Archives de catégorie : Ressources en ligne

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (I)

drapeau

Nul n’ignore que le monde arabe est secoué depuis deux ans par des bouleversements politiques, sociaux, économiques et culturels sans précédent. Les « révolutions arabes » appelées aussi « Printemps arabe » ont fait logiquement couler beaucoup d’encre dans le champ de la recherche en Science Humaines et Sociales.

Nous vous présentons ici, sur le thème des révoltes arabes, une sélection, non exhaustive, de ressources documentaires de qualité (articles de revues, ouvrages, carnets de recherche…) pour la plupart disponibles sur le Net. L’essentiel de cette production scientifique est consultable sur les portails Cairn et OpenEdition. La consultation de Cairn nécessite toutefois une identification via un accès proposé par une bibliothèque universitaire abonnée au portail (SCD Lyon 2, Lyon 3, Bibliothèque Diderot de Lyon…).

Pour des raisons pratiques et afin d’élargir, auprès d’un plus large public, l’audience des diverses analyses des événements qui ébranlent l’aire culturelle arabo-musulmane, nous avons privilégié la production scientifique francophone.

D’autres plus courageux auront à cœur de proposer une sélection ouverte sur la production scientifique internationale notamment anglo-saxonne à l’instar des bibliographies proposées par « The Project on Middle East Political Science (POMEPS) » ici et .

La bibliographie est organisée en trois parties. La première, la plus volumineuse, comprend une sélection d’articles de revues, consultables en ligne, classés par ordre chronologique (articles parus en 2011 puis en 2012) suivant deux axes, les articles généralistes sur le « Printemps arabe » et par pays. Dans la mesure du possible, les références bibliographiques sont complétées par un résumé de l’article, ou à défaut par son plan, afin d’éclairer le lecteur sur le contenu.

La deuxième partie recense quelques références bibliographiques complémentaires (numéros spéciaux de revues, ouvrages) dont le texte intégral n’est pas forcément consultable en ligne. Les ouvrages que possède la bibliothèque de la MOM sont présents dans cette bibliographie sélective.

Enfin, la troisième partie est une sélection d’articles de spécialistes sur les « révolutions arabes » publiés dans les carnets de recherche de la plateforme « hypothèses.org ». Ces articles proposent, sur les révoltes arabes, un éclairage décalé et pertinent qui complète parfaitement les articles plus académiques de la première partie.

Nous essayerons de compléter cette bibliographie au rythme des prochaines parutions d’articles ou d’ouvrages sur cette problématique.

Bonne lecture.

Articles généralistes sur le « printemps arabe »

2011

Samir Amin « 2011 : le printemps arabe ? », Mouvements 3/2011 (n° 67)
L’année 2011 s’est ouverte par une série d’explosions fracassantes de colère des peuples arabes. Ce printemps arabe amorcera-t-il un second temps de « l’éveil du monde arabe » ? Ou bien ces révoltes vont-elles piétiner et finalement avorter – comme cela a été le cas du premier moment de cet éveil évoqué dans mon livre L’éveil du Sud. Dans la première hypothèse, les avancées du monde arabe s’inscriront nécessairement dans le mouvement de dépassement du capitalisme/impérialisme à l’échelle mondiale. L’échec maintiendrait le monde arabe dans son statut actuel de périphérie dominée, lui interdisant de s’ériger au rang d’acteur actif dans le façonnement du monde.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-3-page-135.htm. 

Sarah Ben Néfissa « Révolution arabes : les angles morts de l’analyse politique des sociétés de la région », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Les soulèvements qui ont conduit à la chute des deux présidents tunisien et égyptien et qui agitent aujourd’hui les pays de la région ont provoqué la surprise non seulement de l’opinion internationale mais également des milieux académiques, en France notamment. Cet étonnement pose le problème de certains angles morts de la recherche scientifique sur la région. Si la focalisation des sciences politiques françaises sur l’islamisme a souvent été dénoncée avec raison, par contre les interprétations conformistes et littéralistes des analyses portant sur les pactes sociaux et politiques à la base du phénomène autoritaire et sa consolidation dans le cadre de la globalisation démocratique dans la région n’ont pas suffisamment été mises en exergue. Une de leurs conséquences a été de faire du « mouvement social » un objet de recherche illégitime, malgré son importance accrue ces dernières années dans les pays de la région. Or ces analyses demeurent pertinentes pour interroger les processus politiques futurs de ces pays et également pour comprendre les spécificités plus « civiles » que strictement politiques des révolutions tunisienne et égyptienne.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-75.htm.

Fawzia Zouari « Réjouissez-vous des révoltes arabes », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Pourquoi nous réjouir ? : Les révoltes actuelles battent en brèche nombre d’idées reçues… ; Les révoltes en cours ont désigné clairement les symptômes de la « maladie arabe ».- Qui pourrait se réjouir en premier lieu des changements annoncés ? : Les démocrates et les républicains, à coup sûr… ; La Société civile, les tenants des droits de l’Homme et les médias ; Les femmes… ; Les jeunes, aussi… ; Une étonnante « révolution dans la révolution »….- Les Arabes, l’Occident et Israël : L’Occident qui a pactisé avec les autoritarismes arabes se réjouira-t-il des révoltes actuelles ? ; Israël et les Palestiniens ; Un dernier constat.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-193.htm. 

Jean-François Coustillière « Les forces armées dans les révoltes arabes », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Le « printemps arabe » a montré combien les schémas transitionnels régionaux se devaient de pouvoir compter sur les armées afin de maintenir une stabilité. Cela étant dit, quelle vision ont les armées, occidentales en l’occurrence, des évolutions régionales ? L’auteur revient sur cette question, avant que de rappeler que, entre autres conditions, les armées occidentales seraient bien inspirées de relever le niveau de leur coopération avec leurs homologues de la Méditerranée si elles souhaitent assister à des réussites exemplaires.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-67.htm. 

Manuel Manrique « Réseaux sociaux et médias d’information », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
On a souvent présenté les médias et les réseaux sociaux comme étant l’une des conditions sine qua non pour la favorisation du « Printemps arabe » et des processus révolutionnaires en général. Or, l’auteur souligne ici que, bien qu’important, le rôle des NTIC ne doit pas pour autant être exagéré. Ceux-ci sont un potentiel catalyseur pour les soulèvements de la région, certes ; mais dans le même temps, ils accompagnent les processus et leurs aboutissements bien plus qu’ils ne les provoquent.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-81.htm. 

Bertrand Badie « Printemps arabe : un commencement », Études 7/2011 (Tome 415), p. 7-18.
Le printemps arabe a mis en mouvement des sociétés qui ont été longtemps apparemment immobiles. Si ces sociétés semblent suivre un chemin commun, il faut pourtant insister sur leur extrême variété. Très différents eux aussi, les régimes contestés se rejoignaient sur un autoritarisme jugé acceptable au nom de la sécurité régionale et internationale.
www.cairn.info/revue-etudes-2011-7-page-7.htm.

« Révolutions arabes : les enjeux d’une recomposition régionale », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011
Table ronde organisée le 18 mai 2011 animée par Pénélope Larzillière, sociologue, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) avec : Khadija Mohsen Finan, politologue, maître de conférences et chercheur à l’Institut Europe/Maghreb/Méditerranée de l’Université Paris VIII, Latifa Tayah-Gueneau, responsable de programme à l’Institut Panos Paris (IPP), Ali Bensaad, géographe, maître de conférences à l’université de Provence et enseignant-chercheur à l’Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam), Djawad Guerroudj, médecin, Médecins du Monde (MdM), Karim Pakzad, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), Rachid Lahlou, président du Secours islamique France (SIF).
http://humanitaire.revues.org/index930.html

Caroline Abu-Sada et Benoît Challand « Les relations entre acteurs associatifs et État, clé de compréhension des révolutions arabes », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011.
La nouvelle donne créée par le « printemps arabe » de 2011 puise au cœur des relations entre les associations, les ONG et les États. En effet, la majorité des pays arabes faisaient face, et depuis longtemps, à une pression grandissante de leur population en partie due à la transformation en profondeur du secteur associatif. Rédigé en grande partie avant le début de cette accélération des mobilisations contre les régimes en place, un ouvrage collectif dirigé par Caroline Abu-Sada et Benoît Challand regroupe six études qui, à la lumière des récents événements, permettent de mieux les comprendre.
http://humanitaire.revues.org/index931.html

Nader Vahabi « Pour une introduction au forum sur le «Printemps arabe» », Cultures & Conflits 3/2011 (n° 83)
Définition et nature de la révolution ; Les similarités et les divergences du monde arabe ; Le duo de la transition démocratique et de la justice sociale ; Les acteurs, les partis politiques, les syndicats et les jeunes ; L’armée et l’État ; Le rôle des mouvements islamistes ; Les acteurs, les jeunes apolitiques ; La diaspora et le flux migratoire.
www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2011-3-page-101.htm.

