Tous les articles par julietteroyere

Stage à la MOM : bilan

Bonjour à tous ! Mon stage se termine, et il est temps de vous montrer le résultat de ces quatre mois de travail. Je vous avais déjà présenté mes tâches dans deux précédents billets de blog : ma mission de stage était principalement d’établir une liste des politiques de diffusion de différentes revues scientifiques, afin de faciliter la mise en ligne sur HAL des travaux des chercheurs et enseignants-chercheurs de la MOM.

Il a d’abord fallu prendre connaissance des revues dans lesquelles vous publiez, et de votre utilisation de HAL : vous avez été plus 101 à nous répondre via notre questionnaire en ligne, merci beaucoup ! Nous avons pu agrandir notre liste de revues à interroger, et surtout, nous avons pu établir que vous êtes déjà nombreux à déposer vos travaux en intégralité sur HAL :

Enfin, il est apparu que pour ceux qui n’utilisent pas ou peu HAL, les principaux obstacles sont le manque de temps et de connaissances quant aux politiques de diffusion de leurs éditeurs scientifiques : qu’à cela ne tienne, c’est la raison d’être de mon travail, vous faciliter la vie !

J’ai constitué un fichier Excel pour faire une liste de toutes les revues demandées et de leurs politiques de diffusion : je suis arrivée à un total de 225 revues, auxquelles se sont rajoutées toutes celles de 2 maisons d’éditions (Ausonius et Mergoil). Ensuite, j’ai élaboré avec l’aide de ma tutrice deux questionnaires Google Forms, l’un en anglais et l’autre en français, afin de recueillir plus facilement les réponses des éditeurs. Chercher à tous les contacter n’a pas été une mince affaire : certains n’ont pas laissé de contacts visibles ou fonctionnels, d’autres ne nous ont pas encore répondu. Cependant pas d’inquiétude, le fichier continuera à évoluer après mon départ grâce au travail de ma tutrice de stage Marie Chebance !

Au moment où j’écris ces lignes, 58 revues nous ont répondu (52 par les questionnaires, les autres par mail) ; nous avons également pu établir les politiques de diffusion de plusieurs autres revues, notamment celles de la maison Elsevier qui dispose d’une page spéciale pour connaître les embargo en fonction des titres. Il nous reste donc 154 revues à contacter pour confirmer ou compléter nos informations actuelles, et j’ai bon espoir qu’avec le déconfinement, les échanges seront plus rapides. N’hésitez donc pas à contacter la bibliothèque de la MOM pour avoir plus de renseignements !

Voici quelques graphiques pour vous donner une idée de nos premiers (et encourageants) résultats, avec les informations glanées sur Internet et les réponses aux questionnaires

Nous pouvons voir ici que environ la moitié des éditeurs n’accepte pas le dépôt des travaux déjà publiés… ce qui signifie aussi que l’autre moitié l’accepte, avec parfois des conditions ou des embargos. Rien d’insurmontable donc !

Ce second graphique montre que les éditeurs sont plus favorables au dépôt du postprint : moins d’un quart n’accepte pas le dépôt sur HAL. La majorité impose un embargo, mais presque un tiers des éditeurs permettent que votre manuscrit corrigé soit immédiatement mis sur HAL. Concernant la question des embargos, il faut préciser qu’en France, avec la loi pour une République Numérique (art.30) qui s’applique depuis octobre 2016 à tout écrit scientifique issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié sur fonds publics et publié dans un périodique paraissant au moins une fois par an, l’embargo ne peut excéder 12 mois en SHS (Sciences Humaines et Sociales). Ainsi le dépôt non autorisé ou avec un embargo de plus de 12 mois réclamé par certains éditeurs pour la version postprint peuvent être ignorés. Vous pouvez consulter la page des questions juridiques sur la documentation de HAL pour plus d’informations.

Graphe : réponse des éditeurs vis à vis du dépôt du manuscrit non corrigé (preprint) sur Hal

Et enfin, la plupart des éditeurs acceptent que le preprint soit immédiatement déposé sur HAL. Comme vous pouvez le voir, les périodes d’embargo varient selon le type de version de votre travail que vous souhaitez déposer. Je tiens à insister ici sur le fait que ces résultats ne sont pas définitifs : ils sont donnés à titre indicatif, pour vous donner une idée des informations que nous collectons pour vous.  

Quand bien même une grande partie de mon stage s’est déroulé en télétravail, j’ai beaucoup apprécié ces quatre mois qui m’ont permis d’expérimenter tous les travaux à faire au sein d’une bibliothèque : accueil du public, rangement, catalogage, équipement et puces RFID, mais aussi des travaux plus pointus et spécifiques comme la recherche d’informations techniques pour la constitution d’une photothèque. C’est aussi pendant ce stage que j’ai pu profiter de la bibliothèque du personnel, qui regorge d’informations sur le métier de bibliothécaire, jusque dans les aspects les plus insoupçonnés. Si avec ça je n’ai pas le concours ! 

Je tiens à remercier toute l’équipe de la bibliothèque de la MOM pour sa bienveillance et son écoute, grâce à eux je me suis très vite sentie à l’aise et j’ai énormément appris ! Je remercie en particulier Nina et ma tutrice Marie pour leur grande gentillesse et leur disponibilité, elles m’ont beaucoup aidée pour le travail sur les politiques éditoriales. Merci également à Véronique qui m’a conseillée sur les photothèques, et à Magali pour m’avoir permis de partager mon expérience sur ce blog ! 

Ma mission de stage : aider les chercheurs à déposer sur HAL

Dans un précédent billet de blog, je vous avais présenté mon parcours et comment se déroulait mon stage à la bibliothèque de la MOM, malgré le télétravail. Cependant, je n’ai évoqué que rapidement ma principale mission de stage, or elle concerne directement les chercheurs et enseignants chercheurs de la MOM !

Tel qu’il a été défini dans ma convention de stage, mon travail est d’élaborer une base Continuer la lecture de Ma mission de stage : aider les chercheurs à déposer sur HAL

Stage à la MOM et télétravail, c’est possible !

Etudiante en deuxième année de master Culture de l’Ecrit et de l’Image à l’ENSSIB, amoureuse des bibliothèques devant l’éternel et future bibliothécaire et écrivaine quoi qu’il m’en coûte, c’était une évidence pour moi que de faire mon stage de 4 mois dans l’univers des livres et de leur valorisation. Il faut dire que j’ai le parcours type de la littéraire : bac L, trois ans en prépa Chartes au lycée Henri IV à baigner dans l’univers merveilleux des concours, puis une bifurcation vers le master de l’ENSSIB, l’école des bibliothécaires par excellence.

Le choix de la MOM peut sembler bizarre si on s’attarde Continuer la lecture de Stage à la MOM et télétravail, c’est possible !