Escape MOM Science Ouverte

En Juillet à la MOM apparaîtra un étrange message dans une des salles de la bibliothèque… Et il vous est destiné ! Ce sera à vous de le visionner et de le comprendre afin de pouvoir agir en conséquence. Ce message qui débutera notre incroyable Escape Game développé par HappyKits est là pour implémenter la thématique du jeu, un enjeu de taille pour tous : La Science Ouverte.

Mais la science ouverte c’est quoi ?
La science ouverte se définit par la diffusion sans entraves des publications et données de la recherche. C’est un mouvement qui vise à pourvoir un accès gratuit et sans contraintes à la recherche scientifique pour tous·tes. En effet, avant l’apparition des publications scientifiques, l’accès au savoir était restreint et réservé à certaines élites. Étant dans un âge de la communication quasi instantanée, il devient indispensable de rendre le savoir accessible au plus grand nombre.

Pourquoi ouvrir la science ?
Ce mouvement présente de nombreux enjeux et pas que pour les chercheurs ! Pour tous les citoyens, bénéficier de ce genre d’accès à la recherche peut permettre de se réapproprier la science et de ne plus voir ça comme quelque chose de lointain et inaccessible. C’est même au delà de ça, une obligation de restitution auprès des citoyens de données publiques de la recherche.

Pour les chercheurs, doctorants et tout scientifique cherchant à se faire publier, l’ouverture de la science représente un nouveau moyen d’être évalué plus justement par ses pairs mais aussi de lutter contre le plagiat en protégeant ses droits d’auteurs et étant maître de la diffusion de ses travaux et du processus de publication qu’ils se réapproprient.
Pour aller plus loin, le site ouvrirlascience.fr guide les chercheurs sur l’intérêt du partage des données de la recherche.

La recherche bénéficie aussi grandement de ce mouvement, les archives ouvertes recensent les travaux de recherche en accès libre et en permettent ainsi la pérennité et augmentent considérablement leur durée de vie. La recherche est plus visible et s’en voit donc d’autant plus valorisée. L’accès ouvert aux recherches est un outil de taille pour les autres chercheurs qui peuvent mettre à profit les travaux déjà publiés et assurer une reproductibilité des résultats. Ce genre d’initiative incite donc la collaboration entre chercheurs et la facilite d’autant plus.

Cependant ce genre de transition est loin d’être simple et rapide, il nécessite de trouver un modèle économique durable et un moyen fiable d’évaluer les recherches.

Quels sont les enjeux de la publication ?
Pour parvenir à publier des recherches de manière ouverte, plusieurs critères entrent en jeu. Évidemment la gratuité et l’accès immédiat pour tous sont au cœur des priorités. Mais il est aussi important, par exemple, de considérer comment changer l’évaluation de la recherche et des articles scientifiques en évitant de tomber dans le biais du facteur d’impact (Impact factor IF) des revues qui mesure le nombre de citations des articles de celle-ci. Ainsi l’Appel de Paris, présenté en février 2022 aux journées européennes de la SO, convie les agences de financement de la recherche et organismes de recherche à réformer le système actuel d’évaluation de la recherche. Pour améliorer la visibilité d’une revue et de ses articles scientifiques, il existe plusieurs alternatives et il faut aussi repenser les moyens de financement des revues.

Les modes de publication :
Voie Verte : Cette voie de publication permet une diffusion des publications en auto-archivage des auteurs dans une archive ouverte telle que HAL en France ou OpenAire à l’échelle européenne. Cela permet un archivage pérenne de la recherche et les chercheurs conservent entièrement leurs droits d’auteurs. Si l’article est publié chez un éditeur en parallèle, la Loi pour une République Numérique permet aux auteurs d’auto-archiver la version finale acceptée pour publication  12 mois après publication pour les SHS

Il demeurent cependant certains obstacles : une méconnaissance de cette diffusion chez les chercheurs mais aussi le manque de temps qui les empêche de déposer leur travaux dans les archives. Sans réelle évaluation des publications, cela produit aussi une certaine incertitude sur la validité scientifique des travaux.

Voie Dorée : Cette voie de publication de revues en accès libre fonctionne sur un modèle de financement en amont. A partir de là, il y a plusieurs possibilités de financement, par exemple le crowdfunding (financement participatif) ou bien par moyens de subventions versées par des institutions, des fondations ou organismes de recherches.
Le Freemium est un autre modèle qui offre un accès libre aux documents et ne fait payer que des services complémentaires tels que des statistiques ou des format PDF ou Epub. C’est ce modèle qu’utilise la plateforme OpenEdition.
On peut aussi passer par le modèle “auteur-payeur”, ainsi au lieu du lecteur c’est l’auteur de l’article et son institution qui paie les frais APC (Article processing charges) et permettent la diffusion libre de l’article. Il faut cependant faire attention aux dérives de ce modèle de financement, certains éditeurs cherchent le profit et proposent des tarifs trop élevés tandis que d’autres, appelés ‘’éditeurs prédateurs” font payer des auteurs sans leur fournir aucune expertise sur leurs travaux.
Trouver des revues en accès ouvert via le répertoire international de la DOAJ .

Voie Diamant : Considérée comme une variante de la voie dorée, le modèle de la voie diamant permet de publier en accès ouvert et gratuit des revues scientifiques. Celles-ci sont financées par des institutions ou organisations à but non lucratif. Cela rend les articles gratuits autant pour les lecteurs que pour les auteurs qui, eux, conservent leurs droits d’auteurs grâce à la licence Creative Commons.
Exemple de la revue Frontière-s publié par la MOM

Quel est le rôle des bibliothèques dans tout ça ?

Les bibliothèques soutiennent depuis longtemps l’accès ouvert aux publications et données de la recherche, le principe même des bibliothèques étant de rendre accessible autant d’ouvrages que possible de manière gratuite et pour tous. Les personnels de bibliothèque se mobilisent pour se former aux sciences ouvertes pour en retour sensibiliser les chercheurs à cette problématique. En gérant et alimentant des archives ouvertes ainsi que des entrepôts de données, les bibliothèques se placent comme acteurs pour la science ouverte !

De notre côté, parmi les actions de la bibliothèque nous participons notamment à la sensibilisation du public aux enjeux de la science ouverte. Que ce soit à travers des formations telles que les Atelier Doc’ pour inciter les chercheurs à déposer leurs travaux dans HAL, ou bien de manière ludique à travers notre future Escape Game sur la thématique des sciences ouvertes. Nous vous attendons donc de pied ferme pour découvrir ce sujet à travers de folles énigmes !

A très bientôt,

Marion Chassin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.