Hamit Bozarslan « Réflexions sur les configurations révolutionnaires tunisienne et égyptienne », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Pourquoi est-ce en Tunisie puis en Égypte que la contestation des régimes autoritaires dans le monde arabe est allée jusqu’à son terme ? Si le processus révolutionnaire est désormais amorcé dans de nombreux pays, rien ne garantit, dans un avenir proche, qu’il aboutisse à d’autres changements de régime. Il y a en tout cas une spécificité des contextes socio-politiques de la Tunisie et de l’Égypte qu’il convient de bien identifier si nous voulons mieux appréhender les effets possibles du « réveil des peuples » auquel on assiste au Sud et à l’Est de la Méditerranée.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-11.htm. 

Michel Camau « La disgrâce du chef. Mobilisations populaires arabes et crise du leadership », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Côté jardin, un pouvoir personnel fort, généralement centré sur le clan voire sur la famille ; côté cours, une figure charismatique, ou qui se veut telle, en parfaite symbiose avec un peuple soumis au verbe du chef : tel est le mythe qui a volé en éclat dans tout le monde arabe à la suite du « printemps des peuples » de cet hiver 2011. On ne peut en effet comprendre ce qui s’est joué et continu de l’être dans le rapport que les peuples construisent aujourd’hui avec le pouvoir, sans revenir sur ce qu’a pu représenter la figure du chef dans les imaginaires, depuis le type idéal nassérien jusqu’à ces dictateurs vieillissants dépourvus d’aura comme de légitimité dont les masques grotesques viennent de leur être arrachés…
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-22.htm. 

Michaël Béchir Ayari « Non, les révolutions tunisienne et égyptienne ne sont pas des « révolutions 2.0 » », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Les discours qui réduisent les révolutions tunisienne et égyptienne à des « révolutions Facebook » demeurent à bien des égards mus par les fantasmes technophiles et néo-libéraux de la « démocratie 2.01 ». Il ne s’agit pas d’amoindrir le rôle des « nouveaux médias sociaux » dans ces soulèvements ni de faire l’impasse sur la manière dont ils ont permis de diffuser l’information, d’organiser des rassemblements et de créer des réactions émotionnelles encourageant la prise de risque. Il convient plutôt de s’interroger sur les soubassements de ces éléments de langage, mieux, sur le dispositif dont ils sont l’expression.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-56.htm. 

Marc Crapez « La démocratie dans l’aire arabo-musulmane », Politique étrangère 3/2011 (Automne)
Y a-t-il une spécificité du déficit démocratique dans l’aire arabo-musulmane ? L’évolution de situations très diverses (exemples de la Tunisie, de l’Égypte, de la Libye, etc.) empêche pour l’heure de savoir si nous sommes en face de révolutions réussies ou de simples révolutions de palais. L’impossibilité de satisfaire une pressante demande démocratique pourrait à terme avoir pour effet de mettre en selle un islamisme qui garde dans les sociétés arabo-musulmanes une légitimité propre.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2011-3-page-647.htm. 

Farhad Khosrokhavar « Les révolutions arabes: révolutions de justice sociale et de liberté », CULTURES & Conflits 3/2011 (n° 83)
La révolution tunisienne ; La révolution égyptienne ; La justice sociale comme constitutive du Printemps arabe.
www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2011-3-page-108.htm.

Georges Corm « Première approche d’une contextualisation des révoltes populaires arabes », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Ce texte consacré aux révoltes arabes tente de redéfinir le cadre géohistorique et géopolitique de leur apparition avant d’analyser les discours contrastés qu’elles engendrent.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-93.htm. 

Michel Korinman « Arabellion », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Planète 1848 ? ; Les trois portes de Sion ; Rome et la rupture du pacte européen ; Machiavel sur golfe.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-9.htm. 

Alain Chouet « Révoltes arabes L’envers du décor », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-23.htm. 

Marco Valerio Lo Prete « La révolte arabe contre le « capitalisme patrimonial » », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-41.htm.

« De quoi les révoltes arabes sont-elles le nom ?  Entretien avec Sophie Bessis», Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-57.htm. 

Marc Lavergne « Monde arabe : de la quête de l’unité au destin partagé », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
L’unité arabe se renoue-t-elle sur les rives du golfe ? ; Les soulèvements populaires de 2011 : chacun pour soi ou cause commune ?
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-67.htm. 

Richard Labévière « Printemps, été et automne arabes », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-75.htm. 

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou « La Démocratie arabe au regard du néo-orientalisme », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-85.htm. 

Vincent Geisser et Abir Krefa « L’uniforme ne fait plus le régime, les militaires arabes face aux « révolutions » », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
« L’armée arabe n’existe pas ! » : un processus de « civilisation » des militaires au Maghreb et au Machrek ; La civilisation des militaires par la professionnalisation et la sectorisation technicienne ; La civilisation par la « dispersion » des appareils sécuritaires ; La civilisation par l’économie : des officiers entrepreneurs et hommes d’affaires ; Focus sur la Tunisie : l’armée et « son » peuple introuvable ; Le général Ammar : un de gaulle tunisien ? ; Une armée « protectrice » oui, mais de quelle révolution et de quel peuple ? ; La désanctuarisation des forces armées comme gage de démocratie ?
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-93.htm.

Barah Mikaïl « Ni islamiste, ni laïque : un Moyen-Orient rationnel », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Des islamistes et de « la » Révolution ; Les islamistes : puissance ou déférence ? ; Un avenir flou teinté de potentielles certitudes.
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-103.htm. 

2012

Mathieu Guidère « Histoire immédiate du « printemps arabe » », Le Débat 1/2012 (n° 168)
De la méthode et des sources ; Des origines et du déroulement ; De la nature et des objectifs ; Des idées et des mœurs ; Des forces politiques et populaires ; Des tribus ; Des militaires ; Des islamistes ; Du futur immédiat.
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-1-page-129.htm. 

Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule « Pour une sociologie des situations révolutionnaires », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Dans ce texte, nous défendons une approche réfutant tout causalisme et centrée sur les situations révolutionnaires. Une revue de la littérature sur les récentes « révoltes arabes » montre à quel point une telle orientation est rare. Nous proposons, à partir de là, de ne pas nous en tenir à la description des propriétés des situations révolutionnaires pour tenter de retracer les séquences d’action, définies comme des chaînes d’interaction complexes mais observables, conduisant – ou pas – à ces situations. À partir de la mise en regard d’un certain nombre de situations révolutionnaires dans la région, nous tentons d’identifier dans les événements qui y conduisent une série de processus relationnels et cognitifs. L’on peut ce faisant approcher les modes de transformation d’états propres aux situations révolutionnaires.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-767.htm. 

Mansouria Mokhefi « Maghreb : révolutions inachevées ? », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
Spécifiques à l’expérience et à l’histoire de chaque pays, les événements de 2011 bouleversent la donne sociopolitique, idéologique et culturelle du Maghreb. Les islamistes vont devoir se mesurer au pouvoir et se confronter à d’immenses problèmes. Le Maghreb ne se reconnaît plus sans doute dans les formes démocratiques du modèle occidental – et particulièrement européen. Et de nouveaux acteurs ou modèles émergent pour la région, de l’expérience turque à l’activisme qatari.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-71.htm. 

David M. Faris « La révolte en réseau : le « printemps arabe » et les médias sociaux », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
En Égypte, l’activisme numérique s’est développé depuis le milieu des années 2000, nombre de blogueurs contribuant à dénoncer les abus du régime Moubarak. Un tel phénomène n’a pas pu voir le jour en Tunisie du fait de la censure exercée sur Internet. Toutefois, dans les deux cas, les blogs mais aussi les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ont joué un rôle important au moment des révolutions de 2011.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-99.htm.

Abd Al-Rahman Al-Kawakibi « Du despotisme », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-15.htm

Elias Khoury « Une nouvelle ère arabe », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Les Arabes surpris par eux-mêmes ; Le pouvoir éternel et la succession ; Une nouvelle génération de révolutionnaires ; L’intellectuel présent/absent ; L’école de l’Histoire.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-27.htm.

Mohammed Berrada « Le monde arabe face au défi du changement », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-35.htm. 

Asef Bayat « Des révolutions post-islamistes », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-43.htm. 

Sarah Ben Néfissa « Trajectoires transitionnelles et élections en Tunisie et en Égypte », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Suite aux révolutions de l’année 2011, les Tunisiens et les Égyptiens sont passés aux urnes. L’article propose d’inscrire l’analyse de ces premières élections dans le cadre des caractéristiques des trajectoires transitionnelles des deux pays. Il met en exergue la différence des logiques politiques à la base des victoires électorales islamistes dans les deux pays. Si la rupture avec le passé est une dimension fondamentale du vote pour Ennahda, en Égypte la victoire islamiste aux élections législatives a emprunté une dimension légitimiste à cause du rapprochement entre la direction de l’armée et la direction des Frères Musulmans. Cela n’a plus été le cas pour les élections présidentielles. L’article propose des hypothèses pour comprendre le score relativement faible de Mohamed Morsi au premier tour des élections présidentielles.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-9.htm. 

Myriam Catusse « Tunisie et Égypte aux urnes ! », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Cet article se propose de réfléchir à la façon dont les scrutins de 2011 et 2012 en Tunisie et en Égypte peuvent bouleverser nos approches de l’acte électoral. En contexte d’incertitude politique, il questionne ces élections « pas comme les autres » sous deux angles : il invite d’abord à de ne pas se limiter aux lectures fonctionnalistes qui assignent au scrutin un rôle déterminant tant dans la reproduction des rapports de pouvoir autoritaires que dans le changement de régime et la démocratisation ; en conséquence, il s’interroge ensuite sur les possibilités sinon de révolution, du moins de restauration, voire d’inauguration de la sociologie électorale sur ces terrains où, pour des raisons pratiques (les difficultés d’accès à l’information et la manipulation des résultats), mais aussi plus théoriques, celle-ci n’en est qu’à ses prémices. Il compare comment, malgré les ruptures introduites par la révolution, l’histoire électorale locale peut influencer aujourd’hui les candidatures, le vote et son herméneutique ; et il se penche en retour sur les innovations repérables dans ces scrutins plus libres et concurrentiels que les précédents : transformations de la représentation, restructuration des organisations partisanes, métamorphoses du clientélisme et du leadership, ou évolution des comportements électoraux permettent de repérer non seulement des héritages et décrochages entre l’ancien et le nouveau régime mais aussi entre la « politique de la rue » et celle « de l’urne », entre le « peuple en révolution » et le « corps électoral ».
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-29.htm. 

Hakim El Karoui « Où va le monde arabe ? », Le Débat 2/2012 (n° 169)
La démocratie au service des islamistes ; Un monde désoccidentalisé ; La redistribution des cartes régionales ; L’impossible rupture avec l’Occident ; Et demain ?
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-2-page-4.htm. 

Eberhard Kienle « Les « révolutions » arabes », Critique internationale 1/2012 (n° 54)
Since late 2010 large-scale non-violent uprisings and their ripple effects have transformed the politics of the Arab countries to an extent not seen in decades. The autocratic rulers of Tunisia, Egypt, and Libya were pushed aside while most of their counterparts elsewhere continue to face various forms and degrees of contestation. However, serious challenges to these authoritarian regimes have not (yet) entailed their complete and definite demise, with the possible exception of Tunisia. Developments on the ground illustrate that contestation from below, responses from above, and the transformation of individual political regimes closely reflect the history and the « nature » of each of the states concerned. At the same time they pose additional challenges to much critiqued but common assumptions about collective action in general and in Arab contexts in particular. On the other hand, the limited extent to which political regimes have been transformed so far partially supports recently contested assumptions about the resilience and longevity of authoritarian rule in Arab states. Whether or not developing into revolutions, recent change selectively echoes arguments about modernization and points to the continued topicality of Tocquevillian ideas.
www.cairn.info/revue-critique-internationale-2012-1-page-103.htm. 

Mathieu Touzeil-Divina « Printemps & révolutions arabes : un renouveau pour la séparation des pouvoirs ? », Pouvoirs 4/2012 (n°143)
La théorie de la séparation des pouvoirs, dans son sens originel de non-concentration, semble retrouver une utilité théorique et pratique au cœur des Printemps arabes. Toutefois, si un désir d’organisation différenciée et démocratique du pouvoir est tangible notamment en Égypte, en Tunisie et au Maroc, les volontés populaires ne sont pas toutes et instantanément traduites juridiquement et constitutionnellement. On y perçoit davantage des séparations floues ou performatives ainsi que des concentrations au moins provisoires des pouvoirs.
www.cairn.info/revue-pouvoirs-2012-4-page-29.htm. 

Salim Chena , « Le Maghreb après les indépendances : (re)définition, (re)composition, (re)construction. », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3.
Cet article vise à présenter les aspects politiques, économiques et humains de l’espace maghrébin méditerranéen dans la perspective de l’évolution historique depuis les indépendances. La thèse défendue est celle d’un espace hétérogène politiquement comme économiquement, et homogène culturellement, possédant des frontières anciennes et relativement stables, mais dont les tentatives d’unification institutionnelle se heurtent à des perceptions diverses des identités politiques locales, des intérêts nationaux et des stratégies de puissance et d’influence. Ainsi, les révoltes arabes ayant eu cours en 2011 posent la question de sa (re)définition identitaire et politique, de sa (re)composition géopolitique et de sa (re)construction institutionnelle.
http://espacepolitique.revues.org/index2519.html

Vincent Geisser, « Les protestations populaires à l’assaut des régimes autoritaires : une « révolution » pour les sciences sociales ? », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012.
Au-delà des débats contradictoires qui s’engagent dans les sciences sociales sur l’avenir des mouvements protestataires au Maghreb, les chercheurs paraissent pêcher par le même travers : celui de focaliser leurs analyses sur une temporalité courte (le cycle contestation, répression, normalisation), alors que précisément les mouvements étudiés s’inscrivent dans une temporalité longue, dont les secousses actuelles ne représentent qu’un épisode. L’objectif de ce dossier est de montrer que le processus de fissuration des régimes autoritaires n’a pas commencé avec le Printemps arabe de 2010-2011. En amont, les protestations sociales de la décennie 2000 permettaient sans doute d’esquisser des scenarios, laissant entrevoir la possibilité de bouleversements substantiels à l’échelle du Maghreb et du monde arabe. En aval, le processus de transformations politiques des sociétés maghrébines et machrékines ne saurait se limiter aux seuls événements révolutionnaires. Au-delà de l’usure réelle et visible des hommes au pouvoir, la question centrale des processus révolutionnaires reste celle de la légitimité et de l’efficacité symbolique des systèmes : pourquoi des conditions identiques ne débouchent-elles pas partout sur des changements de régime ?
http://anneemaghreb.revues.org/1373

