Drôles de stagiaires!

Ces derniers temps, vous avez peut-être croisé à la MOM une bibliothécaire coincée, un archéologue paumé et un pharaon ressuscité d’entre les morts…

Nous sommes en réalité trois stagiaires venus des lointaines montagnes de l’Isère pour un projet de réorganisation du fonds de périodiques.

Il y a tout d’abord « Maxenkhaton » qui s’occupe de la réserve n°6. Il recense les exemplaires et les trésors de cette salle obscure pleine de poussière … et de bestioles dans les murs !

Puis vient « Simon Jones » chargé du métrage des rayons du 5e étage. Attention : son mètre est un véritable fouet !

Une lecture originale!
Une lecture originale!

Enfin il y a « Lydie-Blanc-sec » qui déménage sur son ordinateur. Avec elle rien ne passe à la trappe, et tous les liens de vos périodiques préférés seront sur Koha.

Mais surtout … nous tenons à remercier l’ensemble du personnel de la bibliothèque pour tous les bons moments, et les bons conseils. Vous les connaissez peut-être, il y a :

  • Nina et son sourire chaleureux, même dans les caves de la MOM
  • Marie, la championne du récolement
  • Geneviève, la coordinatrice des pique-niques
  • Véronique, la spécialiste des Reinach
  • Manue et ses chaussons à la rhubarbe
  • Franck et sa French touch
  • Magali et son lama royal de Colombie
  • Hugues, le Sherlock Holmes des périodiques perdus
  • Bruno, le grand artiste, qui a su transformer une cruche en martien
  • Issam et ses conseils pour l’équipement des livres
  • Eve la secrétaire des échanges aux longs cheveux bruns
L'oiseau chypriote
L’oiseau chypriote

Amour et sexualité en islam : une bibliographie

Image_1

Rigueur morale, pudibonderie, misogynie, machisme, conformisme social, conservatisme politique, fondamentalisme religieux, violence, le tout plus ou moins institutionnalisé par les Etats, voilà ce que l’on retient malheureusement des sociétés musulmanes contemporaines.
Il n’est donc pas inutile de rappeler la place que cette civilisation a accordée jadis aux questions de l’amour et de la sexualité par le biais notamment de sa littérature courtoise et érotique. Cette riche et ancienne tradition (arabe, persane, turque…) vouait un culte au corps, à la satisfaction des désirs, à la jouissance, au souci de soi, certes le plus souvent dans le strict cadre des recommandations coraniques mais avec une liberté de ton sans égale à l’époque.
On pense bien sûr aux Milles et une nuits, aux traités sur l’amour d’Umar Ibn Abî Rabi’a (644-719), d’Abû Nawas (757-815), d’al-Jahîz (776-867), d’Ibn Hazm (994-1063), d’Ibn `Arabî (1165-1240), d’al-Jawziyya (1292-1350), aux traités d’érotologie du moyen-âge tardif… Tout un art du plaisir a marqué la culture arabo-musulmane médiévale et pré-moderne.
Afin de faire le point et d’analyser (et pourquoi pas faire revivre) cet art d’aimer (homosexualité comprise) qui a été progressivement marginalisé et semble-t-il évincé du champ socio-culturel islamique contemporain, nous vous proposons une bibliographie thématique non-exhaustive d’ouvrages et d’articles français et étrangers dont une grande partie d’entre eux est localisée à la bibliothèque de la MOM.
Cette bibliographie est découpée, pour des raisons pratiques, en trois parties. La première partie propose une sélection d’ouvrages et d’articles ayant une approche historico-littéraire de la sexualité en islam : anthologies de textes érotiques, traités d’érotologie, études historiques des pratiques sexuelles…
La deuxième partie présente des références bibliographiques qui abordent la thématique de manière plus « sociologique » et contemporaine.
La dernière partie met en évidence quelques références qui proposent une lecture plus psychologique de l’éros islamique.
Les références bibliographiques sont parfois accompagnées de la cote MOM de l’ouvrage (en vert) et/ou d’un ou plusieurs liens vers des ressources Internet (compte rendu de l’ouvrage, article de presse, interview, consultation en ligne…).

La bibliographie est ici :

Amour et sexualité en islam

Journée d’étude IST – InSHS

logoist-shs

Le 21 novembre dernier une partie du personnel d’accompagnement de la recherche de la MOM était à Paris afin de participer à la journée nationale de la BAP F de l’InSHS. Cette journée d’étude avait pour vocation de rassembler l’ensemble des professionnels de la documentation, de l’édition et de la communication, travaillant au sein des unités de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales du CNRS.

Dans ce cadre, les activités mises en œuvre à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée ont servi d’exemples pour illustrer la manière dont les professionnels de l’information scientifique et technique (IST) travaillent en étroite collaboration avec les chercheurs.

Le programme, le compte-rendu et les supports de présentation des intervenants sont disponibles sur le site des correspondants IST-SHS : http://corist-shs.cnrs.fr/journeeBAPF2014

Bibliographie CAPES-Agrégation 2014-2015 : histoire ancienne

La nouvelle question d’histoire ancienne au programme 2014-2015 du CAPES et de l’agrégation d’histoire  – Le monde romain de 70 av. J.-C. à 70 ap. J.-C. – concerne une partie des fonds de la bibliothèque de la MOM.

Nous vous proposons une bibliographie sélective des documents dans nos fonds, établie à partir de la bibliographie de Virginie Hollard et Robinson Baudry. Elle reprend la même hiérarchie tout en signalant les ouvrages que vous pourrez consulter et/ou emprunter.

A chaque référence bibliographique est associée le domaine de référence, la cote. Ainsi, HCL renvoie au fonds d’Histoire classique au 3° étage, REF au fonds de Références générales au 2/3 étage, Périodique au fonds situé au 5° étage…

Nous avons signalé où trouver les ouvrages absents des collections de la MOM.

La bibliographie étant très longue nous vous proposons de la consulter ou de la télécharger ici .

 

 

Rendez-vous à la table ronde « Publier en Libre Accès », Lyon, 17 octobre

je_soutiens_petitDans le cadre de la septième édition de la semaine internationale du Libre Accès « Open Access Week », les Universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et la Bibliothèque Diderot organisent à Lyon une table ronde sur la thématique suivante : « Publier en Libre Accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ? »

Cette table ronde qui aura lieu dans la salle des colloques à l’Université Lumière Lyon 2 au 18, quai Claude Bernard  de 9 h à 12 h 30 sera animée par Eric Verdeil, chercheur au CNRS et bien connu des inconditionnels du libre accès.

Les doctorants et jeunes chercheurs sont particulièrement attendus car cette année, le thème de l’édition au niveau international est «  Generation Open ».

Depuis quelques années déjà, « l’open access » est incontestablement un mouvement en marche et pourtant méconnu de certains qui se posent encore des questions. Des acteurs du monde des Archives Ouvertes en France seront présents comme le CCSD qui dévoilera les secrets des nouvelles fonctionnalités de la dernière version de Hal, l’INRIA qui parlera du lancement des épi-journaux. L’Université de Grenoble nous présentera son expérience de portail HAL, le vice-président Recherche de l’Université de Lyon 3 abordera les enjeux et opportunités du libre accès pour un établissement scientifique et universitaire. Des chercheurs venant d’horizons divers et adeptes de l’open access feront des retours d’expérience sur leurs pratiques.

oa1Dès l’après-midi et toute la semaine suivante, des ateliers d’initiation au dépôt dans HAL seront proposés par les organisateurs de cette table ronde.

A l’issue de cette journée où la communauté scientifique lyonnaise partagera ses connaissances et ses expériences, les novices en la matière en sauront plus sur les bénéfices du libre accès. La Bibliothèque de la MOM est partenaire de cette journée et espère contribuer ainsi à la promotion du libre accès.

Pour ceux qui ne pourraient assister à la journée, vous la retrouverez sur You Tube

Geneviève Peyres

Le don de la famille Azim

La bibliothèque enrichit ses collections chaque année par des acquisitions, des échanges de publications et des dons de documents.

Parmi nos grands donateurs, nous pouvons citer entre autres d’éminents chercheurs  et enseignants, qui à leur mort ont souhaité léguer leurs bibliothèques privées : Henri Metzger, Pierre Wuilleumier, Stéphanie Boucher, Salomon Reinach, Antoine Bon, Francis Hours, Victor Loret, Fernand Courby,…

A l’occasion de la journée d’étude du 11 octobre 2014, nous souhaitons remercier M. Michel Azim, ainsi que sa famille pour le don de l’intégralité de sa bibliothèque.

