Tous les articles par contributeur

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos.

Le site de Nea Paphos est classé à l’inventaire du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980.

Outre les fouilles d’urgence conduites par le Département des Antiquités (nombreuses en raison du fort développement touristique de la zone), les sites de Palae- et Nea Paphos ont été et sont explorés par de nombreuses missions, chypriotes et étrangères (australienne, britannique, italienne, polonaises, suisse-allemande…).
Deux missions françaises se sont succédées à Paphos : la première, dirigée par J. Bérard, a porté dans les années 1950 sur une nécropole antique à Ktima (au nord-est de Nea Paphos) ; la seconde, dirigée par Cl. Balandier, poursuit ses travaux sur la colline de Fabrika, également à Nea Paphos.

Les pionniers

La mission de Vogüé recopie, en 1862, quelques inscriptions
chypro-syllabiques sur les deux sites, en particulier celles qui ornent deux hypogées. Au cours de la décennie suivante, deux membres de l’École française d’Athènes, M. Beaudouin et Ed. Pottier parcourent l’île. Le second consacrera un article aux « hypogées doriques de Nea-Paphos » (accessible en ligne sur Persée , et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment) qu’il date du VIe s., alors qu’il s’agit de la nécropole hellénistique de
type alexandrin aujourd’hui connue sous la nom de « Tombeaux des rois »…

Vue de l’un des hypogées hellénistiques dits « Tombeaux des Rois » à Kato Paphos
© photo A. Malecos

C’est encore l’épigraphie qui attira à Chypre un nouveau membre de l’École française d’Athènes, H. Seyrig, en 1924. Il publie quelques bases de statues d’époque impériale du sanctuaire d’Aphrodite à l’Ancienne-Paphos (article accessible en ligne sur Persée et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment).
Mais c’est dans l’est de l’île, à Enkomi, qu’à partir de 1946 une première mission française, dirigée par Cl. Schaeffer, fait des fouilles. Elle sera suivie, après l’indépendance, par d’autres missions françaises.

La mission Jean Bérard (1952-1955)

Le monde mycénien et le retour des héros de la guerre de Troie attirent J. Bérard à Chypre. Une légende faisait en effet de Paphos une ville fondée par l’Arcadien Agapénor. Au cours d’une première campagne, en 1952, il explore Kato Paphos, où il ne met au jour aucun vestige antérieur au Ve s. av. J.-C. Il fait ensuite des fouilles,
au cours de trois autres campagnes, sur le plateau rocheux d’Iskender, au nord de la ville moderne de Ktima, au-dessus de Nea Paphos. Là, en effet, des tranchées antiaériennes creusées pendant la guerre avaient fait découvrir plusieurs vases géométriques.

J. Bérard et J. Deshayes (3e et 4e en partant de la gauche), à Kato Paphos
© photo archives Jean Bérard

Pourtant, les attentes furent déçues : J. Bérard, assisté de J. Deshayes, fouilla une dizaine de tombes à chambre creusées dans le rocher, datées du Xe au IIe s. av. J.-C. Rien de mycénien, donc, mais la preuve que le site était occupé dès l’Âge du Fer, avant que le siège de la capitale ne soit transféré de l’Ancienne à la Nouvelle-Paphos. La publication (réalisée par J. Deshayes après la mort accidentelle de Bérard en 1957), issue d’une fouille minutieuse, contient en outre des observations importantes qui renseignent sur les pratiques funéraires chypriotes.

Une partie des objets découverts par la mission française à Ktima est arrivée au Musée du Louvre, où ils sont toujours conservés : ce sont les derniers à avoir rejoint un musée français, avant l’abrogation de la loi sur le partage des antiquités.

La Mission archéologique française à Paphos (MafaP, depuis 2008)

Une mission française dirigée par Cl. Balandier (Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International / Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse) effectue des fouilles depuis 2008 à Nea Paphos, sur la colline de Fabrika, au nord-est de la ville antique. L’exploration, toujours en cours, a révélé l’existence de carrières (exploitées à l’époque hellénistique), celle d’une maison romaine aux murs décorés d’enduits peints, ainsi que divers aménagements rupestres (dont certains probablement cultuels), au-dessus du théâtre que fouille une mission australienne de l’Université de Sydney.

« Exèdre à la coquille » au sud de la colline de Fabrika.
Fouilles françaises (MafaP)
(d’après Cl. Balandier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 35, 2015, p. 169, fig. 4)

Il faut enfin mentionner le rôle joué par des épigraphistes français dans l’étude et l’édition de corpus d’inscriptions paphiennes (lire le prochain article qui sera publié ici, sur l’écriture chypro-syllabique écrit par Agnieszka Halczuk). O. Masson a publié, en collaboration avec T.B. Mitford, les inscriptions syllabiques du sanctuaire de Rantidi et celles de Kouklia/Palaepaphos (les deux volumes ont paru dans la collection Ausgrabungen in Alt-Paphos, respectivement vol. 2, 1983, et 4, 1986). J.-B. Cayla a consacré sa thèse aux inscriptions alphabétiques : l’ouvrage paraîtra cette année aux Editions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Base de statue de Palaepaphos
© photo J.-B. Cayla

Indications bibliographiques (pour une bibliographie des 3 articles sur Paphos voir ici)

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Les catalogues des ventes numismatiques, de précieux outils de recherche

Dans le cadre d’une thèse consacrée à une « approche numismatique du début de la crise du IIIe siècle (238-253 ap. J.-C.) », Thomas Bardin, doctorant du laboratoire Hisoma, s’est interrogé sur la pertinence de son corpus monétaire. Pour constituer  celui-ci, il a choisi de ne pas se limiter aux fonds muséaux ou archéologiques mais s’attèle également aux collections privées. Pour ce faire, les catalogues de ventes en numismatique forment des ressources précieuses. Il a bien voulu nous expliquer ici sa démarche et, de surcroit, pour faciliter la tâche de ceux qui le suivront dans ce type de recherche, il a effectué un recensement des catalogues conservés à la bibliothèque du CEROR, et ceux  disponibles à la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Ces fonds documentaires rassemblés comptent près de 750 catalogues datant des années 1970 jusqu’à nos jours. Les catalogues en libre accès à la bibliothèque du CEROR, estimés à 300 exemplaires environ, ont été donnés par Michel Debidour, historien et archéologue, enseignant à l’Université Lyon 3. Les quelques 450 exemplaires réunis dans les réserves de la bibliothèque de la MOM ont été collectés au fil des ans et des donations ponctuelles des chercheurs. Des maisons de vente spécialisées, telle la Numismatik Lanz Müchen, transmettent régulièrement, chaque année, leur catalogue de vente à la bibliothèque. Ces différentes acquisitions ont contribué, et contribuent encore aujourd’hui, au développement d’une collection qui gagne en cohérence.

Cet article est également publié sur le carnet de recherche de Thomas Bardin, Moneta :  http://moneta.hypotheses.org/

 

Une source historique de premier ordre :

C’est en quelque sorte la partie immergée du réservoir d’antiquités et de monnaies circulant dans le monde depuis des décennies. Antiquités et monnaies anciennes ont toujours été des objets de collection intéressant les amateurs privés, du fait de leur esthétique d’une part, et de leur abondance relative d’autre part.  Ignorer les monnaies de collection privées au seul profit des collections publiques serait un choix pratique valable, mais un non sens scientifique. Un corpus de recherche exhaustif ne peut pas s’arrêter aux seuls fonds muséaux ou archéologiques de caractère public. Une grande partie du matériel se trouve dans des mains privées, et n’est accessible au chercheur qu’en de très brefs instants : son passage en vente publique, qui fait généralement l’objet d’un catalogue et donc d’une description, parfois l’unique occasion de « capter » l’objet pour la recherche, avant sa disparition définitive ou cyclique (les monnaies en or romaines réapparaissent par exemple régulièrement en vente au fil des générations). Le rassemblement des catalogues des grandes maisons de ventes permet ainsi d’archiver tout ce matériel paru dans les ventes publiques, souvent très bien illustré, décrit et expertisé.1

Cet usage historique des ventes s’applique essentiellement à la recherche de fonds visant l’établissement de typologies : il s’agit de mettre en évidence toutes les variétés d’un monnayage, de chercher les curiosités et raretés, de les identifier et les mettre en série. Il s’agit d’une démarche bien différente de l’étude des monnaies de fouilles : il n’est d’abord pas possible d’examiner en main propre le matériel décrit, et ensuite il s’agit de pièces de bonne conservation recherchées par les collectionneurs pour leur valeur esthétique et historique, ainsi que leur rareté. Il s’agit donc d’un matériel bien différent des monnaies de fouilles exhumées quotidiennement et révélant généralement des monnayages courants déjà abondamment documentés.

L’étude précise de portions de monnayages, au-delà de l’identification des types, s’intéresse aux quantifications d’une part, mais également à  la recherche de liaisons de coins entre les monnaies, marque de contemporanéité entre celles-ci afin de mettre en évidence la structure des émissions monétaires étudiées : dans ce cas, un maximum d’exemplaires examinés est souhaitable. Or aucune collection publique ne dispose de collection exhaustive pour ces monnayages : c’est pourquoi l’enquête numismatique doit s’étendre chaque fois que cela est possible et utile, aux collections et ventes privées. Il existe par exemple au moins autant de monnaies d’or décrites dans ces catalogues que dans l’ensemble des collections publiques réunies, et pour la plupart non publiées.

Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2 : Le corpus : son contour, ses limites et sa cohérence, 2014, à paraître.
Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2, 2014, à paraître.

Une collection inédite en région.

Ces ouvrages ou livrets sont d’abord des catalogues marchands. De fait, leur présence au sein des bibliothèques ne va pas de soi. Pour cette raison, le chercheur ne dispose que des bibliothèques spécialisées attachées aux départements de monnaies et médailles des musées, ou bien des collections privées – on ferme la boucle – des vendeurs et numismates indépendants. Seule la bibliothèque du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France a entrepris un archivage systématique des ventes numismatiques internationales et nationales en France. La consultation de certains catalogues est également possible au Médaillier de Lyon : mais il s’agit en grande partie de catalogues adressés à titre privé au conservateur par les marchands, et non d’un fonds appartenant à l’institution. La documentation reste donc éclatée et lacunaire, et pour cette raison ignorée ou délaissée. Les fonds actuellement conservés à la bibliothèque de la MOM et à la bibliothèque du CEROR représentent près de 800 ventes de monnaies grecques et romaines, parmi lesquelles figurent des maisons prestigieuses de référence, constituant une archive inédite en région, désormais accessible au plus grand nombre. Une partie des séries incomplètement conservées se trouve par ailleurs accessible en ligne via des moteurs de recherches spécialisés dans la compilation de ces ventes en ligne ou directement via les archives en ligne de grandes maisons de vente.

Aureus de Gordien III paru chez Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, Auktion 73, 17.05.2004, lot 830 puis de nouveau dans Auction 76, 17.10.2005, lot 607. 3e exemplaire connu pour ce type. © 2010-2014 mcsearch.info

 

 

  1. François de callatay, « Un problème de documentation en numismatique antique : les catalogues de ventes », Histoire et Mesures, 5.3-4, 1990, p. 259-269 []