Une bibliographie sur le « printemps arabe » (I)

drapeau

Nul n’ignore que le monde arabe est secoué depuis deux ans par des bouleversements politiques, sociaux, économiques et culturels sans précédent. Les « révolutions arabes » appelées aussi « Printemps arabe » ont fait logiquement couler beaucoup d’encre dans le champ de la recherche en Science Humaines et Sociales.

Nous vous présentons ici, sur le thème des révoltes arabes, une sélection, non exhaustive, de ressources documentaires de qualité (articles de revues, ouvrages, carnets de recherche…) pour la plupart disponibles sur le Net. L’essentiel de cette production scientifique est consultable sur les portails Cairn et OpenEdition. La consultation de Cairn nécessite toutefois une identification via un accès proposé par une bibliothèque universitaire abonnée au portail (SCD Lyon 2, Lyon 3, Bibliothèque Diderot de Lyon…).

Pour des raisons pratiques et afin d’élargir, auprès d’un plus large public, l’audience des diverses analyses des événements qui ébranlent l’aire culturelle arabo-musulmane, nous avons privilégié la production scientifique francophone.

D’autres plus courageux auront à cœur de proposer une sélection ouverte sur la production scientifique internationale notamment anglo-saxonne à l’instar des bibliographies proposées par « The Project on Middle East Political Science (POMEPS) » ici et .

La bibliographie est organisée en trois parties. La première, la plus volumineuse, comprend une sélection d’articles de revues, consultables en ligne, classés par ordre chronologique (articles parus en 2011 puis en 2012) suivant deux axes, les articles généralistes sur le « Printemps arabe » et par pays. Dans la mesure du possible, les références bibliographiques sont complétées par un résumé de l’article, ou à défaut par son plan, afin d’éclairer le lecteur sur le contenu.

La deuxième partie recense quelques références bibliographiques complémentaires (numéros spéciaux de revues, ouvrages) dont le texte intégral n’est pas forcément consultable en ligne. Les ouvrages que possède la bibliothèque de la MOM sont présents dans cette bibliographie sélective.

Enfin, la troisième partie est une sélection d’articles de spécialistes sur les « révolutions arabes » publiés dans les carnets de recherche de la plateforme « hypothèses.org ». Ces articles proposent, sur les révoltes arabes, un éclairage décalé et pertinent qui complète parfaitement les articles plus académiques de la première partie.

Nous essayerons de compléter cette bibliographie au rythme des prochaines parutions d’articles ou d’ouvrages sur cette problématique.

Bonne lecture.

Articles généralistes sur le « printemps arabe »

2011

Samir Amin « 2011 : le printemps arabe ? », Mouvements 3/2011 (n° 67)
L’année 2011 s’est ouverte par une série d’explosions fracassantes de colère des peuples arabes. Ce printemps arabe amorcera-t-il un second temps de « l’éveil du monde arabe » ? Ou bien ces révoltes vont-elles piétiner et finalement avorter – comme cela a été le cas du premier moment de cet éveil évoqué dans mon livre L’éveil du Sud. Dans la première hypothèse, les avancées du monde arabe s’inscriront nécessairement dans le mouvement de dépassement du capitalisme/impérialisme à l’échelle mondiale. L’échec maintiendrait le monde arabe dans son statut actuel de périphérie dominée, lui interdisant de s’ériger au rang d’acteur actif dans le façonnement du monde.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-3-page-135.htm. 

Sarah Ben Néfissa « Révolution arabes : les angles morts de l’analyse politique des sociétés de la région », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Les soulèvements qui ont conduit à la chute des deux présidents tunisien et égyptien et qui agitent aujourd’hui les pays de la région ont provoqué la surprise non seulement de l’opinion internationale mais également des milieux académiques, en France notamment. Cet étonnement pose le problème de certains angles morts de la recherche scientifique sur la région. Si la focalisation des sciences politiques françaises sur l’islamisme a souvent été dénoncée avec raison, par contre les interprétations conformistes et littéralistes des analyses portant sur les pactes sociaux et politiques à la base du phénomène autoritaire et sa consolidation dans le cadre de la globalisation démocratique dans la région n’ont pas suffisamment été mises en exergue. Une de leurs conséquences a été de faire du « mouvement social » un objet de recherche illégitime, malgré son importance accrue ces dernières années dans les pays de la région. Or ces analyses demeurent pertinentes pour interroger les processus politiques futurs de ces pays et également pour comprendre les spécificités plus « civiles » que strictement politiques des révolutions tunisienne et égyptienne.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-75.htm.

Fawzia Zouari « Réjouissez-vous des révoltes arabes », Confluences Méditerranée 2/2011 (N° 77)
Pourquoi nous réjouir ? : Les révoltes actuelles battent en brèche nombre d’idées reçues… ; Les révoltes en cours ont désigné clairement les symptômes de la « maladie arabe ».- Qui pourrait se réjouir en premier lieu des changements annoncés ? : Les démocrates et les républicains, à coup sûr… ; La Société civile, les tenants des droits de l’Homme et les médias ; Les femmes… ; Les jeunes, aussi… ; Une étonnante « révolution dans la révolution »….- Les Arabes, l’Occident et Israël : L’Occident qui a pactisé avec les autoritarismes arabes se réjouira-t-il des révoltes actuelles ? ; Israël et les Palestiniens ; Un dernier constat.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-2-page-193.htm. 

Jean-François Coustillière « Les forces armées dans les révoltes arabes », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Le « printemps arabe » a montré combien les schémas transitionnels régionaux se devaient de pouvoir compter sur les armées afin de maintenir une stabilité. Cela étant dit, quelle vision ont les armées, occidentales en l’occurrence, des évolutions régionales ? L’auteur revient sur cette question, avant que de rappeler que, entre autres conditions, les armées occidentales seraient bien inspirées de relever le niveau de leur coopération avec leurs homologues de la Méditerranée si elles souhaitent assister à des réussites exemplaires.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-67.htm. 

Manuel Manrique « Réseaux sociaux et médias d’information », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
On a souvent présenté les médias et les réseaux sociaux comme étant l’une des conditions sine qua non pour la favorisation du « Printemps arabe » et des processus révolutionnaires en général. Or, l’auteur souligne ici que, bien qu’important, le rôle des NTIC ne doit pas pour autant être exagéré. Ceux-ci sont un potentiel catalyseur pour les soulèvements de la région, certes ; mais dans le même temps, ils accompagnent les processus et leurs aboutissements bien plus qu’ils ne les provoquent.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-81.htm. 

Bertrand Badie « Printemps arabe : un commencement », Études 7/2011 (Tome 415), p. 7-18.
Le printemps arabe a mis en mouvement des sociétés qui ont été longtemps apparemment immobiles. Si ces sociétés semblent suivre un chemin commun, il faut pourtant insister sur leur extrême variété. Très différents eux aussi, les régimes contestés se rejoignaient sur un autoritarisme jugé acceptable au nom de la sécurité régionale et internationale.
www.cairn.info/revue-etudes-2011-7-page-7.htm.

« Révolutions arabes : les enjeux d’une recomposition régionale », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011
Table ronde organisée le 18 mai 2011 animée par Pénélope Larzillière, sociologue, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD) avec : Khadija Mohsen Finan, politologue, maître de conférences et chercheur à l’Institut Europe/Maghreb/Méditerranée de l’Université Paris VIII, Latifa Tayah-Gueneau, responsable de programme à l’Institut Panos Paris (IPP), Ali Bensaad, géographe, maître de conférences à l’université de Provence et enseignant-chercheur à l’Institut de recherche et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam), Djawad Guerroudj, médecin, Médecins du Monde (MdM), Karim Pakzad, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), Rachid Lahlou, président du Secours islamique France (SIF).
http://humanitaire.revues.org/index930.html

Caroline Abu-Sada et Benoît Challand « Les relations entre acteurs associatifs et État, clé de compréhension des révolutions arabes », Humanitaire [En ligne], 29 | 2011.
La nouvelle donne créée par le « printemps arabe » de 2011 puise au cœur des relations entre les associations, les ONG et les États. En effet, la majorité des pays arabes faisaient face, et depuis longtemps, à une pression grandissante de leur population en partie due à la transformation en profondeur du secteur associatif. Rédigé en grande partie avant le début de cette accélération des mobilisations contre les régimes en place, un ouvrage collectif dirigé par Caroline Abu-Sada et Benoît Challand regroupe six études qui, à la lumière des récents événements, permettent de mieux les comprendre.
http://humanitaire.revues.org/index931.html

Nader Vahabi « Pour une introduction au forum sur le «Printemps arabe» », Cultures & Conflits 3/2011 (n° 83)
Définition et nature de la révolution ; Les similarités et les divergences du monde arabe ; Le duo de la transition démocratique et de la justice sociale ; Les acteurs, les partis politiques, les syndicats et les jeunes ; L’armée et l’État ; Le rôle des mouvements islamistes ; Les acteurs, les jeunes apolitiques ; La diaspora et le flux migratoire.
www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2011-3-page-101.htm.

Hamit Bozarslan « Réflexions sur les configurations révolutionnaires tunisienne et égyptienne », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Pourquoi est-ce en Tunisie puis en Égypte que la contestation des régimes autoritaires dans le monde arabe est allée jusqu’à son terme ? Si le processus révolutionnaire est désormais amorcé dans de nombreux pays, rien ne garantit, dans un avenir proche, qu’il aboutisse à d’autres changements de régime. Il y a en tout cas une spécificité des contextes socio-politiques de la Tunisie et de l’Égypte qu’il convient de bien identifier si nous voulons mieux appréhender les effets possibles du « réveil des peuples » auquel on assiste au Sud et à l’Est de la Méditerranée.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-11.htm. 

Michel Camau « La disgrâce du chef. Mobilisations populaires arabes et crise du leadership », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Côté jardin, un pouvoir personnel fort, généralement centré sur le clan voire sur la famille ; côté cours, une figure charismatique, ou qui se veut telle, en parfaite symbiose avec un peuple soumis au verbe du chef : tel est le mythe qui a volé en éclat dans tout le monde arabe à la suite du « printemps des peuples » de cet hiver 2011. On ne peut en effet comprendre ce qui s’est joué et continu de l’être dans le rapport que les peuples construisent aujourd’hui avec le pouvoir, sans revenir sur ce qu’a pu représenter la figure du chef dans les imaginaires, depuis le type idéal nassérien jusqu’à ces dictateurs vieillissants dépourvus d’aura comme de légitimité dont les masques grotesques viennent de leur être arrachés…
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-22.htm. 

Michaël Béchir Ayari « Non, les révolutions tunisienne et égyptienne ne sont pas des « révolutions 2.0 » », Mouvements 2/2011 (n° 66)
Les discours qui réduisent les révolutions tunisienne et égyptienne à des « révolutions Facebook » demeurent à bien des égards mus par les fantasmes technophiles et néo-libéraux de la « démocratie 2.01 ». Il ne s’agit pas d’amoindrir le rôle des « nouveaux médias sociaux » dans ces soulèvements ni de faire l’impasse sur la manière dont ils ont permis de diffuser l’information, d’organiser des rassemblements et de créer des réactions émotionnelles encourageant la prise de risque. Il convient plutôt de s’interroger sur les soubassements de ces éléments de langage, mieux, sur le dispositif dont ils sont l’expression.
www.cairn.info/revue-mouvements-2011-2-page-56.htm. 

Marc Crapez « La démocratie dans l’aire arabo-musulmane », Politique étrangère 3/2011 (Automne)
Y a-t-il une spécificité du déficit démocratique dans l’aire arabo-musulmane ? L’évolution de situations très diverses (exemples de la Tunisie, de l’Égypte, de la Libye, etc.) empêche pour l’heure de savoir si nous sommes en face de révolutions réussies ou de simples révolutions de palais. L’impossibilité de satisfaire une pressante demande démocratique pourrait à terme avoir pour effet de mettre en selle un islamisme qui garde dans les sociétés arabo-musulmanes une légitimité propre.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2011-3-page-647.htm. 

Farhad Khosrokhavar « Les révolutions arabes: révolutions de justice sociale et de liberté », CULTURES & Conflits 3/2011 (n° 83)
La révolution tunisienne ; La révolution égyptienne ; La justice sociale comme constitutive du Printemps arabe.
www.cairn.info/revue-cultures-et-conflits-2011-3-page-108.htm.

Georges Corm « Première approche d’une contextualisation des révoltes populaires arabes », Confluences Méditerranée 4/2011 (N° 79)
Ce texte consacré aux révoltes arabes tente de redéfinir le cadre géohistorique et géopolitique de leur apparition avant d’analyser les discours contrastés qu’elles engendrent.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2011-4-page-93.htm. 

Michel Korinman « Arabellion », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
Planète 1848 ? ; Les trois portes de Sion ; Rome et la rupture du pacte européen ; Machiavel sur golfe.
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-9.htm. 

Alain Chouet « Révoltes arabes L’envers du décor », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-23.htm. 

Marco Valerio Lo Prete « La révolte arabe contre le « capitalisme patrimonial » », Outre-Terre 3/2011 (n° 29)
www.cairn.info/revue-outre-terre-2011-3-page-41.htm.

« De quoi les révoltes arabes sont-elles le nom ?  Entretien avec Sophie Bessis», Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-57.htm. 

Marc Lavergne « Monde arabe : de la quête de l’unité au destin partagé », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
L’unité arabe se renoue-t-elle sur les rives du golfe ? ; Les soulèvements populaires de 2011 : chacun pour soi ou cause commune ?
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-67.htm. 

Richard Labévière « Printemps, été et automne arabes », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-75.htm. 

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou « La Démocratie arabe au regard du néo-orientalisme », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-85.htm. 

Vincent Geisser et Abir Krefa « L’uniforme ne fait plus le régime, les militaires arabes face aux « révolutions » », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
« L’armée arabe n’existe pas ! » : un processus de « civilisation » des militaires au Maghreb et au Machrek ; La civilisation des militaires par la professionnalisation et la sectorisation technicienne ; La civilisation par la « dispersion » des appareils sécuritaires ; La civilisation par l’économie : des officiers entrepreneurs et hommes d’affaires ; Focus sur la Tunisie : l’armée et « son » peuple introuvable ; Le général Ammar : un de gaulle tunisien ? ; Une armée « protectrice » oui, mais de quelle révolution et de quel peuple ? ; La désanctuarisation des forces armées comme gage de démocratie ?
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-93.htm.

Barah Mikaïl « Ni islamiste, ni laïque : un Moyen-Orient rationnel », Revue internationale et stratégique 3/2011 (n° 83)
Des islamistes et de « la » Révolution ; Les islamistes : puissance ou déférence ? ; Un avenir flou teinté de potentielles certitudes.
www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2011-3-page-103.htm. 

2012

Mathieu Guidère « Histoire immédiate du « printemps arabe » », Le Débat 1/2012 (n° 168)
De la méthode et des sources ; Des origines et du déroulement ; De la nature et des objectifs ; Des idées et des mœurs ; Des forces politiques et populaires ; Des tribus ; Des militaires ; Des islamistes ; Du futur immédiat.
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-1-page-129.htm. 

Mounia Bennani-Chraïbi et Olivier Fillieule « Pour une sociologie des situations révolutionnaires », Revue française de science politique 5/2012 (Vol. 62)
Dans ce texte, nous défendons une approche réfutant tout causalisme et centrée sur les situations révolutionnaires. Une revue de la littérature sur les récentes « révoltes arabes » montre à quel point une telle orientation est rare. Nous proposons, à partir de là, de ne pas nous en tenir à la description des propriétés des situations révolutionnaires pour tenter de retracer les séquences d’action, définies comme des chaînes d’interaction complexes mais observables, conduisant – ou pas – à ces situations. À partir de la mise en regard d’un certain nombre de situations révolutionnaires dans la région, nous tentons d’identifier dans les événements qui y conduisent une série de processus relationnels et cognitifs. L’on peut ce faisant approcher les modes de transformation d’états propres aux situations révolutionnaires.
www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2012-5-page-767.htm. 

Mansouria Mokhefi « Maghreb : révolutions inachevées ? », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
Spécifiques à l’expérience et à l’histoire de chaque pays, les événements de 2011 bouleversent la donne sociopolitique, idéologique et culturelle du Maghreb. Les islamistes vont devoir se mesurer au pouvoir et se confronter à d’immenses problèmes. Le Maghreb ne se reconnaît plus sans doute dans les formes démocratiques du modèle occidental – et particulièrement européen. Et de nouveaux acteurs ou modèles émergent pour la région, de l’expérience turque à l’activisme qatari.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-71.htm. 

David M. Faris « La révolte en réseau : le « printemps arabe » et les médias sociaux », Politique étrangère 1/2012 (Printemps)
En Égypte, l’activisme numérique s’est développé depuis le milieu des années 2000, nombre de blogueurs contribuant à dénoncer les abus du régime Moubarak. Un tel phénomène n’a pas pu voir le jour en Tunisie du fait de la censure exercée sur Internet. Toutefois, dans les deux cas, les blogs mais aussi les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter ont joué un rôle important au moment des révolutions de 2011.
www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-99.htm.

Abd Al-Rahman Al-Kawakibi « Du despotisme », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-15.htm

Elias Khoury « Une nouvelle ère arabe », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
Les Arabes surpris par eux-mêmes ; Le pouvoir éternel et la succession ; Une nouvelle génération de révolutionnaires ; L’intellectuel présent/absent ; L’école de l’Histoire.
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-27.htm.

Mohammed Berrada « Le monde arabe face au défi du changement », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-35.htm. 

Asef Bayat « Des révolutions post-islamistes », Tumultes 1/2012 (n° 38-39)
www.cairn.info/revue-tumultes-2012-1-page-43.htm. 

Sarah Ben Néfissa « Trajectoires transitionnelles et élections en Tunisie et en Égypte », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Suite aux révolutions de l’année 2011, les Tunisiens et les Égyptiens sont passés aux urnes. L’article propose d’inscrire l’analyse de ces premières élections dans le cadre des caractéristiques des trajectoires transitionnelles des deux pays. Il met en exergue la différence des logiques politiques à la base des victoires électorales islamistes dans les deux pays. Si la rupture avec le passé est une dimension fondamentale du vote pour Ennahda, en Égypte la victoire islamiste aux élections législatives a emprunté une dimension légitimiste à cause du rapprochement entre la direction de l’armée et la direction des Frères Musulmans. Cela n’a plus été le cas pour les élections présidentielles. L’article propose des hypothèses pour comprendre le score relativement faible de Mohamed Morsi au premier tour des élections présidentielles.
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-9.htm. 

Myriam Catusse « Tunisie et Égypte aux urnes ! », Confluences Méditerranée 3/2012 (N°82)
Cet article se propose de réfléchir à la façon dont les scrutins de 2011 et 2012 en Tunisie et en Égypte peuvent bouleverser nos approches de l’acte électoral. En contexte d’incertitude politique, il questionne ces élections « pas comme les autres » sous deux angles : il invite d’abord à de ne pas se limiter aux lectures fonctionnalistes qui assignent au scrutin un rôle déterminant tant dans la reproduction des rapports de pouvoir autoritaires que dans le changement de régime et la démocratisation ; en conséquence, il s’interroge ensuite sur les possibilités sinon de révolution, du moins de restauration, voire d’inauguration de la sociologie électorale sur ces terrains où, pour des raisons pratiques (les difficultés d’accès à l’information et la manipulation des résultats), mais aussi plus théoriques, celle-ci n’en est qu’à ses prémices. Il compare comment, malgré les ruptures introduites par la révolution, l’histoire électorale locale peut influencer aujourd’hui les candidatures, le vote et son herméneutique ; et il se penche en retour sur les innovations repérables dans ces scrutins plus libres et concurrentiels que les précédents : transformations de la représentation, restructuration des organisations partisanes, métamorphoses du clientélisme et du leadership, ou évolution des comportements électoraux permettent de repérer non seulement des héritages et décrochages entre l’ancien et le nouveau régime mais aussi entre la « politique de la rue » et celle « de l’urne », entre le « peuple en révolution » et le « corps électoral ».
www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3-page-29.htm. 

Hakim El Karoui « Où va le monde arabe ? », Le Débat 2/2012 (n° 169)
La démocratie au service des islamistes ; Un monde désoccidentalisé ; La redistribution des cartes régionales ; L’impossible rupture avec l’Occident ; Et demain ?
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-2-page-4.htm. 

Eberhard Kienle « Les « révolutions » arabes », Critique internationale 1/2012 (n° 54)
Since late 2010 large-scale non-violent uprisings and their ripple effects have transformed the politics of the Arab countries to an extent not seen in decades. The autocratic rulers of Tunisia, Egypt, and Libya were pushed aside while most of their counterparts elsewhere continue to face various forms and degrees of contestation. However, serious challenges to these authoritarian regimes have not (yet) entailed their complete and definite demise, with the possible exception of Tunisia. Developments on the ground illustrate that contestation from below, responses from above, and the transformation of individual political regimes closely reflect the history and the « nature » of each of the states concerned. At the same time they pose additional challenges to much critiqued but common assumptions about collective action in general and in Arab contexts in particular. On the other hand, the limited extent to which political regimes have been transformed so far partially supports recently contested assumptions about the resilience and longevity of authoritarian rule in Arab states. Whether or not developing into revolutions, recent change selectively echoes arguments about modernization and points to the continued topicality of Tocquevillian ideas.
www.cairn.info/revue-critique-internationale-2012-1-page-103.htm. 

Mathieu Touzeil-Divina « Printemps & révolutions arabes : un renouveau pour la séparation des pouvoirs ? », Pouvoirs 4/2012 (n°143)
La théorie de la séparation des pouvoirs, dans son sens originel de non-concentration, semble retrouver une utilité théorique et pratique au cœur des Printemps arabes. Toutefois, si un désir d’organisation différenciée et démocratique du pouvoir est tangible notamment en Égypte, en Tunisie et au Maroc, les volontés populaires ne sont pas toutes et instantanément traduites juridiquement et constitutionnellement. On y perçoit davantage des séparations floues ou performatives ainsi que des concentrations au moins provisoires des pouvoirs.
www.cairn.info/revue-pouvoirs-2012-4-page-29.htm. 

Salim Chena , « Le Maghreb après les indépendances : (re)définition, (re)composition, (re)construction. », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3.
Cet article vise à présenter les aspects politiques, économiques et humains de l’espace maghrébin méditerranéen dans la perspective de l’évolution historique depuis les indépendances. La thèse défendue est celle d’un espace hétérogène politiquement comme économiquement, et homogène culturellement, possédant des frontières anciennes et relativement stables, mais dont les tentatives d’unification institutionnelle se heurtent à des perceptions diverses des identités politiques locales, des intérêts nationaux et des stratégies de puissance et d’influence. Ainsi, les révoltes arabes ayant eu cours en 2011 posent la question de sa (re)définition identitaire et politique, de sa (re)composition géopolitique et de sa (re)construction institutionnelle.
http://espacepolitique.revues.org/index2519.html

Vincent Geisser, « Les protestations populaires à l’assaut des régimes autoritaires : une « révolution » pour les sciences sociales ? », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012.
Au-delà des débats contradictoires qui s’engagent dans les sciences sociales sur l’avenir des mouvements protestataires au Maghreb, les chercheurs paraissent pêcher par le même travers : celui de focaliser leurs analyses sur une temporalité courte (le cycle contestation, répression, normalisation), alors que précisément les mouvements étudiés s’inscrivent dans une temporalité longue, dont les secousses actuelles ne représentent qu’un épisode. L’objectif de ce dossier est de montrer que le processus de fissuration des régimes autoritaires n’a pas commencé avec le Printemps arabe de 2010-2011. En amont, les protestations sociales de la décennie 2000 permettaient sans doute d’esquisser des scenarios, laissant entrevoir la possibilité de bouleversements substantiels à l’échelle du Maghreb et du monde arabe. En aval, le processus de transformations politiques des sociétés maghrébines et machrékines ne saurait se limiter aux seuls événements révolutionnaires. Au-delà de l’usure réelle et visible des hommes au pouvoir, la question centrale des processus révolutionnaires reste celle de la légitimité et de l’efficacité symbolique des systèmes : pourquoi des conditions identiques ne débouchent-elles pas partout sur des changements de régime ?
http://anneemaghreb.revues.org/1373

Michel Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’expression « printemps arabe » s’est imposée comme allant de soi pour désigner un processus d’émulation protestataire sans précédent dans la région. La métaphore doit beaucoup à la facilité journalistique. Toutefois le questionnement nécessaire du « printemps arabe » ne saurait s’en tenir à ce type de considérations. Il se rapporte tout à la fois aux limites de l’émulation protestataire et à celles de notre propre savoir. Nul n’avait prévu la « révolution tunisienne », pas plus que ses répliques en Egypte et dans d’autres pays arabes. L’élan protestataire s’est diffusé, sans toutefois emprunter partout les mêmes formes, ni revêtir la même intensité, ni surtout produire les mêmes effets. Il ressort de l’ensemble une marge d’indétermination, dont l’élucidation passe par l’examen de trois ordres de problèmes, étroitement liés mais analytiquement distincts : les ambigüités du label « révolution », la surprise produite par des événements tenus après coup pour inéluctables, les effets de démonstration et de contexte dans le cycle de protestation. Les éléments de réponse avancés dans l’article se déploient à partir des notions de crise de légitimation comme critère de différenciation parmi les « révolutions arabes », d’ignorance pluraliste au regard de l’opacité des préférences des acteurs en situation autoritaire et enfin d’apprentissage des gouvernants par rapport à leurs modes de prévention et de gestion des crises de légitimation.
http://anneemaghreb.revues.org/1383

Nicolas Dot-Pouillard, « Les révolutions arabes entre césures et remembrances : tiers-mondisme, question palestinienne et utopies chiliastiques », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
L’évènementialité révolutionnaire et insurrectionnelle ouverte dans le monde arabe depuis le mois de janvier 2011 a bien eu sa part de « nouveau » : analystes et chercheurs se sont ainsi attachés à en déceler, pour l’essentiel, les manifestations dans l’appropriation radicale du paradigme démocratique par les insurgés égyptiens, libyens ou tunisiens, dans l’utilisation de nouveaux moyens informatiques globalisés, dans l’absence – tout du moins dans un premier temps –d’idéologies fondatrices, si ce n’est de leaderships dument constitués, au sein des soulèvements en question. Ces processus révolutionnaires auraient même pu, dans leur nouveauté radicale, tracer des points de rupture fondamentaux avec ce qui, tout au long du vingtième siècle, eut justement pu s’attacher au concept même de « révolution » dans le monde arabe. Parmi ces éléments : le caractère tiers-mondiste qui lui fut souvent lié, l’attachement à la question palestinienne, et enfin la dimension chiliastique et révolutionnaire propre aux bouleversements révolutionnaires tels qu’on se les imaginait alors. Et pourtant, cette rupture semble encore relative : c’est plutôt une singulière dialectique irrésolue qui semble aussi se dessiner entre ces différents éléments, où le passé semble encore servir parfois de point de référence, se réactualisant ainsi, face à un « nouveau » dont les contours et les césures qu’il trace sont patiemment en train de s’esquisser.
http://anneemaghreb.revues.org/1393

Haoues Seniguer, « Les islamistes à l’épreuve du printemps arabe et des urnes : une perspective critique », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Les révoltes sociales du monde arabe qui débutèrent en décembre 2010 en Tunisie constituèrent un puissant révélateur, outre des frustrations socioéconomiques et des attentes démocratiques des peuples arabes dans leur majorité favorable à la chute des régimes autoritaires, des ambivalences, voire des contradictions des mouvements de l’islam politique vis-à-vis de ces mêmes régimes. Certes, les mouvements ou partis islamistes n’ont ni initié ni rallié tout de suite les mobilisations collectives mais leur retenue a cependant mis au jour deux éléments nouveaux : d’une part, contrairement à ce qui peut être avancé parfois, dans la littérature consacrée aux islamistes, la répression qui les a certes le plus souvent visés, ne les a pour autant définitivement privés de transactions collusives avec les régimes autoritaires dont ils ont même fini, quelquefois, par accepter la longévité et s’accommoder. C’est pourquoi, durant les premiers jours de révoltes, ils se sont longuement interrogés sur les éventuels coûts d’un engagement prématuré auprès des manifestants, allant jusqu’à refuser, comme pour le Parti de la justice et du développement marocain (PJD), de les rejoindre, au moins en tant qu’acteur collectif ; d’autre part, ces révoltes sociales ont permis de mettre en évidence, l’existence de clivages au sein des mouvements islamistes, aussi bien entre les dirigeants et la base, au sein de chacun des deux groupes respectifs, mais également, entre les « anciens » et les plus « jeunes ». Enfin, ces révoltes sociales ont montré, dans certains pays tels que le Maroc, que des islamistes légalistes peuvent très bien jouer le jeu de l’autoritarisme et partager avec lui, une forme d’obsession du contrôle social de la population, ainsi que la préservation d’un certain ordre moral. Ce qui n’a pas empêché ces acteurs, au Maroc, en Tunisie et en Égypte, de remporter des élections, non seulement à cause du discrédit frappant la classe politique en général, mais aussi, en particulier, grâce à leurs réseaux sociaux et à une forme de discours prônant la lutte contre la corruption et la moralisation de la vie publique.
http://anneemaghreb.revues.org/1404

Smaïn Laarcher et Cédric Terzi, « Comment faire Peuple ? Le cas des protestations publiques au Maghreb », L’Année du Maghreb [En ligne], VIII | 2012
Rendre compte des activités des cyberactivistes, c’est être conduit à étudier les protestations publiques et les nombreux lieux dans lesquels elles s’expriment. Le cyberactivisme ne constitue pas un domaine d’activité autonome. Bien au contraire, il participe d’un large mouvement d’élaboration d’enjeux publics. Autrement dit, nous ne sommes pas en présence de deux sphères distinctes : la sphère des cyberactivistes, « communauté virtuelle », et celle de la société, territoire de l’action politique et des luttes entre des groupes aux intérêts à la fois différents et contradictoires. Dans ces circonstances, mener une enquête comparative permet d’observer combien des dispositifs de communications, pourtant techniquement identiques, peuvent faire l’objet d’usages sociaux et politiques différents. Ces usages s’inscrivent avant tout dans des cadres nationaux contraignants qui leur donnent forme, consistance et signification symbolique. Si les liens existent entre le militantisme cyberactiviste et les contestations populaires dans les trois pays du Maghreb, il n’en est pas moins vrai que l’assemblage entre ces univers de protestations s’organise et se déploie différemment en fonction des histoires nationales, de l’état des rapports de force et du développement des revendications. Mais la vertu de la comparaison, c’est de mettre en scène un invariant central : celui de la difficulté à faire peuple et à produire collectivement son unité en institutionnalisant la division ; c’est-à- dire en accordant leur droit et leur légitimité à la mésentente et au politique. C’est bien à cet enjeu majeur que sont confrontés aujourd’hui, au travers des multiples protestations publiques (sous forme d’émeutes ou non), les trois pays du Maghreb.
http://anneemaghreb.revues.org/1412

Henri Laurens « Une révolution sans utopie », Le Débat 2/2012 (n° 169)
www.cairn.info/revue-le-debat-2012-2-page-18.htm.

à suivre….

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *