Archives de catégorie : Astuces documentaires

Une feuille de style MOM pour Zotero !

Depuis peu, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée s’est dotée d’une feuille de style Zotero adaptée aux normes fixées par son service de publications.

Il est possible de télécharger ce fichier .csl sur le répertoire des styles Zotero accessible à l’adresse suivante : https://www.zotero.org/styles en effectuant une simple recherche sur « Maison de l’Orient et de la Méditerranée ». Pour l’utiliser, il suffit de glisser-déposer le fichier téléchargé dans votre interface Zotero personnelle et de cliquer sur « Installer ».

Pour ceux qui souhaiteraient débuter avec Zotero ou parfaire leur maitrise de l’outil, des formations sont organisées sur site à la MOM, les mardi 29 novembre et 13 décembre prochains.
N’hésitez pas à vous inscrire via le lien suivant : http://www.mom.fr/bibliotheques/bibliotheque-de-la-mom/formations-et-tutoriels

zotero_logo

 

Je suis étudiant, j’aime chercher … j’aime surtout trouver !

isidoct-article
Quelques ressources…

Vous avez enfin votre sujet de mémoire ou de thèse. Vous démarrez avec vitalité et entrain votre recherche…

Beaucoup d’entre vous commenceront par taper leur sujet de recherche dans la barre Google de leur navigateur… et rencontreront des succès plutôt limités ! Fini la vie de lycéen, ce que l’on attend de vous maintenant, c’est de la Recherche au sens scientifique du terme, le produit de votre réflexion propre à partir de sources primaires d’information. Il ne s’agit plus de compiler des paragraphes issus de différents sites web aux références plus ou moins fiables.

Vous commencez à vous tourner vers les bibliothèques, les catalogues sont nombreux : Frantiq, Sudoc, KVK, Woldcat,… ils vous renvoient des centaines de réponses… ou aucune selon les cas ! Nos bibliothèques seraient-elles vides ? Ou trop pleines ? Que faire de tous ces livres ? Par où commencer pour établir un état de la question de vos recherches en cours ?

Comment organiser sa recherche documentaire ? Quels mots-clés utiliser ? Ou trouver de nouvelles références ? Continuer la lecture de Je suis étudiant, j’aime chercher … j’aime surtout trouver !

#IdNum2013 : les points clés !

Depuis 10 jours déjà, plusieurs articles sur la rencontre « Identité numérique et visibilité du chercheur sur le web » ont été publiés : quelques exemples ici, là,par ici, et encore par là.

Parmi les nombreux échanges et présentations qui ont eu lieu, 4 points nous ont semblé essentiels à retenir…

identitenumeriqueweb1. Academia versus ResearchGate ?

Les membres de ResearchGate sont plus nombreux, mais la communauté SHS est plus importante sur Academia.edu.  Si vous travaillez sur des programmes de recherche interdisciplinaires, ResearchGate vous ouvrira plus de portes.  Si vos recherches sont strictement focalisées sur les SHS, utilisez plutôt Academia.edu.

2. Les réseaux sociaux : comment éviter de perdre la maîtrise de ses droits en 1 clic ?

Les réseaux sociaux scientifiques sont très utiles pour faire connaitre vos recherches. Mais il est vivement déconseillé de télécharger vos articles sur ces sites : vous perdez sans le savoir la maîtrise de vos données qui peuvent ensuite être transférées ou commercialisées, notamment par Academia.edu.

Privilégiez le dépôt dans HAL et citez seulement les liens hypertextes sur les réseaux. Vous protégez ainsi vos données et valorisez votre laboratoire.

3. Facebook n’est pas un réseau scientifique, MAIS…

C’est un outil de diffusion quasiment incontournable. Il serait dommage de s’en priver. La majorité des personnes qui consultent un article de blog ou de revue en ligne a suivi un lien sur Facebook.

4. Toujours en débat…

Avec l’évolution de l’environnement numérique et l’explosion des données sur le web, comment s’articule la communication traditionnelle et institutionnelle des laboratoires avec celle des individus-chercheurs ? 

 

J’installe Zotero …

Comme vous le savez déjà, Zotero est un logiciel gratuit et open source de Gestion de références bibliographiques dont vous ne pourrez plus bientôt vous passer.

Qui dit logiciel dit installation et vous n’êtes pas informaticien ! C’est possible en suivant ces quelques conseils :

Zotero est une extension de Mozilla Firefox et se présente sous forme de deux modules : Une version monoposte qui vous permettra de collecter des références et organiser votre bibliothèque ; Une version en ligne accessible quel que soit l’endroit où vous vous trouvez. Vous aurez la possibilité de créer des groupes publics ou privés et partager vos données.

Ce logiciel fonctionne avec la dernière version de Firefox, Google Chrome et Safari (que l’on soit sur Mac ou PC).

 

  Installation de votre Zotero sur votre poste : http://www.zotero.org/download/

Image 1

 

Une fois l’installation terminée, cliquez en bas à droite sur l’icône Zotero.

Image 2

 

Nous aborderons la collecte et le partage de vos références dans d’autres billets. N’hésitez pas dès à présent à vous créer votre compte en ligne : https://www.zotero.org/user/login/

Retrouvez-nous vite sur Prefixes pour suivre les prochaines étapes de votre bibliothèque Zotero.

 

 

Si vous voulez suivre une formation Zotero en direct à la MOM, contactez-nous aux adresses suivantes : genevieve.peyres@mom.fr  et nina.mitamona@mom.fr

 

A la découverte de Zotero

Que l’on soit étudiant, doctorant, professeur, chercheur, ou même documentaliste, nous sommes tous amenés à collecter des informations, à les stocker, à les organiser, à les présenter.

Nous vous proposons de découvrir un outil de gestion de références bibliographiques et de documents : Zotero

 Il existe d’autres outils de ce type, tels qu’Endnote, Jabref, Mendeley,… Nous avons choisi Zotero car c’est un logiciel libre, gratuit, facile d’installation, et qui par ses nombreuses fonctionnalités vous rendra de nombreux services.

 Zotero vous permettra, non seulement,  de collecter des références d’articles, d’ouvrages, de sites web. Vous pourrez également éditer votre bibliographie en un clic en respectant les normes bibliographiques préconisées par un enseignant, un éditeur, ou insérer des citations dans un mémoire, une thèse, un article.

A suivre….

Les bibliothécaires de la MOM vous proposeront au printemps 2013 différentes formations à l’utilisation de Zotero suivant votre niveau.

 Suivez l’actualité du blog Préfixes ou de notre page Facebook, chaque mois nous vous présenterons une nouvelle fonctionnalité de Zotero :

-l’installation de Zotero sur votre poste

-la collecte des données bibliographiques ou autres,

-l’édition de votre bibliographie

-le partage de vos références

….

Pour en savoir plus :

www.zotero.org/

www.fr.wikipedia.org/wiki/Zotero

www.zotero.hypotheses.org/


Pour toutes questions, contacter :

Geneviève Peyres  genevieve.peyres@mom.fr

Nina Mitamona nina.mitamona@mom.fr


Quelques atlas numériques de l’Antiquité sur le Net

Le web est devenu une déclinaison évidente pour de nombreux projets scientifiques notamment ceux à caractère géographique. La présentation et la diffusion des résultats s’en trouvent dès lors facilitées et élargies.

La cartographie en ligne a suivi ce mouvement de démocratisation du savoir d’où le développement récent, dans de nombreuses disciplines, de projets ambitieux d’atlas numériques, de répertoires de lieux et de portails cartographiques à destination d’un large public.

Nous vous proposons ici une sélection, non exhaustive, d’atlas archéologiques et historiques centrés, Maison de l’Orient et de la Méditerranée oblige, sur les temps anciens. Ces atlas nous ont semblé pertinents pour celles et ceux qui travaillent sur ces époques et ces problématiques.

DAAHL : The Digital Archaeological Atlas of the Holy Land

DAAHL est un projet international qui propose un atlas archéologique en ligne de la « Terre-Sainte » (Palestine, Israël, Jordanie, Syrie, Sinaï, Liban, Egypte…).

Des dizaines de milliers de sites archéologiques sont enregistrés dans la base de données du projet. Les sites répertoriés, de la préhistoire au début du XXe siècle – peuvent être accompagnés de cartes, de textes, de photographies ou d’objets archéologiques.

Cette application web est le premier acte d’un projet plus ambitieux qui vise à une cartographie complète des sites archéologiques de la Méditerranée (Mediterranean Archaeological Network – MedArchNet).

Le site DAAHL propose plusieurs possibilités d’accès à l’information archéologique et à la visualisation des sites archéologiques :

Empires : visualisation dynamique des zones géographiques occupées par les différentes dynasties (une vingtaine prédéfinies) qui ont peuplé la « Terre-Sainte » au cours des siècles.
La zone délimitant « l’empire » s’affiche sur une carte satellite de la région avec possibilité de zoomer et de jouer sur le type de présentation (plan, image Google Maps, relief…).
Un texte de présentation historique, avec des illustrations, accompagne la carte de la dynastie choisie.

Archaeological Periods : On peut accéder aux 17000 sites de la base de données du projet par grandes périodes archéologiques (une soixantaine), du paléolithique inférieur à l’époque ottomane.
Une application permet l’animation des sites aux cours des différentes époques. Un texte d’introduction à la « période » accompagne la carte de l’époque sélectionnée.

Shishak’s Campaign : reconstitution animée, à l’aide d’images de Google Earth, de la campagne militaire du pharaon Sheshonq 1er (945-924 av.JC) au Levant.

PEF Maps : superposition d’anciennes cartes de la Palestine Exploration Fund (1870-1880) avec des images de Google Maps pour une présentation interactive des sites archéologiques de la région concernée.

Search Database : interrogation de la base de données par nom de site, par période, par type de site…. Présentation finale des résultats sur une image Google Maps enrichi d’une fiche informative sur le site. Il est aussi possible de visualiser le ou les sites trouvés sur « Google Earth » par l’intermédiaire d’un fichier « .kml » généré lors de la recherche.

Spatial Search : à partir d’une carte Google Maps, possibilité de délimiter, à partir de points, une large zone de recherche des sites archéologiques de DAAHL. L’affichage des résultats se fait sur l’application Google Earth ; cette dernière option ne semble pas fonctionner correctement.

Virtual Museum (en phase d’élaboration) : les concepteurs du site proposeront prochainement la possibilité de voir des objets archéologiques, en 3D et sous toutes les coutures, en lien avec les différents sites référencés dans la base de données du projet.

Un atlas archéologique en ligne à fortes potentialités. A suivre…

DARMC : Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization

Le « DARMC », atlas historique développé par une équipe de chercheurs et d’étudiants de l’Université d’Harvard, propose une représentation cartographique, temporelle et interactive des civilisations des mondes antiques et médiévaux (de l’Empire romain au 16ème siècle).

Les concepteurs du projet ont d’abord matérialisé les informations contenues dans le « Barrington Atlas of Greek and Roman World ». Par la suite, la base de données du DARMC s’est enrichie de nouvelles données puisées à d’autres sources bibliographiques qui ont permis d’élever l’atlas à un plus haut degré de précision et d’élargir les zones et les époques couvertes.
Le DARMC collabore d’ailleurs étroitement avec Pleiades, le répertoire des sites antiques.

La grande variété des données entrées dans la base permet la production de cartes spécifiques, originales et modifiables à l’envi. Il suffit, dans l’onglet « Maps », de sélectionner des critères prédéfinis de types chronologiques (époque romaine, médiévale…), historiques (dynasties, Reconquista, croisades, grande peste…), thématiques (voies de communications, centres urbains, peuplement, diffusion des ordres religieux, ligues commerçantes…) et/ou géographiques (Europe, France, Orient…).

On peut croiser les critères, zoomer sur la carte des résultats ou la déplacer dans les limites de la page web.

Il est aussi possible de saisir directement un nom de lieu à afficher sur le planisphère. Toutes les occurrences de la base, en lien large avec la requête, s’affichent sur la partie gauche de la page (possibilité de modifier ou préciser la recherche) et sont matérialisées, en même temps, sur la carte.

L’atlas DARMC compte s’ouvrir bientôt sur l’Afrique et la Chine.

Corona Atlas of the Middle East

Cet atlas archéologique en ligne du Moyen-Orient (et des régions avoisinantes), conçu par l’University of Arkansas, a été élaboré à partir de photographies satellites, noir et blanc, prises entre 1960 et 1972 par la mission CORONA de surveillance des zones à risque à l’époque de la guerre froide.

Les photographies (188000 d’après les concepteurs du projet) utilisées pour réaliser cet atlas constituent une source d’informations importante pour les archéologues qui travaillent sur les évolutions des sites et des vestiges archéologiques de cette région.
En effet, le développement urbain, les conflits, l’intensification de l’agriculture, la construction de voies de communication et de réseaux d’irrigation ont modifié ou fait disparaitre, ces dernières décennies, des lieux tels qu’ils existaient jusqu’au début des années 70.
Ce projet permet donc de répertorier rétrospectivement des sites perdus, voire d’en découvrir ou d’en redécouvrir d’autres, aujourd’hui, peu ou mal documentés.

On accède aux photographies satellites des sites référencés dans la base de données du projet via le menu déroulant des sites archéologiques de l’onglet « Archaeological Sites » de la fenêtre de navigation, sur la droite de la page.
Une fois le site archéologique sélectionné, l’image satellite correspondante s’affiche. En général, plusieurs photographies CORONA sont liées aux sites. Elles correspondent aux différents passages, au cours des années, du satellite sur la zone. Dans la fenêtre de droite, on peut modifier l’affichage de l’image en sélectionnant/désélectionnant les photographies CORONA mises à contribution. On a la possibilité de télécharger la ou les cartes contenant le site recherché. On peut aussi prendre un « instantané » de la zone étudiée.

Si la carte s’affiche en couleur, c’est qu’il s’agit d’une image « Google Maps » récente de la région. Le curseur de transparence (Corona Transparency Slider) de l’onglet « Tools » de la fenêtre de navigation offre la possibilité, pour une même zone, de passer d’une époque (les années 60-70) à l’autre (aujourd’hui) et de percevoir ainsi les évolutions de l’endroit.
Lorsque le curseur se trouve sur la gauche, les images satellites contemporaines (en couleur) deviennent alors de plus en plus visibles. Mais si on le déplace vers la droite, les photographies CORONA (en noir et blanc) prennent le dessus.

Par ailleurs, en haut à gauche de la page, une zone de saisie permet d’accéder directement aux services de cartographie en ligne « Google Maps ». Les images sont contemporaines et la couverture est mondiale.
D’autres critères permettent d’affiner la recherche ou de modifier l’affichage et la présentation des cartes. On peut aussi zoomer sur les cartes.

A noter qu’il s’agit là d’une version Beta du projet d’où parfois quelques bugs à l’affichage des cartes…

ArchAtlas: Archaeological Atlas Project

ArchAtlas est un projet de cartographie sur le web de sites archéologiques proposé par le « Department of Archaeology » de l’Université de Sheiffied (UK).

Les sites archéologiques référencés (environ 200 pour l’instant) concernent la préhistoire et le début des époques protohistoriques. Les régions privilégiées sont la Méditerranée orientale, le Proche-Orient ancien, l’Asie centrale ; A noter quelques sites en Amérique et en Asie orientale…

La localisation des sites contenus dans le répertoire OpenAtlas se fait par l’intermédiaire soit d’un atlas interactif ou soit d’un moteur de recherche interne, si on connaît le nom du site recherché. Chaque notice de site contient une photo satellite de la zone, un planisphère avec la localisation dudit site et éventuellement un renvoi à un article de la revue numérique « Visual Essays » où il est mentionné.
Certains sites bénéficient d’une présentation plus élaborée (série de photos satellites, images en 3D ou panorama).

Tous les sites archéologiques contenus dans OpenAtlas peuvent être visualisés directement sur Google Earth (fichier .kml) ou Worldwind à condition d’avoir installé, au préalable, les applications nécessaires. On a alors la possibilité de faire le lien, à partir du globe virtuel, avec la notice informative du site dans OpenAtlas et éventuellement avec un article de la revue numérique « Visual Essays ».

Les articles de « Visual Essays » traitent, peu ou prou, de problématiques éditorialisés par les concepteurs du site (diffusion de l’agriculture, routes et échanges commerciaux, développement de l’urbanisme et technique de visualisation des données archéologiques) ; les articles sont richement illustrés avec des images satellites, cartes en 3D, schémas, données issues de la télédétection et des SIG appliqués à l’archéologie…
Cette revue numérique accueille aussi des articles issus d’interventions données lors d’ateliers organisés par le département d’archéologie de l’université de Sheffield.

La base de données s’enrichit régulièrement en nouveaux sites archéologiques récupérés à partir d’autres atlas en ligne (ASPRO, TAY, BMSAG…).

ArchAtlas a aussi en projet une cartographie chronologique et culturelle des sites archéologiques référencés dans son répertoire.

Antiquity à-la-carte

Nous avons affaire ici à une application web interactive de cartographie du Monde antique qui permet la conception et l’édition de cartes personnalisées en fonction de critères prédéfinis.

Ce projet a été conçu par « l’Ancient World Mappinp Center » de « l’University of North Carolina at Chapel Hill».

Une fois l’application lancée, l’écran d’élaboration et de visualisation des cartes se décompose en quatre parties :
A gauche, le panneau des critères de recherche (nom de lieu, type de lieu, époque) et d’affichage des résultats correspondants. Au centre, le fond de carte interactif ; sur le panneau à droite, les paramètres de personnalisation de la carte (calques, critères géographiques, légendes…) et affichage des caractéristiques (nom usuel, nom grec, nom latin, type, période…) des lieux sélectionnés en bas de l’écran.
Chaque partie de l’écran est modulable pour donner plus de place à la carte.

Les résultats de la recherche apparaissent dans la zone « Results ». Il suffit de double-cliquer sur une occurrence pour qu’elle apparaisse sur la carte centrale. Si on clique sur le lieu, on obtient une bulle d’informations (nom du lieu, type de lieu, liens possibles vers Pleiades, Wikipedia et/ou Perseus et coordonnées géographiques). Sur la carte, on peut afficher plusieurs lieux en même temps.

On peut aussi modifier l’aspect de la carte en intervenant sur les menus au-dessus de celle-ci. Avec « Labels », on change la langue (anglais, grec, latin) des noms de lieux. Avec « Time Period(s) », on fait varier les époques chronologiques (Archaic, Classical, Hellenistic, Roman, Late) liées aux sites. Avec « Tools », on peut mesurer la distance entre des localités, les déplacer, en créer de nouvelles, tracer des itinéraires ou de larges zones circonscrites et, enfin, sauvegarder la carte sur laquelle on travaille sous forme d’URL.

L’application propose également l’export de la carte aux formats « .json » (lu par les logiciels de SIG) et « .kml » (visualisable sur Google Earth).

A noter que l’affichage de la carte, lors d’un zoom ou d’un repositionnement, peut-être un peu lent…

ORBIS : The Stanford Geospatial Network Model of the Roman World

Ce site interactif, développé par la « Stanford University, (US) » permet une simulation cartographique des déplacements entre cités établis à partir des principales voies de communication (réseau routier, routes maritimes, fleuves et rivières navigables) de l’Empire romain (1er-2ème siècles ap. J.C.) pris dans sa plus grande acceptation (Méditerranée, Mer noire, Asie mineure, littoral atlantique…).

Grâce aux nombreuses informations historiques entrées dans la base de données, une attention toute particulière a été donnée à la durée et aux coûts des voyages, fortement tributaires des contraintes géographiques. Cette simulation tient aussi compte des saisons, des modes et moyens de transports de l’époque.

Lorsqu’on lance l’application, elle ouvre sur une page composée de trois parties :

Au centre, un fond de carte, « zoomable » et repositionnable, sur lequel figurent déjà les principales agglomérations urbaines (751 sites, dont 268 ports, référencés pour l’instant) et voies de communication terrestres de l’Empire romain.

A droite, le panneau de composition de la « feuille de route » (points de départ et d’arrivée, saison du voyage, outil de calcul de l’itinéraire) et de sélection des modalités de l’expédition (rapidité, coût, type de trajet, modes et moyens de transport…).

En bas de la page, un bandeau affiche le détail des principales étapes du voyage. Par ailleurs, en cliquant sur le bouton « Results Grid », situé en haut du panneau de droite, on peut faire apparaitre, au même endroit, l’historique des différents itinéraires cartographiés avec ORBIS. Ces informations (durée du voyage, saison, kilométrage, coût…) sont une reprise de celles notées dans la fenêtre « Calculated Route » qui apparaissent sur la carte à chaque nouvelle composition d’itinéraire.

On peut également télécharger les itinéraires que l’utilisateur a élaborés au format « .kml » afin de les visualiser dans Google Earth.

Le site propose également une galerie de cartes et des cartogrammes, un peu compliqués à lire pour le profane, sur les ratio coût/distance/mode de transport des échanges entre les grandes métropoles de l’Empire romain (Rome, Constantinople, Antioche…).

PLEIADES

Il ne s’agit pas là d’un atlas à proprement parler mais plutôt d’un répertoire toponymique historique, en accès libre, principalement centré sur le monde gréco-romain antique. Il est développé par l’Institute for the Study of the Ancient World (New-York University) et the Ancient World Mapping Center (UNC Chapel Hill).

Ce répertoire – plus de 30 000 lieux antiques référencés – a été, au départ du projet, élaboré à partir des données du « Barrington Atlas of the Greek and Roman World ». Il s’enrichit régulièrement de nouvelles données géographiques provenant d’autres atlas numériques disponibles sur le Web.

A partir d’une page d’interrogation principale, on consulte la base de données (privilégiez la forme anglo-saxonne du nom de lieu). Une liste des items correspondant à la requête s’affiche et l’on peut alors choisir le lieu recherché (région, toponyme, localité, zone géographique, site archéologique, route, rivière, montagne…).

Chaque lieu pointe vers une notice, plus ou moins détaillée, avec une carte Google Maps (plan ou image satellite), des références bibliographiques, une mention du type de lieu, éventuellement les différents noms sous lesquels le lieu a été connu à travers les époques, parfois des photos liées au lieu (hébergées par flickr), quelquefois des liens vers d’autres lieux référencés dans PLEIADES…

La notice propose également des possibilités d’exportation et de présentation des données sous différents formats (Atom, Json, Turtle , KML…) lisibles par des applications appropriées.

A noter aussi qu’il s’agit là d’un projet collaboratif. Après s’être inscrites, les personnes intéressées peuvent s’impliquer dans l’enrichissement du site par l’ajout d’informations géographiques, bibliographiques, historiques ou de liens vers des ressources extérieures.

Au fil de nouvelles collaborations, le site compte élargir son horizon géographique et chronologique en intégrant dans son inventaire de nouvelles localisations antiques en relation avec le Proche-Orient ancien, l’Europe celtique, le monde byzantin….

Old Maps Online

Il ne s’agit pas là non plus d’un atlas mais plutôt un portail qui répertorie les cartes « anciennes » numérisées conservées dans des collections partout dans le monde. Il propose aussi un accès direct à ces cartes.

Le projet a été créé suite à une collaboration entre le « Great Britain Historical GIS Project » de l’University of Porthmouth (UK) et Klokan Technologies GmbH, une entreprise suisse.

On peut rechercher une carte en saisissant directement un nom de lieu dans la zone « Search » en haut de la page. Il est aussi possible de préciser sa recherche en utilisant les curseurs de la règle chronologique afin de restreindre les résultats en fonction de la date de publication des cartes.

Les résultats des requêtes sont matérialisés, sur la droite de la page, par des vignettes de cartes qui font le lien vers le ou les sites Web qui possèdent les documents numérisés. Les modalités de visualisation ou de téléchargement éventuel des cartes sont propres aux sites hôtes.

Le portail « Old Maps Online » ne contient pas de carte.

L’onglet « Collections » liste les collections de cartes numérisées que le portail moissonne. Nous venons de survoler les fonctionnalités de ces quelques projets d’atlas numériques qui se recoupent d’ailleurs parfois sur bien des aspects (à quand l’atlas unique des sites archéologiques de la Méditerranée antique, par exemple ?). Chacun d’entre eux mériterait qu’on s’y attarde plus longtemps afin de mieux maitriser toutes ses potentialités. A vous de jouer…

Pour un recensement plus complet des projets cartographiques et numériques, en accès libre, de l’Antiquité, voir l’article « Roundup of Resources on Ancient Geography » sur le Blog AWOL – The Ancient World Online.

Rechercher des articles de revues SHS sur le net en texte intégral

Les revues scientifiques sont la principale source d’information documentaire dont disposent les étudiants et les chercheurs. La référence bibliographique identifiée, le chercheur ou l’étudiant n’est plus obligé de se déplacer en bibliothèque pour consulter l’article. Comment consulter un article de revue de son bureau ? Quelques pistes…

Continuer la lecture de Rechercher des articles de revues SHS sur le net en texte intégral