Un fonds patrimonial à la bibliothèque

Nous inaugurons ici une série de billets présentant une partie de la bibliothèque qui ne vous est pas familière car inaccessible : le fonds patrimonial, anciennement dénommé fonds ancien.
Ce changement d’appellation n’est pas le fruit du hasard mais bien une volonté d’affirmer ses spécificités. Tout comme les autres domaines de la bibliothèque ce fonds a un “Préfixe” qui l’identifie : RAP = “Rares, Anciens, Précieux” qui rend compte de la diversité qui le constitue, et avec lequel l’appellation “Fonds Patrimonial” sera plus en adéquation.
La dénomination “Fonds ancien” ne peut rendre compte de la variété des éléments conservés dans une bibliothèque car elle est trop restrictive : un fonds ancien désigne des éléments définis par une antériorité, encadrés par des dates.
Or, il est de notoriété publique que les bibliothèques ont de tous temps été les récipiendaires de “matières” et “matériaux” très diversifiés.
Lieux de rassemblement, de conservation et de diffusion de la connaissance, mémoire de nos sociétés, les bibliothèques ont été choisies pour recevoir des dons, legs en plus des acquisitions plus courantes qu’elles effectuent; ce qui les a amené à gérer des éléments divers mais émanant d’une même personne ou structure.

Les bibliothèques publiques ont un double ancrage sur la conservation et l’éducation par la lecture. Pour différentes raisons le deuxième a longtemps été privilégié, et l’introduction des bibliothèques dans le Code du Patrimoine est récente. Le livre III du code du patrimoine s’applique aux bibliothèques territoriales (Bibliothèques Municipales et Bibliothèques Départementales) et aux bibliothèques de l’Etat relevant du ministère de la Culture ; il ne s’applique pas aux autres bibliothèques publiques (ni aux Bibliothèques Universitaires, qui relèvent du code de l’Education, ni aux bibliothèques de services d’archives), ni aux bibliothèques privées.

En nous référant aux définitions, aux rapports officiels et aux lois ou décrets, nous pouvons définir une typologie des documents conservés. La Charte des bibliothèques adoptée par le Conseil supérieur des bibliothèques le 7 novembre 1991 donne les définitions suivantes :

  • Par document ancien, on entend tout document de plus de cent ans d’âge. Par document rare, on entend tout document qui ne se trouve dans aucune autre bibliothèque proche ou apparentée, ou pour une bibliothèque spécialisée tout document qui entre dans sa spécialité. Le caractère précieux d’un document doit être, indépendamment de sa rareté, apprécié en fonction de sa valeur vénale, culturelle ou scientifique, en particulier pour les documents d’intérêt local ou ceux qui entrent dans la spécialité d’une bibliothèque spécialisée.
  • un document imprimé patrimonial est un document que l’on conserve ou bien un document récent que l’on acquiert dans la perspective de le conserver.
  • Par document on entend non seulement les unités bibliographiques mais des collections dont la valeur globale peut être sans rapport avec celle de chacun des éléments qui la composent. Il faut entendre aussi le document dans sa particularité dont la valeur peut être sans rapport avec celle des autres exemplaires connus.

Un document peut être rare ou précieux en fonction de critères concernant aussi bien le « contenu que le contenant » : reliure particulière, document ayant appartenu à un personnage célèbre, document portant un ex-libris, livre-objet, collection iconographique, collection thématique, leg ou don conservés par la bibliothèque dans leur intégralité pour respecter l’intégrité du don. Il peut s’agir d’exemplaires uniques ou très peu diffusés – comme les manuscrits, les dessins originaux … , les imprimés avec une spécificité comme un ex-libris, un ex-dono qui permettent de retracer l’histoire de ce livre et de ses possesseurs, livres-objets, la bibliophilie contemporaine, les collections iconographiques qu’il s’agisse d’estampes, gravures, photographies, cartes ou plans, médailles commémoratives -, ces listes ne sauraient être exhaustives.

Pour finir, revenons sur la création de ce fonds patrimonial.
L’ actuelle bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux est héritée des bibliothèques rattachées aux instituts de recherche qui composent ou ont été une composante de la MOM.
Chaque institut avait sa propre bibliothèque, et c’est au moment où il a été décidé de regrouper toutes ces bibliothèques, non seulement dans un seul bâtiment mais en refondant les collections afin de leur donner une cohérence et une cohésion d’ensemble, que le fonds patrimonial est né.
Les documents patrimoniaux ont été extraits de ces bibliothèques en fonction de critères de dates, de rareté  et en introduisant la notion de conservation comme élément primordial. Ainsi, une salle a été dédiée à ces documents en respectant les conditions de conservation prescrites telles que l’indice UV, la température et l’hygrométrie. Du matériel spécifique a été, et est toujours, utilisé car on ne saurait appliquer les mêmes protections sur une couverture actuelle que sur une reliure cuir ou parchemin. Ainsi le cuir est un matériau “vivant”, qui doit respirer et être entretenu selon des recommandations normées. (cf. sur ce point les prescriptions de la BNF : https://www.bnf.fr/sites/default/files/2018-11/entretien_cuir.pdf )
Il existe de nombreuses règles et recommandations qui encadrent les interventions, et nous utilisons les services d’une restauratrice quand les interventions ne peuvent être réalisées en interne.

Nous vous présenterons certains des documents que nous conservons  et les donateurs dans de futurs billets.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.