Nouveaux ouvrages numérisés sur DIGIMOM en 2018

DIGIMOM, la bibliothèque numérique de la MOM s’est enrichie en 2018 de 24 nouveaux volumes téléchargeables à l’envie. Vous trouverez ci-dessous un résumé des documents (des monographies, des atlas et quelques cartes) récemment mis en ligne au format pdf.

Formae orbis antiqui : 36 karten mit kritischem text und quellenangabe / Henrici Kiepert ; bearbeitet und herausgegeben von Richard Kiepert . – Berlin : Dietrich Reimer (Ernst Vohsen), 1912.
Cet ouvrage est considéré comme le chef d’œuvre d’Heinrich Kiepert (1818-1899), célèbre géographe et cartographe allemand, pionnier de la cartographie historique de l’Antiquité. Cette compilation de cartes accompagnées de textes explicatifs en allemand est l’accomplissement de son projet de cartographier l’ensemble du monde antique à partir des sources historiques et archéologiques à sa disposition. Cet atlas original et longtemps inégalé contient en réalité 25 cartes (un certain nombre de cartes prévues n’ont jamais été publiées) éditées par Heinrich Kiepert et son fils, Richard Kiepert (1846-1915), cartographe lui aussi, qui a poursuivi le projet après la mort de son géniteur.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1272&limit=0

Olympia : die ergebnisse der von dem Deutschen Reich veranstalteten ausgrabung. Karten und pläne. Bildwerke von Olympia in Stein und Thon / herausgegeben von Ernst Curtius und Friedrich Adler. – Berlin : Verlag von A. Ascher & Co, 1897.
Cet atlas archéologique compile deux cartes, 10 plans et deux photographies du site d’Olympie établis à partir des premières fouilles systématiques d’envergure entreprises entre 1875 et 1881, pour le compte du gouvernement allemand, par, notamment les deux éditeurs scientifiques de l’ouvrage, l’archéologue Ernst Curtius (1814-1896) et l’architecte Friedrich Adler (1827-1908).
Cet ouvrage fait partie d’un ensemble de cinq volumes consacrés aux fouilles d’Olympie.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1271&limit=0

Atlas de géographie économique de Syrie et du Liban : historique de l’influence française en Orient, géographie physique, richesses naturelles / par Z. Khanzadian et L. de Bertalot. – Paris, 1926. – Gr. : ill. en noir et en coul. ; in-fol. Texte en 85 p., 67 carte.
Contient : 1, Historique de l’influence française en Orient, Géographie physique, Richesses naturelles / par Z. Khanzadian ; 2, Commerce, Industrie / par L. de Bertalot.
Cet Atlas comprend, outre un important texte de présentation géographique et économique, 44 cartes historiques, en héliogravure ou en couleurs, des reproductions de cartes anciennes, et 23 cartes politiques et économiques, dessinées par l’auteur, le capitaine de corvette Zadig Khanzadian (1884 – 19..), ingénieur hydrographe de la marine française et inspecteur de la Marine Ottomane. Il fut nommé membre de la délégation arménienne à la conférence de paix de 1920.
Cet ouvrage aborde la géographie historique de la Syrie et du Liban depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes. Il nous renseigne sur la situation économique, sur l’état des voies de communication, sur l’agriculture, sur le mouvement des ports syro-libanais et notamment sur le port de Beyrouth.
De Bertalot, rédacteur de la seconde partie de l’atlas en est aussi l’éditeur.
Ce travail commencé en 1912 fait suite à un Atlas sur la Turquie publié en 1924, et précède un atlas de la Palestine de 1932.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1268&limit=0

Plan de Paris actuel. – Echelle : 1:100 000. – Paris : Maison Logerot : J. Gaultier Sr., 1882. – 1 carte : en coul. ; 77 x 60 cm pliée in-8°.
Un joli plan du Paris de 1882, tout en couleur, mais sans les lignes de métro et de RER…
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1267&limit=0

