A la découverte des archives Reinach

 

Un silence étourdissant… voilà ce qu’on ressentait à chaque instant.  Chaque mouvement, dans cette ambiance sombre et étouffante, était une prise de risque.

Dès qu’un nouveau document était découvert, nous soulevions l’immémoriale poussière qui le recouvrait. Elle attaquait nos  voies
respiratoires, noircissait nos mains, nos visages et les lieux.
L’objet était examiné, ouvert, puis il était enregistré…
Non, je n’ai pas participé à la découverte du potentiel tombeau
de Néfertiti. C’était bien mieux. J’ai fait le récolement des archives Reinach qui ont accompagné le versement de la bibliothèque du chercheur à l’Université de Lyon en 1935 et qui sont aujourd’hui dans le bureau de Véronique, gardienne de la mémoire des Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 - Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach - Mariage de don Théodore Reinach.
Figure 1 : 1 MOM 23 – Composition et devoirs musicaux, Théodore Reinach – Mariage de don Théodore Reinach.
Reste que ce fonds a
une véritable valeur
au sein de la bibliothèque de la
Maison de l’Orient et de la Méditerranée.
Le but de ma mission
était donc de lui donner une cohérence pour
qu’il puisse être un jour communiqué et utilisé par des chercheurs ou des lecteurs travaillant autour des Reinach ou traitant l’un des multiples sujets qu’ils ont étudiés pendant leurs carrières respectives. Ce n’est pas pour rien qu’ils étaient surnommés les «frères Je – Sais- Tout» et les archives nous en donnent une autre preuve. On retrouve un cahier de musique de Théodore, une pièce de théâtre écrite par Salomon et divers dessins et croquis exécutés par les trois frères.
Il est très difficile de leur attribuer une spécialité précise.

Les dizaines de carnets de cours qui sont conservés à la bibliothèque montrent que c’est au cours de leur éducation qu’ils ont développé

Figure 2 : 1 MOM 15 - Hercule et Omphale - Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz - Première page de la saynète
Figure 2 : 1 MOM 15 – Hercule et Omphale – Notes sur Analyse des sentiments qualitatifs de A. Horwitz – Première page de la saynète
cette diversité d’intérêts et de connaissance : paléographie, mathématiques, physique et
chimie, littérature classique et
médiévale, droit etc…
La difficulté était de récoler, enregistrer, tous ces carnets puis d’envisager et prévoir un classement structurant pour le fonds au milieu de cette diversité d’actions et de sujets, sans le dénaturer. J’ai donc pris
un par un les carnets, pour les dépoussiérer –un archiviste maîtrise le chiffon microfibre mieux que quiconque (et ce n’est pas pour ça qu’il n’y en a pas chez moi, au contraire, ça me permet de rester dans l’ambiance) – puis en faire l’analyse,
c’est-à-dire établir le sujet de ce carnet, dans quel contexte il a été écrit. Pour cela il faut essayer de faire un tri rapide dans les informations contenues.

L’objectif du travail d’archivage n’est pas de connaître le document dans son intégralité –cela prendrait beaucoup trop de temps, mais

Figure 3 : 1 MOM 12 - Indexation de revues, salomon Reinach.
Figure 3 : 1 MOM 12 – Indexation de revues, salomon Reinach.temps, mais de dégager les données les plus importantes
de dégager les données les plus importantes pour le décrire et donc pour qu’il soit facilement consultable une fois le travail terminé. Enfin on lui donne un numéro sur une jolie bandelette – de papier, les momies ce n’est pas mon domaine.
Cette analyse a ainsi permis de dégager des grands domaines dans lesquels classer les archives. Il y avait beaucoup de carnets de notes de cours, des manuscrits inédits, des productions autour de ses voyages pour des fouilles archéologiques.
Ces différentes actions ont défini le cadre de classement qui correspondait aux différents moments de la vie des Reinach et surtout de Salomon.
L’acte d’archiver, et donc d’enregistrer les archives, se caractérise par l’attribution d’une cote à chaque objet pour qu’il soit identifié, il a plusieurs buts. D’abord il ne faut pas oublier que le document est lié à son producteur et donc au contexte de production. L’archiviste doit en tenir compte et le rendre dans son travail : l’instrument de recherche, qui est un des points les plus importants dans la mission. Cet « outil » permet en effet de présenter physiquement le travail mené sur le fonds et de lui donner la cohérence physique. Il peut ensuite être facilement utilisé par les chercheurs. L’instrument devient en lui-même un document d’archives lié au fonds et à son histoire mais aussi lié à la bibliothèque.
Mais ce travail ne signifie pas la fin de la mission de l’archiviste, au contraire la partie la plus importante se situe à ce point. On ne fait pas un instrument de recherche pour le simple fait d’enregistrer les documents et en faire ensuite des « archives mortes » qui se recouvrent de nouveau de poussière – oui, mais la poussière du XXIe siècle, ça change tout !  Le but est qu’elles soient utilisables et pour ça il faut que les documents comme l’instrument puissent être communiqués.
Pour le fonds en question, les archives permettent d’ aborder plusieurs points : l’érudition de chercheurs intégrés dans leur société, les liens avec les intellectuels qu’ils ont pu côtoyer, la façon dont s’est fait l’apprentissage des trois frères Reinach.
Dans les documents propres à Salomon, on peut distinguer deux   typologies d’archives majeures :
  • les documents à caractère scientifique : on a retrouvé plusieurs manuscrits inédits de la main de Salomon Reinach, qui n’ont jamais été publiés. Avec ces archives, on est au coeur du réseau intellectuel dans lequel il s’est impliqué, avec toutes ses notes de cours, la documentation qu’il a établi pour ses recherches et leur résultat.
  • Les documents personnels : dans le fonds de la bibliothèque, ils sont très rares: un recueil de correspondance – ce qui est quand même plus classe qu’une conversation Facebook – des carnets de croquis, et surtout le journal de son voyage à bord du
    Latouche -Tréville.
Ses archives ne vont pas nous en apprendre beaucoup sur Salomon
l’homme, mais peuvent nous éclairer sur Salomon l’érudit et chercheur, sur sa façon de travailler, d’annoter ce qu’il lisait, de commenter, et de dessiner. C’était un homme de classements et d’index, les faits avaient une grande importance pour lui.
Salomon, mais aussi  ses frères, étaient engagés dans la société, notamment au cours de l’Affaire Dreyfus. Salomon s’est moins impliqué que son frère Joseph dans la défense du Capitaine, mais on retrouve parmi les archives conservées à la Bibliothèque des essais, de sa main, à propos de l’Affaire.
 Tout au long de la première Guerre Mondiale, Salomon a
Figuer 4 : 1 MOM 30 - Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.
Figuer 4 : 1 MOM 30 – Chronologie de la Guerre. Mars-Juillet 1915. p. 58.

également compilé tous les actes de guerre et toutes les informations qu’il trouvait en lisant des journaux de différents pays.

Entre 1914 et 1919, il a ainsi rédigé 14 carnets de Chronologie de la Guerre remplis au jour le jour de chaque épisode qui était relaté. Il faut s’imaginer le temps que cela lui a pris pour faire un dépouillement quotidien de l’actualité. Ses carnets ont même été publiés au fur et à mesure, au cours du conflit.
Le but est d’en faire des «archives vivantes» étudiées, et valorisées au sein de la bibliothèque de la MOM,
et même en dehors. On retrouve des archives de Salomon Reinach
dans de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur. Le but est donc que les fonds ne soient pas isolés les uns des autres, même s’ils le sont physiquement. Il faut avoir conscience qu’il y a eu un éclatement de ses archives à cause de sa carrière en elle-même
puisqu’il a officié dans diverses institutions qui ont conservé ses documents. Puis à sa mort, ses papiers ont été dispersés au gré des versements, des legs et dons dans plusieurs universités.
L’objectif du répertoire qui a été établi au terme de ma mission est d’être consulté, d’être un «instrument de recherche» au sens propre, et donc un outil pour lier intellectuellement tous les fonds, mais aussi pour faire connaître les archives de Salomon Reinach au grand
public.
À terme, l’étude de ses manuscrits inédits pourrait être vraiment
intéressante sur ce point et pourquoi pas permettre de discuter de l’intérêt d’une publication de certains.
Figure 5 : 1 MOM 188 - Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Figure 5 : 1 MOM 188 – Carnets de croquis, inscriptions et notes.
Corentin Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *