Tous les articles par prefixesmom

La Olmeda : un modèle aristocratique de villa romaine en Hispania Tarraconensis (IVe-Ve siècles)

Mercredi 13 février 2013, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée accueille, dans le cadre du cycle de conférence Jean Pouilloux, José-Antonio Abásolo. Ce professeur d’archéologie romaine à l’Université de Valladolid est également directeur scientifique du site et du musée de La Olmeda en Espagne. Il collabore depuis plusieurs années aux fouilles de La Olmeda, et la liste de ses publications scientifiques est disponible sur Dialnet, le portail bibliographique espagnol en accès libre et gratuit.

Le site archéologique de la villa romaine de La Olmeda est situé à proximité de la ville actuelle de La Pedrosa de la Vega (Palencia), dans l’ancienne province romaine d’Hispanie Tarraconaise (cf. carte ci-dessous).


Agrandir le plan

Les campagnes de fouilles ont débuté dès 1968 suite à la découverte du site par l’archéologue Javier Cortes Alvarez de Miranda et continuent encore aujourd’hui. Elles ont mis au jour une villa romaine de 3000 m² et un ensemble thermal de plus de 900 m² datant de l’époque romaine tardive.

Pour vous faire une idée plus précise de l’organisation spatiale et des décors de mosaïques de la villa, vous pouvez profiter de la visite virtuelle accessible sur le site du musée de La Olmeda :

Accédez à la visite virtuelle

La Province de Palencia, qui contribue depuis 1980 au financement des travaux de conservation et de valorisation de la villa, met également à la disposition du public, sur You Tube, ce documentaire en espagnol de quelques minutes, présentant le site archéologique de La Olmeda.

 

Pour finir, la bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée vous propose cette bibliographie des ouvrages dont elle dispose sur La Olmeda et les villas romaines en Hispanie :

Accédez à la bibliographie

Les ouvrages cités sont exposés à la bibliothèque, au 3ème étage en face de l’accueil.

La Doc des Pros

Dans notre service, nous avons créé il y a quelques années déjà ce que j’appelle la « Doc Pro » soit : Documentation Professionnelle. Vous comprendrez donc qu’il s’agit de tous ces documents (livres, études, normes…) que nous achetons pour nous, bibliothécaires, et pas pour nos lecteurs ! Mais comme nous sommes partageurs, nous vous les dévoilons.

 

Par quoi sont guidés nos choix?

Par nos pratiques quotidiennes, par les évolutions du métier et des compétences que l’on nous demande. Celles-ci se centrent sur  de nouvelles pratiques et de nouveaux enjeux.

Nous nous sommes investis dans le web, Netvibes pour les signets, Facebook, Blog , ce sont donc des préoccupations ou au moins des interventions  quotidiennes pour certains d’entre nous.

Les appréciations données sur les documents suivants n’engagent que leur auteur, bien entendu.

Guide pratique des médias sociaux à l’usage des bibliothèques & centres de documentation / Eric Guéguen. – Klog éditions, 2012

Un ouvrage constitué comme un guide des nouveaux usages en terme de médias sociaux pour les Bibliothécaires et documentalistes en s’attachant à rester dans un contexte de travail effectif : typologie, fiches techniques, comment mener un projet (objectifs..), méthodologie, outils, l’écriture  pour un blog…

Il me parait clair, synthétique, à la portée de tous. Pas de perte de temps en explications plus ou moins compliquées, des fiches qui vont à l’essentiel, un langage clair.

 

Créer, trouver et exploiter les blogs / Olivier Ertzscheid. ADBS Ed., 2008

Un livre toujours d’actualité malgré sa date de parution. L’auteur est enseignant-chercheur en Sciences de l’Information et de la communication, créateur du blog « affordance.info » et responsable à partir de la rentrée de septembre 2013 d’une licence professionnelle centrée sur le community management à Nantes.

Tout est dit dans le titre!

 

 

Revue de bibliologie : Schéma et schématisation. 76, L’Ecrit informatisé. L’Harmattan, 2012

Cette revue fondée en 1967 présente des travaux sur la bibliologie, l’histoire du livre et des  bibliothèques. Elle est la revue de l’Association Internationale de Bibliologie, publiée par le Comité français (SSB).

Des articles parfois très « hype-concept », ainsi que l’on peut le lire dans la préface où la revue est définie comme préoccupée « de la novation et de l’avenir et non pas de la tradition et de la conservation du passé ».

Ce qui au départ m’est apparu comme rébarbatif, je l’avoue.

Certains articles se révèlent cependant intéressants : connaissez-vous la praxéo-bibliothéconomie et la pensée de Léopold-Auguste Constantin? Eh bien vous y apprendrez beaucoup de choses sur l’évolution de la bibliothéconomie.

L’état de la bibliologie dans différents pays est abordé à travers, notamment la présentation du cas des archives nationales et de la bibliothèque nationale du Congo dans le cadre de la conservation par M. Bob Bobutaka Bateko.

De même, l’article sur « Quelles continuités, quelles ruptures pour l’écrit à l’heure du papier et à l’heure du numérique? »  : c’est de saison, non?  De plus vous y apprendrez qui étaient Cang Jie et Von Neumann. (J’attends vos réponses sans tricher!)…

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce numéro (web 2.0-3.0…)

 

Normes de catalogage. Tome 1. AFNOR, mise à jour de 2011. 

Ensuite, les normes de catalogage pour ne pas dire la conception même de l’accès à l’information catalographique évoluent et sont régulièrement mises à jour. En tant que bibliothécaires, nous devons nous tenir informés  et nous former à ces nouvelles notions telles que FRBR, RDA, …   c’est pourquoi nous avons acheté la dernière version de la norme de catalogage.

 


Itinéraire d’une bibliothécaire / Catherine Petit, Martine Bosshardt.-L’Harmattan, 2012

Pour changer un peu et parce que les expériences vécues par nos collègues sont toujours intéressantes.

ce livre sous  la forme d’une interview est un récit de vie qui nous livre le parcours d’une bibliothécaire entrée dans le métier par hasard et qui y est restée des années 70 à nos jours.

 

Véronique Faure

Résultats du Jeu Concours : Les gagnants et les nombreux coups de cœur de nos lecteurs

Dessin de Coralie Rauber

« Toutes les grandes lectures sont une date dans l’existence » disait Alphonse de Lamartine. A l’occasion du Grand Jeu Concours qui s’est déroulé en décembre 2012 à la bibliothèque de la MOM. La question du jour était de connaître le titre du livre que vous emporteriez si vous vous trouviez seul, loin de tout, sur un site de fouille ou sur une île déserte. Vous avez été 46 personnes à vous prêter à ce jeu.

Nous souhaitons vous remercier pour votre participation et d’avoir bien voulu partager avec nous vos  coups de cœur. Merci également à tous ceux qui ont été présents lors du tirage au sort et qui nous ont apportés de délicieux gâteaux à partager dans ce moment d’échange entre lecteurs et bibliothécaires.

Des gagnants…

Le tirage au sort a eu lieu le mardi  18 décembre 2012. Voici les noms de nos heureux gagnants :

–          Juliette MAS, doctorante, gagnante de 3 publications de la MOM

–          Thomas BARDIN, doctorant, gagnant de 2 publications de la MOM

–          Camille LEVRY, étudiante en L2, gagnante d’une publication de la MOM

…et surtout des coups de cœur

Le plus grand coup de cœur a été  pour  L’Architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire, qui fut cité trois fois par nos étudiants de L3. Cet ouvrage est assurément une référence pour débuter dans le monde de l’archéologie antique.

 Deux doctorants ont apprécié l’aide du Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine qui leur permet au sein des équipes de recherche de décrire dans plusieurs langues des bâtiments de l’Antiquité.

Les bibliothécaires vous ont également proposé leurs coups de cœur de Salaisons Sauces Poissons  à du Feu avant les allumettes : expérimentation et mythes techniques, en passant par Amor au nord des Alpes : sexualité et érotisme dans l’Antiquité romaine.

Voici l’ensemble de vos réponses, encore merci à tous les participants :

Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine. I, matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor / Ginouvès René, Martin R. – Athènes : Ecole française d’Athènes ; Rome : Ecole française de Rome, 1985 ; Cote : ACL, NA260. G5.1 1985

 « Il est très utile quand on travaille au sein d’une équipe internationale, pour appeler et décrire les bâtiments et leurs parties par leur nom en toutes langues les plus parlées par la communauté scientifique. ».  CP, doctorante.

« C’est l’outil de référence par excellence pour décrire les vestiges archéologiques du monde grec et romain… On aimerait tant qu’il existe sous forme de base de données numérique mais déjà ses index sont excellents. ». CC, doctorante.

Guide de Délos / par  Philippe Bruneau, Jean Ducat ; quatrième éd. refondue et mise à jour avec le concours de Michèle Brunet, Alexandre Farnoux, Jean-Charles Moretti. – 4e éd.. – Athènes : Ecole française d’Athènes; Paris : Ecole française d’Athènes, 2005. – (Sites et monuments ; 1) ; Cote : ACL,  N5670. B7 2005

 « Il n’y a rien de mieux pour un archéologue sur cette île que de partir le matin avec le Guide dans son sac et de s’aventurer dans le quotidien des Déliens d’un autre temps…,». TC, étudiant M1. 

L’Architecture romaine : du début du IIIe siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. 1, les monuments publics / Pierre Gros. – Paris : Picard, 1996. – (Manuels d’art et d’archéologie antiques)

Cote : ACL, NA310. G76 1996

« Il permet de répondre à énormément de questions concernant le monde romain et son architecture, tout y est, il est indispensable !!! ». CN, étudiante L3.

« Ce livre est essentiel à ma formation, et constitue une base de compréhension de tous les sites d’époque romaine ». LF, étudiante L3.

« Bien que général, je considère ce livre comme une référence. C’est une base fondamentale dont l’utilité peut s’appliquer à n’importe quel site romain ». JA, étudiante L3.

L’Ilioupersis dans la céramique italiote : les mythes et leur expression figurée au IVe siècle. Tome II, [Index et planches] / Jean-Marc Moret. – Institut suisse de Rome, 1975.- (Bibliotheca helvetica romana ; 14) ; Cote : ACL, NK4649. M6 1975

« Ce livre est le fruit de la thèse d’un professeur qui m’est très cher car sa bienveillance et son humanité m’ont été d’un grand secours lors de ma reprise d’études qui fut un succès ». CC, étudiante M2.

Manuel d’architecture grecque. I, matériaux et techniques / Roland Martin. – Paris : A. et J. Picard, 1965. – (Manuels d’Archéologie et d’Histoire de l’Art) ; Cote : ACL, NA270. M375 1965

« C’est une référence pour l’identification et l’observation des structures ». KM, doctorant. 

Monumental tombs of ancient Alexandria : the theater of the dead / Marjorie Susan Venit. – Cambridge : Cambridge university press, 2002 ; Cote : ACL, DT73.A523. V4 2002

« Cet ouvrage est l’œuvre phare de mon travail de recherche. C’est une base solide pour toute étude iconographique, il constitue ma « Madeleine de Proust » de mes années de Master et du travail de mémoire…». AC, étudiante M2.

Sylloge nummorum graecorum [Great Britain]. Volume XII, the Hunterian Museum, University of Glasgow . Part I, Roman provincial coins. Spain, Kingdoms of Asia Minor  / John Goddard. – London : Oxford university press : Spink and Son, cop. 2004. – (Sylloge nummorum graecorum. Great Britain ; 12/1) ; Cote : ACL, CJ302. GB vol 12/1

 « Il m’a permis de collecter les dernières références bibliographiques pour la publication de monnaies alors qu’elles n’existaient pas ailleurs. Il invite également au voyage». DF, archéologue INRAP.

The Athenian Agora : results of excavations. volume XXX, Attic red-figured and white-ground pottery / by Mary B. Moore. – Princeton (N.J.) : American School of Classical Studies at Athens, 1997. – (Athenian Agora ; 30) ; Cote : ACL, DF287.A23. A5 vol.30

 « Bien épais et de bonne qualité, il permettra en cas de grand froid de se chauffer. En cas de soleil et de forte chaleur, il pourra servir d’éventail et de chapeau. Merci la MOM ». MHB, doctorante.

The Roman imperial coinage. Vol. IV.  Part III, Gordian III – Uranius Antoninus / Ed. by Harold Mattingly, Edward A. Sydenham, C.H.V. Sutherland. – Réimpr. – London : Spink and Son, 1968.

Cote : ACL, CJ965. RIC vol 4/3

« Ce livre explique la somme de tous les types monétaires romains connus, c’est idéal pour identifier n’importe quelle monnaie romaine, la dater, et par conséquent dater le niveau de fouille !!! ». TB, doctorant.

Amor au nord des Alpes : sexualité et érotisme dans l’Antiquité romaine : livret d’accompagnement de l’exposition ‘Amor’ – Musée d’Avenches – 29 mai – 4 octobre 2009 / Günther E. Thüry ; traduit de l’allemand par Catherine May Castella. – Avenches : Association Pro Aventico, 2009. – (Documents du musée romain d’Avenches ; 18) ; Cote : AOC, DQ851.A82. T48 2009

« Quand on est seul loin de tout, faut bien se distraire… Si vous voyez ce que je veux dire… ». DA, bibliothécaire.

Le Plomb en Gaule romaine : techniques de fabrication et produits / André Cochet ; préface de Michel Pernot. – Montagnac : M. Mergoil, 2000. – (Monographies instrumentum ; 13)

Cote : AOC, NK8350. C6 2000

« Il est très complet, précis. Il y a tout ce dont on a besoin ». MM, étudiante L3.

Les Religions gauloises : rituels celtiques de la Gaule indépendante / Jean-Louis Brunaux. – Paris : Ed. Errance, cop. 1996 ; Cote : AOC, BL911. B78 1996

Le sujet est passionnant et complexe. Mais le style d’écriture de l’auteur le rend limpide ». BP, étudiante M2

Paléomanufacture métallique : méthode d’étude / Jean-Paul Guillaumet. – Gollion : InFolio, 2003. – (Vestigia) ; Cote : AOC, D71.B5. G8 2003

« C’est un manuel pratique à utiliser directement sur le terrain pour l’étude, le classement et le conditionnement du mobilier métallique ». AC, étudiante M1.

Art et archéologie : les civilisations du Proche-Orient ancien / Agnès Benoit. – Paris : Réunion des Musées Nationaux : Ecole du Louvre, 2003. – (Manuels de l’Ecole du Louvre) ; Cote : AOR, DS56.1. B4 2003

«Ouvrage de base très bien illustré avec des notices aussi bien sur l’art, l’histoire et l’archéologie. » VM, doctorante.

 

Bahreïn, la civilisation des deux mers : de Dilmoun à Tylos : exposition présentée à l’Institut du monde Arabe du 18 mai au 29 août 1999 / conçue et réalisée par l’Institut du Monde arabe; commissaire scientifique et catalogue sous la dir. de Pierre Lombard,…. – Paris : Institut du Monde Arabe; Gand : Snoek-Ducaju & Zoon, 1999.

Cote : AOR, DS203. B3 1999

 « Cet ouvrage regroupe un large éventail d’oeuvres, ce qui en fait une publication de référence pour mon travail sur les sites de l’île. ». FG, étudiant M2.

Hama : fouilles et recherches. 1931-1938. II.1, L’architecture des périodes préhellénistiques / Fugmann Einar / par E. Fugmann. – Copenhague : Nationalmuseet, 1958. – (Nationalmuseets skrifter. Storre Beretninger ; 4) ; Cote : AOR, DS99.H35. H3.2.1

 « J’ai choisi ce livre parce qu’il est la seule référence complète de la période pré-hellénistique, notamment l’âge du Bronze) de la région centrale de la Syrie intérieure ». GM, doctorant. 

L’Age des échanges inter-iraniens 3500-1700 avant J.-C. / par Pierre Amiet, – Paris : Ed. de la Réunion des musées nationaux. –  (Notes et documents des musées de France ; 11)

Cote : AOR, DS276. A57 1986

« Je considère ce livre comme une source importante pour mon projet de thèse et mon mémoire de master». MD, étudiante M2.

L’Archéologie de l’empire achéménide : nouvelles recherches : actes du colloque organisé au Collège de France par le  » Réseau international d’études et de recherches achéménides  » (GDR 2538 CNRS), 21-22 novembre 2003 / sous la dir. de Pierre Briant et Rémy Boucharlat. – Paris : De Boccard, 2005. – (Persika ; 6) ; Cote : AOR, DS262.2. A7 (2003)2005

 « Un très bon livre bien écrit présentant une bonne base pour la compréhension du monde perse qui est mon sujet de mémoire ». OB, étudiant M1. 

La Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C. / Francis Joannès. – Paris : A. Colin, 2002. – (Collection U. Histoire) ; Cote : AOR,  DS73.7. J6 2002

« Un classique des ouvrages généraux sur le Proche-Orient ancien ». EH, étudiante M1.

Mari : métropole de l’Euphrate au IIIe et au début du IIe millénaire av. J.-C. / Jean.-Claude Margueron. – Paris : ERC : Picard, 2004 ; Cote : AOR, DS99.M366. M3 2004

 « Mari n’est ni ouest, ni est, ni sud, ni nord. Mari pourrait être lue comme un centre où l’Iran, l’Iraq, l’Anatolie et la Syrie ont tous laissé leurs marques ». MO, doctorant.

Pottery from the Diyala region / by Pinhas Delougaz. – Chicago, Ill. : University press, 1952. – (Oriental Institute publications ; 63) ; Cote : AOR, DS79.9.D562. D4 1952

 « Un classique à toujours avoir à portée de main ». JM, doctorante. 

Recherches sur les palais mésopotamiens de l’âge du Bronze. Tome 1, Texte / Margueron J. – Paris : P. Geuthner, 1982. – (Bibliothèque archéologique et historique ; 107) ; Cote : AOR, DS70.3.A72. M3 1982

 « C’est une vraie bible pour qui aime l’architecture ». DE, membre AAMO.

The Archaeology of Syria : from complex hunter-gatherers to early urban societies (ca. 16,000-300 BC) / Peter M. M. G. Akkermans, Glenn M. Schwartz. – Cambridge : Cambridge university press, 2003. – (Cambridge World archaeology) ; Cote : AOR, DS94.5. A7 2003

 « Evidemment le site où je vais travailler sera en Syrie. Ce livre parle de l’archéologie de la Syrie de 16.000-300 av. JC. en abordant tous les domaines y compris l’architecture et la céramique. Une référence assez importante pour tous les archéologues du Proche-Orient ». YK, doctorante. 

Nûr ad-Dîn : un grand prince musulman de Syrie au temps des croisades (511-569/1118-1174) / Nikita Elisséeff . Tome I. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1967.

Cote : BAB, DS97. E55 1967

Saladin / Anne-Marie Eddé. – Paris : Flammarion, 2008.

Cote : BAB, DS38.4.S2. E38 2008

Secular buildings in the Crusader Kingdom of Jerusalem : an archaeological gazetteer / Denys Pringle. – Cambridge : Cambridge university press, 1997.

Cote : BAB, NA1478.J4. P7 1997

 « Très utile pour la topographie historique de la Syrie et de la Palestine. Renvoie pour chaque site à une bibliographie spécialisée ». SD, étudiante M2. 

Inschriften der Spätzeit. Teil 2, Die 22.-24. Dynastie / Karl Jansen-Winkeln. – Wiesbaden : Harrassowitz, 2007.

Cote : EGY,  PJ521. Spätzeit 2

« Il contient une transcription de tous les textes de la 22è et de la 23è dynastie. Il est donc très pratique pour connaître cette période de l’Egypte ancienne dont ses statues que je suis en train de traduire ». FJ, doctorante.

La fonction de juger : Egypte ancienne et Mésopotamie / Robert Jacob, Schafik Allam, Marie Drew-Bear, Christopher J. Eyre… [et al]. – Paris ; Budapest ; Torino : L’Harmattan, 2004. Cote : EGY, KL2821. M4 2004

« J’aime le droit en plus de l’archéologie et cet ouvrage va avec mon mémoire ». AT, étudiante M1. 

Pharaon : les secrets du pouvoir / Bonheme Marie-Ange, Forgeau Annie .- Paris : A. Colin, 1988.

Cote : EGY,  JC66. B6 1988,

 « Un indispensable et une remarquable synthèse pour tout étudiant en égyptologie. Une référence à laquelle se reporter pour toute question concernant l’institution royale et la pratique du pouvoir à travers le personnage de Pharaon ». NF, étudiante L3. 

« J’aime l’Egypte et l’étude iconographique que l’on peut y faire. Je pense que ce livre s’adapte bien à l’étude que je veux faire ». JC, étudiante L3.

D’Alexandre à Zénobie : histoire du Levant antique : IVe siècle avant J.-C., IIIe siècle après J.-C. / Maurice Sartre. – Paris : Fayard, 2001 ; Cote : HCL, DS96.1. S3 2001

 « C’est une synthèse très utile et bien documentée sur la Syrie et le Proche-Orient antique ». PGM, doctorante.

Ptolemaica selecta : études sur l’armée et l’administration lagides / Van’t Dack Edmond. – Louvain : Studia Hellenistica, 1988 : [Université catholique]. – (Studia hellenistica ; 29) ; Cote : HCL, DT81. V3 1988

« Il est essentiel pour mes recherches post-doctorales sur l’administration de la Thébaïde à l’époque ptolémaïque ». NB, visiteur étranger. 

Salaisons et sauces de poissons en Italie du Sud et en Sicile durant l’Antiquité / Emmanuel Botte ; préface de Jean-Pierre Brun et André Tchernia. – Naples : Centre Jean Bérard, 2009. – (Collection du Centre Jean-Bérard.  ; 31. 1, Archéologie de l’artisanat antique) ; Cote : HCL, HD9469.G3. B6 2009

« Cet ouvrage m’a été demandé par plusieurs lecteurs et bibliothécaires. Toutefois, j’ai eu beaucoup de mal à me le procurer par le biais des échanges. Une fois ce document reçu, j’ai pris beaucoup de plaisir et d’intérêt à découvrir les techniques de pêche employées dans l’Antiquité et celles de production du sel, savoir-faire très utile sur une île déserte !!! » NM, bibliothécaire. 

Anatolia Antiqua, 1999, n° 7. – Article de Frédérique Blaizot

Cote : Périodiques, Anatolia Antiqua

«Un article sur un sujet fortement apprécié ». CL, étudiante L2. 

Les Fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C. / Feugère Michel. – Paris : CNRS, 1985 ; In : Revue archéologique de Narbonnaise – 1985, n° 12.

Cote : Périodiques, Revue archéologique de Narbonnaise

« Ouvrage de base pour mon sujet de recherche, le corpus est l’un des plus importants étudiés et la typologie est la plus complète et la plus précise pour les fibules ». Anonyme.

Ćmielów, Krzemionki, Świeciechów = [relations between the neolithic settlement and flint mines] : związki osady neolitycznej z kopalniami krzemienia / Bogdan Balcer. – Warszawa : Wydawnictwo Instytutu Archeologii i Etnologii PAN, 2002. ; Cote : PHG, GN779.T6. B3 2002

 « Il y a de tout dans ce livre : de l’humour, de l’action, du suspense, de la relance, de la réflexion qui fait réfléchir, du style… ». FC, bibliothécaire. 

Eléments d’archéozoologie / Louis Chaix, Patrice Méniel. – Paris : Ed. Errance, 1996. – (Archéologie aujourd’hui) ; Cote : PHG, GN799.D65. C48 1996

Le Feu avant les allumettes : expérimentation et mythes techniques / Jacques Collina-Girard. – Paris : Maison des Sciences de l’Homme, cop.1998.- (Archéologie expérimentale et ethnographie des techniques ; 3) ; Cote : PHG, CC75.75. C6 1998

« Question de survie !!!, pour me débrouiller sur mon île, pour me réchauffer et… manger autre chose que des sushis !!! ». GP, documentaliste. 

La Sainte bible comprenant l’Ancien et le nouveau testament  / traduction de Lemaistre de Sacy. – Paris : Marescq, 1857 ; Cote : RAP (fonds anciens), LEM / sai

« S’il y a un site à fouilles, en principe l’intendance suit matériellement. Je n’ai jamais lu la Bible en entier ; il y a de quoi méditer pendant un an, nourriture spirituelle !!! L’édition est au fonds ancien, j’aime les vieilles éditions ». GL, professeur.

Archéologies : vingt ans de recherches françaises dans le monde / [publ. par le] Ministère de affaires étrangères. – Paris : Maisonneuve et Larose : ADPF. ERC, 2005 ; Cote : REF,  ADN25. A71 2005

 «Très synthétique, très illustré, distrayant ». AR, assistant-ingénieur MOM. 

L’Egypte et la vallée du Nil. Tome II, De la fin de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire / Claude Vandersleyen. – Paris : Presses universitaires de France, 1995. – (Nouvelle Clio) ; Cote : REF, AC25.N62. V4 1995

« Livre très complet et en même temps généraliste sur l’Egypte ». AM : étudiante M1.

Dictionnaire étymologique de la langue grecque : histoire des mots / par Pierre Chantraine. – Nouvelle édition avec un supplément / sous la dir. d’Alain Blanc, Charles de Lamberterie, Jean-Louis Perpillou. – Paris : Klincksieck, 1999 ; Cote : TXT, PA422. C48 1999

« Il donne l’histoire des mots, c’est-à-dire, de l’évolution de la langue, d’une langue en rapport avec le réel, des références à des tas de textes grecs et étrangers. Je conserve ainsi un contact avec un corpus de textes que j’aime ». IB, professeur. 

Iliade et Odyssée. tome I, Chants I-VI / Homère ; Mazon Paul [Trad./Ed]. – Paris : Les Belles Lettres, 1961. – (Collection des Universités de France) ; Cote : TXT, PA3413

Les Origines de la pensée grecque / Jean-Pierre Vernant. – Paris : Presses universitaires de France, 1962. – (Mythes et religions ; 45) ; Cote : TXT, B187. V4 1962

« Il faut toujours revenir aux bases de l’historiographie. Vernant reste un auteur incontournable, même s’il faut « être sur un site loin de tout » pour avoir le courage de le lire». CWP, doctorante. 

Merci à tous. A bientôt pour une prochaine manifestation à la bibliothèque.

Geneviève Peyres & Nina Mitamona

Organisatrices

Aux origines du théâtre gallo-romain : l’édifice d’assemblée de Corent

Le 9 janvier 2013, dans le cadre du cycle de conférences Jean Pouilloux, Matthieu Poux viendra nous présenter les dernières découvertes de la campagne de fouilles qu’il mène depuis presque 12 ans sur le site de Corent dans le Puy-de-Dôme.

Matthieu Poux est un archéologue du laboratoire de recherche Archéométrie et Archéologie de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.  Il est également professeur d’archéologie romaine et gallo-romaine à l’Université Lyon 2. Vous retrouverez une partie de ses publications librement accessibles, téléchargeables en pdf, sur la plateforme Academia.edu.

Le site archéologique de Corent est situé sur un plateau volcanique, à 18 km de Clermont-Ferrand, vierge de toute construction humaine. Sous les champs cultivés, les fouilles ont pu mettre au jour des vestiges d’une ville gauloise : un sanctuaire, une place de marché, des habitations… et dernièrement un édifice d’assemblée.

Si vous souhaitez vous immerger dans l’ambiance de cette ancienne cité,  vous pouvez d’ores et déjà consulter le site internet des fouilles de Corent : http://www.luern.fr/.

Vous y trouverez plusieurs reconstitutions en 3D de ce que pouvait être la vie quotidienne du peuple arverne avant l’arrivée des romains.

Pour compléter votre visite, je vous propose également d’écouter l’intervention de Matthieu Poux, invité d’honneur du Salon Noir sur France Culture le 19 octobre 2011 :

 

Pour les plus classiques d’entre vous, et afin de préparer au mieux cette conférence, il vous est encore possible de consulter et/ou télécharger notre bibliographie sélective :

 Accéder à la bibliographie

Vous trouverez les ouvrages concernés sur le présentoir à l’accueil de la bibliothèque.

Au plaisir de vous y croiser,

Magali Lugnot

Wadi al-Jarf : Un port égyptien de l’ancien Empire sur la mer Rouge

Un port de l’ancien Empire sur la mer Rouge : Wadi al-Jarf (IVe dynastie, Egypte), par Pierre Tallet, Conférence du Cycle Jean Pouilloux, Histoire et Archéologie (Mercredi 19 décembre 2012 – 18h, Université Lyon 2)

 A l’occasion de la conférence de Pierre Tallet, nous nous sommes documentés sur le port de Wadi al-Jarf. Cette fouille étant très récente, nous avons trouvé que très peu de documents publiés sur ce site. Les articles à venir des archéologues vont donc être inédits et très intéressants. En attendant ces parutions et la conférence de Pierre Tallet, voici donc quelques petits éléments pour découvrir ce site.

 

se trouve Wadi al-Jarf et comment a-t-on découvert ce port ?

Wadi al-Jarf se situe sur la côte occidentale du golfe de Suez, au pied du monastère de Saint-Paul, à environ 100 km au sud d’Ayn Soukhna (cf carte)

En 1832, John Garner Wilkinson fit une première description des vestiges de ce site en mentionnant la présence de grandes habitations et de nombreuses galeries. Entre 1954 et1956, le site fut ensuite exploré par Frédéric Bisset et René Chabot-Morissot, pilotes du canal de Suez. Leurs différents travaux ont permis de localiser plus précisément le site.

A partir de 2011, une première mission archéologique est crée. Elle est codirigée par El-Sayed Mahfouz, maître de conférences à l’Université d’Assiout, et Pierre Tallet, maître de conférences à l’Université de Paris-Sorbonne.

http://www.ifao.egnet.net/archeologie/


 

Qui est Pierre Tallet ?

Pierre Tallet est agrégé d’histoire et docteur en égyptologie. Il a réalisé ses études à l’Ecole normale supérieure, ainsi qu’à l’Université de la Sorbonne. Depuis 2005, il est Maître de conférences à l’Université Paris IV- Sorbonne.

Ses différentes missions archéologiques en Egypte se sont déroulées dans les oasis du Sinaï à Dakhla et à Bahariya, ainsi qu’à Karnak, Deir el-Médineh, et dans les nécropoles thébaines. Par ailleurs, il est membre de la mission archéologique d’Ayn Soukhna (Golfe du Suez), et directeur de la mission d’étude menée conjointement par l’IFAO et la Sorbonne au Sud-Sinaï.

Il fut récompensé en 2004 par le Prix Louis de Clercq (Académie des Inscriptions et Belles Lettres), et en 2009 par le Prix Max Serres (Académie des Inscriptions et Belles Lettres). Pierre Tallet est également président de la Société Française d’Egyptologie.

 
Bibliographie autour de la conférence proposée par la Bibliothèque de la MOM


A propos de Wadi al-Jarf

  • P. Tallet, E. Mahfouz, The Red Sea in pharaonic times: Recent discoveries along the Red Sea Coast. Proceedings of the Colloquium held in Cairo/Ayn Soukhna 11th–12th January 2009, IFAO, en cours de publication
  • P. Tallet, G. Marouard, D. Laisney, Un port de la IVe dynastie au Ouadi el-Jarf (mer Rouge), Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, n°112, en cours de publication
  • P. Tallet, Ayn Sukhna and Wadi el-Jarf : Two newly discovered pharaonic harbours on the Suez Gulf British Museum Studies in Ancient Egypt and Sudan, n°18,  2012, p. 147–68 ; http://www.britishmuseum.org/PDF/Tallet.pdf
  • P. Tallet, Les Égyptiens et le littoral de la mer Rouge à l’époque pharaonique, Comptes-rendus des séances de l’année – Académie des inscriptions et belles-lettres , fasc. 2, 2009, p.687–719.

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  • G. Lacaze, L. Camino, Mémoires de Suez : François Bissey et René Chabot-Morisseau à la découverte du désert oriental d’Égypte (1945–1956), ed. Société d’égyptologie de Pau, 2008

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT73.M3.D7. L3 2008

  • F. Bissey,  Vestige d’un port ancien dans le golfe de Suez,  Bulletin de la Société d’Études Historiques et Géographiques de l’Isthme de Suez, 5, 1954, p.266
  • J. G. Wilkinson, Note on a part of the Eastern Desert of Upper Egypt, Journal of the Royal Geographical Society, n° 2, 1832, p.28–34.

D’autres sites archéologiques de la Mer Rouge

  • M. Abd el-raziq, G. Castel, P. Tallet, Ayn Soukhna II : les ateliers métallurgiques du Moyen Empire, IFAO, 2011

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. EGY.FIFAO 66

  • K.A. Bard, R. Fattovich, Harbour of the pharaohs to the land of Punt : Archaeological investigations at Mersa / Wadi Gawasis, Egypt 2001–2005, Università degli Studi di Napoli « L’Orientale » , 2007

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT73.M3.D7. B37 2007

  • Les égyptiens et la mer Rouge, Egypte, Afrique & orient, n°41, mars 2006

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  • G. Mumford, Tell Ras Budran (site 345) : Defining Egypt’s eastern frontier and mining operations in South Sinai during the late Old Kingdom (early EBIV/MB1),  Bulletin of the American Schools of Oriental Research, 342, 2006, p.13–67.

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  • M. Abd el-raziq, G. Castel, P. Tallet , Les Inscriptions d’Ayn Soukhna, IFAO, 2002

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. EGY.MIFAO 122

  • E. Edel, Beiträge zu den ägyptischen Sinaiinschriften, Nachrichten der Akademie der Wissenschaften in Gottigen, n°1/6, 1983, p.158-163
  • A.M. Sayed, Discovery of the site of the 12th Dynasty port at Wadi Gawasis on the Red Sea shore, Revue d’égyptologie, 29, 1977, p.140–78.

Disponible à la bibliothèque de la MOM : salle des périodiques

  •  H. Gardiner, T. E. Peet and J. Cerny, The inscriptions of Sinai II, ed. Egypt Exploration Society, 1955

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. GB.EM 45

  • H. Gardiner, T. E. Peet and J. Cerny, The inscriptions of Sinai I, ed. Egypt Exploration Society, 1952

Disponible à la bibliothèque de la MOM : EGY, DT43. GB.EM 36

Nina Mitamona

La vie rêvée d’un livre à la MOM

Bonjour,

En période de concours littéraire à la bibliothèque,  j’ai voulu vous en dire plus sur moi….

Je suis un livre pris au hasard parmi mes 72 000 voisins de rayonnage et je vais vous raconter mon histoire. Je sais bien que d’habitude, ce sont toutes sortes d’histoires qui vous sont racontées : l’histoire d’un chantier de fouille, l’histoire de l’écriture, l’histoire Grecque avec un grand G (eh oui j’oubliais, nous sommes dans une bibliothèque d’archéologie classique). Mais aujourd’hui, je me lance, j’ai décidé de faire la Une de ce billet et de vous raconter ma petite vie ou en d’autres termes mon voyage pour arriver jusqu’à vous…

Au départ bien sûr, il y a eu un chercheur qui a pensé à réunir toutes ses idées sur une feuille blanche ou sur une page d’ordinateur. Puis, de mots en pensées, de phrases en concepts, d’illustrations en commentaires, j’ai été pensé, élaboré, bref je suis né…. Il a fallu ensuite que le chercheur trouve un éditeur (ah le grand mot est lâché) et que celui-ci me donne un aspect éditorial de quelques pages à plusieurs volumes, qu’il m’illustre plus ou moins, qu’il choisisse avec soin ma page de couverture. Si j’ai la chance de passer entre les mains d’un chercheur au fait de l’édition libre, c’est encore mieux car je deviens un objet vivant  en quelques clics.

Je vous passe les détails du travail de la documentaliste qui a eu vent de ma petite existence par sa veille documentaire ou qui a été prévenue de ma naissance par un chercheur. Cette même documentaliste a inscrit mon titre sur une liste de suggestions qu’elle a ensuite proposées à une commission d’achats. Là j’ai tremblé dans mon coin, allais-je faire partie de la grande aventure ?

J’ai été choisi parmi d’autres propositions, puis une commande est partie jusque chez un fournisseur où j’attendais dans une réserve sombre que quelqu’un me libère au grand jour. J’ai fait un voyage dans un carton plus ou moins protégé et me voilà arrivant sur le bureau de ma documentaliste préférée qui m’a accueilli avec un grand sourire. J’ai eu droit à un premier traitement de faveur avec un beau tampon estampillé « Bibliothèque de la MOM ». J’ai même eu l’honneur d’avoir un code barre flambant neuf sur ma page de couverture. La facture me concernant a été vérifiée en bonne et due forme puis transmise aux collègues de la comptabilité. J’ai rejoint alors les bureaux de notre équipe de joyeux magasiniers où, je suis restée quelques jours sur une étagère avec d’autres livres en attente de traitement.

 Heureusement pour moi, j’avais un titre attrayant et un magasinier a eu envie d’en savoir plus. Il faut dire qu’avec un titre comme « Guess who’s coming to dinner », ça aiguise l’appétit du savoir. Le magasinier m’a préparé pour ma longue vie à la MOM et m’a traité avec beaucoup de soin et d’attention. Il a même mis un antivol au cas où quelqu’un aurait eu envie de me faire découvrir d’autres horizons. J’ai ensuite rejoint le bureau de mes amies bibliothécaires après que le magasinier ait finit son travail de catalogage. Vous savez ils emploient des noms barbares pour dire tout simplement qu’ils me décrivent physiquement. Il s’agit ni plus ni moins de décrire mon identité avec mon nom, mon prénom, ma date de naissance, ma taille, est-ce que j’ai des photos, etc…

J’ai de nouveau eu l’impression d’être quelqu’un d’important quand la documentaliste a trouvé les mots clefs adéquats pour me mettre en valeur dans le catalogue de la bibliothèqueCertains mots clefs sont porteurs de poésie, voire de raffinement (pays imaginaire, plaisir, rêve, beauté), j’ai eu de la chance, j’ai échappé à « prytanie, poliorcétique ou encore homo rudolfensis », au fait vous les connaissez, vous, ces mots ? 

Je suis retourné chez les magasiniers pour qu’ils me mettent une cote définie par le bibliothécaire afin de me donner un environnement scientifique et géographique  dans la bibliothèque.

Photo G. Peyres, 2012

Ils m’ont aussi décoré d’un préfixe qui selon la couleur vous indique à quel étage j’habite. C’est comme à la Cité Radieuse à Marseille. Le Corbusier a inventé tout un codage de couleurs par étage, grande classe du coup !!!

Ma documentaliste préférée  m’a mis en avant sur le présentoir des nouveautés du fonds qu’elle gère et là vous me repérez, me découvrez (« ah super il est arrivé », j’entends dire), vous annoncez mon arrivée à la MOM par les réseaux sociaux (« t’as vu que le bouquin que tu voulais est là ? ») et puis vous pensez que ma vie va s’arrêter là ? Eh bien non, après quelques jours sous les feux des projecteurs, on m’installe définitivement entre deux autres livres sur un des rayons de la bibliothèque. Après, ma vie ne dépend que de vous, si vous me lisez, me faîtes connaître, me critiquer, m’abimez (dans ce cas je pars en opération médicale chez le relieur). Je peux aussi finir Dématérialisé, vous voyez ce que je veux dire ?

 

Interview du livre par Geneviève Peyres

Venez participer à notre grand jeu !

Dessin de Coralie Rauber

Chers lecteurs,

Si vous deviez partir en fouille archéologique, sur un site loin de tout,..et surtout d’une bibliothèque, quel livre de la bibliothèque de la MOM souhaiteriez-vous emporter ?
… la bibliothèque vous autorisant à titre exceptionnel d’emprunter 1 livre pour toute une année…

Vous trouverez le formulaire de réponse à l’accueil de la bibliothèque.

 

A la suite des réponses recueillies, un tirage au sort aura lieu le lundi 17 décembre à 15h30 (le hall de la bibliothèqu)e et vous permettra peut-être de gagner 3 publications de la MOM à choisir dans notre catalogue.

Nous nous retrouverons ce lundi 17 autour d’un petit gouter. Ceux qui le souhaitent, sont invités à apporter un gâteau, une boisson des chocolats,…

Les réponses collectées et les noms des gagnants seront affichées sur : http://prefixesmom.hypotheses.org/

Souvenirs et impressions apolloniates

A l’occasion de la conférence « Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie »,  J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de partager ci-dessous quelques souvenirs sur son expérience à Apollonia :

« La mission épigraphique et archéologique française en Albanie a été fondée par Pierre Cabanes, professeur émérite de l’université de Paris X Nanterre,  en 1992 juste après l’effondrement du régime hoxhiste et l’entrée du pays des aigles dans l’ère démocratique.  En 1994, j’ai pu rejoindre son équipe et j’ai eu l’honneur de conduire les premières fouilles franco-albanaises sur le site d’Apollonia. Ce fut le début d’une grande aventure humaine autant que scientifique, aventure qui s’enrichit encore d’année en année.  Ce n’était pas la première fois que des Français fouillaient à Apollonia puisque le chartiste Léon Rey entre les deux guerres, à l’époque du roi Zog, avait dégagé les premiers vestiges de la cité. Mais c’était la première fois qu’une véritable collaboration scientifique permettait à l’Institut archéologique de Tirana de mener des fouilles d’envergure et d’intégrer pleinement la communauté scientifique internationale. D’autres missions étrangères ont suivi, l’Italie, le Royaume Uni, les Etats-Unis, la Grèce, plus récemment l’Allemagne et la Pologne, mais la France peut s’honorer d’avoir été la première, et qu’il me soit permis d’avoir ici une pensée pour P. Cabanes qui a bien voulu me confier la direction de la Mission en 1999 lorsqu’il décida de prendre sa retraite. La fouille a vu passer beaucoup d’étudiantes et d’étudiants  albanais accueillis ensuite en France pour un DEA puis une thèse ; ils assurent maintenant  le renouvellement de la génération de chercheurs arrivés à la retraite. Mon premier étudiant en thèse, Altin,  fut l’un d’eux et il est aujourd’hui l’un des principaux responsables de l’équipe albanaise d’Apollonia.

Depuis 1994, le pays a connu une évolution qu’il est difficile d’imaginer. Il fallait alors plus de quatre heures pour parcourir les 120 km séparant le petit aéroport de Rinas au nord de Tirana, du site d’Apollonia qui n’était accessible que par une piste en terre battue. On avait alors le temps de compter les innombrables bunkers qui bordaient les routes,  indestructibles sentinelles d’un désert des Tartares , censées arrêter une illusoire  invasion qui n’avait pour but que de maintenir un peuple fier de ses origines sous le joug  du dictateur, et la route appartenait encore aux charrettes tirées par des ânes venus d’un autre temps. Aujourd’hui l’aéroport Mère Theresa n’a rien à envier aux plus modernes des aéroports  européens, et à peine deux heures suffisent pour rejoindre le site ; les bunkers ont peu à peu disparu sous l’assaut des enfants récupérant la ferraille pour gagner quelques leks, et ont laissé la place à des stations-services et des hôtels restaurants ; les « benz » ont largement remplacé les ânes, et quelques grosses cylindrées aux vitres fumées témoignent de l’arrogance des nouveaux riches  et de l’existence d’une économie parallèle.

Les trois premières années, jusqu’à la construction de la maison de fouille inaugurée en 1996, furent difficiles mais riches d’émotions et de souvenirs : le vieux monastère désaffecté qui abritait la mission n’avait aucun confort : la cuisinière accroupie s’efforçait de cuire les plats sur des petits réchauds à pétrole ; l’eau peu potable était amenée du village par un char à bœufs qui ne pouvait assurer que trois rotations par jour ; les douches étaient froides et rares, et on était condamné à boire du vin ; l’électricité était balbutiante, et par les pluies d’orage il fallait disposer savamment les lits pour rester au sec. Et pourtant on était heureux d’être ensemble et  le banquet de fin de fouilles avec les chants polyphoniques des ouvriers dans le cloitre du monastère donnait le sentiment qu’Apollonia, pourtant abandonnée à la fin du IVe siècle, n’avait cessé de vivre. Je voudrais ici rendre hommage à tous les ouvriers de Pojani et des villages environnants qui d’année en année sont devenus d’excellents fouilleurs, et surtout ont compris, en hommes simples mais sages,  l’importance de leur patrimoine. Ce sont eux qui en 1997, année de la guerre civile dans le pays,   parfois au péril de leur vie, se sont opposés aux bandes mafieuses qui voulaient piller le site. Aujourd’hui certains sont morts ou affaiblis par l’âge,  mais les fils prennent la suite des pères, quand ils ne doivent pas partir en Italie ou en Grèce pour assurer la vie de leur famille.

Aujourd’hui la maison de fouilles dispose de tout le confort moderne ; congélateur, douches chaudes, télévision, internet. Il ne manque que le chauffage l’hiver ou la climatisation l’été ! Les ouvriers n’arrivent plus à pied, avec ce pas lent du paysan attaché à sa terre, mais en mobylette ou en voiture. Je ne suis pas sûr qu’on y ait gagné en convivialité. Les plus beaux moments restent cependant la contemplation des soleils couchants depuis la terrasse de la maison ouvrant sur l’Adriatique, tandis que la silhouette de l’unique colonne du temple de Shtyllas marquant l’emplacement du port, s’estompe peu à peu dans le crépuscule, ou, couché sur le sol pour y trouver un peu de fraicheur,  la contemplation de la voie lactée d’une extraordinaire luminosité dans le silence d’une nuit traversé seulement par le cri du vieil hibou qui a élu demeure dans les combles de la maison. Malheureusement bientôt une autoroute va déchirer la plaine à quelques centaines de mètres du site ;  le grondement sourd des véhicules couvrira le cri du hibou, et la lumière des phares obscurcira la clarté des étoiles. C’est sans doute le prix à payer pour parachever le développement économique du pays et son entrée dans l’Europe, mais il me plait de rêver que cela n’arrivera qu’au terme des quelques années qui me séparent de la retraite. »

Jean-Luc Lamboley

Les fouilles franco-albanaises d’Apollonia d’Illyrie

Le 21 novembre 2012, le cycle des conférences Jean Pouilloux accueille Jean-Luc Lamboley, professeur d’histoire et d’archéologie des mondes anciens à l’Université Lyon 2, rattaché au laboratoire HiSoMA, et directeur de la Mission épigraphique et archéologique française en Albanie.

Vous trouverez sur Theses.fr, l’ensemble des thèses qu’il a encadrées, et les jurys auxquels il a participés. Deux thèses retiennent notre attention sur la thématique que nous abordons aujourd’hui, je vous les mentionne ci-dessous :

A l’occasion de cette conférence, J.-L. Lamboley nous fait l’honneur de nous présenter ses impressions sur son expérience à Apollonia. Je lui laisse la plume le temps d’un article plutôt savoureux :

Souvenirs et impressions apolloniates

De plus, j’ai effectué pour vous une sélection de ressources sur la question, complétée par J.-L. Lamboley.

Pour commencer, Il existe plusieurs cités grecques portant le nom d’Apollonia. Il est donc intéressant de resituer géographiquement Apollonia d’Illyrie, en Albanie :

Aller directement sur Google Map

Pour continuer sur notre lancée, je vous conseille de consulter les Carnets d’Archéologie du Ministère des Affaires Etrangères ou simplement la page Wikipedia sur Apollonia d’Illyrie. J’en profite, d’ailleurs, pour inciter tout chercheur ou spécialiste du site d’Apollonia à alimenter cette page, d’abord pour le bien commun, ensuite parce que Wikipedia est extrêmement bien référencé et peut vous permettre de valoriser vos articles et autres travaux de recherches (cf. les liens externes en bas de chaque page Wikipedia).

A ces quelques ressources généralistes, j’ajoute un lien vers un article du blog de l’Association Bonne Pioche sur l’expérience de fouilles d’un étudiant à Apollonia.

Pour approfondir encore la question, de manière plus orthodoxe, je vous propose de consulter notre  bibliographie en ligne sur le site web de la MOM, ou disponible en format papier à la bibliothèque.

Vous y trouverez des références documentaires pour tous les goûts : des articles de la revue Archéologia en français aux articles et ouvrages scientifiques plus poussés en français, anglais ou  italien.

Accéder à la bibliographie

Je vous joins ci-dessous les quelques ressources spécialisées accessibles en ligne :

Quelques thèses et mémoires consultés le 20 novembre 2012 sur le site de l’OhioLINK ETD Center :

Bonne lecture et surtout bonne conférence !

(N’hésitez à  nous faire part de vos retours sur la question en commentaires de cet article)

Magali Lugnot

Bibliographie : la mondialisation des minorités en Tunisie

Dans le cadre des conférences du cycle des « Voyages des Savoirs 2013-2013 » organisées par le GREMMO, l’anthropologue Stéphanie Pouessel (IRMC, Tunis), spécialiste de la politisation des cultures, des questions « raciales » et « linguistiques » au Maghreb, est intervenue, jeudi 8 novembre 2012, sur le thème de la « mondialisation des minorités en Tunisie ».

Résumé de la conférence :

Bien que d’apparence mineure, la question des « minorités » aujourd’hui en Tunisie permet d’avoir accès à deux niveaux d’analyse insécables : celui, national, de l’ouverture politique de 2011 et celui de l’internationalisation des revendications identitaires.
La libération démocratique de janvier 2011 engendre un espoir de tous les possibles auquel se raccrochent des identités jusque-là minorisées, niées ou dormantes sous l’effet censure de la dictature. Des citoyens tunisiens – noirs, berbères ou juifs – entendent inscrire leur « existence » identitaire dans les doléances du nouveau débat politique. Si la fin de l’autoritarisme permet à des citoyens nouveaux de s’exprimer, ici autour des attributs spécifiques de la couleur, de la langue ou de la religion, il s’agira dans cette intervention de saisir leurs liens à l’international et les enjeux politiques qui les conditionnent.

Podcast de la conférence ici.

 Bibliographie :

Ouvrages spécialisés

Bensaad, Ali (Dir.)
Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes : immigration sur émigration / sous la direction de Ali Bensaâd.- Paris : Karthala, 2009.- 441 p. ; 24 cm.-(Hommes et sociétés).-ISBN 978-2-8111-0164-0.
Localisation & recension

Bozzo, Anna & Luizard, Pierre-Jean (Dirs)
Les Sociétés civiles dans le monde musulman / sous la dir. de Anna Bozzo et Pierre-Jean Luizard. – Paris : La Découverte, 2011. – 477 p.; 25 cm. – (Textes à l’appui. Islam et société).- ISBN 978-2-7071-6489-6.
Localisé à la MOM : BAB JQ1758.A58. S6 2011
Recension

Colonna, Fanny & Le Pape, Loïc. (Dirs)
Traces, désir de savoir et volonté d’être : l’après-colonie au Maghreb / textes réunis par Fanny Colonna et Loïc Le Pape. – Arles : Sindbad, 2010. – 476 p.; 23 cm. – (La bibliothèque arabe. Les littératures contemporaines). –ISBN 978-2-7427-9132-3.
Localisé à la MOM : BAB DT197.5.F8. T7 2010
Recension

Dakhlia, Jocelyne
Tunisie : le pays sans bruit / Jocelyne Dakhlia.- [Arles] : Actes Sud, 2011.- 118 p. ; 18 cm.-ISBN 978-2-330-00122-3.
Localisation & recension

Larguèche, Abdelhamid
Les Ombres de la ville : pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (XVIIIe et XIXe siècles) / Abdelhamid Larguèche. – Tunis : Centre de publication universitaire de l’université de la Manouba, 1999. – 457p. -[5]p. de pl. : ill.; 24 cm. – ISBN 9973937783.
Localisé à la MOM : BAB HN784. L3 1999

Pouessel, Stéphanie
Les identités amazighes au Maroc / Stéphanie Pouessel .- Paris : Non lieu, 2010.-ISBN 978-2-352-70087-6.
Recension

Stephanie, Pouessel .- « Les marges renaissantes : Amazigh, Juif, Noir. Ce que la révolution a changé dans ce « petit pays homogène par excellence » qu’est la Tunisie », in L’Année du Maghreb, VIII | 2012, p.143-160.
Localisé à la MOM : étages des Périodiques

Pouessel, Stéphanie (Dir.)
Noirs au Maghreb : enjeux identitaires du rapport à l’Afrique / sous la direction de S. Pouessel.-Paris : Karthala-IRMC, 2012. (Parution en décembre 2012).

Ouvrages généralistes

Honneth, Axel
La lutte pour la reconnaissance / Axel Honneth; trad. de l’allemand Pierre Rusch .- Paris : Cerf, 2000.- 232 p. ; 24 cm.- (Passages).- ISBN 2-204-06061-5.
Résumé & problématique du livre & localisation

Ndiaye, Pap
La condition noire : essai sur une minorité française / Pap Ndiaye ; préface de Marie NDiaye.- Paris : Gallimard, 2009.-521 p. ; 18 cm.- (Folio Actuel) ;- ISBN 978-2-07-036153-3.
Localisation & recension

Ces ouvrages seront prochainement disponibles à la bibliothèque de la MOM

 

1500 tirés-à-part issus des collections « Salomon Reinach » de la MOM numérisés

Ce projet, porté par le service « Bibliothèque » et la plateforme « Banque d’images et données textuelles », a pour objet la dématérialisation (gestion, numérisation, documentation et mise en ligne) de documents patrimoniaux issus du don de la Bibliothèque Salomon Reinach, libres de droits, localisés à la bibliothèque de la MOM. Ces documents sont constitués d’extraits et de tirés-à-part de revues scientifiques internationales, de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, reliés dans des volumes appelés du terme générique « tirés-à-part ».

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Contexte

Le don de Madame Reinach à l’Université de Lyon (1937) a doté la Bibliothèque de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée d’un important fonds d’étude sur l’antiquité classique comprenant de nombreux ouvrages (intégrés au catalogue de la bibliothèque de la MOM ) et de volumes reliés de tirés-à-part, actuellement en cours de numérisation.

Salomon Reinach

Les frères Reinach (Joseph, Salomon et Théodore) représentent l’élite intellectuelle et politique de la fin du XIXe siècle. Salomon Reinach, deuxième de cette fratrie, est né en 1858 à Saint-Germain-en-Laye et mort en 1932 à Boulogne-sur-Seine.

Grand érudit de la charnière XIXe-XXe siècle, il s’intéressa aux nombreux domaines que couvrent la science, l’art, et l’histoire. Il fut professeur à l’école du Louvre, archéologue, historien des religions, philologue. Il fut également membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, et co-directeur de la Revue Archéologique.

Il séjourna trois années en Grèce, mena des fouilles en collaboration avec de nombreux archéologues de l’époque. Salomon Reinach ne cessa d’écrire, de publier des articles, des courriers scientifiques dans la « Gazette des Beaux-arts » ou encore le « Bulletin de correspondance hellénique ». Sa production intellectuelle fut grande : son œuvre recense près de 80 volumes et plus de 7000 articles.

Les tirés-à-parts de la bibliothèque Salomon Reinach

Le fonds des tirés-à-part de la bibliothèque S. Reinach (637 volumes reliés, soit plus de 6500 articles) présente une grande diversité quant au contenu. Ces publications internationales, écrites par des archéologues, des historiens, des épigraphistes et autres savants du XIXème siècle, adressées à Salomon Reinach, traitaient principalement d’archéologie et d’histoire ancienne mais aussi de littérature, d’éducation, de médecine, de droit législatif ou encore de politique. L’hétérogénéité de ce fonds témoigne d’une époque où la culture encyclopédique (scientifique, littéraire et politique) était encore la règle.

Ces tirés-à-part, sélectionnés et reliés par l’archéologue, sont également le reflet des relations personnelles qu’entretenait Salomon Reinach avec des savants du monde entier. Ils constituent, par ailleurs, une documentation très utile aujourd’hui pour qui travaillerait sur des problématiques liées à l’Antiquité classique car issue de revues internationales difficiles d’accès, dispersées voire oubliées. Cette documentation intéressera aussi ceux qui étudient l’histoire des sciences humaines, l’histoire des mentalités…

Objectifs

La numérisation des tirés-à-part Salomon Reinach c’est :

  • La signalisation des tirés-à-part, actuellement absents du catalogue informatisé de la bibliothèque.
  • La conservation : créer un support de substitution et permettre la consultation de documents fragiles, améliorer la conservation, disposer d’une qualité qui devrait satisfaire les utilisateurs et qui ne demande pas de faire appel à la consultation de l’original, sauf demande exceptionnelle.
  • La diffusion et consultation à distance : mise en ligne sur Internet pour toucher un public plus vaste et gagner du temps dans la recherche.
  • La valorisation de la bibliothèque, du fonds Salomon Reinach, de la collection de tirés-à-part mal connue.
  • Le public visé est : les spécialistes, les universitaires et les étudiants.

Méthodes

La chaîne de dématérialisation c’est :

La préparation matérielle et documentation initiale

Cette étape consiste à décrire de façon fine (page à page) les fascicules à numériser. Elle devra en particulier permettre d’identifier tous les tirés-à-part constituant un fascicule et/ou d’identifier les pages nécessitant un traitement particulier. Cette étape est particulièrement sensible puisque les données qui en sont issues sont utilisées pour : piloter l’étape de numérisation / amorcer la gestion de la qualité / documenter les champs d’identification de l’article (Auteur / Titre / Date / etc…) afin de constituer la « table des matières virtuelle » du fascicule.

La production

L’étape de production couvre tous les traitements réalisés par la plateforme technologique, de la prise en charge des fascicules à numériser, dès que la documentation initiale est terminée, jusqu’à la mise à disposition des images numérisées sur le réseau Internet.

Numériser: ensemble des traitements permettant la mise à disposition des ressources numériques (images et textes associés) notamment traitements et amélioration d’image, contrôle qualité, cohérence et complétude des données numérisées, OCR.

Sauvegarder : préservation sur l’espace de stockage temporaire, des données courantes de traitement (bruts de scan + fichiers OCR). Ces données sont accessibles notamment par des robots assurant un retraitement des informations. Transfert, à l’issue du processus, de l’information vers un espace de stockage cumulatif pour l’opération en vue de son archivage ultérieur.

La validation éditoriale

Cette étape consiste à faire un bilan global et une analyse qualitative du travail de documentation et de production en vue de leur validation. Le responsable du corpus dispose d’un outil permettant de vérifier, corriger et valider les différents types d’information :

  • documentation des unités bibliographiques.
  • traitement des demandes de « renumérisation » de pages éventuellement problématiques.

Lorsque chacun de ces aspects est entériné, une validation globale est accordée au traitement de chaque fascicule. Cette validation vaut « bon pour diffusion » sur le portail.

Diffusion Web & archivage

La mise en ligne est effective depuis le 26 octobre 2012; les travaux en cours concernent la diffusion par le protocole OAI pour le moissonnage et la plateforme d’archivage locale. Ultérieurement, une liaison avec le futur catalogue de la bibliothèque (Koha) de la bibliothèque de la MOM sera effectuée.

Matériel et moyens humains dédiés au projet

Matériel informatique utilisé dans l’opération : deux stations d’acquisition, 1 scanner Recto / Verso Futjitsu fi-6770, 1 scanner « patrimonial » OS 1400, 2 stations pour le traitement d’image et l’OCR, 1 NAS de production. Le matériel a été acquis sur les budgets de l’USR.

La première phase du projet a mobilisé une stagiaire qui, pendant un mois, a lancé la documentation des tirés-à-part. Un vacataire a été ensuite embauché pendant cinq mois (300 tirés-à-part/mois) pour finaliser la documentation du corpus des tirés-à-part sélectionnés, pour les numériser, effectuer les traitements d’images et l’OCR.

Une vacataire a récemment été recrutée pour poursuivre la documentation et la numérisation des recueils de tirés-à-part « moyen » format restants (environ 300) et commencer le traitement des « petits » formats.

Toute la partie technique (numérisation, traitements, validation technique) est pilotée par la plateforme « Banque d’images et données textuelles ». Les aspects documentaires (sélection et préparation du corpus, suivi de la documentation, validation éditoriale…) sont gérés par le service « Bibliothèque ».

Réalisation

Sur les 6500 tirés-à-part « S. Reinach » recensés, 1500 (54000 pages) ont été, pour l’instant, documentés, numérisés, traités, validés et mis en ligne. Les articles sont consultables au format « pdf » et librement téléchargeables et imprimables.

Ce qu’il reste à faire

Les recueils de tirés-à-part « S. Reinach » qui restent à traiter, environ 500 (près de 5000 articles), sont de petits formats et par conséquent difficilement manipulables et numérisables en l’état. Nous ne sommes pas, pour l’instant, équipés d’un périphérique capable de traiter ce type de documents qui assurerait un rendement compatible avec une numérisation quantitativement satisfaisante.

Par ailleurs, des améliorations seront entreprises au niveau de l’interface de recherche afin de le rendre notamment plus ergonomique et plus performant. Un accès aux articles par thèmes est aussi envisagé.

Contacts

Patrick Desfarges & Franck Capisano

Accès au corpus des tirés-à-part numérisés de Salomon Reinach.

http://www.tpsalomonreinach.mom.fr ou http://www.tpsalomonreinach.mom.fr/page.html

Merci à ceux qui ont participé et qui participent à ce projet :

Véronique Lacroix, Maryam Zahmoul, Aline Langlois, Gaspard Vernay, Rachelle Moutamalle, Wei Huangfu.

Bibliographie : La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments

A l’occasion de la conférence « La ville de Damas à l’époque médiévale : pouvoir, société et monuments» donnée le 24 octobre 2012, dans la cadre des Conférences du Cycle Jean Pouilloux, Histoire et Archéologie, par M. Jean-Michel Mouton, directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE – Paris), la bibliothèque de la MOM vous propose une sélection d’ouvrages et d’articles disponibles, en grande partie, dans ses collections.

Podcast de la conférence de Jean-Michel Mouton ici

Bibliographie sélective et localisation des ouvrages et d’articles à la bibliothèque de la MOM :

Bianquis, Thierry
Damas et la Syrie sous la domination fatimide (369-468/969-1076) : essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales / Thierry Bianquis. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1986. – 2 vol., XXII-387-413 p.; 25 cm
Bibliogr. p. 706-740. Index p. 745-793.
BAB   DS97.3. B41 1986

Berthier, Sophie, El-Ajji, Edmond. Directeurs de la publication
Etudes et travaux à la citadelle de Damas : 2000-2001 : un premier bilan / sous la direction de S. Berthier et E. El-Ajji. – Damas : Institut français de Damas, 2002. – 170  p. : ill. en noir; 28 cm.
Titre de couverture : Citadelle de Damas. – Bibliogr. – ISBN 2-901315-73-9.
In : Bulletin d’études orientales – Supplément- 2001-2002 – 53-54.

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).-ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Degeorge, Gérard
Damas : perle et reine d’orient / Gérard Degeorge. – Paris : Flammarion, 2005. – 320 p. : ill. en noir et en coul.; 32 cm. – (Patrimoine & civilisation).
Gloss. p. 312. Bibliogr. p. 313-314. Index p. 315-318. – ISBN 2-08-011090-X.
BAB   DS99.D3. D4 2005

Degeorge, Gérard
Damas : répertoire iconographique / Gérard Degeorge. – Paris : L’Harmattan, 2001. – 265 p. : ill.; 24 cm. – (Comprendre le Moyen-Orient).- ISBN 2-7384-1408-7.
BAB   DS99.D3. D4 2001

Écochard, Michel (1905−1985), Le Cœur, Claude (1906−1999)
Les bains de Damas : monographies architecturales / Par Michel Écochard et Claude Le Cœur. – Beyrouth : Institut Français de Damas, 1941-1942. – 2 vol., 57 p. : ill. ; 33 cm. (Institut Français de Damas ; 1).
Tome 1
Tome 2

Flood, Finbarr Barry
The Great Mosque of Damascus : studies on the making of an Umayyad Visual Culture / by Finbarr Barry Flood. – Leide : E. J. Brill, 2001; Boston; Cologne. – XX-330 p. -[33]p. de pl. : ill. en noir; 25 cm. – (Islamic History and Civilization. Studies and Texts ; 33).
Bibliogr. p.255-318 -Index p.319-330. – ISBN 90-04-11638-9
BAB   NA5989.7.D2. F55 2001

Hanisch, Hanspeter
Die Ayyûbidischen Toranlagen der Zitadelle von Damaskus : ein Beitrag zur Kenntnis des mittelalterlichen Festungsbauwesens in Syrien / von Hanspeter Hanisch. – Wiesbaden : L. Reichert, 1996. – XIV-168 p.: ill.; 24 cm.
Bibliogr. p.XIII-XIV. Index p.137-138. – ISBN 3-88226-886-7.
BAB   NA1489.7.D3. H3 1996

Le Tourneau, Roger. (1907-1971)
Damas de 1075 à 1154 : traduction annotée d’un fragment de l’Histoire de Damas d’Ibn al-Qalânisî / Roger Le Tourneau. – Damas : Institut Français d’Etudes Arabes de Damas, 1952. – XXI-376 p. : ill.; 25 cm.
BAB   DS99.D3. L4 1952

Mouton, Jean-Michel
Damas et sa principauté sous les Saljoukides et les Bourides (468-549/1076-1154) : vie politique et religieuse / Jean-Michel Mouton. – Le Caire : Institut Français d’Archéologie Orientale, 1994. – 418 p.; 28 cm. – (Textes arabes et études islamiques ; 33).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7247-0149-6 ;
BAB   DS35.42. T4 vol.33

Pouzet, Louis
Damas au VIIe/XIIIe siècle : vie et structures religieuses d’une métropole islamique / Par Louis Pouzet. – Beyrouth : Dar el-Machreq, 1991. – 528 p.; 25 cm. – (Recherches. Série A, Langue arabe et pensée islamique ; 15).
Bibliogr., index. – ISBN 2-7214-6004-8 ;
BAB   DS99.D3. P6 1991

Sack, Dorothée
Damaskus : Entwicklung und Struktur einer Orientalisch-Islamischen Stadt / Dorothée Sack. – Mainz am Rhein : P. von Zabern, 1989. – XIII-142 p.-32 p.de pl.: ill.; 32 cm + 12 cartes. – (Damaszener Forschungen ; 1).
Bibliogr., index. – ISBN 3-8053-0977-5.
BAB   DS99.D3. S3 1989

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Les Monuments historiques de Damas / Jean Sauvaget. – Beyrouth : Impr. catholique, 1932. – 116 p. – [6] p. de pl. h.-t. : ill.; 26 cm.
Bibliogr. p. 107-108
Accès à l’ouvrage numérisé.
BAB   NA1489.7.D3. S3 1932.

Sauvaget, Jean. 1901-1950, Directeur de la publication
Les monuments Ayyoubides de Damas / J. Sauvaget, Michel Ecochard, J. Sourdel.- De Boccard, 1938-1950.- 4 vol., [460] p. : ill. ; 31 cm.
Tome 1

Tome 2
Tome 3
Tome 4

Sauvaget, Jean. 1901-1950
La citadelle de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [1-75] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Esquisse d’une histoire de la ville de Damas / Jean Sauvaget. – [S.l] : [s.n.], 1994. – [187-258] pp.
In : Studies by Jean Sauvaget on the historical Geography and Topography of Syria / Collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in Collaboration with Mazen Amawi, Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – 1 éd. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, 1994. – VI-112 p. : ill. ; 24 cm. (Islamic Geography ; 230).
BAB   G93. IslGeo vol. 230

Sauvaget, Jean. 1901-1950
Le Plan antique de Damas / J. Sauvaget. – Paris : P. Geuthner, 1949. – P. 315-358 : plans en noir; 29 cm
Extrait de : « Syria », XXVI, fasc. 3-4, 1949, p. 314-358

The Umayyad Mosque in Damascus : Texts and Studies / collected and reprinted by Fuat Sezgin ; in  collaboration with Carl Ehrig-Eggert, Eckhard Neubauer. – Frankfurt am Main : Institute for the History of Arabic-Islamic Science, Johann Wolfgang Goethe University, 2008. – 337 p.-63 p. de pl. : ill.; 25 cm. – (Publications of the Institute for the History of Arabic-Islamic Science. Islamic Architecture; 6)
Comprend : G. Marçais: La Mosquée d’el-Walîd à Damas et son influence sur l’architecture musulmane d’Occident. (1906) ; A.C. Dickie: The Great Mosque of the Omeiyades, Damascus. (1897) ; R.P. Spiers: The Great Mosque of Damascus. (1897) ; R. Dussaud: Le temple de Jupiter Damascénien et ses transformations aux époques chrétienne et musulmane. (1922) ; H. Lammens: Le calife Walîd et le prétendu partage de la Mosquée des Omayyades, à Damas. (1925) ; E. de Lorey, M. van Berchem: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1929) ; E. de Lorey: Les mosaïques de la Mosquée des Omayyades à Damas. (1931) ; E. de Lorey: L’hellénisme et l’Orient dans les mosaïques de la Mosquée des Omaiyades. (1934) ; M. van Berchem: Notes archéologiques sur la Mosquée des Omeyyades. (1937-1938) ; M. Canard: L’Empereur Philippe l’Arabe fut-il un des constructeurs du temple de Jupiter Damascénien, future Grande Mosquée de Damas? (1945) ; K.A.C. Creswell: The legend that al-Walîd asked for and obtained help from the Byzantine emperor. A suggested explanation. (1956) ; H.G. Franz: Architekturdarstellungen auf den Mosaiken der Omayyadenmoschee in Damaskus und die frühislamische Baukunst. (1959) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Ishâm fî dirâsat al-Gâmi’ al-umawî bi-Dimasq. 2. Sahn al-Gâmi’. (1963) ; ‘A. ar-Rîhâwî: Fusaifisâ’ al-Gâmi’ al-umawî. (1960). – ISBN 978-3-8298-9107-3.
BAB   NA380. ISLARC vol.6

Fourchette et bibliothèque

La semaine du goût

La 23ème édition de la Semaine du goût se déroulera du 15 au 21 octobre 2012. Durant cette semaine, différents partenaires, tels que les Ministères de l’Education Nationale et de l’Agriculture, la Collective du Sucre, l’Association Française des Maîtres Restaurateurs,…se sont associés pour faire redécouvrir aux petits et grands la diversité des goûts, la qualité des aliments et les plaisirs gustatifs.

A l’occasion de cette manifestation, la bibliothèque de la MOM vous propose une petite sélection d’ouvrages récents sur le thème de l’alimentation dans le monde méditerranéen de la préhistoire à nos jours. Continuer la lecture de Fourchette et bibliothèque

Quelques atlas numériques de l’Antiquité sur le Net

Le web est devenu une déclinaison évidente pour de nombreux projets scientifiques notamment ceux à caractère géographique. La présentation et la diffusion des résultats s’en trouvent dès lors facilitées et élargies.

La cartographie en ligne a suivi ce mouvement de démocratisation du savoir d’où le développement récent, dans de nombreuses disciplines, de projets ambitieux d’atlas numériques, de répertoires de lieux et de portails cartographiques à destination d’un large public.

Nous vous proposons ici une sélection, non exhaustive, d’atlas archéologiques et historiques centrés, Maison de l’Orient et de la Méditerranée oblige, sur les temps anciens. Ces atlas nous ont semblé pertinents pour celles et ceux qui travaillent sur ces époques et ces problématiques.

DAAHL : The Digital Archaeological Atlas of the Holy Land

DAAHL est un projet international qui propose un atlas archéologique en ligne de la « Terre-Sainte » (Palestine, Israël, Jordanie, Syrie, Sinaï, Liban, Egypte…).

Des dizaines de milliers de sites archéologiques sont enregistrés dans la base de données du projet. Les sites répertoriés, de la préhistoire au début du XXe siècle – peuvent être accompagnés de cartes, de textes, de photographies ou d’objets archéologiques.

Cette application web est le premier acte d’un projet plus ambitieux qui vise à une cartographie complète des sites archéologiques de la Méditerranée (Mediterranean Archaeological Network – MedArchNet).

Le site DAAHL propose plusieurs possibilités d’accès à l’information archéologique et à la visualisation des sites archéologiques :

Empires : visualisation dynamique des zones géographiques occupées par les différentes dynasties (une vingtaine prédéfinies) qui ont peuplé la « Terre-Sainte » au cours des siècles.
La zone délimitant « l’empire » s’affiche sur une carte satellite de la région avec possibilité de zoomer et de jouer sur le type de présentation (plan, image Google Maps, relief…).
Un texte de présentation historique, avec des illustrations, accompagne la carte de la dynastie choisie.

Archaeological Periods : On peut accéder aux 17000 sites de la base de données du projet par grandes périodes archéologiques (une soixantaine), du paléolithique inférieur à l’époque ottomane.
Une application permet l’animation des sites aux cours des différentes époques. Un texte d’introduction à la « période » accompagne la carte de l’époque sélectionnée.

Shishak’s Campaign : reconstitution animée, à l’aide d’images de Google Earth, de la campagne militaire du pharaon Sheshonq 1er (945-924 av.JC) au Levant.

PEF Maps : superposition d’anciennes cartes de la Palestine Exploration Fund (1870-1880) avec des images de Google Maps pour une présentation interactive des sites archéologiques de la région concernée.

Search Database : interrogation de la base de données par nom de site, par période, par type de site…. Présentation finale des résultats sur une image Google Maps enrichi d’une fiche informative sur le site. Il est aussi possible de visualiser le ou les sites trouvés sur « Google Earth » par l’intermédiaire d’un fichier « .kml » généré lors de la recherche.

Spatial Search : à partir d’une carte Google Maps, possibilité de délimiter, à partir de points, une large zone de recherche des sites archéologiques de DAAHL. L’affichage des résultats se fait sur l’application Google Earth ; cette dernière option ne semble pas fonctionner correctement.

Virtual Museum (en phase d’élaboration) : les concepteurs du site proposeront prochainement la possibilité de voir des objets archéologiques, en 3D et sous toutes les coutures, en lien avec les différents sites référencés dans la base de données du projet.

Un atlas archéologique en ligne à fortes potentialités. A suivre…

DARMC : Digital Atlas of Roman and Medieval Civilization

Le « DARMC », atlas historique développé par une équipe de chercheurs et d’étudiants de l’Université d’Harvard, propose une représentation cartographique, temporelle et interactive des civilisations des mondes antiques et médiévaux (de l’Empire romain au 16ème siècle).

Les concepteurs du projet ont d’abord matérialisé les informations contenues dans le « Barrington Atlas of Greek and Roman World ». Par la suite, la base de données du DARMC s’est enrichie de nouvelles données puisées à d’autres sources bibliographiques qui ont permis d’élever l’atlas à un plus haut degré de précision et d’élargir les zones et les époques couvertes.
Le DARMC collabore d’ailleurs étroitement avec Pleiades, le répertoire des sites antiques.

La grande variété des données entrées dans la base permet la production de cartes spécifiques, originales et modifiables à l’envi. Il suffit, dans l’onglet « Maps », de sélectionner des critères prédéfinis de types chronologiques (époque romaine, médiévale…), historiques (dynasties, Reconquista, croisades, grande peste…), thématiques (voies de communications, centres urbains, peuplement, diffusion des ordres religieux, ligues commerçantes…) et/ou géographiques (Europe, France, Orient…).

On peut croiser les critères, zoomer sur la carte des résultats ou la déplacer dans les limites de la page web.

Il est aussi possible de saisir directement un nom de lieu à afficher sur le planisphère. Toutes les occurrences de la base, en lien large avec la requête, s’affichent sur la partie gauche de la page (possibilité de modifier ou préciser la recherche) et sont matérialisées, en même temps, sur la carte.

L’atlas DARMC compte s’ouvrir bientôt sur l’Afrique et la Chine.

Corona Atlas of the Middle East

Cet atlas archéologique en ligne du Moyen-Orient (et des régions avoisinantes), conçu par l’University of Arkansas, a été élaboré à partir de photographies satellites, noir et blanc, prises entre 1960 et 1972 par la mission CORONA de surveillance des zones à risque à l’époque de la guerre froide.

Les photographies (188000 d’après les concepteurs du projet) utilisées pour réaliser cet atlas constituent une source d’informations importante pour les archéologues qui travaillent sur les évolutions des sites et des vestiges archéologiques de cette région.
En effet, le développement urbain, les conflits, l’intensification de l’agriculture, la construction de voies de communication et de réseaux d’irrigation ont modifié ou fait disparaitre, ces dernières décennies, des lieux tels qu’ils existaient jusqu’au début des années 70.
Ce projet permet donc de répertorier rétrospectivement des sites perdus, voire d’en découvrir ou d’en redécouvrir d’autres, aujourd’hui, peu ou mal documentés.

On accède aux photographies satellites des sites référencés dans la base de données du projet via le menu déroulant des sites archéologiques de l’onglet « Archaeological Sites » de la fenêtre de navigation, sur la droite de la page.
Une fois le site archéologique sélectionné, l’image satellite correspondante s’affiche. En général, plusieurs photographies CORONA sont liées aux sites. Elles correspondent aux différents passages, au cours des années, du satellite sur la zone. Dans la fenêtre de droite, on peut modifier l’affichage de l’image en sélectionnant/désélectionnant les photographies CORONA mises à contribution. On a la possibilité de télécharger la ou les cartes contenant le site recherché. On peut aussi prendre un « instantané » de la zone étudiée.

Si la carte s’affiche en couleur, c’est qu’il s’agit d’une image « Google Maps » récente de la région. Le curseur de transparence (Corona Transparency Slider) de l’onglet « Tools » de la fenêtre de navigation offre la possibilité, pour une même zone, de passer d’une époque (les années 60-70) à l’autre (aujourd’hui) et de percevoir ainsi les évolutions de l’endroit.
Lorsque le curseur se trouve sur la gauche, les images satellites contemporaines (en couleur) deviennent alors de plus en plus visibles. Mais si on le déplace vers la droite, les photographies CORONA (en noir et blanc) prennent le dessus.

Par ailleurs, en haut à gauche de la page, une zone de saisie permet d’accéder directement aux services de cartographie en ligne « Google Maps ». Les images sont contemporaines et la couverture est mondiale.
D’autres critères permettent d’affiner la recherche ou de modifier l’affichage et la présentation des cartes. On peut aussi zoomer sur les cartes.

A noter qu’il s’agit là d’une version Beta du projet d’où parfois quelques bugs à l’affichage des cartes…

ArchAtlas: Archaeological Atlas Project

ArchAtlas est un projet de cartographie sur le web de sites archéologiques proposé par le « Department of Archaeology » de l’Université de Sheiffied (UK).

Les sites archéologiques référencés (environ 200 pour l’instant) concernent la préhistoire et le début des époques protohistoriques. Les régions privilégiées sont la Méditerranée orientale, le Proche-Orient ancien, l’Asie centrale ; A noter quelques sites en Amérique et en Asie orientale…

La localisation des sites contenus dans le répertoire OpenAtlas se fait par l’intermédiaire soit d’un atlas interactif ou soit d’un moteur de recherche interne, si on connaît le nom du site recherché. Chaque notice de site contient une photo satellite de la zone, un planisphère avec la localisation dudit site et éventuellement un renvoi à un article de la revue numérique « Visual Essays » où il est mentionné.
Certains sites bénéficient d’une présentation plus élaborée (série de photos satellites, images en 3D ou panorama).

Tous les sites archéologiques contenus dans OpenAtlas peuvent être visualisés directement sur Google Earth (fichier .kml) ou Worldwind à condition d’avoir installé, au préalable, les applications nécessaires. On a alors la possibilité de faire le lien, à partir du globe virtuel, avec la notice informative du site dans OpenAtlas et éventuellement avec un article de la revue numérique « Visual Essays ».

Les articles de « Visual Essays » traitent, peu ou prou, de problématiques éditorialisés par les concepteurs du site (diffusion de l’agriculture, routes et échanges commerciaux, développement de l’urbanisme et technique de visualisation des données archéologiques) ; les articles sont richement illustrés avec des images satellites, cartes en 3D, schémas, données issues de la télédétection et des SIG appliqués à l’archéologie…
Cette revue numérique accueille aussi des articles issus d’interventions données lors d’ateliers organisés par le département d’archéologie de l’université de Sheffield.

La base de données s’enrichit régulièrement en nouveaux sites archéologiques récupérés à partir d’autres atlas en ligne (ASPRO, TAY, BMSAG…).

ArchAtlas a aussi en projet une cartographie chronologique et culturelle des sites archéologiques référencés dans son répertoire.

Antiquity à-la-carte

Nous avons affaire ici à une application web interactive de cartographie du Monde antique qui permet la conception et l’édition de cartes personnalisées en fonction de critères prédéfinis.

Ce projet a été conçu par « l’Ancient World Mappinp Center » de « l’University of North Carolina at Chapel Hill».

Une fois l’application lancée, l’écran d’élaboration et de visualisation des cartes se décompose en quatre parties :
A gauche, le panneau des critères de recherche (nom de lieu, type de lieu, époque) et d’affichage des résultats correspondants. Au centre, le fond de carte interactif ; sur le panneau à droite, les paramètres de personnalisation de la carte (calques, critères géographiques, légendes…) et affichage des caractéristiques (nom usuel, nom grec, nom latin, type, période…) des lieux sélectionnés en bas de l’écran.
Chaque partie de l’écran est modulable pour donner plus de place à la carte.

Les résultats de la recherche apparaissent dans la zone « Results ». Il suffit de double-cliquer sur une occurrence pour qu’elle apparaisse sur la carte centrale. Si on clique sur le lieu, on obtient une bulle d’informations (nom du lieu, type de lieu, liens possibles vers Pleiades, Wikipedia et/ou Perseus et coordonnées géographiques). Sur la carte, on peut afficher plusieurs lieux en même temps.

On peut aussi modifier l’aspect de la carte en intervenant sur les menus au-dessus de celle-ci. Avec « Labels », on change la langue (anglais, grec, latin) des noms de lieux. Avec « Time Period(s) », on fait varier les époques chronologiques (Archaic, Classical, Hellenistic, Roman, Late) liées aux sites. Avec « Tools », on peut mesurer la distance entre des localités, les déplacer, en créer de nouvelles, tracer des itinéraires ou de larges zones circonscrites et, enfin, sauvegarder la carte sur laquelle on travaille sous forme d’URL.

L’application propose également l’export de la carte aux formats « .json » (lu par les logiciels de SIG) et « .kml » (visualisable sur Google Earth).

A noter que l’affichage de la carte, lors d’un zoom ou d’un repositionnement, peut-être un peu lent…

ORBIS : The Stanford Geospatial Network Model of the Roman World

Ce site interactif, développé par la « Stanford University, (US) » permet une simulation cartographique des déplacements entre cités établis à partir des principales voies de communication (réseau routier, routes maritimes, fleuves et rivières navigables) de l’Empire romain (1er-2ème siècles ap. J.C.) pris dans sa plus grande acceptation (Méditerranée, Mer noire, Asie mineure, littoral atlantique…).

Grâce aux nombreuses informations historiques entrées dans la base de données, une attention toute particulière a été donnée à la durée et aux coûts des voyages, fortement tributaires des contraintes géographiques. Cette simulation tient aussi compte des saisons, des modes et moyens de transports de l’époque.

Lorsqu’on lance l’application, elle ouvre sur une page composée de trois parties :

Au centre, un fond de carte, « zoomable » et repositionnable, sur lequel figurent déjà les principales agglomérations urbaines (751 sites, dont 268 ports, référencés pour l’instant) et voies de communication terrestres de l’Empire romain.

A droite, le panneau de composition de la « feuille de route » (points de départ et d’arrivée, saison du voyage, outil de calcul de l’itinéraire) et de sélection des modalités de l’expédition (rapidité, coût, type de trajet, modes et moyens de transport…).

En bas de la page, un bandeau affiche le détail des principales étapes du voyage. Par ailleurs, en cliquant sur le bouton « Results Grid », situé en haut du panneau de droite, on peut faire apparaitre, au même endroit, l’historique des différents itinéraires cartographiés avec ORBIS. Ces informations (durée du voyage, saison, kilométrage, coût…) sont une reprise de celles notées dans la fenêtre « Calculated Route » qui apparaissent sur la carte à chaque nouvelle composition d’itinéraire.

On peut également télécharger les itinéraires que l’utilisateur a élaborés au format « .kml » afin de les visualiser dans Google Earth.

Le site propose également une galerie de cartes et des cartogrammes, un peu compliqués à lire pour le profane, sur les ratio coût/distance/mode de transport des échanges entre les grandes métropoles de l’Empire romain (Rome, Constantinople, Antioche…).

PLEIADES

Il ne s’agit pas là d’un atlas à proprement parler mais plutôt d’un répertoire toponymique historique, en accès libre, principalement centré sur le monde gréco-romain antique. Il est développé par l’Institute for the Study of the Ancient World (New-York University) et the Ancient World Mapping Center (UNC Chapel Hill).

Ce répertoire – plus de 30 000 lieux antiques référencés – a été, au départ du projet, élaboré à partir des données du « Barrington Atlas of the Greek and Roman World ». Il s’enrichit régulièrement de nouvelles données géographiques provenant d’autres atlas numériques disponibles sur le Web.

A partir d’une page d’interrogation principale, on consulte la base de données (privilégiez la forme anglo-saxonne du nom de lieu). Une liste des items correspondant à la requête s’affiche et l’on peut alors choisir le lieu recherché (région, toponyme, localité, zone géographique, site archéologique, route, rivière, montagne…).

Chaque lieu pointe vers une notice, plus ou moins détaillée, avec une carte Google Maps (plan ou image satellite), des références bibliographiques, une mention du type de lieu, éventuellement les différents noms sous lesquels le lieu a été connu à travers les époques, parfois des photos liées au lieu (hébergées par flickr), quelquefois des liens vers d’autres lieux référencés dans PLEIADES…

La notice propose également des possibilités d’exportation et de présentation des données sous différents formats (Atom, Json, Turtle , KML…) lisibles par des applications appropriées.

A noter aussi qu’il s’agit là d’un projet collaboratif. Après s’être inscrites, les personnes intéressées peuvent s’impliquer dans l’enrichissement du site par l’ajout d’informations géographiques, bibliographiques, historiques ou de liens vers des ressources extérieures.

Au fil de nouvelles collaborations, le site compte élargir son horizon géographique et chronologique en intégrant dans son inventaire de nouvelles localisations antiques en relation avec le Proche-Orient ancien, l’Europe celtique, le monde byzantin….

Old Maps Online

Il ne s’agit pas là non plus d’un atlas mais plutôt un portail qui répertorie les cartes « anciennes » numérisées conservées dans des collections partout dans le monde. Il propose aussi un accès direct à ces cartes.

Le projet a été créé suite à une collaboration entre le « Great Britain Historical GIS Project » de l’University of Porthmouth (UK) et Klokan Technologies GmbH, une entreprise suisse.

On peut rechercher une carte en saisissant directement un nom de lieu dans la zone « Search » en haut de la page. Il est aussi possible de préciser sa recherche en utilisant les curseurs de la règle chronologique afin de restreindre les résultats en fonction de la date de publication des cartes.

Les résultats des requêtes sont matérialisés, sur la droite de la page, par des vignettes de cartes qui font le lien vers le ou les sites Web qui possèdent les documents numérisés. Les modalités de visualisation ou de téléchargement éventuel des cartes sont propres aux sites hôtes.

Le portail « Old Maps Online » ne contient pas de carte.

L’onglet « Collections » liste les collections de cartes numérisées que le portail moissonne. Nous venons de survoler les fonctionnalités de ces quelques projets d’atlas numériques qui se recoupent d’ailleurs parfois sur bien des aspects (à quand l’atlas unique des sites archéologiques de la Méditerranée antique, par exemple ?). Chacun d’entre eux mériterait qu’on s’y attarde plus longtemps afin de mieux maitriser toutes ses potentialités. A vous de jouer…

Pour un recensement plus complet des projets cartographiques et numériques, en accès libre, de l’Antiquité, voir l’article « Roundup of Resources on Ancient Geography » sur le Blog AWOL – The Ancient World Online.

L’Orient en photographies sur le Net

Vous souhaitez illustrer une page web, un article, un dossier, une affiche, un mémoire avec des images, si possible libres de droit, en lien avec le monde arabo-musulman, les ressources visuelles ne manquent pas sur le Net. Toutefois, afin de gagner un peu de temps, nous vous proposons une sélection de sites qui proposent la consultation, et parfois le téléchargement, de riches collections de photographies numérisées sur l’aire culturelle arabo-musulmane.

Ces sites, dans leur grande majorité académiques (bibliothèques, musées, fondations…), sont fiables, bien documentés et régulièrement mis à jour. Vous y trouverez des photographies (et parfois des cartes postales, des dessins, des plans…) d’expéditions, de monuments architecturaux, de sites historiques et archéologiques, de paysages, de scènes de la vie quotidienne, de groupes ethniques, d’événements historiques, d’objets…

Un nombre important de ces images sont anciennes (XIXe-début XXe s.) offrant ainsi une source d’informations de premier ordre aux historiens, archéologues et aux historiens de l’art qui travaillent sur le Proche et le Moyen-Orient.

A noter que toutes les illustrations ne sont malheureusement pas téléchargeables dans des formats qui permettraient leurs exploitations ultérieures. Et quand elles le sont, bien vérifier qu’elles soient libres de droits.

ArchNet – Images
Le portail « ArchNet » est géré par la fondation Aga Khan Trust for Culture . Il fédère des ressources en ligne (photographies, ouvrages, revues…) en lien avec la civilisation islamique dans ses aspects architecturaux et artistiques. On y trouve notamment des collections de milliers de photographies anciennes et récentes
La recherche se fait par collections de photographies, par pays, par style architectural, par type de bâtiment, par date… ou par moteur interne. Les photographies sont facilement téléchargeables et bien documentées.

Middle East Pictures
Il s’agit là d’une collection de belles photographies à connotation historique (monuments, vie quotidienne, sites archéologiques, évènements historiques, expéditions…) des années 1880 à 1930 issues des archives de l’American Colony in Jerusalem  et conservées en partie à la Library of Congress  de Washington.
La recherche se fait par thèmes ; peu de documentation sur les photos et navigation pas très ergonomique. Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

MIDEASTIMAGE
Ce remarquable site est une déclinaison du portail « CreativeSyria » créé par le Syrian Cultural Center in Montreal, initiative indépendante qui propose de nombreuses ressources sur la Syrie ancienne et contemporaine.
Il s’agit d’une exceptionnelle collection de photographies, cartes postales, dessins (vie quotidienne, urbanisme, monuments, événements historiques, groupes ethniques…) du XIXe-début XIXe s. sur le Levant, l’Asie mineure, la Mésopotamie, l’Égypte…
Toutes les photographies sont documentées ; la navigation est possible par thèmes ou par recherche détaillée. Possibilité de récupérer les images (en basse résolution) ou de les envoyer par courrier électronique.

Arab Image Foundation
Le but de cette fondation libanaise est de recueillir, préserver et étudier les photographies du Moyen-Orient, du Maghreb et de la diaspora arabe du XIXe s. à nos jours. Plus de 400000 photographies sont disponibles (monuments, sites archéologiques, vie quotidienne, événements historiques, portraits…) ; un grand nombre est téléchargeable.
L’inscription gratuite au site permet de bénéficier de fonctions avancées (agrandissement, légende…)..

Discover Islamic Art – Virtual Museum
Le portail « Musée sans frontière » vous propose ici une visite virtuelle des grands lieux de l’histoire de la civilisation islamique illustrée par des textes explicatifs, de nombreuses photographies de monuments ou de sites historiques, une sélection représentative d’objets d’art et des expositions virtuelles.
Ce musée virtuel couvre les différentes dynasties et cultures islamiques du bassin Méditerranéen depuis les débuts de la conquête arabe jusqu’à la chute de l’Empire ottoman. Il y a un moteur de recherche interne.

Ashmolean Museum – Creswell Photographic Archive
L’Ashmolean Museum of Art and Archaeology  propose la consultation en ligne de la collection de négatifs de l’historien de l’art islamique, K.A.C Creswell. Ces photographies ont été utilisées en partie pour illustrer deux de ses plus importants ouvrages, Early Muslim Architecture (1932) et Muslim Architecture of Egypt (1952), qui font, notamment partie, des collections de la bibliothèque de la MOM.
Ce fonds de photographies (des années 20-40) bien documentées est dédiée à l’architecture islamique, et plus particulièrement en Egypte et au Levant.
La recherche est possible par liste de pays, villes/sites, type de bâtiment ou par moteur interne.

Middle East & Islamic Photographs – Harvard College Library
La « Fine Arts Library » de l’Université d’Harvard possède une collection de plus de 150000 photographies (XIXe-XXe s.) et de cartes postales (1890-1930) sur l’art et l’architecture islamiques ainsi que des vues ethnographiques du Moyen-Orient. Ces fonds photographiques sont issus de collections privées d’historiens de l’art, de musées et de laboratoires de photographes.
Ces collections ont été partiellement numérisées et sont consultables via le catalogue des ressources visuelles de  l’Université d’Harvard . Les vignettes du catalogue sont bien documentées ; l’accès à des images récentes en haute résolution est malheureusement restreint.

Thesiger Collection – Pitt Rivers Museum
Collections de milliers de photographies du musée d’ethnographie et d’archéologie (Pitt Rivers Museum) de l’Université d’Oxford  (GB). La plus importante est celle de l’explorateur et écrivain britannique Wilfred Thesiger (1910-2003) dont les régions couvertes sont le Proche-Orient, l’Arabie, l’Inde, le Pakistan, l’Afrique … Il s’agit de scènes de la vie quotidienne, de paysages, de sites… ; les photographies sont bien documentées. Recherche possible par collections, pays/régions et moteur de recherche interne.
Possibilité d’acheter les photographies dans différents formats.

Bibliothèque numérique de l’IFPO
Parmi les fonds numérisés de l’Institut Français du Proche-Orient, la photothèque contient plus de 20000 images (sites archéologiques, monuments, paysages…) en accès libre et gratuit.
On peut faire une recherche multicritères sur tous les fonds numérisés. Les collections sont hébergées par la plateforme E-corpus.

The Max von Oppenheim photo collection
Elle compte quelques 13000 photographies (monuments, paysages, vie quotidienne, fouilles archéologiques, objets archéologiques…) de l’explorateur et diplomate Max von Oppenheim (1860-1946). Elles ont été prises au cours de ses expéditions (1899, 1911 et 1939) en Asie mineure, au Levant et en Mésopotamie et lors de fouilles archéologiques (Tell Halaf, 1911-1929).
Il est possible d’opter pour une recherche thématique ou par collection ; les photographies sont facilement consultables mais ne sont pas utilisables gratuitement… On peut acheter les photos en haute résolution.

Orientalist Photography (Getty Research Institute)
Parmi les nombreuses collections de photographies numérisées du Getty Research Institute (Los Angeles), on trouve, entre autres, le fonds de photographies « orientalistes » rassemblées par Ken & Jenny Jacobson, marchands d’art et photographes britanniques. Ces 4500 photographies (études architecturales, vie quotidienne, paysages…) ont été prises entre 1843 et 1920 au Moyen-Orient et au Maghreb.
Il y a un moteur de recherche interne ; les images sont facilement récupérables.

Brooklyn Museum: Libraries and Archives
Le Brooklyn Museum propose, parmi ses nombreuses collections, un accès à plus de 100000 photographies (XIXème-début XXème s.) numérisées. La Goodyear Archival Collection est la plus fournie en images sur le Moyen-Orient.
On accède aux images par un classement thématique ou par un moteur de recherche interne. Les photographies sont téléchargeables.

Photographic archive of Machiel Kiel
Il s’agit ici des archives photographiques de Machiel Kiel du Netherlands Institute in Turkey (NIT) à Istanbul, soit, pour l’instant, 1300 images sur l’architecture ottomane dans les Balkans prises entre les années 60 et 90.
La recherche s’opère par pays puis par ville/région.