Souvenirs de la MOM : Retour d’expérience sur le récolement du fonds BAB

Mon stage s’est déroulé sur l’année universitaire 2016/2017 de novembre à juillet mais avec la fréquence particulière d’un jour par semaine. Cela a ses avantages et ses contraintes. Pour les contraintes, tout naturellement, cela demande une organisation différente et une tâche où je puisse être autonome : cela a été tout trouvé (et j’en ai été plus que ravie !) : c’était le moment d’effectuer, pour la première fois depuis 10 ans, le récolement du fonds BAB.
Pour les avantages, cela m’a permis de vivre un cycle complet d’une année à la bibliothèque : la période des budgets, des acquisitions, les réunions avec les chercheurs pour le choix de nouvelles acquisitions ou encore les (fameux !) travaux d’été, notamment l’étiquetage ou ré-étiquetage des ouvrages en Réserve. J’ai également fait quelques permanences au temps de la fermeture du 5 rue Raulin (un temps heureusement révolu !), mais aussi du catalogage, de l’équipement : un panorama assez complet du métier de bibliothécaire et c’était le but.
Mais ma mission principale a donc été le récolement du fonds BAB. Du fait de mon temps limité, je ne m’occupais pas du désherbage qui avait déjà commencé et qui s’est poursuivi (et se poursuit encore un peu au fil de l’eau). On a donc fait en parallèle de la place en réserve pour accueillir les ouvrages désherbés ou les doublons de BAB.
Sur le principe, un récolement est sensiblement comparable à un autre et répond à la même démarche : extraire du catalogue l’ensemble des ouvrages du fonds BAB avec les informations nécessaires à leur identification en rayon (Titre, Auteur, Cote, numéro d’inventaire, année de publication) puis comparer la liste ainsi extraite à ce qu’on trouve en rayon.
A partir de là, il a fallu s’organiser : n’étant là qu’un jour par semaine, je devais fragmenter mon travail afin de finir chaque soir et ne pas amputer le fonds de certains ouvrages pendant une semaine. Parce qu’un récolement n’est pas exempt de surprises, surtout dans un fonds de cette taille : des ouvrages avec une erreur dans la cote, mal rangés, dont la fiche en catalogue contenait des erreurs, mal localisés ou même non catalogués (rares heureusement !). Il fallait donc les retirer des rayons, faire les corrections nécessaires puis les réintégrer à leur place. Quasiment un chariot entier chaque jour !

Au fil du temps, je suis devenue assez experte en cotation LCC, voire même pointilleuse sur le rangement des livres… Mais lorsqu’on fait un récolement, le plus important est d’accepter la (dure) réalité : cela ne sera jamais parfait et cela ne peut pas l’être ! On se satisfait donc de petites (mais glorieuses !) victoires : retrouver des ouvrages manquants par exemple ! Finalement, sur le fonds BAB qui compte tout de même plus de 17000 ouvrages, moins de 0,8% restent manquants.
Pour une trentaine de jours de présence effective, terminer l’ensemble du récolement (tout en participant à la vie de la bibliothèque en parallèle) a été un réel challenge, mais qu’elle ne fut pas ma satisfaction de remettre, dans les derniers jours, le résultat du récolement terminé à Franck !

Tiffany
Mon CV sur Linkedin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.