Atlas de géographie physique, politique et historique : adopté par l’université à l’usage des lycées et des maisons d’éducation pour suivre les cours de géographie et d’histoire / par Delamarche ; revu et augmenté par Grosselin. – Nouvelle édition. – Paris : Librairie géographique de Émile Bertaux, 1868. – 1 atlas ([10] f.- [45] f. de pl.) : ill., cartes en coul. ; 34 cm.
Afin de mieux justifier la constante faveur dont il jouit dans les lycées et les divers établissements d’éducation français, le cartographe Augustin Grosselin (1800-1878), qui a pris la suite dans cette entreprise de Félix Delamarche (1780-1835), a apporté, pour cette édition, de notables améliorations à ce classique des atlas éducatifs.
Désireux de satisfaire aux programmes d’enseignement, et dirigés d’ailleurs par les conseils éclairés de plusieurs professeurs de l’Université, l’auteur a entrepris de corriger une grande partie des cartes et refait entièrement celles de l’Allemagne et de l’Italie.
Remarquable par son exactitude et sa netteté, la division moderne de l’atlas traite, avec un soin extrême toutes les particularités de l’ordre physique. A cette géographie moderne se rattache une carte des races humaines et une carte ethnographique très détaillées.
En ce qui concerne la géographie du Moyen âge et de l’Antiquité, la diversité des cartes jette un jour nouveau et répand un attrait tout particulier sur les différentes époques historiques.
Les cartes historiques ont toutes été l’objet d’une étude approfondie et les renseignements qu’elles fournissent sont puisés aux meilleures sources.
L’avantage de ces cartes est de mettre sous les yeux des jeunes gens la France à différentes époques, d’indiquer ses agrandissements successifs et les moyens pacifiques ou violents qui ont contribué à son développement.
Une grande carte physique et politique de la France contemporaine, d’un format double, a été pour cette édition ajoutée à notre Atlas. Les parties orographiques et hydrographiques y sont très soignées. Les tracés des chemins’ de fer et des canaux s’y présentent sans confusion ; on y trouvera également les divisions ecclésiastiques et les divisions militaires, ainsi que tous les lieux historiques.
L’atlas propose donc 4 pages pour la cosmographie générale, 29 cartes en 14 planches pour la Géographie Ancienne, 33 cartes en 12 planches pour la Géographie du Moyen-Age, et 37 cartes en 23 planches.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1266&limit=0

Atlas pour servir à l’Histoire grecque de E. Curtius / par A. Bouché-Leclercq. – Paris : Ernest Leroux éd., 1883. – VIII-118 p. – XXI cartes : ill. en noir et en coul. ; 25 cm.
Le présent Atlas -qui ne contient en réalité qu’une vingtaine de cartes- de l’historien de l’Antiquité gréco-romaine Auguste Bouché-Leclercq (1842-1923) n’est pas un résumé de l’Histoire grecque de l’historien et archéologue allemand Ernst Curtius (1814-1896), directeur des fouilles d’Olympie. Il a été composé en rassemblant les informations complémentaires qui lui ont paru les plus utiles à ceux qui souhaiteraient se lancer dans la lecture de l’œuvre monumentale en 6 vol. de Curtius, traduite d’ailleurs en français entre 1880 et 1885 par Bouché-Leclercq.
La partie mythographique est un résumé des premiers chapitres de l’Histoire de la Grèce de l’historien anglais Georg Grote (1794-1871).
Ce recueil n’est ni une œuvre originale, ni une compilation sans critique. On ne trouvera ici que des indications sommaires, mais l’auteur a pris soin de signaler à ceux qui ne s’en contenteraient pas, les ouvrages spéciaux où ils pourront trouver une satisfaction plus ample à leur curiosité que l’ouvrage souhaite surtout éveiller.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1263&limit=0

Atlas von Athen / im Auftrage des Kaiserlich deutschen archäologischen Instituts ; hrsg. Von E. Curtis und J. A. Kaupert. – Berlin : D. Reimer, 1878. – 35 p.-XII f. de pl. : ill. ; 39 cm.
Cet ouvrage – qui compte une douzaine de cartes – conçu par l’historien Ernst Curtius (1814-1896), et le cartographe Johann August Kaupert (1822-1899) est le résultat d’une série de missions entreprises à Athènes et dans ses environs entre 1875 et 1878.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1262&limit=0

An Atlas of ancient Egypt with complete index, geographical and historical notes, biblical references, etc. – London : Offices of the Egypt Exploration Fund, 1894. – XI-22p. : 8 cartes h.t. coul ; 29 cm.
Cet atlas historique (8 cartes) édité à l’initiative de l’Egypt Exploration Fund propose un état synthétique des connaissances sur l’Egypte (et des pays limitrophes) antique, époque pharaonique comprise, à destination des amateurs éclairés. On y trouve également une carte de l’Egypte de la fin du XIXe siècle.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1261&limit=0

Algérie et Tunisie 1885. – Paris : Association française pour l’avancement des sciences, [ca 1885]. – ; 20 cm.
Une bien belle carte au 1 :800000e de l’Algérie et de la Tunisie à l’initiative du service géographique du Ministère de la Guerre.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1258&limit=0

L’Ancien art serbe : les églises / Millet, Gabriel. – Paris : De Boccard, 1919. – 208 p. : ill. en noir. photogr. ; 33 cm.
Dans ce luxueux volume, admirablement illustré, Gabriel Millet (1867-1953) étudie avec sa maestria coutumière l’architecture ecclésiastique de l’ancienne Serbie. Durant trois cents ans, du XIIe au XIVe siècle, les Serbes dominèrent l’ouest de la péninsule des Balkans et ils y fondèrent un empire qu’enrichit le commerce et où fleurirent les œuvres de la civilisation. Plus tard, sous l’oppression turque, ils refluèrent vers le nord et peuplèrent le sud de la plaine hongroise. Placés entre les Latins et les Grecs, ils subirent dans l’ancienne Dalmatie l’influence de Venise, dans la région du Vardar celle de Constantinople, et adoptèrent d’un côté le style lombard, de l’autre le style byzantin. Mais dans la Serbie propre, ils surent combiner avec goût les deux traditions et créer des types architecturaux qui leur furent propres. Montrer dans le détail l’originalité de cette combinaison, indiquer comment un peuple qui a beaucoup construit, a modifié les modèles dont son éclectisme s’inspirait, et faire valoir ainsi son mérite artistique, telle est la tâche ardue dont M. Millet s’est acquitté avec une aisance lucide servie par une vaste érudition.
La série des églises que reproduisent les belles planches de son volume et dont un commentaire substantiel analyse les éléments, apportera à beaucoup de lecteurs une révélation et apprendra quels maîtres architectes produisit une nation dont nous avons coutume d’apprécier surtout les qualités guerrières.
(Cumont F. In : Revue belge de philologie et d’histoire, tome 1, fasc. 3, 1922. pp. 561-562).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1260&limit=0

Histoire de la céramique grecque / par Olivier Rayet et Maxime Collignon. – Paris : G. Decaux, 1888. – XVII-420 p.-16 f. de pl. : ill. en noir et en coul. ; 30 cm.
Cet excellent ouvrage, commencé il y a plusieurs années par le regretté Olivier Ravet (1847-1887), a été terminé, après sa mort prématurée, par un de ses amis, qui est aussi un archéologue très érudit, un juge délicat et, ce qui ne gâte rien, un très bon écrivain. L’objet du livre est, suivant les propres termes de M. Collignon (1849-1917), « l’histoire de la technique et du style des vases grecs ». (On voit que le mot Céramique est pris ici dans un sens assez restreint, qui exclut notamment les figurines de terre cuite). Les auteurs passent d’abord en revue les premiers produits, parfois anthropomorphes, de la poterie hellénique, ces vases de la Troade, exhumés par Schliemann, et dont la plupart sont faits à la main.
Viennent ensuite les vases de Théra et leurs similaires à Rhodes, à Mycènes et ailleurs, avec leur ornementation surtout végétale. A ceux-ci succèdent les vases, dits cariens ou ioniens, d’Athènes, de Chypre et d’autres lieux, remarquables par une décoration géométrique qui dérive des ouvrages de vannerie. L’imitation orientale ne commence à se faire sentir sérieusement qu’au VIIe siècle, par l’intermédiaire de la Phénicie et de la Lydie : alors apparaissent les divinités et les animaux symboliques, l’ornementation florale exotique, tous les éléments du style dit asiatique, dont Corinthe fut le principal atelier et dont les produits se déversèrent, sur l’Étrurie, où se créèrent peut-être des fabriques locales.
Au VIe siècle, la décoration conventionnelle cède la place à la véritable peinture sur vases : c’est la céramique à fond rouge et à figures noires, et un peu plus tard la céramique à fond noir et à figures rouges. Athènes est désormais le centre de la céramique, comme de tous les autres arts, et celle-ci, affranchie de l’imitation orientale, produit des chefs-d’œuvre, souvent signés par leurs auteurs, les Euphronios, les Sosias, les Brygos, etc.
Des séries parallèles, moins riches, mais non moins intéressantes, sont les admirables lécythes blancs, les amphores panathénaïques, les vases à dorure, à polychromie, à reliefs’. La décadence commence dès la fin du IVe siècle, avec les produits nombreux, parfois énormes et brillants, mais d’une facilité un peu vulgaire, qui caractérisent la fabrique de Tarente. A l’époque romaine, le goût achève de se corrompre : la poterie imite le métal ; elle abuse de la ronde-bosse, et se contente le plus souvent de reliefs imprimés au moule, qui suppriment la personnalité de l’artiste. C’est la poterie dite samienne, mais en réalité romaine, industrielle plutôt qu’artistique. […]
(In: Revue des Études Grecques, tome 1, fascicule 3,1888. pp. 342-343).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1270&limit=0

La caverne de Font-de-Gaume aux Eyzies, Dordogne / par Denis Peyrony, Louis Capitan. – Monaco : Impr. Chêne, 1910. – 1 vol. (VIII-271 p.-65 p. de pl.) : fig. ; 37 cm – (Peintures et gravures murales des cavernes paléolithiques).
Après avoir rappelé les conditions de la découverte et de l’étude patiente des dessins· qui ornent ses parois, sa situation géographique et sa constitution géologique, Denis Peyrony (1869-1954) et Louis Capitan (1854-1929) passent en revue l’histoire de la grotte de Font-de-Gaume telle que le sol et les parois la révèlent. La grotte fut d’abord un repaire d’ours des cavernes, dont les os pétrissent le sol, et dont les griffes ont lacéré les parois ; elle fut ensuite fréquentée par des humains, dès une époque probablement antérieure au Moustérien, sûrement durant l’Aurignacien, le Solutréen et le Magdalénien, qui, tous, sont représentés par des silex et des os travaillés.
Parmi les objets recueillis, les préhistoriens attacheront une attention soutenue à certains silex, dont l’usure particulière dénote qu’ils ont servi à inciser les parois, et à des fragments d’ocre utilisés par les peintres. Ces derniers, façonnés de diverses manières, seront rapprochés de ceux, très abondants, recueillis dans la grotte voisine des Eyzies, et d’autres analogues venant de gisements plus ou moins synchroniques.
Les auteurs étudieront les causes qui ont pu déterminer, même en dehors d’une intention humaine, la localisation apparente des décorations pariétales dans des corridors profonds et spécialement la corrosion des parois par la rosée de condensation de la vapeur d’eau de l’atmosphère.
Puis viendra une description précise de toutes les figures déchiffrées, dans leur ordre de distribution sur les parois. Une fois décrit l’ensemble des dessins, les auteurs exposeront leurs hésitations quant à la classification chronologique de ces œuvres disparates appartenant à l’âge du Renne, quant aux faits précis de superposition qui peuvent servir de base à cette répartition dans le temps, et enfin à l’idée qu’ils se sont faits de l’évolution artistique et de la transformation graduelle de la technique des artistes.
Certains groupes de figures seront l’occasion de paragraphes successifs sur les dessins de Mammouth, de Rhinocéros, de Carnassiers (Ours exceptés), de Renne, de Cerf, de l’Elan, des Bœufs et du Bison, non seulement dans la caverne de Font-de-Gaume mais aussi dans l’art pariétal contemporain.
Une catégorie de dessins a aussi particulièrement attiré l’attention des auteurs ; il s’agit des figures de huttes, ou signes tectiformes que les préhistoriens compareront à l’architecture primitive de nombreux peuples indépendants les uns des autres.
Enfin le dernier chapitre contiendra le bilan des images relevées dans la caverne, et un exposé de la succession des faunes figurées par chacune des techniques qui ont régné, dans la suite des temps quaternaires, parmi les peintres de parois.
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1269&limit=0

Musée de Lyon : inscriptions antiques. Tome premier / par A.Allmer et P.Dissard . – Lyon : Delaroche, 1888. – 461 p. ; 28 cm.
La publication, décidée en 1886 par le conseil municipal de cette ville, fut commencée en 1888, et conduite avec une active rapidité. Le premier volume contient les inscriptions relatives aux empereurs ou à des personnes de la famille impériale, aux fonctions sénatoriales, équestres ou inférieures, enfin à l’armée. Dans le second sont rassemblées les inscriptions religieuses et municipales ; celles qui concernent les corporations lyonnaises sont spécialement instructives. Les inscriptions funéraires sont regroupées dans le troisième volume. L’épigraphie chrétienne et l’épigraphie doliaire sont l’objet du quatrième. Le cinquième contient, avec les additions et corrections requises, des tables précieuses, qui faciliteront l’usage du recueil.
Cet ouvrage est définitif. Il dénote, chez les deux auteurs, une conscience scrupuleuse, une science impeccable. Les antiquités lyonnaises n’ont pas de secret pour M. Allmer : ses deux volumes sur Trion possèdent une réputation méritée. Ses connaissances épigraphiques sont d’une sûreté parfaite et d’une rare étendue : elles étaient attestées, déjà, par ses Inscriptions de Vienne et par la revue qu’il rédige. Dans les commentaires dont il fait suivre chaque inscription, son érudition se prodigue avec une complaisance copieuse ; il n’est pas un détail du texte que M. Allmer laisse inexpliqué. La façon même dont il a conçu ce commentaire désigne spécialement son livre à l’attention des étudiants : le Corpus, les recueils d’Orelli, Wilmanns et Dessau, risquent fort d’être des grimoires pour un lecteur peu familier avec les éléments de l’épigraphie ; un ignorant, au contraire, peut se confier à M. Allmer; c’est un excellent guide, dont la compagnie pourrait suppléer, sans trop de désavantage, à un cours pratique de déchiffrement….
(In : Mélanges d’archéologie et d’histoire, tome 13, 1893. pp. 372-374).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1259&limit=0

