Tous les articles par prefixesmom

Rendez-vous aux ateliers documentaires de la MOM – 2ème semestre

Le programme de ce 2eme semestre vous propose de nouvelles sessions pour des ateliers (Zotero initiation, Hal) que vous avez été nombreux à nous demander. Nous souhaitons également vous inviter à de nouveaux ateliers dont Zotero avancé, ainsi qu’une présentation du nouvel outil data.persee.fr, par l’équipe de Persée.


Une bibliographie propre et formatée en quelques clics avec Zotero

Présentation : Cet atelier vous permettra d’optimiser la gestion de votre bibliographie à partir de Zotero. Grâce à ce logiciel libre, vous collecterez en un clic vos références et vous pourrez les éditer en deux clics sous forme de citation ou de bibliographie.
Lieu : MOM, salle de visioconférence

Séance n°1 : Jeudi 23 mars 10h-12h
Inscription en ligne


 Zotero à la loupe
Présentation :  Vous maîtrisez déjà la collecte de références via Zotero. Afin d’optimiser toutes les fonctionnalités de Zotero, nous vous présenterons l’utilisation des feuilles de style et leur modification légère, le partage de références via la gestion de groupe, ainsi que les différents modes de sauvegarde de vos données sur Zotero.
Lieu : MOM, salle visioconférence

Séance n°1 : Mardi 4 avril 10h-12h
Inscription en ligne

Séance n°2 : Mardi 9 mai 10h-12h
Inscription en ligne


HAL, oui mais comment ?
Présentation : Afin de rendre plus visible la production scientifique des chercheurs, la Maison de l’Orient et de la Méditérranée a mis en place une collection HAL MOM. Les bibliothécaires / documentalistes répondront à toutes vos questions concernant le dépôt dans HAL, ainsi que toutes les options possibles autour de cette plateforme (statistiques, CV du chercheur, alertes thématiques…)
Lieu : MOM, salle visioconférence

Séance n°1 : Jeudi 4 mai 14h-16h
Inscription en ligne


A la découverte de data.persee.fr

Présentation : Articles, illustrations, collections, auteurs… autant de jeux de données collectées par l’UMS Persée que vous pourrez interroger finement, télécharger et exploiter sur le nouveau portail data.persee.fr Il s’agit d’un entrepôt de données qui rassemble les données décrivant les ressources produites par Persée de manière structurée selon les principes du web sémantique : on ne s’intéresse pas ici au contenu mais à ce qui le qualifie, à l’ensemble des données
correspondant à tel ou tel critère. Sur data.persee.fr, on obtient une table de résultats qui peuvent être téléchargés dans un format
stockable, réutilisable, enrichissable. De plus les données sont liées même au delà de notre base, grâce à des alignements, avec d’autres référentiels. Nous allons vous montrer comment interroger et exporter les données, comment créer des jeux de données personnalisés qui pourront ensuite être retravaillés, enrichis et analysés selon vos besoins.

Séance n°1 : Mardi 30 mai 10h-12h
Inscription en ligne

Séance n°2 : Mardi 13 juin 14h-16h
Inscription en ligne


Les bibliothécaires et documentalistes de la MOM

Contact : formations-bib@mom.fr

Retour sur l’affaire Glozel

Tablettes et poteries trouvées à Glozel
Tablettes et poteries trouvées à Glozel

La découverte

Le 01 mars 1924, Emile Fradin, jeune agriculteur de 17 ans du hameau de Glozel (Allier), découvre, en défrichant un champ, divers objets de types archéologiques (briques et galets gravés, os taillés, tessons de poterie…) apparemment anciens. La nouvelle se répand vite ; les trouvailles du jeune homme intriguent ; le milieu des érudits locaux s’agitent…

En mai 1925, des fouilles archéologiques sont entreprises par le Docteur Antonin Morlet, médecin de Vichy, féru d’archéologie gallo-romaine. Le Dr Morlet, qui a senti le potentiel archéologique du site, négocie avec les Fradin l’exclusivité scientifique des présentes et futures trouvailles de Glozel. Le jeune Emile est associé aux fouilles.

Au printemps 1926, le Dr. Morlet publie « Nouvelle station néolithique », une première série d’observations et de réflexions sur Glozel, qui trouble le petit monde de l’archéologie et lance « l’affaire de Glozel », controverse scientifique qui connaitra un retentissement international.

Glozel néolithique ?

Dès le début, les spécialistes vont débattre autour d’au moins deux points essentiels :

Si Glozel est bien un site néolithique, comme l’affirme A. Morlet, le fait d’avoir découvert des tablettes d’argile recouvertes de signes indéchiffrables, qui pourraient passer pour un langage, remet radicalement en question la chronologie entre Préhistoire et Histoire où l’apparition de l’écriture est un jalon essentiel.

Glozel relance, par ricochet, le débat sur l’apparition de l’écriture en Orient, contestée alors par certains scientifiques. Le berceau de notre civilisation se déplacerait de la Mésopotamie à l’Auvergne…

Par ailleurs, de nombreux objets trouvés à Glozel sont décorés de silhouettes animales dont certaines font penser à des rennes. Or la présence de cet animal en France est attestée pour des périodes très antérieurs au néolithique. La chronologie communément admise est là aussi contredite par ces étranges artéfacts.

Ce chamboulement radical des connaissances archéologiques de l’époque sème le doute chez certains savants. On commence à suspecter de probables manipulations ; on doute de l’authenticité de Glozel…

Un renne gravé sur un os
Un renne gravé sur un os

Pour ou contre Glozel

La presse locale puis nationale s’empare de « l’affaire de Glozel » ; les journaux ouvrent leurs colonnes aux débatteurs ; le grand public se passionne pour cette controverse ; les visiteurs affluent sur le site ; les jalousies s’aiguisent…

Sommée de prendre parti sur l’authenticité de Glozel, la fine fleur des archéologues, historiens et autres savants se presse sur place pour se forger un avis scientifiquement étayé.

Dans le camp des partisans de l’historicité de Glozel se rangent, parmi les plus connus, l’ethnologue A. van Gennep, l’historien et archéologue Salomon Reinach, conservateur en chef du Musée de Saint-Germain-en-Laye, l’épigraphiste Emile Espérandieu, conservateur des musées de Nîmes, le géologue Charles Depéret et le paléontologue Lucien Mayet de la faculté de Lyon, le linguiste Joseph Loth de la faculté de Rennes, l’anthropologue Antonio Mendès-Correa de Porto et dans une moindre mesure, l’historien antiquisant Camille Jullian et l’Abbé Breuil, préhistorien.

Les contempteurs de Glozel comptent dans leur rang les non moins éminents préhistoriens Denis Peyrony, conservateur du musée des Eyzies, Henri Begouën de la faculté de Toulouse, André Vayson de Pradenne et Louis Capitan, l’épigraphiste René Dussaud, conservateur au Louvre, le paléontologue Marcellin Boulle du Musée d’Histoire Naturelle de Paris…

Afin de trancher une bonne fois pour toute sur l’ancienneté et l’authenticité de Glozel, une commission internationale est constituée mais aussitôt accusée de partialité car les experts appelés à siéger dans cette commission sont choisis par les professeurs Capitan et Bégouën, antiglozéliens convaincus…

La campagne de fouilles, très médiatisée, entreprise en novembre 1927 à l’initiative de la commission tranche sans surprise en défaveur de l’authenticité de Glozel. L’expertise est aussitôt contestée par les pro-Glozel ; les esprits d’échauffent…

Fouilles à Glozel en 1928
Fouilles à Glozel en 1928

 

La justice s’en mêle

L’agitation autour de Glozel monte encore d’un cran quand Emile Fradin est publiquement accusé d’être un fraudeur. On lui reproche d’avoir gravé sur les briques les mystérieux signes alphabétiques.

Le jeune paysan contre-attaque en janvier 1928 et assigne en diffamation ses détracteurs, notamment l’épigraphiste René Dussaud. En février 28, la Société Préhistorique Française porte plainte contre X pour escroquerie. La ferme des Fradin et le petit musée Glozel qu’elle abrite sont perquisitionnés et saccagés par la maréchaussée ; des objets « glozéliens » sont saisis dans la foulée.

Suite à cette perquisition, un rapport de l’identité judiciaire est remis au juge qui instruit l’affaire qui conclut aussi à la falsification des tablettes. Ce rapport, jugé malhonnête et partisan, est réfuté point par point par le Dr. Morlet. Emile Fradin est malgré tout inculpé pour escroquerie en juin 1928.

Ces démêlés judiciaires n’empêchent pas le Dr. Morlet d’entreprendre, en avril, avec l’aide d’archéologues français et étrangers, de nouvelles fouilles qui se prononceront bien évidemment pour l’authenticité du site néolithique.

En juin 1931, une ordonnance de non-lieu est promulguée au bénéfice d’Emile Fradin. En revanche, ces détracteurs seront tous condamnés pour diffamation.

Progressivement, l’affaire de Glozel va déserter l’actualité ; la polémique entre ce qui reste des glozéliens et antiglozéliens se fait plus rare et moins passionnée ; le Dr Morlet cesse même ces fouilles en 1936.

En 1941, une nouvelle loi réglemente les fouilles archéologiques ; elles ne seront désormais plus possible sans l’aval des pouvoirs publics. Glozel sombre alors dans l’oubli.

Tablettes gravée de signes « glozéliens »
Tablettes gravée de signes « glozéliens »

 

Nouvelles analyses et nouvelles fouilles

A partir du milieu des années 70, l’intérêt pour Glozel renait ; des scientifiques français et surtout étrangers reviennent sans a priori vers Glozel avec de nouvelles techniques d’analyse des objets (datation par thermoluminescence, carbone 14, spectrographie…). Les analyses concluent à une datation très disparate des objets qui semble courir de la préhistoire à l’époque moderne ! Ces résultats inattendus ne permettent pas d’éclaircir totalement les mystères de Glozel…

Sous la pression des élus locaux et à la demande du Ministère de la Culture, de nouvelles fouilles démarrent en 1983 sur le site de Glozel. Jusqu’en 1990, la jeune garde de l’archéologie française va essayer de démêler définitivement l’écheveau glozélien. Le rapport du ministère, paru partiellement en 1995, ne laisse plus planer le doute : aucune trace d’un quelconque gisement préhistorique. L’occupation de Glozel est principalement médiévale même si on y trouve aussi quelques artéfacts datés de l’Age du fer et des contrefaçons manifestes. Glozel ne serait qu’une fiction !

Tête de femme sculptée sur un os
Tête de femme sculptée sur un os

Glozel toujours vivant

En dépit de ce démenti scientifique, les partisans de l’authenticité de Glozel ne désarment pas. Des colloques sont régulièrement organisés autour de Glozel ; des livres et des articles continuent de paraitre à ce sujet.

Cependant, plus « l’affaire Glozel » sort, avec le temps, du champ scientifique, plus elle investit ; notamment sur le Net, les sphères du paranormal, de l’ésotérisme, voire du complotisme ; il suffit de taper Glozel sur un moteur de recherche pour tomber sur une foule de sites dont certains plus fantaisistes les uns que les autres… Voir webographie ci-après.

Alors Glozel ? Enorme supercherie archéologique ou authentique nécropole gallo-romaine ? Vestige d’une civilisation extraterrestre disparue ou four verrier médiéval ? Incroyable découverte d’amateurs en butte à l’hostilité du monde académique sûr de sa vérité scientifique ?

Près de 3000 pièces (poteries à masque figurant des yeux ouverts, briques avec empreintes de mains, idoles bisexuées, tablettes avec des signes « alphabétiques », objets en os et en pierre taillée, galets gravés, ossements humains et animaux…) ont été, quand même, exhumées à Glozel ! D’où viennent-elles ? Qui les a fabriquées et dans quel but ?

Et que penser des fameux signes glozéliens ? Alphabétiques, syllabiques, idéographiques ? Est-ce une des plus anciennes traces de langage humain ou l’alphabet des Atlantes ? Le saurons-nous un jour… Emile Fradin, un des principaux acteurs de la controverse, est décédé centenaire en 2010 emportant avec lui le secret de Glozel, si secret il y a…

Afin de vous faire une idée plus précise de cette passionnante et rocambolesque histoire, nous avons mis à votre disposition une bibliothèque numérique de documents en texte intégral en lien avec l’affaire Glozel. Une grande partie de ces ressources, mis en ligne dans le cadre du projet 1000 tirés-à-part Reinach, proviennent des « archives » de l’archéologue Salomon Reinach qui fut un partisan de l’authenticité du site de Glozel. D’autres documents, glanés çà et là sur le Net, complètent cette base bibliographique en libre accès.

La base de données sur Glozel s’est récemment enrichie d’un grand nombre de coupures de presse issues de journaux tels que « Le temps », « le Progrès de Lyon », « le Progrès de l’Allier », « le Moniteur », « le Journal des Débats », « l’Avenir du Plateau », « le Journal de Genève »… qui illustrent l’importance qu’avait pris cette affaire dans l’opinion publique française et étrangère  des années 20.

A noter que ces articles de presse mis en ligne proviennent, en grande partie, des archives du Laboratoire de Géologie de Lyon (Site UCB Lyon 1). Avec leur aimable autorisation.

Lien vers la bibliographie sur Glozel ICI

 

Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes
Renne et signes « glozéliens » gravé sur galet avec des signes

 Lien vers la webographie sur Glozel ICI

 

Bonne lecture

Idole bisexuée
Idole bisexuée

 

Une feuille de style MOM pour Zotero !

Depuis peu, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée s’est dotée d’une feuille de style Zotero adaptée aux normes fixées par son service de publications.

Il est possible de télécharger ce fichier .csl sur le répertoire des styles Zotero accessible à l’adresse suivante : https://www.zotero.org/styles en effectuant une simple recherche sur « Maison de l’Orient et de la Méditerranée ». Pour l’utiliser, il suffit de glisser-déposer le fichier téléchargé dans votre interface Zotero personnelle et de cliquer sur « Installer ».

Pour ceux qui souhaiteraient débuter avec Zotero ou parfaire leur maitrise de l’outil, des formations sont organisées sur site à la MOM, les mardi 29 novembre et 13 décembre prochains.
N’hésitez pas à vous inscrire via le lien suivant : http://www.mom.fr/bibliotheques/bibliotheque-de-la-mom/formations-et-tutoriels

zotero_logo

 

Rendez-vous aux ateliers documentaires de la MOM

apple-256261_1280Que vous soyez étudiants, doctorants, enseignants ou chercheurs, la bibliothèque de la MOM vous propose un ensemble de formations organisées tout au long de l’année.

Nous pouvons vous accompagner de manière collective ou individuelle dans vos recherches documentaires ou répondre à vos souhaits de formations.
Vous pouvez nous suggérer des formations, nous les étudierons.

Programme 2016-2017, 1er semestre

 

  • HAL, oui mais comment ?

logo-episcience-tamponPrésentation : Afin de rendre plus visible la production scientifique des chercheurs, la MOM a mis en place une collection HAL MOM. Les bibliothécaires/documentalistes répondront à toutes vos questions concernant le dépôt dans HAL, ainsi que toutes les options possibles autour de cette plateforme (statistiques, CV du chercheur, alertes thématiques…)
Lieu : MOM, salle visioconférence

Séance n°1 : Jeudi 6 octobre 10h30-12h
Inscription en ligne

Séance n°2 : Mardi 24 janvier 10h30-12h
Inscription en ligne

 

  • Comment accéder aux ressources documentaires payantes à moindre frais ?

pixabay.comPrésentation : Que l’on soit étudiant, enseignant, chercheur, de Lyon 2, du CNRS ou sans rattachement institutionnel, un accès à des ressources scientifiques (payantes) vous est proposé via différentes plateformes. Venez découvrir ces plateformes et les différentes ressources auxquelles vous aurez accès.

Lieu : MOM, salle visioconférence

Séance n°1 : Mardi 15 novembre 10h30-12h
Inscription en ligne

 

  • Une bibliographie propre et formatée en quelques clics avec Zotero

Présentation : Cet atelier vous permettra d’optimiser la gestion de zoterovotre bibliographie à partir de Zotero. Grace à ce logiciel libre, vous collecterez en un clic vos références et vous pourrez les éditer en deux clics sous forme de citation ou de bibliographie.
Lieu : MOM, salle visioconférence

Séance n°1 : Mardi 29 novembre 10h30-12h
Inscription en ligne

Séance n°2 : Mardi 13 décembre 14h-15h30
Inscription en ligne

Bibliographie CAPES-Agrégation 2017 : histoire contemporaine

La nouvelle question d’histoire contemporaine au programme de la  session 2017 du concours externe du CAPES et de l’agrégation d’histoire – Le Moyen-Orient de 1876 à 1980 : Arabie Saoudite, Bahreïn, Égypte, Émirats Arabes Unis, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Palestine, Qatar, Syrie, Sultanat d’Oman, Turquie et Yémen – concerne tout particulièrement une partie des  fonds de la bibliothèque de la MOM.

En effet, la grande majorité des ouvrages et des articles mentionnés dans cette bibliographie non officielle sont disponibles (au moins en consultation) parmi les collections du fonds BAB (Monde arabo-musulman au 1er étage de la bibliothèque), et dans une moindre mesure en REF (références générales au 2/3 étage). D’autres documents, notamment les articles de revues, sont plutôt localisés à l’étage des périodiques (fonds PER). Chaque référence bibliographique est suivie d’une cote lorsque le document est présent à la bibliothèque. Quand l’ouvrage ou l’article est accessible en ligne, un lien vers la ressource est proposé.

La bibliothèque s’efforcera d’acquérir, sous réserve de leur disponibilité chez les éditeurs, les ouvrages au programme qu’elle ne possède pas. En attendant, nous avons signalé dans la bibliographie où trouver les ouvrages absents des collections de la MOM quand ceux-ci sont localisés dans une des bibliothèques universitaires lyonnaises, et plus particulièrement la Bibliothèque Interuniversitaire Diderot à Gerland.

La bibliographie étant longue nous vous proposons de la consulter ou de la télécharger ici.

Bonne lecture !

A la découverte des archives Reinach

 

Un silence étourdissant… voilà ce qu’on ressentait à chaque instant.  Chaque mouvement, dans cette ambiance sombre et étouffante, était une prise de risque.

Dès qu’un nouveau document était découvert, nous soulevions l’immémoriale poussière qui le recouvrait. Elle attaquait nos  voies
respiratoires, noircissait nos mains, nos visages et les lieux.
L’objet était examiné, ouvert, puis il était enregistré…
Non, je n’ai pas participé à la découverte du potentiel tombeau
de Néfertiti. C’était bien mieux. J’ai fait le récolement des archives Reinach qui ont accompagné le versement de la bibliothèque du chercheur à l’Université de Lyon en 1935 et qui sont aujourd’hui dans le bureau de Véronique, gardienne de la mémoire des Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 - Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach - Mariage de don Théodore Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 – Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach – Mariage de don Théodore Reinach.
Reste que ce fonds a
une véritable valeur
au sein de la bibliothèque de la
Maison de l’Orient et de la Méditerranée.
Le but de ma mission
était donc de lui donner une cohérence pour
qu’il puisse être un jour communiqué et utilisé par des chercheurs ou des lecteurs travaillant autour des Reinach ou traitant l’un des multiples sujets qu’ils ont étudiés pendant leurs carrières respectives. Ce n’est pas pour rien qu’ils étaient surnommés les «frères Je – Sais- Tout» et les archives nous en donnent une autre preuve. On retrouve un cahier de musique de Théodore, une pièce de théâtre écrite par Salomon et divers dessins et croquis exécutés par les trois frères.
Il est très difficile de leur attribuer une spécialité précise.

Les dizaines de carnets de cours qui sont conservés à la bibliothèque montrent que c’est au cours de leur éducation qu’ils ont développé

Figure 2 : 1 MOM 15 - Hercule et Omphale - Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz - Première page de la saynète
Figure 2 : 1 MOM 15 – Hercule et Omphale – Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz – Première page de la saynète
cette diversité d’intérêts et de connaissance : paléographie, mathématiques, physique et
chimie, littérature classique et
médiévale, droit etc…
La difficulté était de récoler, enregistrer, tous ces carnets puis d’envisager et prévoir un classement structurant pour le fonds au milieu de cette diversité d’actions et de sujets, sans le dénaturer. J’ai donc pris
un par un les carnets, pour les dépoussiérer –un archiviste maîtrise le chiffon microfibre mieux que quiconque (et ce n’est pas pour ça qu’il n’y en a pas chez moi, au contraire, ça me permet de rester dans l’ambiance) – puis en faire l’analyse,
c’est-à-dire établir le sujet de ce carnet, dans quel contexte il a été écrit. Pour cela il faut essayer de faire un tri rapide dans les informations contenues.

L’objectif du travail d’archivage n’est pas de connaître le document dans son intégralité –cela prendrait beaucoup trop de temps, mais

Figure 3 : 1 MOM 12 - Indexation de revues, salomon Reinach.
Figure 3 : 1 MOM 12 – Indexation de revues, salomon Reinach.temps, mais de dégager les données les plus importantes
de dégager les données les plus importantes pour le décrire et donc pour qu’il soit facilement consultable une fois le travail terminé. Enfin on lui donne un numéro sur une jolie bandelette – de papier, les momies ce n’est pas mon domaine.
Cette analyse a ainsi permis de dégager des grands domaines dans lesquels classer les archives. Il y avait beaucoup de carnets de notes de cours, des manuscrits inédits, des productions autour de ses voyages pour des fouilles archéologiques.
Ces différentes actions ont défini le cadre de classement qui correspondait aux différents moments de la vie des Reinach et surtout de Salomon.
L’acte d’archiver, et donc d’enregistrer les archives, se caractérise par l’attribution d’une cote à chaque objet pour qu’il soit identifié, il a plusieurs buts. D’abord il ne faut pas oublier que le document est lié à son producteur et donc au contexte de production. L’archiviste doit en tenir compte et le rendre dans son travail : l’instrument de recherche, qui est un des points les plus importants dans la mission. Cet « outil » permet en effet de présenter physiquement le travail mené sur le fonds et de lui donner la cohérence physique. Il peut ensuite être facilement utilisé par les chercheurs. L’instrument devient en lui-même un document d’archives lié au fonds et à son histoire mais aussi lié à la bibliothèque.
Mais ce travail ne signifie pas la fin de la mission de l’archiviste, au contraire la partie la plus importante se situe à ce point. On ne fait pas un instrument de recherche pour le simple fait d’enregistrer les documents et en faire ensuite des « archives mortes » qui se recouvrent de nouveau de poussière – oui, mais la poussière du XXIe siècle, ça change tout !  Le but est qu’elles soient utilisables et pour ça il faut que les documents comme l’instrument puissent être communiqués.
Pour le fonds en question, les archives permettent d’ aborder plusieurs points : l’érudition de chercheurs intégrés dans leur société, les liens avec les intellectuels qu’ils ont pu côtoyer, la façon dont s’est fait l’apprentissage des trois frères Reinach.
Dans les documents propres à Salomon, on peut distinguer deux   typologies d’archives majeures :
  • les documents à caractère scientifique : on a retrouvé plusieurs manuscrits inédits de la main de Salomon Reinach, qui n’ont jamais été publiés. Avec ces archives, on est au coeur du réseau intellectuel dans lequel il s’est impliqué, avec toutes ses notes de cours, la documentation qu’il a établi pour ses recherches et leur résultat.
  • Les documents personnels : dans le fonds de la bibliothèque, ils sont très rares: un recueil de correspondance – ce qui est quand même plus classe qu’une conversation Facebook – des carnets de croquis, et surtout le journal de son voyage à bord du
    Latouche -Tréville.
Ses archives ne vont pas nous en apprendre beaucoup sur Salomon
l’homme, mais peuvent nous éclairer sur Salomon l’érudit et chercheur, sur sa façon de travailler, d’annoter ce qu’il lisait, de commenter, et de dessiner. C’était un homme de classements et d’index, les faits avaient une grande importance pour lui.
Salomon, mais aussi  ses frères, étaient engagés dans la société, notamment au cours de l’Affaire Dreyfus. Salomon s’est moins impliqué que son frère Joseph dans la défense du Capitaine, mais on retrouve parmi les archives conservées à la Bibliothèque des essais, de sa main, à propos de l’Affaire.
 Tout au long de la première Guerre Mondiale, Salomon a
Figuer 4 : 1 MOM 30 - Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.
Figuer 4 : 1 MOM 30 – Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.

également compilé tous les actes de guerre et toutes les informations qu’il trouvait en lisant des journaux de différents pays.

Entre 1914 et 1919, il a ainsi rédigé 14 carnets de Chronologie de la Guerre remplis au jour le jour de chaque épisode qui était relaté. Il faut s’imaginer le temps que cela lui a pris pour faire un dépouillement quotidien de l’actualité. Ses carnets ont même été publiés au fur et à mesure, au cours du conflit.
Le but est d’en faire des «archives vivantes» étudiées, et valorisées au sein de la bibliothèque de la MOM,
et même en dehors. On retrouve des archives de Salomon Reinach
dans de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur. Le but est donc que les fonds ne soient pas isolés les uns des autres, même s’ils le sont physiquement. Il faut avoir conscience qu’il y a eu un éclatement de ses archives à cause de sa carrière en elle-même
puisqu’il a officié dans diverses institutions qui ont conservé ses documents. Puis à sa mort, ses papiers ont été dispersés au gré des versements, des legs et dons dans plusieurs universités.
L’objectif du répertoire qui a été établi au terme de ma mission est d’être consulté, d’être un «instrument de recherche» au sens propre, et donc un outil pour lier intellectuellement tous les fonds, mais aussi pour faire connaître les archives de Salomon Reinach au grand
public.
À terme, l’étude de ses manuscrits inédits pourrait être vraiment
intéressante sur ce point et pourquoi pas permettre de discuter de l’intérêt d’une publication de certains.
Figure 5 : 1 MOM 188 - Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Figure 5 : 1 MOM 188 – Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Corentin Durand

Vous êtes étudiant en archéologie et vous recherchez un job en bibliothèque …

… cet article est pour vous !

Les années étudiantes sont souvent synonymes de découverte, de liberté, de fête, mais aussi d’autonomie et d’indépendance.Les désirs de découvrir un milieu professionnel ou d’obtenir une indépendance financière vous poussent souvent à nous poser cette question : Avez-vous des jobs disponibles pour les étudiants  à la bibliothèque de la MOM ?

La bibliothèque de la MOM recrute depuis 3 ans deux à trois moniteurs étudiants. En 2016, Adélaïde et Thibaut,  ont ainsi rejoint notre équipe.Mais vous avez aussi d’autres possibilités pour obtenir un job d’étudiant en bibliothèque.

Ces emplois porteront souvent l’intitulé de « Moniteur étudiant » et vous proposeront des heures de travail à effectuer dans une bibliothèque, et toujours en dehors de vos cours.

Où déposer une candidature à Lyon ?

– Si vous êtes inscrits à l’Université Lyon 2, vous pouvez envoyer jusqu’au 5 juin 2016 une candidature pour des postes de moniteurs étudiants dans le réseau des Bibliothèques Universitaires de Lyon 2 (SCD Lyon 2).

– Si vous êtes inscrits à l’Université Lyon 3, vous pouvez également candidater auprès du réseau des Bibliothèques Universitaires de Lyon 3 (SCD Lyon 3).

– La bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) recrute aussi des moniteurs étudiants pour 2016-2017.

– Le réseau des bibliothèques municipales de Lyon a recours à des emplois étudiants, notamment pour l’accueil du public.

Cette liste de possibilités n’est certes pas exhaustive, toutefois vous pouvez contacter chaque établissement pour obtenir davantage d’informations.

Quels travaux effectue un moniteur étudiant ?

pixabay.com

Tordons le cou à quelques idées reçues :

Non, votre temps de travail ne sera pas consacré à la lecture des ouvrages de la bibliothèque

Non, votre temps de travail ne sera pas dédié à faire vos devoirs

Non, vous n’aurez pas à faire ou à apporter le café aux bibliothécaires

La découverte de la bibliothèque se fera par une intégration dans l’équipe de la bibliothèque où une formation solide vous sera donnée afin :

– d’accueillir (toujours avec le sourire) et de renseigner le public

– d’aider les étudiants dans leurs recherches documentaires à se frayer un chemin dans la multitude des ressources en ligne

– de ranger les documents selon le jargon spécifique des bibliothécaires (Dewey, LCC,…)

– de participer aux travaux internes d’équipement, de déménagement, d’inventaire

et bien d’autres choses encore …

Nous vous souhaitons donc bon courage dans la recherche de vos premières expériences professionnelles et nous restons comme toujours à votre disposition pour toutes questions bibliotheque@mom.fr

Nina Mitamona

Bibliographie succincte sur le thème des Moniteurs étudiants en bibliothèque :

Perrin, Georges. L’emploi des étudiants dans les bibliothèques de l’enseignement supérieur. Inspection générale des bibliothèques [IGB], juin 2007 [consulté le 27 mai 2016]. Disponible sur le Web.

Boudionbo, Jean. Témoignage d’un moniteur-étudiant : Bulletin d’informations de l’ABF. 1996 [consulté le 27 mai 2016]. Disponible sur le Web.

Cadet, Marie-Catherine. Les moniteurs étudiants : aide au catalogage : Bulletin des bibliothèques de France (BBF). 1993 [consulté le 27 mai 2016]. Disponible sur le Web.

Rouyer, Philippe. Moniteurs et « student assistants » : Bulletin des bibliothèques de France (BBF). 1992 [consulté le 27 mai 2016]. Disponible sur le Web.

La Doc des Pros (2)

Il y a bien longtemps que je ne vous ai tenu au courant des acquisitions concernant notre Documentation Professionnelle.
Il est temps d’y remédier! Vous trouverez ici les ouvrages acquis fin 2015, ils rendent compte de nos préoccupations diverses.

Conarbretribution aux avancées de la connaissance en Information-Communication / par Bernard Miège, INA Editions 2015.-(Médias histoire)
L’Info-Comm. est plus complexe qu’on peut le penser d’un premier abord. Plurielle dans les démarches, critique et sociétale dans les sujets, objet de connaissance, toujours discutée et remise en cause. Une plongée dans ce domaine décrié ou porté aux nues.

Couv-ArtFaireRecherchesL’Art de faire des recherches et de partager l’information : pratiques et techniques de veille et de curation sur internet / Jérôme Deiss aux Editions Fyp, 2015.-(Entreprendre)

 

Information pléthorique sur internet devenant problématique !
Qui ne s’est pas retrouvé confronté à cette masse mouvante, désorganisée que sont les résultats d’une veille? Savoir chercher, utiliser et partager est tout un art. Ce guide ou manuel est présenté avec une progression dans les chapitres allant des définitions à la
diffusion en passant par les techniques, outils. C’est un bon outil de prise de conscience de la nécessité d’organiser les recherches, la veille.

2011-BAO22 Mener l’enquête : guide des études de publics en bibliothèque / sous la dir. de C. Evans.-  (Boite à outils; 22) aux éditions de l’ENSSIB  

 

 

Un oubli, pour ce livre publié en 2011!
Les enquêtes sont nécessaires pour connaitre les publics qui fréquentent nos bibliothèques, leurs attentes notamment concernant de nouveaux services, leurs satisfactions sur l’existant.    L’ouvrage se veut un guide des bonnes pratiques et des méthodologies.

Big data, open dataBig data, Open data : quelles valeurs? Quels enjeux? : Actes du colloque «Document numérique et société», Rabat, 2015 / Sous la dir. de E. Broudoux et G. Chartron.- De Boeck supérieur, cop.2015.- (Information & stratégie)

 

Les big data, littéralement les grosses données, est une expression anglophone utilisée pour désigner des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu’ils en deviennent difficiles à travailler avec des outils classiques de gestion de base de données    ou de gestion de l’information. … L’ouverture des données (open data) représente à la fois  un mouvement, une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables. Elle s’inscrit dans une tendance qui considère l’information publique comme un bien commun (tel que défini par Elinor Ostrom) dont la diffusion est d’intérêt public et général. (Wikipedia)

bao33_couv_catalogueConstruire des pratiques participatives dans les bibliothèques / saous la dir. de Raphaëlle Bats , aux éditions de l’ENSSIB, 2015.- (La boite à outils; 33)

Bibliobox, crowdsourcing, empowerment, partages des savoirs…
Définitions, nouvelles terminologies explicitées, retours d’expériences. La démarché participative s’explique, s’exporte et s’importe, surtout elle se développe. Pour bien en comprendre les objectifs et les enjeux, ce livre est organisé en 3 parties : Repenser la bibliothèque ensemble, Partager les savoirs et Décider ensemble.
Le sujet vous intéresse? N’oubliez pas le n° 83 de mars 2016 de Bibliothèque(s) «Pratiques participatives».

TEIWhat is the Text Encoding Initiative ? : how to add intelligent markup to digital resources / Lou Burnard.- Open edition press, 2014.- (Encyclopédie numérique)

Mais oui, qu’est-ce que la TEI??Tout, tout vous saurez tout sur la TEI en lisant cet ouvrage, pour peu que vous lisiez très bien l’anglais et que vous ayez un minimum de connaissances informatiques et en XML..

couverture-bao31_cover_1Ouvrir plus, ouvrir mieux : un défi pour les bibliothèques / Sous la dir. de G. Perrin.- Presses de l’Enssib, cop.2014.-(La Boite à outils; 31)

Vaste question s’il en est, source de polémiques, d’effets d’annonces et de création de commissions chargées d’étudier le sujet! Ce volume réunit 15 professionnels spécialisés dans les domaines   éducatif, social et culturel.

imageBibliothèques d’aujourd’hui : à la conquête de nouveaux espaces / Sous la direction de M.-F. Bisbrouck.- Nouvelle édition.- Ed. du Cercle de la Librairie, cop.2014.- 1 vol. + 1CD-ROM.- (Collection Bibliothèques)

Une nouvelle édition revue et augmentée sur l’architecture, l’évolution des espaces pensés pour les bibliothèques et leurs publics. Plus de services et/ou des services différents, diversification des activités, supports documentaires en évolution, utilisation des espaces, conception et construction…vous trouverez tout celà dans ce livre illustré qui fait la part belle aux bâtiments dans lesquels nous travaillons.

17_outilswebcouvseule_1Les outils multimédias du web : communiquer efficacement sur le web / X. Delengaigne,
F. Gontier.- 2° édition, chez CFPJ Editions 2015

 

 

Une présentation claire, simple et précise d’outils comme le blog, twitter mais aussi pour le son , la photo…L’intérêt principal à mon sens repose sur une explication très claire du «pour quoi» et du «comment», avec un pas à pas dans l’appropriation de ces outils. L’idée de cet ouvrage étant venue à partir de questions posées lors de sessions de formations aux CFPJ.

info-comDictionnaire d’initiation à l’info-com / L. Corroy, J. Gonnet.- 2° édition.-Vuibert, 2008
Dans cet ouvrage vous ne trouverez pas seulement des définitions, étymologie, antonymes mais aussi des textes détaillés donnant à lire un historique du mot, du courant de pensée; une bibliographie et des «prolongements» pour chaque terme. Très complet, cet ouvrage saura vous aider à plus d’un titre.

220px-Jacob_Spon Histoire et civilisation du livre : revue internationale. 2 / Réd. en chef F. Barbier.-               Librairie Droz, 2006

 

Dans ce n° : «Lyon et les livres» dossier éd. sous la dir. de D. Varry, «Etudes d’histoire du livre», et «Livres, travaux et rencontres» rubrique publiée sous la dir. de Claire Lesage.
Question subsidiaire : qui est représenté dans ce médaillon?

1001 vies du livreLes 1001 vies des livres / E. Dussert, E. Walbecq.- Vuibert, cop.2014

 

Que peuvent bien raconter deux bibliothécaires? En nous plaçant sous les auspices des Contes des Mille et une nuits et de Jorge Luis Borges, de Charles Nodier et d’Alfred de Musset (…) il paraît assuré que nous ne tordrons pas le cou à votre première impressions : ce sont bien des histoires de bibliothécaires que nous raconterons ici. Des récits saugrenus, édifiants, des anecdotes curieuses ou bien tragiques, et parfois mortelles, de celles qui ne peuvent survenir que dans la vie d’un écrivain -grandiose ou raté-, d’un bibliomane ou bien «d’un professionnel de la profession» pour reprendre cette figure moqueuse imaginée par Boris Vian, et qui ressemble comme un frère au garçon de café de Jean-Paul Sartre. (Introduction)

Peabody, baltimoreBibliothèques : une histoire mondiale / J. W. P. Campbell, W. Pryce.- Citadelles & Mazenod, cop.2013.

A voir, lire,regarder, savourer, déguster. On pourrait ne s’arrêter qu’aux images, de toute beauté, mais ce serait passer à côté des textes qui vous en apprendront beaucoup sur ces magnifiques bibliothèques.

cvt_La-cote-400_9970


La cote 400 / S. Divry.- 10/18, cop.2010

Elle rêve d’être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Bienvenue dans les névroses d’une femme invisible. Bienvenue à la bibliothèque municipale, temple du savoir où se croisent étudiants, chômeurs, retraités, chacun dans son univers. Jusqu’au jour où, pour cette quinquagénaire esseulée et soumise aux lois de la classification de Dewey, ce bel ordre finisse par se fissurer…(4° de couv.).

Pour certains lecteurs le personnage est aigri, psycho-rigide du classement,et ce livre n’est qu’un long verbiage navrant et lourd; pour d’autres étude d’un personnage présenté avec beaucoup d’humour, touchant dans sa solitude. A vous de lire !

Véronique Faure

Retour sur la braderie de la MOM

Chers lecteurs,

Nous tenons à vous remercier d’être venus si nombreux à la bibliothèque de la MOM à l’occasion de notre braderie. Plus de 400 entrées ont été comptabilisées.

pendant 2

 

 

 

 

 

Nous souhaitons également remercier nos collègues de la MOM venus nous aider pour mettre en place tous ces documents.

Des livres, de la poussière et de la sueur

Cette braderie est le fruit d’un travail colossal de tri, de désherbage, de manutention, de réflexions et de doutes.

Un seul constat, notre bibliothèque arrive aujourd’hui à saturation de ses espaces. Afin de continuer à vous proposer une offre de documents riche, variée, spécialisée, il nous fallait libérer de la place.

Nous avons donc trouvé une solution à travers l’histoire de la bibliothèque. Celle-ci fut construite en 1995 pour rassembler en son sein cinq bibliothèques de laboratoires. De cette fusion résultait une réserve remplie de doubles.

Depuis des années, nous proposons ces doubles à des Instituts, des Musées, des bibliothèques pour des échanges, des dons,….

Certains ouvrages se sont envolés pour Milan, d’autres on rejoint Dakar par la mer, certains ont gagné les étagères de l’Institut d’Archéologie de Varsovie via un réseau de chercheurs motorisés.De nombreuses revues n’ont pas pu trouver preneur du fait de frais de transport trop exorbitants.

Que pouvions-nous faire des documents restants ?

Inutilisés, abimés, défraichis scientifiquement ou physiquement, la benne s’ouvrait à eux.Il nous a semblé évident d’offrir une deuxième vie à tous ces documents sur les étagères de vos propres bibliothèques, de votre salon, de votre chambre.

Une braderie en bibliothèque, un choix assumé

Parce que nous ne sommes pas des bouquinistes,

Parce que nous ne sommes pas des libraires en activité sur e-bay,

Parce qu’en tant que service public, nous n’avons pas vocation à créer un marché parallèle du livre,

Nous avons choisi de vous offrir ces documents pour un prix symbolique.

Quelques chiffres

preparation-2

 

 

 

 

 

Plus de 6000 volumes ont été proposés à la vente

Plus de 2000 volumes ont été vendus

Plus de 2000 volumes ont été donnés

Environ 2000 volumes n’ont pas trouvé de preneur, et sont partis au recyclage

Que faire de l’argent ainsi récolté ?

Avec les sommes ainsi obtenues, nous souhaitons acquérir de nouveaux équipements qui amélioreraient votre quotidien à la bibliothèque de la MOM. Le budget étant tout de même limité, il nous faut à présent réfléchir et choisir.

Vous pouvez nous faire part de vos besoins, de vos idées,…N’hésitez pas à ajouter un commentaire à la fin de cet article

Merci à vous

L’équipe de la bibliothèque

 

SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

La Mission de Salamine a fêté en 2015 ses 50 ans, ce qui  a donné lieu à une exposition dans les murs de la MOM avant qu’elle ne parte à Chypre,  ainsi qu’à des conférences. La mission compte de nombreuses archives qu’elle a voulu préserver et en faciliter l’utilisation. Il nous est apparu à la bibliothèque, sensibilisés à ce genre de préoccupation, qu’un article sur ce travail pourrait vous intéresser. Sabine Fourrier, responsable de la Mission depuis 2008 a bien voulu se livrer à cet exercice. Je vous laisse donc apprécier son texte ci-dessous.

Continuer la lecture de SalamiNe : Les archives d’une fouille archéologique à Chypre (1965-1974) à l’ère numérique

La grande braderie de la MOM

Les 26, 27, 28 janvier 2016, La Bibliothèque et le service des Publications se sont associées pour vous offrir cette première braderie.

La bibliothèque de la MOM ouvrira ses portes (au 5 rue Raulin) pour une vente exceptionnelle d’ouvrages et de revues, issus de ses réserves.

Le prix de vente unique, pour chaque volume, est fixé à 2€.

Le service des publications de la MOM vous proposera un déstockage de ses titres, à prix variables.

Le paiement par chèque est fortement recommandé, et sera obligatoire à partir de 10 euros d’achat. Le cas échéant, merci de prévoir de la petite monnaie.

Que chiner à la braderie de la MOM ?

Les documents proposés par la bibliothèque seront des ouvrages et des revues que la bibliothèque possède en plusieurs exemplaires.

L’ensemble des documents concernera donc l’archéologie, l’histoire et les civilisations de la Méditerranée, du Proche et du Moyen-Orient, de la préhistoire à nos jours.

Ces documents d’occasion sont de bonne qualité scientifique de niveau étudiant à chercheur.

Horaires

Mardi 26 janvier : 10h-17h

Mercredi 27 janvier : 10h-17h

Jeudi 28 janvier  : 10h-15h

Accès

Hall de la bibliothèque, 5 rue Raulin, Lyon

Pendant les 3 jours de la Braderie l’entrée pour les lecteurs de la bibliothèque se fera également par le 5 rue Raulin.

La bibliothèque est fermée le lundi 25 janvier pour effectuer la mise en place des documents.

 Affiche Braderie MOM 2016

A nos lecteurs connectés…

Les fins d’années sont toujours propices aux bilans. L’occasion pour nous de faire un point sur nos activités de réseautage social.

Si nous avons été peu présents en 2015 sur Préfixes, 53 articles ont tout de même été publiés depuis sa création en juin 2012, pour un nombre total de visites de plus de 84 000, pour 44 000 visiteurs différents et 270 000 pages vues. Cette année, vous nous avez suivis dans les méandres bibliographiques de l’amour et de la sexualité en islam, vous avez rencontré nos drôles de stagiaires et vous nous avez moralement soutenus dans le long travail d’inventaire et de déménagement d’une partie de nos collections. En bons carnetiers,  nous étions également présents le 20 novembre 2015 lors de la dernière assemblée d’Hypothèses.org largement rediffusée sur Youtube et Twitter, vous pouvez télécharger nos prises de notes ici et (re-)découvrir les dernières fonctionnalités de la plateforme ! Suites aux nombreux échanges de cette journée, nous en avons profité pour mettre à jour la page d’accueil de Préfixes par l’ajout, en bas à droite, d’un flux Twitter et la possibilité d’effectuer une recherche dans Isidore.

Outre vos sourires de la « vraie » vie, incontestablement nos plus belles rencontres numériques ont eu lieu sur Facebook. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur ce réseau. Quotidiennement, vous êtes présents pour « liker », partager, ou commenter nos publications. Vous êtes majoritairement lyonnais mais pas seulement : l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, l’Italie, la Syrie, la Roumanie, l’Arménie, la Belgique et le Canada sont également au rendez-vous de nos pages de statistiques. Vous êtes à 62% des femmes contre 36% d’hommes à l’image des utilisateurs de Facebook en général. Sans surprise, 16% d’entre vous ont entre 18 et 24 ans, 27% entre 25 et 34 ans, 9% entre 35 et 44 ans, les 10% restants ont plus de 45 ans.  En octobre dernier, pour accueillir au mieux et fêter dignement notre 1000ème « fan », nous avons souhaité élargir notre présence en ligne sur Twitter.

En quelques semaines, vous êtes près de 90 à nous suivre et à interagir très régulièrement à chacun de nos tweets. C’est un véritable plaisir pour nous de vous découvrir sur cette plateforme.
Pour être assurés de vous retrouver chaque semaine, nous dévoilons chaque vendredi via le hashtag  #vendredilecture – souvent classé en « Top tendance » – un livre de nos rayonnages accessible au plus grand nombre et disponible au prêt, en anglais ou français, il peut s’agir d’un catalogue d’exposition remarquable, d’un essai en lien avec l’actualité, ou d’autres frivolités. L’ouvrage est présenté physiquement tous les vendredis à l’accueil de la bibliothèque. Libre à chacun – et surtout au plus rapide – de l’emprunter s’il le souhaite et pourquoi pas de nous en faire un retour sur les réseaux sociaux.

En vous souhaitant de belles fêtes de fin d’année,

L’équipe de la bibliothèque

Ça déménage pendant les vacances !

Comme bien souvent la période estivale est l’occasion pour vos bibliothécaires de remuer quelques meubles et faire quelques arrangements dans les rayons : refonte de la signalétique, ajout d’étagères, etc. L’été caniculaire reste la meilleure période pour tenter de repousser les limites du bâtiment et gagner quelques mètres linéaires sans trop perturber nos chers lecteurs.

bibli 2
© Loïca Piredda

Cette année encore nous n’avons pas chômé. Tri des ouvrages en doubles stockés dans la si mystérieuse réserve 2 – on raconte que Salomon Reinach lui-même y aurait caché son coffre-fort – , inventaire minutieux des périodiques par nos « drôles de stagiaires », il semblerait même qu’un nouvel espace de conservation des documents se préparerait au 6ème étage… Bref les rumeurs vont bon train ! Mais qu’en est-il précisément ?

Outre les anciens mémoires et thèses des étudiants ayant fréquenté nos lieux depuis des décennies, la réserve 2 abrite (abritait jusqu’il y a peu) de nombreux doubles d’ouvrages issus des différents fonds documentaires à l’origine de l’actuelle Bibliothèque de la Maison de l’Orient de la Méditerranée. Ces livres de renoms étaient essentiellement conservés afin d’alimenter notre service des échanges – dont Nina nous parlait dans ce précédent article. Au fil des ans, ces « doubles » ont quitté nos locaux pour alimenter d’autres centres de documentation français et étrangers. Certains sont restés, leur contenu ayant largement été diffusé de par le monde, encombrant manifestement nos espaces de plus en plus restreints par l’afflux des nouvelles publications scientifiques. Le choix a donc été fait de trier ces ouvrages : les plus rares sont toujours conservés, quant aux autres, la rumeur court qu’ils viendront bientôt agrémenter les tables d’une braderie telle que la Maison de l’Orient n’en a jamais vu !

bibli 3
© Loïca Piredda

Et cet espace gagné, me direz-vous, qu’en fait-on ? Il sera bien rapidement comblé. Non pas par vos thèses et mémoires dorénavant disponibles en version numérique sur l’intranet de l’Université Lyon 2, sur les plateformes DUMAS (pour vos mémoires) ou theses.fr (pour vos productions doctorales), mais d’avantage par d’anciens numéros de périodiques, actuellement disponibles au 5ème étage de nos locaux. Soigneusement sélectionnés afin de limiter au maximum les éventuels désagréments, 100 mètres linéaires de revues scientifiques seront déplacés en réserve 2 où vous pourrez les consulter sur demande. L’espace libéré en libre accès accueillera les nouveaux numéros des 420 abonnements en cours à la MOM.

Le « grand chambardement » ne s’arrête pas là. Vous l’avez sans doute constaté, nos rayonnages sont saturés à tous les étages (ou presque). Pour y remédier, deux nouvelles étagères sont venues compléter les espaces du 1er étage pour le fonds sur les mondes arabo-byzantins (BAB) et un nouvel espace d’accueil des collections est également prévu à l’étage professionnel (6ème). Ce dernier ne sera accessible qu’aux personnels de la bibliothèque, au même titre que les réserves. Ces 24 nouvelles étagères accueilleront bientôt des ouvrages anciens et/ou peu consultés retirés des collections en libre accès.

bibli 1
© Loïca Piredda

Enfin un peu d’espace libre sur nos tablettes ! Les nouvelles publications devraient trouver leur place en rayon… mais pour combien de temps encore ?

Drôles de stagiaires!

Ces derniers temps, vous avez peut-être croisé à la MOM une bibliothécaire coincée, un archéologue paumé et un pharaon ressuscité d’entre les morts…

Nous sommes en réalité trois stagiaires venus des lointaines montagnes de l’Isère pour un projet de réorganisation du fonds de périodiques.

Il y a tout d’abord « Maxenkhaton » qui s’occupe de la réserve n°6. Il recense les exemplaires et les trésors de cette salle obscure pleine de poussière … et de bestioles dans les murs !

Puis vient « Simon Jones » chargé du métrage des rayons du 5e étage. Attention : son mètre est un véritable fouet !

Une lecture originale!
Une lecture originale!

Enfin il y a « Lydie-Blanc-sec » qui déménage sur son ordinateur. Avec elle rien ne passe à la trappe, et tous les liens de vos périodiques préférés seront sur Koha.

Mais surtout … nous tenons à remercier l’ensemble du personnel de la bibliothèque pour tous les bons moments, et les bons conseils. Vous les connaissez peut-être, il y a :

  • Nina et son sourire chaleureux, même dans les caves de la MOM
  • Marie, la championne du récolement
  • Geneviève, la coordinatrice des pique-niques
  • Véronique, la spécialiste des Reinach
  • Manue et ses chaussons à la rhubarbe
  • Franck et sa French touch
  • Magali et son lama royal de Colombie
  • Hugues, le Sherlock Holmes des périodiques perdus
  • Bruno, le grand artiste, qui a su transformer une cruche en martien
  • Issam et ses conseils pour l’équipement des livres
  • Eve la secrétaire des échanges aux longs cheveux bruns
L'oiseau chypriote
L’oiseau chypriote

Amour et sexualité en islam : une bibliographie

Image_1

Rigueur morale, pudibonderie, misogynie, machisme, conformisme social, conservatisme politique, fondamentalisme religieux, violence, le tout plus ou moins institutionnalisé par les Etats, voilà ce que l’on retient malheureusement des sociétés musulmanes contemporaines.
Il n’est donc pas inutile de rappeler la place que cette civilisation a accordée jadis aux questions de l’amour et de la sexualité par le biais notamment de sa littérature courtoise et érotique. Cette riche et ancienne tradition (arabe, persane, turque…) vouait un culte au corps, à la satisfaction des désirs, à la jouissance, au souci de soi, certes le plus souvent dans le strict cadre des recommandations coraniques mais avec une liberté de ton sans égale à l’époque.
On pense bien sûr aux Milles et une nuits, aux traités sur l’amour d’Umar Ibn Abî Rabi’a (644-719), d’Abû Nawas (757-815), d’al-Jahîz (776-867), d’Ibn Hazm (994-1063), d’Ibn `Arabî (1165-1240), d’al-Jawziyya (1292-1350), aux traités d’érotologie du moyen-âge tardif… Tout un art du plaisir a marqué la culture arabo-musulmane médiévale et pré-moderne.
Afin de faire le point et d’analyser (et pourquoi pas faire revivre) cet art d’aimer (homosexualité comprise) qui a été progressivement marginalisé et semble-t-il évincé du champ socio-culturel islamique contemporain, nous vous proposons une bibliographie thématique non-exhaustive d’ouvrages et d’articles français et étrangers dont une grande partie d’entre eux est localisée à la bibliothèque de la MOM.
Cette bibliographie est découpée, pour des raisons pratiques, en trois parties. La première partie propose une sélection d’ouvrages et d’articles ayant une approche historico-littéraire de la sexualité en islam : anthologies de textes érotiques, traités d’érotologie, études historiques des pratiques sexuelles…
La deuxième partie présente des références bibliographiques qui abordent la thématique de manière plus « sociologique » et contemporaine.
La dernière partie met en évidence quelques références qui proposent une lecture plus psychologique de l’éros islamique.
Les références bibliographiques sont parfois accompagnées de la cote MOM de l’ouvrage (en vert) et/ou d’un ou plusieurs liens vers des ressources Internet (compte rendu de l’ouvrage, article de presse, interview, consultation en ligne…).

La bibliographie est ici :

Amour et sexualité en islam