Archives par mot-clé : chypro-syllabique

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île. Continuer la lecture de Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos. Continuer la lecture de Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Paphos, à Chypre, capitale européenne de la culture en 2017

Chypre fait partie des domaines d’excellences de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditérranée – Jean Pouilloux.

A l’occasion de la sélection de la ville de Paphos, sur l’île de Chypre, comme capitale européenne de la culture 2017, il nous est apparu intéressant de vous parler de cette ville, des fouilles…

Nous vous proposons 3 articles qui paraîtront sous forme de feuilletons .

Le menu est le suivant :

Commençons par situer Chypre :

1 – Situation géographique de Chypre (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Puis Paphos :

2- Situation de Paphos sur l’ile (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Les éléments exceptionnels qui y ont été découverts lui ont valu d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1980 (Pour un descriptif complet du dossier sur Paphos).

Petite explication de texte avant de commencer à s’intéresser  plus particulièrement  à Paphos…

Le label « ville européenne de la culture » puis « capitale européenne de la culture » existe depuis 1985, à l’initiative de Mélina Mercouri, alors Ministre grecque de la Culture, dans le cadre du Conseil européen. Le projet s’articule notamment autour de la mise en exergue de la qualité du dynamisme culturel des villes européennes.

Chaque année 2 villes sont sélectionnées au sein de l’Europe.

Il y aura eu 56 villes depuis Athènes en 1985 jusqu’à Aarhus au Danemark et Paphos à Chypre cette année. Le programme est déterminé jusqu’en 2021.

Les villes élaborent des programmes censés refléter leur culture en utilisant toutes les forme artistiques à leur disposition.

Aarhus a choisi comme thème central « Rethink » (Repenser). La ville danoise veut montrer comment les arts, la culture et la création en général peuvent nous aider à repenser et façonner nos modèles comportementaux de base tant au niveau social, culturel qu’économique, et à trouver des solutions aux défis communs.

A Paphos, il s’agit de « Lier les continents, créer des ponts entre les cultures ». Ce thème s’inspire largement de la situation géographique de Paphos, ancienne capitale de l’île, bordée par la mer et qui constitue un lien entre l’Est et l’Ouest.

On peut noter que la ville ouvrira régulièrement, pour l’occasion, ses sites archéologiques en plein air.

Ainsi, le parc archéologique de Paphos (Αρχαιολογικό Πάρκο Πάφου), bordé par la mer au sud et à l’ouest, s’étend sur 106 ha. Le lieu est réputé pour ses mosaïques, pour l’essentiel datées de la période romaine. Le parc abrite aussi d’importants monuments de la période hellénistique, ainsi que des vestiges byzantins. Le site fait l’objet de fouille depuis 1962.

Bien sûr, il faut déjà pouvoir être sur place, mais on peut espérer que des vidéos, des animations seront rediffusées et accessibles au plus grand nombre. Nous vous tiendrons au courant, donc suivez-nous, suivez-les!

Nous vous proposons maintenant une petite bibliographie à partir des documents de la bibliothèque de la MOM, ainsi que des documents accessibles en ligne

Ouvrages hors séries ou publications suivies de fouilles


Antiquities Department of the Republic of Cyprus

A brief history and description of new Paphos
Nicosia : Department of Antiquities, 1967
AOR DS54.95.P36. A34 1967

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Daszewski, Wiktor Andrzej
Dionysos der Erlöser : griechische Mythen im spätantiken Cypern
Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1985.- (Trierer Beiträge zur Altertumskunde, 2)
AOR DS54.95.P36. D3 1985

Daszewski, Wiktor Andrzej ; Michaelides, Demetrios
Guide des mosaïques de Paphos
[Nicosie] : Fondation culturelle de la banque de Chypre, 1989.- (Collection de guides)
AOR DS54.95.P36. D3 1989

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Getty conservation institute (Los Angeles, Calif.). Éditeur scientifique
The Conservation of the Orpheus mosaic at Paphos, Cyprus
[Marina del Rey, CA] : The Getty Conservation Institute , 1991
AOR DS54.95.P36. C6 1991

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Kyrieleis, Helmut ; Deutsches Archäologisches institut
Hellennistische Herrscherporträts auf Siegelabdrücken aus Paphos : (Paphos IV B)
Wiesbaden : Reichert verl., 2015.- (Archäologische Forschungen ;34)
AOR DS54.95.P36. K88 2015

Meyza, Henryk ; Zych, Iwona
Nea Paphos : 50 years of Polish Excavations 1965-2015 : publication on the occasion of the commemorative exhibition at the Cyprus museum in Nicosia 25 may-30 november 2015
Nicosia : Embassy of the republic of Polan in Nicosia ; Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw, 2015
AOR DS54.95.P36. N4 2015

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Ouvrages dans une série ou publication suivie de fouilles sur Paphos

Nea Paphos :


Sztetyllo, Zofia

Les timbres céramiques (1965-1973)
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1976.
(Nea Paphos ; 1)
AOR DS54.95.P36. N3.1

Daszewski, Wiktor Andrzej
La Mosaïque de Thésée. Etudes sur les mosaïques avec représentations du labyrinthe, de Thésée et du Minotaure
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1977.
(Nea Paphos ; 2)
AOR DS54.95.P36. N3.2

Mlynarczyk, Jolenta
Nea Paphos in the hellenistic period
Varsovie : Editions géologiques , 1990.- (Nea Paphos ; 3)
AOR DS54.95.P36. N3.3

Sztetyllo, Zofia
Pottery stamps, 1975-1989
Varsovie : Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des sciences , 1991.- (Nea Paphos ; 4)
AOR DS54.95.P36. N3.4

Meyza, Henryk
Cypriot red slip ware : studies on a Roman Levantine ware
Varsovie : Centre d’Archéologie Méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 2007
(Nea Paphos ; 5)
AOR DS54.95.P36. N3.5

Sztetyllo, Zofia
Nea Paphos. VI, Pottery stamps from Nea Paphos (excavations in 1990-2006)
Warsaw : warsaw University Press, 2010.- (Polish Archaeology in the Mediterranean Monograph Series;2)
AOR DS54.95.P36. N3.6 2010

Paphos :

Nicolaou, Ino ; Morkholm, Otto
Paphos. Volume 1, A Ptolemaic Coin Hoard
Nicosie : Department of Antiquities, Cyprus , 1976
AOR DS54.95.P36. P3.1

Nicolaou, Ino
Paphos. Volume 2, The coins from the house of Dionysos, appendix, the coins from A. the Odeion B. the gymnasion C. the Asklepieion
Nicosia : The department of Antiquities, Cyprus , 1990
AOR DS54.95.P36. P3.2

Hayes, Johnn Walker
Paphos. Vol.3, The Hellenistic and Roman pottery
Nicosia : Department of antiquities , 1991
AOR DS54.95.P36. P3.3

Nicolaou, Ino
Paphos. 5, The stamped amphora handles from the house of Dionysos
Nicosia : Republic of Cyprus, Department of antiquities , 2005
AOR DS54.95.P36. P3.5

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Markus
Le dialecte grec ancien de Chypre. Tome I et II
Berlin : W. de Gruyter, 2010
AOR P1040. E46 2010

Masson, Olivier
Les inscriptions chypriotes syllabiques : recueil critique et commenté.-  [Nouvelle éd.]
Paris : E. de Boccard , 1983.- (Etudes chypriotes; 1)
AOR P1040. M3 1983

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1986
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 4)
AOR DS54.95.P33. A8.4

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1983
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 2)
AOR DS54.95.P33. A8.2

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Documents accessibles en ligne :

Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal Première campagne 23 avril- 14 mai 2014 et 16 Septembre- 10 octobre 2014 sur la colline de Fabrika (au Nord-Est de la ville antique).. [Re-search Report] UMR 8210 AnHiMA/ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2014.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISEÀ PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal sur la colline de Fabrika au Nord-Est de la ville antique de Nea Paphos. 2e campagne 25 mai-27 juin 2015. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2015.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal à Paphos, colline de Fabrika. Bilan de la 3e campagne
de fouilles 23 mai-23 juin 2016. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer