Analyser le paysage éditorial des revues en sciences de l’Antiquité : une noble mission de stage

Bonjour à tous !

Vous me connaissez peut-être si vous errez dans les couloirs du bâtiment de recherche de la MOM ou si votre jour favori pour emprunter des livres à la bibliothèque est le mercredi. Arrivée à la mi-avril à la MOM, je vois les journées se raccourcir et mon stage se terminer. Ces 4 mois au sein de la bibliothèque sont passés à toute vitesse. J’ai plongé dans l’univers des périodiques et des politiques de publication, à l’instar de ma prédécesseur Juliette Royère. Peut-être avez-vous eu l’occasion de lire ses billets ? Pour ma part, son expérience m’a donné envie d’effectuer mon stage à la bibliothèque, d’autant plus que mes cours de licence d’histoire de l’art et d’archéologie me manquaient. C’est donc avec plaisir que j’ai lu qu’on cherchait quelqu’un pour prendre sa suite.

Alignement des planètes extraordinairement favorable, les missions de stage tournaient autour des revues du Plan de Conservation Partagée (PCP)[1] des sciences de l’Antiquité. Je sortais justement d’un projet qui comparait les revues physiques des PCP avec les collections numérisées de Persée. J’étais donc lancée dans cette nouvelle étude !

Lors de mes premières semaines de stage, j’ai fait la connaissance de l’équipe bienveillante de la bibliothèque. J’ai pu satisfaire ma curiosité en découvrant tous les aspects des métiers en bibliothèque et prendre mes marques dans les locaux labyrinthiques. Une fois familière avec mon environnement, j’ai hérité de l’énorme travail de Juliette. Elle avait mené l’enquête pour réunir les politiques éditoriales des revues scientifiques dans lesquelles vous publiez. Le tableau créé avait pour but de vous aider à déposer vos travaux en libre accès sur HAL selon les consignes de votre éditeur. Réalisé il y a 3 ans, ce document avait besoin d’être un peu rafraîchi pour sa future publication.

Dans le même temps, j’ai découvert le site qui occuperait mes journées, Mir@bel ! Pour ceux qui ne connaitraient pas cet outil, il s’agit d’une plateforme de signalement des accès en ligne pour les revues scientifiques. Mon rôle était de saisir les revues de la bibliothèque et leurs métadonnées : titres, éditeurs, dates de parution, langues, périodicité et surtout accès en ligne. Il faut alors partir à la pêche aux informations et éviter les pièges de l’homonymie…

Ces deux tâches en apparence indépendantes sont en fait liées. Avancer sur l’une, c’est aussi développer l’autre. Signaler des accès dans Mir@bel, c’est vous offrir un accès facilité et immédiat aux articles et informations scientifiques nécessaires à la recherche. Mettre à jour et diffuser les politiques de publication des éditeurs, c’est vous aider à participer au mieux à cette circulation internationale du savoir.

Mais on peut aller plus loin dans l’étude du paysage éditorial en archéologie et sciences de l’Antiquité. Une analyse plus ambitieuse serait de cartographier les pratiques éditoriales par rapport aux disciplines, aux pays ou à la science ouverte. Connaitre le paysage éditorial dans sa discipline permet d’établir une stratégie de publication avec toutes les cartes en main !

La dernière mission de stage que je vais vous présenter ouvre la voie à ce projet de grande ampleur. L’objectif était de valoriser les données de Mir@bel grâce aux compétences acquises lors de ma formation en Humanités Numériques à l’ENSSIB. La richesse et la qualité de ces données, résultats du temps investi par les partenaires[2] à saisir des revues, ont grandement facilité mon travail statistique.

Concrètement, comment extraire les données pour mener à bien l’analyse ? Jérémie Léonard a la réponse ! En tant que responsable des échanges de métadonnées pour Mir@bel, il connaissait bien l’API du site et m’a aidé à l’apprivoiser. Cette méthode a un avantage : les données sont mises à jour à chaque relance de la requête. On pourrait donc extraire à nouveau les données du site dans quelques mois sans rien modifier.

Pour traiter les données un fois récupérées, j’ai utilisé le langage de code que je maitrise le mieux, Python. Après quelques tâtonnements avec la structure des données, j’ai pu faire quelques analyses simples sur le petit corpus des revues du tableau des politiques. Combien sont dans Mir@bel ? Lesquelles n’ont pas d’accès ? Combien de revues sont dans le DOAJ ou ERIH PLUS ? Ces deux sigles peuvent vous intéresser ! Ils sont une marque de qualité pour les revues indexés dans leur base. Le Directory of Open Access Journals (notice du DOAJ pour la Revue Archéologique du Centre de la France) examine des revues évaluées par des pairs et en libre accès, tandis que le European Reference Index for the Humanities (notice d’ERIH PLUS pour La Revue numismatique) comprend toutes les revues scientifiques qui remplissent certaines conditions de qualité et de transparence, en libre accès ou non.

Ces questions se sont complexifiées par le croisement des informations. Combien y-a-t-il de chaque type d’éditeur du corpus pour un pays ? Quelle est la politique de publication la plus répandue pour tel type d’éditeur ou telle thématique ? Autant de questions qui trouvent leur réponse dans l’étude des données et des visualisations efficaces !

Amélie Descollonges

 

 

[1] Les Plans de Conservation Partagée organisent la répartition nationale de la conservation des collections de périodiques imprimés entre bibliothèques. Ils permettent réunir et compléter les collections dans un seul lieu et d’améliorer l’accès pour les usagers, tout en libérant de l’espace pour de nouvelles acquisitions.

[2] Dont votre bibliothèque fait partie !

Crédit photo : Image par storyset sur Freepik


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.