Tous les articles par Agnieszka Halczuk

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île. Continuer la lecture de Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk