Societies: Confluence for Knowledge ». Environ 4000 congressistes ont participé à l’événement, c’est un record dans l’histoire de l’IFLA ! Près de 330 volontaires, bibliothécaires et documentalistes, sont venus aider toute la semaine à l’accueil des participants et à  l’organisation des nombreuses activités : conférences, salon professionnel,  allée de posters, animations culturelles, visites de bibliothèques, etc.

10461370_10204793463625900_45807675918872025_n

L’ambiance était au beau fixe toute la semaine malgré un emploi du temps chargé. Le plus difficile étant encore de faire son choix parmi les quelques dizaines de conférences par jour ! De l’e-book au livre rare, du data-mining en SHS à l’accompagnement personnalisé du lecteur dans les bibliothèques spécialisées sur le changement social, du rôle de l’information dans la production agricole et la sécurité alimentaire aux nouveaux services en direction des enfants et jeunes adultes, en passant par le web sémantique, l’open access, le FRBR, le droit d’auteur à l’ère numérique, etc. je vous mets au défi de trouver une thématique manquante sur les sciences de l’information ! Continuer la lecture de La MOM était à l’IFLA !

A Amsterdam, il y a Dieu, il y les Dames, y a des vélos et y a des trams… et il y a l’OBA

Amsterdam 101 - OBAEn visite touristique et culturelle à Amsterdam ce mois-ci, j’en ai profité pour découvrir la grande bibliothèque connue sous le nom d’OBA ou OpenBare Bibliotheek d’Amsterdam. Elle est située à juste quelques minutes à pied de la vieille ville et Amsterdam 205 - OBA Bibliotheekde la gare centrale sur l’île d’Oosterdok au bord des canaux.

Inaugurée en 2007, la plus grande bibliothèque des Pays-Bas a été créée parl’architecte Jo Coenen. Je vous assure qu’elle est vraiment digne d’une visite au même titre que le Musée Van Gogh ou le Rijksmuseum qui sont les destinations prisées des touristes.

Architecturalement parlant, c’est un bâtiment moderne spacieux, très lumineux fait de béton, de bois et de verre. Il offre un espace incroyablement vaste de 28.000 m2 sur 10 étages et sur environ 25 kms de rayonnages (dont 8 kms en accès libre).

J’ai été Amsterdam 216 - OBA Bibliotheekagréablement surprise par ses étagères circulaires, son espace jeunesse qui invite aux jeux (cabanes, toboggans au milieu des livres), son nombre incroyable d’ordinateurs dernier cri mis à disposition du publicgratuitement (plus de 500 PC), ses 8 automates de prêt,ses sept bureaux d’information très design.  Le dernier étage offre une vue panoramique imprenable sur la vieille ville, le centre d’animation scientifique Nemo et les canaux. Il est également agrémenté d’un restaurant « La Plage » aux couleurs et saveurs du monde.

La bibliothèque qui est à la tête d’un réseau de 26 bibliothèques est ouverte de 10 à 22 heures tous les jours de la semaine y comAmsterdam 91 - Nemopris le dimanche. Plus de 5000 visiteurs arpentent ses étages chaque jour et 120 personnes y travaillent par roulement de trois équipes mais seulement l’encadrement qui met en place des projets occupe des bureaux. Ceux qui sont en contact avec le public « front office »  n’ont pas de bureaux propres. Cette bibliothèque publique connaît un véritable engouement puisque seulement 7 mois après son ouverture, le chiffre du million de visiteurs était déjà atteint, ce qui est incroyable pour une bibliothèque. L’OBA est ouvert à tous, même les visiteurs de passage. Amsterdam 218 - OBA Bibliotheek

L’inscAmsterdam 124 - Jordaanription est gratuite jusqu’à 19 ans, sinon cela coûte 25 € si vous avez entre 19 et 22 ans et 35 € ensuite.

Autres curiosités, il y a un parking vélo de plus de 2000 places mais n’oublions pas que nous sommes à Amsterdam la ville où la petite reine occupe une place de choix. A l’entrée on peut être accueilli par quelques notes de musique vu qu’un piano est mis à disposition du public mélomane. J’ai beaucoup aimé les bornes pour écouter de la musique (sièges faits de pochettes de disques 33tours).

cdOn y trouve des salles d’exposition, des salles de réunions, environ 1000 places assises, un théâtre, une salle de conférences. Rien d’étonnant à cela car  l’OBA a été conçue comme une « invitation à explorer le lieu et à y rester ». J’ai été étonnée par le nombre incroyable de CD et DVD de films internationaux disponibles (4 ou 5 copies par titre). Les disques sont dans des boîtiers équipés d’une puce RFID. Le budget de fonctionnement s’élève à plus de 12 000 000 € dont la moitié est consacrée aux dépenses de personnel.

J’ai vraiment été séduite par l’atmosphère qui se dégage de ce lieu ouvert sur la vielle ville. Je ne peux que vous inviter à parcourir ses espaces  et à l’ajouter aux plaisirs culturels de cette riche et belle ville qu’est Amsterdam.

 Amsterdam 224 - OBA BibliotheekamsterdamAmsterdam 221 - OBA Bibliotheek Photos prises par G. Peyres

#IdNum2013 : les points clés !

Depuis 10 jours déjà, plusieurs articles sur la rencontre « Identité numérique et visibilité du chercheur sur le web » ont été publiés : quelques exemples ici, là,par ici, et encore par là.

Parmi les nombreux échanges et présentations qui ont eu lieu, 4 points nous ont semblé essentiels à retenir…

identitenumeriqueweb1. Academia versus ResearchGate ?

Les membres de ResearchGate sont plus nombreux, mais la communauté SHS est plus importante sur Academia.edu.  Si vous travaillez sur des programmes de recherche interdisciplinaires, ResearchGate vous ouvrira plus de portes.  Si vos recherches sont strictement focalisées sur les SHS, utilisez plutôt Academia.edu.

2. Les réseaux sociaux : comment éviter de perdre la maîtrise de ses droits en 1 clic ?

Les réseaux sociaux scientifiques sont très utiles pour faire connaitre vos recherches. Mais il est vivement déconseillé de télécharger vos articles sur ces sites : vous perdez sans le savoir la maîtrise de vos données qui peuvent ensuite être transférées ou commercialisées, notamment par Academia.edu.

Privilégiez le dépôt dans HAL et citez seulement les liens hypertextes sur les réseaux. Vous protégez ainsi vos données et valorisez votre laboratoire.

3. Facebook n’est pas un réseau scientifique, MAIS…

C’est un outil de diffusion quasiment incontournable. Il serait dommage de s’en priver. La majorité des personnes qui consultent un article de blog ou de revue en ligne a suivi un lien sur Facebook.

4. Toujours en débat…

Avec l’évolution de l’environnement numérique et l’explosion des données sur le web, comment s’articule la communication traditionnelle et institutionnelle des laboratoires avec celle des individus-chercheurs ? 

 

« Identité numérique et visibilité du chercheur » : Retours sur la rencontre du 6 décembre

identitenumeriquewebA la veille de la Fête des Lumières, les retours sur cette journée ont été, en quelque sorte « lumineux ».

Pour vous remettre un peu dans le contexte, le programme est toujours en ligne sur le site de la MOM.

C’est avec grand plaisir que nous avons vu l’amphi Benveniste se remplir progressivement… puis quasi totalement. Nous estimons qu’environ 70 personnes, chercheurs, étudiants,  et autres professionnels des centres de recherche, bibliothèques et universités étaient présents.

Certains d’entre vous se sont rapidement emparés du hashtag proposé #idnum2013 pour dévoiler leurs premières impressions sur Twitter. Les meilleurs tweets ont été sélectionnés, commentés et publiés par nos soins sur Storify.

Pour ceux d’entre vous, qui malgré toute leur bonne volonté n’auraient pas pu se libérer pour assister à cette belle matinée, rien n’est perdu ! L’ensemble de la rencontre a pu être filmé et mis en ligne sur le site de l’Université Lyon 2. Vous voilà rassurés ? Si vous préférez les versions rédigées, le compte-rendu détaillé est téléchargeable sur le site de la MOM, et d’autres versions plus allégées mais non moins intéressantes ont été publiées sur le blog NHumérisme : « Vos données SVP » par Cécile Armand, sur Le blog du CCSd : « Identité(s) numérique(s) et archives ouvertes » et sur le carnet de recherche Le Cresson veille et Recherche… par Françoise Acquier : « Hal-Academia.edu, jouer des complémentarités » ! Chacun sa version, chacun son point de vue, tous se complètent.

Au cas où vous auriez encore soif d’informations sur cette question de l’identité numérique, nous avons mitonné pour vous une petite webographie  thématique.

Sur HAL et l’Open Access

Le meilleur moyen de se tenir informé, c’est encore de suivre Agnès Magron, community manager, sur Le blog du CCSd. Elle vous y explique tous les petits et grands trucs de la version 3 de la plateforme HAL attendue pour le printemps 2014. Elle vous rappelle aussi tout l’intérêt de publier dans HAL (mais sur ce point on est déjà tous convaincus !? ), et puis toutes les possibilités de valoriser vos institutions et programmes de recherche grâce aux portails et collections HAL. Pour lutter contre les idées reçues aussi, un petit point sur la visibilité INTERNATIONALE de HAL (alors, bluffés ?).

Les recommandations de la Commission Européenne sur l’open access peuvent aussi vous intéresser, Le Monde les résume ici : « Qui a peur de l’Open Access ? ».

 Sur les réseaux sociaux : 

« C’est quoi la polémique sur MyScienceWork ? » murmurait-on le 6 décembre dans les rangs de l’amphi Benveniste… On vous aide un peu, il s’agissait de l’article de Stéphane Pouyllau publié sur son blog le 30 octobre dernier :  « Le libre accès privatisé ? ». 

Pas trop de surprise en savourant le retour d’expérience de Christophe Benech, chercheur à Archéorient, sur sa pratique d’Academia.edu, vous aviez déjà tous lu son article paru sur ArchéOrient – Le Blog, non ? On vous redonne le lien, au cas où…

Si vous n’avez pas eu le temps de prendre des notes sur les conseils de lecture dispensés par Nicolas de Lavergne (ou si vous avez snobé notre Framapad !), il a cité deux articles très intéressants d’Eric Verdeil, chercheur à l’ISH à Lyon  : « Les réseaux sociaux scientifiques, la visibilité et l’open access », et Frédéric Clavert, docteur en histoire contemporaine  :  « Les réseaux sociaux pour chercheurs : une illusion? ». Et comme à la bibliothèque de la MOM, on est hyper à la page (hum…  hum…), en voici un autre de Frédéric Clavert, un tout petit peu plus récent : « Appel à commentaires : pourquoi les réseaux sociaux pour chercheurs intéressent-ils tant ? ». Si vous avez des éléments à ajouter au débat, ne vous en privez pas !

On n’oublie pas non plus nos doctorants et jeunes chercheurs avec cet article publié sur Ressources pour la thèse et au-delà : « Assurer sa visibilité de jeune chercheur ».

Pour conclure sur les réseaux sociaux, un article des élèves du CNAM-INTD : « Réseaux sociaux scientifiques : panorama, intérêts et usages des chercheurs, risques liés » .

Sur les carnets de recherche :

Attention scoop ! (enfin pour ceux qui l’ignoreraient encore…) : les statistiques publiques des plates-formes d’Open Edition avec TOUS les carnets de recherche (Ouf ! Préfixes est à peu près au milieu, l’honneur est sauf ).

Amusez-vous maintenant à retrouver dans la longue liste de statistiques les différents carnets présentés lors de la rencontre : Biblindex, Klinai, Les Carnets de l’IFPO, et Archéorient – Le Blog.

Ça y est, vous êtes prêts à vous jeter (enfin !) à l’eau et à ouvrir votre propre carnet ? Alors, c’est probablement CE lien qu’il vous fallait : La Maison des carnets, publié par nos experts du Cléo pour vous accompagner dans vos démarches : dates de formation, procédure à suivre pour ouvrir un carnet, et ensuite toutes les astuces pour lui donner forme et vie.

 « J’sais pas comment appeler tout ça »

Au cours des divers échanges et débats autour de HAL, la question de l’identification des chercheurs par un numéro unique a été soulevée, l’URFIST en parlait déjà en 2011 : « Identification codifiée des chercheurs : l’évolution du projet ORCID ».

Et pour conclure ce trop long article, un site collaboratif de nos amis CORIST, à savoir les CORespondants IST de vos laboratoires (si, si il y en a aussi à la MOM, demandez Geneviève !)

Vous y trouverez : un dossier spécial Open Access, les résumés de la journée CORIST du 19 novembre, des arguments pour déposer dans HAL, les résultats de l’enquête sur les réseaux sociaux au CNRS de juin 2013 et plein d’autres découvertes liées à l’IST.

Si vous êtes encore sur votre faim ou si vous repérez de nouveaux articles qui peuvent intéresser notre communauté, rejoignez notre groupe IdNum2013 sur Zotero pour contribuer à  notre veille sur l’identité numérique et la visibilité du chercheur sur le Web !

A bientôt donc.

[Ajout du 18/12/2013 : De retour un peu plus vite que prévu, 4 points clés nous ont semblé essentiels à retenir sur cette rencontre.  Nous les avons résumés sur cet autre article.]

I want you for RDA : Vers de nouveaux catalogues de bibliothèque

Image du Groupe rda-en-France
Image du Groupe rda-en-France

Une Action Nationale de Formation sur les évolutions des catalogues et du catalogage s’est déroulée à Lyon le 18 juin. Mme Nuria Pastor Martinez, membre du groupe rda-en-france, et en lien avec Mediat (Centre de Formation aux Carrières des Bibliothèques), a assuré cette formation. L’objectif de cette journée était d’informer les documentalistes et bibliothécaires sur l’adaptation des catalogues de bibliothèque dans un environnement de plus en plus numérique.

Les formats MARC / UNIMARC et les règles actuelles de catalogage ne permettent plus,  depuis  plusieurs années, de gérer la documentation produite et disponible sur le web.  Lier les données bibliographiques d’un catalogue aux documents numériques pourra être possible à partir de nouveaux modèles de catalogage dont le Frbr (Functional Requirements for Bibliographic Records). Celui-ci fut élaboré par l’IFLA (International Federation of Library Association) à partir de 1998.

Le Frbr est un modèle, que les anglo-saxons ont adopté dans une nouvelle norme de catalogage : le RDA. Est-ce que la norme RDA répond aux attentes des bibliothèques françaises ? Comment les logiciels de gestion de bibliothèque  vont-ils s’adapter à cette nouvelle norme ? Comment le travail du bibliothécaire va-t-il évoluer ? Nos métiers ne seront plus basés sur le catalogage, mais sur l’enrichissement des catalogues. Le point de départ sera la référence d’une œuvre ou d’un auteur, à partir de laquelle l’usager accèdera directement  au texte intégral, à une biographie, à une vidéo ou éventuellement à des données de la recherche…. Cet environnement de liens entre les données, ou web de données, se concrétise déjà dans le nouveau catalogue de la Bibliothèque Nationale de France : http ://data.bnf.fr/

D’autres projets de catalogue « frbérisé » voient le jour, comme celui de la Bibliothèque Municipale de Fresnes en lien avec la BNF : http://demo.cubicweb.org/opencatfresnes/

L’adoption du RDA en France devrait avoir lieu dans les dix prochaines années. En attendant, les bibliothécaires et documentalistes doivent préparer leurs catalogues et contribuer à faire évoluer RDA pour que cette norme soit adaptée aux particularités françaises.

Professionnels de la documentation et des métiers du livre, vous pouvez vous aussi rejoindre le Groupe rda-en-France et participer à l’évolution et à l’intégration de RDA/Frbr en France.

Pour plus d’informations, consultez :

– Site du groupe RDA en France : http://rda-en-france.enssib.fr/

– Blog de l’ABES : http://rda.abes.fr

Nina Mitamona

Valoriser les bibliographies de concours

La bibliothèque de la Maison de l’Orient est une bibliothèque de référence dans de nombreux domaines (archéologie, histoire, textes de ses domaines de recherche) mais ces ressources sont parfois méconnues.

Ainsi, les étudiants qui préparent les concours de Capes – Agrégation en Histoire et en  Lettres classiques vont naturellement, et judicieusement, se tourner vers les Bibliothèques universitaires ou spécialisées très connues comme l’ENS.

Pourtant nous traitons les bibliographies de ces concours car nos fonds contiennent  l’essentiel des ouvrages et nous complétons les fonds quand cela est nécessaire. Je suis donc partie du constat que notre travail n’était pas assez valorisé, et que nous n’avions pas assez investi dans la communication autour de nos réalisations.

source: pixabay.comLes bibliographies ont été retravaillées pour un accès rapide et facilité à    l’information en lien direct avec nos collections (présentation aérée,  horaires  et conditions d’accès, cotes des ouvrages…)

 Nous avons contacté les enseignants de notre structure pour les impliquer dans cette diffusion  de l’information tant auprès de leurs élèves qu’auprès de leurs collègues. Les facultés concernées de l’Université ont aussi été sollicitées pour relier ces informations que nous  diffusons largement sur le web via notre site, notre compte Facebook, et maintenant sur ce blog.

Nous avons eu des retours positifs, et avons pu constater l’inscription de nouveaux lecteurs spécifiquement dans ce cadre, ou de lecteurs qui découvraient ce service.

Encourageant, non ?

Accès aux bibliographies citées sur la page « Ressources » de la bibliothèque.

Véronique Faure

La Doc des Pros

Dans notre service, nous avons créé il y a quelques années déjà ce que j’appelle la « Doc Pro » soit : Documentation Professionnelle. Vous comprendrez donc qu’il s’agit de tous ces documents (livres, études, normes…) que nous achetons pour nous, bibliothécaires, et pas pour nos lecteurs ! Mais comme nous sommes partageurs, nous vous les dévoilons.

 

Par quoi sont guidés nos choix?

Par nos pratiques quotidiennes, par les évolutions du métier et des compétences que l’on nous demande. Celles-ci se centrent sur  de nouvelles pratiques et de nouveaux enjeux.

Nous nous sommes investis dans le web, Netvibes pour les signets, Facebook, Blog , ce sont donc des préoccupations ou au moins des interventions  quotidiennes pour certains d’entre nous.

Les appréciations données sur les documents suivants n’engagent que leur auteur, bien entendu.

Guide pratique des médias sociaux à l’usage des bibliothèques & centres de documentation / Eric Guéguen. – Klog éditions, 2012

Un ouvrage constitué comme un guide des nouveaux usages en terme de médias sociaux pour les Bibliothécaires et documentalistes en s’attachant à rester dans un contexte de travail effectif : typologie, fiches techniques, comment mener un projet (objectifs..), méthodologie, outils, l’écriture  pour un blog…

Il me parait clair, synthétique, à la portée de tous. Pas de perte de temps en explications plus ou moins compliquées, des fiches qui vont à l’essentiel, un langage clair.

 

Créer, trouver et exploiter les blogs / Olivier Ertzscheid. ADBS Ed., 2008

Un livre toujours d’actualité malgré sa date de parution. L’auteur est enseignant-chercheur en Sciences de l’Information et de la communication, créateur du blog « affordance.info » et responsable à partir de la rentrée de septembre 2013 d’une licence professionnelle centrée sur le community management à Nantes.

Tout est dit dans le titre!

 

 

Revue de bibliologie : Schéma et schématisation. 76, L’Ecrit informatisé. L’Harmattan, 2012

Cette revue fondée en 1967 présente des travaux sur la bibliologie, l’histoire du livre et des  bibliothèques. Elle est la revue de l’Association Internationale de Bibliologie, publiée par le Comité français (SSB).

Des articles parfois très « hype-concept », ainsi que l’on peut le lire dans la préface où la revue est définie comme préoccupée « de la novation et de l’avenir et non pas de la tradition et de la conservation du passé ».

Ce qui au départ m’est apparu comme rébarbatif, je l’avoue.

Certains articles se révèlent cependant intéressants : connaissez-vous la praxéo-bibliothéconomie et la pensée de Léopold-Auguste Constantin? Eh bien vous y apprendrez beaucoup de choses sur l’évolution de la bibliothéconomie.

L’état de la bibliologie dans différents pays est abordé à travers, notamment la présentation du cas des archives nationales et de la bibliothèque nationale du Congo dans le cadre de la conservation par M. Bob Bobutaka Bateko.

De même, l’article sur « Quelles continuités, quelles ruptures pour l’écrit à l’heure du papier et à l’heure du numérique? »  : c’est de saison, non?  De plus vous y apprendrez qui étaient Cang Jie et Von Neumann. (J’attends vos réponses sans tricher!)…

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce numéro (web 2.0-3.0…)

 

Normes de catalogage. Tome 1. AFNOR, mise à jour de 2011. 

Ensuite, les normes de catalogage pour ne pas dire la conception même de l’accès à l’information catalographique évoluent et sont régulièrement mises à jour. En tant que bibliothécaires, nous devons nous tenir informés  et nous former à ces nouvelles notions telles que FRBR, RDA, …   c’est pourquoi nous avons acheté la dernière version de la norme de catalogage.

 


Itinéraire d’une bibliothécaire / Catherine Petit, Martine Bosshardt.-L’Harmattan, 2012

Pour changer un peu et parce que les expériences vécues par nos collègues sont toujours intéressantes.

ce livre sous  la forme d’une interview est un récit de vie qui nous livre le parcours d’une bibliothécaire entrée dans le métier par hasard et qui y est restée des années 70 à nos jours.

 

Véronique Faure

La vie rêvée d’un livre à la MOM

Bonjour,

En période de concours littéraire à la bibliothèque,  j’ai voulu vous en dire plus sur moi….

Je suis un livre pris au hasard parmi mes 72 000 voisins de rayonnage et je vais vous raconter mon histoire. Je sais bien que d’habitude, ce sont toutes sortes d’histoires qui vous sont racontées : l’histoire d’un chantier de fouille, l’histoire de l’écriture, l’histoire Grecque avec un grand G (eh oui j’oubliais, nous sommes dans une bibliothèque d’archéologie classique). Mais aujourd’hui, je me lance, j’ai décidé de faire la Une de ce billet et de vous raconter ma petite vie ou en d’autres termes mon voyage pour arriver jusqu’à vous…

Au départ bien sûr, il y a eu un chercheur qui a pensé à réunir toutes ses idées sur une feuille blanche ou sur une page d’ordinateur. Puis, de mots en pensées, de phrases en concepts, d’illustrations en commentaires, j’ai été pensé, élaboré, bref je suis né…. Il a fallu ensuite que le chercheur trouve un éditeur (ah le grand mot est lâché) et que celui-ci me donne un aspect éditorial de quelques pages à plusieurs volumes, qu’il m’illustre plus ou moins, qu’il choisisse avec soin ma page de couverture. Si j’ai la chance de passer entre les mains d’un chercheur au fait de l’édition libre, c’est encore mieux car je deviens un objet vivant  en quelques clics.

Je vous passe les détails du travail de la documentaliste qui a eu vent de ma petite existence par sa veille documentaire ou qui a été prévenue de ma naissance par un chercheur. Cette même documentaliste a inscrit mon titre sur une liste de suggestions qu’elle a ensuite proposées à une commission d’achats. Là j’ai tremblé dans mon coin, allais-je faire partie de la grande aventure ?

J’ai été choisi parmi d’autres propositions, puis une commande est partie jusque chez un fournisseur où j’attendais dans une réserve sombre que quelqu’un me libère au grand jour. J’ai fait un voyage dans un carton plus ou moins protégé et me voilà arrivant sur le bureau de ma documentaliste préférée qui m’a accueilli avec un grand sourire. J’ai eu droit à un premier traitement de faveur avec un beau tampon estampillé « Bibliothèque de la MOM ». J’ai même eu l’honneur d’avoir un code barre flambant neuf sur ma page de couverture. La facture me concernant a été vérifiée en bonne et due forme puis transmise aux collègues de la comptabilité. J’ai rejoint alors les bureaux de notre équipe de joyeux magasiniers où, je suis restée quelques jours sur une étagère avec d’autres livres en attente de traitement.

 Heureusement pour moi, j’avais un titre attrayant et un magasinier a eu envie d’en savoir plus. Il faut dire qu’avec un titre comme « Guess who’s coming to dinner », ça aiguise l’appétit du savoir. Le magasinier m’a préparé pour ma longue vie à la MOM et m’a traité avec beaucoup de soin et d’attention. Il a même mis un antivol au cas où quelqu’un aurait eu envie de me faire découvrir d’autres horizons. J’ai ensuite rejoint le bureau de mes amies bibliothécaires après que le magasinier ait finit son travail de catalogage. Vous savez ils emploient des noms barbares pour dire tout simplement qu’ils me décrivent physiquement. Il s’agit ni plus ni moins de décrire mon identité avec mon nom, mon prénom, ma date de naissance, ma taille, est-ce que j’ai des photos, etc…

J’ai de nouveau eu l’impression d’être quelqu’un d’important quand la documentaliste a trouvé les mots clefs adéquats pour me mettre en valeur dans le catalogue de la bibliothèqueCertains mots clefs sont porteurs de poésie, voire de raffinement (pays imaginaire, plaisir, rêve, beauté), j’ai eu de la chance, j’ai échappé à « prytanie, poliorcétique ou encore homo rudolfensis », au fait vous les connaissez, vous, ces mots ? 

Je suis retourné chez les magasiniers pour qu’ils me mettent une cote définie par le bibliothécaire afin de me donner un environnement scientifique et géographique  dans la bibliothèque.

Photo G. Peyres, 2012

Ils m’ont aussi décoré d’un préfixe qui selon la couleur vous indique à quel étage j’habite. C’est comme à la Cité Radieuse à Marseille. Le Corbusier a inventé tout un codage de couleurs par étage, grande classe du coup !!!

Ma documentaliste préférée  m’a mis en avant sur le présentoir des nouveautés du fonds qu’elle gère et là vous me repérez, me découvrez (« ah super il est arrivé », j’entends dire), vous annoncez mon arrivée à la MOM par les réseaux sociaux (« t’as vu que le bouquin que tu voulais est là ? ») et puis vous pensez que ma vie va s’arrêter là ? Eh bien non, après quelques jours sous les feux des projecteurs, on m’installe définitivement entre deux autres livres sur un des rayons de la bibliothèque. Après, ma vie ne dépend que de vous, si vous me lisez, me faîtes connaître, me critiquer, m’abimez (dans ce cas je pars en opération médicale chez le relieur). Je peux aussi finir Dématérialisé, vous voyez ce que je veux dire ?

 

Interview du livre par Geneviève Peyres

Bibliothécaires, étiez-vous aux JABES 2012 ?

Les journées de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) 19-20 juin 2012.

Durant ces deux jours, l’ABES a présenté ses nouveaux services et ses dernières applications :

le portail des thèses françaises

les licences nationales

– la refonte du site web de l’ABES,…etc.

Continuer la lecture de Bibliothécaires, étiez-vous aux JABES 2012 ?

Le troc des livres ou le service des échanges de publications

Photo : Nicolas Giraud

Nous enrichissons et développons les collections de la bibliothèque de la Maison de l’Orient par l’achat de documents, la réception de dons et enfin par les échanges de publications.

En quoi consistent les échanges de publications ? Continuer la lecture de Le troc des livres ou le service des échanges de publications

DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM

Afin de répondre à sa mission de diffusion et de partage du savoir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée met à la disposition du grand public ainsi que d’un public plus averti de professionnels et de spécialistes, un site de consultation d’ouvrages numérisés, consultables en mode image ou téléchargeables en format PDF intégrant la recherche en texte intégral. Continuer la lecture de DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM