Tous les articles par Sabine Fourrier

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos. Continuer la lecture de Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

La Mission de Salamine a fêté en 2015 ses 50 ans, ce qui  a donné lieu à une exposition dans les murs de la MOM avant qu’elle ne parte à Chypre,  ainsi qu’à des conférences. La mission compte de nombreuses archives qu’elle a voulu préserver et en faciliter l’utilisation. Il nous est apparu à la bibliothèque, sensibilisés à ce genre de préoccupation, qu’un article sur ce travail pourrait vous intéresser. Sabine Fourrier, responsable de la Mission depuis 2008 a bien voulu se livrer à cet exercice. Je vous laisse donc apprécier son texte ci-dessous.

Continuer la lecture de SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique