Archives par mot-clé : « Revues en ligne » SHS

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (II)

femme-printemps-arabe

Le « Printemps arabe » en…

 

ALGERIE

2011

Salim Chena « L’Algérie dans le « Printemps arabe » entre espoirs, initiatives et blocages », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
L’Algérie a connu des émeutes nationales au début du mois de janvier 2011 puis, dans le contexte du « Printemps arabe », plusieurs membres de la société civile et des personnalités historiques ont défendu la perspective d’un changement pacifique du système politique algérien. Néanmoins, malgré la levée de l’état d’urgence intervenue fin février, le régime algérien ne montre aucune velléité de changement en profondeur. Entre espoirs et initiatives, l’Algérie fait face à des blocages institutionnels au changement démocratique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-105.htm. 

Aomar Baghzouz « L’Algérie et les révoltes arabes : ni exception ni domino », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Les autocraties ne se dénoncent pas les unes les autres ; « fermez l’agora, vous empêcherez la chute du régime » ; « je veux ma part de pétrole » ; Programme de réformes politiques : jusqu’où le pouvoir peut aller ; L’opposition atomisée ; Menaces sur la sécurité nationale ; Scénario : pas de révolte majeure à l’horizon 2015.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-159.htm. 

Lahouari Addi « Le régime algérien après les révoltes arabes », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Les revendications nationales portées par la jeunesse et les foules des pays arabes renouvellent de façon magistrale les horizons politiques et citoyens en montrant les limites structurelles de la croyance et de la capacité à gouverner de régimes corrompus et paternalistes. Face à cette lame de fond, les Algériens expriment de façon grandissante leur refus d’un pouvoir bipolaire dans lequel l’armée joue un rôle pivot. Les dysfonctionnements d’un système visant à protéger une oligarchie issue du système rentier amènent le pays à tourner à vide et conduisent à une incapacité de gouverner qui risque d’être fatale au gouvernement actuel.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-89.htm. 

2012

Layla Baamara, « (Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie »,L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Créée le 21 janvier 2011 au lendemain d’émeutes survenues dans l’ensemble du pays, la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) appelle à un rassemblement des forces pour dénoncer la répression. Collectivement ou individuellement, formellement organisés ou non, un certain nombre d’acteurs se regroupent autour de cette initiative. De janvier à juin 2011, des centaines de personnes se rassemblent à plusieurs reprises à Alger pour réclamer la « chute du régime », bravant ainsi l’interdiction de manifester dans la capitale. Ces actions se heurtent à une faible mobilisation, qui contraste avec l’ampleur et la récurrence des protestations sectorielles. Au-delà des mesures mises en œuvre par le pouvoir et malgré un faible engouement populaire, entretiens et observations in situ incitent à questionner les logiques et les dynamiques à l’œuvre dans cette coalition inédite. Explorer les ressorts et les modalités pratiques de la convergence d’acteurs dont les divergences ont marqué les dernières décennies, puis les tensions qui traversent la coordination aident à mieux cerner les rapports de forces qui imprègnent l’espace contestataire. L’analyse des processus qui ont façonné la constitution, l’évolution puis le délitement de cette coalition permet alors d’éclairer les logiques de l’action collective contestataire en Algérie.
http://anneemaghreb.revues.org/1444

Louisa Dris Aït Hamadouche et Chérif Dris, « De la résilience des régimes autoritaires : la complexité algérienne », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’autoritarisme : de la définition rigide à la résilience ; La nature semi autoritaire du régime algérien : les facteurs explicatifs : Les facteurs historiques, Les facteurs socio-économiques, Les facteurs politico-sécuritaires ; Le régime algérien face aux révoltes arabes : Les émeutes de janvier 2011 : révolte avortée ou phénomène ordinaire exacerbé ?, La redistribution rentière, Les prises de position de l’Algérie ; Les réformes annoncées le 15 avril 2011 : Les lois sur les libertés politiques, La loi électorale, La loi sur les partis, La loi sur la représentation politique des femmes, Les lois sur les libertés publiques, La loi sur les associations.
http://anneemaghreb.revues.org/1503

Rachid Tlemçani « Algérie : un autoritarisme électoral », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
La question du taux de participation ; La précampagne électorale ; La révision constitutionnelle ; La sélection des candidatures ; La campagne électorale ; La fraude électorale.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-149.htm. 

EGYPTE

2011

Amélie Régnault « Opposition de gauche et opposition islamiste en Egypte : concepts et pratiques révolutionnaires partagés », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
La révolte égyptienne de janvier-février 2011 a été impulsée puis menée par une coalition hétéroclite de forces sociales et politiques. Un tel rassemblement est l’aboutissement d’un processus nourri depuis les années 1970 : la constitution et le renforcement d’une opposition égyptienne, dont le spectre s’étend de la gauche « progressiste » aux Frères musulmans et qui partage des mots d’ordre largement empruntés à l’arsenal conceptuel socialiste. D’abord brandis par le régime nassérien afin de légitimer le pouvoir, les concepts anti-impérialistes sont peu à peu réappropriés par une partie de l’opposition, qui les intègre à un discours aussi bien « progressiste » qu’islamiste. Malgré son caractère hétérogène, cette dernière adopte la stratégie du rassemblement à plusieurs reprises, entre les années 1970 et 2011, pour former un front uni contre le régime. Communistes et islamistes, privés de statut légal, rivalisent pour le contrôle des espaces de mobilisation, comme les universités. Pourtant, seuls les seconds parviennent réellement à impulser ou récupérer une dynamique d’opposition soutenue par la population.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-37.htm. 

Tewfik Aclimandos « Armée populaire », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Un peu d’histoire ; Le legs du nassérisme ; Les relations entre le pouvoir politique et l’armée ; L’armée et les réformes de Gamal ; 2007 année cruciale ; La révolution du 25 janvier ; L’armée après le départ de Moubarak.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-317.htm. 

Virginie Collombier « Gamal Moubarak et le Parti national démocratique ou la stratégie du désastre. Comment ceux qui prétendaient préparer la succession présidentielle ont précipité la chute du régime », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Au cœur du « système Moubarak » : la présidence, la direction du PND et la police ; Un système impuissant à gérer la crise ; Une élite dirigeante en manque de cohésion ; La « réforme » du PND, facteur de fragilisation du régime ; Fin 2010 : l’heure des doutes… et de la fuite en avant.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-333.htm. 

Tarek Heggy « Ce que sont en réalité les Frères musulmans », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La philosophie politique des frères musulmans ; les exigences du dialogue.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-347.htm. 

Lutz Rogler « Les Frères musulmans, pragmatiques, ne sont pas ce que vous croyez », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Nouvelle liberté d’action ; Le parti de la liberté et de la justice ; Islamistes au pluriel ; « consensus national » vs. Bipolarisation idéologique.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-351.htm. 

Nadine Sikka « Nouveaux mouvements sociaux et révolution égyptienne », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Dynamique libéralisatrice et ressort de l’autocratie ; Montée en puissance des nouveaux mouvements sociaux ; Mouvements à tendance politique, économique ; Et maintenant que Moubarak a été chassé ?
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-365.htm. 

Laure Guirguis « Les Frères, les coptes et la révolution », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Introduction ; Tactiques et positions doctrinales des frères à l’égard des coptes (1987-2011) ; Frères et coptes dans les élections égyptiennes (1987-2011) : alliances contraintes, impossible dialogue et soutien stratégique ; Textes et déclarations des frères musulmans sur le statut des chrétiens ; La démocratisation interne de la confrérie : obstacles et mobiles. ; Recompositions de la scène politique et dilemmes actuels de la confrérie ; Conclusions.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-373.htm. 

Giorgio Meletti « Les inconnues pétrolière et gazière de l’après-Moubarak », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Aperçu de l’industrie pétrolière égyptienne ; L’oléoduc SUMED ; Le canal de Suez ; L’interruption des livraisons de gaz à Israël et la fin du traité de paix.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-389.htm

Iman Farag « En marge de la révolution égyptienne : écrire l’histoire ou sauver la mémoire ? », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Cet article livre quelques éléments sur la révolution du 25 janvier 2011 en Égypte. Écrire pendant que l’évènement se passe, en s’interdisant toute prospective, et ne point avoir à documenter des faits qui n’ont pas encore été établis, est tout à la fois contraignant et libérateur. L’article revient notamment sur la production au jour le jour des traces de la révolution, et la manière dont elles semblent marquer, tant le cours de l’évènement que ses écritures à venir.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-41.htm. 

Sarah Ben Néfissa « Révolution civile et politique en Égypte. La démocratie et son correctif », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Pour certains ce fut une surprise : la révolution égyptienne n’a pas emprunté son discours et ses pratiques à ceux du mouvement islamiste. Dès l’année 2005, un processus d’autonomisation de la société civile vis-à-vis de l’État était apparu avec la montée des protestations politiques et sociales, adossée à un processus de démonopolisation du champ médiatique. La révolution initiée par la jeunesse égyptienne participe de cet essor de la société civile. Celle-ci peut faire contrepoids aux limites des formes classiques de représentation politique. C’est sa révolution.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-48.htm.

Françoise Clément et al. « Le rôle des mobilisations des travailleurs et du mouvement syndical dans la chute de Moubarak », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Quel a été l’impact du mouvement syndical sur la révolution égyptienne ? Un nouveau chemin a été tracé depuis le milieu des années 2000, qui, entre répression, allégeance et aspirations au respect des droits des travailleurs, amène à penser la convergence des luttes de février 2011. Souvent négligés dans les analyses, la naissance de syndicats indépendants et leur appel à la grève générale ont été des pivots des mouvements sociaux, à la source des mobilisations massives et inédites récentes.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-69.htm. 

Agnès Deboulet « Le droit au logement, école de la contestation », Mouvements 2/2011 (n° 66)
C’est parce que Mouvements ne croit pas à l’idée d’une « révolution venue de nulle part » que nous publions cet entretien réalisé en décembre 2010 avec Manal Al Tibi, responsable du Centre égyptien pour les droits à l’habitat. La question du droit au logement permet en effet d’appréhender le cadre dans lequel les revendications sociales ont pu s’exprimer au sein de la société égyptienne d’avant la révolution. Retracer le parcours de cette fervente militante des droits humains, montrer comment celle-ci a progressivement pris conscience du caractère crucial de cette question du logement donne à voir la nature des relations de pouvoir dans l’Égypte de Moubarak. Son propos montre aussi les nouvelles formes de la contestation qui se sont développées dans les interstices de cet État autoritaire.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-79.htm. 

Sarah Ben Néfissa , « Égypte : révolution et société civile en gestation »,Humanitaire [En ligne], 29 | 2011
Pendant longtemps, les associations et les ONG de services et d’assistanat social ont été dominantes dans le paysage de la société civile « organisée » en Égypte. Par contre, les collectifs et les ONG visant la mobilisation sociale et politique et le changement se particularisaient par leur faible assise sociale et leur tout aussi faible poids politique et social sur le plan interne. Cet état de fait a changé durant la dernière décennie au cours de laquelle on a constaté un renforcement important du rôle de ces ONG « engagées ».
http://humanitaire.revues.org/index932.html

Delphine Pagès-El Karoui et Leila Vignal, « Les racines de la « révolution du 25 janvier » en Égypte : une réflexion géographique », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif
Cet article identifie les racines structurelles de la révolution égyptienne du 25 janvier 2011. Si le blocage du système politique et les promesses de développement non tenues de la libéralisation économique ont fait le lit de la contestation, les profondes mutations de la société égyptienne au cours des 50 dernières années – baisse de la fécondité, essor de l’éducation, urbanisation massive – sont autant de causes profondes qui expliquent le soulèvement populaire et le départ d’Hosni Moubarak.
http://echogeo.revues.org/12627

2012

Bernard Rougier « Élections et mobilisations dans l’Égypte post-Moubarak », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
En Égypte, l’armée a usé de tout son poids pour éviter l’émergence de forces susceptibles de remettre en cause sa prééminence. Les débats des derniers mois ont porté sur le timing des élections et sur les pouvoirs de la future Assemblée. La plus grande surprise des législatives a été le succès des salafistes. Quant aux Frères musulmans, au pouvoir grâce aux élections et au compromis passé avec l’armée, ils vont devoir se confronter aux nombreux défis internes et externes du pays.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-85.htm. 

Youssef El Chazli « Sur les sentiers de la révolution : comment des Égyptiens « dépolitisés » sont-ils devenus révolutionnaires ?», Revue française de science politique, 5/2012 (Vol. 62)
Les évènements ayant secoué l’Égypte au début de l’année 2011, et ayant pris depuis le nom de « Révolution du 25 janvier », soulèvent de nombreuses questions. Parmi celles-ci, l’interrogation sur la participation massive d’une population considérée comme apathique ou dépolitisée est centrale. En effet, on peut penser qu’il n’y a rien de particulièrement « révolutionnaire » à voir des militants aguerris protester collectivement une énième fois. En revanche, élucider le passage à l’action de ces dizaines de milliers de personnes qui n’avaient jamais participé politiquement pose problème. Cet article tente de contribuer à la compréhension de ce phénomène à partir de l’étude localisée de la mobilisation de jeunes Cairotes fin janvier/début février 2011.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-843.htm

Mokhtar Shuaïeb « Dix ans de lutte pour renverser le régime Moubarak », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
La deuxième vague : les jeunes de Facebook ; La troisième vague : contre l’exclusion ; La quatrième vague : au cœur de la rue.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-247.htm. 

Sonallah Ibrahim « L’imagination comme action transitive », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
URL : www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-255.htm.

Didier Monciaud « Travailleurs et syndicats dans le processus révolutionnaire égyptien », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
L’ère néolibérale et la transformation des luttes : Des mobilisations collectives dans un contexte défavorable ; Remontée des luttes dans la décennie 2000 ; Activités des réseaux critiques ; Reprise des luttes politiques et changement de période ; L’accentuation des luttes ouvrières et l’épisode décisif de Mahalla al-Kobra ; Affirmation de voix autonomes et luttes sociales en hausse.- Interventions des ouvriers et révolution : Une protestation démocratique, moteur d’une contestation d’ampleur ; Le rôle des ouvriers dans la chute du président Moubarak ; Conséquence du soulèvement : la poursuite des conflits sociaux ; Repères sur un an de mouvement social ; Une jonction complexe avec le mouvement démocratique ; Un paysage syndical en pleine (re)construction ; Le Congrès ouvrier démocratique égyptien (CODE) ; La FGSTE et son devenir incertain ; Une expérience singulière, le syndicat de l’hôpital de Manshiyet Al-Bakri ; L’épineuse question du syndicalisme paysan.- Enjeux et défis pour le mouvement syndical et ouvrier : Évolutions d’une période politique ; Enjeux pour le mouvement ouvrier.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-265.htm. 

Hoda Elsadda « Droits des femmes en Égypte », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-299.htm.

Elliott Colla « La poésie de la révolte », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Histoire des révolutions, histoire des poètes ; Comment faire les choses avec poésie ; Poésie et contingence.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-313.htm. 

Tewfic Albert Aclimandos « Comment les législatives se négocient : quelques réflexions sur les élections égyptiennes », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Le système clientéliste sur lequel s’appuyait le régime Moubarak était en crise. Le truquage des élections législatives de 2010 et le non accès de l’opposition au Parlement ont été deux causes majeures de la chute de ce régime. Pour contrer les processus révolutionnaires, le Conseil Supérieur des forces armées a organisé une transition démocratique, libéralisant les conditions de créations des partis, mettant à jour les listes électorales et organisant des élections sans intervention étatique pour peser sur les résultats – une condition nécessaire mais insuffisante pour parler d’élections libres, puisque tous les concurrents ou presque ont violé la loi et commis des irrégularités. Parmi ces concurrents, certains ont choisi de se coaliser, d’autres ont fait cavalier seul.
Les islamistes, comme prévisible, ont remporté une écrasante majorité – mais le rapport de forces entre salafistes et Frères est beaucoup plus équilibré que prévu, ces derniers n’ayant pas obtenu la majorité absolue, et le score des formations non islamistes n’est pas déshonorant.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-71.htm. 

Clément Steuer « Le printemps des partis ? Le rôle des organisations partisanes égyptiennes dans les élections législatives », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
À la faveur de la nouvelle législation encadrant les organisations partisanes et les opérations électorales, les partis politiques égyptiens ont dominé les premières élections législatives post-révolutionnaires  au détriment notamment des élites locales traditionnelles et des hommes d’affaires. Le système partisan égyptien ne s’est néanmoins pour l’instant que partiellement autonomisé. Durant la campagne, les partis se sont révélés extrêmement dépendants de toute une variété d’organisations leur préexistant : clientèles, tribus, entreprises, syndicats, mouvements révolutionnaires, Églises, et surtout confrérie des Frères musulmans et organisation de la Prédication salafiste. Ce manque d’institutionnalisation ne doit cependant pas masquer le fait que les partis ont joué un rôle central dans ces élections, à tel point que cette situation a motivé l’arrêt de la Haute Cour Constitutionnelle qui a entraîné la dissolution de l’Assemblée du peuple en juin 2012.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-91.htm. 

Nathalie Bernard-Maugiron « Les juges et les élections dans l’Égypte post Moubarak : acteurs ou victimes du politique ? », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Les décisions des juridictions égyptiennes relatives aux processus électoraux de l’Égypte post-Moubarak ont été perçues par les partisans des Frères musulmans comme hostiles au nouveau pouvoir en place et ont entraîné des accusations de collusion des magistrats avec l’armée et les anciens du régime de Moubarak. Cet article s’attache à rappeler, d’une part, que cette instrumentalisation du politique n’est pas nouvelle et qu’elle s’était exercée contre le régime de Moubarak, et à montrer, d’autre part, que les décisions controversées de la cour constitutionnelle s’inscrivent dans la droite ligne de sa jurisprudence. Il s’interroge sur le statut d’acteur ou de victime des magistrats dans ce processus de politisation du judiciaire.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-117.htm. 

Lamiss Azab « Morsi au pouvoir : scénario d’une transition à l’égyptienne », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Le 24 juin 2012, les Égyptiens ont choisi le candidat des Frères Musulmans à la présidentielle, Mohamed Morsi, pour inaugurer cette deuxième République égyptienne. Dans un contexte fortement marqué par l’instabilité institutionnelle et la fragilité constitutionnelle, par le chaos sécuritaire et l’omniprésence du militaire, il reste difficile d’évaluer le processus de transition démocratique. En revenant sur le champ politique égyptien au lendemain des législatives et en reprenant les « surprises » des présidentielles, certains choix électoraux sont mis en lumière pour nuancer les propos selon lesquels l’Égypte serait sortie de la dictature militaire pour entrer, de son propre gré, dans la dictature islamique. Une analyse fondée sur le terrain et limitée aux facteurs internes permet de proposer un éclairage sur les mécanismes socioculturels propres au champ égyptien. Il en ressort que les électeurs ont plutôt voté contre un retour de l’ancien régime que pour un programme politique à référent islamique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-145.htm. 

Samer Soliman « Les nouvelles forces « civiles » égyptiennes face au défi électoral », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Cette contribution s’intéresse à la performance électorale des forces « civiles » lors des élections parlementaires égyptiennes 2011-12. Malgré le brillant succès des islamistes, certaines candidats « civils » ont réussi à gagner des circonscriptions et, dans certains cas, avec une majorité écrasante (le cas de Amr Hamzawi à Héliopolis). À travers l’analyse des stratégies électorales de la coalition civile « le Bloc Égyptien » et de certains candidats indépendants, cet article veut montrer les éléments qui ont permis aux forces civiles d’obtenir quelques sièges au sein du premier parlement élu à la suite de la Révolution du 25 janvier 2011.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-161.htm. 

Clément Steuer, « Les partis politiques égyptiens dans la révolution », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Cet article propose une classification des partis politiques dans l’Égypte de Moubarak, reposant sur leur degré d’intégration à l’ancien régime qui dépend de la combinatoire de deux éléments : les ressources octroyées directement ou indirectement par le pouvoir exécutif, d’une part, et d’autre part, les différentes ressources indépendantes du centre étatique, et inégalement réparties entre les organisations partisanes. Étant entendu qu’un parti dépourvu de toutes ressources est bien évidemment condamné à disparaître, la combinaison des deux variables retenues ici nous permet de classer les partis égyptiens en trois catégories : les partis exclus du système, les partis cooptés, intégrés à ce dernier, et enfin les partis artificiels, qui ne disposent de quasiment aucune ressource propre et sont en conséquence extrêmement dépendants du pouvoir. Durant la révolution, ces derniers n’ont eu d’autre choix que de défendre le régime, si ce n’est activement, du moins par leur attentisme. Les partis cooptés, quant à eux, ont une existence réelle dans la société, indépendamment du soutien de l’État, mais ils se sont vus octroyer un certain nombre d’avantages par ce dernier. En conséquence, ils n’ont pas cherché à remettre en cause le régime et sont restés en marge des mouvements contestataires qui se sont multipliés au cours de la décennie écoulée. Enfin, les partis exclus du système ne doivent rien au centre politique et sont donc ceux qui avaient le plus intérêt à un changement de régime. Aussi ont-ils pris une part active aux activités contestataires susmentionnées. Cette typologie offre une grille de lecture expliquant les positions prises par les différents partis égyptiens durant la révolution, en tenant compte non seulement de leurs intérêts immédiats, mais également des répertoires d’actions à leur disposition et de leur proximité avec les mouvements protestataires, ces deux derniers éléments étant hérités de leurs conduites passées.
http://anneemaghreb.revues.org/1451

Perrine Lachenal, « Le Caire, 2011. Plongée ethnographique au coeur des lijân sha’abeya (comités populaires) », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
La place Tahrir, dans le centre-ville du Caire, apparaît comme la scène incontournable des mobilisations qui ont secoué l’Egypte au début de l’année 2011 et acculé Hosni Mubarak à quitter le pouvoir. On en oublierait presque le reste de la ville, immense, qui a été traversé durant cette même période, par des dynamiques qui ont donné naissance à des phénomènes inédits, dont les « comités populaires » font partie. Pour faire face au retrait calculé des forces de police et à la peur provoquée par les récits réels ou fantasmés – de violences urbaines, les habitants et habitantes du Caire s’organisent. D’abord de manière spontanée, puis de plus en plus « professionnelle », des centaines de « comités populaires », ou lijân sha’abeya, vont pendant plus de trois semaines, assurer la sécurité dans les différents quartiers du Caire. Ces « brigades » civiles, grâce à une étude réalisée à partir des discours de ceux et celles qui les ont incarnées, se révèlent être des exemples uniques d’organisation collective spontanée, supports d’alliances improbables et d’affirmations identitaires – spatiales et sexuées. Loin de l’épicentre de la révolution, dans l’espace familier des quartiers et l’intime des maisons, sur des scènes moins médiatisées, d’autres acteurs et actrices ont contribué à « faire » l’Histoire.
http://anneemaghreb.revues.org/1462

Gilles Kepel « Journal d’Égypte », Le Débat 2/2012 (n° 169)
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-2-page-35.htm.

JORDANIE

2011

Jamal Al Shalabi « Jordan: Revolutionaries without a Revolution », Confluences Méditerranée2/2011 (N° 77)
Contrairement à l’image très répandue d’un oasis de stabilité dans un Moyen-Orient conflictuel, la Jordanie a connu des soubresauts révolutionnaires il y a plus de vingt ans. Une analyse détaillée des transformations politiques, sociales et économiques observées en Jordanie indique que ce pays fut même l’un des premiers pays arabes à expérimenter un changement révolutionnaire « silencieux » car peu médiatisé à l’époque. En 1989, la Jordanie a ainsi connu ce qu’on appelle communément la « poussée d’avril », qui exigeait le combat contre la corruption, le développement des libertés et la limitation des pouvoirs du Roi. Vingt-deux ans après cette « poussée », de nouvelles forces politiques (les militaires retraités, les tribus, la déclaration des 36 et le Mouvement de la Jeunesse en Marche) ont fait émerger des programmes de réformes politiques et économiques qui ont, dès novembre 2010, donné lieu à des protestations et des manifestations. Amorcées avant les révolutions tunisienne et égyptienne, ces mouvements demandaient le départ du gouvernement, la dissolution du Parlement et la mise en œuvre de réformes politiques. La convergence de l’opposition traditionnelle (les Frères Musulmans, les nationalistes et des personnalités indépendantes) et de la nouvelle opposition (l’armée, les tribus et la jeunesse) ne signifie pas, d’une quelconque façon, un « renversement du régime hachémite », mais plutôt sa réforme. Il semble que la nature tribale de la société, doublée de la flexibilité et de l’expérience du régime, lui a permis d’avoir une communication avec ces nouvelles forces « rebelles », ce qui lui a permis d’éviter une confrontation brutale.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-91.htm. 

Pénélope Larzillière « Contestation et autoritarisme libéral en Jordanie », Mouvements2/2011 (n° 66)
Les révoltes dans le monde arabe ont produit un mouvement de soutien en Jordanie. On y retrouve les principaux vecteurs de l’opposition : les syndicats professionnels, le mouvement islamiste des Frères musulmans, la gauche aussi malgré son impact plus faible. Mais la mobilisation est également portée par de nouveaux acteurs comme les jeunes. Face au régime jordanien, libéral économiquement et autoritaire politiquement, la contestation prend de l’ampleur. Le répertoire d’action du sit-in est conservé, mais, en plus de mesures économiques et sociales, la mise en place d’une véritable monarchie constitutionnelle est maintenant revendiquée. Dans cette mobilisation, les processus d’identification à des mouvements régionaux remettent en cause les limites structurelles de l’opposition en Jordanie.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-104.htm. 

LIBAN

2011

Simon Haddad « Le Liban, ses chiites et le Hezbollah », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Sondage ; La communauté chiite n’est pas un monolithe : Engagement violent majoritaire vs. Minorité non violente, Aliénation politique ; Le parti providence ; conclusion
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-411.htm.

2012

Georges Corm « Réussir la réforme politique au Liban », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-329.htm. 

LIBYE

2011

Axel Bisquay « Si la Libye kadhafienne m’était contée », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Qu’est-ce que la Libye ? ; Le guide et l’« unification » ; La route vers la réhabilitation ; Le panafricanisme de Kadhafi ; France-Libye ; L’union pour la méditerranée, sujet de discorde.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-241.htm. 

Moncef Ouannes « Composante endogène de la résurgence tribale », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Le paysage tribal appui du pouvoir en place : Stratégie de recomposition de l’espace tribal et exclusion de la tribu d’el-Hassa ; La tribu instrument de contrôle social : exemple des tribus de Musorata ; Effritement de l’alliance avec Musorata : l’imbroglio d’el-Mehichi – La deuxième recomposition de l’alliance tribale et la montée des Ouerfella : Pourquoi la montée en puissance des Ouerfella ; Réhabilitation des Ouerfella et recomposition du paysage tribal ; Les événements de 1993 : coup d’état ou division endogène du champ politique ?
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-255.htm. 

Cristiano Tinazzi « Tribalisme, politique, guerre », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Démocratie directe ou retour à la Qabila ; Rupture et rétablissement du système.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-263.htm.

Julien Chauvierre « Trois sujets passés sous silence », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La préparation du soulèvement libyen ; L’intervention occidentale sur le terrain ; Les jihadistes au sein de la rébellion.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-269.htm. 

François Rivet « L’espace aérien comme enjeu stratégique et outil diplomatique. La zone d’exclusion aérienne (no-fly zone) », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Une zone d’exclusion aérienne (ZEA) est un espace aérien d’où certains vols sont exclus par décision d’un état ou d’un groupe d’états agissant en leur nom ou sur mandat de l’ONU ; L’histoire des zones d’exclusion aérienne est assez récente ; En Libye, la résolution 1793 du 17 mars 2011 du conseil de sécurité des nations unies a créé une ZEA sur tout l’espace aérien national (1 762 000 km2) ; L’efficacité d’une ZEA répondant aux exigences précédentes dépend encore des conditions géographiques et climatiques.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-273.htm. 

Julien Chauvierre « Libye : un conseil national de transition encore très kadhafien », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Moustapha Abdeljalil ; Mahmoud Jibril ; Abdel Hafiz Ghoga ; Omar Mokhtar El-Hariri ; Abdel Fattah Younès ; Khalifa Haftar ; Souleiman Mahmoud ; Ali Al-Issawi ; Ali Abdussalam Tarhuni ; Abdulsalam Al-Shikhy
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-283.htm. 

Lorenzo Declich « La nouvelle stratégie d’al-Qaïda et al-Qaïda en Libye », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-287.htm. 

Marco Valerio Lo Prete « Libyens et Italiens : parts de marché », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Tripoli, selon les estimations sorties dans la presse italienne, aurait accumulé dans la péninsule un petit trésor de plus ou moins 3,5 milliards d’euros : participations de fonds souverains dans les sociétés italiennes et autres instruments contrôlés par Kadhafi.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-297.htm. 

Naim Ameur « La Libye entre les intérêts de l’Occident et la résistance de Kadhafi », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La révolution libyenne et l’intervention internationale ; Conseil national de transition et pétrole libyen ; Les affaires commencent déjà ; La Libye porte de l’Afrique ; Bilan provisoire d’après la chute du régime fin août ; situation des entreprises pétrolières et gazières en Libye.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-299.htm. 

Giorgio Meletti « Révolution en Libye : le prix de la démocratie », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La situation en Libye et les attentes de l’Italie ; La présence italienne en Libye ; Premiers importateurs de gaz en Italie en 2009.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-309.htm. 

l’Humanitarian Policy Group , « Libye : la possible confusion humanitaire-militaire en question », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011.
Évoquant parfois le spectre du « bourbier irakien », les organisations humanitaires ont manifesté de sérieuses réserves quant à l’intervention militaire en Libye. Pour l’Humanitarian Policy Group, ce conflit ravive la question des liens entre humanitaire et militaire. Si la réponse d’HPG ne manque pas de prudence et d’ambiguïtés, elle a le mérite de nous ouvrir à une approche sans doute différente de la plupart des observateurs français.
http://humanitaire.revues.org/index936.html

2012

Jesús Jurado Anaya, « La « Seconde Jamahiriyya » libyenne : l’échec d’une stratégie de survie », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Les dernières dix années du régime kadhafiste en Libye furent marquées par le poids du tribalisme et par la patrimonialisation du pouvoir autour de certaines élites liées à la figure du colonel Kadhafi. Les différences entre cette forme de régime sultanique et le système jamahirien « classique » établi en 1977 nous amènent à définir la période comprise entre la fin de l’embargo et la « révolution » de février de 2011 comme une « Seconde Jamahiriyya ». Cet article tente d’expliquer l’évolution politique de la Libye depuis les années 1990 pour mieux comprendre la chute du régime kadhafiste et l’actuelle situation de fragmentation du pouvoir dans le pays.
http://anneemaghreb.revues.org/1470

Luis Martinez « Révolution, contestation et insurrection en Libye (1969-2011) », Tumultes1/2012 (n° 38-39)
La Libye de Kadhafi ; Réformateurs et révolutionnaires.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-173.htm. 

MAROC

2011

Sebhallah El Rhazy « Le Maroc, un cas à part », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-137.htm. 

Ferhat Amiri « Le triomphe de Mohammed VI », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-141.htm. 

Karine Bennafla et Haoues Seniguer « Le Maroc à l’épreuve du printemps arabe : une contestation désamorcée ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Le mouvement du 20 février dans le prolongement d’une série de protestations collectives amorcée il y a une décennie ; le contenu politique affiché des revendications du mouvement du 20 février : réforme de la constitution et fin du « makhzen économique » ; des modalités de mobilisation inédites et des acteurs nouveaux ; la gestion de la contestation par le makhzen et les limites internes au mouvement.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-143.htm. 

Abdellah Tourabi et Lamia Zaki « Maroc : une révolution royale ? », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Les revendications de réforme constitutionnelle et de réduction des inégalités portées par le mouvement du 20 février se sont focalisées de façon inédite sur la monarchie. Ces revendications sont toutefois affaiblies par la fragmentation du champ politique, tandis que se recompose une expression protestataire. Les horizons marocains sont contrastés, entre anticipation d’une contagion des révoltes, négociation avec les acteurs et répression. Ils doivent être restitués dans une double particularité dans le monde arabe : l’importance de longue date du champ associatif et des mobilisations et les essais d’ouverture démocratique.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-98.htm. 

« Printemps arabe : un entretien avec Moulay Hicham », Le Débat 4/2011 (n° 166)
Personne ne pouvait apporter un point de vue plus informé sur les bouleversements dans le monde arabe que le prince Moulay Hicham ben Abdallah El Alaoui. Cousin germain du roi du Maroc, Mohammed VI, et héritier par sa mère libanaise d’une grande lignée panarabe, il est également chercheur et enseignant au Center on Democracy, Development, and the Rule of Law de l’université de Stanford, en Californie. Dès 1994, il avait créé l’Institut d’études régionales pour le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie centrale à l’université de Princeton où il avait débuté ses études. Il dirige par ailleurs une Fondation pour la recherche en sciences sociales sur l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient qui porte son nom.
www.cairn.info/revue-le-debat-2011-4-page-3.htm. 

2012

Mounia Bennani-Chraïbi et Mohamed Jeghllaly « La dynamique protestataire du Mouvement du 20 février à Casablanca », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Au-delà du discours vantant « l’exception marocaine », un large mouvement de protestation s’est développé dès le mois de février 2011 dans l’ensemble du pays. Loin d’être le produit d’un effet domino, le Mouvement du 20 février est notamment tributaire d’un processus d’attribution de similarité, de la réactivation de relais organisationnels et de réseaux plus ou moins dormants. Une large coalition s’est constituée au sein d’un champ d’alliance et d’opposition à la jonction entre scène politique instituée et espace protestataire, par-delà les clivages entre réseaux de gauche et islamistes. Dans un jeu d’échelles entre le local, le national, le régional et l’international, un faisceau d’actions, d’interactions et d’évènements a contribué autant à l’enracinement de la coalition qu’à sa désagrégation.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-867.htm. 

Younes Abouyoub « Peut-on parler d’exception marocaine ? », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
L’avènement du règne de Mohammed VI ou les espoirs déçus ; La société civile, le réveil arabe et le mouvement du 20 février ; Plier pour ne pas rompre : la monarchie réagit aux pressions de la rue ; Une alternance sans alternative ?
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-93.htm. 

Aïcha Abounaï « Les femmes marocaines et « le printemps arabe » », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Un contexte arabe ambigu ; Bref historique de la situation de la femme marocaine ; La participation politique des femmes au Maroc ; La constitution de 2011 et les droits de la femme ; Les élections législatives et la présence féminine ; Le mouvement du 20 février ; Quelle place réserve le mouvement dans ses revendications aux droits des femmes ?
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-115.htm. 

« Manifeste démocratique », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Les grands objectifs de la réforme : du Makhzen à l’État ; L’État démocratique et le devoir d’investissement social ; La lutte contre la corruption et l’assainissement de l’économie ; Principes et points de départ constitutionnels ; Le principe de citoyenneté ; Le principe du pouvoir civil et de la légitimité populaire ; Le principe du partage du pouvoir et de la séparation des pouvoirs ; La religion et l’État ; La langue et l’appartenance ; La monarchie et le Roi ; Suggestions complémentaires ; Les signataires.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-133.htm. 

Mari OIRY-VARACCA , « Le « printemps arabe » à l’épreuve des revendications amazighes au Maroc. Analyse des enjeux territoriaux et politiques des discours sur l’identité. », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3
Cet article propose de déconstruire le terme « printemps arabe », adopté systématiquement dans les médias et dans les écrits scientifiques pour désigner le mouvement de contestation tel qu’il est apparu du Yémen au Maroc depuis la fin de l’année 2010. Dans le cas marocain, l’utilisation de ce terme occulte les logiques identitaires des revendications, alors qu’elles constituent un précieux indicateur des évolutions politiques en cours. En proposant une définition plurielle de l’identité marocaine et un découpage régional reconnaissant les spécificités culturelles, les militants amazighs provoquent un débat public sur les modalités de l’unité nationale. Les termes qu’emploient les médias et les experts vont à l’encontre de leurs revendications car ils relaient les mythes fondateurs de l’unité nationale que sont la référence à l’Orient arabo-musulman et à un modèle d’Etat-Nation centralisateur hérité du Protectorat français. Ce faisant, ils contribuent à pérenniser un imaginaire stéréotypé de l’identité marocaine. Cet article se base sur l’analyse des discours, explicites et implicites, tenus durant les mouvements de protestation au Maroc sur les identités, par quelques journaux marocains et internationaux et par des militants amazighs. Il se penche sur les enjeux territoriaux et politiques de ces discours.
http://espacepolitique.revues.org/index2504.html

Cédric Baylocq et Jacopo Granci, « « 20 février » : Discours et portraits d’un mouvement de révolte au Maroc », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Cet article s’intéresse aux conséquences du « Printemps arabe » dans la seule monarchie du Maghreb. Moins fulgurant que dans d’autres pays, ce « printemps » n’en a pas moins favorisé une réforme constitutionnelle et des élections anticipées. C’est à travers le prisme du « Mouvement du 20 février », plateforme militante ayant réussi à mobiliser plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers le Maroc durant le premier semestre 2011 que nous appréhendons les effets concrets de ce « Printemps arabe » in situ et les discours de ses acteurs marocains.
http://anneemaghreb.revues.org/1483

PALESTINE

2011

Bernard Ravenel « La modernité gandhienne de l’Intifada arabe », Confluences Méditerranée, 2/2011 (N° 77)
La révolution dans le monde arabe a pris la forme d’une lutte populaire non-violente qui a triomphé d’abord en Tunisie, puis en Egypte. Mais pour mieux comprendre ce phénomène historique, on ne peut ignorer le précédent que représente la résistance non-violente en Palestine comme ce fut le cas avec la première Intifada de 1987 à 1993 avant que cette forme de résistance soit relancée à partir de 2005. Cette innovation politique oblige à repenser le rapport entre révolution et violence et à considérer le choix de la non-violence comme une nécessité politique et historique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-119.htm. 

Roger Heacock « La révolution arabe de 2011 et son printemps palestinien », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
La Palestine forme le cœur de la cause arabe, dit-on. Aujourd’hui, la formule s’est inversée, et les Palestiniens se voient emportés dans la grande révolution arabe de 2011, déjà devenue l’année des retrouvailles, du moins s’agissant des peuples. Les deux ‘régimes’ palestiniens de Cisjordanie et Gaza doivent suivre, abandonnés par leurs protecteurs (Moubarak dans un cas, Assad dans l’autre), et c’est ainsi que la pression conjuguée de la base populaire et de la région a forcé le Hamas et le Fatah à s’engager dans un processus de réconciliation que les Palestiniens appellent de leurs vœux.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-131.htm.

Majed Bamya « Du printemps arabe à l’État palestinien », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Stratégie palestinienne : il y a bien un partenaire pour la paix ; De la reconnaissance à l’état ; La Palestine, partie intégrante du printemps arabe.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-399.htm.

Paola Caridi « Fatah et Hamas : les nouveaux équilibres », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-407.htm. 

2012

Salim Tamari « Y a-t-il une stratégie palestinienne ? », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-359.htm. 

Stéphanie Latte Abdallah « Le « printemps » palestinien », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Une société dans l’entre-deux de la gestion du conflit ; À qui s’est adressé le premier printemps ? Unité, démocratisation et occupation ; Contestations et initiatives politiques : qui se dit révolutionnaire ? ; Un autre printemps : des prisonniers aux alternatives résistantes à l’occupation.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-369.htm. 

Leïla Seurat « Le Hamas et les printemps arabes », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
À partir du déclenchement des évènements révolutionnaires en Tunisie qui ont conduit au départ du président Ben Ali, le mouvement de la résistance islamique en Palestine, le Hamas, a infléchi sa stratégie en investissant sur le « printemps arabe ». L’objectif est d’apparaître, surtout aux yeux de son propre public, comme facteur mais aussi comme principal bénéficiaire de ces transformations régionales. Proposant une lecture idéologique qui met l’accent sur des éléments consensuels au sein du mouvement, cette entreprise peut tout autant servir à faire oublier des points qui ont longuement été discutés ou qui restent l’objet de discordes entre les différents leaders. Cet article cherche également à mesurer les effets réels des révoltes arabes sur le Hamas en confrontant les pratiques aux expériences historiques tout en réinscrivant celles-ci dans leurs interactions avec les stratégies des autres acteurs régionaux.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-205.htm. 

PAYS DU GOLFE

2011

« Table ronde avec Ibrahim Bahr Al-Ouloum, Abdul-Jabbar Al- Hilfee, Abdul Wahid Mishaal, Sanaa Farhan », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-467.htm. 

Adeeb S.A. Munim et Muhammed Said Sahib « Irak-Koweït. L’hiver au printemps », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-481.htm. 

Ramin Parham « Arc de crise et stratégie combinatoire », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Mèche persane et détonateur arabe.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-483.htm. 

Jean-François Seznec « La révolte arabe et le vide géopolitique en Arabie saoudite », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-489.htm. 

Michel Makinsky « Les chiites en Arabie saoudite », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-493.htm. 

Joshua Teitelbaum « Arabie saoudite, Bahreïn et le « jour de la colère » qui n’en fut pas un », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Les saoudiens déploient des forces au Bahreïn ; Discours du roi : « 91 milliards pour mes sujets » ; Des relations difficiles avec Washington ; Conclusion.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-495.htm. 

« Le Bahreïn : enjeux et avenir. Entretien avec Son Excellence Nasser el-Belooshi, ambassadeur du Royaume du Bahreïn en France », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-501.htm. 

Andrea Teti « Le Bahreïn entre rocher et pétrole », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Marginalisation politique ; Marginalisation socio-économique ; Instruments de contrôle ; Leçons et implications.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-507.htm. 

Anne Allmeling « Oman : la révolte dynastique », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Le sultanat aujourd’hui ; Histoire d’Oman ; Le règne du sultan Qabous ; Protestation et défis à venir
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-519.htm. 

Laurent Amelot et Caroline Gardet « Le Yémen dans la tourmente. Quel avenir pour le président Saleh ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Un système politique complexe gangrené par la corruption ; Une situation socioéconomique catastrophique ; Conflits anciens et revendications de la jeunesse : un cocktail explosif ? ; Un président de plus en plus isolé ; L’échec du plan de sortie de crise élaboré par le CCG; Conclusion
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-539.htm. 

Laurent Bonnefoy « Les révolutions sont-elles exportables ? « L’effet domino » à la lumière du cas yéménite », Mouvements 2/2011 (n° 66)
L’effet de contexte contre l’effet « domino ». Au Yémen, la montée en force des mouvements protestataires et des contestations internes s’agrègent au morcellement des formes de pouvoir pour expliquer la nouveauté relative que constitue le mouvement du début 2011. Des formes revendicatives émanant de populations jeunes, qui par bien des aspects rappellent les mouvements sociaux égyptiens et tunisiens, sont rattrapées par la fragmentation des sources d’expression plus ancienne du séparatisme ou de la contestation religieuse. Pour autant, dans une situation encore très instable, le chemin d’une conciliation pourrait être trouvé, sans doute dans un dépassement des formes claniques d’allégeance et des idéologies.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-110.htm

2012

Mohammad-Reza Djalili et Clément Therme « Iraniens et Saoudiens à l’épreuve des révoltes arabes », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
À partir d’une même défiance vis-à-vis des éruptions démocratiques mais reposant sur des intérêts spécifiques et des relations opposées avec Washington, les jugements de Téhéran et de Riyad sur les révolutions arabes divergent fortement. D’où une véritable « guerre froide » entre les deux capitales, avec toutes les conséquences imaginables pour la région, en particulier en Irak ou en Syrie. Les deux logiques conservatrices sont ainsi mises en cause, en interne et dans leur diplomatie régionale.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-111.htm. 

Laurence Louër « Le soulèvement au Bahreïn », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Une culture politique singulière : 1 – Le clivage entre sunnites et chiites ; 2 – Un État-providence fragilisé ;- La séquence politique 2002-2011 : 1 – Une autocratie libéralisée ; 2 – Une opposition fragmentée ; 3 – L’accélération du factionnalisme dynastique.- Des équilibres politiques bouleversés : 1 – Recompositions au sein de l’opposition ; 2 – Le factionnalisme dynastique et les interventions étrangères
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-213.htm. 

Azadeh Kian « Iran : le mouvement vert, révolte sans révolution », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Les classes moyennes et la lutte pacifique pour le changement ; État rentier et fragmentation politique ; Une oligarchie mercanto-militariste ; L’indépendance politique.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-187.htm. 

Stephen Day « Régionalisme et rébellion au Yémen », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-229.htm. 

Laurent Bonnefoy et Marine Poirier « La structuration de la révolution yéménite », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
En s’intéressant aux mobilisations nées du processus révolutionnaire yéménite engagé en janvier 2011, cet article, né d’une longue expérience de terrain partagée, étudie les interactions entre des pratiques émergentes et les « propriétés structurelles des systèmes sociaux ». Il fait l’hypothèse d’une dualité du processus révolutionnaire qui apparaît comme produit par les acteurs qui le portent mais aussi comme contraint par une structure historique, sociale et politique. Il interroge ainsi la capacité de l’événement révolutionnaire à générer de l’innovation militante mais également à poindre lui-même du croisement entre les pratiques émergentes et la reprise en main du processus par des réseaux de mobilisation existants et des acteurs politiques déjà institutionnalisés.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-895.htm. 

 

SYRIE

2011

Maurizio Scaini « La révolution syrienne : équilibres internes et implications géopolitiques », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-417.htm. 

Lorenzo Trombetta « Syrie : la fin avant la fin », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La gestion familiale du pouvoir ; Risque de guerre civile ; Les oppositions et la « Syrie de demain »
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-425.htm. 

Fabrice Balanche « Géographie de la révolte syrienne », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Les transitions économique et démographique produisent une crise sociale ; L’état désinvestit le territoire ; Les écarts de richesse provoquent une crise urbaine ; Une révolte limitée aux territoires sunnites ; La périphérie du territoire alaouite ; Les villes scindées et encerclées ; La fragmentation territoriale empêche une révolte généralisée ; La démographie sunnite finira par emporter le régime de Bachar al-Assad.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-437.htm. 

2012

Faraj Bairqadar « Les mots derrière les barreaux », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-341.htm. 

Mohammad Ali Atassi « L’autre prison », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-349.htm. 

Nora Benkorich « Les minorités dans le « printemps syrien » », Le Débat 2/2012 (n° 169)
Les minorités ethniques : Les Kurdes ; Les Arméniens ; Les Turkmènes ; Les Tcherkesses ; Les Assyriens.- Les minorités confessionnelles : Les alaouites ; Les chrétiens arabes ; Les Druzes.
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-2-page-23.htm. 

Thomas Pierret « Le Baas syrien face à l’islam sunnite », Le Débat 1/2012 (n° 168)
L’éradication de l’islam politique ; Les relations avec le clergé sunnite ; La présence chiite ; Les conséquences de la libéralisation économique ; La mouvance islamique dans la révolution
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-1-page-146.htm.

Nora Benkorich « La tentation de la lutte armée contre le pouvoir baasiste en Syrie : Passé (1976-1982) et présent (2011)», Le Débat 1/2012 (n° 168)
Entrée en lice de l’Avant-garde combattante ; Des chevaliers de Bélénos… ; … aux combattants du jihad ; Le jugement de Dieu ; Sunnites contre alaouites ?
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-1-page-155.htm. 

 

TUNISIE

2011

Amin Allal et Vincent Geisser « La Tunisie de l’après-Ben Ali », Cultures & Conflits 3/2011 (n° 83)
De l’euphorie révolutionnaire au retour des vieux démons ; La difficile reconversion des anciens partis de l’opposition ; De l’islamisme imaginaire à l’islamisme réel : le retour en force des militants de l’islam politique ; Quid du « parti unique » ? ; Survivance d’enclaves autoritaires et défis économiques.
www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2011-3-page-118.htm

Bichara Khader « La Tunisie fut-elle l’hirondelle qui annonçait le printemps arabe ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)

Introduction ; La géographie ; L’urbanisation ; La femme ; Une société homogène ; L’absence de conflit ; Dictateurs sans « mission », la difficulté d’être ; Une armée fraternisant avec la population ; La grande maturité du peuple tunisien ; Profil bas de la mouvance islamiste ; Un capitalisme de copinage ; Un capitalisme qui tourne le dos aux jeunes ; La soupape de l’émigration qui se ferme ; Une intégration régionale bloquée ; Des économies arrimées au seul marché européen ; Rente et autoritarisme.

www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-177.htm. 

Yazid Debbich « Déterminants sociaux d’une révolution politique », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
L’envers du « miracle tunisien » ; La Tunisie « de l’intérieur » abandonnée
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-193.htm.

Ytall Mirak « Ben Ali, le vrai-faux départ », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-201.htm. 

Yazid Debbich « Les exilés de la révolution », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)

Les harraga : une génération désenchantée ; L’émigration clandestine, nouveau commerce lucratif ; Une jeunesse coincée entre espoir et incrédulité ; Dislocation de l’appareil sécuritaire tunisien.

www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-207.htm

Mezri Haddad « La face cachée de la révolution dite du jasmin », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-211.htm. 

Yazid Debbich « Paysage à (re)composer ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Du parti unique au multipartisme ; Partis pré-révolutionnaires ; Partis autorisés après la révolution ; Multipartisme et démocratie
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-233.htm. 

Djawad Guerroudj , « Tunisie : aux portes du chaos », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011.
Le docteur Djawad Guerroudj nous livre le récit de la mission dépêchée par Médecins du Monde en Tunisie, mais également en Égypte, pour évaluer la prise en charge des personnes ayant dû fuir la Libye. Une expérience éclairée par un autre récit, celui du partenaire de Médecins du Monde, l’Association malienne des expulsés (AME).
http://humanitaire.revues.org/index934.html

Romain Lecomte, « Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011
Suite au mouvement de contestation populaire qui a conduit à la chute du régime de Ben Ali, médias et experts des NTIC ont beaucoup insisté sur le rôle révolutionnaire joué par Internet en Tunisie, et plus particulièrement par les « réseaux sociaux ». Dans cet article, tout en cherchant à analyser comment, concrètement, les usages d’Internet ont pu servir de catalyseur au mouvement de contestation né à Sidi Bouzid, nous mettons en garde contre certaines analyses en vogue véhiculant le mythe de l’« e-révolution », présentant les réseaux sociaux comme un facteur déclencheur et semblant oublier où et comment la révolution est née et a en grande partie été menée. Au contraire, notre contribution vise à montrer pour quelles raisons l’importance du rôle des « réseaux sociaux » s’est accrue progressivement pour devenir réellement conséquente lors des derniers jours précédant le départ de Ben Ali.
http://anneemaghreb.revues.org/1288

2012

Habib Ayeb « Tunisie : les islamistes à l’épreuve du pouvoir », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Pendant la campagne, deux Tunisie se sont ignorées ; Les islamistes à l’épreuve du pouvoir.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-57.htm. 

Najet Mizouni « L’UGTT, moteur de la révolution tunisienne », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
La place de l’UGTT dans l’histoire de la Tunisie : entre autonomie et compromis pour l’édification d’un État national ; L’UGTT et ses dirigeants : la figure de Farhat Hached ; La part active de la centrale dans la lutte pour l’indépendance nationale ; L’UGTT, contre-pouvoir unique et singulier ; Le pacte social : le face-à-face Nouira – Habib Achour ; La grève générale du 26 janvier 1978 ; L’UGTT, plus de vingt-trois ans sous Ben Ali ; L’UGTT dans la Tunisie de Ben Ali ; L’impact de son inféodation au pouvoir sur les relations internationales ; 6 janvier 2008 : le soulèvement du bassin minier de Redeyef ; Du combat pour l’autonomie à la Révolution du 14 janvier 2011 ; L’UGTT post-révolution du 14 janvier 2011.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-71.htm. 

Isabelle Berry-Chikhaoui « Les comités de quartier en Tunisie : une illusion démocratique », Mouvements 2/2011 (n° 66)
La participation locale à la pérennité du système : telle est en résumé la fonction principale de cette instance de contrôle que sont les comités de quartier mis en place à partir de 1991. Verrouillant l’expression du politique, ils constituent aussi un lieu de marquage du pouvoir territorial, de conscientisation à l’ordre moral « nouveau », le tout dans une rhétorique constante autour du « citoyen » tunisien. La description de ce lieu de contrôle montre comment prend racine l’expression du pouvoir selon le successeur de Bourguiba. Elle ouvre aussi sur une compréhension des mécanismes du « faire avec » longtemps perçu comme incontournable y compris par des opposants -discrets- au régime. Ce faisant, ces comités de quartier apparaissent aussi comme les lieux inattendus de l’apprentissage de la démocratie, malgré ses promoteurs.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-30.htm.

Amin Allal et Vincent Geisser « Tunisie : « Révolution de jasmin » ou Intifada ? », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Le cliché de la « révolution de jasmin », si répandu en France, n’est-il pas le signe d’une incapacité à saisir la nature des mouvements sociopolitiques qui ont touché la Tunisie bien avant la révolution Facebook ? Se pencher sur ces mouvements de fond à l’origine des évènements qui ont conduit à la chute du régime de Ben Ali est d’autant plus nécessaire qu’ils nous aident aussi à comprendre ce qui se joue aujourd’hui dans cette période de transition démocratique.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-62.htm. 

Mohamed Chérif Ferjani « Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Véritable catalyseur des révoltes qui traversent le monde arabe, la révolution tunisienne était peu prévisible tout comme l’est l’issue de la transition en cours. Cet article revient sur les origines du soulèvement tunisien. Il évalue également les questions qui se posent aujourd’hui au pays mais également les hypothèques politiques et économiques qui demeurent. Alors que l’espace politique s’ouvre fortement, l’auteur fait également un tour d’horizon des formations politiques engagées dans la nouvelle Tunisie, en analysant leur discours et en évaluant leur force.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-13.htm. 

Farah Hached « La laïcité : un principe à l’ordre du jour de la IIe République tunisienne ? », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
La Tunisie post-révolutionnaire va entamer la rédaction de sa nouvelle Constitution. Quelle sera la place de l’Islam dans l’ordre politico-juridique de la IIe République tunisienne ? Le principe de laïcité sera-t-il à l’ordre du jour ?En étudiant l’architecture actuelle de la relation entre l’Islam et le droit et l’Islam et l’Etat, on peut se demander si le principe de laïcité est l’instrument le plus adapté à la situation tunisienne. D’autres pistes moins controversées mais tout aussi, voire même plus, protectrices des droits et libertés fondamentales peuvent être empruntées.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-29.htm. 

Choukri Hmed « Réseaux dormants, contingence et structures : genèses de la révolution tunisienne», Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Une enquête ethnographique dans la région de Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne de 2010-2011, permet de montrer que, contrairement à la plupart des analyses sur la question, on ne peut ni parler de « spontanéité » du mouvement révolutionnaire, ni, à l’inverse, rabattre ce dernier sur des « causes » structurelles et exogènes. Les entretiens menés auprès des protagonistes soulignent plutôt la présence de réseaux dormants formés par des militants politiques et syndicalistes, finement articulés à des mobilisations localisées de groupes plus faiblement politisés, et mobilisés à la faveur de facteurs en partie contingents. On montre ainsi les ressorts pratiques de la politisation et de la désectorisation permettant tout à la fois le passage au politique de groupes hétérogènes et la remise en cause du régime.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-797.htm.

Amin Allal « Trajectoires « révolutionnaires » en Tunisie », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Derrière un unanimisme de façade, le moment révolutionnaire est vécu différemment et diverses dynamiques de radicalisation sont à l’œuvre. Si une majorité d’individus s’engagent sans être des opposants encartés, il faut éviter le piège de « l’immaculée contestation ». Pour cela, nous analysons d’une part, l’épreuve que constituent les protestations qui se multiplient depuis 2008 dans la Tunisie de « l’intérieur », et d’autre part, les contre-conduites qui se muent sous certaines conditions en contestation du régime. L’étude diachronique, basée sur des entretiens répétés depuis 2006, identifie les ressorts de ces mobilisations : situations socioprofessionnelles, sociabilités de quartiers et familiales, (en)jeux générationnels, mémoires des luttes passées et expériences de répression. Simultanément l’approche ethnographique révèle la part de contingence de ces implications dans un soulèvement populaire aussi intense que rapide.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-821.htm. 

Alia Gana et al. « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Les résultats du scrutin du 23 octobre 2011, qui consacrent le parti Ennahdha comme la première formation politique en Tunisie, interrogent fortement sur l’importance des inégalités sociales et territoriales comme clé de compréhension des comportements électoraux. Une analyse de géographie et de sociologie électorale s’appuyant sur le croisement de la cartographie des résultats et des données socio-économiques des circonscriptions, complétée par une enquête auprès des électeurs, fait ressortir une très forte « territorialité » du vote. Celle-ci n’est cependant pas réductible aux caractéristiques socioéconomiques des circonscriptions. Elle intègre également les dimensions sociohistoriques et culturelles des territoires et renvoie à l’insertion des individus et des groupes dans une multiplicité de réseaux (familiaux, tribaux, partisans, associatifs ou de nature clientéliste).
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-51.htm. 

Mohamed Chérif Ferjani « Révolution, élections et évolution du champ politique tunisien », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
L’évolution du paysage politique tunisien est loin d’être stabilisée. Au lendemain du 14 janvier 2011, on a assisté à une explosion du champ politique : en quelques semaines, le nombre des partis a dépassé la centaine. Cependant les élections du mois d’octobre 2011 ont commencé à produire une restructuration du champ politique. Cet article analyse ce phénomène, en cherchant surtout à décrypter ses soubassements. La grande interrogation pour l’avenir est de savoir si Ennahda réussira à reconstituer le système État-Parti qui a dominé en Tunisie depuis l’indépendance et dans lequel les autres partis n’auront le choix qu’entre le rôle d’une opposition servile ou celui d’une opposition stérile.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-107.htm. 

Michael Lieckefett « La Haute Instance et les élections en Tunisie : du consensus au « pacte politique » ? », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
L’article s’intéresse au rôle joué en Tunisie par la « Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique », chargée entre mars et octobre 2011 d’organiser le « passage de la révolution aux élections » de l’Assemblée Nationale Constituante. Rassemblant 155 représentants de divers partis, syndicats, organisations, professions ou régions du pays, elle intervient directement dans la préparation du moment électoral à travers la préparation de la loi électorale et élit et organise l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). À ce titre, elle offre un poste d’observation remarquable des tensions au sein des mouvements sociaux qui nourrirent les premières phases de la révolution et la politique des urnes qui suivit.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-133.htm. 

Larbi Chouikha « L’Instance Supérieure Indépendante pour les élections et le processus électoral tunisien : un témoignage de l’intérieur », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Fait unique dans l’histoire de la Tunisie ! Une Instance indépendante pour les Élections (ISIE) avait supplanté le ministère de l’Intérieur pour l’organisation et le déroulement des élections pour la Constituante d’octobre 2011. Pour le suivi des médias pendant la campagne électorale, sa mission fut déterminante : il fallait combler le vide juridique et institutionnel créé à la suite de l’abrogation de la loi sur la presse et de la suppression du ministère de la Communication et ses départements du temps de l’ex-président Ben Ali. Pour ce faire, l’ISIE avait participé à l’aménagement d’un cadre juridique et institutionnel pour ces élections, initié des rencontres régulières avec les responsables de tous les médias, préparé la logistique pour l’enregistrement des expressions légales des candidats et leur diffusion à la télévision et à la radio pendant la campagne. Et pour mener à bien sa mission de supervision des médias, l’ISIE s’était dotée d’une unité de monitoring des médias dont la tâche était de suivre la couverture médiatique des acteurs politiques. La grande question posée à l’ISIE est commune à toutes les institutions équivalentes de par de monde : comment concilier la liberté d’expression et d’information avec l’exigence d’impartialité et d’équité des médias en période électorale et comment traduire effectivement ce souci dans leur travail de couverture quotidien ? Après le travail accompli par l’ISIE et en dépit des insuffisances constatées, ce témoignage montre que la Tunisie dispose, aujourd’hui, d’une expérience et d’un savoir-faire – perfectibles certes – pour l’organisation et la supervision de la couverture médiatique d’élections libres, plurielles et transparentes.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-171.htm. 

Kmar Bendana « Le parti Ennahdha à l’épreuve du pouvoir en Tunisie », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Cet article résume l’histoire du parti Ennahdha, neuf mois de son arrivée au pouvoir en Tunisie à la faveur des élections d’octobre 2011. Après une vingtaine d’années de coupure forcée des sphères de la politique active, le parti se trouve au défi de piloter une transition politique qui l’oblige à composer avec plusieurs forces. Si la religiosité de la société tunisienne et son statut de victime de la dictature ont favorisé son score de 38 %, liberté de parole, floraison des partis et vitalité de la société civile sont une épreuve inédite pour lui.

Trois champs (le syndicat, l’université et les médias) sont aux premières loges (avec la magistrature) pour résister aux mesures hégémoniques d’une formation qui table sur la légitimité carcérale et le résultat des urnes pour asseoir son retour aux affaires. À côté de ces résistances, Ennahda doit aussi faire face aux difficultés économiques et sociales du pays qui sont d’autant moins maîtrisées par ce parti qu’il a été absent des luttes sociales et que le libéralisme économique – à l’origine de la crise persistante – est le seul horizon d’une équipe gouvernementale inexpérimentée.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-189.htm. 

Ali Mezghani « Tunisie : une révolution, une élection et des malentendus », Le Débat 1/2012 (n° 168)
L’unique voix ; Faire entendre des voix ; Le sens de la rupture ; Le retour de la normativité traditionnelle ; Le retour de la morale ; Les raisons d’un vote passéiste
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-1-page-168.htm. 

Gilles Kepel « Journal de Tunisie », Le Débat 1/2012 (n° 168)
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-1-page-178.htm.

Jean-Philippe Bras, « Le peuple est-il soluble dans la constitution ? Leçons tunisiennes », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Cette contribution propose de décrypter, pour le cas tunisien, le passage du moment révolutionnaire, où le peuple veut la révolution, au moment constitutionnel, où le peuple évènement fait place au peuple référent, dans la mise en place des mécanismes de la représentation. Après une phase initiale où la pression de la rue ou des campagnes s’exerce pleinement sur des instances politiques dotées d’une légitimité faible, bricolée entre lambeaux de l’ordre constitutionnel ancien et une incertaine prétention à porter la revendication révolutionnaire, ce peuple acteur de la révolution se défait. Il consent à quitter son « état révolutionnaire » pour mandater une autorité à poursuivre le processus de changement politique. Dans cet acte de délaissement, il rencontre nécessairement la déception démocratique, des incertitudes de la représentation à travers l’élection. Aussi, dès le lendemain de son élection, l’Assemblée constituante est confrontée à de virulents débats sur la portée et la durée du mandat qui lui a été confié par le peuple électeur, où s’exprime la crainte d’une révolution confisquée par les vainqueurs des urnes (principalement le parti islamique Ennahda), qui ne furent pas, loin s’en faut, les principaux acteurs du moment révolutionnaire. Si la loi de la majorité est une des conditions de l’établissement d’un régime démocratique, comme le rappelle Adam Przeworski, elle ne peut se justifier de manière ultime que par une coprésence des mécanismes de l’alternance. De plus, ainsi que le soulignait Hans Kelsen, le dispositif doit être complété par l’instauration d’un tribunal constitutionnel, la menace d’y recourir contribuant à obliger au compromis entre majorité et minorité parlementaires. De bonnes raisons pour observer de près la manière dont cette Assemblée constituante omnipotente va exercer son mandat constitutionnel et législatif, ainsi que les délais d’organisation des futures élections législatives.
http://anneemaghreb.revues.org/1423

Zeineb Touati, « La révolution tunisienne : interactions entre militantisme de terrain et mobilisation des réseaux sociaux », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Sans réduire la révolution tunisienne à une révolution 2.0 et sans nier le rôle des réseaux sociaux dans la montée de la mobilisation d’une tranche importante de la société tunisienne, nous analysons, dans cet article, les modalités pratiques de la mobilisation et les usages des réseaux sociaux et des TIC. Nous mettons en lumière l’évolution du rôle de ces réseaux sociaux tout au long des protestations en Tunisie entre le 17 décembre 2010 (date des premiers rassemblements) et le 14 janvier 2011 (date de départ de Ben Ali) en réponse aux besoins de la mobilisation sur le terrain et de l’évolution de l’implication des militants et des manifestants. En présentant les raisons et les finalités du recours aux réseaux sociaux, nous pointons les différences avec la révolte du bassin minier de Gafsa de 2008.
http://anneemaghreb.revues.org/1426

Stephanie Pouessel, « Les marges renaissantes : Amazigh, Juif, Noir. Ce que la révolution a changé dans ce « petit pays homogène par excellence » qu’est la Tunisie », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’article envisage les revendications issues de certains groupes « minoritaires » comme une des lames de fond qui bouscule le « monolithisme culturel » officiel de la Tunisie post-dictatoriale. La focalisation sur certains citoyens qui s’affirment sur la scène culturelle et politique en tant que membres d’un groupe minoré (amazigh, noir, juif) permettra de comprendre comment ils tentent de mettre au centre du débat public la question de la pluralité ethnique et confessionnelle de la société tunisienne. L’inscription du répertoire de la « diversité culturelle » prend ainsi toute sa place dans les enjeux politiques qui suivirent le 14 janvier 2011 puis les premières élections démocratiques visant à constituer une assemblée constituante. Dans cette phase de refonte des représentations de la « nation » se développent des discours inédits sur la discrimination, la reconnaissance ou encore la mémoire plurielle : qu’en est-il de la place de l’héritage juif dans un pays où domine l’islam politique ? Pourquoi inscrire la lutte contre la discrimination raciale dans la nouvelle constitution ? Enfin, comment se constitue une amazighité tunisienne sous pression du militantisme amazigh panmaghrébin ?
http://anneemaghreb.revues.org/1432

à suivre…