Archives par mot-clé : Archéologue

Souvenirs et impressions apolloniates

A l’occasion de la conférence « Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie »,  J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de partager ci-dessous quelques souvenirs sur son expérience à Apollonia :

« La mission épigraphique et archéologique française en Albanie a été fondée par Pierre Cabanes, professeur émérite de l’université de Paris X Nanterre,  en 1992 juste après l’effondrement du régime hoxhiste et l’entrée du pays des aigles dans l’ère démocratique.  En 1994, j’ai pu rejoindre son équipe et j’ai eu l’honneur de conduire les premières fouilles franco-albanaises sur le site d’Apollonia. Ce fut le début d’une grande aventure humaine autant que scientifique, aventure qui s’enrichit encore d’année en année.  Ce n’était pas la première fois que des Français fouillaient à Apollonia puisque le chartiste Léon Rey entre les deux guerres, à l’époque du roi Zog, avait dégagé les premiers vestiges de la cité. Mais c’était la première fois qu’une véritable collaboration scientifique permettait à l’Institut archéologique de Tirana de mener des fouilles d’envergure et d’intégrer pleinement la communauté scientifique internationale. D’autres missions étrangères ont suivi, l’Italie, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Grèce, plus récemment l’Allemagne et la Pologne, mais la France peut s’honorer d’avoir été la première, et qu’il me soit permis d’avoir ici une pensée pour P. Cabanes qui a bien voulu me confier la direction de la Mission en 1999 lorsqu’il décida de prendre sa retraite. La fouille a vu passer beaucoup d’étudiantes et d’étudiants  albanais accueillis ensuite en France pour un DEA puis une thèse ; ils assurent maintenant  le renouvellement de la génération de chercheurs arrivés à la retraite. Mon premier étudiant en thèse, Altin,  fut l’un d’eux et il est aujourd’hui l’un des principaux responsables de l’équipe albanaise d’Apollonia.

Depuis 1994, le pays a connu une évolution qu’il est difficile d’imaginer. Il fallait alors plus de quatre heures pour parcourir les 120 km séparant le petit aéroport de Rinas au nord de Tirana, du site d’Apollonia qui n’était accessible que par une piste en terre battue. On avait alors le temps de compter les innombrables bunkers qui bordaient les routes,  indestructibles sentinelles d’un désert des Tartares , censées arrêter une illusoire  invasion qui n’avait pour but que de maintenir un peuple fier de ses origines sous le joug  du dictateur, et la route appartenait encore aux charrettes tirées par des ânes venus d’un autre temps. Aujourd’hui l’aéroport Mère Theresa n’a rien à envier aux plus modernes des aéroports  européens, et à peine deux heures suffisent pour rejoindre le site ; les bunkers ont peu à peu disparu sous l’assaut des enfants récupérant la ferraille pour gagner quelques leks, et ont laissé la place à des stations-services et des hôtels restaurants ; les « benz » ont largement remplacé les ânes, et quelques grosses cylindrées aux vitres fumées témoignent de l’arrogance des nouveaux riches  et de l’existence d’une économie parallèle.

Les trois premières années, jusqu’à la construction de la maison de fouille inaugurée en 1996, furent difficiles mais riches d’émotions et de souvenirs : le vieux monastère désaffecté qui abritait la mission n’avait aucun confort : la cuisinière accroupie s’efforçait de cuire les plats sur des petits réchauds à pétrole ; l’eau peu potable était amenée du village par un char à bœufs qui ne pouvait assurer que trois rotations par jour ; les douches étaient froides et rares, et on était condamné à boire du vin ; l’électricité était balbutiante, et par les pluies d’orage il fallait disposer savamment les lits pour rester au sec. Et pourtant on était heureux d’être ensemble et  le banquet de fin de fouilles avec les chants polyphoniques des ouvriers dans le cloitre du monastère donnait le sentiment qu’Apollonia, pourtant abandonnée à la fin du IVe siècle, n’avait cessé de vivre. Je voudrais ici rendre hommage à tous les ouvriers de Pojani et des villages environnants qui d’année en année sont devenus d’excellents fouilleurs, et surtout ont compris, en hommes simples mais sages,  l’importance de leur patrimoine. Ce sont eux qui en 1997, année de la guerre civile dans le pays,   parfois au péril de leur vie, se sont opposés aux bandes mafieuses qui voulaient piller le site. Aujourd’hui certains sont morts ou affaiblis par l’âge,  mais les fils prennent la suite des pères, quand ils ne doivent pas partir en Italie ou en Grèce pour assurer la vie de leur famille.

Aujourd’hui la maison de fouilles dispose de tout le confort moderne ; congélateur, douches chaudes, télévision, internet. Il ne manque que le chauffage l’hiver ou la climatisation l’été ! Les ouvriers n’arrivent plus à pied, avec ce pas lent du paysan attaché à sa terre, mais en mobylette ou en voiture. Je ne suis pas sûr qu’on y ait gagné en convivialité. Les plus beaux moments restent cependant la contemplation des soleils couchants depuis la terrasse de la maison ouvrant sur l’Adriatique, tandis que la silhouette de l’unique colonne du temple de Shtyllas marquant l’emplacement du port, s’estompe peu à peu dans le crépuscule, ou, couché sur le sol pour y trouver un peu de fraicheur,  la contemplation de la voie lactée d’une extraordinaire luminosité dans le silence d’une nuit traversé seulement par le cri du vieil hibou qui a élu demeure dans les combles de la maison. Malheureusement bientôt une autoroute va déchirer la plaine à quelques centaines de mètres du site ;  le grondement sourd des véhicules couvrira le cri du hibou, et la lumière des phares obscurcira la clarté des étoiles. C’est sans doute le prix à payer pour parachever le développement économique du pays et son entrée dans l’Europe, mais il me plait de rêver que cela n’arrivera qu’au terme des quelques années qui me séparent de la retraite. »

Jean-Luc Lamboley