Gérer les collections patrimoniales de la bibliothèque de la MOM : un stage multi-facettes

Le saviez-vous? La bibliothèque possède des ouvrages Rares, Anciens et Précieux. C’est le fonds RAP, et il contient environ 1800 documents anciens, datant parfois du XVIème siècle! Impressionnés?

Fragiles, précieux, parfois difficiles à manipuler, ils sont accessibles au public sur demande uniquement. C’est pourquoi la bibliothèque veut les numériser et les mettre en ligne sur la plateforme Digimom, pour le grand public.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?
Stagiaire d’avril à juillet 2023, j’avais la grande mission de préparer un corpus d’ouvrages à numériser. Mais dès mon arrivée, j’ai vite compris que ces 4 mois allaient être insuffisants pour terminer le projet. Sélectionner des ouvrages à numériser, au premier abord, ne semblait pas être très compliqué. Seulement, impossible de mettre la main sur certains ouvrages : le fonds était complètement désorganisé. La faute à un déménagement des documents – nous ne citerons ici aucune société – qui s’est mal passé. C’est ainsi que commence ma première mission de stage : réorganiser le fonds et trouver un plan de classement pour ces ouvrages, encore mieux que celui qui existait à l’époque.

Vous vous en doutez, il n’est pas possible de ranger les documents à la suite des autres. Pour établir un plan de classement, il faut mettre en place un ensemble cohérent et organisé selon des critères précis (format, thématique, auteur, date, etc.). Et n’est pas tout, il faut aussi respecter bon nombre d’objectifs. Ici, en l’occurrence : retrouver facilement les ouvrages, pouvoir repérer les auteurs phares – comme Salomon Reinach, exemple choisi au hasard – et surtout, gagner de la place. Or, comme si cela ne suffisait pas, nos ouvrages RAP sont particuliers. Il n’y a pas toujours d’auteur identifiable, les formats sont très différents, et les livres sont plus fragiles que d’ordinaire (à cause de leur ancienneté et des matériaux qui les composent). En bref, réorganiser ce fonds n’est pas une mince affaire.

Heureusement, un autre stagiaire avait déjà réfléchi à la question juste avant mon arrivée : Tristan Pertegal. Lauréat du concours 2022 de bibliothécaire d’état, il est venu à la bibliothèque en février-mars pour son stage pédagogique dans le cadre de la formation des élèves fonctionnaires bibliothécaires avant de prendre son poste. Avec Véronique Faure, la responsable du fonds RAP, nous avons repris ses idées et nous nous sommes plongés dans cette quête. Tantôt à débattre du système le plus optimal pour repérer les livres, tantôt armé d’un mètre à couture, de planches de bois et d’une détermination sans faille pour agencer la pièce du mieux possible ; la réalisation a été tant intellectuelle que manuelle. Mission accomplie, le nouveau plan de classement est prêt et la réorganisation bien entamée. Un grand merci aux bibliothécaires qui nous ont aidés à déplacer des ouvrages aussi grands que mes jambes.

Mais Rome ne s’est pas construite en un jour ; même si nous savons désormais comment procéder pour la réorganisation, cela va prendre du temps. En particulier avec une telle masse de documents, et une seule personne responsable pour s’en occuper – ce qui explique les stagiaires en renfort. En l’état, il est donc toujours aussi difficile de prendre des repères au milieu de tous ces livres. Rappelez-vous, mon autre mission est d’établir un ensemble de documents à numériser, et dans l’idéal de commencer la numérisation. Je devais donc parcourir les 1800 documents du fonds RAP, et faire une sélection.J’avais conscience de ne pas avoir le temps suffisant pour terminer la mission. Il m’était tristement impossible de proposer un corpus complet et détaillé dans le temps imparti. N’étant pas du genre à aimer rendre un travail à moitié fait, j’ai proposé à la place une politique de numérisation. Pour vous expliquer simplement, ce petit document de trois pages répertorie tous les critères de sélection et donne des détails sur la procédure mise en place. Mais pour que cela fonctionne, il fallait faire appel à de l’informatique documentaire – et à Marie Chebance, bibliothécaire experte en la question. Résultat, grand plongeon dans la partie immergée du catalogue, à écrire en langage SQL et à formuler des requêtes dans notre logiciel Koha. Remonté à la surface, il n’y avait plus qu’à demander l’avis des responsables du service numérisation pour finaliser le document.

Un scanner à la pointe pour des images de qualité © Bouchard Clément 2023

Vous l’aurez compris, maintenant il faut passer à l’étape de réalisation pour enrichir la plateforme Digimom. Priorité aux thématiques des CollEx [c1] de la MOM et aux ouvrages de voyages archéologiques. Après tout, peut-être que ces collections patrimoniales cachent des pépites scientifiques…

Riche en collaboration et en partage d’idées, ce projet m’a montré bien des facettes du métier de bibliothécaire. Travailler entouré de la bienveillance et de l’expertise des membres de l’équipe était particulièrement motivant. Il reste encore beaucoup à faire, mais tout est en place pour laisser la main aux collègues ou à un futur stagiaire !




Citer ce billet
Bibliothèque de la MOM (2023, 26 septembre). Gérer les collections patrimoniales de la bibliothèque de la MOM : un stage multi-facettes. Préfixes. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/t0bj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.