Nuit de la lecture : le cadavre exquis

Au cours de la Nuit de la lecture, un certain nombre d’entre vous a participé à notre cadavre exquis. Les uns après les autres vous êtes venus compléter l’histoire d’un voyage qui débute à Constantinople, sans savoir ce qu’avait écrit vos prédécesseurs. Le résultat est pour le moins loufoque et dépaysant… 

“Lorsque j’arrivai à Constantinople, j’y trouvai mon ami Jim, il avait bien changé, il n’était plus aussi triste mais très fatigué de partir voyager en Grèce antique. Je préfère maintenant découvrir de nouvelles choses, ailleurs… Donc je loue un âne pour rejoindre la Béotie. Et là… chemin faisant, je découvre un paysage singulier fait de petits riens mais qui m’enivre. Je ne sais plus l’heure qu’il est, je jongle avec les couleurs et je joue à cache-cache au détour de chaque colline. Une explosion de sons, de saveurs et de couleurs s’ouvre alors à moi en franchissant le seuil de la Sublime Porte. Devant moi, un splendide palais ottoman, dont la façade est baignée de soleil, se tient digne et imposant. Un peu plus loin, on aperçoit sur un cheval, un vieil homme qui regarde au loin pour s’évader vers d’autres horizons et s’ouvrir au monde en parcourant de nombreux kilomètres, en mangeant des graines de tournesol et en dansant comme ce n’est pas permis jusqu’au petit matin. Un dernier verre de sangria et une biscotte beurrée, la journée pouvait débuter. L’aventure ne s’arrêtait pas là. Dans l’ombre tapis suivait depuis quelques temps un être étrange, ni homme, ni femme, ni adulte, ni enfant. Il attendait l’instant. L’instant propice où le jour devient nuit ; où le soleil devient lune ; où la surprise se dévoile… Au petit matin, il ne s’était finalement rien passé ; tout était à sa place : les arbres, les prés, les routes et les montagnes au loin. Et bizarrement, cela ne rassura pas le chef de la horde sauvage qui comptait bien à court terme montrer à ses hommes de quoi il était vraiment capable ! Il en allait de sa survie politique… Il fallait à tout prix cacher ce badge bien trop engagé politiquement. Je passais donc la soirée avec mon verre de Champagne à hauteur de ma poche de chemise sans en boire une seule goutte ! Je me suis baladée à travers la foule papotant avec les unes et les autres, dégustant des petits fours et luttant pour ne pas renverser ce verre de Champagne que je ne pouvais pas boire. La douleur ne s’en allait pas sans ravir au passage du gué les miettes éparses de ce soleil aveuglant et bienfaiteur, radieux mais désinvolte comme seul peut l’être un corps écarlate. Et pourtant que la montagne est belle.”

Un grand Merci à tous pour vos contributions !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.