Souvenirs et impressions apolloniates

A l’occasion de la conférence “Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie”,  J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de partager ci-dessous quelques souvenirs sur son expérience à Apollonia :

“La mission épigraphique et archéologique française en Albanie a été fondée par Pierre Cabanes, professeur émérite de l’université de Paris X Nanterre,  en 1992 juste après l’effondrement du régime hoxhiste et l’entrée du pays des aigles dans l’ère démocratique.  En 1994, j’ai pu rejoindre son équipe et j’ai eu l’honneur de conduire les premières fouilles franco-albanaises sur le site d’Apollonia. Ce fut le début d’une grande aventure humaine autant que scientifique, aventure qui s’enrichit encore d’année en année.  Ce n’était pas la première fois que des Français fouillaient à Apollonia puisque le chartiste Léon Rey entre les deux guerres, à l’époque du roi Zog, avait dégagé les premiers vestiges de la cité. Mais c’était la première fois qu’une véritable collaboration scientifique permettait à l’Institut archéologique de Tirana de mener des fouilles d’envergure et d’intégrer pleinement la communauté scientifique internationale. D’autres missions étrangères ont suivi, l’Italie, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Grèce, plus récemment l’Allemagne et la Pologne, mais la France peut s’honorer d’avoir été la première, et qu’il me soit permis d’avoir ici une pensée pour P. Cabanes qui a bien voulu me confier la direction de la Mission en 1999 lorsqu’il décida de prendre sa retraite. La fouille a vu passer beaucoup d’étudiantes et d’étudiants  albanais accueillis ensuite en France pour un DEA puis une thèse ; ils assurent maintenant  le renouvellement de la génération de chercheurs arrivés à la retraite. Mon premier étudiant en thèse, Altin,  fut l’un d’eux et il est aujourd’hui l’un des principaux responsables de l’équipe albanaise d’Apollonia.

Depuis 1994, le pays a connu une évolution qu’il est difficile d’imaginer. Il fallait alors plus de quatre heures pour parcourir les 120 km séparant le petit aéroport de Rinas au nord de Tirana, du site d’Apollonia qui n’était accessible que par une piste en terre battue. On avait alors le temps de compter les innombrables bunkers qui bordaient les routes,  indestructibles sentinelles d’un désert des Tartares , censées arrêter une illusoire  invasion qui n’avait pour but que de maintenir un peuple fier de ses origines sous le joug  du dictateur, et la route appartenait encore aux charrettes tirées par des ânes venus d’un autre temps. Aujourd’hui l’aéroport Mère Theresa n’a rien à envier aux plus modernes des aéroports  européens, et à peine deux heures suffisent pour rejoindre le site ; les bunkers ont peu à peu disparu sous l’assaut des enfants récupérant la ferraille pour gagner quelques leks, et ont laissé la place à des stations-services et des hôtels restaurants ; les « benz » ont largement remplacé les ânes, et quelques grosses cylindrées aux vitres fumées témoignent de l’arrogance des nouveaux riches  et de l’existence d’une économie parallèle.

Les trois premières années, jusqu’à la construction de la maison de fouille inaugurée en 1996, furent difficiles mais riches d’émotions et de souvenirs : le vieux monastère désaffecté qui abritait la mission n’avait aucun confort : la cuisinière accroupie s’efforçait de cuire les plats sur des petits réchauds à pétrole ; l’eau peu potable était amenée du village par un char à bœufs qui ne pouvait assurer que trois rotations par jour ; les douches étaient froides et rares, et on était condamné à boire du vin ; l’électricité était balbutiante, et par les pluies d’orage il fallait disposer savamment les lits pour rester au sec. Et pourtant on était heureux d’être ensemble et  le banquet de fin de fouilles avec les chants polyphoniques des ouvriers dans le cloitre du monastère donnait le sentiment qu’Apollonia, pourtant abandonnée à la fin du IVe siècle, n’avait cessé de vivre. Je voudrais ici rendre hommage à tous les ouvriers de Pojani et des villages environnants qui d’année en année sont devenus d’excellents fouilleurs, et surtout ont compris, en hommes simples mais sages,  l’importance de leur patrimoine. Ce sont eux qui en 1997, année de la guerre civile dans le pays,   parfois au péril de leur vie, se sont opposés aux bandes mafieuses qui voulaient piller le site. Aujourd’hui certains sont morts ou affaiblis par l’âge,  mais les fils prennent la suite des pères, quand ils ne doivent pas partir en Italie ou en Grèce pour assurer la vie de leur famille.

Aujourd’hui la maison de fouilles dispose de tout le confort moderne ; congélateur, douches chaudes, télévision, internet. Il ne manque que le chauffage l’hiver ou la climatisation l’été ! Les ouvriers n’arrivent plus à pied, avec ce pas lent du paysan attaché à sa terre, mais en mobylette ou en voiture. Je ne suis pas sûr qu’on y ait gagné en convivialité. Les plus beaux moments restent cependant la contemplation des soleils couchants depuis la terrasse de la maison ouvrant sur l’Adriatique, tandis que la silhouette de l’unique colonne du temple de Shtyllas marquant l’emplacement du port, s’estompe peu à peu dans le crépuscule, ou, couché sur le sol pour y trouver un peu de fraicheur,  la contemplation de la voie lactée d’une extraordinaire luminosité dans le silence d’une nuit traversé seulement par le cri du vieil hibou qui a élu demeure dans les combles de la maison. Malheureusement bientôt une autoroute va déchirer la plaine à quelques centaines de mètres du site ;  le grondement sourd des véhicules couvrira le cri du hibou, et la lumière des phares obscurcira la clarté des étoiles. C’est sans doute le prix à payer pour parachever le développement économique du pays et son entrée dans l’Europe, mais il me plait de rêver que cela n’arrivera qu’au terme des quelques années qui me séparent de la retraite.”

Jean-Luc Lamboley

Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie

Le 21 novembre 2012, le cycle des conférences Jean Pouilloux accueille Jean-Luc Lamboley, professeur d’histoire et d’archéologie des mondes anciens à l’Université Lyon 2, rattaché au laboratoire HiSoMA, et directeur de la Mission épigraphique et archéologique française en Albanie.

Vous trouverez sur Theses.fr, l’ensemble des thèses qu’il a encadrées, et les jurys auxquels il a participés. Deux thèses retiennent notre attention sur la thématique que nous abordons aujourd’hui, je vous les mentionne ci-dessous :

A l’occasion de cette conférence, J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de nous présenter ses impressions sur son expérience à Apollonia. Je lui laisse la plume le temps d’un article plutôt savoureux :

Souvenirs et impressions apolloniates

De plus, j’ai effectué pour vous une sélection de ressources sur la question, complétée par J.-L. Lamboley.

Pour commencer, Il existe plusieurs cités grecques portant le nom d’Apollonia. Il est donc intéressant de resituer géographiquement Apollonia d’Illyrie, en Albanie :

Aller directement sur Google Map

Pour continuer sur notre lancée, je vous conseille de consulter les Carnets d’Archéologie du Ministère des Affaires Etrangères ou simplement la page Wikipedia sur Apollonia d’Illyrie. J’en profite, d’ailleurs, pour inciter tout chercheur ou spécialiste du site d’Apollonia à alimenter cette page, d’abord pour le bien commun, ensuite parce que Wikipedia est extrêmement bien référencé et peut vous permettre de valoriser vos articles et autres travaux de recherches (cf. les liens externes en bas de chaque page Wikipedia).

A ces quelques ressources généralistes, j’ajoute un lien vers un article du blog de l’Association Bonne Pioche sur l’expérience de fouilles d’un étudiant à Apollonia.

Pour approfondir encore la question, de manière plus orthodoxe, je vous propose de consulter notre  bibliographie en ligne sur le site web de la MOM, ou disponible en format papier à la bibliothèque.

Vous y trouverez des références documentaires pour tous les goûts : des articles de la revue Archéologia en français aux articles et ouvrages scientifiques plus poussés en français, anglais ou  italien.

Accéder à la bibliographie

Je vous joins ci-dessous les quelques ressources spécialisées accessibles en ligne :

Quelques thèses et mémoires consultés le 20 novembre 2012 sur le site de l’OhioLINK ETD Center :

Bonne lecture et surtout bonne conférence !

(N’hésitez à  nous faire part de vos retours sur la question en commentaires de cet article)

Magali Lugnot

Bibliographie : la mondialisation des minorités en Tunisie

Dans le cadre des conférences du cycle des « Voyages des Savoirs 2013-2013 » organisées par le GREMMO, l’anthropologue Stéphanie Pouessel (IRMC, Tunis), spécialiste de la politisation des cultures, des questions « raciales » et « linguistiques » au Maghreb, est intervenue, jeudi 8 novembre 2012, sur le thème de la « mondialisation des minorités en Tunisie ».

Résumé de la conférence :

Bien que d’apparence mineure, la question des « minorités » aujourd’hui en Tunisie permet d’avoir accès à deux niveaux d’analyse insécables : celui, national, de l’ouverture politique de 2011 et celui de l’internationalisation des revendications identitaires.
La libération démocratique de janvier 2011 engendre un espoir de tous les possibles auquel se raccrochent des identités jusque-là minorisées, niées ou dormantes sous l’effet censure de la dictature. Des citoyens tunisiens – noirs, berbères ou juifs – entendent inscrire leur « existence » identitaire dans les doléances du nouveau débat politique. Si la fin de l’autoritarisme permet à des citoyens nouveaux de s’exprimer, ici autour des attributs spécifiques de la couleur, de la langue ou de la religion, il s’agira dans cette intervention de saisir leurs liens à l’international et les enjeux politiques qui les conditionnent.

Podcast de la conférence ici.