Mission archéologique en Arabie (mars-mai 1907) de Jérusalem au Hedjaz (Médain-Saleh) / Par les RR. PP. Jaussen et Savignac. – Paris : E. Leroux, 1909. – 508 p.-XXXIV p.de pl. : ill. ; 29 cm – (Publications de la Société Française des Fouilles Archéologiques ; 2).
En 1907, les PP. R. Savignac (1874-1951) et A. Jaussen (1871-1962 obtiennent une mission, de la Société Française des Fouilles Archéologiques, pour se rendre dans les régions de Madâ’in Sâlih, Taymâ’ et al-‘Ulâ. Les deux chercheurs disposent d’avantages par rapport à leurs prédécesseurs : l’équipement photographique et la construction du chemin de fer du Hijâz reliant Damas à Médine. Grâce à la photographie qui permet d’avoir les premiers clichés des vestiges de la région, le monde savant prend connaissance des monuments de Taymâ’, de Madâ’in Sâlih et d’al-‘Ulâ, jusqu’alors connus seulement par des croquis.
Au printemps 1907, les deux chercheurs se mettent en route. Des problèmes empêchent le bon déroulement de leur mission, et seule Madâ’in Sâlih est visitée et étudiée. Ils relèvent des inscriptions nabatéennes et des graffites dédanites et thamoudéens.[…]
Les résultats de cette première mission sont publiés en 1909 dans le premier volume de Mission Archéologique en Arabie. Le texte de ce volume, comme du suivant d’ailleurs, est divisé en quatre parties : itinéraire, épigraphie, archéologie et ethnologie. Le traitement de la documentation épigraphique est complet. Les auteurs donnent une description du texte et du lieu de provenance, les mesures du texte, la bibliographie (si le texte est connu) et la traduction avec une analyse. Les inscriptions nabatéennes sont publiées avec la photographie de leurs estampages. Pour les graffites dédanites, seule la copie est fournie, mais des estampages (aujourd’hui à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et à l’École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem) ont été pris par A. Jaussen et R. Savignac. […]
(Saba Farès-Drappeau, In : Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée ; http://journals.openedition.org/remmm/2681).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1255&limit=0

Mission archéologique en Arabie. II/1. El-‘Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk : texte / Par les RR. PP. Jaussen et Savignac. – Paris : P. Geuthner, 1914. – 690 p. : ill. ; 29 cm – (Publications de la Société Française des Fouilles Archéologiques).
Au printemps de 1909 et de 1910, les deux savants mènent deux expéditions à al-‘Ulâ et Madâ’in Sâlih. Arrivés de Damas à al-‘Ulâ, ils relèvent des inscriptions dans le village, dans les jardins de Minshiyya, puis étudient celles qui couvrent la paroi de la montagne derrière la gare jusqu’à Khirbat al-Khurayba et Wâdâ Mu‘tadil. Ils suivent la chaîne de montagne, vers le nord, jusqu’à Madâ’in Sâlih. Les résultats sont d’une valeur inestimable, tant pour l’épigraphie que pour les descriptions des sites. Au total, avec les inscriptions publiées dans le premier volume, nous disposons de 392 inscriptions nabatéennes, 213 minéennes, 383 dédanites appelées « lihyanites » par les auteurs, 761 graffittes « thamoudéens », 8 inscriptions hébraïques, 21 inscriptions grecques et 3 inscriptions latines. Parmi les inscriptions dédanites figurent celles qui ont été relevées par les précédents voyageurs. […]
Les résultats sont publiés, en 1914, dans le deuxième volume de Mission Archéologique en Arabie. Ce volume est riche en renseignements archéologiques et épigraphiques. L’atlas publié avec le deuxième volume est particulièrement riche en planches : cartes des itinéraires, photographies des monuments et des inscriptions, photographies des estampages et copies en fac-similé des inscriptions. […]
(Saba Farès-Drappeau, In : Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée ; http://journals.openedition.org/remmm/2681).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1256&limit=0

Attic vase paintings in the Museum of Fine Arts, Boston. Part I. Plates I-XXX / by L. D. Caskey ; with the co-operation of J. D. Beazley. – London Boston : Oxford university press : Museum of Fine Arts, 1931. – [1] f.-XXX f. de pl. : ill. en noir ; 60 cm.
Attic vase paintings in the Museum of Fine Arts, Boston. Part II. Plates XXXI-LXIV / by J. D. Beazley ; with drawings by Suzanne E. Chapman, L. D. Caskey, and F. Anderson. – London Boston : Oxford university press : Museum of Fine Arts, 1954. – [33] f. de pl. : ill. en noir ; 60 cm.
Attic vase paintings in the Museum of Fine Arts, Boston. Part III. Plates LXV-CVI / by J. D. Beazley ; with drawings by Suzanne E. Chapman. – Boston : Museum of Fine Arts, 1963. – [41] f. de pl. : ill. en noir ; 60 cm.
Ces trois volumes de planches, publiés entre 1931 et 1954, par l’archéologue américain Lacey D. Caskey (1880-1944) et l’historien de l’art et archéologue britannique John D. Beazley (1885-1970), recensent les plus beaux exemplaires de céramiques attiques (reproduites à leur taille réelle) de la collection de poteries grecques antiques du Musée des beaux-Arts de Boston.
Les auteurs ont privilégié les vases à figures rouges, style très en vogue à Athènes entre les VIe et Ve av. J.-C. parce qu’ils constituaient l’essentiel de la collection.
Le volume de texte qui complète les volumes de planches sera bientôt numérisé et mis en ligne.
Vol. 1 : http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1254&limit=0
Vol. 2 : http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1245&limit=0
Vol. 3 : http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1253&limit=0

Monuments de l’Athos, relevés avec le concours de l’Armée française d’Orient et de l’école Française d’Athènes. 1. Les peintures : album de 264 planches / publiés avec une introduction et un catalogue par Gabriel Millet. – Paris : E. Leroux, 1927. – 1 vol. (74 p.-264 p.) : ill. ; 38 cm – (Monuments de l’art byzantin ; 5).
G. Millet, qui avait déjà rapporté de l’Athos des études importantes en 1894 et 1898, y a été chargé d’une mission pendant l’occupation des monastères par l’armée française en 1918. Pendant 18 mois, de 1918 à 1920 et en trois campagnes il a étudié toutes les œuvres d’art ainsi qu’une partie des archives et il a fait prendre par des photographes des milliers de clichés. Il a réuni ainsi un ensemble de matériaux d’une importance considérable et dont un grand nombre était inconnu ou inédit. La publication de ces richesses sera une œuvre de longue haleine et l’on peut se féliciter qu’il ait commencé par un groupe tout à fait précieux de monuments, celui des peintures murales qui couvrent les églises d’une ornementation exubérante et constituent des ensembles iconographiques d’une richesse incomparable.
Des nécessités diverses l’ont obligé à publier d’abord un magnifique album de 264 planches où sont reproduites les plus belles peintures. Le texte, qui devait primitivement être joint à l’album, sera publié plus tard. […]
Dans une introduction tout à fait précise M. Millet indique les grandes lignes de sa publication, ainsi que le vocabulaire archéologique qui convient aux églises de l’Athos. Les planches de son album donnent une idée d’ensemble du développement de la peinture au Mont Athos :
I.Période ancienne, mosaïques de Vatopédi. — II. École dite macédonienne dont le décor pictural s’adapte heureusement aux divisions architecturales et qui datent du XIVe siècle (Protaton, Chilandar, Vatopédi). — III. École Crétoise inspirée de la peinture d’icônes. Elle forme la partie la plus importante des peintures de l’Athos et s’étend du début du XVIe à la fin du XVIIe siècle. La plupart des œuvres sont bien datées. — IV. Quelques œuvres du XVIIIe siècle qui représentent un mouvement jusqu’ici mal étudié. On ne peut que féliciter M. Millet des résultats magnifiques qu’il a rapportés de sa mission et souhaiter de lui voir achever bientôt une œuvre si importante pour l’histoire de l’art.
(Bréhier Louis, In : Journal des savants, Novembre 1927. pp. 419-420).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1252&limit=0

La Presqu’île du Sinaï : étude de géographie et d’histoire / Raymond Weill. – Paris : Librairie Honoré Champion, 1908. – 1 vol. (IX-380 p.- [4] f. de dépl.) : ill. ; 26 cm – (Bibliothèque de l’Ecole des hautes études. IVe section, Sciences historiques et philologiques ; 171).
R. Weill amené à s’occuper du Sinaï par ses recherches égyptologiques, s’est passionné pour l’histoire de la péninsule. Ayant accompagné M. FI. Pétries dans la campagne organisée en 1904-1905 par l’Egypt Exploration Fund, il profita de son séjour pour étudier avec soin la topographie de la partie occidentale du massif montagneux. Mais ce ne sont pas seulement ses notes et ses relevés que publie l’auteur : il les a fondus dans un travail très vaste et très documenté qui s’étend à toutes les parties jusqu’ici explorées de la région sinaïtique.
La géologie, la géographie physique et la géographie historique y sont traitées avec ampleur.
[…]. Son livre est donc, comme il le présente, un excellent résumé historique et, sur quelques points particuliers, une nouvelle contribution géographique.
(Chabot Jean-Baptiste, In : Journal des savants. 8 année, Août 1910. p. 376).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1251&limit=0

Griechische und etruskische Trinkschalen des königlichen Museums zu Berlin = Coupes grecques et étrusques du Musée royal de Berlin / Hrsg. von Eduard Gerhard . – Berlin : G. Reimer, 1841. – VI-32 p.- [19] f. de pl. dont dépl. : ill. en noir et en coul. ; 52 cm.
La recherche des monuments antiques, grâce aux travaux des savants, sort chaque jour de plus en plus de la sphère du dilettantisme ; elle s’élève et se consolide comme science, les monuments se multiplient, et déjà un fort grand nombre de morceaux, jadis précieux dans leurs moindres parties, n’ont plus qu’un intérêt d’ensemble et pour ainsi dire qu’une seule voix dans la grande réunion des témoignages matériels qui nous sont apportés sur la vie des anciens. Cela doit faire sentir la nécessité de moins détailler pour réunir davantage. C’est ce qu’a fait M. Gerhard pour les vases et les miroirs étrusques, dont il a publié deux collections en format in-4°, composées de planches et d’explications archéologiques. Cependant ce mode de publication oblige à diminuer les proportions et offre des inconvénients pour les objets importants. M. Gerhard l’a senti, et il s’est réservé de publier à part, en format in-folio, tout ce qui serait hors ligne ou demanderait trop de sacrifices à l’égard de la reproduction. Le présent ouvrage est une de ces exceptions. Les petites proportions du format in-4° ne convenaient pas aux coupes antiques dont les figures fort achevées auraient tout perdu à n’être copiées qu’approximativement ; – aussi les planches font-elles de cet ouvrage un des plus riches en ce genre qui aient été publiés dans ces derniers temps. Ces planches sont précédées, comme dans le recueil étrusque, des notices archéologiques pour lesquelles les renvois et les citations sont rejetés dans les notes.
(In : Revue de bibliographie analytique ou compte rendu des ouvrages scientifiques et de haute littérature, publiés en France et à l’étranger, Année 1841, Tome deuxième. – p. 245.).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1250&limit=0

The Golden Age of Classic Christian Art / By Jean Paul Richter and A. Cameron Taylor. – Londres : Duckworth, 1904. – XVIII-427 p.- 52 p. de pl. : planches ; 34 cm.
La construction de la basilique de Sainte-Marie-Majeure à Rome est généralement attribuée au pape Libère (352-366) et les mosaïques qui la décorent au pape Xyste (432-440) sur la foi d’une inscription disparue dont on possède des copies. Ces mosaïques, qui décorent la nef et l’arc, sont en très mauvais état ; elles ont été mal restaurées à plusieurs reprises et publiées d’une façon toute conventionnelle ; sur place, il est très difficile de les étudier. Les auteurs du beau livre que nous annonçons ont eu d’abord le grand mérite d’examiner très attentivement les mosaïques de Sainte-Marie Majeure, à l’aide de lunettes d’approche et d’échafaudages ils ont fait effort pour distinguer les parties anciennes des restaurations et, grâce au concours d’un excellent artiste, ont pu faire reproduire en couleurs les restes originaux avec une perfection impossible à surpasser.[…]
Comme, d’autre part, il y a des motifs de croire que la basilique de Sainte-Marie- Majeure a d’abord porté le nom d’un riche particulier, Sicininus, M. Richter et Mlle Taylor se sont arrêtés à la solution suivante, qui excitera sans doute la surprise, provoquera des contradictions, mais semble fortement étayée par des arguments divers. Pendant la seconde moitié du second siècle, alors que l’église de Rome jouit d’une longue paix, un riche chrétien a construit une basilique privée qu’il a fait orner de peintures peut être traduites plus tard en mosaïques qui étaient l’œuvre d’artistes formés à l’école gréco-romaine du Haut-Empire.
[…] Toutefois, il est plus naturel d’admettre que les mosaïques de Sainte-Marie-Majeure sont les monuments d’un art chrétien qui se développa au IIe siècle, dont on peut chercher la source à Alexandrie, à Antioche ou ailleurs, mais dont l’activité s’est principalement exercée à Rome, où le besoin s’en faisait sentir. Les papes Libère et Xyste n’ont été que les restaurateurs de la basilique qui, de privée, est devenue publique ce serait, aujourd’hui, le plus ancien sanctuaire de la chrétienté […].
(Reinach, Salomon. In : Revue archéologique, 01/07/1905, p.185-186.).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1249&limit=0

Traité d’épigraphie grecque. Précédé d’un essai sur les inscriptions grecques / par Salomon Reinach / par C. T. Newton. – Paris : E. Leroux, 1885. – XLIV-560 p. : ill. ; 25 cm.
Le traité d’épigraphie grecque de S. Reinach a, comme son Manuel de philologie classique, le mérite de faire époque en France : c’est le premier traité d’épigraphie grecque qui soit dû à un savant français. […].
Le livre de S. Reinach comprend, à vrai dire, trois parties de très inégale valeur· : ·1° la traduction de trois long articles de Newton sur les inscriptions grecques (p. 1 à 174) ; 2° une sorte d’introduction ·générale en trois chapitres : Histoire de l’alphabet grec – Particularités orthographiques et grammaticales des inscriptions – Des inscriptions en général (p. 174-335) ;3°ce que nous appellerions volontiers un manuel des·inscriptions grecques, une sorte de guide à l’usage de ceux: qui veulent ·voyager dans les Corpus ou recueils d’inscriptions {p. 335-553).[…]
(Haussoulier, B.- In : revue critique d’histoire et de littérature, Vol.22, n°1, 01/01/1888, p.243-251).
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1247&limit=0

L’Habitation byzantine : recherches sur l’architecture civile des Byzantins et son influence en Europe ; suivi de Les anciennes maisons de Constantinople / Général L. de Beylé. – Grenoble Paris : H. Falque et F. Perrin : E. Leroux, 1903. – XV-218 p.- [77] p. de pl. et IX-27 p.-11 p. de pl. : ill. en noir ; 34 cm.
[…] L’auteur a su, à l’aide de ces documents épars, composer une œuvre susceptible sans doute de nombreuses additions, mais où les corrections seront rares, tant les principes généraux en sont solidement posés. Avant tout, et pour appuyer son exposition, M. de Beylié donne quelques détails sur l’habitation civile de l’empire romain, d’où est issue en partie la maison byzantine. Il étudie ensuite l’architecture civile de Byzance, d’abord dans ses rapports avec Rome et la Syrie, puis en elle-même depuis la fondation de Constantinople jusqu’à la fin de l’empire d’Orient, enfin dans son rayonnement au dehors, dans l’Italie méridionale, à Venise, en Russie. Son enquête sur l’aspect extérieur une fois achevée, l’auteur nous introduit à l’intérieur d’une maison byzantine et nous en montre la décoration et le mobilier, et spécialement la disposition des portes. « En somme, conclut-il, la maison byzantine, à en juger par les exemples que nous en avons donnés, ne différait pas beaucoup, comme extérieur tout au moins, de la maison moderne du bassin de la Méditerranée (p. 201) ».[…]
S’il n’a pas réussi à découvrir des spécimens absolument authentiques de maisons byzantines dans le fatras des quartiers modernes, l’infatigable explorateur qu’est M. de Beylié aura du moins sauvé de l’oubli, grâce aux nombreuses illustrations qu’il en donne, les seuls monuments un peu anciens de Constantinople où se reconnaissent encore les vestiges de l’époque antérieure. Il aura aussi montré qu’en dehors de ce qu’il a vu il n’y a guère espoir de trouver autre chose, du moins à Constantinople. […]
Ajoutez à ce mérite, qui n’est pas mince, l’abondance vraiment luxueuse de l’illustration grâce à laquelle les archéologues de cabinet pourront, sans sortir de chez eux, visiter la plupart des monuments subsistants de l’architecture civile des Byzantins. […]
(Petit L. In : Échos d’Orient, tome 6, n°42, 1903. pp. 341-342)
http://www.mom.fr/digimom/Notice.php?id=1246&limit=0


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.