Archives de catégorie : Le coin des bibliothécaires

Concerne les retours d’expériences, journées d’études, formations, documentation professionnelle à destination des bibliothécaires et documentalistes

Analyser le paysage éditorial des revues en sciences de l’Antiquité : une noble mission de stage

Bonjour à tous !

Vous me connaissez peut-être si vous errez dans les couloirs du bâtiment de recherche de la MOM ou si votre jour favori pour emprunter des livres à la bibliothèque est le mercredi. Arrivée à la mi-avril à la MOM, je vois les journées se raccourcir et mon stage se terminer. Ces 4 mois au sein de la bibliothèque sont passés à toute vitesse. J’ai plongé dans l’univers des périodiques et des politiques de publication, à l’instar de ma prédécesseur Juliette Royère. Peut-être avez-vous eu l’occasion de lire ses billets ? Pour ma part, son expérience m’a donné envie d’effectuer mon stage à la bibliothèque, d’autant plus que mes cours de licence d’histoire de l’art et d’archéologie me manquaient. C’est donc avec plaisir que j’ai lu qu’on cherchait quelqu’un pour prendre sa suite.

Alignement des planètes extraordinairement favorable, les missions de stage tournaient autour des revues du Plan de Conservation Partagée (PCP)[1] des sciences de l’Antiquité. Je sortais justement d’un projet qui comparait les revues physiques des PCP avec les collections numérisées de Persée. J’étais donc lancée dans cette nouvelle étude !

Lors de mes premières semaines de stage, j’ai fait la connaissance de l’équipe bienveillante de la bibliothèque. J’ai pu satisfaire ma curiosité en découvrant tous les aspects des métiers en bibliothèque et prendre mes marques dans les locaux labyrinthiques. Une fois familière avec mon environnement, j’ai hérité de l’énorme travail de Juliette. Elle avait mené l’enquête pour réunir les politiques éditoriales des revues scientifiques dans lesquelles vous publiez. Le tableau créé avait pour but de vous aider à déposer vos travaux en libre accès sur HAL selon les consignes de votre éditeur. Réalisé il y a 3 ans, ce document avait besoin d’être un peu rafraîchi pour sa future publication.

Dans le même temps, j’ai découvert le site qui occuperait mes journées, Mir@bel ! Pour ceux qui ne connaitraient pas cet outil, il s’agit d’une plateforme de signalement des accès en ligne pour les revues scientifiques. Mon rôle était de saisir les revues de la bibliothèque et leurs métadonnées : titres, éditeurs, dates de parution, langues, périodicité et surtout accès en ligne. Il faut alors partir à la pêche aux informations et éviter les pièges de l’homonymie…

Ces deux tâches en apparence indépendantes sont en fait liées. Avancer sur l’une, c’est aussi développer l’autre. Signaler des accès dans Mir@bel, c’est vous offrir un accès facilité et immédiat aux articles et informations scientifiques nécessaires à la recherche. Mettre à jour et diffuser les politiques de publication des éditeurs, c’est vous aider à participer au mieux à cette circulation internationale du savoir.

Mais on peut aller plus loin dans l’étude du paysage éditorial en archéologie et sciences de l’Antiquité. Une analyse plus ambitieuse serait de cartographier les pratiques éditoriales par rapport aux disciplines, aux pays ou à la science ouverte. Connaitre le paysage éditorial dans sa discipline permet d’établir une stratégie de publication avec toutes les cartes en main !

La dernière mission de stage que je vais vous présenter ouvre la voie à ce projet de grande ampleur. L’objectif était de valoriser les données de Mir@bel grâce aux compétences acquises lors de ma formation en Humanités Numériques à l’ENSSIB. La richesse et la qualité de ces données, résultats du temps investi par les partenaires[2] à saisir des revues, ont grandement facilité mon travail statistique.

Concrètement, comment extraire les données pour mener à bien l’analyse ? Jérémie Léonard a la réponse ! En tant que responsable des échanges de métadonnées pour Mir@bel, il connaissait bien l’API du site et m’a aidé à l’apprivoiser. Cette méthode a un avantage : les données sont mises à jour à chaque relance de la requête. On pourrait donc extraire à nouveau les données du site dans quelques mois sans rien modifier.

Pour traiter les données un fois récupérées, j’ai utilisé le langage de code que je maitrise le mieux, Python. Après quelques tâtonnements avec la structure des données, j’ai pu faire quelques analyses simples sur le petit corpus des revues du tableau des politiques. Combien sont dans Mir@bel ? Lesquelles n’ont pas d’accès ? Combien de revues sont dans le DOAJ ou ERIH PLUS ? Ces deux sigles peuvent vous intéresser ! Ils sont une marque de qualité pour les revues indexés dans leur base. Le Directory of Open Access Journals (notice du DOAJ pour la Revue Archéologique du Centre de la France) examine des revues évaluées par des pairs et en libre accès, tandis que le European Reference Index for the Humanities (notice d’ERIH PLUS pour La Revue numismatique) comprend toutes les revues scientifiques qui remplissent certaines conditions de qualité et de transparence, en libre accès ou non.

Ces questions se sont complexifiées par le croisement des informations. Combien y-a-t-il de chaque type d’éditeur du corpus pour un pays ? Quelle est la politique de publication la plus répandue pour tel type d’éditeur ou telle thématique ? Pour avoir ces réponses, il faudra lire le prochain billet !

Amélie Descollonges

 

 

[1] Les Plans de Conservation Partagée organisent la répartition nationale de la conservation des collections de périodiques imprimés entre bibliothèques. Ils permettent réunir et compléter les collections dans un seul lieu et d’améliorer l’accès pour les usagers, tout en libérant de l’espace pour de nouvelles acquisitions.

[2] Dont votre bibliothèque fait partie !

Crédit photo : Image par storyset sur Freepik

Les journées Frantiq 2022

Nous nous sommes rendus du 5 au 7 avril aux Journées annuelles du réseau Frantiq, qui se tenaient cette année à Besançon. Nous remercions les membres de l’ISTA Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, pour leur accueil chaleureux. Ce moment très attendu des documentalistes, est un temps important de travail, d’échanges et de moments conviviaux.

Université de Franche-Comté
CC Ludovic Godard

 

Au programme de 2022 :

  • Allocutions de Philippe Barral (directeur de la MSHE) et d’Antonio Gonzales (directeur de l’ISTA).
  • Bilan et actualités du réseau, par Véronique Humbert (directrice de Frantiq) : Appel à candidature pour s’investir dans les groupes de travail, bilan budgétaire, perspectives.
  • Présentation des nouveautés d’Open Theso et du thésaurus Pactols, par Miled Rousset (directeur technique de Frantiq) et Blandine Nouvel (animatrice du groupe Pactols).
  • Présentation du projet d’alignement des autorités avec la base IDRef de l’ABES, par Anais Mauriceau (Animatrice du groupe FLEN) et François Mistral (ABES).
  • Présentation de la maquette du futur catalogue Frantiq, avec l’outil VuFind, par Frédéric Demians (Société TAMIL).
  • Réunion des groupes de travail : Pactols, FLEN (Formats et normes de catalogage), Revues, Archives.
  • Moments de convivialité : Visite de la Citadelle de Besançon, du laboratoire ISTA et visite de la Domus.
doc. Université de Franche-Comté, Maison des Etudiants

 

Qu’est-ce que le réseau Frantiq ?

Frantiq (Groupement de Service CNRS – GDS 3387) fédère une quarantaine de bibliothèques et centres de documentations, issus des unités CNRS, du Ministère de la Culture, des collectivités territoriales. Ce réseau thématique, spécialisé dans les sciences de l’antiquité et de l’archéologie, propose des outils communs : le catalogue collectif, le thésaurus PACTOLS.

Les services proposés par le réseau Frantiq.

A travers les différents groupes de travail, Les journées Frantiq sont l’occasion d’avoir un aperçu des projets en cours de réalisation. Nous vous proposons ici, d’en dresser un bref inventaire à la Prévert :

Le Catalogue Frantiq propose actuellement une recherche de documents sur l’ensemble du réseau. Les usagers des bibliothèques ont également accès à un Compte lecteurs, leur permettant de visualiser leurs recherches, leurs prêts, mais également d’effectuer des suggestions d’achat. Une nouvelle version du catalogue devrait voir le jour fin 2022. Une interrogation sur de multiples ressources pourra alors se faire à partir du catalogue Frantiq : Recherche fédérée sur OpenEdition, Persée, HAL, Digimom, 1000 tirés-à-part Salomon Reinach, les rapports de fouille de Bretagne ….

ABES

Afin de permettre dans un futur proche une interopérabilité ou une interconnexion à d’autres réservoirs de données, le projet d’alignement des autorités auteurs avec la base ID Ref vient d’être initié avec l’Agence de bibliographie de l’Enseignement Supérieure (ABES). Nous nous félicitons de ce nouveau partenariat. C’est un chantier important pour tous les catalogueurs du réseau.

Le Dépouillement de revues a enrichi considérablement le catalogue. Articles et chapitres sont ainsi mieux identifiés par les lecteurs, lors de leurs recherches dans le catalogue. Le groupe Revues poursuit ce chantier colossal.

Afin d’optimiser les finances publiques et de gagner de la place, les bibliothèques s’investissent dans un Plan de Conservation Partagée (PCP) sur le thème de l’Antiquité. Les chercheurs sont ainsi assurés de trouver au sein du réseau toutes les revues dont ils ont besoins. Un service de Prêt-entre-bibliothèques (PEB) très réactif, permet d’obtenir rapidement le scan d’un article.

Localiser une revue dans une des bibliothèques est indispensable aux chercheurs. Mais identifier cette revue en ligne est encore mieux. Cela est maintenant possible grâce à l’outil Mir@bel auquel Frantiq participe activement. Plus de 400 revues numériques en archéologie sont à ce jour signalées dans cet outil. Voici un exemple des informations issues de Mir@bel que vous trouverez dans le catalogue Frantiq : Exemple Revue Gallia

Frantiq coordonne certaines labellisations de collection d’excellence CollEx. En 2018, deux CollEx ont ainsi été attribués au réseau : Egypte ancienne (archéologie et histoire), Archéologie en France. Grâce à une cartographie nationale en cours d’élaboration, ces CollEx permettront une meilleure visibilité des collections, mais également une ouverture pour répondre à des Appels à projet, notamment ceux proposés par le GIS Persée.

L’enrichissement des collections, et leurs singularités, provient également d’une tradition de dons et d’échanges de documents entre les établissements. Ces échanges s’effectuent également avec des établissements nationaux et internationaux. La documentation ainsi acquise est souvent inédite et indisponible via les circuits commerciaux.

Le Logiciel de gestion de thésaurus Open Theso, réalisé à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, a permis la réalisation du thésaurus PACTOLS. Un thésaurus utilisé dans de nombreuses plateformes proposant des ressources en ligne. Ces deux outils sont au premier plan dans le cadre de projets de gestion et d’ouverture de données de la recherche. Ainsi, de nombreuses présentations ont été réalisées lors de journées ou colloques nationaux et internationaux.

 

Grâce à ses Cafés Frantiq, des formations et des moments d’échanges sont proposées tout au long de l’année. C’est un partage d’expériences régulier, qui aide les petites équipes à se sentir moins isolées dans leur travail.

Les prochaines Journées Frantiq se tiendront en 2023 à Montpellier. Elles seront organisées par le laboratoire ASM Archéologie des Société Méditerranéennes. D’ici là, vous aurez le plaisir de découvrir le nouveau catalogue Frantiq et les actualités du réseau via un compte twitter en cours d’ouverture.

 

Le point sur le thésaurus PACTOLS

Depuis 2017, Frantiq a engagé une réorganisation de son thésaurus PACTOLS. Avec le confinement et le télétravail généralisé, les activités liées au projet se sont intensifiées. D’une réunion toutes les trois semaines jusqu’alors, le groupe de travail se réunit maintenant chaque semaine depuis trois mois pour faire évoluer le thésaurus. C’est aussi l’occasion pour nous de vous faire un petit récapitulatif sur l’utilisation de ce thésaurus, les objectifs et les perspectives de sa refonte. 

Un thésaurus pour la recherche documentaire, comment ça marche ? 

