Archives par mot-clé : Bibliographie

Le chypro-syllabique, par Agnieszka Halczuk

 

Nous abordons le rivage de Paphos, où nous pourrons déguster le dessert tant attendu de ce menu en 3 parties, et où nous touchons au but final de notre voyage avec cet article d’Agnieszka Halczuk. Comme promis le nom de l’auteur de la citation au début de l’article précédent : Milan Kundera

À propos de l’auteur :
Agnieszka Halczuk est doctorante au laboratoire HiSoMA (Université Lyon2). Son projet de recherche porte sur la place des inscriptions dans la vie politique, culturelle et sociale de la région de Paphos à l’époque des royaumes (XIe-IVe s. av. J.-C.). Il s’appuie sur une étude croisée, à la fois archéologique, paléographique et linguistique des inscriptions de la région paphienne.

Les débuts de l’écriture à Paphos

La région de Paphos possède une longue tradition d’écriture. Les premiers témoignages datent du XVIe s. av. J.-C. Ils sont rédigés en syllabaire, c’est-à-dire un système d’écriture qui, à la différence de l’alphabet, possède un signe différent pour transcrire chaque syllabe : par exemple, dans la série k-, un signe spécifique correspond à chacune des syllabes ka, ke, ki, ko, ku. Ce syllabaire est dit « chypro-minoen » (par référence au système d’écriture crétois de l’Âge du Bronze). De fait, les formes des signes présentent une forte ressemblance avec ceux du linéaire A crétois. La ou les langue(s) que cette écriture transcrit ne sont pas identifiées : il est sûr, en tout cas, qu’il ne s’agit pas de grec.

Fig. 1 – Pierre inscrite en chypro-minoen provenant de Palaepaphos-Skales
(d’après E. et O. Masson, « Les objets inscrits de Palaepaphos-Skales », dans V. Karageorghis, Palaepaphos-Skales. An Iron Age Cemetery in Cyprus, Ausgrabungen in Alt-Paphos 3, Constance, 1983, pl. A).

L’établissement de Grecs achéens à Chypre au cours du Bronze Récent, et notamment au cours des vagues migratoires qui accompagnent la fin troublée de la période, entraîne une hellénisation de l’île, qui se traduit par l’adoption du grec.

Contrairement à la majorité des autres sites chypriotes, Paphos n’est pas abandonnée à cette époque. L’établissement paphien a même continué de prospérer au XIIe siècle av. J.-C., comme en témoigne la construction d’imposants bâtiments dans le grand sanctuaire d’Aphrodite.

Vestiges monumentaux du Bronze Récent dans le sanctuaire d’Aphrodite à Palaepaphos
© 2015 S. Fourrier

Une transition scripturaire et linguistique documentée à Palaepaphos-Skales

La nécropole de Palaepaphos-Skales, située au sud-ouest du village moderne de Kouklia, est la plus importante du point de vue de l’histoire de l’écriture chypriote.

Localisation de la nécropole de Skales
© Pleiades

Les inscriptions trouvées dans la tombe 49 de Skales démontrent que l’écriture chypro-syllabique de l’Âge du fer dérive sans doute directement du chypro-minoen de l’Âge du Bronze. Cette sépulture a en effet fourni six objets inscrits qui, malgré leur brièveté, apportent un témoignage précieux sur l’usage et l’évolution de l’écriture à Chypre au début de l’époque chypro-géométrique (XIe-Xe s. av. J.-C.).

– Pierres et broches inscrites en chypro-minoen
(d’après E. et O. Masson, op. cit., pl. A).

L’inscription la plus importante en ce qui concerne l’écriture et la langue chypriotes a été gravée sur une broche (obelos) : il s’agit d’une mention d’appartenance, en grec, au génitif. La broche appartenait à un personnage de haut rang, portant le nom grec d’Opheltas.

J.-P. Olivier a récemment démontré que cet obelos, sur lequel on trouve la plus ancienne attestation de l’usage local du grec, est inscrit en écriture chypro-minoenne, caractéristique de la civilisation préhistorique de l’île.

Inscription d’Opheltas. Correspondance entre les signes chypro-minoens (IIe millénaire) et chypro-syllabiques (Ier millénaire), dans la variante paphienne

Les signes du syllabaire chypriote de l’Âge du Bronze ont ainsi été adaptés aux besoins de la langue des nouveaux arrivants. Cette inscription marque également la fin de l’utilisation du chypro-minoen à Paphos comme dans le reste de l’île. Aucune inscription n’est connue à Chypre pour la période qui va du Xe au VIIIe s. av. J.-C. Il est donc pour le moment impossible d’étudier la phase transitoire entre l’ancienne écriture chypriote et sa nouvelle version qui apparaît au cours du VIIIe s. av. J.-C., toujours sous une forme syllabique. Le maintien d’un même système d’écriture (dans le monde grec, le syllabaire de l’Âge du Bronze est remplacé par un alphabet, signe de rupture), et la ressemblance des signes (notamment ceux du syllabaire paphien) suggèrent toutefois une continuité. Il est possible que ce nouveau syllabaire ait donc été élaboré à Paphos, avant de se diffuser dans les autres régions de l’île.

Les particularités de l’écriture à Paphos

Les inscriptions qui apparaissent au cours du VIIIe s. av. J.-C. à Paphos possèdent des particularités qui distinguent l’écriture qui s’est développée dans cette région de celle en usage dans le reste de Chypre. On parle de « syllabaire paphien » (caractéristique de la région de Paphos) et de « syllabaire commun » (utilisé dans le reste de l’île).

L’exemple présenté ci-dessous montre que l’écriture paphienne se caractérise par des formes particulières de syllabogrammes ainsi que par la direction dextroverse (de gauche à droite) de l’écriture.

Variante commune

Variante paphienne

Mot pa-si-le-o-se (βασιλῆος « roi ») dans deux variantes du syllabaire chypriote.

La région paphienne a livré une documentation abondante. Plus de 300 inscriptions y ont en effet été découvertes (beaucoup plus que dans les autres régions de l’île). Ce riche matériel épigraphique a permis d’effectuer une analyse des signes détaillée qui a démontré l’existence de trois types de syllabaire paphien, qui se succèdent dans le temps.

Le paphien « ancien »

Le paphien « ancien » se caractérise par une graphie déconnectée des signes qui sont très profondément gravés.

Dédicace royale en paphien « ancien » (d’après Masson, Mitford 1986 [voir bibliographie ci-dessous], pl. III)

La direction dextroverse de l’écriture est majoritaire, même si le nombre de textes écrits de droite à gauche est non négligeable. Le paphien « ancien » est attesté entre le VIIIe et le Ve s. av. J.-C.

La majorité des inscriptions en paphien « ancien » provient de deux sites : Rantidi (un sanctuaire rural de la région de Paphos) et la colline de Marcello (à Palaepaphos). Il s’agit majoritairement de dédicaces qui livrent une grande variété d’anthroponymes, dont un bon nombre de femmes dans le corpus de Rantidi, ce qui indique une fréquentation féminine du sanctuaire. Parmi le vocabulaire, on note l’apparition du mot ἶνις (« fils »), rare dans les sources grecques (où il paraît réservé au registre poétique), mais qui semble le terme officiel pour désigner à Chypre, en particulier à Paphos, le fils d’un roi.

Le paphien « moyen »

Après la révolte ionienne de 498 av. J.-C., on observe certains changements dans le syllabaire paphien, notamment dans le dessin des signes. La graphie déconnectée typique de la période précédente devient très rare. De plus, la direction dextroverse est désormais prépondérante. Ces changements de la graphie permettent de définir le paphien « moyen », attesté entre le Ve et la première moitié du IVe s. av. J.-C. Des inscriptions syllabiques, laissées par des Paphiens voyageant hors de leur île, sont attestées. Un corpus de graffites en syllabaire paphien « moyen » provient de Karnak en Égypte : ils ont été gravés sur les murs d’un temple égyptien par des mercenaires.

Graffite en paphien « moyen » sur le mur d’un temple de Karnak.
(d’après O. Masson, « Les graffites chypriotes alphabétiques et syllabiques », dans Cl. Traunecker, Fr. Le Saout, O. Masson, La chapelle d’Achôris à Karnak II, Paris, 1981, pl. IV)

Le Paphien « récent »

Enfin, des changements importants apparaissent sous le règne de Nicoclès, le dernier roi paphien. Au cours du dernier quart du IVe s. av. J.-C., on observe en effet l’émergence de nouvelles formes pour plusieurs signes. De plus, l’ancienne graphie déconnectée (en usage pour le paphien « ancien ») est à nouveau employée, avec de nouvelles variantes, dans les dédicaces royales.

Dédicace royale de Nicoclès.
(Masson, Mitford 1986 [voir bibliographie ci-dessous], pl. XXV)
La titulature royale du IVe s. av. J.-C. comporte plusieurs éléments prouvant que les derniers monarques voulaient s’inscrire dans la longue tradition royale et religieuse paphienne. L’implication de Nicoclès dans le domaine religieux s’exprime notamment par la mise en exergue de son titre de « prêtre de la Wanassa » (la « Maîtresse », c’est-à-dire la grande déesse de Paphos, connue ensuite sous le nom d’Aphrodite), une fonction héréditaire de la dynastie ancestrale des Kinyrades (ces rois locaux antérieurs à l’arrivée des Grecs). Il est possible que Nicoclès ait sciemment élaboré un style archaïsant dans ses documents officiels, à la fois dans le vocabulaire et dans la graphie, afin d’inscrire son règne dans la légitimité d’une longue tradition, à une époque où la royauté chyprioté était menacée par les ambitions d’Alexandre le Grand et de ses successeurs.

L’écriture paphienne, un marqueur d’identité

La singularité de l’écriture paphienne permet d’analyser les relations entre les royaumes chypriotes ainsi que d’identifier la présence de Paphiens en Méditerranée.

Au cours de l’époque chypro-archaïque (VIIIe-VIe s. av. J.-C.), le syllabaire paphien était également utilisé à Kourion (ville située au sud-ouest de l’île), ce qui témoigne des relations étroites entre ces deux royaumes. De plus, plusieurs objets précieux mentionnant des rois paphiens ont été découverts à Kourion (dans des circonstances, certes, obscures). Ces éléments amènent à réfléchir sur le statut politique de Kourion à cette époque et sur le rôle des monarques paphiens (royaume autonome ? soumis à l’autorité du voisin paphien ?).

Bracelet d’Etewandros, roi de Paphos, provenant de Kourion (copie).
© The Metropolitan Museum of Art

Les inscriptions découvertes hors de Chypre documentent les voyages de Paphiens : en Égypte, en Phénicie, en Cilicie et en Italie. Ces textes sont majoritairement rédigés en paphien « moyen ».

Les inscriptions en syllabaire paphien trouvées hors de Chypre

L’écriture de Paphos est demeurée différente de la variante commune du syllabaire jusqu’à la fin de son existence. De plus, le syllabaire paphien a fait preuve d’une belle résistance à l’épreuve de l’histoire. Parmi un ensemble de sceaux datant du IIe s. av. J.-C. découverts à Paphos, certains portaient encore des signes syllabiques, environ deux siècles après la disparition de ce système d’écriture. C’était donc un trait profondément enraciné dans la culture paphienne.

Indications bibliographiques (pour une bibliographie plus large voir l’article 1)

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Le dialecte grec ancien de Chypre, Berlin, 2010.

Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques. Recueil critique et commenté, Études Chypriotes 1, 2e édition, Paris, 1983.

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, T.B. Mitford, Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos, Ausgrabungen in Alt-Paphos 4, Constance, 1986.

T.B. Mitford, O. Masson, The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos 2, Constance, 1983.

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos.

Le site de Nea Paphos est classé à l’inventaire du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980.

Outre les fouilles d’urgence conduites par le Département des Antiquités (nombreuses en raison du fort développement touristique de la zone), les sites de Palae- et Nea Paphos ont été et sont explorés par de nombreuses missions, chypriotes et étrangères (australienne, britannique, italienne, polonaises, suisse-allemande…).
Deux missions françaises se sont succédées à Paphos : la première, dirigée par J. Bérard, a porté dans les années 1950 sur une nécropole antique à Ktima (au nord-est de Nea Paphos) ; la seconde, dirigée par Cl. Balandier, poursuit ses travaux sur la colline de Fabrika, également à Nea Paphos.

Les pionniers

La mission de Vogüé recopie, en 1862, quelques inscriptions
chypro-syllabiques sur les deux sites, en particulier celles qui ornent deux hypogées. Au cours de la décennie suivante, deux membres de l’École française d’Athènes, M. Beaudouin et Ed. Pottier parcourent l’île. Le second consacrera un article aux « hypogées doriques de Nea-Paphos » (accessible en ligne sur Persée , et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment) qu’il date du VIe s., alors qu’il s’agit de la nécropole hellénistique de
type alexandrin aujourd’hui connue sous la nom de « Tombeaux des rois »…

Vue de l’un des hypogées hellénistiques dits « Tombeaux des Rois » à Kato Paphos
© photo A. Malecos

C’est encore l’épigraphie qui attira à Chypre un nouveau membre de l’École française d’Athènes, H. Seyrig, en 1924. Il publie quelques bases de statues d’époque impériale du sanctuaire d’Aphrodite à l’Ancienne-Paphos (article accessible en ligne sur Persée et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment).
Mais c’est dans l’est de l’île, à Enkomi, qu’à partir de 1946 une première mission française, dirigée par Cl. Schaeffer, fait des fouilles. Elle sera suivie, après l’indépendance, par d’autres missions françaises.

La mission Jean Bérard (1952-1955)

Le monde mycénien et le retour des héros de la guerre de Troie attirent J. Bérard à Chypre. Une légende faisait en effet de Paphos une ville fondée par l’Arcadien Agapénor. Au cours d’une première campagne, en 1952, il explore Kato Paphos, où il ne met au jour aucun vestige antérieur au Ve s. av. J.-C. Il fait ensuite des fouilles,
au cours de trois autres campagnes, sur le plateau rocheux d’Iskender, au nord de la ville moderne de Ktima, au-dessus de Nea Paphos. Là, en effet, des tranchées antiaériennes creusées pendant la guerre avaient fait découvrir plusieurs vases géométriques.

J. Bérard et J. Deshayes (3e et 4e en partant de la gauche), à Kato Paphos
© photo archives Jean Bérard

Pourtant, les attentes furent déçues : J. Bérard, assisté de J. Deshayes, fouilla une dizaine de tombes à chambre creusées dans le rocher, datées du Xe au IIe s. av. J.-C. Rien de mycénien, donc, mais la preuve que le site était occupé dès l’Âge du Fer, avant que le siège de la capitale ne soit transféré de l’Ancienne à la Nouvelle-Paphos. La publication (réalisée par J. Deshayes après la mort accidentelle de Bérard en 1957), issue d’une fouille minutieuse, contient en outre des observations importantes qui renseignent sur les pratiques funéraires chypriotes.

Une partie des objets découverts par la mission française à Ktima est arrivée au Musée du Louvre, où ils sont toujours conservés : ce sont les derniers à avoir rejoint un musée français, avant l’abrogation de la loi sur le partage des antiquités.

La Mission archéologique française à Paphos (MafaP, depuis 2008)

Une mission française dirigée par Cl. Balandier (Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International / Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse) effectue des fouilles depuis 2008 à Nea Paphos, sur la colline de Fabrika, au nord-est de la ville antique. L’exploration, toujours en cours, a révélé l’existence de carrières (exploitées à l’époque hellénistique), celle d’une maison romaine aux murs décorés d’enduits peints, ainsi que divers aménagements rupestres (dont certains probablement cultuels), au-dessus du théâtre que fouille une mission australienne de l’Université de Sydney.

« Exèdre à la coquille » au sud de la colline de Fabrika.
Fouilles françaises (MafaP)
(d’après Cl. Balandier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 35, 2015, p. 169, fig. 4)

Il faut enfin mentionner le rôle joué par des épigraphistes français dans l’étude et l’édition de corpus d’inscriptions paphiennes (lire le prochain article qui sera publié ici, sur l’écriture chypro-syllabique écrit par Agnieszka Halczuk). O. Masson a publié, en collaboration avec T.B. Mitford, les inscriptions syllabiques du sanctuaire de Rantidi et celles de Kouklia/Palaepaphos (les deux volumes ont paru dans la collection Ausgrabungen in Alt-Paphos, respectivement vol. 2, 1983, et 4, 1986). J.-B. Cayla a consacré sa thèse aux inscriptions alphabétiques : l’ouvrage paraîtra cette année aux Editions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Base de statue de Palaepaphos
© photo J.-B. Cayla

Indications bibliographiques (pour une bibliographie des 3 articles sur Paphos voir ici)

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Paphos, à Chypre, capitale européenne de la culture en 2017

Chypre fait partie des domaines d’excellences de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditérranée – Jean Pouilloux.

A l’occasion de la sélection de la ville de Paphos, sur l’île de Chypre, comme capitale européenne de la culture 2017, il nous est apparu intéressant de vous parler de cette ville, des fouilles…

Nous vous proposons 3 articles qui paraîtront sous forme de feuilletons .

Le menu est le suivant :

Commençons par situer Chypre :

1 – Situation géographique de Chypre (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Puis Paphos :

2- Situation de Paphos sur l’ile (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Les éléments exceptionnels qui y ont été découverts lui ont valu d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1980 (Pour un descriptif complet du dossier sur Paphos).

Petite explication de texte avant de commencer à s’intéresser  plus particulièrement  à Paphos…

Le label « ville européenne de la culture » puis « capitale européenne de la culture » existe depuis 1985, à l’initiative de Mélina Mercouri, alors Ministre grecque de la Culture, dans le cadre du Conseil européen. Le projet s’articule notamment autour de la mise en exergue de la qualité du dynamisme culturel des villes européennes.

Chaque année 2 villes sont sélectionnées au sein de l’Europe.

Il y aura eu 56 villes depuis Athènes en 1985 jusqu’à Aarhus au Danemark et Paphos à Chypre cette année. Le programme est déterminé jusqu’en 2021.

Les villes élaborent des programmes censés refléter leur culture en utilisant toutes les forme artistiques à leur disposition.

Aarhus a choisi comme thème central « Rethink » (Repenser). La ville danoise veut montrer comment les arts, la culture et la création en général peuvent nous aider à repenser et façonner nos modèles comportementaux de base tant au niveau social, culturel qu’économique, et à trouver des solutions aux défis communs.

A Paphos, il s’agit de « Lier les continents, créer des ponts entre les cultures ». Ce thème s’inspire largement de la situation géographique de Paphos, ancienne capitale de l’île, bordée par la mer et qui constitue un lien entre l’Est et l’Ouest.

On peut noter que la ville ouvrira régulièrement, pour l’occasion, ses sites archéologiques en plein air.

Ainsi, le parc archéologique de Paphos (Αρχαιολογικό Πάρκο Πάφου), bordé par la mer au sud et à l’ouest, s’étend sur 106 ha. Le lieu est réputé pour ses mosaïques, pour l’essentiel datées de la période romaine. Le parc abrite aussi d’importants monuments de la période hellénistique, ainsi que des vestiges byzantins. Le site fait l’objet de fouille depuis 1962.

Bien sûr, il faut déjà pouvoir être sur place, mais on peut espérer que des vidéos, des animations seront rediffusées et accessibles au plus grand nombre. Nous vous tiendrons au courant, donc suivez-nous, suivez-les!

Nous vous proposons maintenant une petite bibliographie à partir des documents de la bibliothèque de la MOM, ainsi que des documents accessibles en ligne

Ouvrages hors séries ou publications suivies de fouilles


Antiquities Department of the Republic of Cyprus

A brief history and description of new Paphos
Nicosia : Department of Antiquities, 1967
AOR DS54.95.P36. A34 1967

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Daszewski, Wiktor Andrzej
Dionysos der Erlöser : griechische Mythen im spätantiken Cypern
Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1985.- (Trierer Beiträge zur Altertumskunde, 2)
AOR DS54.95.P36. D3 1985

Daszewski, Wiktor Andrzej ; Michaelides, Demetrios
Guide des mosaïques de Paphos
[Nicosie] : Fondation culturelle de la banque de Chypre, 1989.- (Collection de guides)
AOR DS54.95.P36. D3 1989

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Getty conservation institute (Los Angeles, Calif.). Éditeur scientifique
The Conservation of the Orpheus mosaic at Paphos, Cyprus
[Marina del Rey, CA] : The Getty Conservation Institute , 1991
AOR DS54.95.P36. C6 1991

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Kyrieleis, Helmut ; Deutsches Archäologisches institut
Hellennistische Herrscherporträts auf Siegelabdrücken aus Paphos : (Paphos IV B)
Wiesbaden : Reichert verl., 2015.- (Archäologische Forschungen ;34)
AOR DS54.95.P36. K88 2015

Meyza, Henryk ; Zych, Iwona
Nea Paphos : 50 years of Polish Excavations 1965-2015 : publication on the occasion of the commemorative exhibition at the Cyprus museum in Nicosia 25 may-30 november 2015
Nicosia : Embassy of the republic of Polan in Nicosia ; Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw, 2015
AOR DS54.95.P36. N4 2015

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Ouvrages dans une série ou publication suivie de fouilles sur Paphos

Nea Paphos :


Sztetyllo, Zofia

Les timbres céramiques (1965-1973)
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1976.
(Nea Paphos ; 1)
AOR DS54.95.P36. N3.1

Daszewski, Wiktor Andrzej
La Mosaïque de Thésée. Etudes sur les mosaïques avec représentations du labyrinthe, de Thésée et du Minotaure
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1977.
(Nea Paphos ; 2)
AOR DS54.95.P36. N3.2

Mlynarczyk, Jolenta
Nea Paphos in the hellenistic period
Varsovie : Editions géologiques , 1990.- (Nea Paphos ; 3)
AOR DS54.95.P36. N3.3

Sztetyllo, Zofia
Pottery stamps, 1975-1989
Varsovie : Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des sciences , 1991.- (Nea Paphos ; 4)
AOR DS54.95.P36. N3.4

Meyza, Henryk
Cypriot red slip ware : studies on a Roman Levantine ware
Varsovie : Centre d’Archéologie Méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 2007
(Nea Paphos ; 5)
AOR DS54.95.P36. N3.5

Sztetyllo, Zofia
Nea Paphos. VI, Pottery stamps from Nea Paphos (excavations in 1990-2006)
Warsaw : warsaw University Press, 2010.- (Polish Archaeology in the Mediterranean Monograph Series;2)
AOR DS54.95.P36. N3.6 2010

Paphos :

Nicolaou, Ino ; Morkholm, Otto
Paphos. Volume 1, A Ptolemaic Coin Hoard
Nicosie : Department of Antiquities, Cyprus , 1976
AOR DS54.95.P36. P3.1

Nicolaou, Ino
Paphos. Volume 2, The coins from the house of Dionysos, appendix, the coins from A. the Odeion B. the gymnasion C. the Asklepieion
Nicosia : The department of Antiquities, Cyprus , 1990
AOR DS54.95.P36. P3.2

Hayes, Johnn Walker
Paphos. Vol.3, The Hellenistic and Roman pottery
Nicosia : Department of antiquities , 1991
AOR DS54.95.P36. P3.3

Nicolaou, Ino
Paphos. 5, The stamped amphora handles from the house of Dionysos
Nicosia : Republic of Cyprus, Department of antiquities , 2005
AOR DS54.95.P36. P3.5

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Markus
Le dialecte grec ancien de Chypre. Tome I et II
Berlin : W. de Gruyter, 2010
AOR P1040. E46 2010

Masson, Olivier
Les inscriptions chypriotes syllabiques : recueil critique et commenté.-  [Nouvelle éd.]
Paris : E. de Boccard , 1983.- (Etudes chypriotes; 1)
AOR P1040. M3 1983

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1986
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 4)
AOR DS54.95.P33. A8.4

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1983
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 2)
AOR DS54.95.P33. A8.2

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Documents accessibles en ligne :

Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal Première campagne 23 avril- 14 mai 2014 et 16 Septembre- 10 octobre 2014 sur la colline de Fabrika (au Nord-Est de la ville antique).. [Re-search Report] UMR 8210 AnHiMA/ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2014.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISEÀ PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal sur la colline de Fabrika au Nord-Est de la ville antique de Nea Paphos. 2e campagne 25 mai-27 juin 2015. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2015.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal à Paphos, colline de Fabrika. Bilan de la 3e campagne
de fouilles 23 mai-23 juin 2016. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé.

Dans le camp des partisans de l’historicité de Glozel se rangent, parmi les plus connus, l’ethnologue A. van Gennep, l’historien et archéologue Salomon Reinach, conservateur en chef du Musée de Saint-Germain-en-Laye, l’épigraphiste Emile Espérandieu, conservateur des musées de Nîmes, le géologue Charles Depéret et le paléontologue Lucien Mayet de la faculté de Lyon, le linguiste Joseph Loth de la faculté de Rennes, l’anthropologue Antonio Mendès-Correa de Porto et dans une moindre mesure, l’historien antiquisant Camille Jullian et l’Abbé Breuil, préhistorien.

Les contempteurs de Glozel comptent dans leur rang les non moins éminents préhistoriens Denis Peyrony, conservateur du musée des Eyzies, Henri Begouën de la faculté de Toulouse, André Vayson de Pradenne et Louis Capitan, l’épigraphiste René Dussaud, conservateur au Louvre, le paléontologue Marcellin Boulle du Musée d’Histoire Naturelle de Paris…

Afin de trancher une bonne fois pour toute sur l’ancienneté et l’authenticité de Glozel, une commission internationale est constituée mais aussitôt accusée de partialité car les experts appelés à siéger dans cette commission sont choisis par les professeurs Capitan et Bégouën, antiglozéliens convaincus…

La campagne de fouilles, très médiatisée, entreprise en novembre 1927 à l’initiative de la commission tranche sans surprise en défaveur de l’authenticité de Glozel. L’expertise est aussitôt contestée par les pro-Glozel ; les esprits d’échauffent…

Fouilles à Glozel en 1928
Fouilles à Glozel en 1928

 

La justice s’en mêle

L’agitation autour de Glozel monte encore d’un cran quand Emile Fradin est publiquement accusé d’être un fraudeur. On lui reproche d’avoir gravé sur les briques les mystérieux signes alphabétiques.

Le jeune paysan contre-attaque en janvier 1928 et assigne en diffamation ses détracteurs, notamment l’épigraphiste René Dussaud. En février 28, la Société Préhistorique Française porte plainte contre X pour escroquerie. La ferme des Fradin et le petit musée Glozel qu’elle abrite sont perquisitionnés et saccagés par la maréchaussée ; des objets « glozéliens » sont saisis dans la foulée.

Suite à cette perquisition, un rapport de l’identité judiciaire est remis au juge qui instruit l’affaire qui conclut aussi à la falsification des tablettes. Ce rapport, jugé malhonnête et partisan, est réfuté point par point par le Dr. Morlet. Emile Fradin est malgré tout inculpé pour escroquerie en juin 1928.

Ces démêlés judiciaires n’empêchent pas le Dr. Morlet d’entreprendre, en avril, avec l’aide d’archéologues français et étrangers, de nouvelles fouilles qui se prononceront bien évidemment pour l’authenticité du site néolithique.

En juin 1931, une ordonnance de non-lieu est promulguée au bénéfice d’Emile Fradin. En revanche, ces détracteurs seront tous condamnés pour diffamation.

Progressivement, l’affaire de Glozel va déserter l’actualité ; la polémique entre ce qui reste des glozéliens et antiglozéliens se fait plus rare et moins passionnée ; le Dr Morlet cesse même ces fouilles en 1936.

En 1941, une nouvelle loi réglemente les fouilles archéologiques ; elles ne seront désormais plus possible sans l’aval des pouvoirs publics. Glozel sombre alors dans l’oubli.

Tablettes gravée de signes « glozéliens »
Tablettes gravée de signes « glozéliens »

 

Nouvelles analyses et nouvelles fouilles

A partir du milieu des années 70, l’intérêt pour Glozel renait ; des scientifiques français et surtout étrangers reviennent sans a priori vers Glozel avec de nouvelles techniques d’analyse des objets (datation par thermoluminescence, carbone 14, spectrographie…). Les analyses concluent à une datation très disparate des objets qui semble courir de la préhistoire à l’époque moderne ! Ces résultats inattendus ne permettent pas d’éclaircir totalement les mystères de Glozel…

Sous la pression des élus locaux et à la demande du Ministère de la Culture, de nouvelles fouilles démarrent en 1983 sur le site de Glozel. Jusqu’en 1990, la jeune garde de l’archéologie française va essayer de démêler définitivement l’écheveau glozélien. Le rapport du ministère, paru partiellement en 1995, ne laisse plus planer le doute : aucune trace d’un quelconque gisement préhistorique. L’occupation de Glozel est principalement médiévale même si on y trouve aussi quelques artéfacts datés de l’Age du fer et des contrefaçons manifestes. Glozel ne serait qu’une fiction !

Tête de femme sculptée sur un os
Tête de femme sculptée sur un os

Glozel toujours vivant

En dépit de ce démenti scientifique, les partisans de l’authenticité de Glozel ne désarment pas. Des colloques sont régulièrement organisés autour de Glozel ; des livres et des articles continuent de paraitre à ce sujet.

Cependant, plus « l’affaire Glozel » sort, avec le temps, du champ scientifique, plus elle investit ; notamment sur le Net, les sphères du paranormal, de l’ésotérisme, voire du complotisme ; il suffit de taper Glozel sur un moteur de recherche pour tomber sur une foule de sites dont certains plus fantaisistes les uns que les autres… Voir webographie ci-après.

Alors Glozel ? Enorme supercherie archéologique ou authentique nécropole gallo-romaine ? Vestige d’une civilisation extraterrestre disparue ou four verrier médiéval ? Incroyable découverte d’amateurs en butte à l’hostilité du monde académique sûr de sa vérité scientifique ?

Près de 3000 pièces (poteries à masque figurant des yeux ouverts, briques avec empreintes de mains, idoles bisexuées, tablettes avec des signes « alphabétiques », objets en os et en pierre taillée, galets gravés, ossements humains et animaux…) ont été, quand même, exhumées à Glozel ! D’où viennent-elles ? Qui les a fabriquées et dans quel but ?

Et que penser des fameux signes glozéliens ? Alphabétiques, syllabiques, idéographiques ? Est-ce une des plus anciennes traces de langage humain ou l’alphabet des Atlantes ? Le saurons-nous un jour… Emile Fradin, un des principaux acteurs de la controverse, est décédé centenaire en 2010 emportant avec lui le secret de Glozel, si secret il y a…

Afin de vous faire une idée plus précise de cette passionnante et rocambolesque histoire, nous avons mis à votre disposition une bibliothèque numérique de documents en texte intégral en lien avec l’affaire Glozel. Une grande partie de ces ressources, mis en ligne dans le cadre du projet 1000 tirés-à-part Reinach, proviennent des « archives » de l’archéologue Salomon Reinach qui fut un partisan de l’authenticité du site de Glozel. D’autres documents, glanés çà et là sur le Net, complètent cette base bibliographique en libre accès.

La base de données sur Glozel s’est récemment enrichie d’un grand nombre de coupures de presse issues de journaux tels que « Le temps », « le Progrès de Lyon », « le Progrès de l’Allier », « le Moniteur », « le Journal des Débats », « l’Avenir du Plateau », « le Journal de Genève »… qui illustrent l’importance qu’avait pris cette affaire dans l’opinion publique française et étrangère  des années 20.

A noter que ces articles de presse mis en ligne proviennent, en grande partie, des archives du Laboratoire de Géologie de Lyon (Site UCB Lyon 1). Avec leur aimable autorisation.

Lien vers la bibliographie sur Glozel ICI

 

Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes
Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes

 Lien vers la webographie sur Glozel ICI

 

Bonne lecture

Idole bisexuée
Idole bisexuée

 

Bibliographie CAPES-Agrégation 2017 : histoire contemporaine

La nouvelle question d’histoire contemporaine au programme de la  session 2017 du concours externe du CAPES et de l’agrégation d’histoire – Le Moyen-Orient de 1876 à 1980 : Arabie Saoudite, Bahreïn, Égypte, Émirats Arabes Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Palestine, Qatar, Syrie, Sultanat d’Oman, Turquie et Yémen – concerne tout particulièrement une partie des  fonds de la bibliothèque de la MOM.

En effet, la grande majorité des ouvrages et des articles mentionnés dans cette bibliographie non officielle sont disponibles (au moins en consultation) parmi les collections du fonds BAB (Monde arabo-musulman au 1er étage de la bibliothèque), et dans une moindre mesure en REF (références générales au 2/3 étage). D’autres documents, notamment les articles de revues, sont plutôt localisés à l’étage des périodiques (fonds PER). Chaque référence bibliographique est suivie d’une cote lorsque le document est présent à la bibliothèque. Quand l’ouvrage ou l’article est accessible en ligne, un lien vers la ressource est proposé.

La bibliothèque s’efforcera d’acquérir, sous réserve de leur disponibilité chez les éditeurs, les ouvrages au programme qu’elle ne possède pas. En attendant, nous avons signalé dans la bibliographie où trouver les ouvrages absents des collections de la MOM quand ceux-ci sont localisés dans une des bibliothèques universitaires lyonnaises, et plus particulièrement la Bibliothèque Interuniversitaire Diderot à Gerland.

La bibliographie étant longue nous vous proposons de la consulter ou de la télécharger ici.

Bonne lecture !

Bibliographie CAPES-Agrégation 2014-2015 : histoire ancienne

La nouvelle question d’histoire ancienne au programme 2014-2015 du CAPES et de l’agrégation d’histoire  – Le monde romain de 70 av. J.-C. à 70 ap. J.-C. – concerne une partie des fonds de la bibliothèque de la MOM.

Nous vous proposons une bibliographie sélective des documents dans nos fonds, établie à partir de la bibliographie de Virginie Hollard et Robinson Baudry. Elle reprend la même hiérarchie tout en signalant les ouvrages que vous pourrez consulter et/ou emprunter.

A chaque référence bibliographique est associée le domaine de référence, la cote. Ainsi, HCL renvoie au fonds d’Histoire classique au 3° étage, REF au fonds de Références générales au 2/3 étage, Périodique au fonds situé au 5° étage…

Nous avons signalé où trouver les ouvrages absents des collections de la MOM.

La bibliographie étant très longue nous vous proposons de la consulter ou de la télécharger ici .

 

 

Le don de la famille Azim

La bibliothèque enrichit ses collections chaque année par des acquisitions, des échanges de publications et des dons de documents.

Parmi nos grands donateurs, nous pouvons citer entre autres d’éminents chercheurs  et enseignants, qui à leur mort ont souhaité léguer leurs bibliothèques privées : Henri Metzger, Pierre Wuilleumier, Stéphanie Boucher, Salomon Reinach, Antoine Bon, Francis Hours, Victor Loret, Fernand Courby,…

A l’occasion de la journée d’étude du 11 octobre 2014, nous souhaitons remercier M. Michel Azim, ainsi que sa famille pour le don de l’intégralité de sa bibliothèque.

M. Michel Azim (1942-2013) était architecte-archéologue. Ses travaux ont notamment portés sur les fouilles de Karnak. Sa bibliothèque se composait d’environ 2 000 documents, dont des ouvrages, des revues, des tirés-à-part,… Cette collection vient compléter le fonds d’égyptologie (EGY), mais également le fonds Monde arabo-musulman (BAB) de la bibliothèque de la MOM.

Vous pourrez retrouver ces ouvrages dans notre catalogue de bibliothèque et très bientôt dans nos rayons.

Vous pouvez dès aujourd’hui consulter des publications de M. Azim à la bibliothèque de la MOM, dont :

Karnak dans l’objectif de Georges Legrain : catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917, Vol. 1. Et 2 / Michel Azim et Gérard Réveillac ; préf. de Jean Leclant Publication : Paris : CNRS – CRA Unité de publication, 2004 ; EGY DT73.L6.K4. L4 2004

Karnak et sa topographie, vol. 1. les relevés modernes du temple d’Amon-Rê, 1967-1984 / Michel Azim, Fridrik Bjarnason, Patrick Deleuze et al. Publication : Paris : CNRS Editions, 1998 ; EGY DT73.L6.K4. K3 1998

Karnak et sa topographie, Volume 2. Les relevés anciens du temple d’Amon-Rê de 1589 aux années 1820 / Michel Azim Publication : Paris : CNRS éd., impr. 2012 ; cote EGY DT73.L6.K4. A9 2012

Inventaire de la collection M. Pillet : (archives égyptologiques de Maurice Pillet) / Michel Azim Publication : Valbonne : Centre de recherches archéologiques, 1999 ; EGY Z3654. P5 1999

Karnak avant la XVIIIe dynastie : contribution à l’étude des vestiges en brique crue des premiers temples d’Amon-Rê / Guillaume Charloux, Romain Mensan ; avec deux articles de Michel Azim et Antoine Garric. Publication : Paris : Soleb, 2012 ; cote EGY DT73.L6.K4. C3 2012

Le Temple de Deir Chelouit, 4. Etude architecturale / Christiane M. Zivie, Michel Azim, Patrick Deleuze, Jean-Claude Golvin Publication : Le Caire : Inst. français d’archéologie orientale, 1992 ; EGY DT73.L6.D48. Z5 1992

Mélanges offerts à Jean Vercoutter / contributions de W. Y. Adams, A. Azim, B. Boyaval…[et al.] Publication : Paris : Ed. Recherche sur les civilisations, 1985 ; EGY DT60.8. V4 1985

Trésors d’Egypte : la cachette de Karnak, 1904-2004 [ Exposition] / [catalogue] sous la dir. de Jean-Claude Goyon et Christine Cardin ; avec la collab. de Michel Azim et Gihane Zaki Publication : Paris : Musée Dauphinois, 2004 ; cote EGY N5353.F7. G7 2004

Causing his name to live : studies in Egyptian epigraphy and history in memory of William J. Murnane  / The University of Memphis, Department of history ; [Contributors :] James P. Allen, Michel Azim & Vincent Rondot, … [et al.] : [Memphis] : University of Memphis, Department of history, [2007] ; cote EGY DT60.8. M81 2007

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (V)

Violences en Syrie, Égypte, Tunisie, Libye… Immobilisme politique ailleurs. Trois ans après le début des bouleversements politiques qui ont secoué le Moyen-Orient, le « Printemps arabe » semble se transformer progressivement en hiver long et rigoureux.

Une partie de la société civile arabe était descendue dans la rue pour réclamer une démocratisation des sociétés arabes. Mais à la lumière des derniers événements, les effets de cette mobilisation populaire sans précédent peuvent paraitre aujourd’hui quelque peu décevants, pour ne pas dire décourageants.

Après des décennies de pouvoir autoritaire, de spoliation des biens communs, de pauvreté endémique, de mobilité sociale bloquée, d’absence de contre-pouvoir démocratique structuré et de subversion fondamentaliste, comment peut-il en être autrement ?

Alors évolution, stagnation ou régression des « révolutions arabes » ? Afin de se faire une idée plus précise sur cette transition politique inachevée, la bibliothèque de la MOM vous propose un nouveau (voir les autres billets sur la même thématique ici, , là-bas et encore par ici) retour bibliographique sur trois ans d’analyses de spécialistes en lien avec le « Printemps arabe » à travers une sélection en langue française d’ouvrages et de numéros spéciaux de revues.

Info_box_collage_for_mena_Arabic_protests

2011

Revues :

ContreTemps, n° 11 : Révolutions arabes.- Syllepse, 2011.- ISBN 978-2-84950-315-7.

Ce numéro est consacré aux révolutions tunisienne et égyptienne et à leur propagation dans les pays arabes voisins, Libye, Jordanie, Yémen, Bahreïn et Algérie. Les besoins de réinventer des formes politiques permettant l’installation durable de la liberté sont évoqués.

Lignes, n°36 : Monde arabe : rêves, révoltes, révolutions.- Nouvelles éditions Lignes, 2011.- ISBN 978-2-35526-087-2.

Consacré aux soulèvements politiques survenus dans le monde arabe depuis janvier 2011, ce numéro étudie la situation pays par pays pour mieux saisir les points communs et mesurer les possibilités de démocratisation. Les contributions, rédigées par les acteurs de ces mouvements, analysent en outre le rôle de la communauté internationale.

Mondes, n°8 : Espoirs et défis des révolutions arabes.- Grasset, 2011.- ISBN 978-2-246-78628-3.

Ce dossier réunit des analyses et des témoignages qui reviennent sur les révolutions de pays arabes et s’interrogent sur les perspectives et défis qui attendent les pays de la région et la communauté internationale. Il présente aussi les efforts entrepris pour accompagner les transitions avec les cas de la Tunisie, de la Russie soviétique et de la zone méditerranéenne.

Ouvrages :

Amin, Samir / Le monde arabe dans la longue durée : le printemps arabe ?- Temps des cerises, 2011.- ISBN 978-2-84109-894-1.

Samir Amin, économiste marxiste franco-égyptien, est étroitement lié aux mouvements de lutte dans le tiers-monde. Figure intellectuelle du monde arabe, il a assisté aux mouvements des peuples qui se sont multipliés au début de l’année dans cette partie du monde, en particulier en Egypte. Dans ce livre, il analyse le mouvement, ses potentialités mais aussi les dangers de récupération qu’il court.
BAB DS63.14. A57 2011

Basbous, Antoine / Le tsunami arabe.- Fayard, 2011.- ISBN 978-2-213-66620-4.

Réflexion sur les conséquences géopolitiques, sociales et économiques des révoltes ayant éclaté en 2011 dans les pays arabes, sur la viabilité des processus de démocratisation enclenchés, sur l’attitude de l’Iran, la Turquie et Israël face à ces événements…

Béchir-Ayari, Michaël & Geisser, Vincent / Renaissances arabes : 7 questions clés sur des révolutions en marche.- Ed. de l’Atelier, 2011.- ISBN 978-2-7082-4173-2.

En s’attachant à décrire les traits spécifiques du soulèvement des peuples arabes, deux spécialistes de cette région en analysent les causes profondes : l’alliance du despotisme et des politiques libérales d’ajustement structurel n’a pas résisté à trois écueils, l’absence de liberté, le chômage et la corruption. Ils montrent que les impacts du mouvement débordent les frontières du monde arabe.
BAB DS63.14. B4 2011
Compte rendu : http://remmm.revues.org/7365

Ben Hammouda, Hakim / A quoi rêve un oriental ? De nouvelles modernités pour les printemps arabes.- Ed. du Cygne, 2011.-ISBN 978-2849242506.

Les bouleversements survenus au sein des pays arabes ont profondément modifié tous les domaines de la vie politique, économique et sociale. Considérant que les printemps arabes ont ouvert la voie à la construction de nouveaux systèmes démocratiques et à une plus grande participation citoyenne, l’auteur propose des pistes de réflexion pour de nouveaux fondements philosophiques et politiques.
BAB DS63.14. B4 2011.

Boussois, Sébastien (Dir.) / Le Moyen-Orient à l’aube du printemps arabe : sociétés sous tension.- Ed. du Cygne, 2011.- ISBN 978-2-84924-247-6.

Ensemble de textes de chercheurs spécialistes du Moyen-Orient qui reviennent sur la situation actuelle des pays qui ont renversé leurs dirigeants lors du printemps arabe et ceux qui sont en période de tension comme la Libye ou la Syrie. Plusieurs thématiques sont développées afin de porter un regard global sur cette phase de changements.

Dakhlia, Jocelyne / Tunisie, le pays sans bruit. Actes Sud, 2011.- ISBN 978-2-330-00122-3.

Une réflexion sur la révolution tunisienne de 2010, à travers une analyse du contexte dans lequel le pays se trouvait au moment de son déclenchement et ses premiers développements politiques.
BAB DT266.7. D3 2011
Compte rendu : remmm.revues.org/7564

Peterson, Michel (Dir.) / Les Printemps arabes.- Mémoire d’encrier, 2011.- ISBN 978-2-923713-67-0.

Les auteurs viennent de tous les horizons et de tous les milieux. Cet ouvrage aura l’avantage de rompre avec les poncifs, en établissant simplement les faits, les expériences du vécu afin que résonne la raison arabe.
Compte rendu : http://brock.scholarsportal.info/journals/voixplurielles/article/download/596/605

2012

Revues :

Afrique du Nord, Moyen-Orient, 2012-2013 : printemps arabes, trajectoires variées, incertitudes persistantes.- Éd. 2012-2013. – Paris : la Documentation française, 2012.- ISBN 978-2-11-008816-1.

Recueil d’études sur le « printemps arabe », ses causes et ses suites. Après des réflexions générales touchant à l’ensemble de la région arabo-musulmane, les auteurs examinent l’une après l’autre la situation des Etats suivants : Libye, Syrie, les pays du golfe Persique, le Yémen, Israël, le Maroc.
BAB DS63.1. A44 2012

Compte rendu :
https://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-219.htm

Alternatives Sud, n° 2 (2012) : Le printemps arabe : un premier bilan : points de vue du Sud.- Syllepse, 2012.- ISBN 978-2-84950-346-1.

Les premiers bilans des révolutions démocratiques de 2011 dans les pays arabes sont établis ici. Mais ces événements s’inscrivent dans des processus longs dont les promesses et les risques sont également évalués

Pouvoirs, n°143, 2012 : Printemps & révolutions arabes: un renouveau pour la séparation des pouvoirs ?.- Seuil, 2012.

La théorie de la séparation des pouvoirs, dans son sens originel de non concentration, semble retrouver une utilité théorique et pratique au cœur des Printemps arabes. Toutefois, si un désir d’organisation différenciée et démocratique du pouvoir est tangible notamment en Égypte, en Tunisie et au Maroc, les volontés populaires ne sont pas toutes et instantanément traduites juridiquement et constitutionnellement. On y perçoit davantage des séparations floues ou performatives ainsi que des concentrations au moins provisoires des pouvoirs

Riveneuve Continents, n° 14 : Printemps arabes : le souffle et les mots.- Riveneuve, 2012.-ISBN 978-2-36013-084-9.

Le fait d’écrire sur le printemps arabe de 2011 permet-il de mieux le comprendre ? C’est ce que tente de savoir la revue en explorant la place de la littérature des espaces méditerranéens et orientaux, ses mots, son rôle dans sa relation aux changements actuels de ces territoires.

Tumultes, n° 38-39 : Le Moyen-Orient en mouvement.- Kimé, 2012.- ISBN 978-2-84174-590-6.

Contributions sur les soulèvements populaires qui se sont multipliés au Moyen-Orient. Elles mènent une analyse de fond prenant en compte la durée et mettant l’accent sur les changements sociaux et politiques qui les ont affectés. Elles mettent en évidence l’affirmation des sociétés civiles, la constance des mouvements ouvriers et paysans et la visibilité croissante d’acteurs plus nouveaux.

Ouvrages :

Abidi, Hasni / Où va le monde arabe ? Les enjeux de sa transition.- Ed. Erick Bonnier, 2012.- ISBN 978-2-36760-006-2.

Après des années de pouvoir, les régimes totalitaires de Tunisie, d’Egypte et de Libye ont capitulé devant une pression populaire. Cet essai interroge le devenir de ce printemps arabe et montre la nécessité de construire un projet politique de transition capable de satisfaire le désir de rupture des populations tout en convainquant celles-ci que les réformes doivent s’installer dans la durée.

Benhabib, Djemila / Des femmes au printemps.- VLB Editeur, 2012. –ISBN 978-2-89649-440-8.

Au printemps 2012, Djemila Benhabib a vécu au rythme du Caire et de Tunis. Avec la curiosité et la passion qu’on lui connaît, elle s’est imprégnée du quotidien et des préoccupations des habitants des deux capitales pour mieux dépeindre l’histoire en marche, celle de deux grands pays que de courageuses insurrections populaires ont débarrassés de leurs dictateurs. Au cœur du combat pour l’avènement de véritables démocraties dans le monde arabe et musulman, deux batailles décisives sont en cours : l’une pour la liberté des femmes, et l’autre, pour la séparation des pouvoirs politique et religieux. En Tunisie comme en Égypte, les victoires électorales de l’islamisme politique mettent en effet en grave péril des acquis laïques et progressistes obtenus de haute lutte par le passé.

Ben Hammouda, Hakim / Tunisie : économie politique d’une révolution.- de Boeck, 2012. ISBN 978-2804166335.

Présentation des tenants et des aboutissants des événements qui ont bouleversé la Tunisie, de l’immolation de Mohamed Bouazizi en décembre 2010 jusqu’au départ du président Ben Ali en janvier 2011 et à ses conséquences.
BAB DT266.7. B4 2012

Bensalah, Mounir / Réseaux sociaux et révolutions arabes ?-Michalon, 2012.-ISBN 978-2-84186-668-7.

Description du monde d’Internet dans le monde arabe depuis ses débuts à aujourd’hui et analyse des changements politiques, économiques, sociaux et culturels qu’il a provoqués. Militant et blogueur marocain, l’auteur passe en revue l’évolution de la situation depuis les évènements postélectoraux de 2009 en Iran jusqu’aux révolutions dans les pays arabes. Avec une large part consacrée au Maroc.

Brahimi El-Mili, Naoufel / Le printemps arabe : une manipulation ?- Max Milo, 2012.- ISBN 978-2-315-00374-7.

Face à la spontanéité apparente des révoltes qui ont animé le monde arabe en 2011, l’auteur oppose la théorie de la manipulation. Il implique la chaîne qatarie Al-Jazeera ainsi que les Etats-Unis, désignant l’islamisme radical comme ultime bénéficiaire de ces bouleversements.

Chapuis, Julie (Dir.) / Le Moyen-Orient en marche : perspectives croisées.- Ed. du Cygne, 2012.- ISBN 978-2-84924-268-1.

Depuis le soulèvement du peuple tunisien durant l’hiver 2010-2011, des mouvements de protestation contre les régimes autoritaires s’élèvent dans les pays arabes, montrant que le peuple est un acteur politique, économique et social. Les contributions réunies proposent des études de cas abordant ce phénomène dans ses aspects juridiques, historiques, politiques, économiques et sociaux.
Compte rendu : http://revolutionsociale2011.blogspot.fr/2012/03/le-moyen-orient-en-marche-perspectives.html

Denecé, Eric (Dir) / La face cachée des révolutions arabes.- Ellipses, 2012.- ISBN 978-2-7298-7875-7.

Chercheurs, journalistes et philosophes offrent des points de vue et des perspectives permettant la compréhension des mouvements de contestation qui ont secoué les pays arabes à partir de l’hiver 2011.

Djalili, Mohammad-Reza & Kellner, Thierry / L’Iran et la Turquie face au printemps arabe : vers une nouvelle rivalité stratégique au Moyen-Orient ?- GRIP, 2012.-ISBN 978-2-87291-034-2.

Etude de la politique menée par ces deux pays face aux bouleversements survenus dans le monde arabe depuis le début de l’année 2011, avec une analyse comparative éclaircissant les particularités de chacun d’eux et une analyse de leurs relations bilatérales.

Estival, Jean-Pierre / L’Europe face au printemps arabe : de l’espoir à l’inquiétude.- L’Harmattan, 2012.- ISBN 978-2-296-96607-9.

Analyse des événements politiques qu’ont connus les pays d’Afrique du Nord, du Proche Orient et du Moyen Orient depuis 2010, leurs conséquences géostratégiques et économiques. Diagnostic du sentiment dominant en Europe quant à l’avenir des droits de l’homme et des principes démocratiques.

Galabov, A. & Sayah, J. (Dirs) /Participations et citoyennetés depuis le printemps arabe.- L’Harmattan, 2012.- ISBN 978-2-336-00399-3.

Le printemps arabe est associé à l’usage par la jeunesse des nouveaux moyens de communication, notamment les réseaux sociaux comme instrument pour exprimer la révolte. Un regard sur le rôle des TIC dans les pays du monde arabe.

Guetta, Bernard / L’an I des révolutions arabes.- Belin, 2012.- ISBN 978-2-7011-6295-9.

L’auteur propose un recueil de ses chroniques géopolitiques, revenant sur les événements révolutionnaires qui ont marqué l’année 2011 dans le monde arabe, avec une analyse des enjeux.

Gonzalez-Quijano, Yves / Arabités numériques : le printemps du Web arabe.- Sindbad, 2012.-ISBN 978-2-330-01317-2.

Cet essai montre en quoi le monde arabe s’est emparé d’Internet et dans quelle mesure les blogueurs, dans leur diversité politique et idéologique, ainsi que les réseaux sociaux, ont contribué à déclencher un mouvement de révolte à l’échelle de tout un continent.

Guidère, Mathieu / Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ?- Autrement, 2012.- ISBN 978-2-7467-3206-3.

Synthèse de la situation politique, économique et sociale des 22 pays de la Ligue arabe, pour comprendre les tenants et les aboutissants du Printemps arabe.
REF AC25.A78. G8 2012

Compte rendu :
http://lectures.revues.org/8625 & http://framespa.revues.org/1522

Guidère, Mathieu / Le printemps islamiste : démocratie et charia.- Ellipses, 2012. –ISBN 978-2729873578.

Ce guide dresse un bilan des bouleversements apportés par le printemps arabe en fournissant un éclairage sur la nouvelle donne géopolitique. Il propose un panorama des partis et forces islamiques dans chacun des pays et donne des repères pour en comprendre les enjeux.
BAB  BP173.7. G8 2012

Guidère, Mathieu / Le choc des révolutions arabes : de l’Algérie au Yémen, 22 pays sous tension.- Autrement, 2012.- ISBN 978-2-7467-3282-7.

Cette analyse présente la situation politique et les rapports de force nationaux, régionaux et internationaux dans les 22 pays de la Ligue arabe, après les révolutions arabes de 2011.
BAB DS63.18. G8 2011

Lanier, Valérie & Porteilla, Raphaël / Les révoltes arabes contre l’humiliation : processus et acteurs.- Ed. du Cygne, 2012.-ISBN 978-2-84924-282-7.

Analyse des révoltes arabes et leur impact sur le bassin méditerranéen. Ce document propose des éclairages sur les révolutions ayant eu lieu dans différents pays : Maroc, Tunisie, Egypte, Libye, Syrie, Israël et Palestine.

Lledo, Jean-Pierre / Révolution démocratique dans le monde arabe : ah ! Si c’était vrai…- Armand Colin, 2012.-ISBN 978-2-200-27515-0.

Ce témoignage d’un intellectuel engagé donne à voir les obstacles auxquels toute velléité démocratique du monde arabe ne manquera pas de se heurter et s’interroge sur le devenir politique de ces pays. Il dénonce notamment le poids du fanatisme et du conservatisme religieux, obstacles, selon lui, à tout progrès dans le monde arabe.

Manifeste du dégagisme : révolutionnaires d’hier et d’aujourd’hui : dégageons ! – maelstrÖm reEvolution, 2012.- ISBN 978-2-87505-087-8

Ce manifeste fournit une analyse du Printemps arabe et expose la théorie du « dégagisme ». Né de l’expérience tunisienne et de son caractère inédit, le « dégagisme » consiste à déloger le détenteur du pouvoir sans pour autant vouloir prendre sa place. Ces contributions invitent à relire l’histoire des révolutions à la lumière de ce concept.

Mikaïl, Barah / Une nécessaire relecture du Printemps arabe.- Ed. du Cygne, 2012.-ISBN 978-2-84924-283-4.

Analyse des répercussions des révoltes dans les différents pays arabes depuis 2010 sur la stabilité potentielle de la région : mouvements migratoires, stabilité des pouvoirs en place, tiraillements idéologiques, accroissement des tensions communautaires.

Moniquet, Claude / Printemps arabe, printemps pourri.- Encre d’Orient, 2012.-ISBN 978-2-36243-053-4.

Ce document met en lumière les personnalités qui ont confisqué la révolte de la jeunesse arabe pour imposer un ordre nouveau et rétrograde. D’enquêtes en révélations, il décrypte le jeu trouble de ceux qui ont profité de la crise pour faire avancer leur agenda extrémiste avec la complicité tacite des gouvernements occidentaux et en démontre les conséquences : violence, pauvreté, etc

Regourd, Serge & Hamdouni, Saïd /Les régimes arabes dans la tourmente : révolutions, communications et réactions internationales.- Publisud, 2012.- ISBN 978-2-36291-027-2

Contributions issues d’un colloque tenu en novembre 2011 et consacré aux régimes arabes secoués par la contestation et la rupture avec la gérontocratie inhérente aux régimes politiques en cause. Des dictatures sont tombées, d’autres se maintiennent, des régimes évoluent… Les premières élections laissent se dessiner un croissant islamique de Rabat au Caire.

Steuer, Clément & Beauchard, Jean-Baptiste & Vandenheede, Elisabeth / Le Moyen-Orient un an après : entre révolution, révolte et stagnation. Editions du Cygne, 2012.- ISBN 978-2-84924-274-2

Un an après le printemps arabe, ces trois études analysent les cas de la Tunisie, de l’Egypte et de l’Arabie saoudite pour mettre en évidence les similitudes et différences et montrer les conséquences que les événements eurent à l’échelle régionale. Elles éclairent les perspectives pour les années à venir.

Tamzali, Wassyla (Dir.) / Histoires minuscules des révolutions arabes.- Editions Chèvre feuille étoilée, 2012.- ISBN 978-2-914467-80-3.

Au travers de plus de 30 textes, des auteurs originaires du Maghreb et du Moyen-Orient racontent les événements qui ont ébranlé le monde arabe et leur genèse. Imaginaire et témoignages livrent une compréhension nouvelle de ces révolutions.
Compte rendu :
http://hommesmigrations.revues.org/1967

Tannous, Manon-Nour (Coord.) / Le monde face aux révolutions arabes : analyses et réactions des puissances régionales et mondiales. – Ed. du Cygne, 2012.-ISBN 978-2-84924-278-0.

Un examen approfondi des réactions et des visions des Etats qui ne sont pas acteurs directs face aux bouleversements du monde arabe.

2013

Revues :

Afrique du Nord, Moyen-Orient, 2013-2014 : la double recomposition.- Documentation française, 2013.- ISBN 978-2-11-009242-7.

Recueil d’études sur le Printemps arabe, ses causes et ses suites. Après des réflexions générales touchant à l’ensemble de la région arabo-musulmane, les auteurs examinent l’une après l’autre la situation des Etats suivants : Libye, Syrie, les pays du golfe Persique, le Yémen, Israël, le Maroc.

Les Cahiers de l’Orient, n° 109 : Révolutions arabes, suite sans fin…-Les Cahiers de l’Orient, 2013.

Contributions sur la continuité des révolutions arabes et sur les conséquences envers les femmes arabes.

Hala Kodmani « L’implication du Qatar dans les révolutions arabes : stratégie d’influence ou OPA ? », Confluences Méditerranée 1/2013 (N° 84), p. 77-85. 

Comme dans les autres domaines où il investit, le Qatar a trouvé dans les révolutions arabes une formidable occasion de déborder ses étroites frontières pour se projeter sur la scène internationale. Si le maximum de visibilité était l’objectif principal de l’implication de l’Emirat, on peut estimer qu’il est largement réalisé. Mais son soutien privilégié aux mouvements islamistes aiguise les critiques tandis que l’effectivité de son influence reste discutable dans des dynamiques très mouvantes.
URL : www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2013-1-page-77.htm.

Pouvoirs, n°145, 2013 : Le Maroc et le printemps arabe.- Seuil, 2013

Le Maroc sort de son moyen âge, mais il le fait dans la lenteur et la confusion. L’ancien modèle de société, fait de conservatisme féodal, d’autoritarisme patriarcal, de prédation et de rente, de répression et de corruption, est condamné par les mutations sociologiques, économiques, politiques et technologiques. Mais il cède difficilement devant les inerties politiques et sociales dues, notamment, à l’éviction, la répression, la corruption et la décrédibilisation des élites menées par le palais depuis l’indépendance, ainsi qu’à la crainte de déstabilisation (islamiste, militaire, sécessionniste…). Ainsi, les espaces de libéralisation récemment concédés permettent un jeu politique plus fluide, plus transparent et mieux sanctionné par la volonté populaire. Mais les élites au pouvoir et celles capables de peser à moyen terme grâce au suffrage populaire sont très largement prisonnières de la logique autoritariste, paternaliste, clientéliste et rentière, ce qui empêchera probablement l’éclosion d’une véritable démocratie active pour une ou plusieurs décennies, le temps que la relève se cristallise et que les us démocratiques s’imposent

Recherches internationales, n° 94 : Temps couvert pour les printemps arabes.- Association P. Langevin, 2013.ISBN 978-2-917541-34-0.

Les printemps arabes affrontent les dérives autoritaires des nouveaux pouvoirs et la montée des violences qui les accompagne. Deux ans après les révolutions arabes, les Frères musulmans se sont affirmés, souvent accompagnés par les salafistes qui rejettent le cadre électoral et qui veulent prendre le pouvoir par la violence.

Revue méditerranéenne de droit public, n° 2 : Droits des femmes & révolutions arabes : actes du colloque du Mans, 29 juin 2012.- Editions l’Epitoge, 2013.- ISBN 978-2-9541188-4-0.

Recueil de contributions sur le bilan juridique et social des révolutions du Printemps arabe concernant l’évolution des droits civils et politiques des femmes, ainsi que l’effectivité actuelle de ces droits.

Ouvrages :

Abû Sulaymân, Abdulhamîd /Manifeste contre le despotisme et la corruption : le printemps arabe et l’impératif de réforme.- L’Harmattan, 2013.-ISBN 978-2-343-01219-3.

Plaidoyer en faveur de la démocratisation des pays musulmans dans le sillage du Printemps arabe. Partant d’une interprétation libérale du Coran, partisan de la concertation démocratique, de l’indépendance des institutions et d’une réforme de la pensée islamique, l’auteur entend lutter contre l’autoritarisme et la corruption qui polluent la vie politique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Achcar, Gilbert / Le peuple veut : une exploration radicale du soulèvement arabe.- Actes Sud, 2013.-ISBN 978-2-330-01435-3.

Une analyse de fond des conditions économiques, sociales, politiques et idéologiques qui ont permis les soulèvements populaires du printemps arabe, et qui ont déterminé les formes particulières qu’ils ont revêtues dans chaque pays.

Allal, Amir & Pierret, Thomas (Dirs) / Au cœur des révoltes arabes : devenir révolutionnaires.- Armand Colin, 2013.- ISBN 978-2-200-28555-5.

A partir d’une série d’études de cas qui restituent l’élan révolutionnaire, ses causes et ses conséquences, cet ouvrage analyse les révolutions arabes, du point de vue de la science politique et de la sociologie des mobilisations.
BAB DS63.14. A8 2013

Compte rendu : http://halqa.hypotheses.org/1040

Aswany, Alaa El- / Chroniques de la révolution égyptienne.- Actes Sud, 2013.- ISBN 978-2-330-01799-6.

Observateur et acteur engagé dans les bouleversements du printemps arabe, l’auteur propose un état des lieux de la situation en Egypte à travers un ensemble de chroniques rédigées avant, pendant et immédiatement après la révolution égyptienne de 2011.

Daghmi, Fathallah & Toumi, Farid & Amsidder, Abderrahmane (Dirs) / Les médias font-ils les révolutions ? : Regards critiques sur les soulèvements arabes.- L’Harmattan, 2013.- ISBN 978-2-343-00072-5.

Recueil de contributions analysant comment les technologies d’information et de communication travaillent le tissu social en favorisant la mobilisation sociale et politique. Elles apportent un éclairage sur les révoltes arabes à partir de la définition de diverses problématiques communicationnelles. Au-delà de ce cadre, cette recherche permet de mieux penser les autres mouvements sociaux.

Dot-Pouillard, Nicolas / Tunisie, la révolution et ses passés.- L’harmattan, 2013.- ISBN 978-2-343-00481-5.

Cet ouvrage replace le printemps arabe inauguré en Tunisie dans l’histoire du pays en mettant en avant trois aspects fondamentaux : l’héritage politique, la question religieuse et identitaire, et la coupure géographique et sociale de la Tunisie.

Gardelle, Linda (Dir) / Un printemps arabe ? Géopolitiques de Brest (2012).- l’Harmattan, 2013.-ISBN 978-2-343-00870-7.

Contributions abordant la question avec une profondeur historique et confrontant les points de vue d’historiens, de géographes et de politologues spécialistes de ces régions du monde

Kepel, Gilles / Passion arabe : journal, 2011-2013.- Gallimard, 2013. ISBN 978-2-07-014077-0.

Afin de comprendre les événements du Printemps arabe, G. Kepel a parcouru les pays du Moyen-Orient (Israël, Egypte, Tunisie, Lybie, Turquie, etc.) entre le printemps 2011 et l’automne 2012, à la rencontre des populations. Ecrits au jour le jour durant ce périple, ces carnets mêlent l’humeur vagabonde du randonneur à l’œil acéré du chroniqueur, au savoir de l’orientaliste et à la plume de l’écrivain.
BAB DS63.14. K4 2013

Laacher, Smaïn / Insurrections arabes : utopie révolutionnaire et impensé démocratique.- Buchet Chastel, 2013.- ISBN 978-2-283-02569-7.

L’auteur analyse les soulèvements populaires qui ont secoué le Maghreb et la Tunisie afin de montrer qu’au-delà de ce que l’on a appelé révolution, la question de l’instauration d’une véritable démocratie reste impensée.

Prou, Michel / De la guerre civile en Libye au printemps islamique arabe : … où l’odeur du jasmin se mêle à celle de la poudre.- L’Harmattan, 2013.-ISBN 978-2-336-00658-1.

L’auteur étudie dans un premier temps la situation politique en Libye, puis il étend sa réflexion aux Etats arabes, actuellement marqués par la montée d’un islamisme radical et des guerres civiles.

Vernochet, Jean-Michel / De la révolution à la guerre : printemps et automnes arabes : journal de guerres qui n’osent pas dire leur nom.- Infini, 2013.- ISBN 978-2-918011-35-4.

Dénonçant un traitement médiatique simpliste et tronqué des révoltes et des révolutions au Maghreb et au Moyen-Orient en 2011 et 2012, l’auteur présente une autre lecture des événements en mettant en avant les rapports de puissance et les manœuvres géopolitiques à l’œuvre en coulisse, impliquant les Etats-Unis, l’Iran, la Russie, la France, Israël et les monarchies du Golfe.

Le voile islamique en France : une bibliographie

L’actuel gouvernement souhaiterait rouvrir le débat sur la laïcité après l’annulation du licenciement d’une employée voilée qui travaillait dans une crèche associative. Par là même, une nouvelle loi sur les signes religieux ostentatoires dans les entreprises privées, ou du moins celles ayant des relations avec du public ou remplissant des missions d’intérêt général, est déjà réclamée par certaines personnalités.

La « laïcité à la française », promulguée en 1905, prévoyait que seuls les fonctionnaires et les agents des services publiques étaient astreints à une obligation de neutralité politique et religieuse. Mais l’émergence des revendications de certains musulmans souhaitant manifester leur foi au grand jour a provoqué, en France, de nombreuses polémiques autour de l’idée de laïcité et de la place des religions (surtout l’islam) dans l’espace public.

En effet, cela fait vingt-cinq ans que les affaires de signes religieux ostentatoires, surtout concernant le port du « voile islamique », agitent la société française. On se souvient de l’affaire des trois collégiennes voilées de Creil en 1989. A l’époque, le Conseil d’Etat avait jugé que le port du voile n’était pas incompatible avec la laïcité.

En 2004, à la suite des travaux (Vol.1 & Vol.2 du rapport des auditions) de la Commission Stasi*, était votée une loi qui interdisait le port de signes religieux ostensibles dans les établissements scolaires du secondaire (voile, kippa, grandes croix…). Les signes discrets étaient tolérés.

En 2011, la loi dite « sur la burqa » qui interdisait toute dissimulation (voile intégral, port de cagoule et de masques) du visage dans l’espace public était promulguée.

Alors pourquoi une nouvelle loi sur le voile ? Volonté de réaffirmer les principes fédérateurs de la laïcité mis à mal par les communautarismes diviseurs ? Stigmatisation de minorités qu’on ne veut pas voir ? Racisme déguisé ? Dramatisation politicienne à visées démagogique et électoraliste ?…

Vous trouverez, ci-après, une bibliographie non exhaustive d’ouvrages qui témoigne de la place significative qu’occupent depuis plus d’une vingtaine d’années, les relations entre laïcité, islam et société française dans le champ des sciences humaines et sociales. Cette recension vous aidera peut-être à mieux cerner cette problématique qui ne cesse de faire controverse.

La plupart de ces ouvrages sont consultables à la bibliothèque de la Maison de l’Orient dans le fonds BAB. Les ouvrages sont classés par ordre chronologique de parution.

* Rapport au Président De La République remis le 11 décembre 2003 : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000725/0000.pdf

Bibliographie :

L’Islam dans la République : Rapport au Premier ministre / Haut Conseil à l’Intégration. – Paris : La Documentation Française , 2001. – 204 p.- ( Collection des rapports officiels ).- ISBN 2-11-004771-2
Après avoir présenté les principes de la loi de 1905 sur la liberté religieuse et la séparation des Eglises et de l’Etat, le rapport présente la diversité des communautés musulmanes en France et ses représentations (associations diverses, fédérations nationales). Puis une partie est consacrée à l’analyse des obstacles à l’exercice du culte, l’alimentation, la vie à l’école et le statut personnel. Enfin une dernière partie regroupe les propositions du Haut conseil à l’intégration.
BAB BP65.F7. I74 2001
URL : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/014000017/0000.pdf

Laïcité dans la fonction publique : de la définition du principe à son application pratique : actes du séminaire, 8 et 9 décembre 2011, CNAM  / Haut conseil à l’intégration.- La Documentation française, 2012.- 156 p.- (débats).- ISBN 978-2-11-009016-4
Réflexions sur l’importance de la formation au principe de laïcité des personnels des fonctions publiques françaises.
URL : http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/actes_du_colloque_laicite.pdf

Pour une pédagogie de la laïcité à l’école / Haut conseil à l’intégration ; Abdennour Bidar ; préface Vincent Peillon.- La Documentation Française, 2013.- 141 p.- (Débats).- ISBN 978-2-11-009215-1.
A la fois support de formation intellectuelle et boîte à outils pratique, le guide aide les personnels de l’Education nationale à réfléchir sur la formation à la laïcité dans la vie scolaire, dans l’enseignement du français ou de la philosophie, dans l’enseignement des sciences humaines et enfin dans l’enseignement des sciences de la vie et de la terre.
URL : http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/Pedagogie_de_la_laicite-web.pdf

Etre musulman en France : associations, militants et mosquées / Jocelyne Cesari. – Paris Aix-en-Provence : Karthala : IREMAM, 1994. – 368 p. – (Hommes et sociétés).- ISBN 2-86537-501-3.
La multiplication des mosquées, le phénomène beur, la question des banlieues, autant d’événements qui contribuent à placer l’immigration au cœur du débat politique français. Afin de dépasser les préjugés et les passions qui nourrissent ce débat, l’auteur présente une analyse des comportements de ces nouveaux citoyens issus de l’immigration maghrébine.
BAB BP65.F7. C4 1994

Marianne et le prophète : l’islam dans la France laïque / Soheib Bencheikh . – Paris : Grasset, 1998. – 282 p. – ISBN 2-246-53871-8.
Universitaire francophone et homme de foi, le mufti de Marseille s’interroge sur la laïcité. Plutôt qu’un refus de la religion, il y voit une volonté positive de liberté intérieure et cherche à comprendre comment un islam modéré peut être accepté en France.
BAB BP65.F7. B4 1998

L’Islam des banlieues : les prédicateurs musulmans : nouveaux travailleurs sociaux ? / Dounia Bouzar. – Paris : Syros, 2001. – 181 p.- (Alternatives sociales).- ISBN 2-8414-6990-5.
Les prédicateurs musulmans réussissent là où les travailleurs sociaux ont échoué. Comment expliquer ce phénomène ? Qu’est-ce qui séduit tant ces jeunes dans ce discours religieux ? Faut-il y voir un danger ? Selon D. Bouzar, l’entrée dans l’islam permet de vivre pleinement le double lien avec la famille et la société occidentale.
BAB BP65.F7. B6 2001

La République et l’islam : entre crainte et aveuglement / Jeanne-Hélène Kaltenbach et Michèle Tribalat . – Paris : Gallimard , 2002. – 338 p.- ISBN 2-07-076247-5.
Le « modèle français d’intégration », qui va de pair avec un code de nationalité, est entré en crise sous l’effet de plusieurs phénomènes convergents : exaltation des droits de l’individu et des différences, multiculturalisme et communautarisme, etc. Cette crise s’est surtout manifestée dans les rapports de la République avec l’Islam.
BAB BP65.F7. K3 2002

La France des mosquées / Xavier Ternisien . – Paris : Albin Michel , 2002. – 283 p. – ISBN 2-226-13468-9.
Ce livre propose une analyse de la multiplicité de l’islam, seconde religion française, à la lumière des différentes enquêtes sociologiques et au travers de ses figures les plus marquantes.
BAB BP65.F7. T4 2002

L’Une voilée, l’autre pas / Dounia Bouzar, Saïda Kada . – Paris : Albin Michel, 2003. – 213 p. – ISBN 2-226-13805-6.
Etude sur la signification du port du foulard en France et sur sa perception par les non-musulmans et les musulmans. Pour les premiers, il traduit un refus d’intégration alors que pour les seconds il ne remet pas en question leur identité française. Des témoignages de musulmanes et musulmans permettent de montrer que porter le voile et être française n’est pas contradictoire.
BAB BP65.F7. B6 2003

Le Voile, que cache-t-il ? / sous la direction de Alain Houziaux ; Jean Baubérot, Dounia Bouzar, Jacqueline Costa-Lascoux, Alain Houziaux. – Paris : Ed. de l’Atelier, 2004. – 119 p. – (Questions de vie ).- ISBN 2-7082-3771-3.
Après les controverses sur le port des signes religieux à l’école en France, au moment de l’entrée en application de la loi lors de la rentrée scolaire 2004, trois acteurs du débat, dont deux membres de la commission pour la laïcité, font le point. Comment peut-on conjuguer laïcité et pluralité religieuse aujourd’hui au sein de la société française ?
BAB BP65.F7. B3 2004

« Monsieur islam n’existe pas » : pour une désislamisation des débats / Dounia Bouzar . – Paris : Hachette Littératures, 2001. – 218 p. – ISBN 2-01-235884-5.
Ce livre expose le résultat d’une enquête menée auprès de 12 associations musulmanes permettant de définir les diverses manières de vivre l’islam quand on est français. A travers les propos recueillis, il apparaît que certains pratiquants relisent le Coran afin d’exister en tant que musulmans français dans une société laïque.
BAB BP65.F7. B6 2004

L’Islam, la République et le monde / Alain Gresh . – Paris : Fayard , 2004. – 439 p. – ISBN 2-213-61750-3.
Analyse le phénomène de l’islam politique ainsi que la peur de l’Occident face à la menace de l’islamisme. En France, cette peur se ressent d’autant plus que le pays entretient des relations particulières avec ses anciennes colonies.
BAB BP65.F7. G7 2004

L’Islam en France / sous la dir. de Yves Charles Zarka ; [avec la collaboration] de Sylvie Taussig et Cynthia Fleury . – Paris : Presses universitaires de France , 2004. – 733 p.- ( Cités. Philosophie, Politique, Histoire ).- ISBN 2-13-053723-5.
Essais, entretiens et témoignages à propos de la religion musulmane en France, du Conseil français du culte musulman, des rapports de l’islam avec les valeurs républicaines, de sa médiatisation, de la place des femmes dans l’islam, des pratiques religieuses musulmanes… Y.C. Zarka dénonce, dans son introduction, l’esprit de conquête qui anime, selon lui, l’islam.
BAB BP65.F7. I74 2004

Ça suffit ! / Dounia Bouzar. – Paris : Denoël, 2005. – 124 p. – (Indigne).- ISBN 2-207-25720-7.
Critique des représentants politiques, qui ont tendance à islamiser les problèmes sociaux et qui, ce faisant, imitent les islamistes qu’ils prétendent combattre. L’auteure est favorable à la reconnaissance de l’identité musulmane, mais dénonce la tendance à enfermer les Français de confession musulmane dans leur facette religieuse.
BAB BP65.F7. B6 2005

L’Islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005 / Thomas Deltombe . – Paris : La Découverte, 2005. – 383 p. – ISBN 2-7071-4672-2.
L’auteur, journaliste indépendant, analyse les processus œuvrant à la construction d’un islam dangereux, en France, à travers les médias. Il décrypte les journaux télévisés et les émissions consacrées à l’islam. De la révolution iranienne aux suites du 11 septembre, en passant par la « marche des Beurs » ou l’affaire du foulard, il montre comment le petit écran construit un islam imaginaire.
BAB BP65.F7. D4 2005

La Politisation du voile : L’affaire en France, en Europe et dans le monde arabe / sous la dir. de Françoise Lorcerie . – Paris : L’Harmattan , 2005. – 263 p.- ISBN 2-7475-7887-9.
Des spécialistes du monde arabe, turc et de l’islam en Europe traitent de la question du voile islamique et de la promulgation de la loi du 15 mars 2004. Après l’examen des enjeux et des acteurs de cette polémique en France, les auteurs analysent son impact à l’étranger (en Belgique, en Algérie, en Turquie, etc.).
BAB BP65.F7. P6 2005

La France et ses musulmans : un siècle de politique musulmane : 1895-2005 / Sadek Sellam . – Paris : Fayard , 2006. – 392 p.- ISBN 2-213-62854-8.
L’auteur s’inscrit en faux contre ceux qui présentent des faits liés à l’islam (terrorisme, port du voile, implantations de mosquées) comme autant d’obstacles à l’assimilation des immigrés. Selon lui, seul un retour sur les cent ans de politique musulmane française donne un éclairage pour comprendre les difficultés rencontrées par les instances officielles de France avec l’islam.
BAB BP65.F7. S4 2006

Histoire de l’islam et des musulmans en France : du Moyen Age à nos jours / sous la direction de Mohammed Akroun ; préface de Jacques Le Goff . – Paris : Albin Michel , 2006. – XXVII-1217-[16] p. de pl.- ISBN 2-226-17503-2.
Synthèse sur les relations entre Français et musulmans, depuis la bataille de Poitiers jusqu’aux rapports franco-algériens depuis la fin de la guerre d’Algérie, en passant par l’apport des sciences arabes, les Capitulations de 1673, les regards sur l’islam au temps des Lumières, l’orientalisme savant du XIXe… La 4e partie, sur la période contemporaine, fait une large place aux aspects culturels.
BAB BP65.F7. H51 2006

L’islam dans la cité : dialogue avec les jeunes musulmans français / sous la dir. de Philippe Yacine Demaison . – Paris : Albin Michel , 2006. – 280 p.- ISBN 2-226-17256-4.
Constatant que les rapports entre la France, sa jeunesse et l’islam restent à penser, des personnalités ont choisi de dialoguer avec de jeunes musulmans membres des Scouts musulmans de France, mouvement qui oeuvre pour un développement humaniste et spirituel et prêche la tolérance. Ces échanges abordent la pratique religieuse, la politique internationale, la vie quotidienne des cités…
BAB BP65.F7. I742 2006

Marianne et Allah : les politiques français face à la question musulmane / Vincent Geisser et Aziz Zemouri . – Paris : La Découverte , 2007. – 297 p.- ( Cahiers libres ).- ISBN 978-2-7071-4961-9.
Enquête retraçant la gestation républicaine de la communauté musulmane depuis la fin des années 1980 montrant que le communautarisme musulman, unanimement dénoncé aujourd’hui, est moins le produit d’un activisme islamique que celui des hommes politiques.
BAB BP65.F7. G4 2007

Les musulmans en France : courants, institutions, communautés : un état des lieux / Bernard Godard, Sylvie Taussig . – Paris : Robert Laffont , 2007. – 454 p.- ISBN 978-2-221-10473-6.
Menée à partir de statistiques officielles, cette enquête sociologique permet d’appréhender non pas un islam, mais plusieurs islams de France qui se font face, s’épaulent ou se concurrencent. Une radioscopie qui surprend par sa richesse humaine, la diversité de ses courants, mais aussi de ses oppositions internes, souvent tranchées.
BAB BP65.F7. G6 2007

L’islam, un recours pour les jeunes / Nathalie Kakpo . – Paris : Presses de Sciences Po, cop. 2007. – 197 p.- ( Sociétés en mouvement ).- ISBN 978-2-7246-1017-8.
En analysant le rapport à l’islam des enfants d’immigrés turcs et maghrébins, l’auteur affirme qu’il faut non pas observer les évolutions politiques des pays musulmans, mais plutôt le parcours des garçons et des filles au sein de la société française : l’orientation scolaire des garçons, la réussite scolaire des filles, leurs revendications religieuses dans l’espace public.
BAB BP65.F7. K3 2007

Intégrer l’islam : la France et ses musulmans, enjeux et réussites / Jonathan Laurence, Justin Vaïsse ; traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean-Marc Dreyfus ; préface d’Olivier Roy . – Paris : O. Jacob , 2007. – 388 p.- ISBN 978-2-7381-1900-1.
Portrait des musulmans de France dont la majorité provient des anciennes colonies d’Afrique du Nord. Les auteurs proposent un état des lieux de leur intégration en France et des politiques suivies par l’Etat.
BAB BP65.F7. L3 2007

Entre islam et démocratie : parcours de jeunes Français d’aujourd’hui / Mahnaz Shirali ; livre publié sous l’égide de Dominique Schnapper . – Paris : A. Colin , 2007. – 255 p. ; 23 cm.- ISBN 978-2-200-35101-4.
L’attirance pour l’islam radical de jeunes marginalisés, pas nécessairement de tradition musulmane, est un phénomène dont on n’a pas encore pris toute la mesure. Une approche purement « sociale » risque de méconnaître la réelle dimension spirituelle du phénomène, qui n’en reste pas moins une forme de rejet de la démocratie et de la modernité.
BP65.F7. S48 2007

Penser l’islam dans la laïcité : les musulmans de France et la République / Franck Frégosi . – Paris : Fayard , 2008. – 496 p.- ( Les dieux dans la Cité ).- ISBN 978-2-213-62149-4.
Essai sur l’islam dans la société contemporaine française, laïque et pluraliste, et sur l’évolution religieuse et sociale des musulmans en France.
BAB BP65.F7. F71 2008

Le Maire et la mosquée : islam et laïcité en Ile de France / Françoise Duthu. – Paris : L’Harmattan , 2008. – 257 p. -( Logiques Sociales ).- ISBN 978-2-296-06894-0.
A travers une analyse des relations entre les maires et leurs administrés de confession musulmane, l’auteur s’interroge sur la manière dont ces interactions débouchent sur la mise en place d’un système d’action accompagnant la mise en œuvre d’une politique publique.
BAB BP65.F7. D8 2008

Le Fait musulman à Montpellier : entre réalités sociologiques et enjeux politiques / Lydie Fournier ; préface de Franck Frégosi ; avant-propos de Michel Miaille . – Paris : Dalloz , 2008. – XVII-348 p.- ( Nouvelle bibliothèque de thèses. Science politique ; 12).-ISBN 978-2-247-08133-2.
Cette thèse de science politique fait le pari de comprendre les logiques de proximité à l’œuvre dans les rapports qu’entretiennent les acteurs islamiques et les institutions locales à travers le cas particulier d’une municipalité importante.
BAB BP65.F7. F6 2008

Le Voile en procès / Numéro coordonné par Claire de Galembert. – Paris : LGDJ, 2008. – 304 p.- N° spécial de « Droit et société : revue internationale de théorie du droit et de sociologie juridique », vol.68, 2008.- ISBN 978-2-275-02790-6.
Au sommaire notamment : La loi sur le voile : une entreprise politique (F. Lorcerie) ; Le principe de pluralisme face à la question du voile islamique en Belgique (H. Dumont, X. Delgrange) ; Production discursive et fabrication juridique : le foulard de l’enseignante en Allemagne (S. Amir-Moazami) ; Derrière le voile : analyse d’un réseau dialogique égyptien (E. Klaus et al.).
BAB BP65.F7. V6 2008

Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ? / Dounia et Lylia Bouzar.- Paris : Albin Michel, 2009.- 215 p.- ISBN 978-2-226-19324-7.
Cet ouvrage aborde la question de la pratique de l’islam au travail. Des exemples illustrent bien la confusion qui règne dans les entreprises alors que les règles du droit donnent des pistes précises qui pourraient simplifier la situation.
BAB BP65.F7. B6 2009

Imams de France : Jean-François Mondot. – Paris : Stock , 2009. – [355] p.-[8] p. de pl.-( Les documents).- ISBN 978-2-234-06000-5.
L’auteur a rencontré une douzaine d’imams de France, choisis en variant les milieux d’appartenance, les origines nationales, les lieux d’exercice, les âges, les formations intellectuelles, etc. Il donne de chacun de ces imams un portrait incisif et vivant, et propose une image de l’islam dans sa réalité quotidienne en France.
BAB BP65.F7. M6 2009

La République ou la burqa : les services publics face à l’islam manipulé / Dounia et Lylia Bouzar. – Paris : Albin Michel, 2010. – 199 p. – ISBN 978-2-226-19599-9.
Il s’agit là d’une enquête des anthropologues du fait religieux sur l’islam radical en France et sur les dysfonctionnements de la laïcité et sur les atteintes à la neutralité idéologique et religieuse de l’Etat qu’il révèle.
BAB BP65.F7. B6 2010

Nous sommes français et musulmans : enquête / textes, Vincent Geisser ; photographies, France Keyser ; légendes, Stéphanie Marteau . – Paris : Autrement , 2010. – 175 p. : ill.- ISBN 978-2-7467-1392-5.
En mêlant textes et photographies, cet ouvrage veut s’attaquer aux préjugés et clichés liés à l’islam en France et en donner une nouvelle image. Il est structuré en huit thématiques : musulmans acteurs de la vie républicaine, musulmans engagés dans l’armée ou la police, les femmes, la féminité et le féminisme, le sport et l’islam, l’enjeu économique du halal, les fêtes religieuses…
BAB BP65.F7. N6 2010

Banlieue de la République : société, politique et religion à Clichy-sous-Bois et Montfermeil / Gilles Kepel ; avec la collaboration de Leyla Arslan et Sarah Zouheir, la participation de Mohamed-Ali Adraoui, Dilek Yankaya et Antoine Jardin . – Paris : Gallimard , 2012. – 530 p.- ISBN 978-2-07-013682-7.
Cette enquête, réalisée durant le Ramadan de 2010 dans la zone de Clichy/Montfermeil, analyse la façon dont s’imbriquent les variables comme la relégation et l’enclavement spatial, les problèmes de l’éducation et de l’emploi, de la sécurité, pour générer une émeute qui s’est répandue dans l’ensemble du pays. Il étudie notamment la façon dont la référence à l’islam a pénétré l’espace social.
BAB BP65.F7. K4 2011

L’islam à la française : enquête / John R. Bowen ; traduit de l’anglais (USA) par Frédéric Sarter . – Paris : Steinkis , 2011. – 1 vol. (382 p.).- ISBN 979-10-90090-04-0.
L’auteur ne s’intéresse pas aux musulmans prônant un islam réservé, ni aux musulmans proches des mouvements extrémistes, mais à l’entre-deux, ceux qui vivent l’islamité à la française et qui vivent leur religion tout en respectant un environnement laïc.
BAB BP65.F7. B6 2011

Quatre-vingt-treize : essai / Gilles Kepel . – Paris : Gallimard , 2012. – 322 p.- ISBN 978-2-07-013432-8.
Les banlieues sont l’un des principaux enjeux du débat politique français. Elles représentent à la fois la cristallisation des peurs d’une société inquiète face à des classes considérées comme dangereuses et la mauvaise conscience de celle-ci d’avoir laissé se développer des zones d’exclusion en marge de sa prospérité. Synthèse sur l’ensemble de ces débats et les questions qu’ils soulèvent.
BAB BP65.F7. K4 2012

Dévoilements : du hijab à la burqa : les dessous d’une obsession française / Pierre Tévanian . – Paris : Libertalia , 2012. – 151 p.- ISBN 978-2-918059-23-3.
Cette étude interroge le processus de dévoilement forcé institué par les instances politiques depuis dix ans. Elle énonce les propositions successives, de la loi anti-burqa au débat sur la laïcité, et montre en quoi les cheveux des femmes musulmanes sont devenus un enjeu politique majeur.
BAB BP65.F7. T4 2012

Voile intégral en France : sociologie d’un paradoxe  / Maryam Borghée ; préface de Michel Wievorka.- Paris : Michalon, 2012.- 253 p.-ISBN 978-2-84186-658-8.
Fondée sur une enquête menée auprès d’une trentaine de femmes portant le voile intégral, des converties pour la plupart, cette étude s’intéresse à cette question du voile qui renvoie à celle de la compatibilité l’islam avec les valeurs de la République. L’objectif est de faire mieux connaître et mieux comprendre ce sujet, très médiatisé mais en réalité mal connu.
BAB BP65.F7. B6 2012

Valoriser les bibliographies de concours

La bibliothèque de la Maison de l’Orient est une bibliothèque de référence dans de nombreux domaines (archéologie, histoire, textes de ses domaines de recherche) mais ces ressources sont parfois méconnues.

Ainsi, les étudiants qui préparent les concours de Capes – Agrégation en Histoire et en  Lettres classiques vont naturellement, et judicieusement, se tourner vers les Bibliothèques universitaires ou spécialisées très connues comme l’ENS.

Pourtant nous traitons les bibliographies de ces concours car nos fonds contiennent  l’essentiel des ouvrages et nous complétons les fonds quand cela est nécessaire. Je suis donc partie du constat que notre travail n’était pas assez valorisé, et que nous n’avions pas assez investi dans la communication autour de nos réalisations.

source: pixabay.comLes bibliographies ont été retravaillées pour un accès rapide et facilité à    l’information en lien direct avec nos collections (présentation aérée,  horaires  et conditions d’accès, cotes des ouvrages…)

 Nous avons contacté les enseignants de notre structure pour les impliquer dans cette diffusion  de l’information tant auprès de leurs élèves qu’auprès de leurs collègues. Les facultés concernées de l’Université ont aussi été sollicitées pour relier ces informations que nous  diffusons largement sur le web via notre site, notre compte Facebook, et maintenant sur ce blog.

Nous avons eu des retours positifs, et avons pu constater l’inscription de nouveaux lecteurs spécifiquement dans ce cadre, ou de lecteurs qui découvraient ce service.

Encourageant, non ?

Accès aux bibliographies citées sur la page « Ressources » de la bibliothèque.

Véronique Faure

Bibliographie : La ville de Palmyre  : nouvelles perspectives

Mercredi 17 avril 2013, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée recevra Michel Gawlikowski dans le cadre du cycle de conférences Jean Pouilloux. Professeur d’archéologie à l’Université de Varsovie, et directeur de la mission polonaise de Palmyre, en Syrie, de 1973 à 2011, il nous parlera de ses derniers résultats de recherche  sur la ville de Palmyre, et réexaminera la vieille question du développement urbain de cet emporium caravanier en Syrie romaine.

A cette occasion, la bibliothèque de la MOM vous propose une bibliographie sélective des ouvrages en sa possession sur la question.

 Généralités sur la Syrie

 • Held S., photographe ; Rachet, G., textes et légendes, Syrie, Liban, Jordanie. – Paris : Hermé , 1998

Cote : ACL DS56. S88 1998

 • Poujoulat, M. B. , Voyage dans l’Asie Mineure en Mésopotamie, à Palmyre, en Syrie, en Palestine et en Egypte. – Paris : Ducollet , 1840

Cote : Fonds Ancien : Vo 89p/ 1 et Vo 89p/ 2

Textes librement consultables et téléchargeables : Tome 1 en ligneTome 2 en ligne

Généralités sur Palmyre

 • Starcky, J., Gawlikowski, M., Palmyre. – Paris : Lib. d’Amérique et d’Orient, 1985. – ( Civilisations d’hier et d’aujourd’hui )

Cote : HCL DS99.P344. S76 1985

 • Bounni, A., Alas’ad K., Palmyre : histoire, monuments et musée. – Damas : [s.n.] , 1987

Cote : ACL DS99.P344. B6 1987

 • Dentzer-Feydy, J. et Teixidor J. ; introd. Gawlikowski, M., Les antiquités de Palmyre au Musée du Louvre. – Paris : Ed. de la Réunion des musées nationaux, 1993.

Cote : ACL NB130.P344. D45 1993

 • Cussini, E., A Journey to Palmyra : collected essays to remember Delbert R. Hillers. – Leiden Boston : E. J. Brill , 2005. – (Culture and History of the Ancient Near East ; 22)

Cote : HCL DS99.P344. J6 2005

 • Schmidt-Colinet, A., Palmyra : Kulturbegegnung im Grenzbereich. – Mainz am Rhein : P. von Zabern , cop. 2005. – ( Zaberns Bildbände zur Archäologie ) ( Sonderbände der Antiken Welt)

Cote : ACL DS99.P344. P35 2005

Fouilles de Palmyre

 • Gawlikowski M., Palmyre. VIII. les principia de Dioclétien : « Temple des enseignes, Varsovie : PWN – Ed. scientifiques de Pologne , 1984

Cote : ACL DS99.P344. P3 vol.8

 • Sztuka Palmyry ze zbiorow Arabskiej Republiki Syryjskiej : 50 lat polskich wykopalisk na Bliskim Wschodzie : 23 ezerwca-31 sierpnia 1986, Muzeum Narodowe w Warszawie. – Warszawie : Muzeum Narodowe , 1986. Préface en polonais et en anglais. Résumé en français

Cote : ACL DS99.P344. S9 1986

 • Dunant, C., Stucky, R. A., Le Sanctuaire de Baalshamin à Palmyre. Vol. IV. Skulpturen / sculptures. – Basel Rome : Schwabe : Institut suisse de Rome , 2000 – ( Bibliotheca helvetica romana ; 10/4)

Cote : ACL DS99.P344. S3 vol.4

Urbanisme et architecture à Palmyre

 • Galor, K. Waliszewski T. ; with contrib. by Gawlikowski, M. [et al.], From Antioch to Alexandria : recent studies in domestic architecture. –  Warsaw : Institute of archaeology, University of Warsaw , 2007

Cote : ACL NA324. A59 2008

 • Hammad, M. ; avant-propos Dentzer, J.-M. Palmyre, transformations urbaines : développement d’une ville antique de la marge aride syrienne. – Paris : P. Geuthner , 2010

Cote : ACL DS99.P344. H3 2010

Ouvrages et articles spécialisés sur Palmyre

 • Bielinski P. et Stepniowski, F. M. (éd.), Aux pays d’Allat : mélanges offerts à Michal Gawlikowski. –  Warszawa : Instytut Archeologii, Uniwersytet Warszawski , 2005

ACL DS99.P344. P38 2005

• Directorate-General of Antiquities and Museums, Syrian Arab Republic ; prep. by Adnan Bounni, Al As’ad [et al.], “Palmyra and the Silk Road : international colloquium, Palmyra, 7-11 april 1992”. – In : Annales archéologiques arabes syriennes ; vol. 42, n° complet. – Damascus : [s.n.] , 1996

Disponible à l’étage des périodiques

 • Gawlikowski, M., “Palmyra on the Euphrates”. – In : Mediterraneo antico : economie società culture, Anno 10, Fasc. 1-2, p. 129-136. – Publication : 2007.

Disponible à l’étage des périodiques

 • Palmyre : bilan et perspectives : Colloque de Strasbourg (18-20 octobre 1973). – Strasbourg : AECR : Université des Sciences Humaines de Strasbourg , 1976. – (Travaux du Centre de Recherche sur le Proche-Orient et la Grèce antiques (CERPOGA) ; 3)

Cote : HCL DS99.P344. P3 (1973)1976

Mosaïque et sculpture  : décors des villas romaines en Hispania Bætica

Dans un nombre considérable de villæ qui émaillent la province romaine de la Bétique, tant du Haut que du Bas Empire, se sont produites, au cours de ces dernières années, d’importantes découvertes de mosaïques de pavement, figurées ou à schéma géométrique, ainsi que des sculptures de formats et thématiques très divers. Les motifs mythologiques des mosaïques historiées indiquent clairement la réception, dans ces territoires, des sujets les plus usuels de la mosaïque romaine. En revanche, les cycles sculptés qui décorent les villæ de la Bétique sont assez singuliers par leur richesse, leur variété, et leurs caractéristiques propres, parmi lesquelles on notera la réutilisation de pièces du Haut-Empire dans certaines ambiances de villas tardives. (source : www.mom.fr)

Mercredi 20 mars 2013, Pedro Rodriguez Oliva, professeur d’archéologie romaine à l’Université de Malaga et directeur scientifique du site de Caviclum (Espagne), sera l’invité du cycle de conférence Jean Pouilloux pour nous parler de ces décors de villa romaines en Hispanie bétique.

Dans ce cadre, la bibliothèque de la MOM vous propose une sélection d’ouvrages portant sur les thématiques abordées lors de cette conférence.

Dans un premier temps, voici quelques publications du conférencier accessibles en ligne :

Les publications suivantes sont des articles de P. R. Oliva disponibles à la bibliothèque :

  • Rodríguez Oliva, P. « Los bronces romanos de la Betica y la Lusitania »  In :  Los Bronces romanos en España : exposicion Mayo-Julio 1990, Palacio de Velazquez, Madrid. – Madrid : Ministerio de cultura,  1990.  p. 91-102. Cote : AOC NK7901.5.E5. M3 1990
  • Rodríguez Oliva P., « Los mosaicos de la « villa » romana de Bobadilla Malaga », 1988. – In :  Boletín del Seminario de estudios de arte y arqueología , 54. – p. 137-174. – Disponible à l’étage des périodiques

Nous disposons également de plusieurs ouvrages généraux sur les mosaïques romaines :

  • Bruneau P., La Mosaïque antique. – Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1987. – ( Lectures en Sorbonne). – Cote : ACL NA3760. B78 1987
  • Lancha J., Mosaïque et culture dans l’Occident romain : Ier-IVe s. , Roma : L’Erma di Bretschneider , 1997. ( Bibliotheca archaeologica ; 20). – Cote : ACL NA3770. L35 1997
  • Dunbabin K., Mosaics of the Greek and Roman world, Cambridge : Cambridge University press , 1999, p. 144-159. – Cote : ACL NA3760. D8 1999
  • Lavagne H., Mosaico romano del Mediterráneo : exposición presentada en el Museo arqueológico nacional Madrid, del 28 de mayo al 30 de julio de Madrid : Museo arqueológico nacional , 2001. – Cote : ACL NA3770. M67 2001
  • I Coloquio nacional de conservacion de mosaicos Palencia : Imprenta Provincial , 1989. – Cote : ACL NA3752.5. AEM.1 (1989)1989

Les ouvrages suivants vous permettront d’approfondir la question sur certaines mosaïques hispaniques :

  •  Daviault A., [et. al.],  Un Mosaico con inscripciones = Une mosaïque à inscriptions : Puente Genil (Cordoba) Madrid : Casa de Velazquez , 1987 – ( Publications de la Casa de Velázquez. Série études et documents ; 3). – Cote : ACL NA3770. D38 1987
  • Blazquez  J. M. , Mosaicos romanos de Cordoba, Jaen y Malaga Madrid : Inst. espanol de arqueologia « Rodrigo Caro » del Consejo superior de investigaciones cientificas , 1981. – ( Corpus de mosaicos de España ; 3). – Cote : ACL NA3770. CME.3
  • Duràn M., Iconografia de los mosaicos romanos en la Hispania alto-imperial, Barcelona : Universitat Rovira i Virgili , 1993. – Cote : ACL NA3770. D87 1993
  • Mosaicos romanos : estudios sobre iconografia : actas del homenaje in memoriam de Alberto Balil Illana que tuvo lugar en el Museo de Guadalajara los dias 27 y 28 de abril de 1990 . – Guadalajara : Museo de Guadalajara , 1990. – Cote : ACL NA3770. M67 1990
  • Morand I., Idéologie, culture et spiritualité chez les propriétaires ruraux de l’Hispanie romaine,  Paris : De Boccard , 1994. – ( Publications du Centre Pierre Paris ; 27). – Cote : ACL NA3770. M66 1994
  • Blázquez J. M., Mosaicos romanos de España  Madrid : Ed. Catedra , 1993. – ( Historia : Serie menor). – Cote : ACL NA3770. B55 1993
  • Mosaicos romanos : actas de la I mesa redonda hispano-francesa sobre mosaicos romanos habida en Madrid en 1985, Manuel Fernandez-Galiano in memorian – Madrid : Asociacion espanola del mosaico , 1989. – Cote : ACL NA3770. M67 (1985)1989
  • Pérez Olmedo E., Revestimientos de opus sectile en la Peninsula Ibérica, Valladolid : Secretariado de Publicaciones e Intercambio Cientifico, Universidad de Valladolid , 1996 ( Studia archaeologica. Valladolid ; 84). – Cote : ACL NA3770. P47 1996
  • Campos Carrasco J. M. [et al.] , A rota do mosaico romano : o sul da Hispânia (Andaluzia e Algarve) : cidades e villae notáveis da Bética e Lusitânia romanas = La ruta del mosaico romano : el sur de Hispania (Andalucía y Algarve) : ciudades y villae destacadas de Bética y Lusitania romanas. – Faro : Departamento de história, arqueologia e património da Universidade do Algarve , 2008. – Cote : ACL NA3770. C3 2008

Sur les sculptures en Hispanie, nous vous avons également sélectionné les ouvrages suivants :

  • Beltrán Fortes  J.  [et al], Los sarcófagos romanos de Andalucía, Murcia : Tabularium , 2006. – ( Corpus signorum imperii romani = Corpus de esculturas del imperio romano . España; 1, 3). – Cote : AOC NB118.P45. CSIR.1/3 2006
  • Baena del Alcázar  L., Las Esculturas romanas de la provincia de Jaén, Murcia : Tabularium , 2002  (Corpus signorum imperii romani. España ; 1/2). – Cote : AOC NB118.P45. CSIR.1/2 2002
  • Garriguet J. A. , La Imagen del poder imperial en Hispania : tipos estatuarios, Murcia : Tabularium , 2001. – ( Corpus signorum Imperii Romani . España; 2, 1). – Cote : AOC NB118.P45. CSIR.2/1 2001
  • Vidal Álvarez S., La Escultura hispánica figurada de la antigüedad tardía (siglos IV-VII), Murcia : Tabularium , 2005. – ( Corpus signorum imperii romani. España; 2/2). – Cote : AOC NB118.P45. CSIR.2/2 2005
  • Abascal  J. M., Escultura romana en Hispania VI : homenaje a Eva Koppel : actas de la VI reunion internacional de escultura romana en Hispania, celebrada en el parque arqueologico de Segobriga los dias 21 y 22 de octubre de 2008. – Murcia : Tabularium , 2010. – Cote : AOC NB118.P45. E7.6 2010

Bonne lecture à tous.

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (IV)

choc

BIBLIOGRAPHIE COMPLÉMENTAIRE

Numéros spéciaux de revues

« Les révoltes arabes, un an après », Esprit 2011/12 (Décembre)
Sommaire https://www.cairn.info/revue-esprit-2011-12.htm.

« Les printemps arabes et le monde », Raison Présente, n° 182, 2eme trimestre 2012, Nouvelles Editions Rationalistes.
Sommaire : http://lectures.revues.org/8853

« Printemps arabe et démocratie », Questions internationales, n° 53, janvier-février 2012, La Documentation Française.
Sommaire : http://lectures.revues.org/7481

« Lectures thématiques », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Les soulèvements arabes dans les revues francophones ; Bibliographie « Printemps arabe »
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-915.htm.

L’Egypte entame sa longue marche / coordonné par Tewfick Aclimandos et Laure Guirguis . – Paris : Cahiers de L’ORIENT, 2012. – In : Les Cahiers de l’Orient, revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et islamique ; n° 10
Périodiques MOM

Les soulèvements arabes : entre espoirs et désenchantements / coordonné par Hadjar Aouardji . – Paris : Cahiers de L’ORIENT, 2012. – In : Les Cahiers de l’Orient, revue d’étude et de réflexion sur le monde arabe et islamique ; n° 107
Périodiques MOM

Le Printemps arabe : un premier bilan / Points de vue du Sud coordonnés par Bichara KHADER. – Paris Louvain-la-Neuve : Syllepse : Centre Tricontinental, 2012. – 208 p. ; 22 cm.- ISBN 978-2-84950-346-1. – N° de la revue « Alternative Sud », Vol.19, 2012/2
BAB DS63.14. P7 2012

Med.2011 : annuaire IEMed. de la Méditerranée.- Barcelone : Institut Européen de la Méditerranée, 2011
Les révoltes et les protestations dans les pays arabes, avec leurs multiples conséquences (de la réforme à la guerre  civile) ont déterminé l’agenda méditerranéen récent. Et également celui de l’Annuaire IEMed de la Méditerranée : les évènements ont contraint à redéfinir les questions clés de l’Annuaire, non seulement parce qu’il leur a été consacré une section à part entière, mais aussi parce qu’ils ont influencé en grande partie le reste des articles. Aussi ce chapitre consacré à la nouvelle situation dans le monde arabe comprend-t-il aussi bien des articles sur ces évènements dans le monde arabe que sur les pays les plus représentatifs des protestations : la Tunisie et l’Égypte.
BAB DE100. M41 2011
http://www.iemed.org/publicacions/historic-de-publicacions/anuari-de-la-mediterrania/sumaris/anuari-iemed-de-la-mediterrania-2011-fr?set_language=fr

Med.2012 : annuaire IEMed. de la Méditerranée.- Barcelone : Institut Européen de la Méditerranée, 2012
Le Printemps arabe est analysé en profondeur dans cette nouvelle édition de l’annuaire : les transitions démocratiques dans le monde arabe, les défis de la nouvelle gouvernance économique de ces pays, l’émergence de la Turquie comme nouveau pouvoir régional, les perspectives des politiques euro-méditerranéennes dans ce nouveau contexte ainsi que le réveil et la mobilisation de la société civile arabe, sujet auquel est dédié le dossier principal de l’Annuaire.
BAB DE100. M41 2012
http://www.iemed.org/publicacions/historic-de-publicacions/anuari-de-la-mediterrania/sumaris/anuari-iemed-de-la-mediterrania-2012-fr?set_language=fr

Ouvrages

Le Monde arabe dans la longue durée : le « printemps » arabe ? / Samir AMIN. – Paris : Le Temps des CERISES, 2011. – 251 p. ; 20 cm.- ISBN 978-2-84109-894-1
BAB DS63.14. A57 2011

Renaissances arabes : 7 questions clés sur des révolutions en marche / Michaël Béchir Ayari, Vincent GEISSER. – Ivry-sur-Seine : Ed. de L’ATELIER, 2011. – 159 p. ; 22 cm.- ISBN 978-2-7082-4173-2
BAB DS63.14. B4 2011
Compte-rendu de l’ouvrage : http://remmm.revues.org/7365

Jamil Sayah, Anthoniy Galabov (dir.), Participations et citoyennetés depuis le printemps arabe, Paris, L’Harmattan, coll. « Local & Global », 2012, 232 p., ISBN : 978-2-336-00399-3.
Le Printemps arabe induit un dialogue des révoltes, un rapprochement possible avec la globalisation numérique. Les populations investissent médias et réseaux sociaux, qui semblent jouer un rôle incontournable. Les moyens de communication ne font certes pas les révolutions, mais ils interdisent les black-out comme les désinformations officielles. Le problème n’est pas de savoir si l’internet sert ou non la démocratie, il s’agit de comprendre comment son appropriation et ses usages constituent ou complète l’exercice de la citoyenneté.

Mathieu Guidère, Le choc des révolutions arabes. De l’Algérie au Yémen, 22 pays sous tension, Paris, Editions Autrement, coll. « Frontières », 2012, 263 p., 1ère ed., 2011, ISBN : 9782746732827.
Les révolutions arabes en ce début de XXIe siècle sont historiques, car elles chamboulent la donne géopolitique régionale et internationale. Personne en Occident ne s’attendait à un tel bouleversement, surtout en un temps aussi rapide et pour des régimes jugés jusque-là stables et durables – et ce en raison d’un manque total de discernement de la réalité sur l’autre rive de la Méditerranée. La surprise a donc été à la mesure de la méconnaissance de ce monde arabe, vu et jugé suivant des grilles de lecture occidentales qui masquent la spécificité et la dynamique des peuples et des sociétés d’en face.
Partant d’une analyse de la situation interne dans chaque pays, ce livre propose un éclairage inédit sur le nouveau monde arabe qui se construit sous nos yeux. L’auteur, spécialiste de veille pour prévenir le terrorisme, est le mieux placé pour expliquer les forces réelles et agissantes de ces différents pays – 22 au total – et offre des clés d’une prospective géopolitique pertinente et passionnante.
BAB DS63.18. G8 2011
Compte-rendu de l’ouvrage : http://www.lesclesdumoyenorient.com/Mathieu-Guidere-Le-choc-des.htm

Atlas des pays arabes : des révolutions à la démocratie ? / Mathieu Guidère ; avec la collaboration de Lynne Franjié ; cartographie Claire Levasseur. – Paris : Autrement, 2012. – 96 p. : ill. en coul., cartes ; 25 cm – (Atlas/Monde ).- ISBN 978-2-7467-3206-3
REF AC25.A78. G8 2012
Compte-rendu de l’ouvrage : http://lectures.revues.org/8625

Mathieu Guidère, Les cocus de la révolution. Voyage au cœur du Printemps arabe, Paris, Editions Autrement, coll. « Haut et fort », 2013, 157 p., ISBN : 978-2-7467-3412-8.
« Il y a beaucoup de déçus de la révolution, en particulier tous ceux qui ont été les premiers à manifester, à braver les balles de la police et à affronter la répression dans la rue. » Parti à la rencontre des acteurs et témoins d’une révolution pas comme les autres, deux ans après la chute de Ben Ali, Mathieu Guidère a traversé sept pays du monde arabe, du Maroc à la Syrie, en passant par l’Égypte et la Libye. Fort de sa double culture, ce spécialiste de géopolitique et arabisant hors pair décrypte les espoirs déçus, les préjugés et les malentendus à l’œuvre de part et d’autre de la Méditerranée.
BAB DS63.14. G8 2013

Carnets de recherche

Rumor : Recherches urbaines au Moyen-Orient… et ailleurs, Blog d’Eric Verdeil
http://rumor.hypotheses.org/tag/revolutions-arabes

Les carnets de l’Ifpo : La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient
http://ifpo.hypotheses.org/tag/printemps-arabe
http://ifpo.hypotheses.org/tag/revolution

Le carnet de l’IRMC
http://irmc.hypotheses.org/tag/revolution

Culture et politique arabes, le blog d’Yves Gonzalez-Quijano, chercheur à l’Institut français du Proche-Orient.
http://cpa.hypotheses.org/tag/revolution
http:.14//cpa.hypotheses.org/tag/printemps-arabe

L’Observatoire de la Vie Politique Turque (OVIPOT), Blog de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) d’Istanbul
http://ovipot.hypotheses.org/tag/printemps-arabe

Mouvements Sociaux, Carnet du RT21 de l’Association Française de Sociologie
Séance de séminaire “Le Printemps arabe et la place des émotions dans les mouvements sociaux” – Présentation, 20 avril 2012
http://mvtsociaux.hypotheses.org/180
http://mvtsociaux.hypotheses.org/187
http://mvtsociaux.hypotheses.org/196

The politics of religion / Les politiques du religieux…, Blog de Loïc Le Pape
http://politicsofreligion.hypotheses.org/tag/revolution

HCTC : Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine, Blog de Kmar Bendana
http://hctc.hypotheses.org/tag/transition

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (II)

femme-printemps-arabe

Le « Printemps arabe » en…

 

ALGERIE

2011

Salim Chena « L’Algérie dans le « Printemps arabe » entre espoirs, initiatives et blocages », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
L’Algérie a connu des émeutes nationales au début du mois de janvier 2011 puis, dans le contexte du « Printemps arabe », plusieurs membres de la société civile et des personnalités historiques ont défendu la perspective d’un changement pacifique du système politique algérien. Néanmoins, malgré la levée de l’état d’urgence intervenue fin février, le régime algérien ne montre aucune velléité de changement en profondeur. Entre espoirs et initiatives, l’Algérie fait face à des blocages institutionnels au changement démocratique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-105.htm. 

Aomar Baghzouz « L’Algérie et les révoltes arabes : ni exception ni domino », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Les autocraties ne se dénoncent pas les unes les autres ; « fermez l’agora, vous empêcherez la chute du régime » ; « je veux ma part de pétrole » ; Programme de réformes politiques : jusqu’où le pouvoir peut aller ; L’opposition atomisée ; Menaces sur la sécurité nationale ; Scénario : pas de révolte majeure à l’horizon 2015.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-159.htm. 

Lahouari Addi « Le régime algérien après les révoltes arabes », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Les revendications nationales portées par la jeunesse et les foules des pays arabes renouvellent de façon magistrale les horizons politiques et citoyens en montrant les limites structurelles de la croyance et de la capacité à gouverner de régimes corrompus et paternalistes. Face à cette lame de fond, les Algériens expriment de façon grandissante leur refus d’un pouvoir bipolaire dans lequel l’armée joue un rôle pivot. Les dysfonctionnements d’un système visant à protéger une oligarchie issue du système rentier amènent le pays à tourner à vide et conduisent à une incapacité de gouverner qui risque d’être fatale au gouvernement actuel.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-89.htm. 

2012

Layla Baamara, « (Més)aventures d’une coalition contestataire : le cas de la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) en Algérie »,L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Créée le 21 janvier 2011 au lendemain d’émeutes survenues dans l’ensemble du pays, la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) appelle à un rassemblement des forces pour dénoncer la répression. Collectivement ou individuellement, formellement organisés ou non, un certain nombre d’acteurs se regroupent autour de cette initiative. De janvier à juin 2011, des centaines de personnes se rassemblent à plusieurs reprises à Alger pour réclamer la « chute du régime », bravant ainsi l’interdiction de manifester dans la capitale. Ces actions se heurtent à une faible mobilisation, qui contraste avec l’ampleur et la récurrence des protestations sectorielles. Au-delà des mesures mises en œuvre par le pouvoir et malgré un faible engouement populaire, entretiens et observations in situ incitent à questionner les logiques et les dynamiques à l’œuvre dans cette coalition inédite. Explorer les ressorts et les modalités pratiques de la convergence d’acteurs dont les divergences ont marqué les dernières décennies, puis les tensions qui traversent la coordination aident à mieux cerner les rapports de forces qui imprègnent l’espace contestataire. L’analyse des processus qui ont façonné la constitution, l’évolution puis le délitement de cette coalition permet alors d’éclairer les logiques de l’action collective contestataire en Algérie.
http://anneemaghreb.revues.org/1444

Louisa Dris Aït Hamadouche et Chérif Dris, « De la résilience des régimes autoritaires : la complexité algérienne », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’autoritarisme : de la définition rigide à la résilience ; La nature semi autoritaire du régime algérien : les facteurs explicatifs : Les facteurs historiques, Les facteurs socio-économiques, Les facteurs politico-sécuritaires ; Le régime algérien face aux révoltesévolte : Les eteutes nt pop organis maVute’-aligr l Le3>
http://anneemaghreb.revues.org50344


Vienturce ; Lcaaligns olleagolice ; Lt ftuns olleagolius.
www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pagex149.htm. 

1me> <>EGYPTRIE

Ths etoppositiot islarasts eEÉgyps mécexcerts es pratiqueaVutevoluticlaiés paajugéo  C-confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Tha «n pgs re denne mi xne idèuiluo se mLes es qus paajyse deémors d beturx-larlemen, imuneisée à>Lversotaécexceequeassocl denve.>Llabdà bta>és peible régimn ralgéri graion dell;agprirer er psavond, leécexcertavaito-ilgérnalisteasnenr pnt à pnaVun appropisés pa una paai: d>L opposition, qul Leiprture Àue dienGLes re os s ea «n pgs re denne me quscl denveM aaVueasnLe c fa 1ère="eis pgshrere, cetts derniè amarypte Loi trotil e de rassemblemene à plusieurs reprisre, enté le//artées;970ss etganies,utouéforuer uaffroÀiaéceturible région. commudenLes et islarasies,e risé: dt sta ei ronale rrnalgnene pour lecet rôl, deespaé: de mobilisation2 comé le2.unavealitle.utoartaur, seLel des s coés panviennene rrmellemene i iuloire3> e rcuilgire una dynamique>L oppositieasmeuvenua pd ls populatig>
www.cairn.info/revus confluences-mediterranee-2011-2-pag0x39.htm. 


www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag31x39.htm. 

loi trotil e de dstrarale. commee, xns quse re leanvienee ra pirer loucroceitior pre aideorieles onr prcicapqué l chute du régino », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)

www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag33339.htm. 


www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag34x39.htm. 


www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag35139.htm. 


www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag36915.htm. 


www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag37339.htm. 


www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-pag3e-89.h44

saMourer larmanmaies?eo », Mouvements 2/2011 (n° 66)
www.cairn.info/revue-mouvemen-gani78-5-pag4139.htm. 


www.cairn.info/revue-mouvemes-gani78-5-pag4839.hi ?


pceiti, avellrertance easplaiyotiLes >pcrspeg, dedrorpsu, deti ouvnlteu, ashreae oupObse ls cdivergenu, delucetng, en février 20. SMoutam-sgn lisé: danstngt analnies lonnaissance dn vendipsue i r"upe dales el leur appde à laaVlèalgm-sstralsnen rrqu, dee pivsu, dee-mouvementsssociaer, é lessouru, dee mobilisatingi msatives en inédiles rs celle ?
www.cairn.info/revue-mouvemen-gani78-5-pag0x69.htm. 


www.cairn.info/revue-mouvemen-gani78-5-pag7x69.htm. 


http:h/sufinclaieb.revues.ore iex93269.hl ?


Lodtrcyotion,rbufirinatioi msati  tsstaautastecr mmCea pe fo dee mes exphaqtalunasumpltivemenr populains etei raarans dHosiaMMb c ku ?
http: re lioeb.revues.or12621 ?


www.cairn.info/revun oalitiq- ti hanerre-22-1-3-pag8915.htm. 


LoÉtus Locomisno l le mobilisatino la jeun CclapexLlfaiot pop o/s dpeun février 20. ?
www.cairn.info/revut frcaoreAu--e scienpe-oalitiq-gan2-5-5-pag84339.h ?


www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag24x39.htm. 


www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag25915.htmURL : ">www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag25915.h ?


Loturm-s-oaAlgrnqes e lti hpéfocyotieo deeucetns mDxLle mobilisatirls cllectino danuc centexis draligurabes Rea Mpqust, delucetng, dans le décenn ;000es Afaaoruisé:xLle rs bexna alitiqC  Rerepri o deeucetnge-oalitiqLes e, changemeno lilgioonde ; Lacrovencyotieo deeucetne3> avotules el>Lopraio ls dcmoafno lMahavea av-Ko bes A offocyotieo saveux auconules elucetngsssocuulesn hr mse ).-cixioutabtiLeo de3> avlGLe ee rtevolutis mU una pixLecyotieormanmocrae ns, actel,>L unc cenLecyotieo>L’amplede ;xe rôl, de3> avlGLes danste, toyso due rs aideaMMb c kde C cséhaqtancn dnsumpltivemen m lr nGLtrusto dec cfoalntsssociade Rerotuleajreu mso le-mouvemednsrrnde U unj/Msaaus implste avec le-mouvemeds danmocrae de U eaay usaen vendinesn impi un(re)c c avlGls danmocrae es Égyoli(CODE)es La FGSTEe easnud revpaisroarmode U uns eigértancsingopa 1ènd, un vendieuste>Lhôcapitno lManshiy eAl-Bakride L>Loprne mmee dection dn vendinoriseaay un ).Ena jxe es dradsn peu, ue-mouvemedn vendine e3> avlGs mÉtevolutino>L unilgioonn oalitiqde Ena jxen peu, ue-mouvemed3> avlGu ?
www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag26915.htm. 


www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag29x69.hu ?


www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag31339.htm. 



www.cairn.info/revuc confluenc-s-mediterranee-2211-3-pag7139.htm. 


Lo organrabtiLeteuae rpleLmoinstitutiornalaeaumqencfaiisgupe daca pai mhaqdeabon fmehaqe, na raadssn ee jism eu rôls cestrno dan, ris ollectider, tqldespdachaqe, coysn sicyotie le aao rl>Lre eustea Hx aen. sgC cLA iitrobnso dueuimpcs e juder 22u ?
www.cairn.info/revuc confluenc-s-mediterranee-2211-3-pag9139.htm. 

etagpriiineau oalitiqes?eo »,C confluences Méditerranéee 3/2011 (N8266)
L autna raon, qevived dcmoa cLmoia aoutaes dans lerorpurm ligso sasjptosimudutanreIldu>L’inr pg sanGmpcLecypeus>Laactet3> o setagpriso den magistlnts danFaea pexessuo su oalirinatio, ajuerdiclaiu ?
www.cairn.info/revuc confluenc-s-mediterranee-2211-3-pag11x39.htm. 

Moacbeli psavos ms Scénarid l&rsqu unti hpinisnue r l&rsqus Égyoli un.»,. nonfluences Méditerranéee 3/2011 (N8266)
Lmoirur oal-slmoinstitutioqnle,al lf fgobil-slc cLomniue rsqtancn de oalrlaiie, nsedentdi ofcivius>L rtavoiGmpca pexessuo sti hpinisnud danmocrae ur. es rnonnacanGmpcreampnu oalitiqss Égyolicbelu lendemaindsellre ciative,asn a r nonnacvivea «anGrepriL, co deue rs aideorielCre, oarmoinre mxns olleagoexnasn enorisn lutvotus, nGnuut, oe, naréodes a le, , qeLel>Lo;ÉgyptObs fmeesso ncn l lerdiientuee oalrlais, nGutatus11,measnea pr nun éiss dansteerdiientue cl , qesU steavalyse fortéanGmpcixi te,al limrtéoexns facteurinrornoupermeo suréod oeurtpolaasaeanGmppairtufirriiinsraloloatueLea pr nvebelreampns Égyoli. Ildsn a essahaqevives olleteursn ea ptôeàprotc caturue urtsg, er>Lfrc utce régim, qe, nGua programmu oalitiqss e rf r utae cl , qe ?
www.cairn.info/revuc confluenc-s-mediterranee-2211-3-pag14915.htm. 


Lobeuvpai, qe, qnivonxLebelueaion>
www.cairn.info/revuc confluenc-s-mediterranee-2211-3-pag16139.htm. 

LA m-s nneau Maghrs.>
Lo;Égypt,meMMb c kli>podutaauoe, tsg, n éen>Lmorotrogdaue r>Lfrc utce régim, acn d"upe1,me la nonn navoqe,me, decs o dautass mvivesedlrts, rialetoyrtdsolaiacmutaa3> u inaiacmutaa, re, ei psavoisxrtéecf11,>L uni raon,a,>Lf autna raonvivedi o r utaivesedlrts, rie i r"upe daived dautatucs ecyo, qre,an inoncmutaa é, raaiveutatucviveo organrabtivea raadaor. É/utautaupeue qu’ua raacn d"rtsv> o surtoovesedlrts, ris ess s e rt ai isn ea odamm-sle e da raîautnd, ls onn rainud dso deceuepurabveseeuvenCefcilrennoupermeo sa clauoe, na raans Égyolirisn a monctrotrctorLde mvivea raani e pled dn systènd, na raadsa cprotCreiotro dsee ancn derlGre,a reeabvea raan raaofciueLon, qu une da mmn e,mequastlemene aucunsedlrts, ea pr nu,aasn esn a oiéhaqtancs et s mutaad d"upe daleneli psavove. dutal le rtevolutire, rin derlGLe ensn e pns df autnre mxn, qe,me, dfupeturmpce régiernemt e ens es faativeme11, du mtdsa re, tsgatemn irrire.bCea raana cprotCrequan ee de,e e unpleLo;ecyns,aori, smmeasn evnnaletoyuoeu, oarmolrenombre dravaasadsa reancn derlGur. ea oiéhaqtanie, s ensn ea paa>Tgar-sle utreteturs ecr mmsmpce régim,aasn esedrotCdsn t msaestLl, Mouvemenea oixLecyclainhaemmmeasn es muippa tCdbela nGLeonelce, décenn dsumpnreErend, na raadsi e pled dn systèes nncfoutae ie ebelamn ais, oalitiqe,aasn e, dclamdechaemiouvqtampca pluiote eue Àu, changemen,mee régies. msa oi-, sreprue ja ra faatiioexn faatruiséa oixLecyclainessisn aortdle. enttyu o loqe ffais ungrvnlqe,meliaaturs exphaan eabvea pinitiLerepriLsa re, vedi o r utavea raan rÉgyolived tutae le rtevolutire,noeuvan es ryptremsmmuu mutaadurmpteuriote eurmirtn dtLon,aori roncmutaad dse roupnavoqved>Lfsaasee , tsg, da madau,a,urmpteea px limrtte avec ds, Mouvemenea pixLecyclaire, rin decn derlGLes o dautascs ecn er-storIbdso rmpteura oondusLla pOrtdu ?
http: mnneemaghreb.revues.org/54-1

Tionala «L Cclatndganiu Pa lorte,ahnrtographaqdbela tsg, Lde>Lfbeyas.>LA m-s nneau Maghrs.>
favaasirts so r oiqtanruerbumornd, nharaeitasu,aharaeitanrud dCclaidu>Lo organ n ve.>Llabdo rsufioturcrti/utqu es,epuio ru pluqttu plua «arofedlaonnles.o de, n umorno la « ruisés populaisde.,e delijâmsmha>Lfbeyara, fosaupe daca pluo ra moniitumornd pOatuoa lLrtétorIbss dansnrudi o r utasus ro ueurd dCclaile. vea «srvgomaLde.t civiL,un âance Àncs Étue rrnalqu re a ro nesrne da nGLeoneamdec,at clsehaemabve fossarortdernmee roshibnenêtro depls imprue o, qurdens organrabties cllectice ti/utqu essupspsortd>Lf aissancei i prurabve,ad>Lf offocyotiurdut/ sclain sda trn depaaexrqu . Lspduo rl>LopaFan aiso rl le rtevolutires dans>L’espacfcl silGlo des ro ueurpal>L’itleo de,aor oierntsg, smcshreds, moint médaaOrtd11,>Lf autCdbacteurpaba tanve fosa oi té-sle a «e faide.tl>LH deavoqu ?
http: mnneemaghreb.revues.org/6012


www.cairn.info/revul-deap-gan2-8-5-pag3915.htrarmsat="_blutk">">www.cairn.info/revul-deap-gan2-8-5-pag3915.h ?

<>JORDANIRIE


L’armnd, na téLlpal la jeunse)e uns liaofncaasnd,>L’qe, qlt c, qet façon, ua «r cdivObrefosd de régimhaa>rtrdusde.e,aoriu ptôease réfo . Ilde saibe, qel lrientuea trn o l lesso rrquremadrobno l lfmpler oal-slpao >Ls eigértancd de régind,aemiroupeorid>Lfsavoi uns iuofccyotiee aveanverenouclden forcea «r bqnlLde.re, ehaem,aemiroupeorid>L rt ouoeuns co cicyotiebraurau ?
www.cairn.info/revuc confluenc-s-mediterranee-2178-5-pag9139.htm. 


www.cairn.info/revue-mouvemen-gani78-5-pag10469.htm. 

1me>

<>LIBANe>/ <


www.cairn.info/revurtout-ouoerre-2111-3-pag4niu9.hu ?


www.cairn.info/revutus mutrts-22-1-3-pag32x69.htm. 

1me>

<>LIBYRIE