Courant d’air : Science ouverte, accès ouvert, données ouvertes…

Quoi de neuf ?

Un plan national pour la science ouverte a été présenté par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, le 4 juillet 2018, à la rencontre annuelle de la ligue européenne de bibliothèques de recherche (LIBER)
Ce plan se décline en 3 axes :

  • Généraliser l’accès ouvert aux publications (rendre obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres)
  • Structurer et ouvrir les données de la recherche (rendre obligatoire la diffusion ouverte des données de recherche)
  • S’inscrire dans une dynamique durable, européenne et internationale

Un budget sera alloué à la création d’un fonds pour la science ouverte : 5,4M€ la première année et 3,4M€ la deuxième année.

Cet engagement pour l’ouverture des données de la recherche est réaffirmé par l’ANR dans son plan d’action 2019 en appelant les coordinateurs de projets à considérer la question des données de la recherche au moment du montage et tout au long du projet :

  • déposer les publications, consécutives aux projets financés, dans une archive ouverte (HAL par exemple)
  • associer un plan de gestion des données (DMP) aux projets financés à partir de 2019

De plus la commission européenne obligera le libre accès aux publications des recherches financées dans le cadre Horizon 2020 et dans certains cas l’accès libre aux données de la recherche.

Source sur le portail de la commission européenne

Vous trouverez toutes les informations spécifiques à la mise en œuvre de ce libre accès sur le portail français Horizon 2020 et pour accompagner les équipes de recherche qui soumettent un projet dans le cadre d’Horizon 2020, l’Inist-CNRS propose une série de tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche.

Sciences, données… :

Par « science ouverte », on entend une volonté de rendre les données de la recherche et ses résultats accessibles et réutilisables le plus librement possible.

« Nous n’avons rien à craindre d’être lus partout dans le monde et par tous — collègues, associations et syndicats, décideurs publics, entreprises, citoyens — afin que nos recherches, longuement et soigneusement bâties, puissent éclairer, informer et questionner »

Didier Torny, Directeur Adjoint Scientifique de l’INSHS, extrait de l’edito de la lettre d’information de l’INSHS n°55

FAIR data / 5 stars data

Le cœur de la science, ce sont les données, et pour aller vers une science ouverte, il faut tendre vers des données et des métadonnées ‘FAIR’ et ‘5 étoiles’.

Les principes FAIR comme Facilement trouvable ou Favoriser la découverte (Findable), Accessible, Interopérable et Réutilisable (Reusable)  ont été définis pour rendre les données scientifiques réutilisables. Chaque principe se décline en un ensemble de caractéristiques, que Le centre national australien des données schématise ainsi :

Source : Australian National Data Service – Training

Sur cette page, l’Institut National de la Recherche en Agronomie présente chaque principe avec ses caractéristiques, les recommandations pour mettre en œuvre chaque principe et les questions à se poser lors de la rédaction d’un plan de gestion de données.

S’orienter vers la science ouverte c’est aussi tendre vers des données 5 étoiles – des données ouvertes et liées. Selon la proposition de Tim Berners-Lee (inventeur du web), cela signifie * déposer ses données sur le web avec une licence ouverte, peu importe le format (OL), ** les publier en tant que données structurées (RE), *** dans un format ouvert et non propriétaire (OF), **** désignées avec des identifiants uniques pérennes (URI) pour qu’on puisse faire référence à vos données et enfin, *****que vos données soient liées à d’autres données pour y ajouter du contexte (LOD : Linked Open Data). C’est finalement faire ce que l’on appelle du web sémantique.

Source et informations sur le site 5 stardata

Toutefois, rendre accessible ses données et les déposer demande un gros travail de gestion et de préparation des données. De plus, selon vos droits, certaines données ne pourront être rendues accessibles. La checklist proposée ici vous permettra de balayer l’essentiel des points de vigilance. Ce questionnaire en ligne : Système expert d’aide à la decision pour diffuser les données de la recherche de M. Andro, N. Morcrette, et N. Gandon pourra aussi vous aider à identifier si vous avez le droit de diffuser vos données.

Plan de gestion de données

Pour accompagner les équipes de recherche dans l’élaboration et la rédaction d’un plan de gestion de données (Data Management Plan), étape qui sera de plus en plus demandée par vos financeurs et obligatoire pour la soumission d’un projet H2020, l’INIST-CNRS propose l’outil collaboratif DMP OPIDoR (disponible en version française ou anglaise). Nous vous recommandons chaudement les tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche et sur le plan de gestion de données.

S’auto-former

Nous vous conseillons la plate-forme d’auto-formation DoRANum, à destination des chercheurs, qui regorge de fiches thématiques et courtes vidéos très didactiques sur les données et métadonnées, de l’archivage au partage, en passant par les aspects juridiques et éthiques…

Et par chez nous ?

Concernant le dépôt des publications dans une archive ouverte, nous vous rappelons que nous organisons régulièrement à la bibliothèque des HALunch qui seront l’occasion de se retrouver pour un temps convivial de (re) découverte de la plate-forme d’autoarchivage HAL et de ses services et pour vous accompagner dans le dépôt de vos publications. Le prochain aura lieu le 18 octobre 2018. Pour plus d’infos et pour vous inscrire, suivez le lien.

La Collection HAL de la MOM compte au 20 septembre 3254 notices mais seulement 18% contiennent le texte intégral (616 documents). On vous rappelle sur cet article  Pourquoi déposer dans HAL.


Vous pouvez noter dans vos agendas : la matinée du 18 octobre à Lyon qui sera consacrée à la science ouverte dans le cadre de la semaine internationale du libre-accès. Le thème retenu cette année est « Bibliothèque et Chercheurs : la science ouverte en commun ».

L’ensemble des bibliothèques de l’Université de Lyon (dont la bibliothèque de la MOM) s’associent pour vous proposer cette matinée de conférences et d’ateliers dans les locaux de la MILC. Le programme et les modalités d’inscription se trouvent ici.


A qui s’adresser ?

N’hésitez pas à vous adresser aux personnes ressources de votre structure pour en savoir plus : informaticiens, documentalistes, bibliothécaires… Ils sont là pour vous accompagner.

Début 2018, l’axe stratégique « données de la recherche, de l’acquisition à l’archivage » a vu le jour à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, les responsables sont Julien Aliquot (HiSoMa) et Bruno Morandière (FR3747, PSIR).

Une liste de discussion a été mise en place par et pour le personnel de la MOM afin d’échanger et discuter sur le sujet des données : abonnez-vous à dataMOM_at_mom.fr

Pour un projet spécifique vous pouvez vous adresser :

Illustration du bandeau issue de l’appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.