Pour comprendre l’intérêt du thésaurus, il convient pour commencer d’effectuer une recherche sur le catalogue Frantiq. Lorsque vous affichez une notice bibliographique de votre choix, au-dessous de la description de l’ouvrage, vous voyez apparaître des mots-clés. Ce sont les mots-clés du thésaurus PACTOLS. Ces mots-clés sont cliquables et vous permettent de “rebondir” sur une nouvelle recherche. 

Au-delà de ce premier aperçu, chaque mot-clé ou concept est enrichi et dépasse la simple chaîne de caractères. Ces enrichissements comportent : 

  •  des traductions en cours en l’occurrence en arabe, allemand, anglais, castillan, grec moderne, hébreu, italien, flamand, russe : pour retrouver les notices utilisant un même concept indépendamment de la langue que vous avez utilisée pour faire votre recherche
  •  des définitions pour éviter les contresens sur les homonymies notamment
  •  des synonymes qui permettent de retrouver les mêmes notices bibliographiques que vous ayez effectué votre recherche avec la chaîne de caractères “objet métallique” ou “objet en métal” par exemple.
  •  des termes associés qui permettent des renvois vers d’autres concepts du même champ sémantique par exemple. Cela correspond à l’encart “voir aussi” d’un catalogue de bibliothèque proposé à l’affichage d’une liste de résultats, lorsque les fonctionnalités de recherche avancée le permettent. 
  •  des relations génériques et spécifiques qui permettent d’élargir ou d’affiner une recherche. Par exemple, à partir du concept “sigillée”, vous pouvez choisir d’élargir la recherche à “céramique romaine” ou de la restreindre à chacun des spécifiques “sigillée africaine”, “sigillée gauloise” etc. 
  •  des alignements qui permettent de retrouver facilement l’équivalent du concept dans d’autres vocabulaires servant à indexer d’autres bases de données. Ainsi, l’alignement entre thésaurus est un premier pas pour mettre en lien différentes données autour d’un même sujet/concept. 

Tout cet arrière-plan n’est pas visible au premier abord lorsque vous effectuez une recherche au catalogue mais il influence en partie vos résultats de recherche. Pour une recherche fine, il peut être utile de connaître et de combiner ces mots-clés à bon escient. 
Vous pouvez consulter l’ensemble du thésaurus dans son état actuel à cette adresse : 
https://pactols.frantiq.fr/opentheso/
Si besoin, le tutoriel ci-dessous est à votre disposition pour apprendre à rechercher des concepts dans OpenTheso, le logiciel gestionnaire du thésaurus PACTOLS :
https://www.youtube.com/watch?v=9ZTscFnNpt8

Pourquoi réorganiser le thésaurus PACTOLS ? 

Le thésaurus PACTOLS existe depuis plus de 30 ans et n’a cessé d’évoluer tout au long de cette période. En 2011 puis 2013, la norme ISO 25964 sur les thésaurus multilingues et sur l’organisation et l’interopérabilité des thésaurus est venue formaliser et préciser l’élaboration des thésaurus, notamment en ce qui concerne les relations entre chaque concept. 

La réorganisation du thésaurus a pour premier objectif de consolider ces relations, puis au-delà de la norme ISO de le mettre en adéquation avec d’autres vocabulaires en ligne en particulier le BackBone Thesaurus développé par le Groupe de travail thésaurus Maintenance de l’Infrastructure européenne DARIAH.

De plus, depuis plusieurs années, les pratiques d’indexation des différentes bibliothèques du réseau ont permis de collecter plusieurs milliers de mots-clés dits « candidats ». Ces mots-clés sont parfois synonymes de concepts existants dans PACTOLS mais couvrent aussi souvent des notions encore absentes du thésaurus. Cette réorganisation est l’occasion d’enrichir le thésaurus en intégrant ces mots-clés complétés de leurs traductions, définitions, relations avec les autres concepts du thésaurus, et alignements vers d’autres vocabulaires. 

Depuis janvier 2019, la version en ligne de PACTOLS toujours utilisée pour indexer le catalogue Frantiq est gelée, tandis qu’une version 2 est en cours d’élaboration et attendue pour fin 2021 avec plus d’un tiers du thésaurus remanié (hors concepts lieux), et 1251 concepts candidats (hors lieux) intégrés au thésaurus et enrichis à la main, pour un nombre total de 17009 concepts (hors lieux) au 29 mai 2020.

Les perspectives et autres travaux en cours

Dans le cadre de cette refonte, plusieurs spécialistes ont été sollicités au cas par cas ou par l’intermédiaire de groupes de travail afin de contribuer à l’élaboration des branches du thésaurus qui concernent leurs domaines de compétences, c’est le cas notamment pour l’archéologie funéraire ou l’industrie lithique, et prochainement pour la céramologie. 

Plusieurs travaux d’alignements de référentiels sont également en cours, en particulier 57% des concepts PACTOLS sont d’ores et déjà alignés avec Wikidata, le vocabulaire sous-jacent à Wikipédia et qui se présente comme un pivot incontournable du web de données à l’échelle internationale. 

Les noms de lieux du territoire français sont alignés avec GeoNames, l’INSEE, Loterre, et les référentiels du catalogue de la BnF, ce travail est amené à être développé pour d’autres zones géographiques. 

Plus spécifiquement et sur un plan strictement scientifique, PACTOLS est également en cours d’alignement avec l’Art & Architecture Thesaurus du Getty Museum, et  IdRef porté par l’ABES pour les anthroponymes des divinités et héros du monde méditerranéen antique. 

Pour en savoir plus sur le thésaurus et ses partenaires, c’est par ici : https://www.frantiq.fr/pactols/le-thésaurus/

Inter Folia Fulget

Inter Folia Fulget « Elle jaillit d’entre les pages » est une des devises en latin, inscrite dans la cour de la bibliothèque sur le campus des quais de l’Université Lumière Lyon 2. La bibliothèque universitaire l’affichant sur ses murs se trouve être le bâtiment à côté de la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, il n’y avait rien de mieux que de commencer une nouvelle expérience de travail avec cette phrase en tête.

L’offre d’apprentissage de la bibliothèque de la MOM se portait sur deux missions principales : Continuer la lecture de Inter Folia Fulget

RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE RÉCOLEMENT DU FONDS PHG ET LES COMPÉTENCES QUE CELA M’A AMENÉ À DÉVELOPPER

Ce stage d’un mois a été effectué dans le cadre de ma formation à l’Université de Bourgogne à l’IUT Information-Communication. Curieux d’histoire et conseillé par un ami en 2ème année de master d’archéologie, j’ai postulé à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux et ai pu ensuite réaliser cette expérience.

Travaillant 35 heures par semaines sous la direction d’Emmanuelle Piredda (bibliothécaire responsable du fonds d’histoire classique), et de Nina Mitamona (bibliothécaire responsable du fonds d’égyptologie), j’ai pu effectuer le récolement du fonds PHG (géoarchéologie, méthodologie de l’archéologie, préhistoire) ainsi que la mise à jour de la signalétique des rayons de ce fonds.

Ces activités m’ont ainsi permis Continuer la lecture de RETOUR D’EXPÉRIENCE SUR LE RÉCOLEMENT DU FONDS PHG ET LES COMPÉTENCES QUE CELA M’A AMENÉ À DÉVELOPPER

Bibliothèques et centres de documentation à Lyon

Un bon exposé ou un bon travail de recherche s’appuie nécessairement sur des ressources documentaires. Celles-ci relèvent soit de l’édition commerciale (livres ou revues diffusés au format papier ou via internet) soit de la littérature grise (rapport de fouilles, acte de congrès, thèses, mémoires…). Dans le premier cas, la documentation papier est accessible en librairie mais aussi et surtout dans les très nombreuses bibliothèques et centres de documentation français et étrangers. La documentation électronique se retrouve sur des portails que nous vous présentons sur cet autre billet. Dans le cas de la littérature grise, la diffusion est beaucoup plus restreinte et nécessite d’être au fait des différents lieux où vous pourrez les consulter, en particulier au sein de l’agglomération lyonnaise.

Une documentation partagée

Des bibliothèques de recherche de Lyon se sont réparties la conservation de différents fonds documentaires lors de l’élaboration de cartes documentaires :

Les bibliothèques membres de ces réseaux diffusent parfois les références bibliographiques de leurs fonds documentaires via différents catalogues collectifs :

  • Le SUDOC, géré par l’ABES

Le catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il comprend plus de 12 millions de notices bibliographiques qui décrivent tous les types de documents (livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits (hors Calames) et livres anciens…)

Le catalogue Sudoc décrit également les collections de revues et journaux d’environ 2000 établissements documentaires hors enseignement supérieur (bibliothèques municipales, centres de documentation…)

Enfin, il a pour mission de recenser l’ensemble des thèses produites en France.

  • LE CCI Frantiq, géré par le GDS 3378 du CNRS

Le catalogue collectif indexé (CCI) signale, analyse et localise la documentation scientifique des adhérents, soit une quarantaine d’unités mixtes du CNRS, des services du ministère de la Culture et de la communication, des collectivités territoriales et d’autres établissements publics. Il constitue le seul catalogue national inter-établissements réservé à l’archéologie.

Le catalogue collectif de France localise quelques 30 millions de documents conservés dans les bibliothèques françaises : la Bibliothèque Nationale Française (BNF), les bibliothèques universitaires membres du réseau Sudoc, des bibliothèques municipales. Ce site donne également accès au Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires qui recense plus de 5 000 bibliothèques et centres de documentation. Il fournit à la fois des informations pratiques et des renseignements sur les collections des établissements. Le Répertoire permet en outre d’accéder à la description de plus de 3 500 fonds conservés dans plus de 500 bibliothèques tels que les fonds Montesquieu à la Bibliothèque municipale de Bordeaux ou le fonds gourmand à Dijon.

Offre un accès fédéré à l’ensemble des catalogues en ligne des universités catholiques françaises.

Accessibilité et lieux de travail

L’ accessibilité à la documentation et à des espaces de travail (en soirée, le week-end, pendant les vacances) a été une priorité sur ces dernières années, afin de vous proposer des horaires étendus dans l’ensemble des bibliothèques lyonnaises :

Continuer la lecture de Bibliothèques et centres de documentation à Lyon

Retour d’expérience sur le désherbage du fonds d’archéologie orientale (AOR) et le catalogage d’un fonds sur le commerce de l’Asie à l’Antiquité

Après deux années de master à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), j’ai décidé de tenter les concours des bibliothèques et d’enrichir mon expérience professionnelle dans le monde des bibliothèques. C’est dans ce contexte que j’ai trouvé un stage de six mois à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, à raison de deux jours de stage par semaine d’octobre 2018 à mars 2019 sous la direction de Nina Mitamona, bibliothécaire responsable du fonds d’égyptologie et de Véronique Faure, bibliothécaire responsable du fonds ancien et du fonds d’archéologie orientale.

Grâce à mes connaissances en matière de catalogage et de traitement des collections, plusieurs missions m’ont été attribuées : le désherbage du fonds d’archéologie orientale, le catalogage du fonds J.-F. Salles – un fonds portant sur l’Asie dans l’Antiquité – et une mission d’accueil du public chaque vendredi après-midi. En ce qui concerne la première mission, l’enjeu principal a été de déterminer, avec la responsable du fonds d’Archéologie Orientale, des critères pour désherber les ouvrages de ce même fonds afin de faire de la place dans les rayonnages lors de nouvelles acquisitions. Rapidement, nous avons décidé de laisser en libre-accès tous les livres concernant les fouilles archéologiques car ils sont très consultés. Les trois critères retenus pour le désherbage ont donc été les suivants :

  • Tous les ouvrages antérieurs à 1950 (hors fouilles archéologiques)
  • Tous les ouvrages anciens jamais empruntés
  • Tous les ouvrages en langues rares, c’est-à-dire autres que le français, l’anglais, l’allemand, le grec et l’italien.

Pour se faire, j’ai réalisé un tableur Excel afin de répertorier les ouvrages à retirer des rayonnages. Ensuite, et de manière à guider les lecteurs, j’ai changé leur statut dans les notices d’exemplaires, avant de les équiper et de les mettre en réserve. En ce qui concerne la seconde mission, elle consistait à cataloguer un don d’ouvrages versé à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée par un chercheur spécialiste des routes commerciales du Golfe persique, de l’Océan indien et du monde grec, Jean-François Salles. Il s’agissait, en outre, de cataloguer tous les exemplaires dans le logiciel « Koha » au format UNIMARC et de les répartir dans des fonds préexistants afin de les intégrer aux collections de la bibliothèque. Néanmoins, cette tâche s’est avérée complexe car la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ne dispose pas de fonds spécialisé dédié à cette zone géographique.

Enfin, la dernière mission qui m’a été conférée concernait l’accueil du public chaque vendredi après-midi. Cette activité consistait essentiellement à accueillir les lecteurs, à les renseigner, à gérer les prêts et les retours, à effectuer des inscriptions, à ranger les livres utilisés durant la semaine selon leur cote et leur préfixe. A fortiori, cette mission m’a permis de me familiariser avec les publics de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (chercheurs, étudiants, doctorants), de me former à la Library of Congress Classification (LCC) – le système de classification utilisé à la Mom – et de mieux cerner les besoins des usagers qui viennent consulter des documents en bibliothèque universitaire spécialisée.

Anne-Charlotte Pivot

Mon CV sur LinkedIn

Un REX sur le désherbage d’un fonds scientifique provenant d’un don de la bibliothèque Salomon Reinach

Dans le cadre de ma première année de Master Sciences de l’information et des bibliothèques suivi à l’Université Claude Bernard Lyon 1-ENSSIB, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il s’est déroulé en trois temps : une semaine à la fin du mois de mai, ensuite tout le mois de juin, et enfin 3 semaines au mois de juillet.

La bibliothèque possède une collection des ouvrages provenant d’un don de l’historien et archéologue Salomon Reinach (1858-1932). Ma mission principale correspond à effectuer un désherbage de ce fonds assez riche.
Le fonds était déjà trié en cinq grandes thématiques : Littérature, extrême Orient, Egyptologie, Catalogue et références.
Le désherbage de ce fonds scientifique et ancien a été réalisé en deux étapes.
La première étape de mon stage a consisté à effectuer des tris à l’aide des filtres fixés :

• Un premier tri des ouvrages pour déterminer ceux qui ont des “EX-LIBRIS” ou non, afin d’identifier les ouvrages provenant ou non du Don de Mme Reinach.
Pour les ouvrages qui n’ont pas d’ “EX-LIBRIS”, j’ai procédé en identifiant les sujets qu’ils traitent pour voir s’ils pourront rentrer éventuellement dans les fonds de la bibliothèque. Dans le cas contraire, je les propose en tant que dons pour d’autres bibliothèques en utilisant ZOTERO.

• Un deuxième tri des doubles ; si les ouvrages existent déjà dans le SIGB KOHA de la bibliothèque.
Ces deux types de tris essentiels m’ont beaucoup aidée pour pouvoir me lancer dans la deuxième activité du stage, le traitement intellectuel des documents :

Catalogage
• Description du document : rédaction d’une notice bibliographique, attribution d’une cote

Indexation

• Transcription en langage documentaire des sujets ou thématiques se fait à l’aide des listes de descripteurs Pactols.

Exemplarisation

• Saisie des caractéristiques spécifiques de l’exemplaire (N° inventaire, cote, Localisation, Code-Barres…)

J’ai aussi effectué la numérisation d’un ouvrage rare qui a pour origine la bibliothèque Salomon Reinach et intégré ensuite dans le fonds RAP (Rare Ancien Précieux) de la bibliothèque.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. A travers cette mission, j’ai pu découvrir les besoins du public qui est assez diversifié : étudiants, chercheurs ou même des externes qui viennent travailler à la bibliothèque et consulter ses fonds assez riches. Aussi, j’ai pu exercer différentes activités à l’accueil tels que la gestion des prêts et des retours, l’inscription de nouveaux lecteurs, ou encore aller chercher des ouvrages hors libre-accès situés dans les réserves de la bibliothèque pour satisfaire les besoins des lecteurs. Enfin, il ne faut pas oublier l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages consultés et déposés par les lecteurs sur les chariots des différents étages de la bibliothèque.

Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Mon stage s’est déroulé sur l’année universitaire 2016/2017 de novembre à juillet mais avec la fréquence particulière d’un jour par semaine. Cela a ses avantages et ses contraintes. Pour les contraintes, tout naturellement, cela demande une organisation différente et une tâche où je puisse être autonome : cela a été tout trouvé (et j’en ai été plus que ravie !) : c’était le moment d’effectuer, pour la première fois depuis 10 ans, le récolement du fonds BAB.
Pour les avantages, cela m’a permis de vivre un cycle complet d’une année à la bibliothèque : la période des budgets, des acquisitions, les réunions avec les chercheurs pour le choix de nouvelles acquisitions ou encore les (fameux !) travaux d’été, notamment l’étiquetage ou ré-étiquetage des ouvrages en Réserve. J’ai également fait quelques permanences au temps de la fermeture du 5 rue Raulin (un temps heureusement révolu !), mais aussi du catalogage, de l’équipement : un panorama assez complet du métier de bibliothécaire et c’était le but.
Mais ma mission principale a donc été Continuer la lecture de Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Récolement, accueil, désherbage : deux mois d’immersion et de minutie

Dans le cadre de ma première année de Master Information-Documentation suivi à l’Université Jean-Jaurès de Toulouse, j’ai exercé un stage de deux mois à la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Selon les modalités déterminées par mon université, il se déroulait en deux temps : trois semaines fin 2017 puis cinq semaines de début février à mars.

La première partie de mon stage a consisté à réaliser un récolement du fonds ACL (archéologie classique), c’est-à-dire à en faire l’inventaire, en comparant le fonds théorique (un fichier tableur contenant l’ensemble des ouvrages ACL en libre-accès classés par cote, obtenu par une requête adressée au catalogue) et le fonds réel. Cela a permis de relever les ouvrages manquants (indiqués sur le fichier mais absents du rayon), mais aussi de remarquer des erreurs de cote, d’enregistrement dans le catalogue ou encore de rangement physique et ainsi de les corriger. Un récolement qui a permis de vérifier la présence ou l’absence de plus de 11 000 documents. Les résultats sont plutôt positifs puisque seuls 56 ouvrages sont manquants, soit un pourcentage de 0,5%.

La deuxième activité réalisée dans ce stage a été de participer au désherbage du fonds AOR (archéologie et histoire orientale), dans une optique de faire de la place dans les rayons et donc d’accueillir de nouvelles acquisitions. Cela impliquait de décider des critères qui permettent d’enlever des ouvrages du libre-accès pour les mettre en réserve.

Ainsi, nous avons décidé d’enlever :

  • les doubles (systématiquement)
  • les ouvrages écrits dans une langue plus rare que les 5 langues les plus communes du fonds (français, anglais, allemand, grec, italien)
  • les ouvrages parus avant 1950, sauf s’il s’agit de fouilles ou s’ils sont tout simplement très consultés et parfois empruntés. Mais enlever les ouvrages anciens du libre-accès était important afin de protéger ces documents qui pour certains ne sont pas en très bon état.

Comme pour le récolement, des requêtes adressées au logiciel de catalogage ont permis d’obtenir un fichier tableur sur lequel travailler afin de repérer rapidement les documents à traiter.

Enfin, j’ai également réalisé durant ce stage des tâches d’accueil du public, une demi-journée par semaine. Par cette activité, j’ai pu découvrir le public de chercheurs et d’étudiants venant travailler à la bibliothèque et me familiariser avec les tâches telle que les procédures d’inscription, la gestion des prêts et des retours, ou encore me perdre dans les rayons sombres des différentes réserves afin de satisfaire l’étudiant ou le chercheur ayant besoin d’un ouvrage hors du libre-accès. Enfin, il serait malvenu de ne pas citer l’importante tâche de fin de journée consistant à ranger à leur place les ouvrages déposés par le public sur les chariots des différents étages.

Marius Faure-Brac
Mon CV sur LinkedIn

La Doc des Pros (2)

Il y a bien longtemps que je ne vous ai tenu au courant des acquisitions concernant notre Documentation Professionnelle.
Il est temps d’y remédier! Vous trouverez ici les ouvrages acquis fin 2015, ils rendent compte de nos préoccupations diverses.

Conarbretribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication / par Bernard Miège, INA Editions 2015.-(Médias histoire)
L’Info-Comm. est plus complexe qu’on peut le penser d’un premier abord. Plurielle dans les démarches, critique et sociétale dans les sujets, objet de connaissance, toujours discutée et remise en cause. Une plongée dans ce domaine décrié ou porté aux nues.

Couv-ArtFaireRecherchesL’Art de faire des recherches et de partager l’information : pratiques et techniques de veille et de curation sur internet / Jérôme Deiss aux Editions Fyp, 2015.-(Entreprendre)

 

Information pléthorique sur internet devenant problématique !
Qui ne s’est pas retrouvé confronté à cette masse mouvante, désorganisée que sont les résultats d’une veille? Savoir chercher, utiliser et partager est tout un art. Ce guide ou manuel est présenté avec une progression dans les chapitres allant des définitions à la
diffusion en passant par les techniques, outils. C’est un bon outil de prise de conscience de la nécessité d’organiser les recherches, la veille.

2011-BAO22 Mener l’enquête : guide des études de publics en bibliothèque / sous la dir. de C. Evans.-  (Boite à outils; 22) aux éditions de l’ENSSIB  

 

 

Un oubli, pour ce livre publié en 2011!
Les enquêtes sont nécessaires pour connaitre les publics qui fréquentent nos bibliothèques, leurs attentes notamment concernant de nouveaux services, leurs satisfactions sur l’existant.    L’ouvrage se veut un guide des bonnes pratiques et des méthodologies.

Big data, open dataBig data, Open data : quelles valeurs? Quels enjeux? : Actes du colloque «Document numérique et société», Rabat, 2015 / Sous la dir. de E. Broudoux et G. Chartron.- De Boeck supérieur, cop.2015.- (Information & stratégie)

 

Les big data, littéralement les grosses données, est une expression anglophone utilisée pour désigner des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données    ou de gestion de l’information. … L’ouverture des données (open data) représente à la fois  un mouvement, une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables. Elle s’inscrit dans une tendance qui considère l’information publique comme un bien commun (tel que défini par Elinor Ostrom) dont la diffusion est d’intérêt public et général. (Wikipedia)

bao33_couv_catalogueConstruire des pratiques participatives dans les bibliothèques / saous la dir. de Raphaëlle Bats , aux éditions de l’ENSSIB, 2015.- (La boite à outils; 33)

Bibliobox, crowdsourcing, empowerment, partages des savoirs…
Définitions, nouvelles terminologies explicitées, retours d’expériences. La démarché participative s’explique, s’exporte et s’importe, surtout elle se développe. Pour bien en comprendre les objectifs et les enjeux, ce livre est organisé en 3 parties : Repenser la bibliothèque ensemble, Partager les savoirs et Décider ensemble.
Le sujet vous intéresse? N’oubliez pas le n° 83 de mars 2016 de Bibliothèque(s) «Pratiques participatives».

TEIWhat is the Text Encoding Initiative ? : how to add intelligent markup to digital resources / Lou Burnard.- Open edition press, 2014.- (Encyclopédie numérique)

Mais oui, qu’est-ce que la TEI??Tout, tout vous saurez tout sur la TEI en lisant cet ouvrage, pour peu que vous lisiez très bien l’anglais et que vous ayez un minimum de connaissances informatiques et en XML..

couverture-bao31_cover_1Ouvrir plus, ouvrir mieux : un défi pour les bibliothèques / Sous la dir. de G. Perrin.- Presses de l’Enssib, cop.2014.-(La Boite à outils; 31)

Vaste question s’il en est, source de polémiques, d’effets d’annonces et de création de commissions chargées d’étudier le sujet! Ce volume réunit 15 professionnels spécialisés dans les domaines   éducatif, social et culturel.

imageBibliothèques d’aujourd’hui : à la conquête de nouveaux espaces / Sous la direction de M.-F. Bisbrouck.- Nouvelle édition.- Ed. du Cercle de la Librairie, cop.2014.- 1 vol. + 1CD-ROM.- (Collection Bibliothèques)

Une nouvelle édition revue et augmentée sur l’architecture, l’évolution des espaces pensés pour les bibliothèques et leurs publics. Plus de services et/ou des services différents, diversification des activités, supports documentaires en évolution, utilisation des espaces, conception et construction…vous trouverez tout celà dans ce livre illustré qui fait la part belle aux bâtiments dans lesquels nous travaillons.

17_outilswebcouvseule_1Les outils multimédias du web : communiquer efficacement sur le web / X. Delengaigne,
F. Gontier.- 2° édition, chez CFPJ Editions 2015

 

 

Une présentation claire, simple et précise d’outils comme le blog, twitter mais aussi pour le son , la photo…L’intérêt principal à mon sens repose sur une explication très claire du «pour quoi» et du «comment», avec un pas à pas dans l’appropriation de ces outils. L’idée de cet ouvrage étant venue à partir de questions posées lors de sessions de formations aux CFPJ.

info-comDictionnaire d’initiation à l’info-com / L. Corroy, J. Gonnet.- 2° édition.-Vuibert, 2008
Dans cet ouvrage vous ne trouverez pas seulement des définitions, étymologie, antonymes mais aussi des textes détaillés donnant à lire un historique du mot, du courant de pensée; une bibliographie et des «prolongements» pour chaque terme. Très complet, cet ouvrage saura vous aider à plus d’un titre.

220px-Jacob_Spon Histoire et civilisation du livre : revue internationale. 2 / Réd. en chef F. Barbier.-               Librairie Droz, 2006

 

Dans ce n° : «Lyon et les livres» dossier éd. sous la dir. de D. Varry, «Etudes d’histoire du livre», et «Livres, travaux et rencontres» rubrique publiée sous la dir. de Claire Lesage.
Question subsidiaire : qui est représenté dans ce médaillon?

1001 vies du livreLes 1001 vies des livres / E. Dussert, E. Walbecq.- Vuibert, cop.2014

 

Que peuvent bien raconter deux bibliothécaires? En nous plaçant sous les auspices des Contes des Mille et une nuits et de Jorge Luis Borges, de Charles Nodier et d’Alfred de Musset (…) il paraît assuré que nous ne tordrons pas le cou à votre première impressions : ce sont bien des histoires de bibliothécaires que nous raconterons ici. Des récits saugrenus, édifiants, des anecdotes curieuses ou bien tragiques, et parfois mortelles, de celles qui ne peuvent survenir que dans la vie d’un écrivain -grandiose ou raté-, d’un bibliomane ou bien «d’un professionnel de la profession» pour reprendre cette figure moqueuse imaginée par Boris Vian, et qui ressemble comme un frère au garçon de café de Jean-Paul Sartre. (Introduction)

Peabody, baltimoreBibliothèques : une histoire mondiale / J. W. P. Campbell, W. Pryce.- Citadelles & Mazenod, cop.2013.

A voir, lire,regarder, savourer, déguster. On pourrait ne s’arrêter qu’aux images, de toute beauté, mais ce serait passer à côté des textes qui vous en apprendront beaucoup sur ces magnifiques bibliothèques.

cvt_La-cote-400_9970


La cote 400 / S. Divry.- 10/18, cop.2010

Elle rêve d’être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Bienvenue dans les névroses d’une femme invisible. Bienvenue à la bibliothèque municipale, temple du savoir où se croisent étudiants, chômeurs, retraités, chacun dans son univers. Jusqu’au jour où, pour cette quinquagénaire esseulée et soumise aux lois de la classification de Dewey, ce bel ordre finisse par se fissurer…(4° de couv.).

Pour certains lecteurs le personnage est aigri, psycho-rigide du classement,et ce livre n’est qu’un long verbiage navrant et lourd; pour d’autres étude d’un personnage présenté avec beaucoup d’humour, touchant dans sa solitude. A vous de lire !

Véronique Faure

Journée d’étude IST – InSHS

logoist-shs

Le 21 novembre dernier une partie du personnel d’accompagnement de la recherche de la MOM était à Paris afin de participer à la journée nationale de la BAP F de l’InSHS. Cette journée d’étude avait pour vocation de rassembler l’ensemble des professionnels de la documentation, de l’édition et de la communication, travaillant au sein des unités de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dans ce cadre, les activités mises en œuvre à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ont servi d’exemples pour illustrer la manière dont les professionnels de l’information scientifique et technique (IST) travaillent en étroite collaboration avec les chercheurs.

Le programme, le compte-rendu et les supports de présentation des intervenants sont disponibles sur le site des correspondants IST-SHS : http://corist-shs.cnrs.fr/journeeBAPF2014

La MOM était à l’IFLA !

Mais l’IFLA, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques. Elle est le porte-parole au niveau mondial des intérêts de notre profession et regroupe à ce jour plus de 1500 membres (associations, institutions et individus) provenant de 150 pays du monde entier.

Chaque année, l’IFLA organise un congrès international rassemblant des professionnels de tout pays et de tout type d’institution. Cette année, ce congrès a eu lieu à Lyon à la Cité Internationale du 15 au 22 août. Il avait pour thématique : « Libraries, Citizens, Societies: Confluence for Knowledge ». Environ 4000 congressistes ont participé à l’événement, c’est un record dans l’histoire de l’IFLA ! Près de 330 volontaires, bibliothécaires et documentalistes, sont venus aider toute la semaine à l’accueil des participants et à  l’organisation des nombreuses activités : conférences, salon professionnel,  allée de posters, animations culturelles, visites de bibliothèques, etc.

10461370_10204793463625900_45807675918872025_n

L’ambiance était au beau fixe toute la semaine malgré un emploi du temps chargé. Le plus difficile étant encore de faire son choix parmi les quelques dizaines de conférences par jour ! De l’e-book au livre rare, du data-mining en SHS à l’accompagnement personnalisé du lecteur dans les bibliothèques spécialisées sur le changement social, du rôle de l’information dans la production agricole et la sécurité alimentaire aux nouveaux services en direction des enfants et jeunes adultes, en passant par le web sémantique, l’open access, le FRBR, le droit d’auteur à l’ère numérique, etc. je vous mets au défi de trouver une thématique manquante sur les sciences de l’information ! Continuer la lecture de La MOM était à l’IFLA !

A Amsterdam, il y a Dieu, il y les Dames, y a des vélos et y a des trams… et il y a l’OBA

Amsterdam 101 - OBAEn visite touristique et culturelle à Amsterdam ce mois-ci, j’en ai profité pour découvrir la grande bibliothèque connue sous le nom d’OBA ou OpenBare Bibliotheek d’Amsterdam. Elle est située à juste quelques minutes à pied de la vieille ville et Amsterdam 205 - OBA Bibliotheekde la gare centrale sur l’île d’Oosterdok au bord des canaux.

Inaugurée en 2007, la plus grande bibliothèque des Pays-Bas a été créée parl’architecte Jo Coenen. Je vous assure qu’elle est vraiment digne d’une visite au même titre que le Musée Van Gogh ou le Rijksmuseum qui sont les destinations prisées des touristes.

Architecturalement parlant, c’est un bâtiment moderne spacieux, très lumineux fait de béton, de bois et de verre. Il offre un espace incroyablement vaste de 28.000 m2 sur 10 étages et sur environ 25 kms de rayonnages (dont 8 kms en accès libre).

J’ai été Amsterdam 216 - OBA Bibliotheekagréablement surprise par ses étagères circulaires, son espace jeunesse qui invite aux jeux (cabanes, toboggans au milieu des livres), son nombre incroyable d’ordinateurs dernier cri mis à disposition du publicgratuitement (plus de 500 PC), ses 8 automates de prêt,ses sept bureaux d’information très design.  Le dernier étage offre une vue panoramique imprenable sur la vieille ville, le centre d’animation scientifique Nemo et les canaux. Il est également agrémenté d’un restaurant « La Plage » aux couleurs et saveurs du monde.

La bibliothèque qui est à la tête d’un réseau de 26 bibliothèques est ouverte de 10 à 22 heures tous les jours de la semaine y comAmsterdam 91 - Nemopris le dimanche. Plus de 5000 visiteurs arpentent ses étages chaque jour et 120 personnes y travaillent par roulement de trois équipes mais seulement l’encadrement qui met en place des projets occupe des bureaux. Ceux qui sont en contact avec le public « front office »  n’ont pas de bureaux propres. Cette bibliothèque publique connaît un véritable engouement puisque seulement 7 mois après son ouverture, le chiffre du million de visiteurs était déjà atteint, ce qui est incroyable pour une bibliothèque. L’OBA est ouvert à tous, même les visiteurs de passage. Amsterdam 218 - OBA Bibliotheek

L’inscAmsterdam 124 - Jordaanription est gratuite jusqu’à 19 ans, sinon cela coûte 25 € si vous avez entre 19 et 22 ans et 35 € ensuite.

Autres curiosités, il y a un parking vélo de plus de 2000 places mais n’oublions pas que nous sommes à Amsterdam la ville où la petite reine occupe une place de choix. A l’entrée on peut être accueilli par quelques notes de musique vu qu’un piano est mis à disposition du public mélomane. J’ai beaucoup aimé les bornes pour écouter de la musique (sièges faits de pochettes de disques 33tours).

cdOn y trouve des salles d’exposition, des salles de réunions, environ 1000 places assises, un théâtre, une salle de conférences. Rien d’étonnant à cela car  l’OBA a été conçue comme une « invitation à explorer le lieu et à y rester ». J’ai été étonnée par le nombre incroyable de CD et DVD de films internationaux disponibles (4 ou 5 copies par titre). Les disques sont dans des boîtiers équipés d’une puce RFID. Le budget de fonctionnement s’élève à plus de 12 000 000 € dont la moitié est consacrée aux dépenses de personnel.

J’ai vraiment été séduite par l’atmosphère qui se dégage de ce lieu ouvert sur la vielle ville. Je ne peux que vous inviter à parcourir ses espaces  et à l’ajouter aux plaisirs culturels de cette riche et belle ville qu’est Amsterdam.

 Amsterdam 224 - OBA BibliotheekamsterdamAmsterdam 221 - OBA Bibliotheek Photos prises par G. Peyres

I want you for RDA : Vers de nouveaux catalogues de bibliothèque

Image du Groupe rda-en-France
Image du Groupe rda-en-France

Une Action Nationale de Formation sur les évolutions des catalogues et du catalogage s’est déroulée à Lyon le 18 juin. Mme Nuria Pastor Martinez, membre du groupe rda-en-france, et en lien avec Mediat (Centre de Formation aux Carrières des Bibliothèques), a assuré cette formation. L’objectif de cette journée était d’informer les documentalistes et bibliothécaires sur l’adaptation des catalogues de bibliothèque dans un environnement de plus en plus numérique.

Les formats MARC / UNIMARC et les règles actuelles de catalogage ne permettent plus,  depuis  plusieurs années, de gérer la documentation produite et disponible sur le web.  Lier les données bibliographiques d’un catalogue aux documents numériques pourra être possible à partir de nouveaux modèles de catalogage dont le Frbr (Functional Requirements for Bibliographic Records). Celui-ci fut élaboré par l’IFLA (International Federation of Library Association) à partir de 1998.

Le Frbr est un modèle, que les anglo-saxons ont adopté dans une nouvelle norme de catalogage : le RDA. Est-ce que la norme RDA répond aux attentes des bibliothèques françaises ? Comment les logiciels de gestion de bibliothèque  vont-ils s’adapter à cette nouvelle norme ? Comment le travail du bibliothécaire va-t-il évoluer ? Nos métiers ne seront plus basés sur le catalogage, mais sur l’enrichissement des catalogues. Le point de départ sera la référence d’une œuvre ou d’un auteur, à partir de laquelle l’usager accèdera directement  au texte intégral, à une biographie, à une vidéo ou éventuellement à des données de la recherche…. Cet environnement de liens entre les données, ou web de données, se concrétise déjà dans le nouveau catalogue de la Bibliothèque Nationale de France : http ://data.bnf.fr/

D’autres projets de catalogue « frbérisé » voient le jour, comme celui de la Bibliothèque Municipale de Fresnes en lien avec la BNF : http://demo.cubicweb.org/opencatfresnes/

L’adoption du RDA en France devrait avoir lieu dans les dix prochaines années. En attendant, les bibliothécaires et documentalistes doivent préparer leurs catalogues et contribuer à faire évoluer RDA pour que cette norme soit adaptée aux particularités françaises.

Professionnels de la documentation et des métiers du livre, vous pouvez vous aussi rejoindre le Groupe rda-en-France et participer à l’évolution et à l’intégration de RDA/Frbr en France.

Pour plus d’informations, consultez :

– Site du groupe RDA en France : http://rda-en-france.enssib.fr/

– Blog de l’ABES : http://rda.abes.fr

Nina Mitamona