Documentation et numérisation d’un corpus de six cent tirés-à-part

Pour compléter ma préparation aux concours des bibliothèques, j’ai effectué un stage volontaire de deux mois à la bibliothèque de la MOM. J’étais chargée d’alimenter la base en ligne « 1000 tirés-à-part Salomon Reinach » (http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/).

Cette plateforme permet à tout internaute de consulter et de télécharger des documents issus du don de la bibliothèque de Salomon Reinach, en 1937. Elle comprend les tirés-à-parts possédés par l’archéologue, c’est-à-dire des articles de revue ou des chapitres d’ouvrage ayant fait l’objet d’une réimpression isolée. La bibliothèque en possède environ sept mille en réserve ; certains sont reliés ensemble pour former des volumes, d’autres sont isolés. Quatre mille d’entre eux sont déjà accessibles sur le site.

J’ai travaillé sur les tirés-à-part isolés. Ce sont des documents fragiles, généralement imprimés entre 1820 et 1930, constitués de quelques feuilles de papier friable hasardeusement reliées entre elles. Les lecteurs ne peuvent donc pas les consulter directement : d’où l’intérêt de numériser cette collection cachée de la bibliothèque.

Ces documents sont classés, en réserve, par ordre alphabétique d’auteur. Le début de l’alphabet avait déjà été numérisé à mon arrivée : je me suis donc chargée de la fin, de J comme Jacobsthal à Z comme Zielinski, soit plus de six cent tirés-à-part.

Le traitement a lieu en deux temps :

1) La description bibliographique, effectuée sur un logiciel interne créé à la MOM. Elle consiste à identifier le document et à renseigner le titre, l’auteur, l’éditeur, la date et le lieu de publication, et à retrouver, si nécessaire et si possible, la source de l’article. J’y ajoute les éléments de description matérielle (langue, format, pagination, code barre et planches éventuelles). Cette étape s’achève par une indexation à l’aide d’une liste à plat évolutive, qui permet aux lecteurs d’effectuer une recherche par thème.

2) La numérisation, qui consiste à scanner les documents puis à traiter les fichiers numériques, notamment en les passant à l’OCR, puis à les mettre en ligne.

Ce travail m’a permis d’acquérir de nouvelles compétences en matière de traitement de document, de recherche documentaire, de dématérialisation et de stratégie de valorisation. Il permet aux bibliothécaires d’avoir un inventaire à jour et un accès facilité aux tirés-à-parts en réserve ; mais il est surtout utile aux usagers et, plus généralement, aux curieux et chercheurs de toute espèce. La plateforme offre en effet une visibilité à des documents rares (il était fréquent qu’ils ne soient pas catalogués dans le SUDOC), et permet à n’importe qui de les télécharger librement sous format PDF.

*

Ce travail était tout aussi intéressant pour ma formation universitaire en philosophie. Cette immersion dans les coulisses du savoir encyclopédique de Salomon Reinach a été l’occasion d’accumuler les connaissances insolites, fun facts, mystères archéologiques et autres punchlines de polémique intellectuelle épistolaire, pour l’heure répertoriées dans un cahier. Ce n’est pas pour rien que les Reinach étaient surnommés les frères J.S.T. (Je Sais Tout) : l’ensemble des tirés-à-part de la bibliothèque du puîné constitue un témoin de la culture érudite de la fin du XIXe et du début du XXe. J’ai découvert un contenu très varié, dans plus d’une dizaine de langues différentes (des langues européennes au latin et au grec en passant par du russe). On trouvera ici un florilège d’extraits représentatifs avec les liens vers les articles :

 

– Dans la catégorie « Art Grec », Roger Marx propose, en 1907, un parallélisme entre la carrière de Loïe Fuller et les représentations de la danse dans les arts figuratifs grecs.
Roger Marx, Une rénovatrice de la danse (Miss Loïe Fuller), Paris, Bibliothèque du Musée, 1907.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150674/MOM_TP_150674_0001/PDF/MOM_TP_150674_0001.pdf

« Danseuses de Pompéi », in Roger Marx, Une rénovatrice de la danse (Miss Loïe Fuller), Paris, Bibliothèque du Musée, 1907.

Quant à Franz Studniczka, il rend compte de manière détaillée, en 1922, de la restauration du groupe de marbre Artemis sauvant la jeune fille Iphigénie, actuellement conservé à la glyptotèque Ny Carlsberg de Copenhague.
Franz Studniczka, Artemis og Ifigeneia : En marmorgruppe i Glyptoteket, Copenhague, 1922 (en danois).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151490/MOM_TP_151490_0001/PDF/MOM_TP_151490_0001.pdf

« Artemis-Ifigenia-Gruppen », Franz Studniczka, Artemis og Ifigeneia : En marmorgruppe i Glyptoteket, Copenhague, 1922.

– Dans la catégorie « Chiffons », Nikodim Kondakov étudie la fonction, à la fois militaire et d’apparat, des vêtements des étrangers à la cour byzantine.
N. P. Kondarov, « Les costumes orientaux à la cour byzantine », Byzantion, revue internationale des études byzantines, tome 1, 1924.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150071/MOM_TP_150071_0001/PDF/MOM_TP_150071_0001.pdf

N. P. Kondarov, « Les costumes orientaux à la cour byzantine », Byzantion, revue internationale des études byzantines, tome 1, 1924.

– Dans la catégorie « Vases Antiques », Augusto Negrioli expose les vases peints et les figurines en terre cuite découvertes dans un cimetière étrusque, dans la région de Bologne.
Augusto Negrioli, « Comacchio, vasto sepolcreto etrusco scoperto in Valle Trebba : relazione provvisoria delle campagne di scavo del 1924 e del 1925 », Notizie degli Scavi, n° 7, 8 et 9, 1924 (en italien).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150135/MOM_TP_150135_0001/PDF/MOM_TP_150135_0001.pdf

« Figurine in bronzo e rhyton in terracotta », Augusto Negrioli, « Comacchio, vasto sepolcreto etrusco scoperto in Valle Trebba : relazione provvisoria delle campagne di scavo del 1924 e del 1925 », Notizie degli Scavi, n° 7, 8 et 9, 1924.

– Dans la catégorie « Littérature », Georg Karo revient sur les récits d’Hérodote, Strabon et Elien à propos d’une courtisane grecque vivant en Egypte, Rhodope. Il rappelle entre autres qu’elle serait à l’origine du conte de Cendrillon : un aigle lui aurait volé sa sandale pendant qu’elle était au bain pour la déposer aux pieds du pharaon qui promit d’épouser sa propriétaire.
Georg Karo, « Die Spiesse der Rhodopis », Journal international d’archéologie numismatique, tome 10, 1907 (en allemand).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150019/MOM_TP_150019_0001/PDF/MOM_TP_150019_0001.pdf

– Dans la catégorie « Mystères archéologiques », A. Rowe s’intéresse à l’énigmatique disque de Phaistos, découvert en 1908 à Crète et couvert de hiéroglyphes en spirale. Il suggère une origine chypriote au disque et à ses inscriptions.
A. Rowe, « The Phaestos Disk : its Cypriote origin », Transactions of the Royal Society of South Australia, vol.  43, 1919 (en anglais).
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151477/MOM_TP_151477_0001/PDF/MOM_TP_151477_0001.pdf

A. Rowe, « The Phaestos Disk : its Cypriote origin », Transactions of the Royal Society of South Australia, vol. 43, 1919.

– Dans la catégorie « Octopodes », et pour surfer sur la vogue littéraire du poulpe, M. L. Siret, après s’être intéressé à la stylisation du motif du poulpe dans l’art mycénien, étudie la signification et les représentations des remous de l’eau. Il en conclut que le succès du motif de la pieuvre tient à ce que, comme les mouvements de l’eau, il est une image du mouvement de la vie et de l’univers.
M. L. Siret, « Origine et signification du décor spiralé », 15. Congrès International d’Anthropologie et d’Archéologie Préhistorique, 4. Session de l’Institut International d’Anthropologie, 1931.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151512/MOM_TP_151512_0001/PDF/MOM_TP_151512_0001.pdf

– Dans la catégorie « Polémique d’érudits », on appréciera le différent entre Edmond Saglio (archéologue) et Emile Soldi (sculpteur et graveur), qui mettent leur art de la rhétorique au service du conflit qui les oppose dans la réalisation d’un article sur la ciselure antique. Un « buzz » fin-de-siècle…
Edmond Saglio, Réponse à un libelle intitulé « L’article Caelatura du dictionnaire des antiquités grecques et romaines, signé par M. E. Saglio », Paris, Hachette & Cie, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151033/MOM_TP_151033_0001/PDF/MOM_TP_151033_0001.pdf
Emile Soldi, Les erreurs d’un érudit : Lettre à M. E. Saglio, Paris, Ernest Leroux, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151474/MOM_TP_151474_0001/PDF/MOM_TP_151474_0001.pdf

– Dans la catégorie « Meilleur titre », on nommera Encore un objet énigmatique, d’Adrien Guébhard, extrait du Bulletin de la Société Préhistorique Française. Tout est dans l’adverbe !
Adrien Guébhard, « Encore un objet énigmatique », Bulletin de la société préhistorique française, tome 8, 1911.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150810/MOM_TP_150810_0001/PDF/MOM_TP_150810_0001.pdf

Adrien Guébhard, « Encore un objet énigmatique », Bulletin de la société préhistorique française, tome 8, 1911.

– Dans la catégorie « Meilleur Incipit », on citera sans hésitation les premières lignes de l’ouvrage de René Robine, pour le léger instant de désarroi qu’elles peuvent susciter chez le lecteur.
René Robine, Contribution à l’étude de la méthode de percussion métallique et d’auscultation combinées, Paris, Vigot Frères, 1919.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_151030/MOM_TP_151030_0001/PDF/MOM_TP_151030_0001.pdf

René Robine, Contribution à l’étude de la méthode de percussion métallique et d’auscultation combinées, Paris, Vigot Frères, 1919.

– On terminera enfin sur une catégorie créative : « Défi d’écriture estival », qui vous est proposée par S. G. Mercati. A l’instar de Macaire Caloritès, nous vous mettons au défi de rédiger, à votre tour et sur la plage, « un acrostiche alphabétique sur la vanité de la vie en 24 distiques politiques »…
S. G. Mercati, « Macaire Caloritès et Constantin Anagnostes », Revue de l’Orient chrétien, 1879.
http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/Reinach/MOM_TP_150832/MOM_TP_150832_0001/PDF/MOM_TP_150832_0001.pdf

*

Quelques missions annexes m’ont également été confiées : je me suis occupée de l’accueil des usagers, des opérations de prêt et de retour, du rangement des ouvrages, et j’ai traité un fond de thèses reçues, en 2018, par la bibliothèque. Pour valoriser le label CollEx obtenu par la bibliothèque, j’ai catalogué une quinzaine de thèses sur Chypre en Unimarc, je les ai indexées avec le Thésaurus Pactols, puis je leur ai attribué une cote LCC. L’accueil chaleureux des bibliothécaires m’a également permis de clarifier des points de culture professionnelle sur lesquels j’avais de nombreuses questions, notamment pour ce qui relève de la transition bibliographique. Je les remercie de tout cœur !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.