Existe-t-il un islam des Lumières ? L’Islam à l’épreuve des Lumières

Face à la montée de l’islamisme et de ses dérives violentes comme le terrorisme, des intellectuels de culture islamique ont jugé nécessaire de lui opposer un discours alternatif. Les partisans de cette notion tentent de concilier deux tendances, en apparence opposées : celle des rationalistes qui trouve ses fondements dans le courant mut‘azilite, dit rationaliste ; et  celle des mystiques, incarné par le courant soufi. Pour M.  Chebel, son principal promoteur cet « autre islam » trouve ses fondements dans un verset coranique (24 : 35) qui symbolise la divinité : « nûr  ‘ala nur » (lumière sur lumière). Lumière est également un nom donné au Coran. Les idées-forces que charrie l’islam des lumières peuvent se résumer par l’abolition de la loi divine , la promotion de la raison et de la spiritualité et enfin la mise en valeur d’une « éthique pacifique »[1].Dans une perspective moderne, les dérivations d’anwar et de tanwir renvoient à l’époque des Lumières de la civilisation occidentale (XVIII e siècle). D’après l’islamologue belgo-marocain Ali Belhaj[2], Hasan Hanafi (penseur égyptien) aurait été le premier à défendre un islam qui tente de concilier la Tradition et les apports de la modernité. Aux yeux de Belhadj cette démarche s’apparente à celle des philosophes des Lumières, toutes proportions gardées afin de ne pas de tomber dans l’anachronisme. Ce projet d’édification d’un islam éclairé a été prolongé par un autre intellectuel/penseur,  lui aussi égyptien : Nasr Hâmid Abu Zayd[3]. Le travail de ce dernier consiste à appliquer aux sources fondamentales islamiques la méthode « critique littéraire » ; il a rencontré une vive opposition auprès des ulémas et des islamistes. Venons-en maintenant au contexte français. Le philosophe marocain Allal Sinaceur aurait forgé ce concept en s’inspirant de l’éminent islamologue Jacques Berque en parlant de « Coran des lumières » dans le sens d’une « révélation comprise dans les limites de ce que la Raison peut comprendre »[4]. Berque exprimera sa volonté de voir émerger un « islam des lumières comme pensée moderne » afin de contrecarrer l’islamisme. Cependant l’auteur qui a le plus œuvré pour la promotion de cette notion est certainement Malek Chebel.  Cette idée qui consiste à proposer un islam éclairé, critique envers la Tradition et qui privilégie les aspects brillants et raffinés de la civilisation a été défendue par Chebel à travers une série d’ouvrages qui traitent notamment de la sexualité, dès le début des années 80, et du raffinement qui s’étalent sur 40 ans. Et par-là, mettant en évidence une société de l’esthétique par opposition à une société de l’éthique. En 2004 avec son Manifeste de l’islam des lumières dans lequel il présente une réforme de l’islam à travers un programme en 27 propositions qui permettrait l’avènement de cet « autre islam ». Pour que cet objectif soit atteint une démocratisation et une sécularisation des sociétés islamiques seront nécessaires. Contrairement à Arkoun qui vise à remettre en cause l’historicité du Coran, Chebel préfère une lecture réformée du texte sacré. Paradoxalement Arkoun dont la méthode déconstructiviste pourrait tout à fait correspondre aux objectifs de l’islam des lumières est demeuré sceptique à l’égard de ce concept. Pour lui, invoquer les « lumières » relèverait de l’anachronisme, notamment celle qui fait coïncider la période de la Nahda renaissance arabe avec les Lumières européennes (XVIII siècle). Parmi les représentants de cet islam, on peut citer les travaux de vulgarisation de Rachid Benzine[5] qui a codirigé la collection « islam des Lumières » chez Albin Michel, dans laquelle on trouve soit des traductions d’œuvres de penseurs réformistes[6], soit une présentation de leur pensée. On peut également signaler une approche de l’ « islam des lumières » à travers un prisme essentiellement spirituel avec A.  Bidar ou Eric Geoffroy[7], un universitaire soufi. Ce dernier fait la promotion d’un islam intérieur comme rempart à celui des islamistes et des juristes qui insistent sur le formalisme (la lettre). En revanche, Geoffroy prend ses distances avec l’héritage des lumières qui accorde une place trop importante, à ses yeux, à la raison instrumentale.

Le pari politique/La récupération politique

A travers un discours, consacré à la lutte contre le « séparatisme », le président Emmanuel Macron a repris à son compte l’expression « islam des lumières » que doit bâtir la République avec les forces dynamiques/acteurs de l’islam de France. L’idée étant d’émanciper l’islam de l’influence des pays étrangers et des islamistes. Cette approche gallicane qui consiste à vouloir modeler un islam à la française est très mal perçue par de nombreux fidèles notamment les conservateurs qui craignent une ingérence du politique dans la pratique religieuse. Aussi peut-on se demander si les acteurs de cet « islam libéral » ne visent pas à plaire aux décideurs politiques, afin d’avoir une reconnaissance institutionnelle à défaut de trouver un ancrage auprès des musulmans pratiquants, qui perçoivent cet islam éclairé comme une sécularisation imposée et par l’Etat et par l’ultra-modernisme. Jusqu’à présent cet islam tarde à se populariser, car il reste dans l’incapacité à repenser les normes juridiques et peine à mobiliser face à un islam déjà accaparé par les institutions étrangères ou les islamistes. Les ambassadeurs de cet islam libéral n’ont pas de légitimité auprès d’un public de croyants, qui est lui-même divisé en multiples courants. De surcroît, son caractère flou ou hétéroclite ne permet pas de dégager un programme clair qui s’enracine dans l’héritage de la tradition musulmane qu’elle soit juridiques ou spirituelle (absence d’une théologie nouvelle et d’une herméneutique du Coran). Son grand défi demeure/réside en la capacité à franchir ces obstacles et sa réappropriation par des musulmans éclairés, mais issus de la sphère islamique que cet islam peut s’enraciner.


[1] Chebel (Malek). Manifeste pour un islam des Lumières : 27 propositions pour réformer l’Islam, Hachette, Paris, 2004. https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=484397

[2] Belhaj (Abdessamad). L’autre islam, L’Harmattan, Paris, 2021. https://rechercher.bibliotheque-diderot.fr/discovery/search?query=lds07,contains,262419602&tab=Everything&search_scope=MyInst_and_CI&vid=33ENSL_INST:33ENSL_INST&offset=0

[3] Abu Zayd (Nasr). Critique du discours religieux, Actes sud, Arles,1999. https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=455505

[4] https://theconversation.com/le-difficile-chemin-vers-lislam-des-lumieres-148490

[5] https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=472610

[6] https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=473898

Issam Ghedab

https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=473041

[7] https://catalogue.frantiq.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=484805



Citer ce billet
Bibliothèque de la MOM (2024, 29 avril). Existe-t-il un islam des Lumières ? L’Islam à l’épreuve des Lumières. Préfixes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/zbh2

Une réflexion sur « Existe-t-il un islam des Lumières ? L’Islam à l’épreuve des Lumières »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.