 Bibliographie :

Ouvrages spécialisés

Bensaad, Ali (Dir.)
Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes : immigration sur émigration / sous la direction de Ali Bensaâd.- Paris : Karthala, 2009.- 441 p. ; 24 cm.-(Hommes et sociétés).-ISBN 978-2-8111-0164-0.
Localisation & recension

Bozzo, Anna & Luizard, Pierre-Jean (Dirs)
Les Sociétés civiles dans le monde musulman / sous la dir. de Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard. – Paris : La Découverte, 2011. – 477 p.; 25 cm. – (Textes à l’appui. Islam et société).- ISBN 978-2-7071-6489-6.
Localisé à la MOM : BAB JQ1758.A58. S6 2011
Recension

Colonna, Fanny & Le Pape, Loïc. (Dirs)
Traces, désir de savoir et volonté d’être : l’après-colonie au Maghreb / textes réunis par Fanny Colonna et Loïc Le Pape. – Arles : Sindbad, 2010. – 476 p.; 23 cm. – (La bibliothèque arabe. Les littératures contemporaines). –ISBN 978-2-7427-9132-3.
Localisé à la MOM : BAB DT197.5.F8. T7 2010
Recension

Dakhlia, Jocelyne
Tunisie : le pays sans bruit / Jocelyne Dakhlia.- [Arles] : Actes Sud, 2011.- 118 p. ; 18 cm.-ISBN 978-2-330-00122-3.
Localisation & recension

Larguèche, Abdelhamid
Les Ombres de la ville : pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIe et XIXe siècles) / Abdelhamid Larguèche. – Tunis : Centre de publication universitaire de l’université de la Manouba, 1999. – 457p. -[5]p. de pl. : ill.; 24 cm. – ISBN 9973937783.
Localisé à la MOM : BAB HN784. L3 1999

Pouessel, Stéphanie
Les identités amazighes au Maroc / Stéphanie Pouessel .- Paris : Non lieu, 2010.-ISBN 978-2-352-70087-6.
Recension

Stephanie, Pouessel .- « Les marges renaissantes : Amazigh, Juif, Noir. Ce que la révolution a changé dans ce « petit pays homogène par excellence » qu’est la Tunisie », in L’Année du Maghreb, VIII | 2012, p.143-160.
Localisé à la MOM : étages des Périodiques

Pouessel, Stéphanie (Dir.)
Noirs au Maghreb : enjeux identitaires du rapport à l’Afrique / sous la direction de S. Pouessel.-Paris : Karthala-IRMC, 2012. (Parution en décembre 2012).

Ouvrages généralistes

Honneth, Axel
La lutte pour la reconnaissance / Axel Honneth; trad. de l’allemand Pierre Rusch .- Paris : Cerf, 2000.- 232 p. ; 24 cm.- (Passages).- ISBN 2-204-06061-5.
Résumé & problématique du livre & localisation

Ndiaye, Pap
La condition noire : essai sur une minorité française / Pap Ndiaye ; préface de Marie NDiaye.- Paris : Gallimard, 2009.-521 p. ; 18 cm.- (Folio Actuel) ;- ISBN 978-2-07-036153-3.
Localisation & recension

Ces ouvrages seront prochainement disponibles à la bibliothèque de la MOM

 

1500 tirés-à-part issus des collections “Salomon Reinach” de la MOM numérisés

Ce projet, porté par le service « Bibliothèque » et la plateforme « Banque d’images et données textuelles », a pour objet la dématérialisation (gestion, numérisation, documentation et mise en ligne) de documents patrimoniaux issus du don de la Bibliothèque Salomon Reinach, libres de droits, localisés à la bibliothèque de la MOM. Ces documents sont constitués d’extraits et de tirés-à-part de revues scientifiques internationales, de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, reliés dans des volumes appelés du terme générique « tirés-à-part ».

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Contexte

Le don de Madame Reinach à l’Université de Lyon (1937) a doté la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée d’un important fonds d’étude sur l’antiquité classique comprenant de nombreux ouvrages (intégrés au catalogue de la bibliothèque de la MOM ) et de volumes reliés de tirés-à-part, actuellement en cours de numérisation.

Salomon Reinach

Les frères Reinach (Joseph, Salomon et Théodore) représentent l’élite intellectuelle et politique de la fin du XIXe siècle. Salomon Reinach, deuxième de cette fratrie, est né en 1858 à Saint-Germain-en-Laye et mort en 1932 à Boulogne-sur-Seine.

Grand érudit de la charnière XIXe-XXe siècle, il s’intéressa aux nombreux domaines que couvrent la science, l’art, et l’histoire. Il fut professeur à l’école du Louvre, archéologue, historien des religions, philologue. Il fut également membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et co-directeur de la Revue Archéologique.

Il séjourna trois années en Grèce, mena des fouilles en collaboration avec de nombreux archéologues de l’époque. Salomon Reinach ne cessa d’écrire, de publier des articles, des courriers scientifiques dans la « Gazette des Beaux-arts » ou encore le « Bulletin de correspondance hellénique ». Sa production intellectuelle fut grande : son œuvre recense près de 80 volumes et plus de 7000 articles.

Les tirés-à-parts de la bibliothèque Salomon Reinach

Le fonds des tirés-à-part de la bibliothèque S. Reinach (637 volumes reliés, soit plus de 6500 articles) présente une grande diversité quant au contenu. Ces publications internationales, écrites par des archéologues, des historiens, des épigraphistes et autres savants du XIXème siècle, adressées à Salomon Reinach, traitaient principalement d’archéologie et d’histoire ancienne mais aussi de littérature, d’éducation, de médecine, de droit législatif ou encore de politique. L’hétérogénéité de ce fonds témoigne d’une époque où la culture encyclopédique (scientifique, littéraire et politique) était encore la règle.

Ces tirés-à-part, sélectionnés et reliés par l’archéologue, sont également le reflet des relations personnelles qu’entretenait Salomon Reinach avec des savants du monde entier. Ils constituent, par ailleurs, une documentation très utile aujourd’hui pour qui travaillerait sur des problématiques liées à l’Antiquité classique car issue de revues internationales difficiles d’accès, dispersées voire oubliées. Cette documentation intéressera aussi ceux qui étudient l’histoire des sciences humaines, l’histoire des mentalités…

Objectifs

La numérisation des tirés-à-part Salomon Reinach c’est :

  • La signalisation des tirés-à-part, actuellement absents du catalogue informatisé de la bibliothèque.
  • La conservation : créer un support de substitution et permettre la consultation de documents fragiles, améliorer la conservation, disposer d’une qualité qui devrait satisfaire les utilisateurs et qui ne demande pas de faire appel à la consultation de l’original, sauf demande exceptionnelle.
  • La diffusion et consultation à distance : mise en ligne sur Internet pour toucher un public plus vaste et gagner du temps dans la recherche.
  • La valorisation de la bibliothèque, du fonds Salomon Reinach, de la collection de tirés-à-part mal connue.
  • Le public visé est : les spécialistes, les universitaires et les étudiants.

Méthodes

La chaîne de dématérialisation c’est :

La préparation matérielle et documentation initiale

Cette étape consiste à décrire de façon fine (page à page) les fascicules à numériser. Elle devra en particulier permettre d’identifier tous les tirés-à-part constituant un fascicule et/ou d’identifier les pages nécessitant un traitement particulier. Cette étape est particulièrement sensible puisque les données qui en sont issues sont utilisées pour : piloter l’étape de numérisation / amorcer la gestion de la qualité / documenter les champs d’identification de l’article (Auteur / Titre / Date / etc…) afin de constituer la « table des matières virtuelle » du fascicule.

La production

L’étape de production couvre tous les traitements réalisés par la plateforme technologique, de la prise en charge des fascicules à numériser, dès que la documentation initiale est terminée, jusqu’à la mise à disposition des images numérisées sur le réseau Internet.

Numériser: ensemble des traitements permettant la mise à disposition des ressources numériques (images et textes associés) notamment traitements et amélioration d’image, contrôle qualité, cohérence et complétude des données numérisées, OCR.

Sauvegarder : préservation sur l’espace de stockage temporaire, des données courantes de traitement (bruts de scan + fichiers OCR). Ces données sont accessibles notamment par des robots assurant un retraitement des informations. Transfert, à l’issue du processus, de l’information vers un espace de stockage cumulatif pour l’opération en vue de son archivage ultérieur.

La validation éditoriale

Cette étape consiste à faire un bilan global et une analyse qualitative du travail de documentation et de production en vue de leur validation. Le responsable du corpus dispose d’un outil permettant de vérifier, corriger et valider les différents types d’information :

  • documentation des unités bibliographiques.
  • traitement des demandes de « renumérisation » de pages éventuellement problématiques.

Lorsque chacun de ces aspects est entériné, une validation globale est accordée au traitement de chaque fascicule. Cette validation vaut « bon pour diffusion » sur le portail.

Diffusion Web & archivage

La mise en ligne est effective depuis le 26 octobre 2012; les travaux en cours concernent la diffusion par le protocole OAI pour le moissonnage et la plateforme d’archivage locale. Ultérieurement, une liaison avec le futur catalogue de la bibliothèque (Koha) de la bibliothèque de la MOM sera effectuée.

Matériel et moyens humains dédiés au projet

Matériel informatique utilisé dans l’opération : deux stations d’acquisition, 1 scanner Recto / Verso Futjitsu fi-6770, 1 scanner « patrimonial » OS 1400, 2 stations pour le traitement d’image et l’OCR, 1 NAS de production. Le matériel a été acquis sur les budgets de l’USR.

La première phase du projet a mobilisé une stagiaire qui, pendant un mois, a lancé la documentation des tirés-à-part. Un vacataire a été ensuite embauché pendant cinq mois (300 tirés-à-part/mois) pour finaliser la documentation du corpus des tirés-à-part sélectionnés, pour les numériser, effectuer les traitements d’images et l’OCR.

Une vacataire a récemment été recrutée pour poursuivre la documentation et la numérisation des recueils de tirés-à-part « moyen » format restants (environ 300) et commencer le traitement des « petits » formats.

Toute la partie technique (numérisation, traitements, validation technique) est pilotée par la plateforme « Banque d’images et données textuelles ». Les aspects documentaires (sélection et préparation du corpus, suivi de la documentation, validation éditoriale…) sont gérés par le service « Bibliothèque ».

Réalisation

Sur les 6500 tirés-à-part « S. Reinach » recensés, 1500 (54000 pages) ont été, pour l’instant, documentés, numérisés, traités, validés et mis en ligne. Les articles sont consultables au format « pdf » et librement téléchargeables et imprimables.

Ce qu’il reste à faire

Les recueils de tirés-à-part « S. Reinach » qui restent à traiter, environ 500 (près de 5000 articles), sont de petits formats et par conséquent difficilement manipulables et numérisables en l’état. Nous ne sommes pas, pour l’instant, équipés d’un périphérique capable de traiter ce type de documents qui assurerait un rendement compatible avec une numérisation quantitativement satisfaisante.

Par ailleurs, des améliorations seront entreprises au niveau de l’interface de recherche afin de le rendre notamment plus ergonomique et plus performant. Un accès aux articles par thèmes est aussi envisagé.

Contacts

Patrick Desfarges & Franck Capisano

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Merci à ceux qui ont participé et qui participent à ce projet :

Véronique Lacroix, Maryam Zahmoul, Aline Langlois, Gaspard Vernay, Rachelle Moutamalle, Wei Huangfu.

Bibliographie : La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments

A l’occasion de la conférence « La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments» donnée le 24 octobre 2012, dans la cadre des Conférences du Cycle Jean Pouilloux, Histoire et Archéologie, par M. Jean-Michel Mouton, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE – Paris), la bibliothèque de la MOM vous propose une sélection d’ouvrages et d’articles disponibles, en grande partie, dans ses collections.

Podcast de la conférence de Jean-Michel Mouton ici

Bibliographie sélective et localisation des ouvrages et d’articles à la bibliothèque de la MOM :

Bianquis, Thierry
Damas et la Syrie sous la domination fatimide (369-468/969-1076) : essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales / Thierry Bianquis. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1986. – 2 vol., XXII-387-413 p.; 25 cm
Bibliogr. p. 706-740. Index p. 745-793.
BAB   DS97.3. B41 1986

Berthier, Sophie, El-Ajji, Edmond. Directeurs de la publication
Etudes et travaux à la citadelle de Damas : 2000-2001 : un premier bilan / sous la direction de S. Berthier et E. El-Ajji. – Damas : Institut français de Damas, 2002. – 170  p. : ill. en noir; 28 cm.
Titre de couverture : Citadelle de Damas. – Bibliogr. – ISBN 2-901315-73-9.
In : Bulletin d’études orientales – Supplément- 2001-2002 – 53-54.

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).-ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Degeorge, Gérard
Damas : perle et reine d’orient / Gérard Degeorge. – Paris : Flammarion, 2005. – 320 p. : ill. en noir et en coul.; 32 cm. – (Patrimoine & civilisation).
Gloss. p. 312. Bibliogr. p. 313-314. Index p. 315-318. – ISBN 2-08-011090-X.
BAB   DS99.D3. D4 2005

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).- ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Écochard, Michel (1905−1985), Le Cœur, Claude (1906−1999)
Les bains de Damas : monographies architecturales / Par Michel Écochard et Claude Le Cœur. – Beyrouth : Institut Français de Damas, 1941-1942. – 2 vol., 57 p. : ill. ; 33 cm. (Institut Français de Damas ; 1).
Tome 1
Tome 2

Flood, Finbarr Barry
The Great Mosque of Damascus : studies on the making of an Umayyad Visual Culture / by Finbarr Barry Flood. – Leide : E. J. Brill, 2001; Boston; Cologne. – XX-330 p. -[33]p. de pl. : ill. en noir; 25 cm. – (Islamic History and Civilization. Studies and Texts ; 33).
Bibliogr. p.255-318 -Index p.319-330. – ISBN 90-04-11638-9
BAB   NA5989.7.D2. F55 2001

Hanisch, Hanspeter
Die Ayyûbidischen Toranlagen der Zitadelle von Damaskus : ein Beitrag zur Kenntnis des mittelalterlichen Festungsbauwesens in Syrien / von Hanspeter Hanisch. – Wiesbaden : L. Reichert, 1996. – XIV-168 p.: ill.; 24 cm.
Bibliogr. p.XIII-XIV. Index p.137-138. – ISBN 3-88226-886-7.
BAB   NA1489.7.D3. H3 1996

Le Tourneau, Roger. (1907-1971)
Damas de 1075 à 1154 : traduction annotée d’un fragment de l’Histoire de Damas d’Ibn al-Qalânisî / Roger Le Tourneau. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1952. – XXI-376 p. : ill.; 25 cm.
BAB   DS99.D3. L4 1952

Mouton, Jean-Michel
Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154) : vie politique et religieuse / Jean-Michel Mouton. – Le Caire : Institut Français d’Archéologie Orientale, 1994. – 418 p.; 28 cm. – (Textes arabes et études islamiques ; 33).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7247-0149-6 ;
BAB   DS35.42. T4 vol.33

Pouzet, Louis
Damas au VIIe/XIIIe siècle : vie et structures religieuses d’une métropole islamique / Par Louis Pouzet. – Beyrouth : Dar el-Machreq, 1991. – 528 p.; 25 cm. – (Recherches. Série A, Langue arabe et pensée islamique ; 15).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7214-6004-8 ;
BAB   DS99.D3. P6 1991

Sack, Dorothée
Damaskus : Entwicklung und Struktur einer Orientalisch-Islamischen Stadt / Dorothée Sack. – Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1989. – XIII-142 p.-32 p.de pl.: ill.; 32 cm + 12 cartes. – (Damaszener Forschungen ; 1).
Bibliogr., index. – ISBN 3-8053-0977-5.
BAB   DS99.D3. S3 1989

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Les Monuments historiques de Damas / Jean Sauvaget. – Beyrouth : Impr. catholique, 1932. – 116 p. – [6] p. de pl. h.-t. : ill.; 26 cm.
Bibliogr. p. 107-108
Accès à l’ouvrage numérisé.
BAB   NA1489.7.D3. S3 1932.

Sauvaget, Jean. 1901-1950, Directeur de la publication
Les monuments Ayyoubides de Damas / J. Sauvaget, Michel Ecochard, J. Sourdel.- De Boccard, 1938-1950.- 4 vol., [460] p. : ill. ; 31 cm.
Tome 1

Tome 2
Tome 3
Tome 4

Sauvaget, Jean. 1901-1950
La citadelle de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [1-75] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Esquisse d’une histoire de la ville de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [187-258] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Le Plan antique de Damas / J. Sauvaget. – Paris : P. Geuthner, 1949. – P. 315-358 : plans en noir; 29 cm
Extrait de : “Syria”, XXVI, fasc. 3-4, 1949, p. 314-358

The Umayyad Mosque in Damascus : Texts and Studies / collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in  collaboration with Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, Johann Wolfgang Goethe University, 2008. – 337 p.-63 p. de pl. : ill.; 25 cm. – (Publications of the Institute for the History of Arabic-Islamic Science. Islamic Architecture; 6)
Comprend : G. Marçais: La Mosquée d’el-Walîd à Damas et son influence sur l’architecture musulmane d’Occident. (1906) ; A.C. Dickie: The Great Mosque of the Omeiyades, Damascus. (1897) ; R.P. Spiers: The Great Mosque of Damascus. (1897) ; R. Dussaud: Le temple de Jupiter Damascénien et ses transformations aux époques chrétienne et musulmane. (1922) ; H. Lammens: Le calife Walîd et le prétendu partage de la Mosquée des Omayyades, à Damas. (1925) ; E. de Lorey, M. van Berchem: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1929) ; E. de Lorey: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1931) ; E. de Lorey: L’hellénisme et l’Orient dans les mosaïques de la Mosquée des Omaiyades. (1934) ; M. van Berchem: Notes archéologiques sur la Mosquée des Omeyyades. (1937-1938) ; M. Canard: L’Empereur Philippe l’Arabe fut-il un des constructeurs du temple de Jupiter Damascénien, future Grande Mosquée de Damas? (1945) ; K.A.C. Creswell: The legend that al-Walîd asked for and obtained help from the Byzantine emperor. A suggested explanation. (1956) ; H.G. Franz: Architekturdarstellungen auf den Mosaiken der Omayyadenmoschee in Damaskus und die frühislamische Baukunst. (1959) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Ishâm fî dirâsat al-Gâmi’ al-umawî bi-Dimasq. 2. Sahn al-Gâmi’. (1963) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Fusaifisâ’ al-Gâmi’ al-umawî. (1960). – ISBN 978-3-8298-9107-3.
BAB   NA380. ISLARC vol.6

Fourchette et bibliothèque

La semaine du goût

La 23ème édition de la Semaine du goût se déroulera du 15 au 21 octobre 2012. Durant cette semaine, différents partenaires, tels que les Ministères de l’Education Nationale et de l’Agriculture, la Collective du Sucre, l’Association Française des Maîtres Restaurateurs,…se sont associés pour faire redécouvrir aux petits et grands la diversité des goûts, la qualité des aliments et les plaisirs gustatifs.

A l’occasion de cette manifestation, la bibliothèque de la MOM vous propose une petite sélection d’ouvrages récents sur le thème de l’alimentation dans le monde méditerranéen de la préhistoire à nos jours. Continuer la lecture de Fourchette et bibliothèque

L’Orient en photographies sur le Net

Vous souhaitez illustrer une page web, un article, un dossier, une affiche, un mémoire avec des images, si possible libres de droit, en lien avec le monde arabo-musulman, les ressources visuelles ne manquent pas sur le Net. Toutefois, afin de gagner un peu de temps, nous vous proposons une sélection de sites qui proposent la consultation, et parfois le téléchargement, de riches collections de photographies numérisées sur l’aire culturelle arabo-musulmane.

Ces sites, dans leur grande majorité académiques (bibliothèques, musées, fondations…), sont fiables, bien documentés et régulièrement mis à jour. Vous y trouverez des photographies (et parfois des cartes postales, des dessins, des plans…) d’expéditions, de monuments architecturaux, de sites historiques et archéologiques, de paysages, de scènes de la vie quotidienne, de groupes ethniques, d’événements historiques, d’objets…

Un nombre important de ces images sont anciennes (XIXe-début XXe s.) offrant ainsi une source d’informations de premier ordre aux historiens, archéologues et aux historiens de l’art qui travaillent sur le Proche et le Moyen-Orient.

A noter que toutes les illustrations ne sont malheureusement pas téléchargeables dans des formats qui permettraient leurs exploitations ultérieures. Et quand elles le sont, bien vérifier qu’elles soient libres de droits.

ArchNet – Images
Le portail « ArchNet » est géré par la fondation Aga Khan Trust for Culture . Il fédère des ressources en ligne (photographies, ouvrages, revues…) en lien avec la civilisation islamique dans ses aspects architecturaux et artistiques. On y trouve notamment des collections de milliers de photographies anciennes et récentes
La recherche se fait par collections de photographies, par pays, par style architectural, par type de bâtiment, par date… ou par moteur interne. Les photographies sont facilement téléchargeables et bien documentées.

Middle East Pictures
Il s’agit là d’une collection de belles photographies à connotation historique (monuments, vie quotidienne, sites archéologiques, évènements historiques, expéditions…) des années 1880 à 1930 issues des archives de l’American Colony in Jerusalem  et conservées en partie à la Library of Congress  de Washington.
La recherche se fait par thèmes ; peu de documentation sur les photos et navigation pas très ergonomique. Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

MIDEASTIMAGE
Ce remarquable site est une déclinaison du portail « CreativeSyria » créé par le Syrian Cultural Center in Montreal, initiative indépendante qui propose de nombreuses ressources sur la Syrie ancienne et contemporaine.
Il s’agit d’une exceptionnelle collection de photographies, cartes postales, dessins (vie quotidienne, urbanisme, monuments, événements historiques, groupes ethniques…) du XIXe-début XIXe s. sur le Levant, l’Asie mineure, la Mésopotamie, l’Égypte…
Toutes les photographies sont documentées ; la navigation est possible par thèmes ou par recherche détaillée. Possibilité de récupérer les images (en basse résolution) ou de les envoyer par courrier électronique.

Arab Image Foundation
Le but de cette fondation libanaise est de recueillir, préserver et étudier les photographies du Moyen-Orient, du Maghreb et de la diaspora arabe du XIXe s. à nos jours. Plus de 400000 photographies sont disponibles (monuments, sites archéologiques, vie quotidienne, événements historiques, portraits…) ; un grand nombre est téléchargeable.
L’inscription gratuite au site permet de bénéficier de fonctions avancées (agrandissement, légende…)..

Discover Islamic Art – Virtual Museum
Le portail « Musée sans frontière » vous propose ici une visite virtuelle des grands lieux de l’histoire de la civilisation islamique illustrée par des textes explicatifs, de nombreuses photographies de monuments ou de sites historiques, une sélection représentative d’objets d’art et des expositions virtuelles.
Ce musée virtuel couvre les différentes dynasties et cultures islamiques du bassin Méditerranéen depuis les débuts de la conquête arabe jusqu’à la chute de l’Empire ottoman. Il y a un moteur de recherche interne.

Ashmolean Museum – Creswell Photographic Archive
L’Ashmolean Museum of Art and Archaeology  propose la consultation en ligne de la collection de négatifs de l’historien de l’art islamique, K.A.C Creswell. Ces photographies ont été utilisées en partie pour illustrer deux de ses plus importants ouvrages, Early Muslim Architecture (1932) et Muslim Architecture of Egypt (1952), qui font, notamment partie, des collections de la bibliothèque de la MOM.
Ce fonds de photographies (des années 20-40) bien documentées est dédiée à l’architecture islamique, et plus particulièrement en Egypte et au Levant.
La recherche est possible par liste de pays, villes/sites, type de bâtiment ou par moteur interne.

Middle East & Islamic Photographs – Harvard College Library
La « Fine Arts Library » de l’Université d’Harvard possède une collection de plus de 150000 photographies (XIXe-XXe s.) et de cartes postales (1890-1930) sur l’art et l’architecture islamiques ainsi que des vues ethnographiques du Moyen-Orient. Ces fonds photographiques sont issus de collections privées d’historiens de l’art, de musées et de laboratoires de photographes.
Ces collections ont été partiellement numérisées et sont consultables via le catalogue des ressources visuelles de  l’Université d’Harvard . Les vignettes du catalogue sont bien documentées ; l’accès à des images récentes en haute résolution est malheureusement restreint.

Thesiger Collection – Pitt Rivers Museum
Collections de milliers de photographies du musée d’ethnographie et d’archéologie (Pitt Rivers Museum) de l’Université d’Oxford  (GB). La plus importante est celle de l’explorateur et écrivain britannique Wilfred Thesiger (1910-2003) dont les régions couvertes sont le Proche-Orient, l’Arabie, l’Inde, le Pakistan, l’Afrique … Il s’agit de scènes de la vie quotidienne, de paysages, de sites… ; les photographies sont bien documentées. Recherche possible par collections, pays/régions et moteur de recherche interne.
Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

Bibliothèque numérique de l’IFPO
Parmi les fonds numérisés de l’Institut Français du Proche-Orient, la photothèque contient plus de 20000 images (sites archéologiques, monuments, paysages…) en accès libre et gratuit.
On peut faire une recherche multicritères sur tous les fonds numérisés. Les collections sont hébergées par la plateforme E-corpus.

The Max von Oppenheim photo collection
Elle compte quelques 13000 photographies (monuments, paysages, vie quotidienne, fouilles archéologiques, objets archéologiques…) de l’explorateur et diplomate Max von Oppenheim (1860-1946). Elles ont été prises au cours de ses expéditions (1899, 1911 et 1939) en Asie mineure, au Levant et en Mésopotamie et lors de fouilles archéologiques (Tell Halaf, 1911-1929).
Il est possible d’opter pour une recherche thématique ou par collection ; les photographies sont facilement consultables mais ne sont pas utilisables gratuitement… On peut acheter les photos en haute résolution.

Orientalist Photography (Getty Research Institute)
Parmi les nombreuses collections de photographies numérisées du Getty Research Institute (Los Angeles), on trouve, entre autres, le fonds de photographies “orientalistes” rassemblées par Ken & Jenny Jacobson, marchands d’art et photographes britanniques. Ces 4500 photographies (études architecturales, vie quotidienne, paysages…) ont été prises entre 1843 et 1920 au Moyen-Orient et au Maghreb.
Il y a un moteur de recherche interne ; les images sont facilement récupérables.

Brooklyn Museum: Libraries and Archives
Le Brooklyn Museum propose, parmi ses nombreuses collections, un accès à plus de 100000 photographies (XIXème-début XXème s.) numérisées. La Goodyear Archival Collection est la plus fournie en images sur le Moyen-Orient.
On accède aux images par un classement thématique ou par un moteur de recherche interne. Les photographies sont téléchargeables.

Photographic archive of Machiel Kiel
Il s’agit ici des archives photographiques de Machiel Kiel du Netherlands Institute in Turkey (NIT) à Istanbul, soit, pour l’instant, 1300 images sur l’architecture ottomane dans les Balkans prises entre les années 60 et 90.
La recherche s’opère par pays puis par ville/région.

Bibliothécaires, étiez-vous aux JABES 2012 ?

Les journées de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) 19-20 juin 2012.

Durant ces deux jours, l’ABES a présenté ses nouveaux services et ses dernières applications :

le portail des thèses françaises

les licences nationales

– la refonte du site web de l’ABES,…etc.

Continuer la lecture de Bibliothécaires, étiez-vous aux JABES 2012 ?

Bibliographie : La piraterie en Méditerranée antique

Photo : Service Communication - MOM

 

A l’occasion de la conférence “La piraterie en Méditerranée antique” donnée le 7 décembre 2011 par M. Pascal Arnaud, professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire HiSoMA, la bibliothèque de la MOM vous propose une sélection d’ouvrages disponibles dans ses collections. Continuer la lecture de Bibliographie : La piraterie en Méditerranée antique

Rechercher des articles de revues SHS sur le net en texte intégral

Les revues scientifiques sont la principale source d’information documentaire dont disposent les étudiants et les chercheurs. La référence bibliographique identifiée, le chercheur ou l’étudiant n’est plus obligé de se déplacer en bibliothèque pour consulter l’article. Comment consulter un article de revue de son bureau ? Quelques pistes…

Continuer la lecture de Rechercher des articles de revues SHS sur le net en texte intégral

Mise en valeur de la bibliothèque Victor Loret

Photo : Magali Mathey

Victor Loret (1859-1946) fait partie des premiers égyptologues français, dans la lignée de Jean-François Champollion. Archéologue, il est à l’origine de la découverte des tombes royales de Thoutmosis III et d’Amenhotep II.

Continuer la lecture de Mise en valeur de la bibliothèque Victor Loret

Le troc des livres ou le service des échanges de publications

Photo : Nicolas Giraud

Nous enrichissons et développons les collections de la bibliothèque de la Maison de l’Orient par l’achat de documents, la réception de dons et enfin par les échanges de publications.

En quoi consistent les échanges de publications ? Continuer la lecture de Le troc des livres ou le service des échanges de publications

DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM

Afin de répondre à sa mission de diffusion et de partage du savoir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée met à la disposition du grand public ainsi que d’un public plus averti de professionnels et de spécialistes, un site de consultation d’ouvrages numérisés, consultables en mode image ou téléchargeables en format PDF intégrant la recherche en texte intégral. Continuer la lecture de DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search