Michel Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’expression « printemps arabe » s’est imposée comme allant de soi pour désigner un processus d’émulation protestataire sans précédent dans la région. La métaphore doit beaucoup à la facilité journalistique. Toutefois le questionnement nécessaire du « printemps arabe » ne saurait s’en tenir à ce type de considérations. Il se rapporte tout à la fois aux limites de l’émulation protestataire et à celles de notre propre savoir. Nul n’avait prévu la « révolution tunisienne », pas plus que ses répliques en Egypte et dans d’autres pays arabes. L’élan protestataire s’est diffusé, sans toutefois emprunter partout les mêmes formes, ni revêtir la même intensité, ni surtout produire les mêmes effets. Il ressort de l’ensemble une marge d’indétermination, dont l’élucidation passe par l’examen de trois ordres de problèmes, étroitement liés mais analytiquement distincts : les ambigüités du label « révolution », la surprise produite par des événements tenus après coup pour inéluctables, les effets de démonstration et de contexte dans le cycle de protestation. Les éléments de réponse avancés dans l’article se déploient à partir des notions de crise de légitimation comme critère de différenciation parmi les « révolutions arabes », d’ignorance pluraliste au regard de l’opacité des préférences des acteurs en situation autoritaire et enfin d’apprentissage des gouvernants par rapport à leurs modes de prévention et de gestion des crises de légitimation.
http://anneemaghreb.revues.org/1383

Nicolas Dot-Pouillard, « Les révolutions arabes entre césures et remembrances : tiers-mondisme, question palestinienne et utopies chiliastiques », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’évènementialité révolutionnaire et insurrectionnelle ouverte dans le monde arabe depuis le mois de janvier 2011 a bien eu sa part de « nouveau » : analystes et chercheurs se sont ainsi attachés à en déceler, pour l’essentiel, les manifestations dans l’appropriation radicale du paradigme démocratique par les insurgés égyptiens, libyens ou tunisiens, dans l’utilisation de nouveaux moyens informatiques globalisés, dans l’absence – tout du moins dans un premier temps –d’idéologies fondatrices, si ce n’est de leaderships dument constitués, au sein des soulèvements en question. Ces processus révolutionnaires auraient même pu, dans leur nouveauté radicale, tracer des points de rupture fondamentaux avec ce qui, tout au long du vingtième siècle, eut justement pu s’attacher au concept même de « révolution » dans le monde arabe. Parmi ces éléments : le caractère tiers-mondiste qui lui fut souvent lié, l’attachement à la question palestinienne, et enfin la dimension chiliastique et révolutionnaire propre aux bouleversements révolutionnaires tels qu’on se les imaginait alors. Et pourtant, cette rupture semble encore relative : c’est plutôt une singulière dialectique irrésolue qui semble aussi se dessiner entre ces différents éléments, où le passé semble encore servir parfois de point de référence, se réactualisant ainsi, face à un « nouveau » dont les contours et les césures qu’il trace sont patiemment en train de s’esquisser.
http://anneemaghreb.revues.org/1393

Haoues Seniguer, « Les islamistes à l’épreuve du printemps arabe et des urnes : une perspective critique », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Les révoltes sociales du monde arabe qui débutèrent en décembre 2010 en Tunisie constituèrent un puissant révélateur, outre des frustrations socioéconomiques et des attentes démocratiques des peuples arabes dans leur majorité favorable à la chute des régimes autoritaires, des ambivalences, voire des contradictions des mouvements de l’islam politique vis-à-vis de ces mêmes régimes. Certes, les mouvements ou partis islamistes n’ont ni initié ni rallié tout de suite les mobilisations collectives mais leur retenue a cependant mis au jour deux éléments nouveaux : d’une part, contrairement à ce qui peut être avancé parfois, dans la littérature consacrée aux islamistes, la répression qui les a certes le plus souvent visés, ne les a pour autant définitivement privés de transactions collusives avec les régimes autoritaires dont ils ont même fini, quelquefois, par accepter la longévité et s’accommoder. C’est pourquoi, durant les premiers jours de révoltes, ils se sont longuement interrogés sur les éventuels coûts d’un engagement prématuré auprès des manifestants, allant jusqu’à refuser, comme pour le Parti de la justice et du développement marocain (PJD), de les rejoindre, au moins en tant qu’acteur collectif ; d’autre part, ces révoltes sociales ont permis de mettre en évidence, l’existence de clivages au sein des mouvements islamistes, aussi bien entre les dirigeants et la base, au sein de chacun des deux groupes respectifs, mais également, entre les « anciens » et les plus « jeunes ». Enfin, ces révoltes sociales ont montré, dans certains pays tels que le Maroc, que des islamistes légalistes peuvent très bien jouer le jeu de l’autoritarisme et partager avec lui, une forme d’obsession du contrôle social de la population, ainsi que la préservation d’un certain ordre moral. Ce qui n’a pas empêché ces acteurs, au Maroc, en Tunisie et en Égypte, de remporter des élections, non seulement à cause du discrédit frappant la classe politique en général, mais aussi, en particulier, grâce à leurs réseaux sociaux et à une forme de discours prônant la lutte contre la corruption et la moralisation de la vie publique.
http://anneemaghreb.revues.org/1404

Smaïn Laarcher et Cédric Terzi, « Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Rendre compte des activités des cyberactivistes, c’est être conduit à étudier les protestations publiques et les nombreux lieux dans lesquels elles s’expriment. Le cyberactivisme ne constitue pas un domaine d’activité autonome. Bien au contraire, il participe d’un large mouvement d’élaboration d’enjeux publics. Autrement dit, nous ne sommes pas en présence de deux sphères distinctes : la sphère des cyberactivistes, « communauté virtuelle », et celle de la société, territoire de l’action politique et des luttes entre des groupes aux intérêts à la fois différents et contradictoires. Dans ces circonstances, mener une enquête comparative permet d’observer combien des dispositifs de communications, pourtant techniquement identiques, peuvent faire l’objet d’usages sociaux et politiques différents. Ces usages s’inscrivent avant tout dans des cadres nationaux contraignants qui leur donnent forme, consistance et signification symbolique. Si les liens existent entre le militantisme cyberactiviste et les contestations populaires dans les trois pays du Maghreb, il n’en est pas moins vrai que l’assemblage entre ces univers de protestations s’organise et se déploie différemment en fonction des histoires nationales, de l’état des rapports de force et du développement des revendications. Mais la vertu de la comparaison, c’est de mettre en scène un invariant central : celui de la difficulté à faire peuple et à produire collectivement son unité en institutionnalisant la division ; c’est-à- dire en accordant leur droit et leur légitimité à la mésentente et au politique. C’est bien à cet enjeu majeur que sont confrontés aujourd’hui, au travers des multiples protestations publiques (sous forme d’émeutes ou non), les trois pays du Maghreb.
http://anneemaghreb.revues.org/1412

Henri Laurens « Une révolution sans utopie », Le Débat 2/2012 (n° 169)
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-2-page-18.htm.

à suivre….

 

La Olmeda : un modèle aristocratique de villa romaine en Hispania Tarraconensis (IVe-Ve siècles)

Mercredi 13 février 2013, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée accueille, dans le cadre du cycle de conférence Jean Pouilloux, José-Antonio Abásolo. Ce professeur d’archéologie romaine à l’Université de Valladolid est également directeur scientifique du site et du musée de La Olmeda en Espagne. Il collabore depuis plusieurs années aux fouilles de La Olmeda, et la liste de ses publications scientifiques est disponible sur Dialnet, le portail bibliographique espagnol en accès libre et gratuit.

Le site archéologique de la villa romaine de La Olmeda est situé à proximité de la ville actuelle de La Pedrosa de la Vega (Palencia), dans l’ancienne province romaine d’Hispanie Tarraconaise (cf. carte ci-dessous).


Agrandir le plan

Les campagnes de fouilles ont débuté dès 1968 suite à la découverte du site par l’archéologue Javier Cortes Alvarez de Miranda et continuent encore aujourd’hui. Elles ont mis au jour une villa romaine de 3000 m² et un ensemble thermal de plus de 900 m² datant de l’époque romaine tardive.

Pour vous faire une idée plus précise de l’organisation spatiale et des décors de mosaïques de la villa, vous pouvez profiter de la visite virtuelle accessible sur le site du musée de La Olmeda :

Accédez à la visite virtuelle

La Province de Palencia, qui contribue depuis 1980 au financement des travaux de conservation et de valorisation de la villa, met également à la disposition du public, sur You Tube, ce documentaire en espagnol de quelques minutes, présentant le site archéologique de La Olmeda.

 

Pour finir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée vous propose cette bibliographie des ouvrages dont elle dispose sur La Olmeda et les villas romaines en Hispanie :

Accédez à la bibliographie

Les ouvrages cités sont exposés à la bibliothèque, au 3ème étage en face de l’accueil.

Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie

Le 21 novembre 2012, le cycle des conférences Jean Pouilloux accueille Jean-Luc Lamboley, professeur d’histoire et d’archéologie des mondes anciens à l’Université Lyon 2, rattaché au laboratoire HiSoMA, et directeur de la Mission épigraphique et archéologique française en Albanie.

Vous trouverez sur Theses.fr, l’ensemble des thèses qu’il a encadrées, et les jurys auxquels il a participés. Deux thèses retiennent notre attention sur la thématique que nous abordons aujourd’hui, je vous les mentionne ci-dessous :

A l’occasion de cette conférence, J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de nous présenter ses impressions sur son expérience à Apollonia. Je lui laisse la plume le temps d’un article plutôt savoureux :

Souvenirs et impressions apolloniates

De plus, j’ai effectué pour vous une sélection de ressources sur la question, complétée par J.-L. Lamboley.

Pour commencer, Il existe plusieurs cités grecques portant le nom d’Apollonia. Il est donc intéressant de resituer géographiquement Apollonia d’Illyrie, en Albanie :

Aller directement sur Google Map

Pour continuer sur notre lancée, je vous conseille de consulter les Carnets d’Archéologie du Ministère des Affaires Etrangères ou simplement la page Wikipedia sur Apollonia d’Illyrie. J’en profite, d’ailleurs, pour inciter tout chercheur ou spécialiste du site d’Apollonia à alimenter cette page, d’abord pour le bien commun, ensuite parce que Wikipedia est extrêmement bien référencé et peut vous permettre de valoriser vos articles et autres travaux de recherches (cf. les liens externes en bas de chaque page Wikipedia).

A ces quelques ressources généralistes, j’ajoute un lien vers un article du blog de l’Association Bonne Pioche sur l’expérience de fouilles d’un étudiant à Apollonia.

Pour approfondir encore la question, de manière plus orthodoxe, je vous propose de consulter notre  bibliographie en ligne sur le site web de la MOM, ou disponible en format papier à la bibliothèque.

Vous y trouverez des références documentaires pour tous les goûts : des articles de la revue Archéologia en français aux articles et ouvrages scientifiques plus poussés en français, anglais ou  italien.

Accéder à la bibliographie

Je vous joins ci-dessous les quelques ressources spécialisées accessibles en ligne :

Quelques thèses et mémoires consultés le 20 novembre 2012 sur le site de l’OhioLINK ETD Center :

Bonne lecture et surtout bonne conférence !

(N’hésitez à  nous faire part de vos retours sur la question en commentaires de cet article)

Magali Lugnot

Bibliographie : la mondialisation des minorités en Tunisie

Dans le cadre des conférences du cycle des « Voyages des Savoirs 2013-2013 » organisées par le GREMMO, l’anthropologue Stéphanie Pouessel (IRMC, Tunis), spécialiste de la politisation des cultures, des questions « raciales » et « linguistiques » au Maghreb, est intervenue, jeudi 8 novembre 2012, sur le thème de la « mondialisation des minorités en Tunisie ».

Résumé de la conférence :

Bien que d’apparence mineure, la question des « minorités » aujourd’hui en Tunisie permet d’avoir accès à deux niveaux d’analyse insécables : celui, national, de l’ouverture politique de 2011 et celui de l’internationalisation des revendications identitaires.
La libération démocratique de janvier 2011 engendre un espoir de tous les possibles auquel se raccrochent des identités jusque-là minorisées, niées ou dormantes sous l’effet censure de la dictature. Des citoyens tunisiens – noirs, berbères ou juifs – entendent inscrire leur « existence » identitaire dans les doléances du nouveau débat politique. Si la fin de l’autoritarisme permet à des citoyens nouveaux de s’exprimer, ici autour des attributs spécifiques de la couleur, de la langue ou de la religion, il s’agira dans cette intervention de saisir leurs liens à l’international et les enjeux politiques qui les conditionnent.

Podcast de la conférence ici.

 Bibliographie :

Ouvrages spécialisés

Bensaad, Ali (Dir.)
Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes : immigration sur émigration / sous la direction de Ali Bensaâd.- Paris : Karthala, 2009.- 441 p. ; 24 cm.-(Hommes et sociétés).-ISBN 978-2-8111-0164-0.
Localisation & recension

Bozzo, Anna & Luizard, Pierre-Jean (Dirs)
Les Sociétés civiles dans le monde musulman / sous la dir. de Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard. – Paris : La Découverte, 2011. – 477 p.; 25 cm. – (Textes à l’appui. Islam et société).- ISBN 978-2-7071-6489-6.
Localisé à la MOM : BAB JQ1758.A58. S6 2011
Recension

Colonna, Fanny & Le Pape, Loïc. (Dirs)
Traces, désir de savoir et volonté d’être : l’après-colonie au Maghreb / textes réunis par Fanny Colonna et Loïc Le Pape. – Arles : Sindbad, 2010. – 476 p.; 23 cm. – (La bibliothèque arabe. Les littératures contemporaines). –ISBN 978-2-7427-9132-3.
Localisé à la MOM : BAB DT197.5.F8. T7 2010
Recension

Dakhlia, Jocelyne
Tunisie : le pays sans bruit / Jocelyne Dakhlia.- [Arles] : Actes Sud, 2011.- 118 p. ; 18 cm.-ISBN 978-2-330-00122-3.
Localisation & recension

Larguèche, Abdelhamid
Les Ombres de la ville : pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIe et XIXe siècles) / Abdelhamid Larguèche. – Tunis : Centre de publication universitaire de l’université de la Manouba, 1999. – 457p. -[5]p. de pl. : ill.; 24 cm. – ISBN 9973937783.
Localisé à la MOM : BAB HN784. L3 1999

Pouessel, Stéphanie
Les identités amazighes au Maroc / Stéphanie Pouessel .- Paris : Non lieu, 2010.-ISBN 978-2-352-70087-6.
Recension

Stephanie, Pouessel .- « Les marges renaissantes : Amazigh, Juif, Noir. Ce que la révolution a changé dans ce « petit pays homogène par excellence » qu’est la Tunisie », in L’Année du Maghreb, VIII | 2012, p.143-160.
Localisé à la MOM : étages des Périodiques

Pouessel, Stéphanie (Dir.)
Noirs au Maghreb : enjeux identitaires du rapport à l’Afrique / sous la direction de S. Pouessel.-Paris : Karthala-IRMC, 2012. (Parution en décembre 2012).

Ouvrages généralistes

Honneth, Axel
La lutte pour la reconnaissance / Axel Honneth; trad. de l’allemand Pierre Rusch .- Paris : Cerf, 2000.- 232 p. ; 24 cm.- (Passages).- ISBN 2-204-06061-5.
Résumé & problématique du livre & localisation

Ndiaye, Pap
La condition noire : essai sur une minorité française / Pap Ndiaye ; préface de Marie NDiaye.- Paris : Gallimard, 2009.-521 p. ; 18 cm.- (Folio Actuel) ;- ISBN 978-2-07-036153-3.
Localisation & recension

Ces ouvrages seront prochainement disponibles à la bibliothèque de la MOM

 

1500 tirés-à-part issus des collections « Salomon Reinach » de la MOM numérisés

Ce projet, porté par le service « Bibliothèque » et la plateforme « Banque d’images et données textuelles », a pour objet la dématérialisation (gestion, numérisation, documentation et mise en ligne) de documents patrimoniaux issus du don de la Bibliothèque Salomon Reinach, libres de droits, localisés à la bibliothèque de la MOM. Ces documents sont constitués d’extraits et de tirés-à-part de revues scientifiques internationales, de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, reliés dans des volumes appelés du terme générique « tirés-à-part ».

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Contexte

Le don de Madame Reinach à l’Université de Lyon (1937) a doté la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée d’un important fonds d’étude sur l’antiquité classique comprenant de nombreux ouvrages (intégrés au catalogue de la bibliothèque de la MOM ) et de volumes reliés de tirés-à-part, actuellement en cours de numérisation.

Salomon Reinach

Les frères Reinach (Joseph, Salomon et Théodore) représentent l’élite intellectuelle et politique de la fin du XIXe siècle. Salomon Reinach, deuxième de cette fratrie, est né en 1858 à Saint-Germain-en-Laye et mort en 1932 à Boulogne-sur-Seine.

Grand érudit de la charnière XIXe-XXe siècle, il s’intéressa aux nombreux domaines que couvrent la science, l’art, et l’histoire. Il fut professeur à l’école du Louvre, archéologue, historien des religions, philologue. Il fut également membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et co-directeur de la Revue Archéologique.

Il séjourna trois années en Grèce, mena des fouilles en collaboration avec de nombreux archéologues de l’époque. Salomon Reinach ne cessa d’écrire, de publier des articles, des courriers scientifiques dans la « Gazette des Beaux-arts » ou encore le « Bulletin de correspondance hellénique ». Sa production intellectuelle fut grande : son œuvre recense près de 80 volumes et plus de 7000 articles.

Les tirés-à-parts de la bibliothèque Salomon Reinach

Le fonds des tirés-à-part de la bibliothèque S. Reinach (637 volumes reliés, soit plus de 6500 articles) présente une grande diversité quant au contenu. Ces publications internationales, écrites par des archéologues, des historiens, des épigraphistes et autres savants du XIXème siècle, adressées à Salomon Reinach, traitaient principalement d’archéologie et d’histoire ancienne mais aussi de littérature, d’éducation, de médecine, de droit législatif ou encore de politique. L’hétérogénéité de ce fonds témoigne d’une époque où la culture encyclopédique (scientifique, littéraire et politique) était encore la règle.

Ces tirés-à-part, sélectionnés et reliés par l’archéologue, sont également le reflet des relations personnelles qu’entretenait Salomon Reinach avec des savants du monde entier. Ils constituent, par ailleurs, une documentation très utile aujourd’hui pour qui travaillerait sur des problématiques liées à l’Antiquité classique car issue de revues internationales difficiles d’accès, dispersées voire oubliées. Cette documentation intéressera aussi ceux qui étudient l’histoire des sciences humaines, l’histoire des mentalités…

Objectifs

La numérisation des tirés-à-part Salomon Reinach c’est :

  • La signalisation des tirés-à-part, actuellement absents du catalogue informatisé de la bibliothèque.
  • La conservation : créer un support de substitution et permettre la consultation de documents fragiles, améliorer la conservation, disposer d’une qualité qui devrait satisfaire les utilisateurs et qui ne demande pas de faire appel à la consultation de l’original, sauf demande exceptionnelle.
  • La diffusion et consultation à distance : mise en ligne sur Internet pour toucher un public plus vaste et gagner du temps dans la recherche.
  • La valorisation de la bibliothèque, du fonds Salomon Reinach, de la collection de tirés-à-part mal connue.
  • Le public visé est : les spécialistes, les universitaires et les étudiants.

Méthodes

La chaîne de dématérialisation c’est :

La préparation matérielle et documentation initiale

Cette étape consiste à décrire de façon fine (page à page) les fascicules à numériser. Elle devra en particulier permettre d’identifier tous les tirés-à-part constituant un fascicule et/ou d’identifier les pages nécessitant un traitement particulier. Cette étape est particulièrement sensible puisque les données qui en sont issues sont utilisées pour : piloter l’étape de numérisation / amorcer la gestion de la qualité / documenter les champs d’identification de l’article (Auteur / Titre / Date / etc…) afin de constituer la « table des matières virtuelle » du fascicule.

La production

L’étape de production couvre tous les traitements réalisés par la plateforme technologique, de la prise en charge des fascicules à numériser, dès que la documentation initiale est terminée, jusqu’à la mise à disposition des images numérisées sur le réseau Internet.

Numériser: ensemble des traitements permettant la mise à disposition des ressources numériques (images et textes associés) notamment traitements et amélioration d’image, contrôle qualité, cohérence et complétude des données numérisées, OCR.

Sauvegarder : préservation sur l’espace de stockage temporaire, des données courantes de traitement (bruts de scan + fichiers OCR). Ces données sont accessibles notamment par des robots assurant un retraitement des informations. Transfert, à l’issue du processus, de l’information vers un espace de stockage cumulatif pour l’opération en vue de son archivage ultérieur.

La validation éditoriale

Cette étape consiste à faire un bilan global et une analyse qualitative du travail de documentation et de production en vue de leur validation. Le responsable du corpus dispose d’un outil permettant de vérifier, corriger et valider les différents types d’information :

  • documentation des unités bibliographiques.
  • traitement des demandes de « renumérisation » de pages éventuellement problématiques.

Lorsque chacun de ces aspects est entériné, une validation globale est accordée au traitement de chaque fascicule. Cette validation vaut « bon pour diffusion » sur le portail.

Diffusion Web & archivage

La mise en ligne est effective depuis le 26 octobre 2012; les travaux en cours concernent la diffusion par le protocole OAI pour le moissonnage et la plateforme d’archivage locale. Ultérieurement, une liaison avec le futur catalogue de la bibliothèque (Koha) de la bibliothèque de la MOM sera effectuée.

Matériel et moyens humains dédiés au projet

Matériel informatique utilisé dans l’opération : deux stations d’acquisition, 1 scanner Recto / Verso Futjitsu fi-6770, 1 scanner « patrimonial » OS 1400, 2 stations pour le traitement d’image et l’OCR, 1 NAS de production. Le matériel a été acquis sur les budgets de l’USR.

La première phase du projet a mobilisé une stagiaire qui, pendant un mois, a lancé la documentation des tirés-à-part. Un vacataire a été ensuite embauché pendant cinq mois (300 tirés-à-part/mois) pour finaliser la documentation du corpus des tirés-à-part sélectionnés, pour les numériser, effectuer les traitements d’images et l’OCR.

Une vacataire a récemment été recrutée pour poursuivre la documentation et la numérisation des recueils de tirés-à-part « moyen » format restants (environ 300) et commencer le traitement des « petits » formats.

Toute la partie technique (numérisation, traitements, validation technique) est pilotée par la plateforme « Banque d’images et données textuelles ». Les aspects documentaires (sélection et préparation du corpus, suivi de la documentation, validation éditoriale…) sont gérés par le service « Bibliothèque ».

Réalisation

Sur les 6500 tirés-à-part « S. Reinach » recensés, 1500 (54000 pages) ont été, pour l’instant, documentés, numérisés, traités, validés et mis en ligne. Les articles sont consultables au format « pdf » et librement téléchargeables et imprimables.

Ce qu’il reste à faire

Les recueils de tirés-à-part « S. Reinach » qui restent à traiter, environ 500 (près de 5000 articles), sont de petits formats et par conséquent difficilement manipulables et numérisables en l’état. Nous ne sommes pas, pour l’instant, équipés d’un périphérique capable de traiter ce type de documents qui assurerait un rendement compatible avec une numérisation quantitativement satisfaisante.

Par ailleurs, des améliorations seront entreprises au niveau de l’interface de recherche afin de le rendre notamment plus ergonomique et plus performant. Un accès aux articles par thèmes est aussi envisagé.

