Courant d’OAir : de la brise au mistral

L’enquête lancée par Couperin (consortium regroupant universités et organismes de recherche français sur les questions des publications électroniques) à propos des pratiques de publication scientifique et d’open access, à laquelle tous les « publiants » sont invités à répondre jusqu’au 8 mars, nous incite à compléter notre précédent billet courant d’air.

Dans ce dernier billet sur la science ouverte, nous évoquions le Plan national pour la science ouverte présenté en juillet 2018 par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, puis le plan d’action 2019 de l’agence nationale de la recherche (ANR) mais nous n’avions pas mentionné que l’ANR est aussi devenue membre de cOAlition S et signataire du Plan S en 2018.

Coordonnée par Science Europe et soutenue par la Commission Européenne et le Conseil Européen de la Recherche (ERC), cOAlition S comprend actuellement 13 agences nationales européennes de financement de la recherche qui ont accepté de mettre en application les 10 principes du plan S pour accélérer la transition vers le libre accès complet et immédiat aux publications scientifiques

Les 10 principes, traduits ici

En bref, dès janvier 2020, le plan S propose 2 voies, pour toute publication qui résulte de recherches financées par les membres de cOAlition S :

Dans tous les cas, la diffusion devra se faire sous licence ouverte, de préférence Creative Commons CC BY

Les 10 principes s’appliquent à tous les types de publications savantes, mais il est entendu que la date du 1er janvier 2020 pour atteindre le libre accès pour les monographies et les livres peut être dépassée.

En outre, cOAlition S soutient et compte mettre en oeuvre les recommandations de la déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA)

Qui dit en résumé : [La recherche doit être évaluée selon ses mérites propres plutôt que sur la base de la notoriété de la revue (type facteur d’impact) dans laquelle les résultats de recherche sont publiés]

Le Comité français pour la Science ouverte, créé suite au plan national pour la science ouverte, a récemment formulé des préconisations pour chacun des 10 points en vue de la mise en œuvre du plan S par l’ANR. Recommandant notamment qu’il est indispensable d’envisager, outre les 2 voies indiquées plus haut, le développement d’autres voies plus innovantes, sans se focaliser sur l’hypothèse des APC (frais de publication pour un article).

Voici par exemple, le projet français Peer Community in (PCI), orienté pour le moment biologie (mais qui devrait s’ouvrir à d’autres communautés scientifiques), qui a pour but de créer des communautés spécifiques de chercheurs capables d’évaluer gratuitement dans leur champ disciplinaire des pré-prints. Soutenus par des sociétés savantes et des universités, de nombreux journaux ont déclaré leur intérêt aux PCI et les instances d’évaluation (ANR, HCERES, …) soutiennent également cette démarche.

De plus le comité a émis quelques points de vigilance  pour certains points discutables et imprécis du guide d’implémentation du plan S : comme la prise en compte des disciplines, le phasage de mise en œuvre du plan ou les licences.

Science Power

Toutes ces orientations et ces mesures devraient avoir à terme un impact dans le paysage de l’édition scientifique et les critères d’évaluation et ainsi sur vos pratiques en tant que publiant… c’est à vous de jouer.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.