Archives de catégorie : Nos invités

Des archéologues français à Paphos, par Sabine Fourrier

Nous continuons notre voyage à Paphos avec l’article de sabine Fourrier comme promis. Je n’ajouterai que cette citation, qui n’est pas d’un auteur chypriote, certes, mais me parait adaptée  (d’ailleurs l’avez-vous identifié? Solution dans le prochain numéro!)

il n’est rien de plus beau que l’instant qui précède le voyage, l’instant où l’horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses

Je vous laisse maintenant en compagnie de Sabine Fourrier et Paphos, pour un voyage passionnant.

De Paphos à Palae- et Nea Paphos

Situé sur la côte sud-ouest de l’île de Chypre, le site de Paphos est occupé dès le IIe millénaire par un établissement dont le nom ancien ne nous est pas parvenu. La ville devient, au cours du Ier millénaire, la capitale de l’un des royaumes les plus importants de l’île, attesté sous le nom de Paphos dès le VIIe s. av. J.-C. dans les sources écrites locales et étrangères (assyriennes).

Blocs du Bronze Récent dans le sanctuaire de Palaepaphos © 2012 S. Fourrier

Au début de l’époque hellénistique (fin du IVe s. av. J.-C.), la ville se déplace à plusieurs kilomètres au nord : (Nea) Paphos est la capitale de l’île à l’époque de la domination lagide (dynastie grecque d’Égypte). Le sanctuaire d’Aphrodite, à l’Ancienne-Paphos (Palaepaphos), reste toutefois le sanctuaire principal de la nouvelle ville et des processions conduisent régulièrement de l’une à l’autre. Une seule cité de Paphos, donc, mais deux sites, distingués au moins à partir de Strabon par les noms de Paphos (Nea Paphos) et de Palaepaphos.

Vue d’un sanctuaire rupestre de Nea Paphos, au lieu-dit Toumpallos © 2008 S. Fourrier

La ville de Nea Paphos demeure importante aux époques romaine et byzantine, jusqu’à la période franque : le port est fréquenté par des pèlerins en route vers la Terre Sainte ; un domaine, exploitant la canne à sucre, est établi à Palaepaphos, à l’emplacement du sanctuaire d’Aphrodite.

Le manoir franc de Kouklia (aujourd’hui Musée archéologique de Kouklia) en 1952
(d’après F.G. Maier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 60, fig. 4)

Le site de Palaepaphos est  situé sur le territoire du village de Kouklia ; celui de Nea Paphos au-dessus du port moderne de Kato Paphos (dit aussi simplement Paphos ou Baffo sur les cartes anciennes), par opposition à la ville haute de Ktima, capitale du district.
Kato Paphos et Ktima sont aujourd’hui réunies dans une même trame urbaine, l’ensemble forme la ville de Paphos.

Le site de Nea Paphos est classé à l’inventaire du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980.

Outre les fouilles d’urgence conduites par le Département des Antiquités (nombreuses en raison du fort développement touristique de la zone), les sites de Palae- et Nea Paphos ont été et sont explorés par de nombreuses missions, chypriotes et étrangères (australienne, britannique, italienne, polonaises, suisse-allemande…).
Deux missions françaises se sont succédées à Paphos : la première, dirigée par J. Bérard, a porté dans les années 1950 sur une nécropole antique à Ktima (au nord-est de Nea Paphos) ; la seconde, dirigée par Cl. Balandier, poursuit ses travaux sur la colline de Fabrika, également à Nea Paphos.

Les pionniers

La mission de Vogüé recopie, en 1862, quelques inscriptions
chypro-syllabiques sur les deux sites, en particulier celles qui ornent deux hypogées. Au cours de la décennie suivante, deux membres de l’École française d’Athènes, M. Beaudouin et Ed. Pottier parcourent l’île. Le second consacrera un article aux « hypogées doriques de Nea-Paphos » (accessible en ligne sur Persée , et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment) qu’il date du VIe s., alors qu’il s’agit de la nécropole hellénistique de
type alexandrin aujourd’hui connue sous la nom de « Tombeaux des rois »…

Vue de l’un des hypogées hellénistiques dits « Tombeaux des Rois » à Kato Paphos
© photo A. Malecos

C’est encore l’épigraphie qui attira à Chypre un nouveau membre de l’École française d’Athènes, H. Seyrig, en 1924. Il publie quelques bases de statues d’époque impériale du sanctuaire d’Aphrodite à l’Ancienne-Paphos (article accessible en ligne sur Persée et dans les périodiques de la bibliothèque de la MOM notamment).
Mais c’est dans l’est de l’île, à Enkomi, qu’à partir de 1946 une première mission française, dirigée par Cl. Schaeffer, fait des fouilles. Elle sera suivie, après l’indépendance, par d’autres missions françaises.

La mission Jean Bérard (1952-1955)

Le monde mycénien et le retour des héros de la guerre de Troie attirent J. Bérard à Chypre. Une légende faisait en effet de Paphos une ville fondée par l’Arcadien Agapénor. Au cours d’une première campagne, en 1952, il explore Kato Paphos, où il ne met au jour aucun vestige antérieur au Ve s. av. J.-C. Il fait ensuite des fouilles,
au cours de trois autres campagnes, sur le plateau rocheux d’Iskender, au nord de la ville moderne de Ktima, au-dessus de Nea Paphos. Là, en effet, des tranchées antiaériennes creusées pendant la guerre avaient fait découvrir plusieurs vases géométriques.

J. Bérard et J. Deshayes (3e et 4e en partant de la gauche), à Kato Paphos
© photo archives Jean Bérard

Pourtant, les attentes furent déçues : J. Bérard, assisté de J. Deshayes, fouilla une dizaine de tombes à chambre creusées dans le rocher, datées du Xe au IIe s. av. J.-C. Rien de mycénien, donc, mais la preuve que le site était occupé dès l’Âge du Fer, avant que le siège de la capitale ne soit transféré de l’Ancienne à la Nouvelle-Paphos. La publication (réalisée par J. Deshayes après la mort accidentelle de Bérard en 1957), issue d’une fouille minutieuse, contient en outre des observations importantes qui renseignent sur les pratiques funéraires chypriotes.

Une partie des objets découverts par la mission française à Ktima est arrivée au Musée du Louvre, où ils sont toujours conservés : ce sont les derniers à avoir rejoint un musée français, avant l’abrogation de la loi sur le partage des antiquités.

La Mission archéologique française à Paphos (MafaP, depuis 2008)

Une mission française dirigée par Cl. Balandier (Ministère des Affaires Étrangères et du Développement International / Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse) effectue des fouilles depuis 2008 à Nea Paphos, sur la colline de Fabrika, au nord-est de la ville antique. L’exploration, toujours en cours, a révélé l’existence de carrières (exploitées à l’époque hellénistique), celle d’une maison romaine aux murs décorés d’enduits peints, ainsi que divers aménagements rupestres (dont certains probablement cultuels), au-dessus du théâtre que fouille une mission australienne de l’Université de Sydney.

« Exèdre à la coquille » au sud de la colline de Fabrika.
Fouilles françaises (MafaP)
(d’après Cl. Balandier, Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 35, 2015, p. 169, fig. 4)

Il faut enfin mentionner le rôle joué par des épigraphistes français dans l’étude et l’édition de corpus d’inscriptions paphiennes (lire le prochain article qui sera publié ici, sur l’écriture chypro-syllabique écrit par Agnieszka Halczuk). O. Masson a publié, en collaboration avec T.B. Mitford, les inscriptions syllabiques du sanctuaire de Rantidi et celles de Kouklia/Palaepaphos (les deux volumes ont paru dans la collection Ausgrabungen in Alt-Paphos, respectivement vol. 2, 1983, et 4, 1986). J.-B. Cayla a consacré sa thèse aux inscriptions alphabétiques : l’ouvrage paraîtra cette année aux Editions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Base de statue de Palaepaphos
© photo J.-B. Cayla

Indications bibliographiques (pour une bibliographie des 3 articles sur Paphos voir ici)

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Paphos, à Chypre, capitale européenne de la culture en 2017

Chypre fait partie des domaines d’excellences de la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditérranée – Jean Pouilloux.

A l’occasion de la sélection de la ville de Paphos, sur l’île de Chypre, comme capitale européenne de la culture 2017, il nous est apparu intéressant de vous parler de cette ville, des fouilles…

Nous vous proposons 3 articles qui paraîtront sous forme de feuilletons .

Le menu est le suivant :

Commençons par situer Chypre :

1 – Situation géographique de Chypre (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Puis Paphos :

2- Situation de Paphos sur l’ile (cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Les éléments exceptionnels qui y ont été découverts lui ont valu d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1980 (Pour un descriptif complet du dossier sur Paphos).

Petite explication de texte avant de commencer à s’intéresser  plus particulièrement  à Paphos…

Le label « ville européenne de la culture » puis « capitale européenne de la culture » existe depuis 1985, à l’initiative de Mélina Mercouri, alors Ministre grecque de la Culture, dans le cadre du Conseil européen. Le projet s’articule notamment autour de la mise en exergue de la qualité du dynamisme culturel des villes européennes.

Chaque année 2 villes sont sélectionnées au sein de l’Europe.

Il y aura eu 56 villes depuis Athènes en 1985 jusqu’à Aarhus au Danemark et Paphos à Chypre cette année. Le programme est déterminé jusqu’en 2021.

Les villes élaborent des programmes censés refléter leur culture en utilisant toutes les forme artistiques à leur disposition.

Aarhus a choisi comme thème central « Rethink » (Repenser). La ville danoise veut montrer comment les arts, la culture et la création en général peuvent nous aider à repenser et façonner nos modèles comportementaux de base tant au niveau social, culturel qu’économique, et à trouver des solutions aux défis communs.

A Paphos, il s’agit de « Lier les continents, créer des ponts entre les cultures ». Ce thème s’inspire largement de la situation géographique de Paphos, ancienne capitale de l’île, bordée par la mer et qui constitue un lien entre l’Est et l’Ouest.

On peut noter que la ville ouvrira régulièrement, pour l’occasion, ses sites archéologiques en plein air.

Ainsi, le parc archéologique de Paphos (Αρχαιολογικό Πάρκο Πάφου), bordé par la mer au sud et à l’ouest, s’étend sur 106 ha. Le lieu est réputé pour ses mosaïques, pour l’essentiel datées de la période romaine. Le parc abrite aussi d’importants monuments de la période hellénistique, ainsi que des vestiges byzantins. Le site fait l’objet de fouille depuis 1962.

Bien sûr, il faut déjà pouvoir être sur place, mais on peut espérer que des vidéos, des animations seront rediffusées et accessibles au plus grand nombre. Nous vous tiendrons au courant, donc suivez-nous, suivez-les!

Nous vous proposons maintenant une petite bibliographie à partir des documents de la bibliothèque de la MOM, ainsi que des documents accessibles en ligne

Ouvrages hors séries ou publications suivies de fouilles


Antiquities Department of the Republic of Cyprus

A brief history and description of new Paphos
Nicosia : Department of Antiquities, 1967
AOR DS54.95.P36. A34 1967

Balandier, Claire
« Du nouveau sur la capitale hellénistique et romaine de Chypre : premiers résultats de la Mission archéologique française à Paphos [MafaP] (2008-2012) », In G. Labarre, H. Bru, « Chronique d’Orient », Dialogues d’Histoire Ancienne 38-2, 2012, p. 151-164
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Balandier, Claire et Raptou, Eustathios (dir.)
Nea Paphos : Congrès fondation et développement urbanistique d’une ville chypriote de l’antiquité à nos jours : études archéologiques, historiques et patrimoniales : actes du 1er colloque international sur Paphos, Avignon, 30, 31 octobre et 1er novembre 2012 /organisé par Claire Balandier & Eustathios Raptou, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse & Department of Antiquities of Cyprus
Bordeaux : Ausonius éditions, 2016
(Mémoires / Ausonius ; 43)
AOR DS54.95.P36. N4 2012

Daszewski, Wiktor Andrzej
Dionysos der Erlöser : griechische Mythen im spätantiken Cypern
Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1985.- (Trierer Beiträge zur Altertumskunde, 2)
AOR DS54.95.P36. D3 1985

Daszewski, Wiktor Andrzej ; Michaelides, Demetrios
Guide des mosaïques de Paphos
[Nicosie] : Fondation culturelle de la banque de Chypre, 1989.- (Collection de guides)
AOR DS54.95.P36. D3 1989

Deshayes, Jean
La nécropole de Ktima : mission Jean bérard 1953-1955
Paris : Geuthner, 1963.-(Bibliothèque archéologique et historique ;75)
AOR DS54.95.P36. D4 1963

Getty conservation institute (Los Angeles, Calif.). Éditeur scientifique
The Conservation of the Orpheus mosaic at Paphos, Cyprus
[Marina del Rey, CA] : The Getty Conservation Institute , 1991
AOR DS54.95.P36. C6 1991

Hermary, Antoine
Dossier J. Bérard. L’archéologie à Chypre dans les années 1950 », Cahiers du Centre d’Études Chypriotes 38, 2008, p. 19-118
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Kyrieleis, Helmut ; Deutsches Archäologisches institut
Hellennistische Herrscherporträts auf Siegelabdrücken aus Paphos : (Paphos IV B)
Wiesbaden : Reichert verl., 2015.- (Archäologische Forschungen ;34)
AOR DS54.95.P36. K88 2015

Meyza, Henryk ; Zych, Iwona
Nea Paphos : 50 years of Polish Excavations 1965-2015 : publication on the occasion of the commemorative exhibition at the Cyprus museum in Nicosia 25 may-30 november 2015
Nicosia : Embassy of the republic of Polan in Nicosia ; Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw, 2015
AOR DS54.95.P36. N4 2015

Yon, Marguerite (Dir.)
Kinyras : l’archéologie française à Chypre : French Archaeology in Cyprus : table-ronde tenue à Lyon, 5-6 novembre 1991… / [organisée par le Centre d’archéologie chypriote] ; sous la direction de Marguerite Yon ; [trad. anglaise de Valérie Cook] . – Lyon Paris : Maison de L’Orient : Diffusion De Boccard , 1993
(Travaux de la Maison de l’Orient; 22)
P Périodiques
Egalement disponible en ligne sur Persée

Ouvrages dans une série ou publication suivie de fouilles sur Paphos

Nea Paphos :


Sztetyllo, Zofia

Les timbres céramiques (1965-1973)
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1976.
(Nea Paphos ; 1)
AOR DS54.95.P36. N3.1

Daszewski, Wiktor Andrzej
La Mosaïque de Thésée. Etudes sur les mosaïques avec représentations du labyrinthe, de Thésée et du Minotaure
Varsovie : PWN-Editions Scientifiques de Pologne , 1977.
(Nea Paphos ; 2)
AOR DS54.95.P36. N3.2

Mlynarczyk, Jolenta
Nea Paphos in the hellenistic period
Varsovie : Editions géologiques , 1990.- (Nea Paphos ; 3)
AOR DS54.95.P36. N3.3

Sztetyllo, Zofia
Pottery stamps, 1975-1989
Varsovie : Centre d’archéologie méditerranéenne de l’Académie polonaise des sciences , 1991.- (Nea Paphos ; 4)
AOR DS54.95.P36. N3.4

Meyza, Henryk
Cypriot red slip ware : studies on a Roman Levantine ware
Varsovie : Centre d’Archéologie Méditerranéenne de l’Académie Polonaise des Sciences, 2007
(Nea Paphos ; 5)
AOR DS54.95.P36. N3.5

Sztetyllo, Zofia
Nea Paphos. VI, Pottery stamps from Nea Paphos (excavations in 1990-2006)
Warsaw : warsaw University Press, 2010.- (Polish Archaeology in the Mediterranean Monograph Series;2)
AOR DS54.95.P36. N3.6 2010

Paphos :

Nicolaou, Ino ; Morkholm, Otto
Paphos. Volume 1, A Ptolemaic Coin Hoard
Nicosie : Department of Antiquities, Cyprus , 1976
AOR DS54.95.P36. P3.1

Nicolaou, Ino
Paphos. Volume 2, The coins from the house of Dionysos, appendix, the coins from A. the Odeion B. the gymnasion C. the Asklepieion
Nicosia : The department of Antiquities, Cyprus , 1990
AOR DS54.95.P36. P3.2

Hayes, Johnn Walker
Paphos. Vol.3, The Hellenistic and Roman pottery
Nicosia : Department of antiquities , 1991
AOR DS54.95.P36. P3.3

Nicolaou, Ino
Paphos. 5, The stamped amphora handles from the house of Dionysos
Nicosia : Republic of Cyprus, Department of antiquities , 2005
AOR DS54.95.P36. P3.5

À propos des inscriptions paphiennes

Ouvrages généraux

Egetmeyer, Markus
Le dialecte grec ancien de Chypre. Tome I et II
Berlin : W. de Gruyter, 2010
AOR P1040. E46 2010

Masson, Olivier
Les inscriptions chypriotes syllabiques : recueil critique et commenté.-  [Nouvelle éd.]
Paris : E. de Boccard , 1983.- (Etudes chypriotes; 1)
AOR P1040. M3 1983

Corpus d’inscription paphiennes

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
Les inscriptions syllabiques de Kouklia-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1986
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 4)
AOR DS54.95.P33. A8.4

Masson, Olivier; Mitford, Terence B.
The Syllabic Inscriptions of Rantidi-Paphos
Konstanz : Universitätsverl. Konstanz , 1983
(Ausgrabungen in Alt-Paphos; 2)
AOR DS54.95.P33. A8.2

La thèse de Jean-Baptiste Cayla consacrée aux inscriptions alphabétiques de Paphos paraîtra en 2017 aux éditions de la Maison de l’Orient.

Documents accessibles en ligne :

Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal Première campagne 23 avril- 14 mai 2014 et 16 Septembre- 10 octobre 2014 sur la colline de Fabrika (au Nord-Est de la ville antique).. [Re-search Report] UMR 8210 AnHiMA/ Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2014.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISEÀ PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal sur la colline de Fabrika au Nord-Est de la ville antique de Nea Paphos. 2e campagne 25 mai-27 juin 2015. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2015.
Claire Balandier. MISSION ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE
À PAPHOS, CHYPRE Second programme de recherches quadriennal à Paphos, colline de Fabrika. Bilan de la 3e campagne
de fouilles 23 mai-23 juin 2016. [Rapport de recherche] UMR 8210 AnHiMA et Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. 2016.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A la découverte des archives Reinach

 

Un silence étourdissant… voilà ce qu’on ressentait à chaque instant.  Chaque mouvement, dans cette ambiance sombre et étouffante, était une prise de risque.

Dès qu’un nouveau document était découvert, nous soulevions l’immémoriale poussière qui le recouvrait. Elle attaquait nos  voies
respiratoires, noircissait nos mains, nos visages et les lieux.
L’objet était examiné, ouvert, puis il était enregistré…
Non, je n’ai pas participé à la découverte du potentiel tombeau
de Néfertiti. C’était bien mieux. J’ai fait le récolement des archives Reinach qui ont accompagné le versement de la bibliothèque du chercheur à l’Université de Lyon en 1935 et qui sont aujourd’hui dans le bureau de Véronique, gardienne de la mémoire des Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 - Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach - Mariage de don Théodore Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 – Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach – Mariage de don Théodore Reinach.
Reste que ce fonds a
une véritable valeur
au sein de la bibliothèque de la
Maison de l’Orient et de la Méditerranée.
Le but de ma mission
était donc de lui donner une cohérence pour
qu’il puisse être un jour communiqué et utilisé par des chercheurs ou des lecteurs travaillant autour des Reinach ou traitant l’un des multiples sujets qu’ils ont étudiés pendant leurs carrières respectives. Ce n’est pas pour rien qu’ils étaient surnommés les «frères Je – Sais- Tout» et les archives nous en donnent une autre preuve. On retrouve un cahier de musique de Théodore, une pièce de théâtre écrite par Salomon et divers dessins et croquis exécutés par les trois frères.
Il est très difficile de leur attribuer une spécialité précise.

Les dizaines de carnets de cours qui sont conservés à la bibliothèque montrent que c’est au cours de leur éducation qu’ils ont développé

Figure 2 : 1 MOM 15 - Hercule et Omphale - Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz - Première page de la saynète
Figure 2 : 1 MOM 15 – Hercule et Omphale – Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz – Première page de la saynète
cette diversité d’intérêts et de connaissance : paléographie, mathématiques, physique et
chimie, littérature classique et
médiévale, droit etc…
La difficulté était de récoler, enregistrer, tous ces carnets puis d’envisager et prévoir un classement structurant pour le fonds au milieu de cette diversité d’actions et de sujets, sans le dénaturer. J’ai donc pris
un par un les carnets, pour les dépoussiérer –un archiviste maîtrise le chiffon microfibre mieux que quiconque (et ce n’est pas pour ça qu’il n’y en a pas chez moi, au contraire, ça me permet de rester dans l’ambiance) – puis en faire l’analyse,
c’est-à-dire établir le sujet de ce carnet, dans quel contexte il a été écrit. Pour cela il faut essayer de faire un tri rapide dans les informations contenues.

L’objectif du travail d’archivage n’est pas de connaître le document dans son intégralité –cela prendrait beaucoup trop de temps, mais

Figure 3 : 1 MOM 12 - Indexation de revues, salomon Reinach.
Figure 3 : 1 MOM 12 – Indexation de revues, salomon Reinach.temps, mais de dégager les données les plus importantes
de dégager les données les plus importantes pour le décrire et donc pour qu’il soit facilement consultable une fois le travail terminé. Enfin on lui donne un numéro sur une jolie bandelette – de papier, les momies ce n’est pas mon domaine.
Cette analyse a ainsi permis de dégager des grands domaines dans lesquels classer les archives. Il y avait beaucoup de carnets de notes de cours, des manuscrits inédits, des productions autour de ses voyages pour des fouilles archéologiques.
Ces différentes actions ont défini le cadre de classement qui correspondait aux différents moments de la vie des Reinach et surtout de Salomon.
L’acte d’archiver, et donc d’enregistrer les archives, se caractérise par l’attribution d’une cote à chaque objet pour qu’il soit identifié, il a plusieurs buts. D’abord il ne faut pas oublier que le document est lié à son producteur et donc au contexte de production. L’archiviste doit en tenir compte et le rendre dans son travail : l’instrument de recherche, qui est un des points les plus importants dans la mission. Cet « outil » permet en effet de présenter physiquement le travail mené sur le fonds et de lui donner la cohérence physique. Il peut ensuite être facilement utilisé par les chercheurs. L’instrument devient en lui-même un document d’archives lié au fonds et à son histoire mais aussi lié à la bibliothèque.
Mais ce travail ne signifie pas la fin de la mission de l’archiviste, au contraire la partie la plus importante se situe à ce point. On ne fait pas un instrument de recherche pour le simple fait d’enregistrer les documents et en faire ensuite des « archives mortes » qui se recouvrent de nouveau de poussière – oui, mais la poussière du XXIe siècle, ça change tout !  Le but est qu’elles soient utilisables et pour ça il faut que les documents comme l’instrument puissent être communiqués.
Pour le fonds en question, les archives permettent d’ aborder plusieurs points : l’érudition de chercheurs intégrés dans leur société, les liens avec les intellectuels qu’ils ont pu côtoyer, la façon dont s’est fait l’apprentissage des trois frères Reinach.
Dans les documents propres à Salomon, on peut distinguer deux   typologies d’archives majeures :
  • les documents à caractère scientifique : on a retrouvé plusieurs manuscrits inédits de la main de Salomon Reinach, qui n’ont jamais été publiés. Avec ces archives, on est au coeur du réseau intellectuel dans lequel il s’est impliqué, avec toutes ses notes de cours, la documentation qu’il a établi pour ses recherches et leur résultat.
  • Les documents personnels : dans le fonds de la bibliothèque, ils sont très rares: un recueil de correspondance – ce qui est quand même plus classe qu’une conversation Facebook – des carnets de croquis, et surtout le journal de son voyage à bord du
    Latouche -Tréville.
Ses archives ne vont pas nous en apprendre beaucoup sur Salomon
l’homme, mais peuvent nous éclairer sur Salomon l’érudit et chercheur, sur sa façon de travailler, d’annoter ce qu’il lisait, de commenter, et de dessiner. C’était un homme de classements et d’index, les faits avaient une grande importance pour lui.
Salomon, mais aussi  ses frères, étaient engagés dans la société, notamment au cours de l’Affaire Dreyfus. Salomon s’est moins impliqué que son frère Joseph dans la défense du Capitaine, mais on retrouve parmi les archives conservées à la Bibliothèque des essais, de sa main, à propos de l’Affaire.
 Tout au long de la première Guerre Mondiale, Salomon a
Figuer 4 : 1 MOM 30 - Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.
Figuer 4 : 1 MOM 30 – Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.

également compilé tous les actes de guerre et toutes les informations qu’il trouvait en lisant des journaux de différents pays.

Entre 1914 et 1919, il a ainsi rédigé 14 carnets de Chronologie de la Guerre remplis au jour le jour de chaque épisode qui était relaté. Il faut s’imaginer le temps que cela lui a pris pour faire un dépouillement quotidien de l’actualité. Ses carnets ont même été publiés au fur et à mesure, au cours du conflit.
Le but est d’en faire des «archives vivantes» étudiées, et valorisées au sein de la bibliothèque de la MOM,
et même en dehors. On retrouve des archives de Salomon Reinach
dans de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur. Le but est donc que les fonds ne soient pas isolés les uns des autres, même s’ils le sont physiquement. Il faut avoir conscience qu’il y a eu un éclatement de ses archives à cause de sa carrière en elle-même
puisqu’il a officié dans diverses institutions qui ont conservé ses documents. Puis à sa mort, ses papiers ont été dispersés au gré des versements, des legs et dons dans plusieurs universités.
L’objectif du répertoire qui a été établi au terme de ma mission est d’être consulté, d’être un «instrument de recherche» au sens propre, et donc un outil pour lier intellectuellement tous les fonds, mais aussi pour faire connaître les archives de Salomon Reinach au grand
public.
À terme, l’étude de ses manuscrits inédits pourrait être vraiment
intéressante sur ce point et pourquoi pas permettre de discuter de l’intérêt d’une publication de certains.
Figure 5 : 1 MOM 188 - Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Figure 5 : 1 MOM 188 – Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Corentin Durand

SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

La Mission de Salamine a fêté en 2015 ses 50 ans, ce qui  a donné lieu à une exposition dans les murs de la MOM avant qu’elle ne parte à Chypre,  ainsi qu’à des conférences. La mission compte de nombreuses archives qu’elle a voulu préserver et en faciliter l’utilisation. Il nous est apparu à la bibliothèque, sensibilisés à ce genre de préoccupation, qu’un article sur ce travail pourrait vous intéresser. Sabine Fourrier, responsable de la Mission depuis 2008 a bien voulu se livrer à cet exercice. Je vous laisse donc apprécier son texte ci-dessous.

Continuer la lecture de SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

Drôles de stagiaires!

Ces derniers temps, vous avez peut-être croisé à la MOM une bibliothécaire coincée, un archéologue paumé et un pharaon ressuscité d’entre les morts…

Nous sommes en réalité trois stagiaires venus des lointaines montagnes de l’Isère pour un projet de réorganisation du fonds de périodiques.

Il y a tout d’abord « Maxenkhaton » qui s’occupe de la réserve n°6. Il recense les exemplaires et les trésors de cette salle obscure pleine de poussière … et de bestioles dans les murs !

Puis vient « Simon Jones » chargé du métrage des rayons du 5e étage. Attention : son mètre est un véritable fouet !

Une lecture originale!
Une lecture originale!

Enfin il y a « Lydie-Blanc-sec » qui déménage sur son ordinateur. Avec elle rien ne passe à la trappe, et tous les liens de vos périodiques préférés seront sur Koha.

Mais surtout … nous tenons à remercier l’ensemble du personnel de la bibliothèque pour tous les bons moments, et les bons conseils. Vous les connaissez peut-être, il y a :

  • Nina et son sourire chaleureux, même dans les caves de la MOM
  • Marie, la championne du récolement
  • Geneviève, la coordinatrice des pique-niques
  • Véronique, la spécialiste des Reinach
  • Manue et ses chaussons à la rhubarbe
  • Franck et sa French touch
  • Magali et son lama royal de Colombie
  • Hugues, le Sherlock Holmes des périodiques perdus
  • Bruno, le grand artiste, qui a su transformer une cruche en martien
  • Issam et ses conseils pour l’équipement des livres
  • Eve la secrétaire des échanges aux longs cheveux bruns
L'oiseau chypriote
L’oiseau chypriote

Les catalogues des ventes numismatiques, de précieux outils de recherche

Dans le cadre d’une thèse consacrée à une « approche numismatique du début de la crise du IIIe siècle (238-253 ap. J.-C.) », Thomas Bardin, doctorant du laboratoire Hisoma, s’est interrogé sur la pertinence de son corpus monétaire. Pour constituer  celui-ci, il a choisi de ne pas se limiter aux fonds muséaux ou archéologiques mais s’attèle également aux collections privées. Pour ce faire, les catalogues de ventes en numismatique forment des ressources précieuses. Il a bien voulu nous expliquer ici sa démarche et, de surcroit, pour faciliter la tâche de ceux qui le suivront dans ce type de recherche, il a effectué un recensement des catalogues conservés à la bibliothèque du CEROR, et ceux  disponibles à la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Ces fonds documentaires rassemblés comptent près de 750 catalogues datant des années 1970 jusqu’à nos jours. Les catalogues en libre accès à la bibliothèque du CEROR, estimés à 300 exemplaires environ, ont été donnés par Michel Debidour, historien et archéologue, enseignant à l’Université Lyon 3. Les quelques 450 exemplaires réunis dans les réserves de la bibliothèque de la MOM ont été collectés au fil des ans et des donations ponctuelles des chercheurs. Des maisons de vente spécialisées, telle la Numismatik Lanz Müchen, transmettent régulièrement, chaque année, leur catalogue de vente à la bibliothèque. Ces différentes acquisitions ont contribué, et contribuent encore aujourd’hui, au développement d’une collection qui gagne en cohérence.

Cet article est également publié sur le carnet de recherche de Thomas Bardin, Moneta :  http://moneta.hypotheses.org/

 

Une source historique de premier ordre :

C’est en quelque sorte la partie immergée du réservoir d’antiquités et de monnaies circulant dans le monde depuis des décennies. Antiquités et monnaies anciennes ont toujours été des objets de collection intéressant les amateurs privés, du fait de leur esthétique d’une part, et de leur abondance relative d’autre part.  Ignorer les monnaies de collection privées au seul profit des collections publiques serait un choix pratique valable, mais un non sens scientifique. Un corpus de recherche exhaustif ne peut pas s’arrêter aux seuls fonds muséaux ou archéologiques de caractère public. Une grande partie du matériel se trouve dans des mains privées, et n’est accessible au chercheur qu’en de très brefs instants : son passage en vente publique, qui fait généralement l’objet d’un catalogue et donc d’une description, parfois l’unique occasion de « capter » l’objet pour la recherche, avant sa disparition définitive ou cyclique (les monnaies en or romaines réapparaissent par exemple régulièrement en vente au fil des générations). Le rassemblement des catalogues des grandes maisons de ventes permet ainsi d’archiver tout ce matériel paru dans les ventes publiques, souvent très bien illustré, décrit et expertisé.1

Cet usage historique des ventes s’applique essentiellement à la recherche de fonds visant l’établissement de typologies : il s’agit de mettre en évidence toutes les variétés d’un monnayage, de chercher les curiosités et raretés, de les identifier et les mettre en série. Il s’agit d’une démarche bien différente de l’étude des monnaies de fouilles : il n’est d’abord pas possible d’examiner en main propre le matériel décrit, et ensuite il s’agit de pièces de bonne conservation recherchées par les collectionneurs pour leur valeur esthétique et historique, ainsi que leur rareté. Il s’agit donc d’un matériel bien différent des monnaies de fouilles exhumées quotidiennement et révélant généralement des monnayages courants déjà abondamment documentés.

L’étude précise de portions de monnayages, au-delà de l’identification des types, s’intéresse aux quantifications d’une part, mais également à  la recherche de liaisons de coins entre les monnaies, marque de contemporanéité entre celles-ci afin de mettre en évidence la structure des émissions monétaires étudiées : dans ce cas, un maximum d’exemplaires examinés est souhaitable. Or aucune collection publique ne dispose de collection exhaustive pour ces monnayages : c’est pourquoi l’enquête numismatique doit s’étendre chaque fois que cela est possible et utile, aux collections et ventes privées. Il existe par exemple au moins autant de monnaies d’or décrites dans ces catalogues que dans l’ensemble des collections publiques réunies, et pour la plupart non publiées.

Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2 : Le corpus : son contour, ses limites et sa cohérence, 2014, à paraître.
Ventilation des aurei de Gordien III d’après leur provenance (source : Th. Bardin, « Appréhender le monnayage de Gordien III : méthodes de numismatique historique », Annales de Janua, n°2, 2014, à paraître.

Une collection inédite en région.

Ces ouvrages ou livrets sont d’abord des catalogues marchands. De fait, leur présence au sein des bibliothèques ne va pas de soi. Pour cette raison, le chercheur ne dispose que des bibliothèques spécialisées attachées aux départements de monnaies et médailles des musées, ou bien des collections privées – on ferme la boucle – des vendeurs et numismates indépendants. Seule la bibliothèque du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France a entrepris un archivage systématique des ventes numismatiques internationales et nationales en France. La consultation de certains catalogues est également possible au Médaillier de Lyon : mais il s’agit en grande partie de catalogues adressés à titre privé au conservateur par les marchands, et non d’un fonds appartenant à l’institution. La documentation reste donc éclatée et lacunaire, et pour cette raison ignorée ou délaissée. Les fonds actuellement conservés à la bibliothèque de la MOM et à la bibliothèque du CEROR représentent près de 800 ventes de monnaies grecques et romaines, parmi lesquelles figurent des maisons prestigieuses de référence, constituant une archive inédite en région, désormais accessible au plus grand nombre. Une partie des séries incomplètement conservées se trouve par ailleurs accessible en ligne via des moteurs de recherches spécialisés dans la compilation de ces ventes en ligne ou directement via les archives en ligne de grandes maisons de vente.

Aureus de Gordien III paru chez Auktionshaus H. D. Rauch GmbH, Auktion 73, 17.05.2004, lot 830 puis de nouveau dans Auction 76, 17.10.2005, lot 607. 3e exemplaire connu pour ce type. © 2010-2014 mcsearch.info

 

 

  1. François de callatay, « Un problème de documentation en numismatique antique : les catalogues de ventes », Histoire et Mesures, 5.3-4, 1990, p. 259-269 []

Résultats du Jeu Concours : Les gagnants et les nombreux coups de cœur de nos lecteurs

Dessin de Coralie Rauber

« Toutes les grandes lectures sont une date dans l’existence » disait Alphonse de Lamartine. A l’occasion du Grand Jeu Concours qui s’est déroulé en décembre 2012 à la bibliothèque de la MOM. La question du jour était de connaître le titre du livre que vous emporteriez si vous vous trouviez seul, loin de tout, sur un site de fouille ou sur une île déserte. Vous avez été 46 personnes à vous prêter à ce jeu.

Nous souhaitons vous remercier pour votre participation et d’avoir bien voulu partager avec nous vos  coups de cœur. Merci également à tous ceux qui ont été présents lors du tirage au sort et qui nous ont apportés de délicieux gâteaux à partager dans ce moment d’échange entre lecteurs et bibliothécaires.

Des gagnants…

Le tirage au sort a eu lieu le mardi  18 décembre 2012. Voici les noms de nos heureux gagnants :

–          Juliette MAS, doctorante, gagnante de 3 publications de la MOM

–          Thomas BARDIN, doctorant, gagnant de 2 publications de la MOM

–          Camille LEVRY, étudiante en L2, gagnante d’une publication de la MOM

…et surtout des coups de cœur

Le plus grand coup de cœur a été  pour  L’Architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, qui fut cité trois fois par nos étudiants de L3. Cet ouvrage est assurément une référence pour débuter dans le monde de l’archéologie antique.

 Deux doctorants ont apprécié l’aide du Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine qui leur permet au sein des équipes de recherche de décrire dans plusieurs langues des bâtiments de l’Antiquité.

Les bibliothécaires vous ont également proposé leurs coups de cœur de Salaisons Sauces Poissons  à du Feu avant les allumettes : expérimentation et mythes techniques, en passant par Amor au nord des Alpes : sexualité et érotisme dans l’Antiquité romaine.

Voici l’ensemble de vos réponses, encore merci à tous les participants :

Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. I, matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor / Ginouvès René, Martin R. – Athènes : Ecole française d’Athènes ; Rome : Ecole française de Rome, 1985 ; Cote : ACL, NA260. G5.1 1985

 « Il est très utile quand on travaille au sein d’une équipe internationale, pour appeler et décrire les bâtiments et leurs parties par leur nom en toutes langues les plus parlées par la communauté scientifique. ».  CP, doctorante.

« C’est l’outil de référence par excellence pour décrire les vestiges archéologiques du monde grec et romain… On aimerait tant qu’il existe sous forme de base de données numérique mais déjà ses index sont excellents. ». CC, doctorante.

Guide de Délos / par  Philippe Bruneau, Jean Ducat ; quatrième éd. refondue et mise à jour avec le concours de Michèle Brunet, Alexandre Farnoux, Jean-Charles Moretti. – 4e éd.. – Athènes : Ecole française d’Athènes; Paris : Ecole française d’Athènes, 2005. – (Sites et monuments ; 1) ; Cote : ACL,  N5670. B7 2005

 « Il n’y a rien de mieux pour un archéologue sur cette île que de partir le matin avec le Guide dans son sac et de s’aventurer dans le quotidien des Déliens d’un autre temps…,». TC, étudiant M1. 

L’Architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. 1, les monuments publics / Pierre Gros. – Paris : Picard, 1996. – (Manuels d’art et d’archéologie antiques)

Cote : ACL, NA310. G76 1996

« Il permet de répondre à énormément de questions concernant le monde romain et son architecture, tout y est, il est indispensable !!! ». CN, étudiante L3.

« Ce livre est essentiel à ma formation, et constitue une base de compréhension de tous les sites d’époque romaine ». LF, étudiante L3.

« Bien que général, je considère ce livre comme une référence. C’est une base fondamentale dont l’utilité peut s’appliquer à n’importe quel site romain ». JA, étudiante L3.

L’Ilioupersis dans la céramique italiote : les mythes et leur expression figurée au IVe siècle. Tome II, [Index et planches] / Jean-Marc Moret. – Institut suisse de Rome, 1975.- (Bibliotheca helvetica romana ; 14) ; Cote : ACL, NK4649. M6 1975

« Ce livre est le fruit de la thèse d’un professeur qui m’est très cher car sa bienveillance et son humanité m’ont été d’un grand secours lors de ma reprise d’études qui fut un succès ». CC, étudiante M2.

Manuel d’architecture grecque. I, matériaux et techniques / Roland Martin. – Paris : A. et J. Picard, 1965. – (Manuels d’Archéologie et d’Histoire de l’Art) ; Cote : ACL, NA270. M375 1965

« C’est une référence pour l’identification et l’observation des structures ». KM, doctorant. 

Monumental tombs of ancient Alexandria : the theater of the dead / Marjorie Susan Venit. – Cambridge : Cambridge university press, 2002 ; Cote : ACL, DT73.A523. V4 2002

« Cet ouvrage est l’œuvre phare de mon travail de recherche. C’est une base solide pour toute étude iconographique, il constitue ma « Madeleine de Proust » de mes années de Master et du travail de mémoire…». AC, étudiante M2.

Sylloge nummorum graecorum [Great Britain]. Volume XII, the Hunterian Museum, University of Glasgow . Part I, Roman provincial coins. Spain, Kingdoms of Asia Minor  / John Goddard. – London : Oxford university press : Spink and Son, cop. 2004. – (Sylloge nummorum graecorum. Great Britain ; 12/1) ; Cote : ACL, CJ302. GB vol 12/1

 « Il m’a permis de collecter les dernières références bibliographiques pour la publication de monnaies alors qu’elles n’existaient pas ailleurs. Il invite également au voyage». DF, archéologue INRAP.

The Athenian Agora : results of excavations. volume XXX, Attic red-figured and white-ground pottery / by Mary B. Moore. – Princeton (N.J.) : American School of Classical Studies at Athens, 1997. – (Athenian Agora ; 30) ; Cote : ACL, DF287.A23. A5 vol.30

 « Bien épais et de bonne qualité, il permettra en cas de grand froid de se chauffer. En cas de soleil et de forte chaleur, il pourra servir d’éventail et de chapeau. Merci la MOM ». MHB, doctorante.

The Roman imperial coinage. Vol. IV.  Part III, Gordian III – Uranius Antoninus / Ed. by Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, C.H.V. Sutherland. – Réimpr. – London : Spink and Son, 1968.

Cote : ACL, CJ965. RIC vol 4/3

« Ce livre explique la somme de tous les types monétaires romains connus, c’est idéal pour identifier n’importe quelle monnaie romaine, la dater, et par conséquent dater le niveau de fouille !!! ». TB, doctorant.

Amor au nord des Alpes : sexualité et érotisme dans l’Antiquité romaine : livret d’accompagnement de l’exposition ‘Amor’ – Musée d’Avenches – 29 mai – 4 octobre 2009 / Günther E. Thüry ; traduit de l’allemand par Catherine May Castella. – Avenches : Association Pro Aventico, 2009. – (Documents du musée romain d’Avenches ; 18) ; Cote : AOC, DQ851.A82. T48 2009

« Quand on est seul loin de tout, faut bien se distraire… Si vous voyez ce que je veux dire… ». DA, bibliothécaire.

Le Plomb en Gaule romaine : techniques de fabrication et produits / André Cochet ; préface de Michel Pernot. – Montagnac : M. Mergoil, 2000. – (Monographies instrumentum ; 13)

Cote : AOC, NK8350. C6 2000

« Il est très complet, précis. Il y a tout ce dont on a besoin ». MM, étudiante L3.

Les Religions gauloises : rituels celtiques de la Gaule indépendante / Jean-Louis Brunaux. – Paris : Ed. Errance, cop. 1996 ; Cote : AOC, BL911. B78 1996

Le sujet est passionnant et complexe. Mais le style d’écriture de l’auteur le rend limpide ». BP, étudiante M2

Paléomanufacture métallique : méthode d’étude / Jean-Paul Guillaumet. – Gollion : InFolio, 2003. – (Vestigia) ; Cote : AOC, D71.B5. G8 2003

« C’est un manuel pratique à utiliser directement sur le terrain pour l’étude, le classement et le conditionnement du mobilier métallique ». AC, étudiante M1.

Art et archéologie : les civilisations du Proche-Orient ancien / Agnès Benoit. – Paris : Réunion des Musées Nationaux : Ecole du Louvre, 2003. – (Manuels de l’Ecole du Louvre) ; Cote : AOR, DS56.1. B4 2003

«Ouvrage de base très bien illustré avec des notices aussi bien sur l’art, l’histoire et l’archéologie. » VM, doctorante.

 

Bahreïn, la civilisation des deux mers : de Dilmoun à Tylos : exposition présentée à l’Institut du monde Arabe du 18 mai au 29 août 1999 / conçue et réalisée par l’Institut du Monde arabe; commissaire scientifique et catalogue sous la dir. de Pierre Lombard,…. – Paris : Institut du Monde Arabe; Gand : Snoek-Ducaju & Zoon, 1999.

Cote : AOR, DS203. B3 1999

 « Cet ouvrage regroupe un large éventail d’oeuvres, ce qui en fait une publication de référence pour mon travail sur les sites de l’île. ». FG, étudiant M2.

Hama : fouilles et recherches. 1931-1938. II.1, L’architecture des périodes préhellénistiques / Fugmann Einar / par E. Fugmann. – Copenhague : Nationalmuseet, 1958. – (Nationalmuseets skrifter. Storre Beretninger ; 4) ; Cote : AOR, DS99.H35. H3.2.1

 « J’ai choisi ce livre parce qu’il est la seule référence complète de la période pré-hellénistique, notamment l’âge du Bronze) de la région centrale de la Syrie intérieure ». GM, doctorant. 

L’Age des échanges inter-iraniens 3500-1700 avant J.-C. / par Pierre Amiet, – Paris : Ed. de la Réunion des musées nationaux. –  (Notes et documents des musées de France ; 11)

Cote : AOR, DS276. A57 1986

« Je considère ce livre comme une source importante pour mon projet de thèse et mon mémoire de master». MD, étudiante M2.

L’Archéologie de l’empire achéménide : nouvelles recherches : actes du colloque organisé au Collège de France par le  » Réseau international d’études et de recherches achéménides  » (GDR 2538 CNRS), 21-22 novembre 2003 / sous la dir. de Pierre Briant et Rémy Boucharlat. – Paris : De Boccard, 2005. – (Persika ; 6) ; Cote : AOR, DS262.2. A7 (2003)2005

 « Un très bon livre bien écrit présentant une bonne base pour la compréhension du monde perse qui est mon sujet de mémoire ». OB, étudiant M1. 

La Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C. / Francis Joannès. – Paris : A. Colin, 2002. – (Collection U. Histoire) ; Cote : AOR,  DS73.7. J6 2002

« Un classique des ouvrages généraux sur le Proche-Orient ancien ». EH, étudiante M1.

Mari : métropole de l’Euphrate au IIIe et au début du IIe millénaire av. J.-C. / Jean.-Claude Margueron. – Paris : ERC : Picard, 2004 ; Cote : AOR, DS99.M366. M3 2004

 « Mari n’est ni ouest, ni est, ni sud, ni nord. Mari pourrait être lue comme un centre où l’Iran, l’Iraq, l’Anatolie et la Syrie ont tous laissé leurs marques ». MO, doctorant.

Pottery from the Diyala region / by Pinhas Delougaz. – Chicago, Ill. : University press, 1952. – (Oriental Institute publications ; 63) ; Cote : AOR, DS79.9.D562. D4 1952

 « Un classique à toujours avoir à portée de main ». JM, doctorante. 

Recherches sur les palais mésopotamiens de l’âge du Bronze. Tome 1, Texte / Margueron J. – Paris : P. Geuthner, 1982. – (Bibliothèque archéologique et historique ; 107) ; Cote : AOR, DS70.3.A72. M3 1982

 « C’est une vraie bible pour qui aime l’architecture ». DE, membre AAMO.

The Archaeology of Syria : from complex hunter-gatherers to early urban societies (ca. 16,000-300 BC) / Peter M. M. G. Akkermans, Glenn M. Schwartz. – Cambridge : Cambridge university press, 2003. – (Cambridge World archaeology) ; Cote : AOR, DS94.5. A7 2003

 « Evidemment le site où je vais travailler sera en Syrie. Ce livre parle de l’archéologie de la Syrie de 16.000-300 av. JC. en abordant tous les domaines y compris l’architecture et la céramique. Une référence assez importante pour tous les archéologues du Proche-Orient ». YK, doctorante. 

Nûr ad-Dîn : un grand prince musulman de Syrie au temps des croisades (511-569/1118-1174) / Nikita Elisséeff . Tome I. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1967.

Cote : BAB, DS97. E55 1967

Saladin / Anne-Marie Eddé. – Paris : Flammarion, 2008.

Cote : BAB, DS38.4.S2. E38 2008

Secular buildings in the Crusader Kingdom of Jerusalem : an archaeological gazetteer / Denys Pringle. – Cambridge : Cambridge university press, 1997.

Cote : BAB, NA1478.J4. P7 1997

 « Très utile pour la topographie historique de la Syrie et de la Palestine. Renvoie pour chaque site à une bibliographie spécialisée ». SD, étudiante M2. 

Inschriften der Spätzeit. Teil 2, Die 22.-24. Dynastie / Karl Jansen-Winkeln. – Wiesbaden : Harrassowitz, 2007.

Cote : EGY,  PJ521. Spätzeit 2

« Il contient une transcription de tous les textes de la 22è et de la 23è dynastie. Il est donc très pratique pour connaître cette période de l’Egypte ancienne dont ses statues que je suis en train de traduire ». FJ, doctorante.

La fonction de juger : Egypte ancienne et Mésopotamie / Robert Jacob, Schafik Allam, Marie Drew-Bear, Christopher J. Eyre… [et al]. – Paris ; Budapest ; Torino : L’Harmattan, 2004. Cote : EGY, KL2821. M4 2004

« J’aime le droit en plus de l’archéologie et cet ouvrage va avec mon mémoire ». AT, étudiante M1. 

Pharaon : les secrets du pouvoir / Bonheme Marie-Ange, Forgeau Annie .- Paris : A. Colin, 1988.

Cote : EGY,  JC66. B6 1988,

 « Un indispensable et une remarquable synthèse pour tout étudiant en égyptologie. Une référence à laquelle se reporter pour toute question concernant l’institution royale et la pratique du pouvoir à travers le personnage de Pharaon ». NF, étudiante L3. 

« J’aime l’Egypte et l’étude iconographique que l’on peut y faire. Je pense que ce livre s’adapte bien à l’étude que je veux faire ». JC, étudiante L3.

D’Alexandre à Zénobie : histoire du Levant antique : IVe siècle avant J.-C., IIIe siècle après J.-C. / Maurice Sartre. – Paris : Fayard, 2001 ; Cote : HCL, DS96.1. S3 2001

 « C’est une synthèse très utile et bien documentée sur la Syrie et le Proche-Orient antique ». PGM, doctorante.

Ptolemaica selecta : études sur l’armée et l’administration lagides / Van’t Dack Edmond. – Louvain : Studia Hellenistica, 1988 : [Université catholique]. – (Studia hellenistica ; 29) ; Cote : HCL, DT81. V3 1988

« Il est essentiel pour mes recherches post-doctorales sur l’administration de la Thébaïde à l’époque ptolémaïque ». NB, visiteur étranger. 

Salaisons et sauces de poissons en Italie du Sud et en Sicile durant l’Antiquité / Emmanuel Botte ; préface de Jean-Pierre Brun et André Tchernia. – Naples : Centre Jean Bérard, 2009. – (Collection du Centre Jean-Bérard.  ; 31. 1, Archéologie de l’artisanat antique) ; Cote : HCL, HD9469.G3. B6 2009

« Cet ouvrage m’a été demandé par plusieurs lecteurs et bibliothécaires. Toutefois, j’ai eu beaucoup de mal à me le procurer par le biais des échanges. Une fois ce document reçu, j’ai pris beaucoup de plaisir et d’intérêt à découvrir les techniques de pêche employées dans l’Antiquité et celles de production du sel, savoir-faire très utile sur une île déserte !!! » NM, bibliothécaire. 

Anatolia Antiqua, 1999, n° 7. – Article de Frédérique Blaizot

Cote : Périodiques, Anatolia Antiqua

«Un article sur un sujet fortement apprécié ». CL, étudiante L2. 

Les Fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C. / Feugère Michel. – Paris : CNRS, 1985 ; In : Revue archéologique de Narbonnaise – 1985, n° 12.

Cote : Périodiques, Revue archéologique de Narbonnaise

« Ouvrage de base pour mon sujet de recherche, le corpus est l’un des plus importants étudiés et la typologie est la plus complète et la plus précise pour les fibules ». Anonyme.

Ćmielów, Krzemionki, Świeciechów = [relations between the neolithic settlement and flint mines] : związki osady neolitycznej z kopalniami krzemienia / Bogdan Balcer. – Warszawa : Wydawnictwo Instytutu Archeologii i Etnologii PAN, 2002. ; Cote : PHG, GN779.T6. B3 2002

 « Il y a de tout dans ce livre : de l’humour, de l’action, du suspense, de la relance, de la réflexion qui fait réfléchir, du style… ». FC, bibliothécaire. 

Eléments d’archéozoologie / Louis Chaix, Patrice Méniel. – Paris : Ed. Errance, 1996. – (Archéologie aujourd’hui) ; Cote : PHG, GN799.D65. C48 1996

Le Feu avant les allumettes : expérimentation et mythes techniques / Jacques Collina-Girard. – Paris : Maison des Sciences de l’Homme, cop.1998.- (Archéologie expérimentale et ethnographie des techniques ; 3) ; Cote : PHG, CC75.75. C6 1998

« Question de survie !!!, pour me débrouiller sur mon île, pour me réchauffer et… manger autre chose que des sushis !!! ». GP, documentaliste. 

La Sainte bible comprenant l’Ancien et le nouveau testament  / traduction de Lemaistre de Sacy. – Paris : Marescq, 1857 ; Cote : RAP (fonds anciens), LEM / sai

« S’il y a un site à fouilles, en principe l’intendance suit matériellement. Je n’ai jamais lu la Bible en entier ; il y a de quoi méditer pendant un an, nourriture spirituelle !!! L’édition est au fonds ancien, j’aime les vieilles éditions ». GL, professeur.

Archéologies : vingt ans de recherches françaises dans le monde / [publ. par le] Ministère de affaires étrangères. – Paris : Maisonneuve et Larose : ADPF. ERC, 2005 ; Cote : REF,  ADN25. A71 2005

 «Très synthétique, très illustré, distrayant ». AR, assistant-ingénieur MOM. 

L’Egypte et la vallée du Nil. Tome II, De la fin de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire / Claude Vandersleyen. – Paris : Presses universitaires de France, 1995. – (Nouvelle Clio) ; Cote : REF, AC25.N62. V4 1995

« Livre très complet et en même temps généraliste sur l’Egypte ». AM : étudiante M1.

Dictionnaire étymologique de la langue grecque : histoire des mots / par Pierre Chantraine. – Nouvelle édition avec un supplément / sous la dir. d’Alain Blanc, Charles de Lamberterie, Jean-Louis Perpillou. – Paris : Klincksieck, 1999 ; Cote : TXT, PA422. C48 1999

« Il donne l’histoire des mots, c’est-à-dire, de l’évolution de la langue, d’une langue en rapport avec le réel, des références à des tas de textes grecs et étrangers. Je conserve ainsi un contact avec un corpus de textes que j’aime ». IB, professeur. 

Iliade et Odyssée. tome I, Chants I-VI / Homère ; Mazon Paul [Trad./Ed]. – Paris : Les Belles Lettres, 1961. – (Collection des Universités de France) ; Cote : TXT, PA3413

Les Origines de la pensée grecque / Jean-Pierre Vernant. – Paris : Presses universitaires de France, 1962. – (Mythes et religions ; 45) ; Cote : TXT, B187. V4 1962

« Il faut toujours revenir aux bases de l’historiographie. Vernant reste un auteur incontournable, même s’il faut « être sur un site loin de tout » pour avoir le courage de le lire». CWP, doctorante. 

Merci à tous. A bientôt pour une prochaine manifestation à la bibliothèque.

Geneviève Peyres & Nina Mitamona

Organisatrices

Souvenirs et impressions apolloniates

A l’occasion de la conférence « Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie »,  J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de partager ci-dessous quelques souvenirs sur son expérience à Apollonia :

« La mission épigraphique et archéologique française en Albanie a été fondée par Pierre Cabanes, professeur émérite de l’université de Paris X Nanterre,  en 1992 juste après l’effondrement du régime hoxhiste et l’entrée du pays des aigles dans l’ère démocratique.  En 1994, j’ai pu rejoindre son équipe et j’ai eu l’honneur de conduire les premières fouilles franco-albanaises sur le site d’Apollonia. Ce fut le début d’une grande aventure humaine autant que scientifique, aventure qui s’enrichit encore d’année en année.  Ce n’était pas la première fois que des Français fouillaient à Apollonia puisque le chartiste Léon Rey entre les deux guerres, à l’époque du roi Zog, avait dégagé les premiers vestiges de la cité. Mais c’était la première fois qu’une véritable collaboration scientifique permettait à l’Institut archéologique de Tirana de mener des fouilles d’envergure et d’intégrer pleinement la communauté scientifique internationale. D’autres missions étrangères ont suivi, l’Italie, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Grèce, plus récemment l’Allemagne et la Pologne, mais la France peut s’honorer d’avoir été la première, et qu’il me soit permis d’avoir ici une pensée pour P. Cabanes qui a bien voulu me confier la direction de la Mission en 1999 lorsqu’il décida de prendre sa retraite. La fouille a vu passer beaucoup d’étudiantes et d’étudiants  albanais accueillis ensuite en France pour un DEA puis une thèse ; ils assurent maintenant  le renouvellement de la génération de chercheurs arrivés à la retraite. Mon premier étudiant en thèse, Altin,  fut l’un d’eux et il est aujourd’hui l’un des principaux responsables de l’équipe albanaise d’Apollonia.

Depuis 1994, le pays a connu une évolution qu’il est difficile d’imaginer. Il fallait alors plus de quatre heures pour parcourir les 120 km séparant le petit aéroport de Rinas au nord de Tirana, du site d’Apollonia qui n’était accessible que par une piste en terre battue. On avait alors le temps de compter les innombrables bunkers qui bordaient les routes,  indestructibles sentinelles d’un désert des Tartares , censées arrêter une illusoire  invasion qui n’avait pour but que de maintenir un peuple fier de ses origines sous le joug  du dictateur, et la route appartenait encore aux charrettes tirées par des ânes venus d’un autre temps. Aujourd’hui l’aéroport Mère Theresa n’a rien à envier aux plus modernes des aéroports  européens, et à peine deux heures suffisent pour rejoindre le site ; les bunkers ont peu à peu disparu sous l’assaut des enfants récupérant la ferraille pour gagner quelques leks, et ont laissé la place à des stations-services et des hôtels restaurants ; les « benz » ont largement remplacé les ânes, et quelques grosses cylindrées aux vitres fumées témoignent de l’arrogance des nouveaux riches  et de l’existence d’une économie parallèle.

Les trois premières années, jusqu’à la construction de la maison de fouille inaugurée en 1996, furent difficiles mais riches d’émotions et de souvenirs : le vieux monastère désaffecté qui abritait la mission n’avait aucun confort : la cuisinière accroupie s’efforçait de cuire les plats sur des petits réchauds à pétrole ; l’eau peu potable était amenée du village par un char à bœufs qui ne pouvait assurer que trois rotations par jour ; les douches étaient froides et rares, et on était condamné à boire du vin ; l’électricité était balbutiante, et par les pluies d’orage il fallait disposer savamment les lits pour rester au sec. Et pourtant on était heureux d’être ensemble et  le banquet de fin de fouilles avec les chants polyphoniques des ouvriers dans le cloitre du monastère donnait le sentiment qu’Apollonia, pourtant abandonnée à la fin du IVe siècle, n’avait cessé de vivre. Je voudrais ici rendre hommage à tous les ouvriers de Pojani et des villages environnants qui d’année en année sont devenus d’excellents fouilleurs, et surtout ont compris, en hommes simples mais sages,  l’importance de leur patrimoine. Ce sont eux qui en 1997, année de la guerre civile dans le pays,   parfois au péril de leur vie, se sont opposés aux bandes mafieuses qui voulaient piller le site. Aujourd’hui certains sont morts ou affaiblis par l’âge,  mais les fils prennent la suite des pères, quand ils ne doivent pas partir en Italie ou en Grèce pour assurer la vie de leur famille.

Aujourd’hui la maison de fouilles dispose de tout le confort moderne ; congélateur, douches chaudes, télévision, internet. Il ne manque que le chauffage l’hiver ou la climatisation l’été ! Les ouvriers n’arrivent plus à pied, avec ce pas lent du paysan attaché à sa terre, mais en mobylette ou en voiture. Je ne suis pas sûr qu’on y ait gagné en convivialité. Les plus beaux moments restent cependant la contemplation des soleils couchants depuis la terrasse de la maison ouvrant sur l’Adriatique, tandis que la silhouette de l’unique colonne du temple de Shtyllas marquant l’emplacement du port, s’estompe peu à peu dans le crépuscule, ou, couché sur le sol pour y trouver un peu de fraicheur,  la contemplation de la voie lactée d’une extraordinaire luminosité dans le silence d’une nuit traversé seulement par le cri du vieil hibou qui a élu demeure dans les combles de la maison. Malheureusement bientôt une autoroute va déchirer la plaine à quelques centaines de mètres du site ;  le grondement sourd des véhicules couvrira le cri du hibou, et la lumière des phares obscurcira la clarté des étoiles. C’est sans doute le prix à payer pour parachever le développement économique du pays et son entrée dans l’Europe, mais il me plait de rêver que cela n’arrivera qu’au terme des quelques années qui me séparent de la retraite. »

Jean-Luc Lamboley

Fourchette et bibliothèque

La semaine du goût

La 23ème édition de la Semaine du goût se déroulera du 15 au 21 octobre 2012. Durant cette semaine, différents partenaires, tels que les Ministères de l’Education Nationale et de l’Agriculture, la Collective du Sucre, l’Association Française des Maîtres Restaurateurs,…se sont associés pour faire redécouvrir aux petits et grands la diversité des goûts, la qualité des aliments et les plaisirs gustatifs.

A l’occasion de cette manifestation, la bibliothèque de la MOM vous propose une petite sélection d’ouvrages récents sur le thème de l’alimentation dans le monde méditerranéen de la préhistoire à nos jours. Continuer la lecture de Fourchette et bibliothèque

Mise en valeur de la bibliothèque Victor Loret

Photo : Magali Mathey

Victor Loret (1859-1946) fait partie des premiers égyptologues français, dans la lignée de Jean-François Champollion. Archéologue, il est à l’origine de la découverte des tombes royales de Thoutmosis III et d’Amenhotep II.

Continuer la lecture de Mise en valeur de la bibliothèque Victor Loret