Contacts

Patrick Desfarges & Franck Capisano

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Merci à ceux qui ont participé et qui participent à ce projet :

Véronique Lacroix, Maryam Zahmoul, Aline Langlois, Gaspard Vernay, Rachelle Moutamalle, Wei Huangfu.

Bibliographie : La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments

A l’occasion de la conférence « La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments» donnée le 24 octobre 2012, dans la cadre des Conférences du Cycle Jean Pouilloux, Histoire et Archéologie, par M. Jean-Michel Mouton, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE – Paris), la bibliothèque de la MOM vous propose une sélection d’ouvrages et d’articles disponibles, en grande partie, dans ses collections.

Podcast de la conférence de Jean-Michel Mouton ici

Bibliographie sélective et localisation des ouvrages et d’articles à la bibliothèque de la MOM :

Bianquis, Thierry
Damas et la Syrie sous la domination fatimide (369-468/969-1076) : essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales / Thierry Bianquis. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1986. – 2 vol., XXII-387-413 p.; 25 cm
Bibliogr. p. 706-740. Index p. 745-793.
BAB   DS97.3. B41 1986

Berthier, Sophie, El-Ajji, Edmond. Directeurs de la publication
Etudes et travaux à la citadelle de Damas : 2000-2001 : un premier bilan / sous la direction de S. Berthier et E. El-Ajji. – Damas : Institut français de Damas, 2002. – 170  p. : ill. en noir; 28 cm.
Titre de couverture : Citadelle de Damas. – Bibliogr. – ISBN 2-901315-73-9.
In : Bulletin d’études orientales – Supplément- 2001-2002 – 53-54.

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).-ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Degeorge, Gérard
Damas : perle et reine d’orient / Gérard Degeorge. – Paris : Flammarion, 2005. – 320 p. : ill. en noir et en coul.; 32 cm. – (Patrimoine & civilisation).
Gloss. p. 312. Bibliogr. p. 313-314. Index p. 315-318. – ISBN 2-08-011090-X.
BAB   DS99.D3. D4 2005

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).- ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Écochard, Michel (1905−1985), Le Cœur, Claude (1906−1999)
Les bains de Damas : monographies architecturales / Par Michel Écochard et Claude Le Cœur. – Beyrouth : Institut Français de Damas, 1941-1942. – 2 vol., 57 p. : ill. ; 33 cm. (Institut Français de Damas ; 1).
Tome 1
Tome 2

Flood, Finbarr Barry
The Great Mosque of Damascus : studies on the making of an Umayyad Visual Culture / by Finbarr Barry Flood. – Leide : E. J. Brill, 2001; Boston; Cologne. – XX-330 p. -[33]p. de pl. : ill. en noir; 25 cm. – (Islamic History and Civilization. Studies and Texts ; 33).
Bibliogr. p.255-318 -Index p.319-330. – ISBN 90-04-11638-9
BAB   NA5989.7.D2. F55 2001

Hanisch, Hanspeter
Die Ayyûbidischen Toranlagen der Zitadelle von Damaskus : ein Beitrag zur Kenntnis des mittelalterlichen Festungsbauwesens in Syrien / von Hanspeter Hanisch. – Wiesbaden : L. Reichert, 1996. – XIV-168 p.: ill.; 24 cm.
Bibliogr. p.XIII-XIV. Index p.137-138. – ISBN 3-88226-886-7.
BAB   NA1489.7.D3. H3 1996

Le Tourneau, Roger. (1907-1971)
Damas de 1075 à 1154 : traduction annotée d’un fragment de l’Histoire de Damas d’Ibn al-Qalânisî / Roger Le Tourneau. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1952. – XXI-376 p. : ill.; 25 cm.
BAB   DS99.D3. L4 1952

Mouton, Jean-Michel
Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154) : vie politique et religieuse / Jean-Michel Mouton. – Le Caire : Institut Français d’Archéologie Orientale, 1994. – 418 p.; 28 cm. – (Textes arabes et études islamiques ; 33).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7247-0149-6 ;
BAB   DS35.42. T4 vol.33

Pouzet, Louis
Damas au VIIe/XIIIe siècle : vie et structures religieuses d’une métropole islamique / Par Louis Pouzet. – Beyrouth : Dar el-Machreq, 1991. – 528 p.; 25 cm. – (Recherches. Série A, Langue arabe et pensée islamique ; 15).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7214-6004-8 ;
BAB   DS99.D3. P6 1991

Sack, Dorothée
Damaskus : Entwicklung und Struktur einer Orientalisch-Islamischen Stadt / Dorothée Sack. – Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1989. – XIII-142 p.-32 p.de pl.: ill.; 32 cm + 12 cartes. – (Damaszener Forschungen ; 1).
Bibliogr., index. – ISBN 3-8053-0977-5.
BAB   DS99.D3. S3 1989

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Les Monuments historiques de Damas / Jean Sauvaget. – Beyrouth : Impr. catholique, 1932. – 116 p. – [6] p. de pl. h.-t. : ill.; 26 cm.
Bibliogr. p. 107-108
Accès à l’ouvrage numérisé.
BAB   NA1489.7.D3. S3 1932.

Sauvaget, Jean. 1901-1950, Directeur de la publication
Les monuments Ayyoubides de Damas / J. Sauvaget, Michel Ecochard, J. Sourdel.- De Boccard, 1938-1950.- 4 vol., [460] p. : ill. ; 31 cm.
Tome 1

Tome 2
Tome 3
Tome 4

Sauvaget, Jean. 1901-1950
La citadelle de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [1-75] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Esquisse d’une histoire de la ville de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [187-258] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Le Plan antique de Damas / J. Sauvaget. – Paris : P. Geuthner, 1949. – P. 315-358 : plans en noir; 29 cm
Extrait de : « Syria », XXVI, fasc. 3-4, 1949, p. 314-358

The Umayyad Mosque in Damascus : Texts and Studies / collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in  collaboration with Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, Johann Wolfgang Goethe University, 2008. – 337 p.-63 p. de pl. : ill.; 25 cm. – (Publications of the Institute for the History of Arabic-Islamic Science. Islamic Architecture; 6)
Comprend : G. Marçais: La Mosquée d’el-Walîd à Damas et son influence sur l’architecture musulmane d’Occident. (1906) ; A.C. Dickie: The Great Mosque of the Omeiyades, Damascus. (1897) ; R.P. Spiers: The Great Mosque of Damascus. (1897) ; R. Dussaud: Le temple de Jupiter Damascénien et ses transformations aux époques chrétienne et musulmane. (1922) ; H. Lammens: Le calife Walîd et le prétendu partage de la Mosquée des Omayyades, à Damas. (1925) ; E. de Lorey, M. van Berchem: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1929) ; E. de Lorey: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1931) ; E. de Lorey: L’hellénisme et l’Orient dans les mosaïques de la Mosquée des Omaiyades. (1934) ; M. van Berchem: Notes archéologiques sur la Mosquée des Omeyyades. (1937-1938) ; M. Canard: L’Empereur Philippe l’Arabe fut-il un des constructeurs du temple de Jupiter Damascénien, future Grande Mosquée de Damas? (1945) ; K.A.C. Creswell: The legend that al-Walîd asked for and obtained help from the Byzantine emperor. A suggested explanation. (1956) ; H.G. Franz: Architekturdarstellungen auf den Mosaiken der Omayyadenmoschee in Damaskus und die frühislamische Baukunst. (1959) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Ishâm fî dirâsat al-Gâmi’ al-umawî bi-Dimasq. 2. Sahn al-Gâmi’. (1963) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Fusaifisâ’ al-Gâmi’ al-umawî. (1960). – ISBN 978-3-8298-9107-3.
BAB   NA380. ISLARC vol.6

L’Orient en photographies sur le Net

Vous souhaitez illustrer une page web, un article, un dossier, une affiche, un mémoire avec des images, si possible libres de droit, en lien avec le monde arabo-musulman, les ressources visuelles ne manquent pas sur le Net. Toutefois, afin de gagner un peu de temps, nous vous proposons une sélection de sites qui proposent la consultation, et parfois le téléchargement, de riches collections de photographies numérisées sur l’aire culturelle arabo-musulmane.

Ces sites, dans leur grande majorité académiques (bibliothèques, musées, fondations…), sont fiables, bien documentés et régulièrement mis à jour. Vous y trouverez des photographies (et parfois des cartes postales, des dessins, des plans…) d’expéditions, de monuments architecturaux, de sites historiques et archéologiques, de paysages, de scènes de la vie quotidienne, de groupes ethniques, d’événements historiques, d’objets…

Un nombre important de ces images sont anciennes (XIXe-début XXe s.) offrant ainsi une source d’informations de premier ordre aux historiens, archéologues et aux historiens de l’art qui travaillent sur le Proche et le Moyen-Orient.

A noter que toutes les illustrations ne sont malheureusement pas téléchargeables dans des formats qui permettraient leurs exploitations ultérieures. Et quand elles le sont, bien vérifier qu’elles soient libres de droits.

ArchNet – Images
Le portail « ArchNet » est géré par la fondation Aga Khan Trust for Culture . Il fédère des ressources en ligne (photographies, ouvrages, revues…) en lien avec la civilisation islamique dans ses aspects architecturaux et artistiques. On y trouve notamment des collections de milliers de photographies anciennes et récentes
La recherche se fait par collections de photographies, par pays, par style architectural, par type de bâtiment, par date… ou par moteur interne. Les photographies sont facilement téléchargeables et bien documentées.

Middle East Pictures
Il s’agit là d’une collection de belles photographies à connotation historique (monuments, vie quotidienne, sites archéologiques, évènements historiques, expéditions…) des années 1880 à 1930 issues des archives de l’American Colony in Jerusalem  et conservées en partie à la Library of Congress  de Washington.
La recherche se fait par thèmes ; peu de documentation sur les photos et navigation pas très ergonomique. Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

MIDEASTIMAGE
Ce remarquable site est une déclinaison du portail « CreativeSyria » créé par le Syrian Cultural Center in Montreal, initiative indépendante qui propose de nombreuses ressources sur la Syrie ancienne et contemporaine.
Il s’agit d’une exceptionnelle collection de photographies, cartes postales, dessins (vie quotidienne, urbanisme, monuments, événements historiques, groupes ethniques…) du XIXe-début XIXe s. sur le Levant, l’Asie mineure, la Mésopotamie, l’Égypte…
Toutes les photographies sont documentées ; la navigation est possible par thèmes ou par recherche détaillée. Possibilité de récupérer les images (en basse résolution) ou de les envoyer par courrier électronique.

Arab Image Foundation
Le but de cette fondation libanaise est de recueillir, préserver et étudier les photographies du Moyen-Orient, du Maghreb et de la diaspora arabe du XIXe s. à nos jours. Plus de 400000 photographies sont disponibles (monuments, sites archéologiques, vie quotidienne, événements historiques, portraits…) ; un grand nombre est téléchargeable.
L’inscription gratuite au site permet de bénéficier de fonctions avancées (agrandissement, légende…)..

Discover Islamic Art – Virtual Museum
Le portail « Musée sans frontière » vous propose ici une visite virtuelle des grands lieux de l’histoire de la civilisation islamique illustrée par des textes explicatifs, de nombreuses photographies de monuments ou de sites historiques, une sélection représentative d’objets d’art et des expositions virtuelles.
Ce musée virtuel couvre les différentes dynasties et cultures islamiques du bassin Méditerranéen depuis les débuts de la conquête arabe jusqu’à la chute de l’Empire ottoman. Il y a un moteur de recherche interne.

Ashmolean Museum – Creswell Photographic Archive
L’Ashmolean Museum of Art and Archaeology  propose la consultation en ligne de la collection de négatifs de l’historien de l’art islamique, K.A.C Creswell. Ces photographies ont été utilisées en partie pour illustrer deux de ses plus importants ouvrages, Early Muslim Architecture (1932) et Muslim Architecture of Egypt (1952), qui font, notamment partie, des collections de la bibliothèque de la MOM.
Ce fonds de photographies (des années 20-40) bien documentées est dédiée à l’architecture islamique, et plus particulièrement en Egypte et au Levant.
La recherche est possible par liste de pays, villes/sites, type de bâtiment ou par moteur interne.

Middle East & Islamic Photographs – Harvard College Library
La « Fine Arts Library » de l’Université d’Harvard possède une collection de plus de 150000 photographies (XIXe-XXe s.) et de cartes postales (1890-1930) sur l’art et l’architecture islamiques ainsi que des vues ethnographiques du Moyen-Orient. Ces fonds photographiques sont issus de collections privées d’historiens de l’art, de musées et de laboratoires de photographes.
Ces collections ont été partiellement numérisées et sont consultables via le catalogue des ressources visuelles de  l’Université d’Harvard . Les vignettes du catalogue sont bien documentées ; l’accès à des images récentes en haute résolution est malheureusement restreint.

Thesiger Collection – Pitt Rivers Museum
Collections de milliers de photographies du musée d’ethnographie et d’archéologie (Pitt Rivers Museum) de l’Université d’Oxford  (GB). La plus importante est celle de l’explorateur et écrivain britannique Wilfred Thesiger (1910-2003) dont les régions couvertes sont le Proche-Orient, l’Arabie, l’Inde, le Pakistan, l’Afrique … Il s’agit de scènes de la vie quotidienne, de paysages, de sites… ; les photographies sont bien documentées. Recherche possible par collections, pays/régions et moteur de recherche interne.
Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

Bibliothèque numérique de l’IFPO
Parmi les fonds numérisés de l’Institut Français du Proche-Orient, la photothèque contient plus de 20000 images (sites archéologiques, monuments, paysages…) en accès libre et gratuit.
On peut faire une recherche multicritères sur tous les fonds numérisés. Les collections sont hébergées par la plateforme E-corpus.

The Max von Oppenheim photo collection
Elle compte quelques 13000 photographies (monuments, paysages, vie quotidienne, fouilles archéologiques, objets archéologiques…) de l’explorateur et diplomate Max von Oppenheim (1860-1946). Elles ont été prises au cours de ses expéditions (1899, 1911 et 1939) en Asie mineure, au Levant et en Mésopotamie et lors de fouilles archéologiques (Tell Halaf, 1911-1929).
Il est possible d’opter pour une recherche thématique ou par collection ; les photographies sont facilement consultables mais ne sont pas utilisables gratuitement… On peut acheter les photos en haute résolution.

Orientalist Photography (Getty Research Institute)
Parmi les nombreuses collections de photographies numérisées du Getty Research Institute (Los Angeles), on trouve, entre autres, le fonds de photographies « orientalistes » rassemblées par Ken & Jenny Jacobson, marchands d’art et photographes britanniques. Ces 4500 photographies (études architecturales, vie quotidienne, paysages…) ont été prises entre 1843 et 1920 au Moyen-Orient et au Maghreb.
Il y a un moteur de recherche interne ; les images sont facilement récupérables.

Brooklyn Museum: Libraries and Archives
Le Brooklyn Museum propose, parmi ses nombreuses collections, un accès à plus de 100000 photographies (XIXème-début XXème s.) numérisées. La Goodyear Archival Collection est la plus fournie en images sur le Moyen-Orient.
On accède aux images par un classement thématique ou par un moteur de recherche interne. Les photographies sont téléchargeables.

Photographic archive of Machiel Kiel
Il s’agit ici des archives photographiques de Machiel Kiel du Netherlands Institute in Turkey (NIT) à Istanbul, soit, pour l’instant, 1300 images sur l’architecture ottomane dans les Balkans prises entre les années 60 et 90.
La recherche s’opère par pays puis par ville/région.

DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM

Afin de répondre à sa mission de diffusion et de partage du savoir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée met à la disposition du grand public ainsi que d’un public plus averti de professionnels et de spécialistes, un site de consultation d’ouvrages numérisés, consultables en mode image ou téléchargeables en format PDF intégrant la recherche en texte intégral. Continuer la lecture de DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM