La vie rêvée d’un livre à la MOM

Bonjour,

En période de concours littéraire à la bibliothèque,  j’ai voulu vous en dire plus sur moi….

Je suis un livre pris au hasard parmi mes 72 000 voisins de rayonnage et je vais vous raconter mon histoire. Je sais bien que d’habitude, ce sont toutes sortes d’histoires qui vous sont racontées : l’histoire d’un chantier de fouille, l’histoire de l’écriture, l’histoire Grecque avec un grand G (eh oui j’oubliais, nous sommes dans une bibliothèque d’archéologie classique). Mais aujourd’hui, je me lance, j’ai décidé de faire la Une de ce billet et de vous raconter ma petite vie ou en d’autres termes mon voyage pour arriver jusqu’à vous…

Au départ bien sûr, il y a eu un chercheur qui a pensé à réunir toutes ses idées sur une feuille blanche ou sur une page d’ordinateur. Puis, de mots en pensées, de phrases en concepts, d’illustrations en commentaires, j’ai été pensé, élaboré, bref je suis né…. Il a fallu ensuite que le chercheur trouve un éditeur (ah le grand mot est lâché) et que celui-ci me donne un aspect éditorial de quelques pages à plusieurs volumes, qu’il m’illustre plus ou moins, qu’il choisisse avec soin ma page de couverture. Si j’ai la chance de passer entre les mains d’un chercheur au fait de l’édition libre, c’est encore mieux car je deviens un objet vivant  en quelques clics.

Je vous passe les détails du travail de la documentaliste qui a eu vent de ma petite existence par sa veille documentaire ou qui a été prévenue de ma naissance par un chercheur. Cette même documentaliste a inscrit mon titre sur une liste de suggestions qu’elle a ensuite proposées à une commission d’achats. Là j’ai tremblé dans mon coin, allais-je faire partie de la grande aventure ?

J’ai été choisi parmi d’autres propositions, puis une commande est partie jusque chez un fournisseur où j’attendais dans une réserve sombre que quelqu’un me libère au grand jour. J’ai fait un voyage dans un carton plus ou moins protégé et me voilà arrivant sur le bureau de ma documentaliste préférée qui m’a accueilli avec un grand sourire. J’ai eu droit à un premier traitement de faveur avec un beau tampon estampillé « Bibliothèque de la MOM ». J’ai même eu l’honneur d’avoir un code barre flambant neuf sur ma page de couverture. La facture me concernant a été vérifiée en bonne et due forme puis transmise aux collègues de la comptabilité. J’ai rejoint alors les bureaux de notre équipe de joyeux magasiniers où, je suis restée quelques jours sur une étagère avec d’autres livres en attente de traitement.

 Heureusement pour moi, j’avais un titre attrayant et un magasinier a eu envie d’en savoir plus. Il faut dire qu’avec un titre comme « Guess who’s coming to dinner », ça aiguise l’appétit du savoir. Le magasinier m’a préparé pour ma longue vie à la MOM et m’a traité avec beaucoup de soin et d’attention. Il a même mis un antivol au cas où quelqu’un aurait eu envie de me faire découvrir d’autres horizons. J’ai ensuite rejoint le bureau de mes amies bibliothécaires après que le magasinier ait finit son travail de catalogage. Vous savez ils emploient des noms barbares pour dire tout simplement qu’ils me décrivent physiquement. Il s’agit ni plus ni moins de décrire mon identité avec mon nom, mon prénom, ma date de naissance, ma taille, est-ce que j’ai des photos, etc…

J’ai de nouveau eu l’impression d’être quelqu’un d’important quand la documentaliste a trouvé les mots clefs adéquats pour me mettre en valeur dans le catalogue de la bibliothèqueCertains mots clefs sont porteurs de poésie, voire de raffinement (pays imaginaire, plaisir, rêve, beauté), j’ai eu de la chance, j’ai échappé à « prytanie, poliorcétique ou encore homo rudolfensis », au fait vous les connaissez, vous, ces mots ? 

Je suis retourné chez les magasiniers pour qu’ils me mettent une cote définie par le bibliothécaire afin de me donner un environnement scientifique et géographique  dans la bibliothèque.

Photo G. Peyres, 2012

Ils m’ont aussi décoré d’un préfixe qui selon la couleur vous indique à quel étage j’habite. C’est comme à la Cité Radieuse à Marseille. Le Corbusier a inventé tout un codage de couleurs par étage, grande classe du coup !!!

Ma documentaliste préférée  m’a mis en avant sur le présentoir des nouveautés du fonds qu’elle gère et là vous me repérez, me découvrez (« ah super il est arrivé », j’entends dire), vous annoncez mon arrivée à la MOM par les réseaux sociaux (« t’as vu que le bouquin que tu voulais est là ? ») et puis vous pensez que ma vie va s’arrêter là ? Eh bien non, après quelques jours sous les feux des projecteurs, on m’installe définitivement entre deux autres livres sur un des rayons de la bibliothèque. Après, ma vie ne dépend que de vous, si vous me lisez, me faîtes connaître, me critiquer, m’abimez (dans ce cas je pars en opération médicale chez le relieur). Je peux aussi finir Dématérialisé, vous voyez ce que je veux dire ?

 

Interview du livre par Geneviève Peyres


2 réflexions au sujet de « La vie rêvée d’un livre à la MOM »

  1. bonjour et merci pour ce billet,
    mais prévenez les livres : il y a aussi des documentalistes au masculin…

    1. Bonjour Gilles

      merci pour le message… Et le pire c’est qu’à la MOM nous respectons la parité puisque nous avons aussi des documentalistes hommes. Mais l’interview a démarré dans le fonds PHG avec le livre « Guess who’s coming to dinner », fonds dont je suis responsable et donc j’ai écrit l’article en tant que documentaliste au féminin…
      Bonnes fêtes du côté de Poitiers, Cordialement, G.P.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *