M. Arkoun : de la déconstruction à la quête d’un humanisme musulman

L’homme est un problème pour l’homme / Tawḥīdī (m.932)

Pour la rédaction de cet article présentatif, nous avons consulté différentes études mettant en lumière maintes questions problématiques de la pensée de M. Arkoun (1928-2010).

Cet éminent historien de la pensée islamique s’est donné pour mission de renouveler, à l’instar du réformiste Martin Luther (m. 1546), celle-ci en proposant une nouvelle approche, plus précisément, à travers une discipline qu’il a intitulée « islamologie appliquée ».
A la différence de l’islamologie classique – qui se cantonne à une approche philologique et historico-critique – sa nouvelle approche s’étendait à l’ensemble de la production de la connaissance, qu’elle soit savante ou orale : non verbale, le mythe, le rite, les coutumes, la musique, les costumes, l’architecture etc.

Dans un premier temps, M. Arkoun s’est assigné l’objectif de déconstruire le discours islamique traditionnel en vue de lui substituer une méthode pluridisciplinaire fondée sur de nouveaux paradigmes dont l’épistémologie scientifique contemporaine.

Pour ce faire Arkoun a privilégié une approche cognitive contre la vision mytho-idéologique pour soumettre la pensée islamique à une rigoureuse relecture, pour ensuite la reconstruire. D’où le sens de son combat intellectuel, qui a connu plusieurs étapes et tournants. Dès les années 60, il a renoué avec un « humanisme éthique » qui exalte le multiculturalisme s’enracinant dans le climat philosophique des X ͤ et XI ͤ siècles, à travers ses principaux représentants que sont Tawhîdî (m. 1203) et Miskawayh (m. 1030) (cf. l’humanisme arabe)à qui justement il a consacré sa thèse de doctorat et traduit son Traité d’éthique  en 1969. 

Nourri  à la fois par ses maîtres « orientalistes » (L. Massignon, m. 1962 ; H. Laoust, m. 1983) et par l’école des Annales qui a élargi le champ de la recherche historique en s’ouvrant aux autres disciplines des sciences humaines (sociologie, histoire des mentalités, psychologie…), Arkoun se voulait en rupture à la fois avec le discours islamique traditionnel, à ses yeux dépassé, depuis l’avènement de la « modernité » ; et avec celui des orientalistes qui concentrait ses recherches sur la production livresque de l’islam avec une approche historique et philologique, véhiculant un discours positiviste et hypercritique.
Au cours d’une longue carrière académique dans l’enseignement et la recherche, M. Arkoun a pu forger plusieurs concepts clés qui permettent de décrypter le discours islamique. Pour le chercheur aucun progrès ne peut se faire sans le questionnement du statut théologique de la Révélation qui est considérée par l’orthodoxie comme la Parole de Dieu. Seul le courant rationaliste mutazilite avait remis en cause ce dogme en affirmant que le Coran est créé et distinct de Dieu. Il s’inscrit alors dans une historicité qu’il convient de réinterpréter en fonction du contexte historique, social, culturel. M. Arkoun qualifie le Coran de corpus officiel clos. Selon lui, le pouvoir politique omeyyade aurait occulté tous les débats sur les divergences sous-tendues par l’oralité en imposant une version unique fixée par écrit. Les savants religieux ou traditionnels auraient contribué à figer le texte et son interprétation avec comme représentant le fondateur de l’école juridique al-Shâfi‘i (m. 820). Ce dernier aurait à travers on œuvre clé la Risâla, restreint la place de la raison dans l’interprétation des sources à savoir le Coran et hadith. En voulant désacraliser la notion de « vérité » charriée par le Texte (naṣṣ) et en la rendant plurielle, Arkoun souhaite désamorcer toute forme de violence véhiculée par une lecture déshistorisée de l’islam par ses adeptes. Une fois ce travail réalisé, il fallait promouvoir un modèle de savant en réactivant un humanisme islamique notamment à travers la figure de Miskawayh.
Par la suite, M. Arkoun se préoccupera de mettre au point une approche du Coran, essentiellement linguistique, qu’il affine avec le temps (Lectures du Coran, 2016) Le concept d’« idéologie » est omniprésent chez l’auteur, si bien qu’il estime qu’aujourd’hui encore l’islam est instrumentalisé par les différents pouvoirs en place, souvent despotiques ainsi que par les islamistes.
D’une érudition très élaborée, notamment, dans ses premiers écrits, M. Arkoun s’est ouvert à un public plus large en simplifiant sa pensée, à travers des ouvrages-entretiens, mais aussi en faisant traduire ses ouvrages en arabe par un de ses disciples d’origine syrienne (Hachim Salih).

Cette nouvelle façon de revisiter l’islam a séduit de nombreux chercheurs comme la féministe Leila Tauil, ou encore l’islamologue, son disciple Rachid Benzine. La démarche arkounienne attire souvent une élite, déçue par l’approche traditionnelle, répétitive et sacralisante, En revanche, du fait d’un décalage culturel conséquent, il ne trouve pas d’échos auprès de la masse des musulmans.

Les « gardiens de la Tradition » pérennisent une conception idéalisée de l’histoire, surtout celle des débuts de l’islam, et restent ainsi prisonniers d’un schéma de pensée figée, typique du Moyen-Age.

Dans le cadre d’une réévaluation critique de la pensée arkounienne, nous pouvons mentionner les réserves, voire l’opposition suscitées contre l’approche sémiotique-linguistique appliquée à l’analyse du texte coranique. Au regard de l’islamologue A. Mérad, cela revient à « banaliser le verbe coranique ». (L’exégèse coranique,  PUF, 1998, p. 38-39).

De son coté Makram A. (philosophe-ENS Lyon) lui fait le même reproche : « Pour ce faire, Arkoun applique pêle-mêle les outils de l’analyse littéraire du récit empruntés aux différents courants de la critique sémiotique, sociologique ou de l’imaginaire. Les résultats sont toutefois limités du fait que le texte lui-même refuse de se plier aux différentes théorisations conduites à partir d’autres types de textes (roman, conte, poésie, autobiographie) ».Pour un islam humaniste. Une lecture contemporaine du Coran, de Muhammed Shahrour ; traduit de l’arabe, présenté et annoté par Makram Abbès, Les Editions Cerf, 2019. (Note  insérée dans l’introduction par M. Abbès, p. 19.)

Certains de ses collègues, comme l’historien tunisien M. Talbi lui ont reproché de céder trop facilement à la mode des nouvelles théories de sciences humaines, qui appliquées au Coran le dépouille de sa dimension métaphysique. D’autres chercheurs tels que les Tunisiens M.-Ch. Ferjani et M. al-Mazzoughi (La raison entre le mythe et la révélation. Sur le nihilisme théorique dans l’islamologie de M. Arkoun (en arabe), Ed al-Jamal, 2007). Et M-CH. Ferjani « Les apport de Mohammed Arkoun à l’étude des faits religieux », in Etudes maghrébines, n° 13, 2001.), lui reprochent, au contraire, de rester prisonnier du schéma religieux. Pourtant, M. Arkoun lui-même employait les mots de démythologisation et de démystification qu’impliquent ce travail de déconstruction.

Il n’en demeure pas moins vrai que M. Arkoun a forgé plusieurs concepts et notions qui ont servi de grille de lecture. Plutôt que de répéter en moins bien ce que des chercheurs tels le sociologue marocain M. el-Ayadi ou le vulgarisateur R. Benzine ont déjà écrit, nous nous bornerons à mentionner les références bibliographiques où sont listées et explicitées ces notions arkouniennes ainsi que ses sources d’influences (Foucault, Derrida, Bastide) en fin d’article.

En déconstruisant les différentes strates du discours islamique, accumulées au cours des siècles aussi bien par l’orthodoxie que par le pouvoir, M. Arkoun a contribué, à la lumière d’une approche multidisciplinaire à désidéologiser l’islam. Bien que ses contributions au renouvellement des études islamiques soient considérables, il a laissé de nombreux chantiers ouverts à la postérité, notamment l’édition critique du Coran. En effet, pour Arkoun, toute critique préalable, au regard du poids du Coran dans l’islam, doit passer par une interrogation du statut théologique de la Révélation. Tout en faisant une promotion d’une laïcité ouverte sur l’étude du fait religieux et comprise comme une attitude critique face à la connaissance et non pas une idéologie de combat (laïcisme). Pour ce faire, il appelait de ses vœux à réaliser une critique de la raison occidentale, héritée des Lumières. Plus largement, la tâche du renouveau de la pensée islamique incombe à la fois aux dirigeants politiques et aux intellectuels qui doivent tout mettre en œuvre pour bâtir une société démocratique, laïque et humaniste.

Laissant derrière lui une considérable production, recensée en grande partie par Olivier Dubois (documentaliste MMSH-Aix) à travers un article paru dans Arabica, il nous a semblé judicieux à titre de prolongement de cette brève présentation, de créer une base de données qui permette un  accès au texte intégral dans la mesure du possible,  avec l’aide de collègues de la MOM (Huges Paquot et Fanck Capisano)  en hommage à Mohammed Arkoun. Celle-ci rassemblera ses écrits parus dans différents livres et revues, sans parfois exclure des écrits posthumes ou inédits.
Cette base de données bibliographiques est désormais consultable ici.

Issam Ghedab

 

DOCUMENTS CONSULTES
(avec les cotes des ouvrages disponibles et/ou en consultation en ligne)

Abu Zayd, N.  Ḥamid  « Le Langage religieux et la recherche d’une nouvelle linguistique : une lecture de la pensée de Mohammed Arkoun », dans Critique du discours religieux, Arles, Sindbad/Actes sud, 1999, p. 193-212
BAB  BP173.65.  A34  1999

Alaoui, M.  « Mohamed Arkoun (m. 2010) et l’humanisme en contextes islamiques : Raison humaniste ou raison islamique ? », Les cahiers de l’Islam, s.d., https://www.lescahiersdelislam.fr/Mohamed-Arkoun-m-2010-et-l-humanisme-en-contextes-islamiques-Raison-humaniste-ou-raison-islamique_a1044.html (consulté le 19/09/2023).

Arkoun, M.  « Chapitre VI. L’Islam actuel devant sa Tradition », dans J. Berque, R. Arnaldez, A.-M. Turki, P. Lambert, A. Merad, G. Harpigny, S. de Beaurecueil, Aspects de la foi de l’Islam, Bruxelles, Presses de l’Université Saint-Louis, 2019, p. 149‑192, http://books.openedition.org/pusl/6695 (consulté le 19/09/2023).

Bakouche, A. Refondation épistémologique du patrimoine arabo-islamique (al Turāṯ) selon deux penseurs modernes : Muḥammad Arkoun & Muḥammad ‘Ābid Al-Ğābrī, La Sorbonne (inédit).
BAB  SD9

Benkheira, M. H.  « Mohammed Arkoun et l’islamologie », Les cahiers de l’Islam, s.d., https://www.lescahiersdelislam.fr/Mohammed-Arkoun-et-l-islamologie_a509.html (consulté le 19/09/2023).

Benzine, R.  « Mohammed Arkoun, le pensable, l’impensable et l’impensé dans l’islam contemporain », dans Les nouveaux penseurs de l’islam, Paris, Albin Michel, 2004, p. 89‑118.
BAB  BP163.  B4  2004

Bidar, Abdennour. « Mohammed Arkoun et la question des fondements de l’islam », Esprit Février/2, 2011, p. 150‑175.
https://www.cairn.info/revue-esprit-2011-2-page-150.htm&wt.src=pdf5

Brahimi, M. A.  « La rencontre improbable de Mohammed Abed al-Jabiri et Mohammed Arkoun : analyse comparée de la production des livres de philosophie islamique contemporaine », SociologieS, 2019, https://journals.openedition.org/sociologies/12394 (consulté le 19/09/2023).

Duthu, F. « Mohamed Arkoun « Le concept de raison islamique » », Les cahiers de l’Islam, s.d., https://www.lescahiersdelislam.fr/Mohamed-Arkoun- Le-concept-de-raison-islamique _a506.html (consulté le 19/09/2023).

El Ayadi, M. « Mohamed Arkoun ou l’ambition d’une modernité intellectuelle », dans Penseurs maghrébins contemporains, Tunis, Cérès éditions, 1994, p. 43‑71.
BAB  B5335.  P4  1994

El Makrini, N. Regards croisés sur les conditions d’une modernité arabo-musulmane : Mohammed Arkoun et Mohammed al-Jabri, Louvain-la-Neuve, Belgique, Academia-l’Harmattan, 2015.
BAB  BP173.63.  M3  2015

El Mossadak, E. H. Arkoun et la reconstruction de la pensée islamique, s.l., Centre culturel du livre / IMA, 1999, https://www.imarabe.org/fr/file/352791/download?token=IxXZvoDt.

 

Ferjani, Mohamed-Chérif « Les apports de Mohammed Arkoun à l’étude des faits religieux », Etudes maghrébines : revue de recherche et de bibliographie maghrébines 13, s.d., p. 14‑21.
P  Périodiques RPN299

Ferjani, Mohamed-Chérif.  « Hommage à Mohammed Arkoun, l’esprit critique », SaphirNews, 2010, https://www.saphirnews.com/Hommage-a-Mohammed-Arkoun-l-esprit-critique_a11844.html?print=1.

Radwan, S. ad-Din  « L’humanisme de l’exégèse coranique selon les approches de Mohammed Arkoun », dans Islam et humanisme : herméneutique et lectures contemporaines, Arras, Artois Presses Université, 2018, p. 91‑99.
BAB  BP190.5.H8.  I74  2018

Sellam, Sadek. « Arkoun ou le culte des sciences sociales », dans L’islam et les musulmans de France :  perceptions, craintes et réalités, Paris, Tougui, 1987, p. 413‑424.

Tauil, Leila. « Violence et islam : le triangle anthropologique “violence, sacré, vérité” de Mohammed Arkoun », Revue de Théologie et de Philosophie 150/3, 2018, p. 231‑250.
https://revues.droz.org/RThPh/article/view/RThPh_150.3_231-250/pdf

Tauil, Leila. Mohammed Arkoun : une approche critique, subversive et humaniste de l’islam, Paris, France, l’Harmattan, 2022.
BU Chevreul 4e étage cote 297 ARK

Tauil, Leila. « Le statut du Coran à la lumière de l’islamologie appliquée de Mohammed Arkoun : la thèse mu‘tazilite du Coran créé », s.d.,
https://crosstalks.vub.ac.be/sites/crosstalks/files/2021-04/Lei%CC%88la%20Tauil_Le%20statut%20du%20Coran%20a%CC%80%20la%20lumie%CC%80re%20de%20l%E2%80%99islamologie%20applique%CC%81e%20de%20Mohammed%20Arkoun.pdf

 

Mohammed Arkoun, un demi-siècle de production scientifique en islamologie : une base de données bibliographiques de recensement de la production scientifique de et autour de l’islamologue Mohammed Arkoun avec des liens vers les ressources textuelles si elles existent.

 

 



Citer ce billet
issamghedab (2023, 26 septembre). M. Arkoun : de la déconstruction à la quête d’un humanisme musulman. Préfixes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0bk

Une réflexion sur « M. Arkoun : de la déconstruction à la quête d’un humanisme musulman »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.