Stage à la MOM et télétravail, c’est possible !

Etudiante en deuxième année de master Culture de l’Ecrit et de l’Image à l’ENSSIB, amoureuse des bibliothèques devant l’éternel et future bibliothécaire et écrivaine quoi qu’il m’en coûte, c’était une évidence pour moi que de faire mon stage de 4 mois dans l’univers des livres et de leur valorisation. Il faut dire que j’ai le parcours type de la littéraire : bac L, trois ans en prépa Chartes au lycée Henri IV à baigner dans l’univers merveilleux des concours, puis une bifurcation vers le master de l’ENSSIB, l’école des bibliothécaires par excellence.

Le choix de la MOM peut sembler bizarre si on s’attarde sur mes sujets de mémoire : en première année les femmes auteures et lectrices de romans gothiques en Angleterre et en France de 1760 à 1830 (disponible via ce lien si le cœur vous en dit), et, en seconde année et donc actuellement en rédaction, le roman féminin steampunk en France ! (si vous ne connaissez pas le steampunk, je vous invite à cliquer sur ce lien qui mène à une page de mon blog personnel où j’explique tout). Et effectivement, même si ces sujets m’intéressent et que je suis d’un naturel curieux, je ne suis pas une experte ni en foyers de peuplement, ni en Antiquité, encore moins en ce qui concerne le monde byzantin.

En revanche, je sais qu’une bibliothèque est loin de se limiter à son contenu. J’avais déjà une bonne expérience avec un poste de stagiaire et contractuelle en bibliothèque municipale, et je cherchais à me rendre compte de la différence qu’il y a à travailler dans une grande bibliothèque universitaire. Or la bibliothèque de la MOM est une formidable bibliothèque, avec des fonds riche, rares et variés, et qui échange avec le monde entier ou peu s’en faut : que demander de plus ?

Ma tâche principale est d’aider les chercheurs de la MOM à pouvoir déposer leurs travaux en libre accès sur HAL, en leur constituant une liste de politiques éditoriales des revues scientifiques dans lesquelles ils publient leurs travaux. D’ailleurs, vous avez sans doute déjà reçu mon mail à ce sujet si vous êtes chercheur ou enseignant-chercheur ! J’avais un peu peur au début de ne pas savoir m’y prendre, mais en fait c’est un travail à la fois complexe et passionnant, qui tient presque parfois de l’enquête policière pour parvenir à réunir toutes les informations. J’en profite aussi pour noter quelques noms de revues en libre accès, pour ma culture personnelle ! Mon deuxième travail si tout se passe bien sera de constituer une photothèque avec les photos de la fondation de la bibliothèque de la MOM, avec l’aide de Véronique Faure.

Mais ce que j’aime énormément à propos de ce stage, c’est que je participe à toutes les tâches de la bibliothèque : catalogage, équipement des livres, rangement, accueil des lecteurs,… Non seulement c’est très enrichissant car je participe de plusieurs façons à la vie de la bibliothèque, mais cela me permet d’acquérir une expérience non négligeable.

Avec l’épidémie de Covid-19, tout a été chamboulé, comme pour tout le monde. Mais la bibliothèque n’en cesse pas pour autant de vivre, et mon stage se poursuit en télétravail dans mon petit studio ! Je continue donc mes recherches sur les politiques éditoriales, et vais bientôt commencer à travailler sur le projet de photothèque ; Nina et Marie sont toujours à l’écoute et nous communiquons régulièrement. J’en profite aussi pour vous écrire ce petit billet de blog. Le reste de mon temps est consacré à la rédaction de mon mémoire (qui avance très bien), et à la préparation au concours de bibliothèque.

Dans cette dernière optique, la bibliothèque de la MOM s’est avérée d’une aide précieuse : en effet, elle dispose pour son personnel d’un fonds de livres pour préparer les concours de bibliothécaires, ou tout simplement réfléchir sur les différents aspects du métier. Les livres abordent des problématiques très différentes (depuis le désherbage jusqu’à la communication en passant par les incendies de bibliothèques), et les revues permettent de compléter avec des cas d’actualité et d’ouverture sur les bibliothèques dans le monde. Aussi, j’ai prévu le coup, et emporté une pile imposante de documents pour pouvoir travailler sur plusieurs fronts même en plein confinement ! Il paraît que j’ai le niveau pour le concours A (conservateur et bibliothécaire), mais je me destine plutôt à un concours B territorial : je veux à tout prix garder le contact avec le livre et le public !

Mon stage n’est pas encore fini, et peut-être qu’à l’heure où vous lirez ces lignes, l’épidémie sera endiguée, et je serai de nouveau au travail dans les locaux de la bibliothèque. Croisons les doigts ! Ce stage représente pour moi une merveilleuse opportunité, j’apprends et me perfectionne chaque jour, et surtout je remercie toute l’équipe pour son accueil chaleureux et l’aide précieuse qu’ils m’apportent !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.