Archives de catégorie : Ressources en ligne

Bibliographie : La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments

A l’occasion de la conférence « La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments» donnée le 24 octobre 2012, dans la cadre des Conférences du Cycle Jean Pouilloux, Histoire et Archéologie, par M. Jean-Michel Mouton, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE – Paris), la bibliothèque de la MOM vous propose une sélection d’ouvrages et d’articles disponibles, en grande partie, dans ses collections.

Podcast de la conférence de Jean-Michel Mouton ici

Bibliographie sélective et localisation des ouvrages et d’articles à la bibliothèque de la MOM :

Bianquis, Thierry
Damas et la Syrie sous la domination fatimide (369-468/969-1076) : essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales / Thierry Bianquis. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1986. – 2 vol., XXII-387-413 p.; 25 cm
Bibliogr. p. 706-740. Index p. 745-793.
BAB   DS97.3. B41 1986

Berthier, Sophie, El-Ajji, Edmond. Directeurs de la publication
Etudes et travaux à la citadelle de Damas : 2000-2001 : un premier bilan / sous la direction de S. Berthier et E. El-Ajji. – Damas : Institut français de Damas, 2002. – 170  p. : ill. en noir; 28 cm.
Titre de couverture : Citadelle de Damas. – Bibliogr. – ISBN 2-901315-73-9.
In : Bulletin d’études orientales – Supplément- 2001-2002 – 53-54.

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).-ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Degeorge, Gérard
Damas : perle et reine d’orient / Gérard Degeorge. – Paris : Flammarion, 2005. – 320 p. : ill. en noir et en coul.; 32 cm. – (Patrimoine & civilisation).
Gloss. p. 312. Bibliogr. p. 313-314. Index p. 315-318. – ISBN 2-08-011090-X.
BAB   DS99.D3. D4 2005

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).- ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Écochard, Michel (1905−1985), Le Cœur, Claude (1906−1999)
Les bains de Damas : monographies architecturales / Par Michel Écochard et Claude Le Cœur. – Beyrouth : Institut Français de Damas, 1941-1942. – 2 vol., 57 p. : ill. ; 33 cm. (Institut Français de Damas ; 1).
Tome 1
Tome 2

Flood, Finbarr Barry
The Great Mosque of Damascus : studies on the making of an Umayyad Visual Culture / by Finbarr Barry Flood. – Leide : E. J. Brill, 2001; Boston; Cologne. – XX-330 p. -[33]p. de pl. : ill. en noir; 25 cm. – (Islamic History and Civilization. Studies and Texts ; 33).
Bibliogr. p.255-318 -Index p.319-330. – ISBN 90-04-11638-9
BAB   NA5989.7.D2. F55 2001

Hanisch, Hanspeter
Die Ayyûbidischen Toranlagen der Zitadelle von Damaskus : ein Beitrag zur Kenntnis des mittelalterlichen Festungsbauwesens in Syrien / von Hanspeter Hanisch. – Wiesbaden : L. Reichert, 1996. – XIV-168 p.: ill.; 24 cm.
Bibliogr. p.XIII-XIV. Index p.137-138. – ISBN 3-88226-886-7.
BAB   NA1489.7.D3. H3 1996

Le Tourneau, Roger. (1907-1971)
Damas de 1075 à 1154 : traduction annotée d’un fragment de l’Histoire de Damas d’Ibn al-Qalânisî / Roger Le Tourneau. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1952. – XXI-376 p. : ill.; 25 cm.
BAB   DS99.D3. L4 1952

Mouton, Jean-Michel
Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154) : vie politique et religieuse / Jean-Michel Mouton. – Le Caire : Institut Français d’Archéologie Orientale, 1994. – 418 p.; 28 cm. – (Textes arabes et études islamiques ; 33).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7247-0149-6 ;
BAB   DS35.42. T4 vol.33

Pouzet, Louis
Damas au VIIe/XIIIe siècle : vie et structures religieuses d’une métropole islamique / Par Louis Pouzet. – Beyrouth : Dar el-Machreq, 1991. – 528 p.; 25 cm. – (Recherches. Série A, Langue arabe et pensée islamique ; 15).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7214-6004-8 ;
BAB   DS99.D3. P6 1991

Sack, Dorothée
Damaskus : Entwicklung und Struktur einer Orientalisch-Islamischen Stadt / Dorothée Sack. – Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1989. – XIII-142 p.-32 p.de pl.: ill.; 32 cm + 12 cartes. – (Damaszener Forschungen ; 1).
Bibliogr., index. – ISBN 3-8053-0977-5.
BAB   DS99.D3. S3 1989

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Les Monuments historiques de Damas / Jean Sauvaget. – Beyrouth : Impr. catholique, 1932. – 116 p. – [6] p. de pl. h.-t. : ill.; 26 cm.
Bibliogr. p. 107-108
Accès à l’ouvrage numérisé.
BAB   NA1489.7.D3. S3 1932.

Sauvaget, Jean. 1901-1950, Directeur de la publication
Les monuments Ayyoubides de Damas / J. Sauvaget, Michel Ecochard, J. Sourdel.- De Boccard, 1938-1950.- 4 vol., [460] p. : ill. ; 31 cm.
Tome 1

Tome 2
Tome 3
Tome 4

Sauvaget, Jean. 1901-1950
La citadelle de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [1-75] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Esquisse d’une histoire de la ville de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [187-258] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Le Plan antique de Damas / J. Sauvaget. – Paris : P. Geuthner, 1949. – P. 315-358 : plans en noir; 29 cm
Extrait de : « Syria », XXVI, fasc. 3-4, 1949, p. 314-358

The Umayyad Mosque in Damascus : Texts and Studies / collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in  collaboration with Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, Johann Wolfgang Goethe University, 2008. – 337 p.-63 p. de pl. : ill.; 25 cm. – (Publications of the Institute for the History of Arabic-Islamic Science. Islamic Architecture; 6)
Comprend : G. Marçais: La Mosquée d’el-Walîd à Damas et son influence sur l’architecture musulmane d’Occident. (1906) ; A.C. Dickie: The Great Mosque of the Omeiyades, Damascus. (1897) ; R.P. Spiers: The Great Mosque of Damascus. (1897) ; R. Dussaud: Le temple de Jupiter Damascénien et ses transformations aux époques chrétienne et musulmane. (1922) ; H. Lammens: Le calife Walîd et le prétendu partage de la Mosquée des Omayyades, à Damas. (1925) ; E. de Lorey, M. van Berchem: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1929) ; E. de Lorey: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1931) ; E. de Lorey: L’hellénisme et l’Orient dans les mosaïques de la Mosquée des Omaiyades. (1934) ; M. van Berchem: Notes archéologiques sur la Mosquée des Omeyyades. (1937-1938) ; M. Canard: L’Empereur Philippe l’Arabe fut-il un des constructeurs du temple de Jupiter Damascénien, future Grande Mosquée de Damas? (1945) ; K.A.C. Creswell: The legend that al-Walîd asked for and obtained help from the Byzantine emperor. A suggested explanation. (1956) ; H.G. Franz: Architekturdarstellungen auf den Mosaiken der Omayyadenmoschee in Damaskus und die frühislamische Baukunst. (1959) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Ishâm fî dirâsat al-Gâmi’ al-umawî bi-Dimasq. 2. Sahn al-Gâmi’. (1963) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Fusaifisâ’ al-Gâmi’ al-umawî. (1960). – ISBN 978-3-8298-9107-3.
BAB   NA380. ISLARC vol.6

Quelques atlas numériques de l’Antiquité sur le Net

Le web est devenu une déclinaison évidente pour de nombreux projets scientifiques notamment ceux à caractère géographique. La présentation et la diffusion des résultats s’en trouvent dès lors facilitées et élargies.

La cartographie en ligne a suivi ce mouvement de démocratisation du savoir d’où le développement récent, dans de nombreuses disciplines, de projets ambitieux d’atlas numériques, de répertoires de lieux et de portails cartographiques à destination d’un large public.

Nous vous proposons ici une sélection, non exhaustive, d’atlas archéologiques et historiques centrés, Maison de l’Orient et de la Méditerranée oblige, sur les temps anciens. Ces atlas nous ont semblé pertinents pour celles et ceux qui travaillent sur ces époques et ces problématiques.

DAAHL : The Digital Archaeological Atlas of the Holy Land

DAAHL est un projet international qui propose un atlas archéologique en ligne de la « Terre-Sainte » (Palestine, Israël, Jordanie, Syrie, Sinaï, Liban, Egypte…).

Des dizaines de milliers de sites archéologiques sont enregistrés dans la base de données du projet. Les sites répertoriés, de la préhistoire au début du XXe siècle – peuvent être accompagnés de cartes, de textes, de photographies ou d’objets archéologiques.

Cette application web est le premier acte d’un projet plus ambitieux qui vise à une cartographie complète des sites archéologiques de la Méditerranée (Mediterranean Archaeological Network – MedArchNet).

Le site DAAHL propose plusieurs possibilités d’accès à l’information archéologique et à la visualisation des sites archéologiques :

Empires : visualisation dynamique des zones géographiques occupées par les différentes dynasties (une vingtaine prédéfinies) qui ont peuplé la « Terre-Sainte » au cours des siècles.
La zone délimitant « l’empire » s’affiche sur une carte satellite de la région avec possibilité de zoomer et de jouer sur le type de présentation (plan, image Google Maps, relief…).
Un texte de présentation historique, avec des illustrations, accompagne la carte de la dynastie choisie.

Archaeological Periods : On peut accéder aux 17000 sites de la base de données du projet par grandes périodes archéologiques (une soixantaine), du paléolithique inférieur à l’époque ottomane.
Une application permet l’animation des sites aux cours des différentes époques. Un texte d’introduction à la « période » accompagne la carte de l’époque sélectionnée.

Shishak’s Campaign : reconstitution animée, à l’aide d’images de Google Earth, de la campagne militaire du pharaon Sheshonq 1er (945-924 av.JC) au Levant.

PEF Maps : superposition d’anciennes cartes de la Palestine Exploration Fund (1870-1880) avec des images de Google Maps pour une présentation interactive des sites archéologiques de la région concernée.

Search Database : interrogation de la base de données par nom de site, par période, par type de site…. Présentation finale des résultats sur une image Google Maps enrichi d’une fiche informative sur le site. Il est aussi possible de visualiser le ou les sites trouvés sur « Google Earth » par l’intermédiaire d’un fichier « .kml » généré lors de la recherche.

Spatial Search : à partir d’une carte Google Maps, possibilité de délimiter, à partir de points, une large zone de recherche des sites archéologiques de DAAHL. L’affichage des résultats se fait sur l’application Google Earth ; cette dernière option ne semble pas fonctionner correctement.

Virtual Museum (en phase d’élaboration) : les concepteurs du site proposeront prochainement la possibilité de voir des objets archéologiques, en 3D et sous toutes les coutures, en lien avec les différents sites référencés dans la base de données du projet.

Un atlas archéologique en ligne à fortes potentialités. A suivre…

DARMC : Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization

Le « DARMC », atlas historique développé par une équipe de chercheurs et d’étudiants de l’Université d’Harvard, propose une représentation cartographique, temporelle et interactive des civilisations des mondes antiques et médiévaux (de l’Empire romain au 16ème siècle).

Les concepteurs du projet ont d’abord matérialisé les informations contenues dans le « Barrington Atlas of Greek and Roman World ». Par la suite, la base de données du DARMC s’est enrichie de nouvelles données puisées à d’autres sources bibliographiques qui ont permis d’élever l’atlas à un plus haut degré de précision et d’élargir les zones et les époques couvertes.
Le DARMC collabore d’ailleurs étroitement avec Pleiades, le répertoire des sites antiques.

La grande variété des données entrées dans la base permet la production de cartes spécifiques, originales et modifiables à l’envi. Il suffit, dans l’onglet « Maps », de sélectionner des critères prédéfinis de types chronologiques (époque romaine, médiévale…), historiques (dynasties, Reconquista, croisades, grande peste…), thématiques (voies de communications, centres urbains, peuplement, diffusion des ordres religieux, ligues commerçantes…) et/ou géographiques (Europe, France, Orient…).

On peut croiser les critères, zoomer sur la carte des résultats ou la déplacer dans les limites de la page web.

Il est aussi possible de saisir directement un nom de lieu à afficher sur le planisphère. Toutes les occurrences de la base, en lien large avec la requête, s’affichent sur la partie gauche de la page (possibilité de modifier ou préciser la recherche) et sont matérialisées, en même temps, sur la carte.

L’atlas DARMC compte s’ouvrir bientôt sur l’Afrique et la Chine.

Corona Atlas of the Middle East

Cet atlas archéologique en ligne du Moyen-Orient (et des régions avoisinantes), conçu par l’University of Arkansas, a été élaboré à partir de photographies satellites, noir et blanc, prises entre 1960 et 1972 par la mission CORONA de surveillance des zones à risque à l’époque de la guerre froide.

Les photographies (188000 d’après les concepteurs du projet) utilisées pour réaliser cet atlas constituent une source d’informations importante pour les archéologues qui travaillent sur les évolutions des sites et des vestiges archéologiques de cette région.
En effet, le développement urbain, les conflits, l’intensification de l’agriculture, la construction de voies de communication et de réseaux d’irrigation ont modifié ou fait disparaitre, ces dernières décennies, des lieux tels qu’ils existaient jusqu’au début des années 70.
Ce projet permet donc de répertorier rétrospectivement des sites perdus, voire d’en découvrir ou d’en redécouvrir d’autres, aujourd’hui, peu ou mal documentés.

On accède aux photographies satellites des sites référencés dans la base de données du projet via le menu déroulant des sites archéologiques de l’onglet « Archaeological Sites » de la fenêtre de navigation, sur la droite de la page.
Une fois le site archéologique sélectionné, l’image satellite correspondante s’affiche. En général, plusieurs photographies CORONA sont liées aux sites. Elles correspondent aux différents passages, au cours des années, du satellite sur la zone. Dans la fenêtre de droite, on peut modifier l’affichage de l’image en sélectionnant/désélectionnant les photographies CORONA mises à contribution. On a la possibilité de télécharger la ou les cartes contenant le site recherché. On peut aussi prendre un « instantané » de la zone étudiée.

Si la carte s’affiche en couleur, c’est qu’il s’agit d’une image « Google Maps » récente de la région. Le curseur de transparence (Corona Transparency Slider) de l’onglet « Tools » de la fenêtre de navigation offre la possibilité, pour une même zone, de passer d’une époque (les années 60-70) à l’autre (aujourd’hui) et de percevoir ainsi les évolutions de l’endroit.
Lorsque le curseur se trouve sur la gauche, les images satellites contemporaines (en couleur) deviennent alors de plus en plus visibles. Mais si on le déplace vers la droite, les photographies CORONA (en noir et blanc) prennent le dessus.

Par ailleurs, en haut à gauche de la page, une zone de saisie permet d’accéder directement aux services de cartographie en ligne « Google Maps ». Les images sont contemporaines et la couverture est mondiale.
D’autres critères permettent d’affiner la recherche ou de modifier l’affichage et la présentation des cartes. On peut aussi zoomer sur les cartes.

A noter qu’il s’agit là d’une version Beta du projet d’où parfois quelques bugs à l’affichage des cartes…

ArchAtlas: Archaeological Atlas Project

ArchAtlas est un projet de cartographie sur le web de sites archéologiques proposé par le « Department of Archaeology » de l’Université de Sheiffied (UK).

Les sites archéologiques référencés (environ 200 pour l’instant) concernent la préhistoire et le début des époques protohistoriques. Les régions privilégiées sont la Méditerranée orientale, le Proche-Orient ancien, l’Asie centrale ; A noter quelques sites en Amérique et en Asie orientale…

La localisation des sites contenus dans le répertoire OpenAtlas se fait par l’intermédiaire soit d’un atlas interactif ou soit d’un moteur de recherche interne, si on connaît le nom du site recherché. Chaque notice de site contient une photo satellite de la zone, un planisphère avec la localisation dudit site et éventuellement un renvoi à un article de la revue numérique « Visual Essays » où il est mentionné.
Certains sites bénéficient d’une présentation plus élaborée (série de photos satellites, images en 3D ou panorama).

Tous les sites archéologiques contenus dans OpenAtlas peuvent être visualisés directement sur Google Earth (fichier .kml) ou Worldwind à condition d’avoir installé, au préalable, les applications nécessaires. On a alors la possibilité de faire le lien, à partir du globe virtuel, avec la notice informative du site dans OpenAtlas et éventuellement avec un article de la revue numérique « Visual Essays ».

Les articles de « Visual Essays » traitent, peu ou prou, de problématiques éditorialisés par les concepteurs du site (diffusion de l’agriculture, routes et échanges commerciaux, développement de l’urbanisme et technique de visualisation des données archéologiques) ; les articles sont richement illustrés avec des images satellites, cartes en 3D, schémas, données issues de la télédétection et des SIG appliqués à l’archéologie…
Cette revue numérique accueille aussi des articles issus d’interventions données lors d’ateliers organisés par le département d’archéologie de l’université de Sheffield.

La base de données s’enrichit régulièrement en nouveaux sites archéologiques récupérés à partir d’autres atlas en ligne (ASPRO, TAY, BMSAG…).

ArchAtlas a aussi en projet une cartographie chronologique et culturelle des sites archéologiques référencés dans son répertoire.

Antiquity à-la-carte

Nous avons affaire ici à une application web interactive de cartographie du Monde antique qui permet la conception et l’édition de cartes personnalisées en fonction de critères prédéfinis.

Ce projet a été conçu par « l’Ancient World Mappinp Center » de « l’University of North Carolina at Chapel Hill».

Une fois l’application lancée, l’écran d’élaboration et de visualisation des cartes se décompose en quatre parties :
A gauche, le panneau des critères de recherche (nom de lieu, type de lieu, époque) et d’affichage des résultats correspondants. Au centre, le fond de carte interactif ; sur le panneau à droite, les paramètres de personnalisation de la carte (calques, critères géographiques, légendes…) et affichage des caractéristiques (nom usuel, nom grec, nom latin, type, période…) des lieux sélectionnés en bas de l’écran.
Chaque partie de l’écran est modulable pour donner plus de place à la carte.

Les résultats de la recherche apparaissent dans la zone « Results ». Il suffit de double-cliquer sur une occurrence pour qu’elle apparaisse sur la carte centrale. Si on clique sur le lieu, on obtient une bulle d’informations (nom du lieu, type de lieu, liens possibles vers Pleiades, Wikipedia et/ou Perseus et coordonnées géographiques). Sur la carte, on peut afficher plusieurs lieux en même temps.

On peut aussi modifier l’aspect de la carte en intervenant sur les menus au-dessus de celle-ci. Avec « Labels », on change la langue (anglais, grec, latin) des noms de lieux. Avec « Time Period(s) », on fait varier les époques chronologiques (Archaic, Classical, Hellenistic, Roman, Late) liées aux sites. Avec « Tools », on peut mesurer la distance entre des localités, les déplacer, en créer de nouvelles, tracer des itinéraires ou de larges zones circonscrites et, enfin, sauvegarder la carte sur laquelle on travaille sous forme d’URL.

L’application propose également l’export de la carte aux formats « .json » (lu par les logiciels de SIG) et « .kml » (visualisable sur Google Earth).

A noter que l’affichage de la carte, lors d’un zoom ou d’un repositionnement, peut-être un peu lent…

ORBIS : The Stanford Geospatial Network Model of the Roman World

Ce site interactif, développé par la « Stanford University, (US) » permet une simulation cartographique des déplacements entre cités établis à partir des principales voies de communication (réseau routier, routes maritimes, fleuves et rivières navigables) de l’Empire romain (1er-2ème siècles ap. J.C.) pris dans sa plus grande acceptation (Méditerranée, Mer noire, Asie mineure, littoral atlantique…).

Grâce aux nombreuses informations historiques entrées dans la base de données, une attention toute particulière a été donnée à la durée et aux coûts des voyages, fortement tributaires des contraintes géographiques. Cette simulation tient aussi compte des saisons, des modes et moyens de transports de l’époque.

Lorsqu’on lance l’application, elle ouvre sur une page composée de trois parties :

Au centre, un fond de carte, « zoomable » et repositionnable, sur lequel figurent déjà les principales agglomérations urbaines (751 sites, dont 268 ports, référencés pour l’instant) et voies de communication terrestres de l’Empire romain.

A droite, le panneau de composition de la « feuille de route » (points de départ et d’arrivée, saison du voyage, outil de calcul de l’itinéraire) et de sélection des modalités de l’expédition (rapidité, coût, type de trajet, modes et moyens de transport…).

En bas de la page, un bandeau affiche le détail des principales étapes du voyage. Par ailleurs, en cliquant sur le bouton « Results Grid », situé en haut du panneau de droite, on peut faire apparaitre, au même endroit, l’historique des différents itinéraires cartographiés avec ORBIS. Ces informations (durée du voyage, saison, kilométrage, coût…) sont une reprise de celles notées dans la fenêtre « Calculated Route » qui apparaissent sur la carte à chaque nouvelle composition d’itinéraire.

On peut également télécharger les itinéraires que l’utilisateur a élaborés au format « .kml » afin de les visualiser dans Google Earth.

Le site propose également une galerie de cartes et des cartogrammes, un peu compliqués à lire pour le profane, sur les ratio coût/distance/mode de transport des échanges entre les grandes métropoles de l’Empire romain (Rome, Constantinople, Antioche…).

PLEIADES

Il ne s’agit pas là d’un atlas à proprement parler mais plutôt d’un répertoire toponymique historique, en accès libre, principalement centré sur le monde gréco-romain antique. Il est développé par l’Institute for the Study of the Ancient World (New-York University) et the Ancient World Mapping Center (UNC Chapel Hill).

Ce répertoire – plus de 30 000 lieux antiques référencés – a été, au départ du projet, élaboré à partir des données du « Barrington Atlas of the Greek and Roman World ». Il s’enrichit régulièrement de nouvelles données géographiques provenant d’autres atlas numériques disponibles sur le Web.

A partir d’une page d’interrogation principale, on consulte la base de données (privilégiez la forme anglo-saxonne du nom de lieu). Une liste des items correspondant à la requête s’affiche et l’on peut alors choisir le lieu recherché (région, toponyme, localité, zone géographique, site archéologique, route, rivière, montagne…).

Chaque lieu pointe vers une notice, plus ou moins détaillée, avec une carte Google Maps (plan ou image satellite), des références bibliographiques, une mention du type de lieu, éventuellement les différents noms sous lesquels le lieu a été connu à travers les époques, parfois des photos liées au lieu (hébergées par flickr), quelquefois des liens vers d’autres lieux référencés dans PLEIADES…

La notice propose également des possibilités d’exportation et de présentation des données sous différents formats (Atom, Json, Turtle , KML…) lisibles par des applications appropriées.

A noter aussi qu’il s’agit là d’un projet collaboratif. Après s’être inscrites, les personnes intéressées peuvent s’impliquer dans l’enrichissement du site par l’ajout d’informations géographiques, bibliographiques, historiques ou de liens vers des ressources extérieures.

Au fil de nouvelles collaborations, le site compte élargir son horizon géographique et chronologique en intégrant dans son inventaire de nouvelles localisations antiques en relation avec le Proche-Orient ancien, l’Europe celtique, le monde byzantin….

Old Maps Online

Il ne s’agit pas là non plus d’un atlas mais plutôt un portail qui répertorie les cartes « anciennes » numérisées conservées dans des collections partout dans le monde. Il propose aussi un accès direct à ces cartes.

Le projet a été créé suite à une collaboration entre le « Great Britain Historical GIS Project » de l’University of Porthmouth (UK) et Klokan Technologies GmbH, une entreprise suisse.

On peut rechercher une carte en saisissant directement un nom de lieu dans la zone « Search » en haut de la page. Il est aussi possible de préciser sa recherche en utilisant les curseurs de la règle chronologique afin de restreindre les résultats en fonction de la date de publication des cartes.

Les résultats des requêtes sont matérialisés, sur la droite de la page, par des vignettes de cartes qui font le lien vers le ou les sites Web qui possèdent les documents numérisés. Les modalités de visualisation ou de téléchargement éventuel des cartes sont propres aux sites hôtes.

Le portail « Old Maps Online » ne contient pas de carte.

L’onglet « Collections » liste les collections de cartes numérisées que le portail moissonne. Nous venons de survoler les fonctionnalités de ces quelques projets d’atlas numériques qui se recoupent d’ailleurs parfois sur bien des aspects (à quand l’atlas unique des sites archéologiques de la Méditerranée antique, par exemple ?). Chacun d’entre eux mériterait qu’on s’y attarde plus longtemps afin de mieux maitriser toutes ses potentialités. A vous de jouer…

Pour un recensement plus complet des projets cartographiques et numériques, en accès libre, de l’Antiquité, voir l’article « Roundup of Resources on Ancient Geography » sur le Blog AWOL – The Ancient World Online.

L’Orient en photographies sur le Net

Vous souhaitez illustrer une page web, un article, un dossier, une affiche, un mémoire avec des images, si possible libres de droit, en lien avec le monde arabo-musulman, les ressources visuelles ne manquent pas sur le Net. Toutefois, afin de gagner un peu de temps, nous vous proposons une sélection de sites qui proposent la consultation, et parfois le téléchargement, de riches collections de photographies numérisées sur l’aire culturelle arabo-musulmane.

Ces sites, dans leur grande majorité académiques (bibliothèques, musées, fondations…), sont fiables, bien documentés et régulièrement mis à jour. Vous y trouverez des photographies (et parfois des cartes postales, des dessins, des plans…) d’expéditions, de monuments architecturaux, de sites historiques et archéologiques, de paysages, de scènes de la vie quotidienne, de groupes ethniques, d’événements historiques, d’objets…

Un nombre important de ces images sont anciennes (XIXe-début XXe s.) offrant ainsi une source d’informations de premier ordre aux historiens, archéologues et aux historiens de l’art qui travaillent sur le Proche et le Moyen-Orient.

A noter que toutes les illustrations ne sont malheureusement pas téléchargeables dans des formats qui permettraient leurs exploitations ultérieures. Et quand elles le sont, bien vérifier qu’elles soient libres de droits.

ArchNet – Images
Le portail « ArchNet » est géré par la fondation Aga Khan Trust for Culture . Il fédère des ressources en ligne (photographies, ouvrages, revues…) en lien avec la civilisation islamique dans ses aspects architecturaux et artistiques. On y trouve notamment des collections de milliers de photographies anciennes et récentes
La recherche se fait par collections de photographies, par pays, par style architectural, par type de bâtiment, par date… ou par moteur interne. Les photographies sont facilement téléchargeables et bien documentées.

Middle East Pictures
Il s’agit là d’une collection de belles photographies à connotation historique (monuments, vie quotidienne, sites archéologiques, évènements historiques, expéditions…) des années 1880 à 1930 issues des archives de l’American Colony in Jerusalem  et conservées en partie à la Library of Congress  de Washington.
La recherche se fait par thèmes ; peu de documentation sur les photos et navigation pas très ergonomique. Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

MIDEASTIMAGE
Ce remarquable site est une déclinaison du portail « CreativeSyria » créé par le Syrian Cultural Center in Montreal, initiative indépendante qui propose de nombreuses ressources sur la Syrie ancienne et contemporaine.
Il s’agit d’une exceptionnelle collection de photographies, cartes postales, dessins (vie quotidienne, urbanisme, monuments, événements historiques, groupes ethniques…) du XIXe-début XIXe s. sur le Levant, l’Asie mineure, la Mésopotamie, l’Égypte…
Toutes les photographies sont documentées ; la navigation est possible par thèmes ou par recherche détaillée. Possibilité de récupérer les images (en basse résolution) ou de les envoyer par courrier électronique.

Arab Image Foundation
Le but de cette fondation libanaise est de recueillir, préserver et étudier les photographies du Moyen-Orient, du Maghreb et de la diaspora arabe du XIXe s. à nos jours. Plus de 400000 photographies sont disponibles (monuments, sites archéologiques, vie quotidienne, événements historiques, portraits…) ; un grand nombre est téléchargeable.
L’inscription gratuite au site permet de bénéficier de fonctions avancées (agrandissement, légende…)..

Discover Islamic Art – Virtual Museum
Le portail « Musée sans frontière » vous propose ici une visite virtuelle des grands lieux de l’histoire de la civilisation islamique illustrée par des textes explicatifs, de nombreuses photographies de monuments ou de sites historiques, une sélection représentative d’objets d’art et des expositions virtuelles.
Ce musée virtuel couvre les différentes dynasties et cultures islamiques du bassin Méditerranéen depuis les débuts de la conquête arabe jusqu’à la chute de l’Empire ottoman. Il y a un moteur de recherche interne.

Ashmolean Museum – Creswell Photographic Archive
L’Ashmolean Museum of Art and Archaeology  propose la consultation en ligne de la collection de négatifs de l’historien de l’art islamique, K.A.C Creswell. Ces photographies ont été utilisées en partie pour illustrer deux de ses plus importants ouvrages, Early Muslim Architecture (1932) et Muslim Architecture of Egypt (1952), qui font, notamment partie, des collections de la bibliothèque de la MOM.
Ce fonds de photographies (des années 20-40) bien documentées est dédiée à l’architecture islamique, et plus particulièrement en Egypte et au Levant.
La recherche est possible par liste de pays, villes/sites, type de bâtiment ou par moteur interne.

Middle East & Islamic Photographs – Harvard College Library
La « Fine Arts Library » de l’Université d’Harvard possède une collection de plus de 150000 photographies (XIXe-XXe s.) et de cartes postales (1890-1930) sur l’art et l’architecture islamiques ainsi que des vues ethnographiques du Moyen-Orient. Ces fonds photographiques sont issus de collections privées d’historiens de l’art, de musées et de laboratoires de photographes.
Ces collections ont été partiellement numérisées et sont consultables via le catalogue des ressources visuelles de  l’Université d’Harvard . Les vignettes du catalogue sont bien documentées ; l’accès à des images récentes en haute résolution est malheureusement restreint.

Thesiger Collection – Pitt Rivers Museum
Collections de milliers de photographies du musée d’ethnographie et d’archéologie (Pitt Rivers Museum) de l’Université d’Oxford  (GB). La plus importante est celle de l’explorateur et écrivain britannique Wilfred Thesiger (1910-2003) dont les régions couvertes sont le Proche-Orient, l’Arabie, l’Inde, le Pakistan, l’Afrique … Il s’agit de scènes de la vie quotidienne, de paysages, de sites… ; les photographies sont bien documentées. Recherche possible par collections, pays/régions et moteur de recherche interne.
Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

Bibliothèque numérique de l’IFPO
Parmi les fonds numérisés de l’Institut Français du Proche-Orient, la photothèque contient plus de 20000 images (sites archéologiques, monuments, paysages…) en accès libre et gratuit.
On peut faire une recherche multicritères sur tous les fonds numérisés. Les collections sont hébergées par la plateforme E-corpus.

The Max von Oppenheim photo collection
Elle compte quelques 13000 photographies (monuments, paysages, vie quotidienne, fouilles archéologiques, objets archéologiques…) de l’explorateur et diplomate Max von Oppenheim (1860-1946). Elles ont été prises au cours de ses expéditions (1899, 1911 et 1939) en Asie mineure, au Levant et en Mésopotamie et lors de fouilles archéologiques (Tell Halaf, 1911-1929).
Il est possible d’opter pour une recherche thématique ou par collection ; les photographies sont facilement consultables mais ne sont pas utilisables gratuitement… On peut acheter les photos en haute résolution.

Orientalist Photography (Getty Research Institute)
Parmi les nombreuses collections de photographies numérisées du Getty Research Institute (Los Angeles), on trouve, entre autres, le fonds de photographies « orientalistes » rassemblées par Ken & Jenny Jacobson, marchands d’art et photographes britanniques. Ces 4500 photographies (études architecturales, vie quotidienne, paysages…) ont été prises entre 1843 et 1920 au Moyen-Orient et au Maghreb.
Il y a un moteur de recherche interne ; les images sont facilement récupérables.

Brooklyn Museum: Libraries and Archives
Le Brooklyn Museum propose, parmi ses nombreuses collections, un accès à plus de 100000 photographies (XIXème-début XXème s.) numérisées. La Goodyear Archival Collection est la plus fournie en images sur le Moyen-Orient.
On accède aux images par un classement thématique ou par un moteur de recherche interne. Les photographies sont téléchargeables.

Photographic archive of Machiel Kiel
Il s’agit ici des archives photographiques de Machiel Kiel du Netherlands Institute in Turkey (NIT) à Istanbul, soit, pour l’instant, 1300 images sur l’architecture ottomane dans les Balkans prises entre les années 60 et 90.
La recherche s’opère par pays puis par ville/région.

DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM

Afin de répondre à sa mission de diffusion et de partage du savoir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée met à la disposition du grand public ainsi que d’un public plus averti de professionnels et de spécialistes, un site de consultation d’ouvrages numérisés, consultables en mode image ou téléchargeables en format PDF intégrant la recherche en texte intégral. Continuer la lecture de DIGIMOM : Bibliothèque numérique de la MOM