Archives par mot-clé : bibliograp

Une bibliographie sur le « printemps arabe » (III)

printemps arabe_1

Le « Printemps arabe » vu de :

 

TURQUIE

2011

Nilüfer Göle « La Turquie, le Printemps arabe et la Post-Européanité », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Dans cet article, l’auteure interroge les raisons d’émergence de la Turquie comme une référence, un exemple, voire même un modèle pour les pays gagnés par le Printemps arabe. Le nouveau rôle géopolitique de la Turquie est ici décrit comme un processus d’émancipation par rapport aux politiques occidentales et d’affirmation en tant qu’acteur régional. La visibilité de la Turquie au Moyen-Orient est due à cette légitimité désormais acquise. Sa singularité vient de sa capacité démocratique à incorporer le référent islamique. L’exemplarité de la Turquie signifie le décentrement de l’Europe comme le foyer exclusif de l’imaginaire démocratique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-47.htm. 

Alican Tayla « Un nouveau paradigme pour la Turquie ? », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
La Turquie répond à certains fondamentaux définis par l’AKP depuis son arrivée au pouvoir en 2002. Cela étant dit, les évolutions du « printemps arabe » ont aussi mis en perspective la nécessité pour la diplomatie turque de développer une réponse adéquate à ces événements. L’auteur, après nous avoir rappelé les dilemmes qui ont pu parfois s’imposer à la Turquie devant les bouleversements de son voisinage, en vient à un constat lucide : la diplomatie du pays, aussi évolutive ait-elle pu être, a aussi répondu à bien des limites dans ses tentatives d’adaptation.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-57.htm

Asiye Öztürk et Fatma Varli « La Turquie et le « printemps arabe » : ébullition ou tarissement de la « source d’inspiration » ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
La posture d’Ankara ; Répercussions des développements au Proche-Orient sur le rôle de la Turquie.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-459.htm.

ISRAEL

2011

Pierre Berthelot « Israël face aux révoltes arabes : raidissement ou ouvertures ? », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Les récentes révoltes arabes ont surpris l’ensemble de la communauté internationale et Israël, qui, bien qu’en principe extrêmement bien informé des évolutions de ses voisins, n’a pas davantage pu ou su anticiper ces bouleversements. La question qui est maintenant posée est celle de l’attitude qu’adoptera l’Etat hébreu, acteur incontournable de toute perspective de paix ou de stabilité régionale, car de celui-ci peut dépendre en partie le sort de ces révolutions. Il semble que trois types de réactions soient possibles de sa part, bien que toutes prévisions en ce sens restent plus qu’incertaines, ne serait-ce que parce qu’Israël souhaite conserver ce qui a constitué un de ses atouts majeurs au cours des dernières décennies : l’effet de surprise. La première hypothèse, c’est que l’on assiste à un raidissement voire à une fuite en avant de la coalition ultranationaliste qui montrerait ainsi aux nouveaux régimes sa détermination et pourrait aussi profiter de l’affaiblissement de certains alliés de l’Iran pour attaquer ses sites nucléaires et accélérer la colonisation. A l’inverse, Tel-Aviv pourrait accompagner positivement les évènements actuels en en devenant un acteur à part entière, via la relance de négociations aboutissant à l’émergence d’un authentique Etat palestinien (avant qu’il ne soit proclamé unilatéralement) ce qui favoriserait l’émergence d’un climat régional pacifié. Enfin, on peut également supposer que face au tumulte observé, la prudence ne l’emporte et que le statu quo, plus confortable à court terme, ne soit finalement privilégié alors qu’Israël a toujours une certaine difficulté à savoir s’il doit se réjouir ou s’inquiéter de cette déferlante démocratique.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-139.htm. 

Avi Shlaim « Israël, les États-Unis et le printemps arabe », Mouvements 2/2011 (n° 66)
N’est-ce pas un paradoxe qu’Israël, « la seule démocratie du Moyen-Orient », ait fait preuve d’autant de méfiance à l’égard du printemps arabe qui balaye un à un les dictateurs de la région ? Le saut dans l’inconnu que représente le processus de démocratisation dans le monde arabe ne questionne pas uniquement les intérêts stratégiques d’Israël et de son allié et protecteur américain, mais aussi les impératifs de stabilité qui guident ses relations de voisinage ; plus largement, il met en cause le regard que les dirigeants israéliens comme l’opinion publique israélienne portent sur les peuples arabes et l’environnement culturel et politique dans lequel, à leur corps défendant, ils s’inscrivent géographiquement.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-135.htm. 

Denis Charbit « Le printemps arabe vu d’Israël : le doute contre l’espoir », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-111.htm. 

Amotz Asa-El « En attendant la révolution », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Ailleurs dans le monde arabe, le tableau est encore plus noir ; Israël voit les choses en gris
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-35.htm.

Daniel de Lichana « Entretien avec Dan Shueftan », Outre-Terre 3/2011 (n° 29), p. 101-106.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-101.htm. 

2012

Ilan Greilsammer « Israël face au « printemps arabe » », Politique étrangère 1/2012  (Printemps)
En Israël, pays qui ne manque pas d’experts du monde arabe, les révolutions de 2011 n’ont pas été anticipées. Si la population de l’État juif se réjouit de la chute de tyrans qui étaient, à des degrés divers, anti-israéliens, elle est néanmoins inquiète de l’instabilité provoquée par les soulèvements populaires et par la montée en puissance des islamistes. Cette situation agitée profite à Benjamin Netanyahou, la population israélienne ne souhaitant pas changer de capitaine en pleine tempête.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-123.htm.

EUROPE

2011

Pierre Beckouche « Quand le printemps arabe redessine la Méditerranée », Annales de géographie 5/2011 (n° 681)
Le « choc des civilisations » n’aura pas lieu ; Les limites de l’action méditerranéenne de l’Europe ; Géopolitique v. géoéconomie, continents v. région ; La nouvelle carte Méditerranéenne vue à travers les relations Tunisie-Union européenne.
www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2011-5-page-554.htm. 

Jean-Yves Moisseron « Après les révolutions arabes : changer de paradigme dans le partenariat euro-méditerranéen », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Face aux changements dans le monde arabe, il est nécessaire de refonder le partenariat euro-méditerranéen et de changer de paradigme. Un bilan objectif du processus de Barcelone depuis 1995 s’impose pour redéfinir une stratégie qui ne pourra être que l’expression d’une volonté bipartite exprimée par des gouvernements représentatifs. La tâche est d’autant plus difficile que la rive sud a exprimé plusieurs fois une fatigue institutionnelle devant l’empilage des projets européens (Processus de Barcelone, Nouvelle Politique de Voisinage, Union pour la Méditerranée). Il est temps de refonder ce partenariat en mettant l’accent sur la culture et en abandonnant le référentiel méditerranéen qui se révèle peu mobilisateur au sud. Il faut aussi faire preuve d’ambition et, pourquoi ne pas, reconsidérer les avantages d’une perspective d’adhésion de la Tunisie dans l’Union Européenne.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-153.htm. 

Richard Youngs « L’Union européenne : de la munificence à la géostratégie », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Avec les évolutions du « Printemps arabe », l’approche par l’Union européenne de cette région n’a pas manqué d’être soulignée. L’auteur revient sur cet aspect, en démontrant que, n’ayant pas été à la hauteur de ses moyens jusqu’à peu, la diplomatie européenne prend toujours le risque de manquer le tournant des évolutions arabes. Or, entre une présence perçue comme encombrante par les pays arabes et un retrait distant, un juste milieu existe, qui permettrait à l’UE de consacrer sa présence dans la région tout en développant des ressorts favorables à l’évolution de celle-ci.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-27.htm. 

Isabel Schäfer « Les politiques euro-méditerranéennes à la lumière du printemps arabe », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Dès le lancement du Processus de Barcelone en 1995, le Partenariat euro-méditerranéen s’était donné comme objectif de réduire le fossé politique, économique et culturel entre les deux rives de la Méditerranée. Quinze ans plus tard, du haut de la « forteresse Europe », nous regardons interloqués les sociétés arabes se soulever et s’emparer d’une souveraineté longtemps confisquée, mais sans recourir à notre aide et presque malgré nous, trop occupés que nous étions à nous barricader contre clandestins et terroristes. Cet aveuglement trouve son origine dans l’échec d’un projet original que les politiques n’ont pourtant pas su ni voulu faire fructifier.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-117.htm.

Luis Martinez « Le printemps arabe, une surprise pour l’Europe », Projet 3/2011 (n° 322)
L’Union européenne, aveuglée par le spectre islamiste et incapable de discerner le formidable élan démocratique qui couvait, voit sa crédibilité entamée dans le monde arabe. Mais le vent de révolte lui donne une chance historique de renouer avec ses valeurs en soutenant les transitions. Pour peu qu’elle surmonte sa frilosité.
www.cairn.info/revue-projet-2011-3-page-5.htm.

Alfonso Giordano « Mutations géopolitiques dans le monde arabe et relations euro- méditerranéennes », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Harmonie ou dissonances ? Complexité méditerranéenne ; Démographie euro-méditerranéenne : distribution spatiale, transition, fécondité et espérance de vie des populations ; Urbanisation, éducation et femmes : les trois facteurs vraiment révolutionnaires en matière de comportement démographique (et pas seulement) ; Le passé (et le futur ?) De la population ancré(s) dans la pyramide des âges ; Offre nombreuse et rare (voire inexistante) demande en termes de marché du travail ; géo-économie des nouvelles générations dans les pays arabes de la méditerranée ; Conclusions surprise finale ? Auguste comte avait-il tort ?
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-51.htm.

Giuseppe Terranova « Méditerranée : géographie des nouveaux flux migratoires », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Italie-Libye : alerte ? Fausse alerte ? ; Tunisie et crise humanitaire ; Tunisie Italie : le noyau de l’immigration clandestine ; politiques migratoires nationales ou européennes ?
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-71.htm.

Michael Ledeen « Les responsabilités de l’Occident », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-85.htm.

Stephen Blank « Pourquoi les Russes étaient-ils contre l’intervention ? », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-89.htm.

2012

Frédéric Charillon « Occident/monde arabe : une nouvelle donne géopolitique », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
Les soulèvements dans le monde arabe en 2011 n’ont pas été anticipés par les pays occidentaux. Ces derniers doivent maintenant analyser les bouleversements qui ont eu lieu, en comprendre les causes et les conséquences. En se livrant à des exercices de prospective, au sujet notamment de l’évolution possible des mouvements islamistes, ils pourront adopter une nouvelle diplomatie qui leur permettra de renouer pleinement avec le monde arabe.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-135.htm.

Sébastien Abis « Europe et Méditerranée : se souvenir du futur », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Des dynamiques géopolitiques inédites ; Hypothèses de scénario pour la coopération en Méditerranée : L’embarras et l’éclatement, La peur et le repli, La relance et l’efficience
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-121.htm.

 

FRANCE

2011

Hayat Lydia Younga « La Révolution arabe de 2011 : à la recherche du sens perdu…. », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Dans les médias français ou chez des spécialistes reconnus, les révoltes en cours dans le monde arabe font l’objet d’analyses qui ont du mal à s’abstraire d’un certain européo-centrisme ou bien de référents historiques trop peu opérants comme le référent islamiste. Bien que porteurs de nouveauté, ces révoltes s’inscrivent dans la longue généalogie des mouvements politiques et sociaux. Il n’est qu’à reconsidérer les slogans repris par les foules en mouvement pour prendre la mesure de cet ancrage historique. Le présent politique choisit sa mémoire du passé. Il nous faut la regarder pour comprendre le mouvement à l’œuvre.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-51.htm.

Hakim Ben Hammouda « L’orientalisme et les révolutions tunisienne et égyptienne : pourquoi ne l’ont-ils pas aimée la révolution ? », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Les révolutions en cours dans le monde arabe ont été à l’origine d’un important débat sur l’attitude des intellectuels occidentaux. La timidité de leurs réactions au moment des épisodes tunisien et égyptien a suscité des interrogations et des questionnements. L’objectif de cette contribution est de comprendre les raisons du peu d’empressement de ces intellectuels à apporter un franc soutien aux peuples arabes comme ils l’ont fait lors de la chute du mur de Berlin ou de la guerre dans l’ex-Yougoslavie.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-63.htm.

Philippe Boulanger « Le positionnement géostratégique de la France dans le golfe Arabo-Persique : la base interarmées d’Abu Dhabi », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Le renforcement du système de défense émirien dans le golfe ; La défense des intérêts français dans le golfe et le renforcement de la coopération franco-émirienne ; Une base de soutien devenue opérationnelle
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-531.htm.

Barah Mikaïl « La France et les mutations arabes », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79), p. 37-46.
La France s’est longtemps caractérisée par une forme de « pragmatisme » dans son approche des affaires du Moyen-Orient. Or, le « Printemps arabe » a souligné tour à tour les contradictions de la diplomatie française puis ses tentatives de rattrapage. L’auteur souligne ici les contours de cette attitude, avant de se demander si, en encourageant des opérations militaires en Libye, la France a effectivement trouvé les conditions pour un renforcement de sa diplomatie.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-37.htm.

Karim Émile Bitar « Les intellectuels français et le printemps arabe », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
La hantise de l’islamisme, le mythe du rempart et la religion comme sésame explicatif universel ; Traditions démocratiques enfouies ; Frilosité dans le soutien aux révolutions proportionnelle à la ferveur dans le soutien à la guerre d’Irak ; Universalité de l’aspiration démocratique : « Les Arabes sont comme nous et nous sommes comme les Arabes » (Edgar Morin)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-141.htm.

Didier Billion et Farida Belkacem « Une politique extérieure de la France à la peine… mais réactive », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Malaise, chuchotements et turbulences au sein de la politique extérieure française ; Les lignes de force de la politique extérieure initiée par Nicolas Sarkozy : Contradictions et promesses non tenues, Le clash des civilisations, Un discours biaisé sur le monde arabe, Une politique étrangère à la peine ; Un sursaut… contradictoire
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-149.htm.

 

ETATS-UNIS

2011

Anna Raymond Viden « Les États-Unis et le Printemps arabe », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Le « Printemps arabe » a coïncidé avec les termes de l’Administration démocrate du président Barack Obama. Cela étant dit, après son discours du Caire, qui se voulait ouvert et pragmatique, et à un moment où les intérêts américains au Moyen-Orient sont en jeu, le chef d’Etat américain a dû parfois reconsidérer ses jugements. L’auteure nous rappelle ici quels sont les termes de ces repositionnements, avant de nous rappeler ce que pensent les communautés universitaire et stratégique de leur pays dans la région.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-13.htm.

Pierre Thénard « L’administration Obama à la manœuvre », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Quelle gestion du printemps arabe ? ; Quelle préparation au printemps arabe ? ; Quelle vision pour le printemps arabe ? ; La diplomatie en lieu et place d’une stratégie pour le printemps arabe
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-131.htm.

Philip S. Golub « Les États-Unis face aux révolutions démocratiques arabes », Mouvements2/2011 (n° 66)
Dans un discours important prononcé au Caire le 4 juin 2009, Barack Obama tendait la main au monde arabo-islamique en appelant à mettre un terme « au cycle de suspicion et de discorde » entre les États-Unis et les sociétés plurielles islamiques. Soulignant que les tensions du présent « étaient enracinées dans des forces historiques » telles que le colonialisme et la guerre froide, il en appelait à un « effort soutenu d’écoute (…) et de respect mutuel ». Aujourd’hui, les États-Unis, puissance externe dominante au Moyen-Orient et dans le Golfe depuis 1945, tentent de s’adapter aux révolutions démocratiques arabes afin de préserver leurs positions. Or l’héritage est lourd et les révolutions ébranlent l’ordre régional américain.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-127.htm.

Mansouria Mokhefi « Washington face aux révolutions arabes », Politique étrangère 3/2011 (Automne)
L’arrivée au pouvoir de Barack Obama avait suscité beaucoup d’espoirs dans les pays arabes, après les deux mandats de George W. Bush, marqués notamment par la guerre en Irak. Surprise par l’ampleur et par la rapidité des révolutions de 2011, l’Administration Obama a réagi au cas par cas, de façon pragmatique et conformément aux intérêts américains. À l’espoir a succédé la désillusion, et le président américain est aujourd’hui très impopulaire dans le monde arabe.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2011-3-page-631.htm.

à suivre…