M. Michel Azim (1942-2013) était architecte-archéologue. Ses travaux ont notamment portés sur les fouilles de Karnak. Sa bibliothèque se composait d’environ 2 000 documents, dont des ouvrages, des revues, des tirés-à-part,… Cette collection vient compléter le fonds d’égyptologie (EGY), mais également le fonds Monde arabo-musulman (BAB) de la bibliothèque de la MOM.

Vous pourrez retrouver ces ouvrages dans notre catalogue de bibliothèque et très bientôt dans nos rayons.

Vous pouvez dès aujourd’hui consulter des publications de M. Azim à la bibliothèque de la MOM, dont :

Karnak dans l’objectif de Georges Legrain : catalogue raisonné des archives photographiques du premier directeur des travaux de Karnak de 1895 à 1917, Vol. 1. Et 2 / Michel Azim et Gérard Réveillac ; préf. de Jean Leclant Publication : Paris : CNRS – CRA Unité de publication, 2004 ; EGY DT73.L6.K4. L4 2004

Karnak et sa topographie, vol. 1. les relevés modernes du temple d’Amon-Rê, 1967-1984 / Michel Azim, Fridrik Bjarnason, Patrick Deleuze et al. Publication : Paris : CNRS Editions, 1998 ; EGY DT73.L6.K4. K3 1998

Karnak et sa topographie, Volume 2. Les relevés anciens du temple d’Amon-Rê de 1589 aux années 1820 / Michel Azim Publication : Paris : CNRS éd., impr. 2012 ; cote EGY DT73.L6.K4. A9 2012

Inventaire de la collection M. Pillet : (archives égyptologiques de Maurice Pillet) / Michel Azim Publication : Valbonne : Centre de recherches archéologiques, 1999 ; EGY Z3654. P5 1999

Karnak avant la XVIIIe dynastie : contribution à l’étude des vestiges en brique crue des premiers temples d’Amon-Rê / Guillaume Charloux, Romain Mensan ; avec deux articles de Michel Azim et Antoine Garric. Publication : Paris : Soleb, 2012 ; cote EGY DT73.L6.K4. C3 2012

Le Temple de Deir Chelouit, 4. Etude architecturale / Christiane M. Zivie, Michel Azim, Patrick Deleuze, Jean-Claude Golvin Publication : Le Caire : Inst. français d’archéologie orientale, 1992 ; EGY DT73.L6.D48. Z5 1992

Mélanges offerts à Jean Vercoutter / contributions de W. Y. Adams, A. Azim, B. Boyaval…[et al.] Publication : Paris : Ed. Recherche sur les civilisations, 1985 ; EGY DT60.8. V4 1985

Trésors d’Egypte : la cachette de Karnak, 1904-2004 [ Exposition] / [catalogue] sous la dir. de Jean-Claude Goyon et Christine Cardin ; avec la collab. de Michel Azim et Gihane Zaki Publication : Paris : Musée Dauphinois, 2004 ; cote EGY N5353.F7. G7 2004

Causing his name to live : studies in Egyptian epigraphy and history in memory of William J. Murnane  / The University of Memphis, Department of history ; [Contributors :] James P. Allen, Michel Azim & Vincent Rondot, … [et al.] : [Memphis] : University of Memphis, Department of history, [2007] ; cote EGY DT60.8. M81 2007

La MOM était à l’IFLA !

Mais l’IFLA, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et des bibliothèques. Elle est le porte-parole au niveau mondial des intérêts de notre profession et regroupe à ce jour plus de 1500 membres (associations, institutions et individus) provenant de 150 pays du monde entier.

Chaque année, l’IFLA organise un congrès international rassemblant des professionnels de tout pays et de tout type d’institution. Cette année, ce congrès a eu lieu à Lyon à la Cité Internationale du 15 au 22 août. Il avait pour thématique : « Libraries, Citizens, Societies: Confluence for Knowledge ». Environ 4000 congressistes ont participé à l’événement, c’est un record dans l’histoire de l’IFLA ! Près de 330 volontaires, bibliothécaires et documentalistes, sont venus aider toute la semaine à l’accueil des participants et à  l’organisation des nombreuses activités : conférences, salon professionnel,  allée de posters, animations culturelles, visites de bibliothèques, etc.

10461370_10204793463625900_45807675918872025_n

L’ambiance était au beau fixe toute la semaine malgré un emploi du temps chargé. Le plus difficile étant encore de faire son choix parmi les quelques dizaines de conférences par jour ! De l’e-book au livre rare, du data-mining en SHS à l’accompagnement personnalisé du lecteur dans les bibliothèques spécialisées sur le changement social, du rôle de l’information dans la production agricole et la sécurité alimentaire aux nouveaux services en direction des enfants et jeunes adultes, en passant par le web sémantique, l’open access, le FRBR, le droit d’auteur à l’ère numérique, etc. je vous mets au défi de trouver une thématique manquante sur les sciences de l’information ! Continuer la lecture de La MOM était à l’IFLA !

Bibliographie CAPES-Agrégation 2015-2016 : histoire médiévale

La nouvelle question d’histoire médiévale au programme des sessions 2015-2016 du concours externe du CAPES et de l’agrégation d’histoire – Gouverner en Islam entre le Xe siècle et le XVe siècle (Iraq jusqu’en 1258, Syrie, Hedjaz, Yémen, Egypte, Maghreb et Al-Andalus – concerne tout particulièrement les fonds de la bibliothèque de la MOM.

En effet, la grande majorité des ouvrages et des articles mentionnés dans la bibliographie officielle sont disponibles (au moins en consultation) parmi les collections du fonds BAB (Monde arabo-musulman au 1er étage de la bibliothèque), et dans une moindre mesure en REF (références générales au 2/3 étage). D’autres documents, notamment les articles de revues, sont plutôt localisés à l’étage des périodiques (fonds PER). Chaque référence bibliographique est suivie d’une cote lorsque le document est présent à la bibliothèque. Quand l’ouvrage ou l’article est accessible en ligne, un lien vers la ressource est proposé.

La bibliothèque s’efforcera d’acquérir, sous réserve de leur disponibilité chez les éditeurs, les ouvrages au programme qu’elle ne possède pas. En attendant, nous avons signalé dans la bibliographie où trouver les ouvrages absents des collections de la MOM quand ceux-ci sont localisés dans une des bibliothèques universitaires lyonnaises.

Varka_i_Golshah

Outils de travail

1. Kennedy Hugh (éd.), An Historical Atlas of Islam / Atlas historique de l’Islam, Leyde, 2001.- REF G1786.I7. H5 2002 ou en ligne (Bibliothèque Diderot de Lyon).

2. Riley-Smith Jonathan, Atlas des croisades, Paris, 1996.- REF AC25.A78. R5 1996.

3. Encyclopédie de l’Islam (Leyde/Boston, 1960-2005), 11 vol., Abrév ; EI2BAB DS35.53. EncIsl ou en ligne (Bibliothèque Diderot de Lyon).

4. Sourdel Dominique et Janine, Dictionnaire historique de l’Islam, Paris, 1996.- BAB DS35.53. S6 1996.

5. Encyclopédie berbère, Aix-en-Provence, 1984-2013.- BAB DT193.B45. E59 ou en ligne.

6. Mantran, Robert  (dir.), Les grandes dates de l’Islam, Paris, 1990. – Cet ouvrage se trouve à la BU de Bron ou à la Bibliothèque Diderot de Lyon. Continuer la lecture de Bibliographie CAPES-Agrégation 2015-2016 : histoire médiévale

On prend la clé des champs ?

Enfin, l’été est arrivé et avec lui la fin de l’année universitaire ! Comme chaque année à cette époque, vous nous quitterez pour rejoindre vos chantiers de fouilles ou vous aérer un peu l’esprit.

Pour les plus motivés d’entre vous, la bibliothèque restera ouverte jusqu’au mercredi 23 juillet à 13h.

Du lundi 30 juin au mercredi 23 juillet, vous pourrez venir travailler le matin entre 9h et 13h. Nous fermerons l’après-midi.

L’accueil de la bibliothèque sera fermé du 24 juillet au 29 août inclus.

Pour ceux qui bénéficient d’un accès « horaires élargis », les lundi 21, mardi 22 et mercredi 23 juillet, il vous faudra quitter les locaux avant 19h. Ce sera l’occasion de profiter un peu du soleil ! Jeudi 21 et vendredi 22 août, les locaux vous seront à nouveau accessibles jusqu’à 17h30. Lundi 25 août, les accès 8h-20h seront rétablis normalement.

Pour ceux qui ne bénéficient pas de l’accès « horaires élargis », nous vous accueillerons à nouveau le matin de 9h à 13h du 1er au 12 septembre.

A partir du 15 septembre, nous reprendrons notre rythme habituel.

Pour les doctorants qui le souhaitent, nous autorisons un prêt de 10 ouvrages à partir du 16 juillet et pour toute la durée des vacances, à rendre avant le 5 septembre.

Toute l’équipe de la bibliothèque vous souhaite un bel été !

En post-scriptum, un petit récapitulatif sous forme de tableaux des accès et dates d’ouverture de la bibliothèque…

Dates et horaires d’ouverture estivaux

Ouverture partielle Du lundi 30 juin au 23 juillet de 9h à 13h
Fermeture de l’accueil Du jeudi 24 juillet au vendredi 29 août
Ouverture partielle Du lundi 1er au vendredi 12 septembre de 9h à 13h
Horaires habituels A partir du 15 septembre

 

Accès pour les titulaires des cartes « horaires élargis »

Lundi 21, mardi 22 et mercredi 23 juillet Accès de 8h à 19h
Du jeudi 24 juillet au mercredi 20 août Aucun accès
Jeudi 21 et vendredi 22 août Accès de 8h à 17h30
A partir du 25 août Rétablissement de l’accès de 8h à 20h

© photo : Thomas Cuelo

A Amsterdam, il y a Dieu, il y les Dames, y a des vélos et y a des trams… et il y a l’OBA

Amsterdam 101 - OBAEn visite touristique et culturelle à Amsterdam ce mois-ci, j’en ai profité pour découvrir la grande bibliothèque connue sous le nom d’OBA ou OpenBare Bibliotheek d’Amsterdam. Elle est située à juste quelques minutes à pied de la vieille ville et Amsterdam 205 - OBA Bibliotheekde la gare centrale sur l’île d’Oosterdok au bord des canaux.

Inaugurée en 2007, la plus grande bibliothèque des Pays-Bas a été créée parl’architecte Jo Coenen. Je vous assure qu’elle est vraiment digne d’une visite au même titre que le Musée Van Gogh ou le Rijksmuseum qui sont les destinations prisées des touristes.

Architecturalement parlant, c’est un bâtiment moderne spacieux, très lumineux fait de béton, de bois et de verre. Il offre un espace incroyablement vaste de 28.000 m2 sur 10 étages et sur environ 25 kms de rayonnages (dont 8 kms en accès libre).

J’ai été Amsterdam 216 - OBA Bibliotheekagréablement surprise par ses étagères circulaires, son espace jeunesse qui invite aux jeux (cabanes, toboggans au milieu des livres), son nombre incroyable d’ordinateurs dernier cri mis à disposition du publicgratuitement (plus de 500 PC), ses 8 automates de prêt,ses sept bureaux d’information très design.  Le dernier étage offre une vue panoramique imprenable sur la vieille ville, le centre d’animation scientifique Nemo et les canaux. Il est également agrémenté d’un restaurant « La Plage » aux couleurs et saveurs du monde.

La bibliothèque qui est à la tête d’un réseau de 26 bibliothèques est ouverte de 10 à 22 heures tous les jours de la semaine y comAmsterdam 91 - Nemopris le dimanche. Plus de 5000 visiteurs arpentent ses étages chaque jour et 120 personnes y travaillent par roulement de trois équipes mais seulement l’encadrement qui met en place des projets occupe des bureaux. Ceux qui sont en contact avec le public « front office »  n’ont pas de bureaux propres. Cette bibliothèque publique connaît un véritable engouement puisque seulement 7 mois après son ouverture, le chiffre du million de visiteurs était déjà atteint, ce qui est incroyable pour une bibliothèque. L’OBA est ouvert à tous, même les visiteurs de passage. Amsterdam 218 - OBA Bibliotheek

L’inscAmsterdam 124 - Jordaanription est gratuite jusqu’à 19 ans, sinon cela coûte 25 € si vous avez entre 19 et 22 ans et 35 € ensuite.

Autres curiosités, il y a un parking vélo de plus de 2000 places mais n’oublions pas que nous sommes à Amsterdam la ville où la petite reine occupe une place de choix. A l’entrée on peut être accueilli par quelques notes de musique vu qu’un piano est mis à disposition du public mélomane. J’ai beaucoup aimé les bornes pour écouter de la musique (sièges faits de pochettes de disques 33tours).

cdOn y trouve des salles d’exposition, des salles de réunions, environ 1000 places assises, un théâtre, une salle de conférences. Rien d’étonnant à cela car  l’OBA a été conçue comme une « invitation à explorer le lieu et à y rester ». J’ai été étonnée par le nombre incroyable de CD et DVD de films internationaux disponibles (4 ou 5 copies par titre). Les disques sont dans des boîtiers équipés d’une puce RFID. Le budget de fonctionnement s’élève à plus de 12 000 000 € dont la moitié est consacrée aux dépenses de personnel.

J’ai vraiment été séduite par l’atmosphère qui se dégage de ce lieu ouvert sur la vielle ville. Je ne peux que vous inviter à parcourir ses espaces  et à l’ajouter aux plaisirs culturels de cette riche et belle ville qu’est Amsterdam.

 Amsterdam 224 - OBA BibliotheekamsterdamAmsterdam 221 - OBA Bibliotheek Photos prises par G. Peyres

Je suis étudiant, j’aime chercher … j’aime surtout trouver !

isidoct-article
Quelques ressources…

Vous avez enfin votre sujet de mémoire ou de thèse. Vous démarrez avec vitalité et entrain votre recherche…

Beaucoup d’entre vous commenceront par taper leur sujet de recherche dans la barre Google de leur navigateur… et rencontreront des succès plutôt limités ! Fini la vie de lycéen, ce que l’on attend de vous maintenant, c’est de la Recherche au sens scientifique du terme, le produit de votre réflexion propre à partir de sources primaires d’information. Il ne s’agit plus de compiler des paragraphes issus de différents sites web aux références plus ou moins fiables.

Vous commencez à vous tourner vers les bibliothèques, les catalogues sont nombreux : Frantiq, Sudoc, KVK, Woldcat,… ils vous renvoient des centaines de réponses… ou aucune selon les cas ! Nos bibliothèques seraient-elles vides ? Ou trop pleines ? Que faire de tous ces livres ? Par où commencer pour établir un état de la question de vos recherches en cours ?

Comment organiser sa recherche documentaire ? Quels mots-clés utiliser ? Ou trouver de nouvelles références ? Continuer la lecture de Je suis étudiant, j’aime chercher … j’aime surtout trouver !

De Mari à Ougarit, Syrie : survivance des outils en pierre taillée à l’âge du Bronze (sites et bibliographie)


RS07Coquegniot-c4b67

A l’occasion de la conférence d’Eric  Coqueugniot qui a eu lieu ce  mercredi 19 février dans le cadre du cycle des conférences Jean Pouilloux-Histoire et Archéologie, j’ai eu envie de vous faire partager la bibliographie établie à partir de nos ouvrages, et qui est disponible à la bibliothèque au 3°étage.

Les documents mentionnés sont tous exposés face à l’accueil.

Bibliographie de la conférence

Ce travail a pour but de vous présenter quelques informations autour de la thématique tout en élargissant avec quelques pistes que chacun pourra approfondir à sa guise.

Eric Coqueugniot est archéologue, lithicien, directeur de la revue « Paléorient » et directeur de  la fouille de Dja’dé en Syrie. Il est par ailleurs co-responsable du séminaire de Préhistoire orientale et occidentale en Master 1 & 2 de l’Université Lumière-Lyon2.  Il est chercheur émérite rattaché au laboratoire Archéorient de la MOM .

Parmi ses travaux en cours : l’étude des industries lithiques du Ve au IIe millénaire av. J.-C.: Abu Hamid (Jordanie), Güvercinkayasi (Turquie), Mari (Syrie), prospection Marges Arides (Syrie), Tell Arqa (Liban), Malia (Crète) …

Syrie-Ebla-Ugarit-Mari
Situation géographique – Cop.Google

Continuer la lecture de De Mari à Ougarit, Syrie : survivance des outils en pierre taillée à l’âge du Bronze (sites et bibliographie)

Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

DIGIMOM, le site de consultation d’ouvrages numérisés en accès libre de la bibliothèque de la MOM s’est enrichi, en 2013, de treize nouveaux volumes. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu des ouvrages mis en ligne. Ces monographies sont consultables en mode image ou téléchargeables au format PDF intégrant la recherche en texte intégral.

 

imagePlanche tirée du traité des arts céramiques d’A. Brongniart.

  Continuer la lecture de Treize nouveaux volumes numérisés en consultation sur DIGIMOM

Les catalogues des ventes numismatiques, de précieux outils de recherche

Dans le cadre d’une thèse consacrée à une « approche numismatique du début de la crise du IIIe siècle (238-253 ap. J.-C.) », Thomas Bardin, doctorant du laboratoire Hisoma, s’est interrogé sur la pertinence de son corpus monétaire. Pour constituer  celui-ci, il a choisi de ne pas se limiter aux fonds muséaux ou archéologiques mais s’attèle également aux collections privées. Pour ce faire, les catalogues de ventes en numismatique forment des ressources précieuses. Il a bien voulu nous expliquer ici sa démarche et, de surcroit, pour faciliter la tâche de ceux qui le suivront dans ce type de recherche, il a effectué un recensement des catalogues conservés à la bibliothèque du CEROR, et ceux  disponibles à la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Ces fonds documentaires rassemblés comptent près de 750 catalogues datant des années 1970 jusqu’à nos jours. Les catalogues en libre accès à la bibliothèque du CEROR, estimés à 300 exemplaires environ, ont été donnés par Michel Debidour, historien et archéologue, enseignant à l’Université Lyon 3. Les quelques 450 exemplaires réunis dans les réserves de la bibliothèque de la MOM ont été collectés au fil des ans et des donations ponctuelles des chercheurs. Des maisons de vente spécialisées, telle la Numismatik Lanz Müchen, transmettent régulièrement, chaque année, leur catalogue de vente à la bibliothèque. Ces différentes acquisitions ont contribué, et contribuent encore aujourd’hui, au développement d’une collection qui gagne en cohérence.

Cet article est également publié sur le carnet de recherche de Thomas Bardin, Moneta :  http://moneta.hypotheses.org/

 

Une source historique de premier ordre :

C’est en quelque sorte la partie immergée du réservoir d’antiquités et de monnaies circulant dans le monde depuis des décennies. Antiquités et monnaies anciennes ont toujours été des objets de collection intéressant les amateurs privés, du fait de leur esthétique d’une part, et de leur abondance relative d’autre part.  Ignorer les monnaies de collection privées au seul profit des collections publiques serait un choix pratique valable, mais un non sens scientifique. Un corpus de recherche exhaustif ne peut pas s’arrêter aux seuls fonds muséaux ou archéologiques de caractère public. Une grande partie du matériel se trouve dans des mains privées, et n’est accessible au chercheur qu’en de très brefs instants : son passage en vente publique, qui fait généralement l’objet d’un catalogue et donc d’une description, parfois l’unique occasion de « capter » l’objet pour la recherche, avant sa disparition définitive ou cyclique (les monnaies en or romaines réapparaissent par exemple régulièrement en vente au fil des générations). Le rassemblement des catalogues des grandes maisons de ventes permet ainsi d’archiver tout ce matériel paru dans les ventes publiques, souvent très bien illustré, décrit et expertisé.1

Cet usage historique des ventes s’applique essentiellement à la recherche de fonds visant l’établissement de typologies : il s’agit de mettre en évidence toutes les variétés d’un monnayage, de chercher les curiosités et raretés, de les identifier et les mettre en série. Il s’agit d’une démarche bien différente de l’étude des monnaies de fouilles : il n’est d’abord pas possible d’examiner en main propre le matériel décrit, et ensuite il s’agit de pièces de bonne conservation recherchées par les collectionneurs pour leur valeur esthétique et historique, ainsi que leur rareté. Il s’agit donc d’un matériel bien différent des monnaies de fouilles exhumées quotidiennement et révélant généralement des monnayages courants déjà abondamment documentés.

L’étude précise de portions de monnayages, au-delà de l’identification des types, s’intéresse aux quantifications d’une part, mais également à  la recherche de liaisons de coins entre les monnaies, marque de contemporanéité entre celles-ci afin de mettre en évidence la structure des émissions monétaires étudiées : dans ce cas, un maximum d’exemplaires examinés est souhaitable. Or aucune collection publique ne dispose de collection exhaustive pour ces monnayages : c’est pourquoi l’enquête numismatique doit s’étendre chaque fois que cela est possible et utile, aux collections et ventes privées. Il existe par exemple au moins autant de monnaies d’or décrites dans ces catalogues que dans l’ensemble des collections publiques réunies, et pour la plupart non publiées.

Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2 : Le corpus : son contour, ses limites et sa cohérence, 2014, à paraître.
Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2, 2014, à paraître.

Une collection inédite en région.

Ces ouvrages ou livrets sont d’abord des catalogues marchands. De fait, leur présence au sein des bibliothèques ne va pas de soi. Pour cette raison, le chercheur ne dispose que des bibliothèques spécialisées attachées aux départements de monnaies et médailles des musées, ou bien des collections privées – on ferme la boucle – des vendeurs et numismates indépendants. Seule la bibliothèque du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France a entrepris un archivage systématique des ventes numismatiques internationales et nationales en France. La consultation de certains catalogues est également possible au Médaillier de Lyon : mais il s’agit en grande partie de catalogues adressés à titre privé au conservateur par les marchands, et non d’un fonds appartenant à l’institution. La documentation reste donc éclatée et lacunaire, et pour cette raison ignorée ou délaissée. Les fonds actuellement conservés à la bibliothèque de la MOM et à la bibliothèque du CEROR représentent près de 800 ventes de monnaies grecques et romaines, parmi lesquelles figurent des maisons prestigieuses de référence, constituant une archive inédite en région, désormais accessible au plus grand nombre. Une partie des séries incomplètement conservées se trouve par ailleurs accessible en ligne via des moteurs de recherches spécialisés dans la compilation de ces ventes en ligne ou directement via les archives en ligne de grandes maisons de vente.

Aureus de Gordien III paru chez Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, Auktion 73, 17.05.2004, lot 830 puis de nouveau dans Auction 76, 17.10.2005, lot 607. 3e exemplaire connu pour ce type. © 2010-2014 mcsearch.info

 

 

  1. François de callatay, « Un problème de documentation en numismatique antique : les catalogues de ventes », Histoire et Mesures, 5.3-4, 1990, p. 259-269 []

#IdNum2013 : les points clés !

Depuis 10 jours déjà, plusieurs articles sur la rencontre « Identité numérique et visibilité du chercheur sur le web » ont été publiés : quelques exemples ici, là,par ici, et encore par là.

Parmi les nombreux échanges et présentations qui ont eu lieu, 4 points nous ont semblé essentiels à retenir…

identitenumeriqueweb1. Academia versus ResearchGate ?

Les membres de ResearchGate sont plus nombreux, mais la communauté SHS est plus importante sur Academia.edu.  Si vous travaillez sur des programmes de recherche interdisciplinaires, ResearchGate vous ouvrira plus de portes.  Si vos recherches sont strictement focalisées sur les SHS, utilisez plutôt Academia.edu.

2. Les réseaux sociaux : comment éviter de perdre la maîtrise de ses droits en 1 clic ?

Les réseaux sociaux scientifiques sont très utiles pour faire connaitre vos recherches. Mais il est vivement déconseillé de télécharger vos articles sur ces sites : vous perdez sans le savoir la maîtrise de vos données qui peuvent ensuite être transférées ou commercialisées, notamment par Academia.edu.

Privilégiez le dépôt dans HAL et citez seulement les liens hypertextes sur les réseaux. Vous protégez ainsi vos données et valorisez votre laboratoire.

3. Facebook n’est pas un réseau scientifique, MAIS…

C’est un outil de diffusion quasiment incontournable. Il serait dommage de s’en priver. La majorité des personnes qui consultent un article de blog ou de revue en ligne a suivi un lien sur Facebook.

4. Toujours en débat…

Avec l’évolution de l’environnement numérique et l’explosion des données sur le web, comment s’articule la communication traditionnelle et institutionnelle des laboratoires avec celle des individus-chercheurs ? 

 

Carnet de la bibliothèque de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée