Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île.

Les particularités de l’écriture à Paphos

Les inscriptions qui apparaissent au cours du VIIIe s. av. J.-C. à Paphos possèdent des particularités qui distinguent l’écriture qui s’est développée dans cette région de celle en usage dans le reste de Chypre. On parle de « syllabaire paphien » (caractéristique de la région de Paphos) et de « syllabaire commun » (utilisé dans le reste de l’île).

L’exemple présenté ci-dessous montre que l’écriture paphienne se caractérise par des formes particulières de syllabogrammes ainsi que par la direction dextroverse (de gauche à droite) de l’écriture.

Variante commune

Variante paphienne

Mot pa-si-le-o-se (βασιλῆος « roi ») dans deux variantes du syllabaire chypriote.

La région paphienne a livré une documentation abondante. Plus de 300 inscriptions y ont en effet été découvertes (beaucoup plus que dans les autres régions de l’île). Ce riche matériel épigraphique a permis d’effectuer une analyse des signes détaillée qui a démontré l’existence de trois types de syllabaire paphien, qui se succèdent dans le temps.

Le paphien « ancien »

Le paphien « ancien » se caractérise par une graphie déconnectée des signes qui sont très profondément gravés.

Dédicace royale en paphien « ancien » (d’après Masson, Mitford 1986 [voir bibliographie ci-dessous], pl. III)

La direction dextroverse de l’écriture est majoritaire, même si le nombre de textes écrits de droite à gauche est non négligeable. Le paphien « ancien » est attesté entre le VIIIe et le Ve s. av. J.-C.

La majorité des inscriptions en paphien « ancien » provient de deux sites : Rantidi (un sanctuaire rural de la région de Paphos) et la colline de Marcello (à Palaepaphos). Il s’agit majoritairement de dédicaces qui livrent une grande variété d’anthroponymes, dont un bon nombre de femmes dans le corpus de Rantidi, ce qui indique une fréquentation féminine du sanctuaire. Parmi le vocabulaire, on note l’apparition du mot ἶνις (« fils »), rare dans les sources grecques (où il paraît réservé au registre poétique), mais qui semble le terme officiel pour désigner à Chypre, en particulier à Paphos, le fils d’un roi.

Le paphien « moyen »

Après la révolte ionienne de 498 av. J.-C., on observe certains changements dans le syllabaire paphien, notamment dans le dessin des signes. La graphie déconnectée typique de la période précédente devient très rare. De plus, la direction dextroverse est désormais prépondérante. Ces changements de la graphie permettent de définir le paphien « moyen », attesté entre le Ve et la première moitié du IVe s. av. J.-C. Des inscriptions syllabiques, laissées par des Paphiens voyageant hors de leur île, sont attestées. Un corpus de graffites en syllabaire paphien « moyen » provient de Karnak en Égypte : ils ont été gravés sur les murs d’un temple égyptien par des mercenaires.

Graffite en paphien « moyen » sur le mur d’un temple de Karnak.
(d’après O. Masson, « Les graffites chypriotes alphabétiques et syllabiques », dans Cl. Traunecker, Fr. Le Saout, O. Masson, La chapelle d’Achôris à Karnak II, Paris, 1981, pl. IV)

Le Paphien « récent »

Enfin, des changements importants apparaissent sous le règne de Nicoclès, le dernier roi paphien. Au cours du dernier quart du IVe s. av. J.-C., on observe en effet l’émergence de nouvelles formes pour plusieurs signes. De plus, l’ancienne graphie déconnectée (en usage pour le paphien « ancien ») est à nouveau employée, avec de nouvelles variantes, dans les dédicaces royales.

Dédicace royale de Nicoclès.
(Masson, Mitford 1986 [voir bibliographie ci-dessous], pl. XXV)
La titulature royale du IVe s. av. J.-C. comporte plusieurs éléments prouvant que les derniers monarques voulaient s’inscrire dans la longue tradition royale et religieuse paphienne. L’implication de Nicoclès dans le domaine religieux s’exprime notamment par la mise en exergue de son titre de « prêtre de la Wanassa » (la « Maîtresse », c’est-à-dire la grande déesse de Paphos, connue ensuite sous le nom d’Aphrodite), une fonction héréditaire de la dynastie ancestrale des Kinyrades (ces rois locaux antérieurs à l’arrivée des Grecs). Il est possible que Nicoclès ait sciemment élaboré un style archaïsant dans ses documents officiels, à la fois dans le vocabulaire et dans la graphie, afin d’inscrire son règne dans la légitimité d’une longue tradition, à une époque où la royauté chyprioté était menacée par les ambitions d’Alexandre le Grand et de ses successeurs.

L’écriture paphienne, un marqueur d’identité

La singularité de l’écriture paphienne permet d’analyser les relations entre les royaumes chypriotes ainsi que d’identifier la présence de Paphiens en Méditerranée.

Au cours de l’époque chypro-archaïque (VIIIe-VIe s. av. J.-C.), le syllabaire paphien était également utilisé à Kourion (ville située au sud-ouest de l’île), ce qui témoigne des relations étroites entre ces deux royaumes. De plus, plusieurs objets précieux mentionnant des rois paphiens ont été découverts à Kourion (dans des circonstances, certes, obscures). Ces éléments amènent à réfléchir sur le statut politique de Kourion à cette époque et sur le rôle des monarques paphiens (royaume autonome ? soumis à l’autorité du voisin paphien ?).

Bracelet d’Etewandros, roi de Paphos, provenant de Kourion (copie).
© The Metropolitan Museum of Art

Les inscriptions découvertes hors de Chypre documentent les voyages de Paphiens : en Égypte, en Phénicie, en Cilicie et en Italie. Ces textes sont majoritairement rédigés en paphien « moyen ».

Les inscriptions en syllabaire paphien trouvées hors de Chypre

L’écriture de Paphos est demeurée différente de la variante commune du syllabaire jusqu’à la fin de son existence. De plus, le syllabaire paphien a fait preuve d’une belle résistance à l’épreuve de l’histoire. Parmi un ensemble de sceaux datant du IIe s. av. J.-C. découverts à Paphos, certains portaient encore des signes syllabiques, environ deux siècles après la disparition de ce système d’écriture. C’était donc un trait profondément enraciné dans la culture paphienne.

Indications bibliographiques (pour une bibliographie plus large voir l’article 1)

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Le dialecte grec ancien de Chypre, Berlin, 2010.

Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques. Recueil critique et commenté, Études Chypriotes 1, 2e édition, Paris, 1983.

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, T.B. Mitford, Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos, Ausgrabungen in Alt-Paphos 4, Constance, 1986.

T.B. Mitford, O. Masson, The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos 2, Constance, 1983.

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *